Navigation – Plan du site
DOSSIER

Le syndicat des gens de mer contre le Péril Jaune: les ressorts d’une campagne oubliée (Royaume-Uni, printemps 1914)

Yann Béliard
p. 63-79

Résumé

Au printemps 1914, le syndicat des marins britanniques, la NSFU, se lança dans une campagne virulente contre l’embauche de travailleurs asiatiques dans la marine marchande. En s’appuyant notamment sur les discours prononcés à Hull lors d’un meeting-phare, l’article se propose de montrer que, derrière un arsenal rhétorique au racisme grossier, des calculs tactiques plus subtils étaient à l’œuvre. Le choix de la thématique du Péril Jaune permettait en effet au leader Havelock Wilson d’apparaître aux yeux de sa base comme un opposant radical aux armateurs et à leurs pressions sur les salaires, tout en faisant au patronat maritime et à l’État des appels du pied en vue d’une future collaboration. Pour être enfin invité à la table des négociations, il fallait bien que l’état-major de la NSFU menace de déchaîner toute l’énergie de ses troupes. Mais en pratiquant la surenchère sur le terrain de la xénophobie, il s’affichait surtout comme un champion de l’union nationale et donc comme un allié potentiel dans la guerre qui s’annonçait.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

Angleterre

Chronologie :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

1Vu de l’année 2010, le thème de l’excès de main-d’œuvre étrangère comme cause du chômage ainsi que de la dégradation des salaires et des conditions de travail apparaît comme le leitmotiv d’extrême droite par excellence. Chacun garde à l’esprit la démagogie xénophobe dont usèrent, à trois décennies d’intervalle, Oswald Mosley et Enoch Powell dans leurs tentatives respectives de conquérir les esprits. Or, ce refrain fut entonné avant eux, à la fin du long xixe siècle, par certains des dirigeants syndicaux les plus combatifs sur le terrain des revendications économiques, ceux du « Syndicat national des marins et des chauffeurs de Grande-Bretagne et d’Irlande » (National Seamen and Firemen’s Union of Great Britain and Ireland, ou NSFU). Ils prirent en effet l’initiative, au printemps 1914, d’une vaste campagne contre l’embauche de travailleurs asiatiques dans la marine marchande. Pourquoi ces praticiens hors pair de la conflictualité sociale, décriés plus souvent qu’à leur tour par la presse conservatrice de l’époque, choisirent-ils de faire leur une thématique « droitière » par excellence ? Tel est le mystère que cet article voudrait tenter d’éclaircir.

  • 1  Voir par exemple Sir Walter Citrine, British Trade Unions, Londres, William Collins, 1942 ou encor (...)
  • 2  On ne trouve aucune référence à la croisade de la NSFU contre le Péril Jaune dans A History of Bri (...)
  • 3  Parmi les travaux pionniers, Kenneth Lunn, Race and Labour in Twentieth Century Britain, Londres, (...)
  • 4  La tendance fut-elle renforcée, du côté des universitaires français, par une certaine déception à (...)

2Le caractère à l’occasion chauvin ou raciste de la propagande trade-unioniste ne constitue certes pas une découverte. Mais il s’agit d’une dimension que la mémoire syndicale officielle a longtemps occultée1. Il était d’autant plus aisé de s’accommoder de cet oubli que les histoires du syndicalisme britannique les plus connues du grand public faisaient elles-mêmes l’impasse sur la question2. En fait, si l’ostracisme des New Model Unions de l’ère victorienne à l’égard des travailleurs non-qualifiés est un phénomène désormais bien connu, l’hostilité déclarée de certains syndicats britanniques vis-à-vis des travailleurs d’origine étrangère n’a commencé à être étudiée de près qu’au cours des années 19803. Sans doute des phénomènes extra-académiques ont-ils contribué à l’émergence de ce nouvel objet de recherche, en particulier la poussée du National Front à la fin des années 1970 et les émeutes de Brixton en 1981. La défaite des mineurs (1985), puis les désillusions engendrées par l’effondrement du « socialisme réel » (1989-1991) jouèrent aussi un rôle dans la multiplication des questionnements sur les ratés, voire les dérives, ayant jalonné l’histoire du mouvement ouvrier4.

  • 5  Bernard Porter, The Absent-Minded Imperialists. Empire, Society and Culture in Britain, Oxford, Ox (...)

3Il n’est donc plus tabou de se pencher sur ces moments dérangeants où une fraction du salariat se dressa contre une autre au nom de la race ou de la nation. Encore faut-il se donner les moyens d’en saisir les tenants et les aboutissants, sans tomber dans un essentialisme négatif aussi simpliste que celui, positif, selon lequel tout exploité ne saurait qu’éprouver compassion et solidarité envers les autres opprimés. Ceux qui voient dans les prolétaires britanniques de l’ère édouardienne des brutes épaisses, pétries jusqu’à la moelle d’orgueil impérial et de sentiments xénophobes, auraient, par exemple, toutes les raisons de concevoir la croisade de la NSFU comme le résultat direct d’une pression raciste de la base syndicale sur son état-major. Mais Bernard Porter a bien montré que les travailleurs britanniques du bas de l’échelle constituaient sans doute le groupe social le moins sensible à la mystique civilisatrice de l’empire5. Derniers des derniers au sein de la première puissance mondiale, privés du droit de vote et désargentés, ils n’avaient que peu de raisons de s’identifier à une « race blanche » conquérante – argument que semble conforter la rareté des violences infligées aux prolétaires de couleur pendant la Belle époque en Grande-Bretagne, notamment par comparaison avec la France ou les états-Unis.

  • 6  Laura Tabili, « We Ask for British Justice » : Workers and Racial Difference in Late Imperial Brit (...)
  • 7  De ce point de vue, le passage consacré à la campagne de 1914 par Arthur Marsh et Victoria Ryan da (...)
  • 8  International Transport Workers’Federation (ITF), Solidarity : The First Hundred Years of the ITF, (...)

4Les outrages verbaux d’avril-mai 1914 n’en apparaissent que plus énigmatiques. Aussi est-ce le mérite de l’historienne américaine Laura Tabili que d’avoir tenté la première, en 1994, d’en offrir une explication fouillée, fondée non sur une supposée « xénophobie intrinsèque » du monde ouvrier, voire du genre humain, mais sur une mise en perspective historique des rapports sociaux dans la marine marchande6. Peu de temps avant elle, une poignée d’historiens du syndicalisme maritime britannique avaient déjà osé lever un coin du voile, mais avec parfois la volonté manifeste de ne pas froisser les héritiers contemporains de la NSFU7. Or, ces pudeurs n’ont pas disparu avec la parution des travaux de Tabili. Ainsi, en 1996, la publication par la Fédération internationale des travailleurs du transport (International Transport Workers’Federation, ou ITF) d’une « histoire officielle » de ses cent premières années se révéla remarquablement frustrante8. Non seulement le chapitre intitulé « The Yellow Peril » ne comptait que quatre pages, mais il réalisait l’exploit de passer la campagne de 1914 sous silence. On y apprenait, certes, que tel leader scandinave de l’ITF, à la veille de la Grande Guerre, s’était fendu de déclarations racistes, mais rien n’était dit sur l’offensive « anti-jaune » qu’orchestrèrent alors les ténors de sa branche britannique. Revenir aujourd’hui sur ces événements n’est donc pas superflu.

  • 9  National Transport Workers’Federation (NTWF), Annual General Council Report, 1914.
  • 10  « Notorious episodes of racial confrontation were shaped more by decisions of influential institut (...)

5Pour porter un regard inédit sur cette campagne décrite en son temps par nombre de responsables syndicaux comme « la plus réussie » (« the most successful campaign ») jamais menée par leur organisation, on se propose de combiner plusieurs approches9. On commencera l’enquête, pour ainsi dire au ras du sol, avec une évocation du meeting qui sonna le début de la campagne et des discours qui y furent prononcés. On se tournera ensuite vers le passé de la NSFU, pour montrer que les apparents dérapages du meeting inaugural n’en étaient pas et que la xénophobie avait depuis longtemps droit de cité dans ce syndicat, même si elle n’y faisait pas l’unanimité : un passage au crible de la presse ouvrière de l’époque révèle en effet l’existence de quelques voix discordantes. Enfin, postulant avec Tabili que « les épisodes de confrontation raciale les plus marquants […] furent façonnés par les décisions de puissants acteurs institutionnels plus que par les réflexes racistes du commun des mortels », on tentera de reconstituer les subtils calculs d’appareil qui motivèrent les élucubrations ultranationalistes du printemps 1914 – élucubrations dont les retombées pendant et après la guerre furent loin d’être négligeables10.

« Asiatic Versus Briton » (« Asiatique contre Britannique ») : le port de Hull s’enflamme

  • 11  Les détails concernant le meeting et les citations qui suivent sont tirés du Hull Daily Mail du ve (...)

6Le meeting qui se tient le mercredi 15 avril 1914 à Kingston-upon-Hull (cité alors réputée pour être le « troisième port » du royaume après Londres et Liverpool) est le premier d’une grande tournée : Cardiff, Yarmouth, Sunderland, South Shields, Newport, Swansea, Barry, Birkenhead, Leith, Glasgow, et de nombreuses autres villes suivront. L’hôtel de ville (en anglais : City Hall) accueille ce soir-là près d’un millier de spectateurs, en majorité des marins, dont le secteur est pourtant difficile à réunir. La soirée, dont le retentissement dépasse largement les frontières du Yorkshire, se déroule en trois temps11. En ouverture, plusieurs syndicalistes de renom se succèdent à la tribune. Des dirigeants locaux, mais aussi nationaux, prennent la parole, au nom de professions fort diverses : outre les marins, les dockers, les gaziers et les cheminots sont également représentés. Selon le reportage publié le surlendemain par le Hull Daily Mail, la salle s’enflamme quand un orateur local fait remarquer qu’à l’instant même où il parle, six bateaux à l’ancre dans le port sont en train d’être déchargés par des « ChineseChimps » (des « chimpanzés chinois »), privant ainsi, selon lui, une centaine de dockers de Hull de leur travail.

  • 12  Pour un portrait de Havelock Wilson par lui-même, lire son autobiographie : My Stormy Voyage throu (...)
  • 13  « The British Empire (was won) by men of the sea and if we (lose) our sea power, our empire (will (...)
  • 14  « Are you going to have a Chinese colony in Hull ? Are you going to see those Chinamen walking you (...)

7Puis, c’est le clou de la soirée : l’allocution de Havelock Wilson, président-fondateur de la NSFU et véritable légende vivante12. Les arguments auxquels il a recours sont taillés sur mesure pour choquer son auditoire. À en croire Wilson, les travailleurs asiatiques, parce qu’ils sont de plus en plus nombreux dans la marine marchande, constituent un danger pour le marin britannique : en cas de tempête, leur ignorance de la langue anglaise fait qu’ils ne comprennent rien aux ordres ; non-qualifiés dans leur immense majorité, ils sont par conséquent dénués des compétences professionnelles requises pour travailler efficacement en mer ; enfin, appartenant à la race jaune, ils n’auraient bien sûr aucun remords à laisser périr tout un équipage de Blancs. Il ajoute : « L’Empire britannique a été édifié par des gens de mer et, si nous renonçons à notre contrôle sur les mers, notre Empire s’effondrera. […] Vous verrez que d’ici peu, il y aura des équipages mixtes sur nos vaisseaux de guerre eux-mêmes13 ». Il serait donc urgent d’arrêter ce qu’il nomme « l’invasion chinoise » : « Allez-vous tolérer une colonie chinoise à Hull ? Allez-vous laisser ces Chinois se promener dans vos rues, au bras de vos propres filles ? Si nous les laissons faire, alors nous pouvons dire adieu à notre virilité et à notre prestige14. » En conjuguant ainsi les registres de la masculinité et de la britannicité, Wilson s’efforce de jouer sur tous les préjugés possibles pour faire vibrer son public.

  • 15  « That this mass meeting […] protests against this growing menace to the Western, and more especia (...)

8Le meeting se clôt par le vote d’une motion émanant du secrétaire de la section locale du syndicat des marins : « L’assemblée réunie aujourd’hui s’élève contre la menace grandissante qui pèse sur les conditions de vie et les valeurs morales auxquelles sont attachés les Occidentaux en général et les Britanniques en particulier. C’est pourquoi nous demandons aux travailleurs portuaires d’être prêts pour toute action visant à faire débarquer les Asiatiques des navires britanniques circulant dans nos eaux territoriales, qu’elle s’exerce sur le terrain politique ou industriel15. » Cet appel à expulser les Asiatiques des navires britanniques, malgré un ton qui se veut digne et mesuré, n’en suggère pas moins que le recours à des méthodes violentes est envisageable. Il est adopté à l’unanimité, par une salle enthousiaste si l’on en croit le reportage. Mais il importe de le signaler : le racisme qui s’exprime au soir du 15 avril 1914 à Hull n’est pas nouveau dans la bouche des « chefs blancs » (« White Chiefs ») de la NSFU. Aussi n’est-il pas inutile de rappeler quelles avaient été jusqu’alors les grandes lignes de son attitude envers les marins d’origine asiatique.

La NSFU contre les travailleurs de couleur : un ostracisme de longue date

  • 16  Voir Marcel Van der Linden, « The national integration of European working classes (1871‑1914) », (...)

9Il est probable que les propos rapportés plus haut, dont la teneur nous choque aujourd’hui, aient semblé à l’époque d’une banalité confondante. L’idéologie impérialiste, si commune au sein de l’élite au tournant des xixe et xxe siècles, imprégnait l’ensemble de la société britannique et ni la classe ouvrière, ni le mouvement ouvrier organisé n’échappaient au poids de cette doxa, qui s’accompagnait souvent d’un racisme explicite16. Mais si l’adhésion des cercles dirigeants du Trade Unions Congress (TUC) ou de la Société Fabienne à la mission civilisatrice de l’Empire britannique est bien connue, le chauvinisme de certains des socialistes parmi les plus radicaux l’est nettement moins. Pourtant, Henry Myers Hyndman, le père de la Social Democratic Federation (SDF), Robert Blatchford, principal animateur du Clarion et inlassable propagandiste socialiste, et même James Larkin, à ses débuts, professèrent les uns et les autres un nationalisme fortement teinté de xénophobie. C’est cet arrière-fond idéologique qu’il faut avoir à l’esprit si on veut comprendre la propagande de la NSFU et son comportement vis-à-vis des marins asiatiques.

  • 17  Entre 1850 et 1890, les marins d’origine étrangère étaient encore relativement peu nombreux, et da (...)
  • 18  Selon le syndicat des marins, les Asiatiques employés dans la marine marchande britannique étaient (...)
  • 19  A. Marsh et V. Ryan, op. cit., p. 51.
  • 20  Idem.

10Dès l’origine, ce syndicat issu de la puissante vague de grèves de 1889 se proclama sans ambiguïté pour l’exclusion du marché du travail de tous les étrangers, accusés de tirer vers le bas salaires et conditions de travail17. Dans cette logique, il était naturellement hors de question de leur faire une place au sein de l’organisation syndicale elle-même. La NSFU ne regroupant toutefois qu’une faible proportion de la profession, ce parti pris était sans incidence aucune sur la politique d’embauche des armateurs : entre 1890 et 1914, le recours aux marins étrangers se banalisa, au point de devenir une réalité difficile à contourner18. L’alternative pour la NSFU consistait donc à essayer de les recruter pour le syndicat, virage qu’elle prit avec un certain succès (ce qui démontrait, d’ailleurs, qu’une telle option était possible). En 1902, la NSFU se flattait de compter en ses rangs 40 % de syndiqués d’origine étrangère : il s’agissait en majorité d’Européens, souvent des Allemands ou des Scandinaves, mais aussi d’hommes de couleur, originaires des Antilles ou d’Afrique, d’Inde ou d’Extrême-Orient, des colonies ou d’ailleurs, associés dans ce que Wilson décrivait à l’époque comme une véritable « fraternité internationale de la mer » 19. Cela n’empêcha pas le patron de la NSFU de proclamer dès l’année suivante que les Lascars, à savoir les marins originaires du sous-continent indien, représentaient « une classe d’étrangers tout à fait indésirables », ni de poursuivre sa campagne de toujours contre l’embauche de main-d’œuvre étrangère20.

  • 21  ‘Captain’ Edward Tupper, The Seaman’s Torch. The Life Story of Captain Edward Tupper, Londres, Hut (...)

11On ne sera donc pas étonné d’apprendre à quels excès se livra l’un de ses fidèles seconds (un dénommé Tupper, qui se prétendait capitaine) lors de la grande grève des transports de 1911. Alors que celle-ci prenait sur le plan national des allures de révolution sociale, les événements offrirent plutôt le visage d’un pogrom dans le port de Cardiff, où Tupper officiait en tant que permanent de la NSFU. Dans ses Mémoires, il s’est en effet vanté d’avoir alors organisé la mise à sac du petit quartier chinois de la ville, avec pour justification la lutte contre les briseurs de grève21. Or, les briseurs de grève blancs furent épargnés par ses troupes de choc, tandis que des Asiatiques installés, et pour certains naturalisés, petits propriétaires d’une pension ou d’une blanchisserie, virent quasiment tous leurs biens détruits et leur vie menacée.

  • 22  « We shall soon have “Rule Britannia” sung in Pidgin English. », National Transport Workers’Federa (...)
  • 23  « I have no objection to Chinamen as such. He is all right so long as he remains in China. » Idem.
  • 24  « The white man must either fight the evil influence or go under and carry white civilisation with (...)
  • 25  « The man who talks of (racial) equality (among seamen) is not a socialist : he is simply crazy an (...)

12L’épisode de Cardiff fut, en 1911, une exception. Mais 1913 marqua le début d’une campagne plus acharnée et plus cohérente de la part de la NSFU dans sa lutte contre le Péril Jaune, avec la parution d’une brochure citant en vrac armateurs, hommes politiques et quidams pour prouver le danger de l’invasion. Quelques extraits des discours prononcés cette année-là lors du congrès de la Fédération nationale des travailleurs du transport (National Transport Workers’Federation, ou NTWF) donnent un aperçu on ne peut plus clair de la ligne directrice adoptée : « On va bientôt nous chanter “Rule Britannia” en créole » (Havelock Wilson) 22 ; « Je n’ai rien contre les Chinois – du moment qu’ils restent en Chine » (George Henson) 23 ; « L’homme blanc n’a plus le choix : ou bien il se bat contre les forces du mal, ou bien il succombe, et la civilisation blanche avec lui » (O’Connor Kessack) 24. S’adressant en 1914 à des marins écossais, O’Connor Kessack enfoncerait le clou : « L’homme qui croit à l’égalité raciale chez les marins n’est pas un socialiste : c’est un fou à lier, un irrécupérable25. » Néanmoins, un certain nombre de militants ouvriers de l’époque n’entendaient pas les choses de la même oreille et refusèrent de rejoindre la grande croisade contre le Péril Jaune.

Quelques voix discordantes

  • 26  National Transport Workers’Federation (NTWF), Annual General Council Report, 1912.

13En 1912, lors du congrès annuel de l’ITF, il fut rappelé que la fédération se devait d’être « au-dessus de toutes les barrières de couleur, de race ou de croyance26 ». Ce rappel des grands principes n’avait rien de fortuit : il s’agissait non seulement de l’un des premiers syndicats internationaux jamais fondés, mais de l’organisation constituée à l’initiative de la « grève internationale des gens de mer » de 1911 – une grève internationalement préparée, déclenchée et coordonnée, d’un type radicalement nouveau. Malgré ce credo, l’ITF emboîta le pas à la NSFU en 1914. Aussi les réfractaires ne se recrutèrent-ils pas principalement en son sein. Ils surgirent d’horizons divers, souvent de l’extrême gauche du mouvement ouvrier, mais pas seulement.

  • 27  The Seaman, mai 1908.
  • 28  National Transport Workers’Federation (NTWF), Annual General Council Report, 1913.

14Ainsi, sur le plan national, des dirigeants ouvriers politiquement modérés eurent le courage de prendre des positions nettement à contre-courant. À l’intérieur de la NSFU, John Bell, qui deviendrait, à partir de 1911, le représentant attitré du syndicat à Hull et un relais docile de la politique de Wilson, avait au départ contesté l’intransigeance de son chef : en 1908, il s’opposait, certes, à l’emploi de main-d’œuvre étrangère dans les eaux britanniques, mais avait fait savoir qu’il ne voyait pas pourquoi demander son exclusion à l’est de Suez, où la coutume voulait qu’elle soit tolérée27. À la tête de la NTWF, James Sexton, lui aussi de sensibilité réformiste, expliquait en 1913 que la seule solution au nivellement par le bas était l’organisation de tous, Asiatiques compris, au sein du syndicat, pour tirer les salaires et les conditions de tous vers le haut28. Du côté des radicaux, le Daily Herald, journal de toutes les contestations, eut le mérite d’adopter une position moins ambiguë que les organes tenus par Hyndman et Blatchford, arguant que le « problème asiatique » (« the Asiatic problem ») disparaîtrait de lui-même le jour où le mouvement ouvrier britannique parviendrait à intégrer les travailleurs venus d’ailleurs29.

  • 29  The Seaman, août 1908.
  • 30  Hull Daily Mail, op. cit.

15Sur le plan local aussi, des voix dissidentes se firent entendre. Ainsi, en 1908, en meeting à Hull, Wilson avait été apostrophé par un membre du public alors qu’il se lançait dans une de ses diatribes anti-chinoises. Face au scepticisme manifesté bruyamment par son auditeur, il avait été obligé de nuancer ses formules, concédant que mieux valait un Chinois syndiqué que mille briseurs de grèves britanniques29. Le mercredi 15 avril 1914, il n’y eut en revanche personne à Hull, parmi les nombreux syndicalistes et conseillers municipaux travaillistes présents à la tribune de part et d’autre de Wilson, pour faire entendre un autre son de cloche. La presse locale rendit compte toutefois d’un certain brouhaha pendant les premières minutes du meeting, ainsi que d’une centaine de départs après le discours de Wilson30. Faut-il y voir le signe qu’une minorité se trouvait en désaccord avec ses emportements oratoires ? Ce serait aller un peu vite en besogne. Mais qu’il ait existé à Hull une tendance hostile au combat contre le Péril Jaune est une certitude, attestée par ce qu’il nous reste de la presse ouvrière locale de l’époque.

  • 31  Will Grainger, « The Heathen Chinese – and Others » dans « Hull Trades and Labour Council », Month (...)
  • 32  « No matter how serious a problem the question of Chinese cheap labour may be, the question of Bri (...)
  • 33  « When the railwaymen have been on strike, goods have been sent from port to port in ships manned, (...)
  • 34  « Capital is to-day almost perfectly organised, and the only force that can fight and defeat it is (...)

16On se doit ici de faire un gros plan sur le Monthly Labour Journal publié par le Hull Trades and Labour Council, c’est-à-dire sur l’organe officiel de la bourse du travail locale. En 1914, la rédaction de ce mensuel était entre les mains d’un groupe de syndicalistes et de socialistes, les uns et les autres révolutionnaires, dont l’influence à l’intérieur de la bourse n’avait cessé de croître depuis l’explosion sociale de 1911. Avec moult précautions, cette nouvelle génération de militants sut exprimer, sur la question des marins étrangers, un point de vue original, notamment dans un article intitulé « The Heathen Chinese – and Others » (« Ces païens de Chinois – et quelques autres »), paru dans le numéro de mai 191431. Will Grainger, son auteur, se contente dans les premières lignes de rapporter le contenu des discours tenus au meeting du mois précédent, sans les critiquer ouvertement. Il emploie même, sans s’en distancier, les expressions de « John Chinaman » (« Jean le Chinetoque ») et d’« invasion chinoise » (« the Chinese invasion »). Il se permet néanmoins une certaine édulcoration des énoncés les plus excessifs, les reformulant afin d’exprimer des sentiments antiracistes assez éloignés du contenu réel des propos de Wilson. C’est surtout le dernier paragraphe de son article qui peut être lu comme une charge contre les délires xénophobes de Wilson : « Même si la question des bas salaires qu’acceptent les Chinois a son importance, le problème le plus grave et le plus urgent est celui des bas salaires qu’acceptent aujourd’hui les travailleurs britanniques32. » Il s’explique en précisant que le pays compte encore trop peu de syndiqués et trop de syndicats différents, ce qui entraîne des divisions dont le prix à payer est bien lourd : « Quand les cheminots ont fait grève, des marchandises ont été transportées d’un port à un autre sur des navires où n’officiaient ni des Chinois, ni des Lascars, mais – faut-il le rappeler – des travailleurs tout ce qu’il y a de plus britanniques, et même des syndicalistes33. » Et de conclure : « Le Capital est aujourd’hui parfaitement organisé et la seule force qui peut le combattre et l’écraser est un prolétariat organisé tout aussi sérieusement. […] Non seulement les ouvriers britanniques, mais les ouvriers de tous les pays – et même les Chinois – devront se rassembler et s’unir si nous voulons voir un jour se réaliser notre objectif suprême : la prise en main des moyens de production par les prolétaires du monde entier34. » Ce message, explicitement dirigé contre les insuffisances des syndicats, en leur état, sur le terrain des luttes sociales, vise aussi, implicitement, la NSFU et son racisme diviseur.

  • 35  K. Coates et T. Topham, op. cit., p. 544.

17L’appel lancé par Grainger à un renforcement de l’unité du monde du travail par le biais de l’intégration des Asiatiques fut en fait une exception dans le paysage national. Ailleurs, il semble que seul le Labour Council de Kensington et Paddington se soit positionné formellement contre la campagne initiée par Wilson, en avançant comme perspective de rechange une entreprise de syndicalisation des travailleurs étrangers35. Le Hull Trades and Labour Council, même sous influence révolutionnaire, ne poussa pas l’audace tout à fait aussi loin. Au niveau local comme au niveau national, il y eut donc pénurie de voix discordantes. Le combat annoncé contre le Péril Jaune ne rencontra pas d’opposition significative et aucun réseau, ni à Hull, ni ailleurs, ne fut véritablement en mesure de mettre sur pied une contre-campagne visant à rallier les marins asiatiques aux organisations syndicales existantes.

Pendant et après la guerre : une campagne avortée, mais pas sans conséquences

  • 36  « There are some stirring things to come. Look out for another 1911. » Hull Daily Mail, op. cit.
  • 37  Idem.
  • 38  Ibidem.
  • 39  « We have just seen the preliminary skirmishes of the great battle which will determine whether Af (...)

18Quelles furent donc les suites de l’offensive déclenchée le 15 avril 1914 ? Les orateurs promettaient une vraie tempête : « Il va y avoir du raffut. Préparez-vous à un nouveau 191136. » Wilson, tout en rappelant qu’il n’était pas un adepte de la grève à tout prix, déclarait ce soir-là qu’aucun autre moyen, en l’occurrence, ne saurait contraindre le parlement et le gouvernement à prendre conscience de la gravité de la situation. Il faudrait se résoudre à user de toutes les méthodes disponibles, « constitutionnelles ou non » (« constitutional and otherwise »), « parlementaires ou non » (« political and direct »)37. Harry Gosling promettait, quant à lui, d’« exterminer le mal chinois » (« exterminate the Chinese evil ») et d’« éradiquer cette tumeur cancéreuse » (« eradicate that cancerous tumour ») 38. À en croire les prophéties de Kessack, on allait au-devant d’une grandiose apocalypse : « Nous n’en sommes qu’aux premières escarmouches de la grande bataille qui déterminera si, oui ou non, les Africains et les Asiatiques vont remplacer les Blancs39. » Mais, en dépit de ces mises en garde, les effets immédiats de la campagne furent assez limités. Certes, à Hull, une action syndicale aboutit, le premier mai, à ce que tout un équipage « jaune », des mécaniciens aux cuistots, soit remplacé par un équipage « blanc ». Certes, à Londres, un comité intersyndical parvint à rencontrer quelques parlementaires afin de les sensibiliser au péril dit chinois. Mais il n’y eut rien de plus spectaculaire à signaler, le déclenchement de la guerre européenne au mois d’août mettant un coup d’arrêt brutal aux démarches de la NSFU.

  • 40  Voir, par exemple, l’article « Chinese Charged. Seven Yellow Men Who Failed to Report. Hull Aliens (...)

19Comment la situation évolua-t-elle pendant la guerre ? Très rapidement, au grand dam des généraux de la NSFU, on assista à un renforcement des effectifs asiatiques dans la marine marchande. Car, avec l’engagement de 8 000 marins dans la Royal Navy et le licenciement sec de 9 000 marins « ennemis » (essentiellement des Allemands), le recours à la main-d’œuvre asiatique s’imposa tout naturellement à la Fédération des armateurs (British Shipping Federation). Cette politique de recrutement fut d’autant plus aisée à appliquer que le ministère de l’économie (Board of Trade) choisit de fermer les yeux sur le phénomène. Plus nombreux que jamais à bord des navires britanniques et sur les quais des grands ports, les travailleurs asiatiques ne virent pas pour autant leurs conditions d’existence s’améliorer. Au contraire, la promulgation de l’Aliens Registration Act, qui les soumettait à un contrôle renforcé des autorités, rendit leur quotidien plus difficile qu’avant-guerre40.

  • 41« Who are these law-breaking Chinese who carry on opium dens, gambling dens and disorderly houses (...)

20Le comportement de la NSFU dans ce contexte nouveau fut symptomatique. Elle profita de la guerre pour essayer d’obtenir de la part des armateurs moins des concessions en faveur de la masse des marins qu’une reconnaissance de son appareil. Elle focalisa ses efforts sur le renforcement ou l’établissement d’instances de négociations permanentes avec le patronat, mais ne montra aucune velléité d’aller vers la grève générale dont elle brandissait la menace au mois d’avril. En revanche, elle fit preuve de continuité dans sa dénonciation virulente des « ChinChins », tout en renouvelant quelque peu son éventail d’arguments. À l’accusation traditionnelle de lâcheté et de fourberie vint s’ajouter celle de complicité objective avec l’ennemi. On peut, une fois de plus, citer l’incomparable Tupper : « Qui sont ces hors-la-loi chinois, avec leurs fumeries d’opium, leurs tripots et leurs maisons de passe, si ce ne sont des espions allemands en puissance41 ? » Le parallèle entre péril jaune et péril allemand, aussi insensé puisse-t-il paraître, participait d’une même frénésie, d’une même surenchère émotionnelle faite pour attiser les sentiments de haine qui ne pouvaient manquer de se développer dans la population à mesure que les soldats britanniques tombaient et que la perspective d’une victoire-éclair s’éloignait. Par le seul fait qu’elle contribuait à entretenir un climat de nationalisme exacerbé (en anglais : jingoism), la propagande égrenée par la NSFU dans sa presse ne fut pas pour rien dans les agressions physiques qu’eurent à subir les communautés allemandes de Grande-Bretagne, dont celle de Hull, au cours de l’année 1916.

  • 42  Baruch Hirson et Lorraine Vivian, Strike Across the Empire. The Seamen’s Strike of 1925 in Britain (...)
  • 43  Jacqueline Jenkinson, « The Black Community of Salford and Hull, 1919‑1921 » in Immigrants and Min (...)

21Mais pour les travailleurs asiatiques, le pire devait se produire après la guerre. En 1918, la démobilisation des marins engagés dans la Navy, qu’ils aient été de souche ou des colonies, provoqua un afflux de demandeurs d’emploi que le marché du travail ne put absorber immédiatement. Le gouvernement tenta donc d’organiser le rapatriement des travailleurs étrangers, par l’intermédiaire de comités locaux dans lesquels la NSFU s’investit pleinement, avec l’objectif de faire baisser le taux de chômage. Or, les candidats au départ furent très peu nombreux. C’est pourquoi la NSFU, dont la stratégie à long terme reposait sur la restriction de l’offre de main-d’œuvre dans la marine marchande, décida qu’elle obtiendrait par la pression ce qu’elle n’avait pu obtenir par l’incitation : elle prit l’initiative d’émeutes dans tous les grands ports du royaume, afin de pousser les travailleurs de couleur au départ42. à Hull, de même qu’à Londres, Liverpool, Manchester, Glasgow ou Cardiff, qu’ils aient été jaunes ou noirs, de passage ou installés, tous eurent à subir des actions collectives qui, si elles purent à l’époque passer pour des déferlements de rage spontanés, furent en réalité voulue par la NSFU et avaient été annoncées dès le printemps 191443.

La rhétorique raciste au service d’une logique d’appareil

  • 44  Hull Daily Mail, 3 mai 2003.

22Comment les philippiques de Wilson ont-elles pu être érigées en programme d’action syndicale ? Comment est-on passé des outrances oratoires d’avril 1914 à la violence physique organisée de 1919 ? Faut-il voir dans cette escalade le fruit d’un racisme inhérent au milieu des gens de mer, ou plutôt le révélateur de tares propres à la NSFU, voire au mouvement ouvrier britannique dans son ensemble, à la veille de la guerre ? Certains habitants de Hull n’hésitent pas à considérer la haine de l’autre comme une maladie héréditaire de leur ville. Au début des années 2000, un lecteur du Hull Daily Mail dénonçait le caractère « profondément raciste, insulaire et réactionnaire » (« deeply racist, insular and reactionary ») de ses concitoyens, suite aux multiples agressions dont avaient été victimes les demandeurs d’asile irakiens et kurdes accueillis dans les quartiers est de la ville44. Mais s’il y a là, assurément, une inquiétante répétition du même, on ne peut se satisfaire d’une telle stigmatisation de la localité, beaucoup trop simplificatrice pour expliquer quoi que ce soit. La piste de la corrélation plus générale entre contexte de crise économique et recherche d’un bouc émissaire paraît, à cet égard, nettement préférable. Si elle a le mérite d’expliquer dans quelles conditions des actions dirigées contre une minorité ethnique sont susceptibles de rallier des mécontents, cette interprétation doit toutefois être complétée par une interrogation sur l’identité des initiateurs de telles attaques. Le cas des agressions les plus récentes n’est guère mystérieux : leurs auteurs cachent rarement leur sympathie pour les thèses du British National Party (BNP) et pour sa volonté de débarrasser le pays des personnes de couleur. Le fait que la NSFU, un syndicat au passé internationaliste impressionnant, ait pu prendre le sentier de la guerre contre la « race jaune », voilà, en revanche, qui ne laisse pas d’étonner.

  • 45  Frank Broeze, « Militancy and pragmatism. An international perspective on maritime labour, 1870‑19 (...)
  • 46  La NSFU incarna donc jusqu’à la caricature ce courant que François Poirier a appelé « la droite ou (...)

23On ne peut comprendre l’obsession anti-asiatique de la NSFU sans prendre en compte le phénomène de « l’intégration nationale » des appareils syndicaux, phénomène encore en gestation avant 1914, mais que la guerre vint institutionnaliser. Par intégration nationale, on peut entendre deux choses : d’une part, l’identification des directions syndicales aux institutions dominantes, au pouvoir en place et à son idéologie ; d’autre part, leur reconnaissance comme partenaires sociaux par l’État et par les employeurs. Les deux formes d’intégration, cela va de soi, ne sont pas sans lien l’une avec l’autre. Si l’on considère d’abord la question de l’adhésion idéologique, les timoniers de la NSFU, à l’instar de ceux du TUC en général, n’avaient jamais fait mystère de leur soutien moral à l’entreprise civilisatrice de l’Empire britannique : tout en faisant montre d’une combativité certaine face au patronat maritime et aux pouvoirs publics, ils étaient imprégnés du même système de valeur impérialiste que leurs adversaires et, comme on l’a vu, ils étaient capables, sur ce terrain, de se montrer plus royalistes que le roi. Si l’on se penche ensuite sur la question de la reconnaissance sociale, les événements de 1911 avaient ouvert une brèche dans laquelle la NSFU avait tenté de s’engouffrer, en s’appuyant sur la volonté pacificatrice du Board ofTrade dans le domaine des rapports sociaux, mais aussi en ayant à combattre la réticence persistante des armateurs à négocier avec elle. En 1914, le syndicat n’avait pas encore gagné la bataille de la respectabilité45. Ainsi, au moment du meeting de Hull, l’intégration nationale de la NSFU offrait un visage pour le moins paradoxal : alors que le syndicat était encore loin d’avoir été intronisé interlocuteur privilégié par les pouvoirs politique et économique, alors que son intégration n’était pas achevée, il se voulait déjà en plus que parfaite conformité idéologique avec l’ordre établi46.

24Comment, dès lors, ne pas voir dans la logorrhée chauvine de Wilson et de ses compères, dans leur impérialisme clamé de plus en plus fort à mesure qu’on s’éloignait de l’explosion sociale de 1911 et qu’on s’approchait d’un conflit entre grandes puissances, un message adressé indirectement aux vis-à-vis patronaux et gouvernementaux ? La focalisation sur le Péril Jaune leur permettait, en effet, de faire d’une pierre deux coups, d’apparaître aux yeux de leur base comme des opposants radicaux aux armateurs et à leurs pressions sur les salaires, tout en faisant au patronat maritime et à l’État des appels du pied en vue d’une future collaboration. Pour être enfin invité à la table des négociations, il fallait bien que l’état-major de la NSFU menace de déchaîner toute l’énergie de ses troupes. Mais en pratiquant la surenchère sur le terrain de la xénophobie, il s’affichait surtout comme un champion de l’union nationale et donc comme un allié potentiel dans la guerre qui s’annonçait. Parmi les éléments qui étayent cette supposition, on notera le fait que, tout en jouant les incendiaires, Wilson prit toujours soin, dans ses interventions publiques, d’adresser un coup de chapeau à tel ministre ou à tel armateur jugé plus patriote que les autres, comme pour démontrer son sens des responsabilités et son ouverture à toute proposition de collaboration.

  • 47  Le « racisme ordinaire » des classes moyennes et supérieures, prenant racine dans un autre vécu et (...)

25En conclusion de cette étude, sans doute est-il nécessaire de revenir une dernière fois sur les erreurs d’interprétation les plus fréquentes au sujet de la campagne du printemps 1914. Si les piliers de la NSFU entonnèrent alors sans vergogne couplets et refrains racistes, ce serait leur faire trop d’honneur que de voir en eux les introducteurs du virus raciste dans la marine marchande. Car le racisme était une réalité institutionnelle préexistante, sanctionnée depuis longtemps par les armateurs dans le domaine économique et par l’État britannique dans le domaine politique. Le mode de rémunération des travailleurs orientaux était discriminatoire, comme l’était leur statut de sujets coloniaux, et ce racisme construit, dont les élites au sens large tiraient bénéfice, fut indiscutablement le terreau des phénomènes analysés ici. Il ne s’agit pas de faire preuve d’angélisme et d’écarter la possibilité qu’ait existé, chez une partie des marins, un certain « racisme ordinaire » : peur de l’autre et de sa différence ; crainte, surtout, de voir cet autre moins bien payé vous voler votre place sur le marché du travail47. Si personne, parmi les gens de mer, n’avait éprouvé, à un degré ou à un autre, de tels sentiments, Wilson n’aurait pas misé sur ce cheval de bataille et aurait d’ailleurs été bien en peine, en 1919, de recruter des bandes de lyncheurs. Mais le rôle de l’historien est précisément de tenter de discerner quels facteurs, à un moment donné, ont été assez forts pour qu’on passe d’un racisme virtuel, diffus au point d’en paraître insignifiant, à un racisme revendiqué, voire mis en pratique. Pourquoi la NSFU s’empara-t-elle du hochet du Péril Jaune au moment où elle le fit ? On ne saurait le comprendre sans envisager les rapports de force complexes qui se jouaient entre Wilson et la Shipping Federation d’une part, entre Wilson et sa base d’autre part.

  • 48  « Trade Unionism was in its strength », Hull Daily Mail, op. cit.

26Quand le Hull Daily Mail notait, au lendemain du meeting, que « le syndicalisme était venu en force », il disait vrai48. Le mouvement ouvrier organisé, à Hull comme dans le reste du pays, n’avait cessé de progresser en nombre et en puissance depuis les grandes grèves de 1911. Mais quelle direction suivait-il ? Au service de quelle cause allait-on mettre cette force accrue ? La sainte guerre contre le Péril Jaune, menée par la NSFU avec la bénédiction du TUC, en fonction d’étroites considérations d’appareil, laissait bien mal augurer de l’avenir proche. Alors que les rivalités inter-impérialistes s’exacerbaient, le discours anti-étrangers de la NSFU ne faisait qu’entretenir le chauvinisme et le bellicisme ambiants, préparant les marins, non pas à un « nouveau 1911 », mais à leur enrôlement, quelques mois plus tard, dans l’effort de guerre.

Haut de page

Notes

1  Voir par exemple Sir Walter Citrine, British Trade Unions, Londres, William Collins, 1942 ou encore The Story of the Transport and General Workers’Union, Londres, TGWU, 1977.

2  On ne trouve aucune référence à la croisade de la NSFU contre le Péril Jaune dans A History of British Trade Unionism de Henry Pelling, Harmondsworth, Penguin, 1963. On n’en rencontre pas non plus dans les synthèses plus récentes signées W. Hamish Fraser, A History of British Trade Unionism 1700‑1998, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 1999, et Alastair J. Reid, United We Stand. À History of Britain’s Trade Unions, Londres, Allen Lane, 2004.

3  Parmi les travaux pionniers, Kenneth Lunn, Race and Labour in Twentieth Century Britain, Londres, Frank Cass, 1985 ; Danny Gordon et Paul Reilly, « Guestworkers of the sea : racism in British shipping », Race and Class, vol. 28, automne 1986, n° 2, p. 73‑82 ; Kenneth Lunn, « The Seamen’s Union and « Foreign » Workers on British and Colonial Shipping, 1890‑1939 », Bulletin of the Society for the Study of Labour History, n° 53, 1988, p. 5‑13.

4  La tendance fut-elle renforcée, du côté des universitaires français, par une certaine déception à l’égard de l’expérience Mitterrand ? Ils furent, en tout cas, parmi les plus inspirés. Voir Etienne Balibar (avec Immanuel Wallerstein), Race, nation, classe. Les identités ambiguës, Paris, La Découverte, 1988 ; René Galissot, Robert Paris et Claudie Weill (dir.), « La désunion des prolétaires », Le Mouvement Social, n° 147, avril-juin 1989 ; Serge Wolikow et Michel Cordillot (dir.), Prolétaires de tous les pays, unissez-vous ? Les difficiles chemins de l’Internationalisme, 1848-1956, Dijon, Éditions Universitaires de Dijon, 1993.

5  Bernard Porter, The Absent-Minded Imperialists. Empire, Society and Culture in Britain, Oxford, Oxford University Press, 2004.

6  Laura Tabili, « We Ask for British Justice » : Workers and Racial Difference in Late Imperial Britain, Ithaca et Londres, Cornell University Press, 1994.

7  De ce point de vue, le passage consacré à la campagne de 1914 par Arthur Marsh et Victoria Ryan dans The Seamen : the History of the National Union of Seamen, Oxford, Malthouse Publishing, 1989, p. 70‑73, est nettement plus timide que le récit volontiers iconoclaste proposé par Ken Coates et Tony Topham dans The Making of the Transport and General Workers’Union : The Emergence of the Labour Movement, 1870-1922, Oxford, Basil Blackwell, 1991, p. 541‑546.

8  International Transport Workers’Federation (ITF), Solidarity : The First Hundred Years of the ITF, Londres et Chicago, Pluto Press, 1996.

9  National Transport Workers’Federation (NTWF), Annual General Council Report, 1914.

10  « Notorious episodes of racial confrontation were shaped more by decisions of influential institutional actors than by the racist impulses of ordinary people , L. Tabili, op. cit., quatrième de couverture.

11  Les détails concernant le meeting et les citations qui suivent sont tirés du Hull Daily Mail du vendredi 17 avril 1914.

12  Pour un portrait de Havelock Wilson par lui-même, lire son autobiographie : My Stormy Voyage through Life, Londres, Cooperative Press, 1925.

13  « The British Empire (was won) by men of the sea and if we (lose) our sea power, our empire (will crumble). […] The time (will) arrive when we (will) have mixed crews on our warships. »

14  « Are you going to have a Chinese colony in Hull ? Are you going to see those Chinamen walking your streets with your own daughters ? Are we going to tolerate them ? If we do, then we are losing our manhood and our prestige. »

15  « That this mass meeting […] protests against this growing menace to the Western, and more especially the British standard of life and morals. […] All shore workers are therefore asked to prepare for such action, political and direct, calculated to remove the Asiatics from British ships in British waters. »

16  Voir Marcel Van der Linden, « The national integration of European working classes (1871‑1914) », International Review of Social History, vol. 33, 1988, p. 285‑311. L’auteur souligne le rôle essentiel des institutions (en particulier de l’école et de l’armée) dans la transmission aux classes populaires d’un sentiment d’identité nationale.

17  Entre 1850 et 1890, les marins d’origine étrangère étaient encore relativement peu nombreux, et dans leur majorité européens plutôt qu’asiatiques.

18  Selon le syndicat des marins, les Asiatiques employés dans la marine marchande britannique étaient 20 000 en 1890 et 56 000 en 1914, soit 20 % de l’effectif total. On peut comprendre cette hausse spectaculaire comme une façon pour les armateurs de contourner les nouvelles obligations sociales et financières que le Workmen’s Compensation Act de 1908 leur imposait vis-à-vis des salariés de nationalité britannique. À partir de cette date, la Shipping Gazette se remplit d’interviews sur le thème : « My Chineses are all right » ou encore « Chinamen are the best ». Mais cet engouement avait une raison plus fondamentale encore : le fait que les grilles de salaires établies par la Fédération des armateurs (British Shipping Federation) n’attribuaient au marin asiatique que la moitié du salaire du marin britannique le plus mal payé.

19  A. Marsh et V. Ryan, op. cit., p. 51.

20  Idem.

21  ‘Captain’ Edward Tupper, The Seaman’s Torch. The Life Story of Captain Edward Tupper, Londres, Hutchinson, 1938, p. 50‑51.

22  « We shall soon have “Rule Britannia” sung in Pidgin English. », National Transport Workers’Federation (NTWF), Annual General Council Report, 1913.

23  « I have no objection to Chinamen as such. He is all right so long as he remains in China. » Idem.

24  « The white man must either fight the evil influence or go under and carry white civilisation with him », Ibidem.

25  « The man who talks of (racial) equality (among seamen) is not a socialist : he is simply crazy and beyond hope. » Forward, 11 avril 1914.

26  National Transport Workers’Federation (NTWF), Annual General Council Report, 1912.

27  The Seaman, mai 1908.

28  National Transport Workers’Federation (NTWF), Annual General Council Report, 1913.

29  The Seaman, août 1908.

30  Hull Daily Mail, op. cit.

31  Will Grainger, « The Heathen Chinese – and Others » dans « Hull Trades and Labour Council », Monthly Labour Journal, n° 245, mai 1914.

32  « No matter how serious a problem the question of Chinese cheap labour may be, the question of British cheap labour is more pressing and serious », idem.

33  « When the railwaymen have been on strike, goods have been sent from port to port in ships manned, not by Chinese, or other Asiatics, let it be remembered, but by Britishers, and, more’s the pity, some of them Trade Unionists », ibidem.

34  « Capital is to-day almost perfectly organised, and the only force that can fight and defeat it is perfectly organised labour. […] Not only British workers, but workers the world over – even the Chinese – will have to unite and work in unity before we can hope for the realisation of that ultimate ideal, the ownership and control of the world’s industries by the workers of the world », ibid.

35  K. Coates et T. Topham, op. cit., p. 544.

36  « There are some stirring things to come. Look out for another 1911. » Hull Daily Mail, op. cit.

37  Idem.

38  Ibidem.

39  « We have just seen the preliminary skirmishes of the great battle which will determine whether African and Asiatic shall displace Whites », Forward, op. cit.

40  Voir, par exemple, l’article « Chinese Charged. Seven Yellow Men Who Failed to Report. Hull Aliens Court » dans le Hull News du 5 septembre 1914.

41« Who are these law-breaking Chinese who carry on opium dens, gambling dens and disorderly houses, but potential German spies ? », The Seaman, juin 1916.

42  Baruch Hirson et Lorraine Vivian, Strike Across the Empire. The Seamen’s Strike of 1925 in Britain, South Africa and Australasia, Londres, Clio, 1992, p. 39‑41.

43  Jacqueline Jenkinson, « The Black Community of Salford and Hull, 1919‑1921 » in Immigrants and Minorities, juillet 1988, p. 166‑183.

44  Hull Daily Mail, 3 mai 2003.

45  Frank Broeze, « Militancy and pragmatism. An international perspective on maritime labour, 1870‑1914 », International Review of Social History, vol. 36, 1991, p. 165‑200.

46  La NSFU incarna donc jusqu’à la caricature ce courant que François Poirier a appelé « la droite ouvrière ». Voir « Grande-Bretagne : la droite ouvrière », Les Cahiers d’Article 31, n° 2, 2nd semestre 1990, p. 53‑58. Le syndicat des marins s’illustra tout particulièrement lors de la grève générale de 1926 – en refusant d’y participer. Il faut dire qu’il avait obtenu, presque dès le déclenchement de la Première Guerre mondiale, d’être reçu régulièrement à la table des négociations par la Fédération des armateurs. Voir L. H. Powell, The Shipping Federation. À History of the First Sixty Years 1890‑1950, Londres, Shipping Federation, 1950.

47  Le « racisme ordinaire » des classes moyennes et supérieures, prenant racine dans un autre vécu et de nature différente, n’en était pas moins répandu.

48  « Trade Unionism was in its strength », Hull Daily Mail, op. cit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yann Béliard, « Le syndicat des gens de mer contre le Péril Jaune: les ressorts d’une campagne oubliée (Royaume-Uni, printemps 1914) », Cahiers d'histoire. Revue d'histoire critique, 111 | 2010, 63-79.

Référence électronique

Yann Béliard, « Le syndicat des gens de mer contre le Péril Jaune: les ressorts d’une campagne oubliée (Royaume-Uni, printemps 1914) », Cahiers d'histoire. Revue d'histoire critique [En ligne], 111 | 2010, mis en ligne le 21 septembre 2010, consulté le 21 octobre 2014. URL : http://chrhc.revues.org/2070

Haut de page

Auteur

Yann Béliard

Maître de conférences de civilisation britannique, Université Paris 3-Sorbonne Nouvelle

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page