Navigation – Plan du site
DOSSIER

Le radicalisme au début du xixe siècle, ou le poids des héritages

Edmond Dziembowski
p. 17-33

Résumé

Le radicalisme britannique postérieur à 1815 est le produit d’un faisceau d’influences plongeant en profondeur dans la culture politique britannique du xviiie siècle. En dépit des transformations que le radicalisme connaît au cours des premières décennies du xixe siècle, en particulier dans sa composition sociale, le poids des héritages reste déterminant jusqu’au vote du Great Reform Act. Le programme radical des années 1830 se présente comme le reflet fidèle de la plate-forme démocrate élaborée dès 1780 par John Cartwright. Considéré sous l’angle des moyens d’action, le radicalisme des années 1815-1832 est aussi l’héritier des méthodes mises sur pied par les pionniers du mouvement. Le recours aux pétitions aux temps forts de la campagne pour la réforme parlementaire fait écho à la campagne de Christopher Wyvill menée presque un demi-siècle plus tôt ou encore à l’action des abolitionnistes entre 1787 et 1792. Bien présente et très active dès les débuts du mouvement radical vers 1760-1770, la sphère extraparlementaire reste une donnée fondamentale du mouvement. C’est ainsi que la stratégie préconisée par Henry Hunt, visant à instaurer une instance représentative concurrente du Parlement, s’inscrit dans la droite ligne des initiatives prises par les radicaux de l’époque de la Révolution française qui entendaient réunir une Convention des délégués des sociétés populaires. Examinée dans sa globalité, des années 1760 jusqu’aux années 1830, l’histoire du radicalisme britannique laisse une impression puissante de répétition, l’essentiel ayant déjà été dit et produit entre 1770 et les années 1790.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

Grande-Bretagne

Chronologie :

XIXe siècle
Haut de page

Texte intégral

  • 1 . Journal de voyage de M. le Comte de Gisors en Angleterre, Archives du Ministère des Affaires étra (...)

1« J’ay eu le matin la visitte de M. Walpole, gendre de M. Van Neck, qui venoit voir si je ne manquois de rien […] Il me fit part de la joÿe qu’il venoit d’avoir, d’apprendre que son concurrent pour l’élection avoit cédé, mais qu’avec cela il ne pourroit être sur de rien jusqu’au dernier moment, pouvant s’en présenter d’un jour à l’autre de nouveaux sur les rangs, que malgré le serment que faisoient les électeurs de ne pas vendre leurs voix, que c’étoit le plus offrant qui l’avoit1. »

  • 2 . Sur le large consensus des élites sur le système électoral et l’absence de programme de réforme d (...)
  • 3 . Journal de voyage de M. le Comte de Gisors en Angleterre, A. E., M. D., Angleterre, 1, fol. 22v., (...)

2C’est en février 1754 que le comte de Gisors, alors en voyage en Angleterre, consigne ces remarques très éclairantes sur le fonctionnement des élections au Parlement de Grande-Bretagne et sur l’opinion qu’en ont les Britanniques. À peine arrivé à Londres, Gisors découvre le vrai visage des institutions britanniques, un visage, c’est le moins que l’on puisse dire, qui est loin de correspondre au tableau harmonieux brossé au chapitre 6 du livre XI de l’Esprit des Lois. Le système électoral britannique génère une part non négligeable de vénalité. Et, de toute évidence, les Britanniques semblent s’en accommoder fort bien. Si, au milieu du xviiie siècle, certains aspects de la vie politique, en particulier la corruption régnant au sein du Parlement, sont l’objet de vives critiques, le système électoral semble curieusement épargné2. Mieux, la vénalité qui règne lors des élections est considérée comme allant de soi, un siège de député s’achetant comme on achète une charge sur le continent. Gisors apprend « qu’en général, d’être de la Chambre des Communes étoit brigué en Angleterre comme d’avoir un régiment en France, hors que l’un étoit beaucoup plus cher que l’autre3 ».

  • 4 . Ou plus exactement franco-américain. Louis Simond a quitté la France peu de temps avant la Révolu (...)

3Laissons s’écouler un demi-siècle et donnons à présent la parole à un autre observateur français en Angleterre4, Louis Simond, qui séjourne à Londres en 1810-1811. Simond se fait l’écho d’un tout autre point de vue :

  • 5 . Louis Simond, Voyage à Londres 1810-1811, Paris, La Bibliothèque, 1992, p. 122-123.

4« Il y a des abus épouvantables dans le Gouvernement, disent les réformateurs et cela vient de ce que le peuple est mal représenté. On entend répéter à tous moments, on voit partout imprimer ce fait singulier que de cinq cent cinquante-huit membres des communes pour l’Angleterre et l’Écosse, il y en a trois cent sept, c’est-à-dire la grande majorité, qui sont élus par cent cinquante-quatre individus puissants, les bourgs ou les villes qui nommaient ces députés ayant perdu leur population au point de n’avoir plus que quelques centaines d’habitants aisément gagnés pour ou contre le ministère, ou même étant si entièrement dépeuplés que leur emplacement est devenu la propriété d’un petit nombre de personnes, et, dans quelques cas, d’un seul individu : tandis que les grandes villes dont l’existence est moderne, telles que Birmingham et Manchester n’ont point de représentant au Parlement. Les sièges au Parlement qui se trouvent ainsi à la nomination d’un petit nombre d’électeurs, sont vendus publiquement pour de l’argent, ou donnés gratuitement à des amis, des parents, ou bien sont accaparés par des entremetteurs subalternes qui les revendent au Gouvernement5. »

  • 6 . Ibid., p. 73.

5Regardés avec compréhension au milieu du xviiie siècle, les dysfonctionnements du mode de représentation sont désormais considérés comme des « abus épouvantables ». Simond suggère que les critiques du système électoral sont monnaie courante dans le pays. Les Britanniques auraient été très sensibles à la campagne orchestrée par ce qu’il nomme le « nouveau troisième parti ». À la fois hostile aux Tories et aux Whigs, ce tiers parti serait composé d’une catégorie bien spécifique de sujets de Sa Majesté Britannique : « les réformateurs absolus6 ».

  • 7 . Le « long dix-huitième siècle » désigne la période de quasi-immobilisme institutionnel qui s’éten (...)

6Ces « réformateurs absolus » sont, on le devine, les radicaux qui, au même moment, militent pour une réforme de la représentation parlementaire. Si le voyageur français nous résume excellemment leurs griefs, il exagère cependant leur importance. Il est vrai que, depuis l’élection en 1807 de Sir Francis Burdett aux Communes, le radicalisme est sorti de la torpeur dans laquelle il végétait depuis la fin des années 1790. Il n’en demeure pas moins qu’en 1810, le mouvement est loin de posséder la physionomie ni la force d’un tiers parti concurrençant les Whigs et les Tories. Parti politique ? Un des traits les plus saillants du radicalisme britannique est sa nature foncièrement extraparlementaire. Et que dire de l’audience croissante des radicaux ? Il faut attendre 1832 pour que la classe politique réponde positivement à la pression from without exercée depuis plus d’un demi siècle. Et encore. Le Reform Act n’est sûrement pas un non-événement : il marque le terme du « long dix-huitième siècle » britannique7. Toutefois, ses clauses modérées sont loin de satisfaire la frange démocrate du radicalisme.

7Le regard porté par Simond sur la vie politique britannique n’en reste pas moins un excellent témoignage des attitudes politiques au début du xixe siècle. Une force nouvelle est bel et bien à prendre en considération sur l’échiquier politique : celle de ces « réformateurs absolus » qui ne tarderont à devenir des radicals. Après être revenu sur la définition de ce radicalisme, je me propose d’en rappeler l’héritage, ou plutôt les héritages, car le radicalisme est le fruit de tout un faisceau d’influences plongeant en profondeur dans la culture politique britannique du xviiie siècle. En dépit des transformations postérieures à 1815 que connaît le radicalisme, ces héritages restent très présents jusqu’au vote du Great Reform Act.

Les mots et leur sens

  • 8 . Christopher Hill, The World Turned Upside Down : Radical Ideas During the English Revolution, Lon (...)
  • 9 . Arthur Versluis, Ann Labaree, « Introduction », Journal for the Study of Radicalism, 1, 1, 2007, (...)

8Radical, radicalism : ces termes manquent singulièrement de précision dans l’historiographie anglo-saxonne. Les historiens seiziémistes ont coutume de les utiliser pour désigner les réformateurs religieux les plus avancés. À l’instar de Christopher Hill8, les spécialistes de la première Révolution anglaise s’emparent de ces mêmes termes pour examiner les idées politiques et sociales des Levellers et des Diggers ou l’hétérodoxie des sectes protestantes apparues pendant la Guerre civile et le Commonwealth. En d’autres termes, la fin du xviiie siècle et le début du xixe siècle n’ont pas le monopole du radicalisme. Ouvrons, pour nous en convaincre, la toute jeune revue lancée en 2007 par l’université de Chicago, le Journal for the Study of Radicalism. Sa ligne éditoriale appréhende le radicalisme de la manière la plus large qui soit, tant du point de vue chronologique (aucune période historique n’est a priori exclue), qu’idéologique (les radicalismes de gauche et de droite sont étudiés). La définition que la revue donne du radicalisme mérite qu’on s’y arrête. Le radicalisme, en tout premier lieu, se distingue nettement du réformisme. En second lieu, le radicalisme est le fait de « groupes qui cherchent des alternatives révolutionnaires aux institutions politiques et sociales hégémoniques, et qui utilisent des moyens d’action violents ou non-violents pour résister à l’autorité et pour provoquer le changement dans l’ordre politique et social9 ».

9Dans l’absolu, cette définition ne rencontre aucune objection. Appliquée strictement au cas britannique des dernières décennies du xviiie siècle et du début du xixe siècle, elle entraînerait cependant la disparition presque complète du phénomène que l’on se propose d’étudier dans ces pages : même à l’apogée des sociétés populaires, vers 1792-1793, la tendance révolutionnaire du radicalisme britannique a toujours été minoritaire.

  • 10 . Voir l’ouvrage de Paul Slack, From Reformation to Improvement. Public Welfare in Early Modern Eng (...)
  • 11 . C’est l’estimation de John Cannon, op. cit., p. 290-292.
  • 12 . Après l’avènement de George Ier en 1714 et les mesures prises par les Whigs pour se maintenir au (...)

10En vérité, le radicalisme britannique est indissolublement lié à l’idée de réforme, et en tout premier lieu, à la réforme du système de représentation parlementaire. Et, pour paraphraser Saint-Just, la réforme est une idée neuve dans cette Angleterre du dernier tiers du xviiie siècle10. Vers 1750, les vices du système ne sont pas regardés comme tels par le Britanniques. Ni les politiciens ni même la political nation (la population détentrice de la franchise électorale, soit environ 344 000 personnes à la veille du Reform Act11) ne condamnent les abus criants du système électoral. Jusqu’aux années 1760, l’opposition à l’oligarchie whig, qu’elle soit tory ou patriote12, se borne à réclamer un assainissement, une moralisation de la vie publique par des mesures essentiellement restauratrices : vote d’un place bill qui, en interdisant aux titulaires de charges officielles de siéger au Parlement, permettrait de limiter la corruption aux Communes ; retour aux Parlements triennaux qui existaient avant l’avènement de George Ier, et même mise en place de Parlements annuels qui briseraient la puissance de l’oligarchie whig. à la fin des années 1760, ce programme fondé sur le principe d’une restauration d’un ordre politique à maints égards idéalisé commence à céder la place à un programme réformateur. En 1766, William Pitt l’Ancien est le premier politicien d’envergure à faire la critique des bourgs pourris et à en réclamer l’abolition. Mais surtout, c’est le 25 février 1769 que le radicalisme commence à prendre forme avec la fondation à Londres de la Society of the Supporters of the Bill of Rights. Pendant l’été 1769, la Société lance auprès des électeurs une campagne nationale de pétitions pour obtenir la dissolution du Parlement. Quelques mois plus tard, le programme de la jeune société connaît une transformation majeure : il ne s’agit plus simplement de réclamer de nouvelles élections, mais d’aller à la racine du mal en demandant une réforme de la représentation parlementaire qui permettrait à l’avenir de limiter les abus lors des scrutins. L’idée de réforme commence à concurrencer le vieux paradigme restaurateur qui conditionnait jusqu’ici les comportements politiques, tant chez les politiciens de Whitehall et de Westminster que dans la sphère extraparlementaire.

  • 13 . « Where the radicals made a significant advance on the campaigns launched by the Country interest (...)

11Le rôle central de la sphère extraparlementaire constitue la seconde caractéristique du radicalisme britannique13. À partir de la fin des années 1760, les campagnes politiques, qui jusqu’alors, étaient pour l’essentiel orchestrées en sous-main par les politiciens, échappent désormais aux hommes de Westminster ou de Whitehall. En ne trouvant plus dans la classe politique stricto sensu de figure propre à entraîner un mouvement de revendications, la sphère extraparlementaire prend sa destinée en main et organise, indépendamment des cercles du pouvoir ou des milieux parlementaires, ses propres modes d’action. Même si le divorce est loin d’être définitif, comme le montre l’alliance entre 1781 et 1785 de Pitt le Jeune avec le chef de file du mouvement du Yorkshire, Christopher Wyvill, une configuration politique foncièrement nouvelle voit le jour au début des années 1770. Désormais, la sphère extraparlementaire s’est érigée face à la classe politique et agit de manière autonome.

  • 14 . élie Halévy, La formation du radicalisme philosophique, II, L’évolution de la doctrine utilitaire (...)
  • 15 . Ibid., II, p. 125 et suiv.
  • 16 . Cité par Cannon, op. cit., p. 176.
  • 17 . Leslie Mitchell, The Whig World, 1760-1837, Londres, Hambledon Continuum, 2007, nouv. éd., p. 136 (...)

12Il faut néanmoins attendre un demi-siècle pour que le mouvement apparu à la fin des années 1760 trouve le nom qu’il conservera pour la postérité. Lorsque Simond visite l’Angleterre, les « réformateurs absolus » qu’il nous dépeint ne sont pas encore devenus des « radicaux ». Fidèles à l’angle d’attaque adopté depuis le milieu des années 1790, leurs ennemis les qualifient toujours volontiers de « jacobins », voire de « niveleurs ». Radical, au sens où nous l’entendons, commence néanmoins à voir le jour. En 1811, John Cartwright, ce vétéran de la cause réformatrice, distingue dans une lettre le radical reformer et le moderate reformer14. Mais surtout, comme l’a bien montré Élie Halévy, le nom de baptême radical doit beaucoup à Jeremy Bentham. C’est à la fin des années 1800 que le philosophe, qui gravitait jusqu’alors dans les cercles du pouvoir, commence à adopter une attitude de plus en plus critique face au gouvernement et surtout face aux institutions15. Proche de Cartwright et d’un autre vétéran de la cause radicale, Francis Place, Bentham évolue par degrés vers les idées démocrates. En 1817, il publie le fruit de ses réflexions sur les institutions, son Plan of Parliamentary Reform in the Form of a Catechism with Reasons for each Article with an Introduction showing the Necessity of Radical, and the Inadequacy of Moderate Reform. Malgré son style passablement hermétique, l’ouvrage ne passe pas inaperçu. En 1818, dans l’Edinburgh Review, le Whig Sir James Mackintosh montre ses réserves et même ses craintes devant le programme démocratique du Plan : « Qui peut douter que l’établissement du suffrage universel chez des esclaves libérés n’est qu’un autre terme pour l’oppression, si ce n’est même la destruction de leurs anciens maîtres ? », s’exclame-t-il16. Ces mots sont très révélateurs de l’embarras de l’opposition whig devant les projets radicaux. Comme l’a bien souligné Leslie Mitchell, les principes fondamentaux du whiggisme, aux premiers rangs desquels figurent l’attachement sans faille à la propriété et la défense de « l’aristocratie naturelle » du royaume (les grandes familles whig) ne sont guère compatibles ni avec l’idée d’une réforme radicale ni avec le principe d’un mouvement extraparlementaire autonome de Westminster17. Au mieux trouve-t-on des Whigs comme Mackintosh, George Tierney ou le deuxième comte Grey, qui se montrent favorables à un dépoussiérage du système électoral. Le cas de Grey est tout à fait emblématique : quand, en 1792, le jeune Charles Grey fonde la Society of the Friends of the People, ce n’est pas pour promouvoir une réforme parlementaire hardie. Son objectif est, par l’adoption d’un réforme modérée, de couper l’herbe sous le pied des sociétés radicales qui fleurissent au même moment et, partant, de limiter les risques d’une révolution démocratique. La même logique prévaut, cinquante ans plus tard, lorsque Grey, à la tête du gouvernement de Sa Majesté Britannique, se fait le promoteur de la mesure qui restera dans l’histoire comme le Great Reform Act.

  • 18 . Ibid., p. 172, lettre de Grey à Brougham, 25 août 1819.
  • 19 . Document reproduit dans H. T. Dickinson, Caricatures and the Constitution 1760-1832, Cambridge, C (...)

13C’est entre 1815 et 1820 que les mots viennent confirmer la division de l’espace public entre un camp réformateur modéré et un camp radical. Désormais, dans le discours politique contemporain, se font face des moderate reformers et des radical reformers. Ce clivage verbal semble s’accuser sensiblement après Peterloo et le vote des Six Actes. Si, comme on le devine, le gouvernement et la majorité Tory n’ont pas de mots assez durs pour attaquer la conduite des boutefeux démocrates, du côté de l’opposition, Grey et ses amis condamnent également « les vilains effets de la conduite des radicaux18 ». Au terme de l’année de Peterloo, l’adjectif s’est substantivé : les radical reformers sont devenus les radicals. Et, aux yeux de ceux qui emploient ce nouveau vocable, ces « radicaux » constituent pour l’État et la société un péril aussi grand que les prétendus « Jacobins » des années 1790. Plus encore que les paroles, les caricatures du temps stigmatisent l’extrémisme supposé de ces radical reformers ou de ces radicals. S’inscrivant dans la droite ligne de James Gillray, George Cruikshank s’emploie à montrer les liens forts unissant les « Jacobins » des années 1790 et les radical reformers du temps de Peterloo19.

  • 20 . Jonathan Clark, Our Shadowed Present. Modernism, Postmodernism and History, Londres, Atlantic Boo (...)

14Soumis à un usage intensif pendant les guerres de la Révolution et de l’Empire pour mettre en garde la population contre le péril républicain et athée, le vieux mot Jacobin prend une retraite bien méritée etcède la place à l’appellation toute fraîche de Radical. Old wine in new bottles : le message alarmiste des années 1790 est réemployé sans grandes modifications dans le contexte de l’agitation de l’après-guerre. C’est ainsi que John Harford, un évangélique notoire, remarque, en commentant la réédition par les soins de Richard Carlile de The Age of Reason de Thomas Paine, qu’« il est impossible de ne pas constater la ressemblance frappante existant entre les révolutionnaires [Revolutionists] de 1793 et les radicaux [Radicals] de 1819. Ils appartiennent tous à la même famille et épousent les mêmes principes20 ».

L’héritage d’un demi-siècle de radicalisme

15Est-ce la vérité ? Pour déceler les liens d’influence qui ont été tissés par plusieurs générations de réformateurs, partons du Plan of Parliamentary Reform de Bentham, dont l’importance ne se limite pas à la seule sphère spéculative. Les idées exposées par le philosophe inspirent en effet le projet de réforme que Sir Francis Burdett présente en juin 1818 au Parlement. Dans l’esprit de Bentham et de Burdett, la réforme « radicale » suppose une série de mesures fondamentales : l’instauration du suffrage universel masculin, la mise en place du vote à bulletin secret, des Parlements annuels, un redécoupage du territoire donnant des circonscriptions électorales d’un poids égal. Comme on le remarque, le programme de réforme radicale de Bentham et de Burdett annonce celui des Chartistes. Mais s’il paraît visionnaire, ce programme est-il pour autant novateur ? Si l’on écarte le substrat philosophique qui sous-tend le projet benthamien, le plan de réforme de 1818 se donne à lire comme la réplique très fidèle du projet mis en place par John Cartwright en 1780.

  • 21 . Dickinson, Liberty and Property, op. cit., p. 219-220.

16Il faut insister sur le rôle déterminant de ce pionnier de la réforme parlementaire. En 1776, dans son pamphlet Take Your Choice !, Cartwright expose pour la première fois le principe qu’il défendra toute sa vie (il meurt en 1824) : celui du one man, one vote, c’est-à-dire du suffrage universel masculin. Pour faire triompher son idéal, Cartwright et plusieurs radicaux londoniens fondent en 1780 la Society for Constitutional Information. Le but de la SCI est de distribuer gratis au menu peuple des tracts et des brochures l’instruisant sur ses droits politiques. Simultanément, la SCI met sur pied sa plate-forme réformatrice. Une plate-forme ostensiblement radicale : les fameux six points du Chartisme (suffrage universel masculin, élections annuelles, circonscriptions électorales égales, vote à bulletin secret, suppression du cens d’éligibilité, rétribution des MPs) sont exposés par Cartwright et ses amis dès 178021.

  • 22 . Voir l’étude fondamentale de Philip Harling, The Waning of « Old Corruption ». The Politics of Ec (...)
  • 23 . Ian R. Christie, Wilkes, Wyvill and Reform. The Parliamentary Reform Movement in British Politics (...)
  • 24 . Cannon, op. cit., p. XIII-XIV, Cartwright à Wyvill (lettre datée de 1811). Les passages en italiq (...)

17À cette date, ce programme n’a guère de partisans. Les démocrates de la SCI forment un petit groupe basé essentiellement à Londres. Hormis le cas du duc de Richmond, ce descendant de Charles II qui a épousé la cause du one man, one vote, la classe politique regarde comme chimériques les projets de Cartwright. Face à cette poignée de radical reformers, pour parler comme au temps de Peterloo, se dresse le groupe plus étoffé des moderate reformers. En 1779, un gentleman du Yorkshire, Christopher Wyvill, lance dans son comté le mouvement d’associations destiné à faire pression sur le Parlement pour qu’il adopte deux trains de réformes : d’une part la réforme économique (economical reform) mettant fin aux sources de corruption à la Chambre basse par l’élimination des sinécures et autres pensions inutiles22, et, d’autre part, une réforme modérée de la représentation parlementaire (abolition des bourgs pourris, redistribution des sièges des bourgs pourris vers les comtés et les agglomérations dépourvues de représentants). Le mouvement du Yorkshire trouve un porte-parole prestigieux au Parlement : le jeune William Pitt, premier ministre à partir de décembre 1783. Pitt présente à deux reprises une motion réformatrice. Et, par deux fois, la Chambre basse repousse sa proposition23. Dès 1785, date de l’échec de la seconde tentative de Pitt-Wyvill, le mouvement réformateur est confronté à l’espèce de quadrature du cercle qui ne cessera, jusqu’en 1832, de le tarauder, et qu’a bien décrite Cartwright dans une lettre adressée à Wyvill datée de 1811 : « Comment réformer le despotisme ? C’est toute la question qui nous occupe. Nous devons en effet nous souvenir que, venant du pouvoir législatif, ce despotisme est l’unique agent de sa propre réforme […] Que disent les exemples de nos ancêtres ? C’est un grand mouvement national, mené à sa tête par les barons, qui fit fléchir le despote Jean et qui lui arracha, par la crainte, la Grande Charte […] Et c’est par la seule crainte que la faction des bourgs consentira à la réforme parlementaire24. »

18Cartwright n’a pas tort : il faut une dose d’abnégation remarquable pour que les députés (les « despotes » dans la phraséologie de Cartwright) votent la suppression d’un système dont ils sont les premiers bénéficiaires ! En insistant sur le rôle moteur de la crainte, Cartwright se montre d’une certaine manière visionnaire : la peur d’une révolution démocratique est l’une des causes du vote par le Parlement du Reform Act de 1832.

  • 25 . E. P. Thompson, The Making of the English Working Class, Londres, Penguin, 1980, nouv. éd., Alber (...)
  • 26 . Thomas Paine, Les Droits de l’Homme, éd. Claude Mouchard, Paris, Belin, 1987, p. 249.

19En s’interrogeant sur la meilleure manière de « réformer le despotisme », Cartwright a très certainement à l’esprit les vingt dernières années du mouvement réformateur qui, si elles ont été marquées par une remarquable radicalisation, ont abouti in fine à une impasse. Comme l’ont bien montré Edward Thompson et Albert Goodwin25, c’est avec la Révolution française, et, plus précisément, avec la diffusion des idées de Thomas Paine contenues dans le deuxième tome de ses Rights of Man de 1792, que se produit une mutation considérable du paysage politique britannique. Tout en réclamant une réforme radicale des institutions, Paine ne cache pas son républicanisme. En s’adressant directement aux couches populaires, Paine fait entrer dans le jeu politique un acteur qui, jusqu’à présent, était tenu en lisière par les élites, et même par des radicaux comme ceux de la SCI, qui se proposaient d’éduquer un peuple vu comme immature politiquement. Paine, au contraire, considère que le peuple britannique doit prendre son destin en main. Pour ce faire, il insiste sur le rapport étroit unissant la condition misérable des plus démunis et les vices du système politique : « Quand nous voyons, dans les pays qu’on appelle civilisés, les vieillards aller à la maison de force […], il faut qu’il y ait quelque chose de mauvais dans le système de gouvernement26. »

20Le succès des Rights of Man est incontestable. En témoignent les nombreuses sociétés populaires qui se créent en 1792, à l’image de la London Corresponding Society dirigée par le cordonnier de Piccadilly Thomas Hardy. Outre leur composition sociale inédite (le profil type est assez similaire au sans-culotte parisien : le petit artisan et le petit boutiquier), ces sociétés se distinguent par leur programme : l’objectif affiché est le suffrage universel masculin. Le réformisme reste néanmoins de mise quant aux moyens d’action : il s’agit d’obtenir cette mesure par un vote du Parlement, et non par une insurrection.

21En 1779-1785, le mouvement du Yorkshire entendait mobiliser massivement les électeurs en faveur de la réforme parlementaire. En limitant les pétitionnaires aux détenteurs de la franchise, c’est-à-dire à la political nation, Wyvill plaçait son mouvement dans la stricte légalité. C’était, selon lui, à cette seule condition qu’il serait possible de parvenir à l’adoption au Parlement d’une réforme modérée de la représentation. En 1792-1794, si l’objectif à atteindre est similaire (faire pression sur les élites politiques pour obtenir la réforme), l’action des sociétés populaires se place dans une configuration totalement inédite. La LCS et les sociétés affiliées lancent le projet d’une Convention des délégués de sociétés populaires destinée à mettre sur pied la plate-forme démocrate. En 1794-1795, après les premières mesures répressives prises par le gouvernement, les radicaux de la LCS décident de changer de tactique en tenant des meetings de masse pour obtenir la réforme parlementaire.

22Après les Two Acts de décembre 1795, qui durcissent la répression contre les sociétés populaires, le radicalisme réformateur commence à décliner. Simultanément, les radicaux les plus avancés évoluent vers le républicanisme révolutionnaire. Cet épisode clandestin est cependant éphémère. Après l’arrestation en 1798 des United Englishmen qui préparaient une insurrection combinée à un débarquement français en Angleterre, puis l’échec en 1802 de la conspiration républicaine du colonel Despard, le radicalisme républicain connaît un déclin très sensible.

  • 27 . Arthur Burns, Joanna Innes (dir.), Rethinking the Age of Reform. Britain 1780-1850, Cambridge, Ca (...)
  • 28 . Seymour Drescher, Capitalism and Antislavery. British Mobilization in Comparative Perspective, Lo (...)
  • 29 . Sur ce sujet, voir les travaux de John R. Oldfield, Popular Politics and British Anti-Slavery. Th (...)
  • 30 . Dziembowski, Rapoport, op. cit., p. 214-229.

23L’héritage radical des années 1760-1815 ne se borne pas à la campagne pour la réforme parlementaire ni aux actions clandestines menées par les républicains. Les travaux récents portant sur le mouvement réformateur insistent sur l’importance des initiatives visant à réformer les mœurs, soulager les pauvres, abolir les mesures discriminatoires envers les dissidents et les catholiques et, last but not least, aboutir à l’abolition de la traite et de l’esclavage27. Je me bornerai à souligner ce dernier aspect. En apparence, nous sommes dans un univers très éloigné de celui des radical reformers comme Thomas Hardy, Francis Place ou Henry Hunt, des républicains révolutionnaires comme Despard ou les conspirateurs de Cato Street. Le mouvement abolitionniste compte dans ses rangs des gens qui ont sans cesse montré leur attachement sans faille à l’ordre politique et social. C’est le cas, par exemple, de George Canning, qui n’a jamais montré de sympathie pour la réforme parlementaire. Mais l’on trouve aussi chez les abolitionnistes des anciens réformateurs comme Pitt ou William Wilberforce et des moderate reformers comme Henry Brougham ou Charles Grey. Enfin, les chefs de file des abolitionnistes comptent plusieurs réformateurs radicaux : c’est notamment le cas de Granville Sharp et de Thomas Clarkson. Les liens entre les deux mouvements, pour complexes qu’ils apparaissent, sont donc palpables. Mais c’est surtout dans son mode d’action que le mouvement abolitionniste emprunte des chemins résolument radicaux : il privilégie en effet la voie extraparlementaire. En témoignent les campagnes de sensibilisation de Clarkson qui multiplie réunions et meetings dans le pays ; en témoigne aussi le recours à un vaste mouvement de pétitions qui, dès 1792, dépasse très largement la sphère légale de la political nation. La campagne de 1792 atteint le chiffre alors inégalé de 519 pétitions totalisant, selon les estimations de Seymour Drescher, 390 000 signatures28. Plus radical encore est le rôle que jouent les femmes dans le mouvement29. Le fait est patent lors des campagnes « anti-saccharistes » qui, à partir de 1791, tentent d’imposer le boycott du sucre pour obtenir l’abolition de la traite. Ce radicalisme est tout aussi marqué quand commencent à apparaître, à partir de 1825, des sociétés abolitionnistes spécifiquement féminines, comme la Female Society for Birmingham. Tout se passe comme si le « fair sex » revendiquait par ces actes symboliquement forts un rôle éminent dans la sphère publique30. Vu sous cet angle, l’abolitionnisme se montre encore plus radical que la campagne pour la réforme parlementaire : l’action féminine précède de plus d’un siècle l’adoption par le Royaume-Uni du droit de vote des femmes.

  • 31 . Sur l’idéologie tory dans la première moitié du xviiie siècle, dont certains points annoncent le (...)

24Il est temps de faire le bilan des cinquante premières années du mouvement radical. Dans le domaine programmatique, la continuité prévaut. Les radical reformers des années 1815-1832 fondent leur action sur une plate-forme réformatrice qui a vu le jour dès 1780. Mieux : certains aspects de ce programme, comme les Parlements annuels et la réforme économique, remontent au début du xviiie siècle et sont bâtis sur un socle bien éloigné de ce que l’on attend de l’outillage idéologique du radical reformer des années postérieures à Waterloo, puisqu’il s’agit d’un étonnant mélange de torysme et de républicanisme classique31. La continuité est tout aussi palpable quand on considère l’héritage républicain, discernable encore en 1820 lors de la conspiration de Cato Street, qui s’inscrit dans la lignée de celle du colonel Despard.

25Considéré sous l’angle des moyens d’action, le radicalisme des années 1815-1832 se donne également à voir comme l’héritier fidèle des méthodes mises sur pied par les pionniers du mouvement. Le recours aux pétitions, comme lors de la relance du processus réformateur par Burdett en 1817-1818, ou lors du vote du Reform Act en 1830-1831 fait écho à la campagne de Wyvill ou encore à l’action des abolitionnistes. On remarque la même influence des méthodes des abolitionnistes dans l’épisode des Hampden Clubs lancés par Cartwright : à l’instar de Clarkson, Cartwright estime qu’il est bon de diffuser la bonne parole réformatrice en effectuant des tournées de conférences dans tout le pays. De même, la pression without the doors préconisée par Henry Hunt en 1819 visant à instaurer une instance représentative concurrente du Parlement (et qui mène au drame de Peterloo) fait écho aux initiatives des radicaux des années 1790, qui entendaient réunir une Convention radicale.

  • 32 . Cannon, op. cit, p. 171.

26Ce poids de la tradition ne doit pourtant pas occulter les nouveautés, et, en premier lieu, l’ampleur croissante du mouvement. En 1782, à l’apogée du mouvement du Yorkshire, 38 pétitions rassemblant 60 000 signatures sont parvenues au Parlement. En 1816-1817, pour reprendre les termes de John Cannon, l’effort pétitionnaire est « prodigieux32 ». Plus de 700 pétitions venant de plus de 350 villes sont envoyées à Westminster. En 1831, lors du débat décisif sur le Reform Bill, c’est à un raz-de-marée pétitionnaire que l’on a affaire : plus de 3000 pétitions sont envoyées au Parlement. Pour le simple comté du Kent, 81 000 signataires répondent à l’appel.

  • 33 . Ibid, p. 170-171.
  • 34 . Voir Vincent Bourdeau, François Jarrige, Julien Vincent, Les luddites. Bris de machines, économie (...)

27L’analyse géographique de ces pétitions révèle une seconde mutation fondamentale : tandis que le radicalisme, de ses origines jusqu’aux années 1790, possédait comme centre névralgique la capitale, les contrées septentrionales de l’Angleterre industrielle acquièrent désormais un poids déterminant33. Ce déplacement spatial du radicalisme a commencé dans les années 1790. En 1792, la société populaire de Leeds, une des premières à être créées, a servi de modèle à la LCS. De même, le mouvement républicain clandestin des United Englishmen possédait ses bastions les plus puissants dans les West Midlands. Enfin, ce basculement vers le Nord se confirme à la fin de la période des guerres napoléoniennes avec cette forme particulière de radicalisme qu’est le luddisme34.

28Outre sa relative prolétarisation, le radicalisme des années postérieures à 1815 voit également son profil sociologique évoluer sous la poussée de la middle class. Le fait est patent lors de la mobilisation pour le Reform Bill. En 1780, au temps de Wyvill, l’action était menée avant tout par la gentry des comtés. Vers 1793, le relais a été pris par le petit peuple des artisans et des boutiquiers. Vers 1831-1832, c’est l’alliance de la middle class et des ouvriers de l’Angleterre noire qui est à l’origine du mouvement pétitionnaire et des manifestations visant à intimider les adversaires de la réforme. Ce poids de la middle class a un effet essentiel sur le mouvement : avec l’arrivée au premier plan de personnalités comme Thomas Attwood, le radicalisme a tendance à se « déradicaliser » et retrouve la configuration politico-sociale qui prévalait au temps de Pitt et de Wyvill : un ministère prêt à promouvoir une réforme modérée soutenu par une nation encadrée par les forces vives du pays. La différence avec les années 1779-1785 tient aux mutations sociales du Royaume-Uni : la gentry a cédé la place aux middle classes.

  • 35 . Document reproduit dans H. T. Dickinson, Caricatures and the Constitution, op. cit., p. 325. La c (...)

29Cette mutation ultime du radicalisme (ou cette « déradicalisation ») est très clairement exprimée par les caricaturistes. En 1819, George Cruikshank représentait les Radicals comme des Jacobins. Au moment du débat sur le Reform Bill, le message est devenu plus subtil, comme le montre l’estampe de Robert Seymour35:

30Afin de détourner le public des idées démocrates, Seymour met en exergue le moderate reformer du Parlement, dont la modernité se reconnaît par son apparence physique. Parmi les quatre personnages, le Whole Bill Reformer est le seul à être habillé selon les canons de la mode de 1830. Si le Radical Reformer est un peu moins old-fashioned que les deux personnages de droite, il n’en est pas moins devenu, par son habillement qui suggère la mode des années 1800-1810, un être du passé. Le message est limpide : le radical reformer, à coup sûr, est une espèce en voie d’extinction. L’heure est à la réforme modérée du Parlement.

Conclusion

  • 36 . Louis Blanc, Lettres d’Angleterre (1861-1865), éd. Gilbert Bonifas et Martine Faraut, Paris, L’Ha (...)

31« Je vous écrivais, il y a quelque temps, que cette question de la réforme parlementaire ici semblait avoir été reléguée au nombre des choses mises en réserve ; qu’un grand calme régnait dans les régions ordinairement agitées par la politique, et que la nation anglaise paraissait satisfaite de sa situation présente, au point de ne demander rien de plus. Mais j’ajoutais, si j’ai bonne mémoire, qu’il ne fallait pas prendre ce calme pour de l’engourdissement ; que la vie politique pouvait renaître ici d’un moment à l’autre avec ses aspirations indomptables ; que, seulement, le peuple anglais était en train de jouir à son aise de ce privilège de la force : la patience, et qu’il en agissait envers le progrès comme envers une puissance qu’il savait à ses ordres, c’est-à-dire à la façon d’un maître qui, avec une superbe nonchalance, donne momentanément congé à son serviteur, bien sûr que, pour le rappeler, il n’aura qu’un mot à dire36. »

  • 37 . Voir l’ouvrage de Miles Taylor, The Decline of British Radicalism, 1847-1860, Oxford, Clarendon P (...)

32Ces lignes auraient pu être écrites à la fin des années 1780, quand le radicalisme, après des débuts prometteurs, connaissait sa première phase momentanée de déclin, ou au début du xixe siècle lorsque la peur du « jacobinisme » anéantissait toute perspective de réforme, ou encore au milieu des années 1820 quand la prospérité économique semblait détourner les regards du spectacle des sièges de MP vendables au plus offrant. Cette analyse date en réalité de 1862. Son auteur, Louis Blanc, alors en exil au Royaume-Uni, a bien perçu une des spécificités du combat pour la réforme parlementaire : celui-ci s’inscrit dans la moyenne, voire la longue durée. À la date où Blanc écrit ces lignes, le radicalisme – si tant est que ce terme convienne toujours37 – est pour ainsi dire centenaire. Or quel est son bilan ? Un Reform Act qui, pour être Great, n’en reste pas moins très en deçà des objectifs que s’étaient assignés les radicaux un demi-siècle plus tôt. Lorsqu’on la considère dans sa globalité, des années 1760 aux années 1830, l’histoire du radicalisme britannique laisse une impression puissante de répétition. En gros, l’essentiel est dit dans les années 1780-90, ce qui suit n’étant qu’une variation sur un canevas préexistant. En définitive, cette longue histoire donne raison à Louis Blanc : la patience est un trait essentiel du caractère britannique. Les radical reformers ont plus d’un trait en commun avec les hommes et les femmes qui se battent pour l’abolition de la traite et de l’esclavage. On pensera à Wilberforce qui, à chaque session parlementaire, et en dépit de l’hostilité de la majorité de la Chambre, présente imperturbablement sa motion abolitionniste. De même, le combat radical se perpétue-t-il pendant plusieurs générations, avec en toile de fond la même question lancinante, celle que se posait Cartwright en 1811 : « Comment réformer le despotisme ? ».

Haut de page

Notes

1 . Journal de voyage de M. le Comte de Gisors en Angleterre, Archives du Ministère des Affaires étrangères (après A. E.), Mémoires et Documents (après M. D.), Angleterre, 1, fol. 21r., 5 février 1754.

2 . Sur le large consensus des élites sur le système électoral et l’absence de programme de réforme de la représentation parlementaire, voir l’étude classique de John Cannon, Parliamentary Reform, 1640-1832, Cambridge, Cambridge University Press, 1972, p. 24-46.

3 . Journal de voyage de M. le Comte de Gisors en Angleterre, A. E., M. D., Angleterre, 1, fol. 22v., 5 février 1754.

4 . Ou plus exactement franco-américain. Louis Simond a quitté la France peu de temps avant la Révolution pour vivre aux états-Unis.

5 . Louis Simond, Voyage à Londres 1810-1811, Paris, La Bibliothèque, 1992, p. 122-123.

6 . Ibid., p. 73.

7 . Le « long dix-huitième siècle » désigne la période de quasi-immobilisme institutionnel qui s’étend de la Glorieuse Révolution de 1688 au Great Reform Act de 1832. Voir Franck O’Gorman, The Long Eighteenth Century. British political and social history, 1688-1832, Londres, Arnold, 1997.

8 . Christopher Hill, The World Turned Upside Down : Radical Ideas During the English Revolution, Londres, Temple Smith, 1972.

9 . Arthur Versluis, Ann Labaree, « Introduction », Journal for the Study of Radicalism, 1, 1, 2007, p. VII.

10 . Voir l’ouvrage de Paul Slack, From Reformation to Improvement. Public Welfare in Early Modern England, Oxford, Oxford University Press, 1999, qui explore la genèse de l’idée réformatrice dans la sphère politico-sociale de 1500 à 1740. Voir également Joanna Innes, « La “réforme”dans la vie publique anglaise. Les fortunes d’un mot », Histoire, économie et société, 2005, 24-1, p. 68-88.

11 . C’est l’estimation de John Cannon, op. cit., p. 290-292.

12 . Après l’avènement de George Ier en 1714 et les mesures prises par les Whigs pour se maintenir au pouvoir, les Tories sont constamment dans l’opposition. Vers 1725-1730 apparaît le groupe des patriotes, né d’un rapprochement de certains Tories et de Whigs dissidents hostiles à Sir Robert Walpole. Ce groupe entend restaurer la Constitution dans sa pureté primitive, bannir la corruption au sein du Parlement, restaurer les libertés du peuple anglais et favoriser le règne d’un roi patriote qui rétablirait la concorde entre les partis.

13 . « Where the radicals made a significant advance on the campaigns launched by the Country interest was in leading and organizing their opposition out-of-doors rather than the confines of Westminster. The Country opposition wanted the electorate merely to endorse its policies. The radicals wanted the people, even those at present without the vote, to exert a powerful influence over Parliament », H. T. Dickinson, Liberty and Property. Political Ideology in Eighteenth-Century Britain, Londres, Methuen, 1979, nouv. éd., p. 197.

14 . élie Halévy, La formation du radicalisme philosophique, II, L’évolution de la doctrine utilitaire de 1789 à 1815, Paris, PUF, 1995, nouv. éd., p. 138.

15 . Ibid., II, p. 125 et suiv.

16 . Cité par Cannon, op. cit., p. 176.

17 . Leslie Mitchell, The Whig World, 1760-1837, Londres, Hambledon Continuum, 2007, nouv. éd., p. 136-137 et 170-174.

18 . Ibid., p. 172, lettre de Grey à Brougham, 25 août 1819.

19 . Document reproduit dans H. T. Dickinson, Caricatures and the Constitution 1760-1832, Cambridge, Chadwyck-Healey, 1986, p. 260. La caricature date du 1er décembre 1819.

20 . Jonathan Clark, Our Shadowed Present. Modernism, Postmodernism and History, Londres, Atlantic Books, 2003, p. 118.

21 . Dickinson, Liberty and Property, op. cit., p. 219-220.

22 . Voir l’étude fondamentale de Philip Harling, The Waning of « Old Corruption ». The Politics of Economical Reform in Britain, 1779-1846, Oxford, Clarendon Press, 1996.

23 . Ian R. Christie, Wilkes, Wyvill and Reform. The Parliamentary Reform Movement in British Politics 1760-1785, Londres, Macmillan, 1962, p. 68 et suiv.

24 . Cannon, op. cit., p. XIII-XIV, Cartwright à Wyvill (lettre datée de 1811). Les passages en italiques sont soulignés par Cartwright.

25 . E. P. Thompson, The Making of the English Working Class, Londres, Penguin, 1980, nouv. éd., Albert Goodwin, The Friends of Liberty. The English Democratic Movement in the Age of the French Revolution, Cambridge, Mass, Harvard University Press, 1979.

26 . Thomas Paine, Les Droits de l’Homme, éd. Claude Mouchard, Paris, Belin, 1987, p. 249.

27 . Arthur Burns, Joanna Innes (dir.), Rethinking the Age of Reform. Britain 1780-1850, Cambridge, Cambridge University Press, 2007, nouv. éd.

28 . Seymour Drescher, Capitalism and Antislavery. British Mobilization in Comparative Perspective, Londres, Macmillan, 1986 , p. 82, Edmond Dziembowski, Michel Rapoport, Le débat sur l’abolition de l’esclavage, Grande-Bretagne, 1787-1840, Neuilly-sur-Seine, Atlande, 2009, p. 188 et suiv.

29 . Sur ce sujet, voir les travaux de John R. Oldfield, Popular Politics and British Anti-Slavery. The Mobilisation of Public Opinion against the Slave Trade, 1787-1807, Londres, Routledge, 1995 et de Clare Midgley, Women against Slavery. The British Campaigns, 1780-1870, Londres, Routledge, 1992.

30 . Dziembowski, Rapoport, op. cit., p. 214-229.

31 . Sur l’idéologie tory dans la première moitié du xviiie siècle, dont certains points annoncent le radicalisme, voir l’étude de Linda Colley, In Defiance of Oligarchy : The Tory Party, 1714-60, Cambridge, Cambridge University Press, 1982. Sur le républicanisme classique et l’idéologie True Whig, voir le travail de Caroline Robbins qui, malgré son âge, reste toujours fondamental, The Eighteenth Century Commonwealthman, Cambridge, Mass., Harvard University Press, 1959.

32 . Cannon, op. cit, p. 171.

33 . Ibid, p. 170-171.

34 . Voir Vincent Bourdeau, François Jarrige, Julien Vincent, Les luddites. Bris de machines, économie politique et histoire, Maisons-Alfort, Ere, 2006.

35 . Document reproduit dans H. T. Dickinson, Caricatures and the Constitution, op. cit., p. 325. La caricature date du 1er août 1831.

36 . Louis Blanc, Lettres d’Angleterre (1861-1865), éd. Gilbert Bonifas et Martine Faraut, Paris, L’Harmattan, 2001, p. 11-12 : « Réforme électorale en perspective », 25 novembre 1862.

37 . Voir l’ouvrage de Miles Taylor, The Decline of British Radicalism, 1847-1860, Oxford, Clarendon Press, 1995.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://chrhc.revues.org/docannexe/image/2080/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 856k
URL http://chrhc.revues.org/docannexe/image/2080/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Edmond Dziembowski, « Le radicalisme au début du xixe siècle, ou le poids des héritages », Cahiers d'histoire. Revue d'histoire critique, 111 | 2010, 17-33.

Référence électronique

Edmond Dziembowski, « Le radicalisme au début du xixe siècle, ou le poids des héritages », Cahiers d'histoire. Revue d'histoire critique [En ligne], 111 | 2010, mis en ligne le 21 septembre 2010, consulté le 25 octobre 2014. URL : http://chrhc.revues.org/2080

Haut de page

Auteur

Edmond Dziembowski

Maître de conférences HDR en histoire moderne à l’Université de Franche-Comté

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page