Navigation – Plan du site
DOSSIER

Manabendra Nath Roy (1887-1954), « représentant des Indes britanniques » au Komintern ou la critique de l’impérialisme britannique

Jean Vigreux
p. 81-95

Résumé

Connu sous le nom du « Brahmane du Komintern », grâce à un documentaire récent, M-N Roy a joué un rôle non négligeable dans le processus de mondialisation et surtout de lutte contre l’impérialisme britannique. Figure de l’Internationale communiste jusqu’en 1929, il s’emploie à défendre l’Inde et les peuples opprimés.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

Inde

Chronologie :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

« Toute histoire, même celle des fragments,

est une histoire qui s’inscrit implicitement dans l’universel »,

Christopher Baily, La naissance du monde moderne (1870-1914),

Paris, L’Atelier, 2009, p. 29

1Si les rapports entre monde britannique et Internationale communiste restent assez ténus dans l’ensemble – on ne peut pas dire que le monde britannique soit un haut lieu de l’implantation du « parti mondial de la Révolution » ou Internationale communiste –, il ne faudrait pas pour autant négliger certains moments et quelques faits marquants de cette rencontre improbable. Une approche multiscalaire ou de séquences historiques précises invitent alors à la prudence.

2Rappelons, entre autres, la grève générale de 1926, où les mineurs fer de lance de la contestation résistent plus de six mois avec Arthur-James Cook, secrétaire du syndicat qui aimait rappeler « qu’il était l’humble disciple de Lénine », radicalisant alors les esprits. Pour l’anecdote, 1,1 million de livres avaient été envoyées par le Profintern (Internationale syndicale rouge liée au Komintern), mais cet argent fut retourné à l’expéditeur. Il est vrai que cette grève a isolé pour longtemps les militants communistes au sein du Trade Union Congress et de la gauche britannique… La naissance de partis communistes en Australie1 ou en Nouvelle-Zélande 2 témoigne aussi de cette rencontre particulière.

3Enfin, cette approche par petites touches invite à prendre en compte l’itinéraire de Manabendra Nath Roy (de son vrai nom Narendranath Bhattacharya) qui fut dirigeant de l’Internationale communiste. Son parcours reste souvent négligé, d’autant qu’il a été écarté en 1929-1930 d’un monde communiste stalinisé. Pourtant, en 2007, un documentaire réalisé pour la télévision par Vladimir Léon, intitulé « Le Brahmane du Komintern » réhabilitait quelque peu le cadre communiste3.

4Différentes biographies4 complètent cette approche et les auteurs retracent son itinéraire, soulignant la spécificité de son œuvre politique. Il ne s’agira pas ici de résumer tous ces travaux, mais de tenter de comprendre et d’expliquer en quoi un ressortissant indien, militant révolutionnaire, issu d’une haute caste indienne, devient un cadre du Komintern et surtout un porte-parole anticolonialiste, dans une période marquée par la sortie de la Grande Guerre, la vague révolutionnaire et l’onde de choc de la révolution russe qui réveillent les contestations sociales.

5L’ouverture des archives de Moscou et le renouveau historiographique qu’elles ont suscité 5 – en particulier pour le monde britannique, les travaux menés par Kevin Morgan et son équipe – permettent d’aborder les rapports entre le parti communiste britannique, le parti communiste d’Inde et l’Internationale communiste6. Grâce à un dialogue international entre chercheurs qui décloisonne les champs de recherches, Kevin Morgan peut faire connaître et surtout confronter les différents acquis historiographiques comme les recherches de Sobhanlal Datta Gupta, spécialiste indien du Komintern.

émergence d’un cadre communiste

  • 9  Christopher Bayly, La naissance du monde moderne (1780-1914), Paris, Le Monde diplomatique et les (...)

6Manabendra Nath Bhattacharya est un fils de brahmane – membre héréditaire de la caste sacerdotale, la première des grandes castes de l’Inde – de la région de Calcutta, Dinabandhu Bhattacharjee, qui « avait abandonné le culte de la déesse Ksheputaswari pour enseigner le Sanskrit à l’école locale7 ». Scolarisé à l’école anglo-sanskrit d’Harinavi jusqu’en 1905, il poursuit des études de mathématiques8. C’est dans ce milieu particulier des brahmanes, fort bien décrit par Christopher Bayly, qu’il appréhende la définition de l’oekoumène indien9.

  • 11  Voir Eric Hobsbawm, « Libéralisme et socialisme : le cas anglais » Genèses, n° 9, 1992 (Conservati (...)

7En ce début de siècle, il rencontre Sivanarayn Swami, un ancien cipaye révolté, et considère que les hindous sont entrés en décadence « par la faute des castes et des traditions désuètes10 ». à l’âge de quatorze ans, Manabendra Nath Bhattacharya aurait participé à un attentat terroriste contre l’administration britannique. Grandissant dans l’Inde britannique au sein de l’une des plus hautes castes, il épouse la cause du nationalisme bengali au sein du groupe Anushilan Samiti et la cause des plus pauvres. Ainsi, son itinéraire qui peut sembler atypique se rapproche des Lords anglais acquis au radicalisme, voire au socialisme au cours du xixe siècle11.

8Quittant l’Inde au cours de la Première Guerre mondiale afin d’acheter des armes pour organiser la rébellion, il voyage en Birmanie, Indonésie, Philippines, Japon, Chine, puis aux États-Unis. Son ouverture sur le monde, trait important de la mondialisation britannique et de son esprit de voyageur, en font un des micro-acteurs du monde britannique parmi tant d’autres, mais aussi un exilé…

9Échouant dans sa tentative d’achat d’armes, il entre à l’université de Stanford en Californie aux États-Unis. Arrêté en 1916, comme dangereux révolutionnaire, il prend à partir de cette date comme pseudonyme le nom de Roy (Manabendra Nath Roy). À Stanford, il fait la connaissance d’Evelyne Trent qui le suit dans son périple12. Ils s’installent à New York et se marient en 1917. Contraints de fuir les États-Unis, ils débarquent au Mexique en 1917 où le pays connaît l’agitation révolutionnaire zapatiste.

10Roy met à profit ce séjour pour parfaire sa maîtrise des langues ; polyglotte, il parle et écrit en bengali, en anglais, en espagnol, en allemand, en français et en russe. C’est au Mexique, qu’il publie son premier livre en espagnol, La India, Su Pasado, Su Presente Y Su Porvenir (L’Inde, son passé, son présent et son avenir) dans lequel il développe ses thèses anticolonialistes.

11Dans cette effervescence révolutionnaire, il fait la rencontre primordiale de l’exilé russe bolchevik Mikhaïl Borodine, qui avait dû quitter la Russie après les événements de 1905. C’est un moment crucial et fondateur ; M-N Roy épouse alors la cause du bolchevisme et participe à la création du Parti communiste mexicain, devenant un membre de l’Internationale communiste13.

12Entre temps, à la fin de l’année 1917, il a publié une lettre ouverte au président américain Wilson, dans laquelle il dénonce avec force et précision l’injustice dans laquelle se trouve son pays, l’Inde. Il déplore les conséquences désastreuses de la présence britannique : le budget de l’éducation ne représente que 12 %, alors que le budget de la défense est de 30 % ; l’alphabétisation ne touche que 15 % de la population pour un pays de 300 millions d’habitants ; il n’y a que 5 écoles de médecine avec 1800 étudiants ; seules 3 écoles d’agriculture sont installées sur le sol indien, etc., et d’évoquer avec ironie la mission civilisatrice de l’Angleterre14. Son regard sur l’exploitation de l’Inde fait également référence à la dure répression de la révolte des Cipayes, sur laquelle il propose une étude précieuse, poursuivant quelques années plus tard les travaux pionniers de Karl Marx15. S’adresser publiquement au Président des États-Unis, qui en appelle à un nouvel ordre international fondé sur le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, c’est à la fois dénoncer la duplicité des libéraux, mais c’est aussi prendre appui sur le pays qui le premier a su s’émanciper de la tutelle britannique. M-N Roy affûte alors sa plume pour dénoncer l’impérialisme britannique et devient un auteur important d’articles et d’ouvrages qui sont publiés au sein du mouvement révolutionnaire. En retour, il est invité au deuxième Congrès de la Troisième Internationale16, qui est plus connu comme celui de la véritable fondation du modèle communiste avec la mise en place de partis qui doivent adhérer aux vingt et une conditions afin de démasquer les « réformistes » pour retrouver les « vrais révolutionnaires »17. L’Internationale communiste est donc conçue comme un instrument de lutte permettant l’accomplissement de la révolution prolétarienne à travers le monde et la libération de tous les opprimés18.

13À Moscou, au sein de la « terre sainte » (« The holy land ») selon ses propres mots19, il rencontre les dirigeants de l’IC alors qu’il a 33 ans (habillé à l’occidentale, costume cravate et chaussures blanches [cf. photo infra]).

Agrandir Original (jpeg, 164k)Deuxième Congrès de l’IC, Moscou, 1920. Photographie de Viktor Bulla

De gauche à droite, au premier plan: Lénine, Gorki, Zorine, Zinoviev, M-N Roy (X), Maria Oulianova, Bombacci

Arrière plan: Karakhane, Radek, Boukharine

14Entre 1917 et 1925, il est secondé dans son travail militant par sa femme, qui prend le nom de Shanti Devi, participant activement à la naissance du communisme en Inde.

15Lors de ce congrès où sont discutées également les thèses de l’Internationale communiste, le référentiel idéologique, Lénine invite à prendre en considération la question coloniale, « l’impérialisme apporte la guerre comme la nuée porte l’orage », prolongeant sa réflexion sur L’impérialisme stade suprême du capitalisme20. Si Lénine propose de créer de nouveaux foyers d’agitation révolutionnaire au sein des colonies en prenant appui sur les mouvements nationalistes, M-N Roy conteste Lénine sur plusieurs points. Écoutons-le : « Camarades, en tant que représentant des Indes britanniques, j’ai soumis au congrès et à la commission certaines thèses complémentaires, qui doivent être énoncées ici, puisqu’elles n’ont pas été imprimées… » Évoquant l’impérialisme capitaliste en Chine et en Inde, il précise que « l’une des sources majeures dont le capitalisme européen tire sa force principale se trouve dans les possessions et dépendances coloniales. Sans le contrôle des marchés étendus et du vaste champ d’exploitation qui se trouvent dans les colonies, les puissances capitalistes d’Europe ne pourraient maintenir leur existence même pendant un temps très court. L’Angleterre, rempart de l’impérialisme, souffre de surproduction depuis plus d’un siècle. Sans les vastes possessions coloniales qu’elle a acquises pour l’écoulement de ses marchandises et pour servir de source de matières premières pour ses industries sans cesse croissantes, il y a longtemps que le système capitaliste de l’Angleterre se serait écroulé sous son propre poids. C’est en réduisant en esclavage les centaines de millions d’habitants de l’Asie et de l’Afrique que l’impérialisme anglais est arrivé à maintenir jusqu’à présent le prolétariat britannique sous la domination de la bourgeoisie. Le surprofit obtenu par l’exploitation des colonies est le soutien principal du capitalisme contemporain, et aussi longtemps que celui-ci n’aura pas été privé de cette source de surprofit, ce ne sera pas facile à la classe ouvrière européenne de renverser l’ordre capitaliste21 ».

  • 22  RGASPI 489/1/6: deuxième Congrès de l’IC, (Moscou, 19 juillet-7 août 1920).

16Cette analyse des surprofits obtenus à partir des colonies structure sa pensée ; pour lui, le pilier du capitalisme moderne est là. Partant du développement colonial indien, M-N Roy considère qu’il s’agit d’un moment particulier du capitalisme qui donne à la bourgeoisie coloniale un rôle spécifique au sein de l’ordre colonial, alors que Lénine analyse cette phase comme pré-capitaliste. Au sein de ce débat marxiste, M-N Roy insiste sur le fait que « la bourgeoisie coloniale a un rôle réactionnaire », ayant pour unique objectif de « remplacer les exploiteurs étrangers », et que le mouvement révolutionnaire doit être fondé sur la paysannerie et le prolétariat, seuls véritables acteurs de la Révolution. Dans cette optique maximaliste par rapport à Lénine, M-N Roy refuse de s’allier à la bourgeoisie indienne et propose de créer un véritable parti révolutionnaire, considérant le parti du Congrès comme l’expression politique de cette bourgeoisie. Il estime alors que « le sort du mouvement révolutionnaire en Europe dépend entièrement du cours de la révolution à l’Est22 ».

17Sa critique de Gandhi porte surtout sur l’absence de perspective révolutionnaire ; pour M-N Roy, l’indépendance de l’Inde devait reposer sur un parti de masse fondé sur le principe des intérêts de classe. Ainsi, il s’oppose avec force à Gandhi et au parti du Congrès qui affirment en 1920 que « l’objet du Congrès National Indien est l’obtention de l’indépendance par tous les moyens légitimes et pacifiques », dénonçant ainsi l’absence de perspective révolutionnaire afin de changer l’ordre social indien.

18L’onde de choc des révolutions russes et les sorties de la Première Guerre mondiale – la phase d’agitation révolutionnaire (1917-1921) – semblent donner raison à M-N Roy à l’échelle globale. C’est pourquoi Lénine l’intègre à sa nouvelle Internationale. Aux lendemains du Congrès, il devient un permanent du Komintern, où il travaille sur les thèses anticoloniales, puis voyage partout pour défendre les thèses de l’IC.

19Véritable commis voyageur du Komintern, il parcourt l’Asie et l’Europe ; c’est un internationaliste aguerri face à la mondialisation britannique, dont les voyages ouvrent l’horizon. Toutefois, en Inde, c’est bel et bien le parti du Congrès qui l’emporte, et les différents noyaux communistes appliquent la ligne léniniste de coopération avec les forces nationalistes : « Les forces révolutionnaires étaient infimes comparées à celles du Congrès et, malgré leurs efforts, ne parviendront pas à influencer sa ligne politique23. »

Un communiste anticolonialiste : Komintern, PC indien et PC britannique

20M-N Roy, au cœur d’un autre monde britannique… Entre 1920 et 1930, il voyage beaucoup, reste un Indien en exil, mais pour qui la lutte d’émancipation politique de son pays reste un pilier essentiel de son engagement, de son action et de sa réflexion. Comme le rappelle sa première femme Evelyne Trent : « à partir de 1920, Roy a vécu la vie d’un exilé politique à l’étranger, traqué par des agents des services secrets et la pression de l’autorité britannique. Des mandats d’arrêt ont été délivrés en Allemagne en 1922 et en France en 1924 quand il fut arrêté et expulsé dans un délai d’une heure24 ». C’est à partir de cette expulsion de France, entre 1924 et 1925, que le couple se sépare et Evelyne Trent rentre en Californie.

21Il écrit plusieurs papiers au sein de la Correspondance internationale, organe politique de l’IC ; certains sont repris dans les journaux nationaux des PC (le PCGB ou le PCF dans les Cahiers de bolchevisme, mais aussi pour les communistes indiens). Il n’hésite pas à comparer la situation de l’Inde, de l’Égypte et de l’Irlande à plusieurs reprises au cours de ces années 192025.

22Au Ve Congrès du Komintern, en juin 1924, qui prévoit la « bolchevisation », on invite de nouveaux alliés, comme les paysans croates, mais M-N Roy s’emploie à rappeler le rôle des prolétaires des pays coloniaux au sein de la révolution mondiale. Dans cette optique, il réaffirme clairement ce qu’il avait proposé au IIe Congrès, à savoir couper les liens avec les mouvements d’émancipation nationale : « Nous devons avoir des relations directes avec les masses et non avec les “mouvements d’émancipation nationale”. Ceux-ci embrassent toutes sortes de classes et de buts26. »

23Si sa typologie sur les pays coloniaux peut être remise en cause, il n’en demeure pas moins que son intervention est riche pour notre réflexion sur le monde britannique. Il divise les pays coloniaux en trois groupes :

241. les pays où la forme dominante est encore le féodalisme ;

252.les pays semi-coloniaux approchant d’un État national, mais dominés financièrement et militairement par des pays impérialistes ;

263.les colonies pures, dominées complètement par l’impérialisme.

27Pour M-N Roy, le premier groupe ne joue pas un grand rôle, dans la mesure où les révoltes sont sporadiques, « désorganisées » et surtout « dirigées par des réactionnaires », voire des « traîtres ». Il est difficile de leur donner une orientation révolutionnaire, mais il faudrait les reconnaître comme des alliés et les soutenir un peu plus que par des résolutions.

28Dans le deuxième groupe, où il place la Perse et la Chine, il invite ses camarades à poursuivre leurs efforts afin de dégager des revendications plus justes, fondées sur un caractère social. Son projet est clair, s’il soutient la lutte contre l’impérialisme, celle-ci doit revêtir un caractère avant tout de classe. En ce sens, il s’efforce à souligner les éléments en faveur de la lutte des classes : « Manouilsky a dit que, dans l’année passée, le mouvement nationaliste dans les Indes britanniques s’est sensiblement ranimé. En 1920 et en 1921, le mouvement nationaliste, dirigé par des leaders bourgeois et petits-bourgeois, avait, en effet, jeté la terreur dans les cœurs des impérialistes britanniques. Mais cette période est maintenant passée. Il serait erroné de prétendre le contraire ou de considérer la grève de Bombay comme une preuve de la puissance du mouvement nationaliste. »

29« Qu’était-ce que la grève de Bombay ? Dans tout autre pays, on l’aurait considérée comme de première importance révolutionnaire, mais comme elle a eu lieu dans un pays colonial, personne n’en sait rien. Pendant trois mois, 150 000 hommes et 30 000 femmes ont fait grève contre l’impérialisme capitaliste hindou et britannique. Ce fut un mouvement véritablement révolutionnaire et qui n’a rien à voir avec le mouvement national. Il a eu son origine dans le conflit entre les intérêts capitalistes hindous et britanniques dans le Textile27. » Et d’ajouter :

30« Manouilsky a aussi parlé de la lutte des paysans. La lutte de la paysannerie est une lutte de classe des paysans exploités contre les propriétaires fonciers hindous et elle se poursuit parallèlement à la lutte des ouvriers des villes contre les capitalistes hindous. En 1920 et 1921, au contraire, les paysans et les propriétaires révoltés étaient dirigés par les bourgeois et les petits-bourgeois, qui ne comprenaient pas la signification des forces révolutionnaires qu’ils appelaient à l’action. Le mouvement nationaliste se trouve donc aujourd’hui divisé par la lutte de classe. Avec quelle classe devons-nous avoir notre “contact direct” ? Les petits-bourgeois sont toujours enchaînés par leur idéologie au féodalisme et à la grande propriété foncière et ils sont séparés des masses, mais si nous organisons les paysans et les ouvriers, ils prendront en mains les petits-bourgeois qui sont à présent prêts à conclure des compromis avec l’impérialisme pour la paix et l’argent28. »

31Le ton est enthousiaste, sans doute volontariste, comme y invite la rhétorique kominternienne, mais le regard sur l’Inde britannique est assez juste. On pourrait dire la même chose pour l’Égypte qu’il présente également dans son discours.

32Sur l’Égypte, sa fine analyse de l’impérialisme britannique au cours des années 1920 emprunte aussi à l’histoire de la colonisation. Ses références sont précises et ciselées, il n’hésite pas à reprendre des textes anciens, comme le manifeste du parti national égyptien de 1868 : « Le lion britannique est vorace. Mais il ne tue pas sa proie. Il la laisse vivre, pour savourer son sang goutte par goutte et sa chair morceau par morceau. Le traitement infligé à nos frères de l’Inde nous attend. La malheureuse Égypte est condamnée. Plutôt la mort qu’une telle existence. Levons-nous, nous, les serviteurs de Dieu ! L’Égypte aux Égyptiens ! »

33« Ce n’est pas là la voix d’un peuple heureux, qui goûte les joies d’une « civilisation pacifique ». C’était évidemment le cri désespéré de ceux qu’on mène au supplice. Ces barbares n’ont pas vraiment le sens de la gratitude. Aujourd’hui, les Égyptiens parlent toujours la même langue. 50 années de mise en coupe réglée n’ont pu faire apprécier les bienfaits de la civilisation29. »

34Si M-N Roy accepte de lutter avec les éléments bourgeois contre l’impérialisme britannique, cela doit se faire en leur posant « des revendications de plus en plus fortes, mais sans compromis ». En fait, sa méfiance repose surtout sur l’échec de la révolte des Cipayes, révolte féodale qui a assis le pouvoir d’une bourgeoisie. Tirant les leçons de cette déroute, il refuse tout aspect religieux, en particulier il affiche son mépris pour l’hindouisme. On pourrait presque suggérer qu’il se comporte comme un aristocrate, contre les bourgeois et les commerçants. Intellectuel et homme de l’écrit, M-N Roy publie en 1922 India in Transition, (Geneva, 1922),ouvrage traduit en français sous le titre, La Libération des Indes30.

35Intransigeant, il s’en prend, entre 1919 et 1922, au Parti du Congrès de Gandhi, mais aussi aux partis du mouvement ouvrier britannique ; il s’emploie à dénoncer la duplicité du Labour party ou de l’Independent labour party, qui, malgré une phraséologie anticolonialiste, se comportent en Britanniques, loin des aspirations internationalistes et fraternelles31.

36Cette critique est aussi faite au parti communiste britannique (CPGB), qui dès ses débuts surveille la section indienne, puis avec la stalinisation de l’IC, essaye d’en garder le contrôle. Ce paradoxe l’amène à dénoncer à plusieurs reprises au CEIC cet état de fait, soulignant à la fois les enjeux des rivalités multiples au sein du Komintern32.

37D’autre part, M-N Roy s’était opposé à la tenue du Congrès de Bakou ou Premier Congrès des peuples de l’Orient, considérant qu’il s’agissait d’une « pittoresque cavalcade », d’un spectacle, voire du « cirque de Zinoviev33 », signalantque « Lénine sourit avec indulgence sur ma perversité ; Zinoviev était en colère […] et Radek ridiculisa mon manque de sérieux ». Si la critique de Roy est sévère, elle n’a pas eu les effets attendus, puisque ce Congrès est un succès pour l’IC, avec 2 850 délégués34, « dont 235 Turcs, 192 “Persans et Parsis”, 157 Arméniens, 100 Géorgiens, 8 Chinois, 8 Kurdes, 3 Arabes, des Caucasiens divers, 15 Indiens, des Coréens35 ». Lors du Congrès, Zinoviev et d’autres orateurs appellent les peuples de l’Orient à lutter contre l’impérialisme, particulièrement l’impérialisme britannique considéré comme le seul grand empire à avoir survécu à la Grande Guerre. Le manifeste proclame : « Résultat d’un carnage colossal et barbare, l’impérialisme britannique est apparu comme l’unique et seul maître tout-puissant de l’Europe et de l’Asie » et d’ajouter : « L’Angleterre, dernier puissant prédateur impérialiste d’Europe, a déployé ses ailes noires sur les pays musulmans d’Orient, elle tente d’écraser les peuples d’Orient pour les réduire à l’état d’esclaves, en faire son butin. Esclavage ! Effroyable esclavage, ruine, oppression et exploitation, voilà ce que l’Angleterre est en train d’apporter aux peuples d’Orient. Défendez-vous, peuples d’Orient ! […] Dressez-vous pour combattre l’ennemi commun, l’impérialisme britannique ! » (« Manifeste » du Congrès des Peuples d’Orient).

38L’agitation anti-britannique se manifeste lors de la dernière séance du Congrès, où tous les délégués présents rendent hommage aux 26 militants du soviet de Bakou exécutés par les Britanniques en septembre 1916, en organisant leurs funérailles36.

Agrandir Original (jpeg, 168k)Au IVe Congrès de l’IC en 1922

39En 1926, Roy est membre de tous les organes centraux du Komintern : Praesidium, Secrétariat Politique, Comité Exécutif et Congrès Mondial. Le rôle de l’IC est de mener une analyse de la situation internationale, de dresser des théories à partir de ces analyses, puis de diffuser dans les différents partis communistes nationaux les orientations idéologiques ainsi élaborées (tactique du Front Unique à partir de 1921, orientation « classe contre classe » de 1929 à 1934) et les tâches à suivre. Cette caporalisation de l’organisation, depuis la bolchevisation lancée en 1924, aboutit à une homogénéisation idéologique et à une restructuration des partis communistes sur le modèle bolchevique (centralisme démocratique, cellules d’entreprises, militants professionnels, permanents et culture ouvriériste). Tout se fait à partir du Centre, Moscou, vers les différents partis nationaux et les relations entre Centre et périphéries sont assurées par des émissaires de l’IC, comme M-N Roy qui travaille à Moscou, Genève, Berlin et Tashkent.

  • 38  Pierre Broué, op. cit., p. 275.

40Dans cette logique centrale et mondiale, le kominternien M-N Roy continue à suivre le mouvement communiste en Inde et dirige le journal The Vanguard (L’Avant-garde). Toutefois les travaux récents de Sobhanlal Datta Gupta soulignent que la rivalité des hommes et des organisations était très forte pour ce groupe ultra-minoritaire des communistes indiens où trois noyaux rivaux existaient, se jalousant fortement ; l’Indian Revolutionary Association (IRA), formée à Tashkent en 1919 ; le groupe de M-N Roy et Abani Mukherji qui a fondé le Communist Party of India (CPI) en 1920 et la diaspora exilée en Allemagne avec Virendranath Chattopadhyay37. Tout au long des années 1920, chaque groupe se jalouse et l’IC joue, comme souvent, l’un contre l’autre. D’ailleurs, le vice-roi des Indes sait utiliser à bon escient ces rivalités… Le IVe Congrès de l’IC, en novembre 1922, salue les résultats obtenus par les communistes indiens, confortant M-N Roy dans son travail ; il obtint 120 000 livres sterling de la commission coloniale de l’IC pour son travail en Inde38. Il a opéré au cours de l’année un rapprochement vers le Parti du Congrès, en créant une aile gauche révolutionnaire. L’agence Reuter annonce alors que le parti du Congrès est sous la coupe du « bolchevik Roy »… Les dirigeants du parti coupent les ponts et la répression s’abat sur les dirigeants communistes indiens ; c’est un dur échec pour M-N Roy.

Épilogue : une mise à l’écart par la stalinisation de l’IC

41À l’automne 1927, il participe à la session du CEIC qui condamne les agissements de Léon Trotski et s’emploie à démontrer ses erreurs39. Cadre fidèle, M-N Roy est envoyé alors en Chine comme émissaire du Komintern. Là, il tente en vain de convaincre ses interlocuteurs d’armer la paysannerie afin de lutter contre les féodaux chinois, même si cela devait conduire à une rupture avec Kuomintang (Guomindang). Il n’est pas écouté et les nationalistes chinois défont les communistes.

42De retour à Moscou après son échec, il est pris dans la tourmente stalinienne et les débats du VIe Congrès de l’IC. En fait, ses thèses sur le surprofit élaborées en 1920 sont reprises par les proches de Boukharine, qui contestent l’effondrement annoncé du capitalisme, les colonies étant des ressources non négligeables comme à la fin du xixe siècle lors de la Grande dépression.

43Refusant d’accepter la ligne du Congrès qui proclamait les partis socialistes en Europe comme contre-révolutionnaires, voire « sociaux fascistes », alors qu’il pensait utile de créer un rapprochement essentiel dans la lutte conte le fascisme, il est exclu de l’IC comme « droitier » et boukharinien. Kuusinen le dénonce alors comme un « laquais de l’impérialisme » : « Roy s’est mis en dehors des rangs de l’IC et doit être considéré comme en étant exclu40. »

44S’étant enfui à Berlin, il échappe aux purges staliniennes.Dans la capitale allemande qui connaît les effets tragiques de la crise de 1929, il gagne l’amitié d’Albert Einstein. Surtout, il participe à la rédaction du journal critique INKOP (Internationale Nachrichten der Kommunistische Opposition) avec August Thalheimer etrencontre sa deuxième épouse Ellen Gottschalk.À ce moment, il écrit deux grands ouvrages, Révolution et Contre-révolution en Chine et La Grandeur et la Décadence de l’Empire Britannique (le manuscrit est perdu car il a été détruit par les nazis).

45En 1930, à quarante-trois ans, M-N Roy décide de regagner son Inde natale. Peu de temps après son retour, il est arrêté et se retrouve en prison pour des « crimes contre Sa Majesté l’Empereur des Indes ». Il était toujours recherché pour sa participation au mouvement d’émancipation nationale au cours des années 1900-1916. En prison, Roy écrit une critique de la religion hindoue, sous le titre, Mémoires d’un Chat (son seul compagnon en prison). C’est à ce moment que se termine, pour le programme d’agrégation, cette vie militante… Toutefois, il faut signaler qu’au cours de la Seconde Guerre mondiale, il participe aux côtés des Britanniques à la lutte antifasciste et antinazie, puis ayant adhéré un temps au Parti du Congrès, il évolue vers l’humanisme en créant, en 1948, le Mouvement Humaniste radical indien, qui rejoint en 1952 d’autres groupes humanistes en Europe et en Amérique pour fonder l’International Humanist and Ethical Union. Roy en devient l’un des premiers Vice-présidents et s’éteint le 25 janvier 1954, à l’âge de 68 ans…

46Toutefois cet itinéraire invite – dans le cadre du programme d’histoire contemporaine aux concours – à repenser les effets de la crise de l’empire libéral au lendemain de la Grande Guerre, où des militants révolutionnaires, tel M-N Roy, forcés à l’exil, ont tenté d’arrimer l’Inde à une autre mondialisation, celle du prolétariat mondial incarné un temps par le Komintern, la conflictualité trouvant alors son débouché politique au sein de la nouvelle internationale. M-N Roy espérait réconcilier ainsi mouvement national, lutte des classes et internationalisme, contre toutes les formes de la domination bourgeoise et capitaliste, mais la stalinisation de l’IC en a décidé autrement…

Haut de page

Notes

1  Stuart Macintyre, The Reds : the Communist Party of Australia from origins to illegality, St Leonards (NSW), Allen & Unwin, 1999, 482 p.

2  Kerry Taylor, « Kiwi Comrades : the social basis of New-Zeland communism (1921-1948) », in Kevin Morgan(dir.), Agents of the revolution, Bern, Peter Lang, 2005 p. 265-287.

3  Vladimir Léon, « Le Brahmane du Komintern », Documentaire, 128 minutes, INA et Caprici Films, 2006.

4  John Patrick Haithcox, Communism And Nationalism In India : M.N. Roy And Comintern Policy 1920-1939, Princeton, Princeton University Press, 1971 ; S.M. Ganguly,Leftism in India : M.N. Roy and Indian Politics, 1920-1948,Columbia, Missouri, South Asia Books, 1984 ; Samaren Roy, The twice-born heretic, M.N. Roy and Comintern, Calcutta, Firma KLM, 1986 ; S.M. Ganguly,Manabendra Nath Roy : An Annotated Bibliography, Calcutta, K.P. Bagchi & Co., 1993 ; Sobhandal Dutta Gupta, « M. N. Roy’s Critique of the Comintern : an Exercise in Bukarinism ? », The International Newsletter of Historical Studies on Comintern, vol III, n° 7-8, 1996, p. 165 sq (reproduction d’un article paru dans Calcutta Historical Journal, n° 16-1, 1994) ; Michel Naumann, M.N. Roy (1887-1954), un révolutionnaire indien et la question de l’universel. Le chat et les vaches sacrées, Paris, L’Harmattan, 2006, 187 p. ; Satyabrata Rai Chowdhuri, Leftism in India, 1917-1947, Basingstoke, UK, Palgrave, 2007. Voir également les mémoires de M-N Roy publiés en 1964 [M-N Roy, M-N Roy’s Memoirs, Bombay, Allied publishers private ltd, 1964, 627 p. first edition].Enfin, voir Nicholas Owen, The British Left and India : Metropolitan Anti-Imperialism 1885-1947, Oxford, OUP, 2007.

5  Mikhaïl Narinsky, Jürgen Rojahn (ed.), Centre and periphery. The history of the Comintern in the lights of new documents, Amsterdam, International Institute of Social History, 1996 ; Serge Wolikow (dir.) en collaboration avec Maurice Carrez, Michel Cordillot, Jean Vigreux, Une histoire en révolution ? Du bon usage des archives de Moscou et d’ailleurs…, Dijon, EUD, 1996 ; Sobhanlal Datta Gupta, « The Comintern and the Indian Revolutionaries in Russia in the 1920s’», Communist History Network Newsletter (CHNN), n° 13, 2002, p. 12-27.

6  Archives du RGASPI (Archives nationales russes d’histoire sociale et politique). La base INCOMKA (20 000 pages d’inventaires, 220 000 dossiers, 1 000 000 d’images numérisées), réalisée en partenariat entre les archives russes et le Conseil international des archives, permet de recenser 133 références sur M-N Roy, tant dans les instances de l’IC (Congrès, Praesidium, CEIC, etc.) que dans le cadre du PC indien (voir, par exemple, RGASPI 495/68a et RGASPI 495/68). Cette base a été consultée à l’Université de Bourgogne. Enfin, l’action de réseaux militants rendant accessibles sur internet de nombreux textes de M-N Roy permet avec ses ouvrages publiés de disposer d’un corpus d’une cinquantaine de textes afin d’aborder au mieux sa pensée et son analyse de l’impérialisme britannique : http://www.marxists.org/archive/roy/index.htm (méritant il est vrai une scrupuleuse vérification de traduction).

7  Michel Naumann, op. cit., p. 11.

8  Notice biographique parue dans Branko M. Lazitch, Milorad M. Drachkovitch, Biographical dictionary of the Comintern, Stanford, Hoover Institution Press, 1986, p. 405-406.

9  Christopher Bayly, La naissance du monde moderne (1780-1914), Paris, Le Monde diplomatique et les éditions de l’Atelier, 2007, p. 559.

10  Michel Naumann, op. cit., p. 22.

11  Voir Eric Hobsbawm, « Libéralisme et socialisme : le cas anglais » Genèses, n° 9, 1992 (Conservatisme, libéralisme, socialisme), p. 44-59.

12  Voir, Kumari Jayawardena, The white woman’s other burden : Western women and South Asia during British, New York, Routledge, 1995.

13  Voir Lazar and Victor Kheyfetz, « Michael Borodin. The first Comintern-emissary to latin america », The International Newsletter of Historical Studies on Comintern, n° 5/6, 1994-1995, p. 145-149.

14  Lettre ouverte citée par Sibnarayan Ray, Selected Works of M-N Roy, Dehli, Oxford University Press, 2000, vol. 1, p. 67-83.

15  Selected Works of M-N Roy, Dehli, Oxford University Press, 2000, vol. 1, p. 143. À ce propos voir également, Michel Naumann, Fabien Chartier, La guerre d’indépendance de l’Inde : 1857-1858, Paris, L’Harmattan, 2008, p. 71-73.

16  Pierre Broué, Histoire de l’Internationale communiste (1919-1943), Paris, Fayard, 1997, p. 158-170.

17  RGASPI, 489/1/13 : deuxième Congrès de l’IC, (Moscou, 19 juillet-7 août 1920), Thèses et résolutions et Thèses, manifestes et résolutions adoptées par les Ier, IIe, IIIe et IVe congrès de l’Internationale Communiste (1919-1923), Paris, Maspero, 1970.

18  Voir Serge Wolikow, « L’internationale communiste 1919-1943 », dans José Gotovitch, Mikhaïl Narinsky (dir.), Le Komintern : l’histoire et les hommes. Dictionnaire biographique des Kominterniens, Paris, Les Éditions de l’Atelier, 2001, p. 15-92.

19  M-N Roy, M-N Roy’s Memoirs, op. cit., p. 312.

20  Brochure publiée en 1916, voir à ce propos Edward Hallett Carr, La Révolution bolchevique, 1917-1923, volume 3, Paris, Éditions de Minuit, 1974, pp. 251-9.

21  RGASPI 489/1/6 : deuxième Congrès de l’IC, (Moscou, 19 juillet-7 août 1920). Voir également « Thèses et additions sur les questions nationale et coloniale » dans Thèses, manifestes et résolutions adoptées par les Ier, IIe, IIIe et IVe congrès de l’Internationale Communiste (1919-1923), Paris, Maspero, 1970, p. 57-60.

22  RGASPI 489/1/6: deuxième Congrès de l’IC, (Moscou, 19 juillet-7 août 1920).

23  Jean Elleinstein (dir.), Histoire mondiale des socialismes, tome 3, 1914-1928, Paris, A. Colin, 1984, p. 174.

24  Propos repris par Samaren Roy, op. cit., p. 104.

25  M-N Roy, « The Liberalism of the British Labour Party », The Communist, June 3, 1922 ; « L’impérialisme britannique contre le prolétariat de l’Empire (1924) », Cahiers du bolchevisme, n° 7, 2 janvier 1925, p. 494-503.

26  Intervention de M-N Roy sur la question coloniale au Ve Congrès de l’IC, 1er juillet 1924.

27  Ibid.

28  Ibid.

29  M-N Roy, « L’impérialisme britannique contre le prolétariat de l’Empire (1924) », Cahiers du bolchevisme n° 7, 2 janvier 1925, p. 497.

30  M-N Roy, India in Transition, Genève, Edition de la Librarie J. B. Target, 1922 et The Future of Indian Politics, London, R. Bishop, s. d. [1927] ; trad. franç. La Libération nationale des Indes, Paris, Éditions Sociales, s. d.

31  « L’impérialisme britannique contre le prolétariat de l’Empire », Cahiers du bolchevisme, n° 7, 2 janvier 1925.

32  RGASPI, 495-68-12.

33  M-N Roy, M-N Roy’s Memoirs, op. cit., p. 391-392.

34  Voir Edith Chabrier, « Les délégués au Premier Congrès des peuples d’Orient », Cahiers du monde russe et soviétique, volume 26, n° 1, 1985, p. 21-42.

35  Pierre Broué, op. cit., p. 181.

36  Voir Alfred Rosmer, « Les peuples de l’Orient au Congrès de Bakou », dans Moscou sous Lénine, tome 1 1920, Paris, Maspero, 1970, chapitre 16.

Bülent Gökay, « Unholy Alliance : Muslims and Communists », Journal of Communist Studies and Transition Politics, volume 25, issue, March 2009, p. 1-31.

37  Sobhanlal Datta Gupta, art. cit., CHNN, n° 13, 2002, p. 13.

38  Pierre Broué, op. cit., p. 275.

39  RGASPI 495/2/106 p 110-113.

40  RGASPI 495/2/160, p. 7.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Deuxième Congrès de l’IC, Moscou, 1920. Photographie de Viktor Bulla
URL http://chrhc.revues.org/docannexe/image/2075/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Au IVe Congrès de l’IC en 1922
URL http://chrhc.revues.org/docannexe/image/2075/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Vigreux, « Manabendra Nath Roy (1887-1954), « représentant des Indes britanniques » au Komintern ou la critique de l’impérialisme britannique », Cahiers d'histoire. Revue d'histoire critique, 111 | 2010, 81-95.

Référence électronique

Jean Vigreux, « Manabendra Nath Roy (1887-1954), « représentant des Indes britanniques » au Komintern ou la critique de l’impérialisme britannique », Cahiers d'histoire. Revue d'histoire critique [En ligne], 111 | 2010, mis en ligne le 21 septembre 2010, consulté le 17 avril 2014. URL : http://chrhc.revues.org/2075

Haut de page

Auteur

Jean Vigreux

Professeur d’histoire contemporaine, Université de Franche-Comté, Laboratoire des Sciences historiques EA 2273

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page