Navigation – Plan du site
DOSSIER

Pouvoir colonial et conflictualité ouvrière. L’exemple du logement ouvrier à Bombay (1890-1920)

Vanessa Caru
p. 51-62

Résumé

Dans la lignée de la démarche des subalternistes, cet article vise à montrer que l’état colonial en Inde n’a pas seulement été ébranlé par les revendications des élites du parti du Congrès, mais que les mouvements populaires le forcèrent aussi à de constants ajustements pour maintenir sa domination. à partir de la fin du XIXe siècle. À Bombay, les fortes mobilisations des travailleurs de la ville poussent les Britanniques à mettre en place un traitement politique de l’agitation ouvrière, par le biais de programmes de construction de logements. Ces concessions contribuent cependant à faire émerger de nouveaux terrains de conflictualité entre les autorités coloniales et les classes populaires de la ville qui ne tardent pas à les considérer comme des acquis à défendre ou à renforcer. L’analyse des mouvements relatifs à la sphère quotidienne apparaît ainsi comme aussi importante que celle portant sur les conflits du travail pour comprendre le processus de politisation des travailleurs et l’émergence de formes de mobilisation collectives.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

Inde

Chronologie :

XIXe siècle, XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Bombay Development Proceedings, Oriental and Indian Office Collection (désormais OIOC), British Li (...)
  • 2  Cité par Hazareesingh S., The Colonial City and the Challenge of Modernity. Urban Hegemonies and C (...)

1Le 17 mars 1920, le plus haut représentant du pouvoir britannique en Inde, le Vice-Roi, presse les autorités de l’India Office de Londres de donner leur aval à un ambitieux projet de construction, qui prévoit de bâtir 50 000 logements destinés aux travailleurs de Bombay. Il est, selon lui, devenu urgent d’engager les chantiers « afin de rassurer l’opinion publique [de la ville] par rapport aux récents troubles du travail et leur recrudescence et pour supprimer toute impression que le Gouvernement est indifférent aux conditions épouvantables dans lesquelles les classes laborieuses vivent1 ». Le pouvoir colonial a été très impressionné par les deux mouvements de grève générale qui éclatent à Bombay durant les mois de janvier 1919 et 1920. Ils semblent faire vaciller le contrôle britannique sur la ville, qui apparaît désormais, selon les termes du Vice-Roi, comme « le principal foyer de danger » du pays2.

  • 3  Markovits C., « Bombay as a Business Centre in the Colonial Period : a Comparison with Calcutta », (...)
  • 4  Sur le développement de cette industrie, voir l’étude de Chandavarkar R., The Origins of industria (...)
  • 5  En 1921, seuls 19 % des travailleurs du textile sont originaires de Bombay. Cf. : Upadhyay S. B., (...)
  • 6  Ibidem, p. 30.

2À cette date, Bombay est en effet un point névralgique du pouvoir et de l’économie impériale en Inde. Capitale de l’une des trois présidences, la ville est aussi devenue, avec l’ouverture du canal de Suez, le port le plus important du pays. Pour Claude Markovits, elle a ainsi acquis un statut de « sous-métropole », dans un système global britannique qui serait commandé depuis Londres, Manchester ou encore Glasgow3. Elle connaît enfin, depuis le milieu des années 1850, le développement d’une industrie textile moderne, essentiellement financée par des capitaux indigènes et dont la croissance soutenue attire un grand nombre de travailleurs4. En 1890, les manufactures de coton emploient près de 80 000 ouvriers, soit 1/10 de la population de la ville, proportion qui s’élève à un quart au début des années 1920. La majeure partie de la main-d’œuvre est migrante et conserve de fortes attaches rurales. Les travailleurs retournent dans leurs villages d’origine pour des travaux saisonniers et pour finir leur vie5. Cette main-d’œuvre compte aussi une proportion non négligeable d’« intouchables », qui représentent, en 1921, 12 % des ouvriers de l’industrie textile6.

  • 7  Sur ces mouvements, voir Newman R., Workers and Union in Bombay, 1918-1929, A Study of the Organis (...)
  • 8  Newman R., Workers…, op. cit., p. 148.

3Deux types de mouvements se développent au sein de ces populations laborieuses. Celles-ci font montre, tout d’abord, d’une combativité croissante dans la sphère du travail. À partir des années 1880, les grèves sectorielles – n’engageant qu’une usine ou qu’un groupe d’usines – se multiplient. La conflictualité culmine cependant au lendemain de la Première Guerre mondiale. Entre 1917 et 1920, l’industrie textile connaît près de 200 grèves, ainsi que cinq grèves générales entre 1919 et 19297. Cette multiplication des conflits ne s’accompagne pas immédiatement de la mise en place de structures syndicales pérennes. La première organisation de ce type, fondée par des travailleurs, date de décembre 19238. A partir de la grève générale de 1928, elle est dirigée par des militants communistes, qui la renomment Girni Kamgar Union (GKU).

  • 9  Voir la critique de ces conceptions, essentiellement défendues par les théories de la modernisatio (...)
  • 10  Sur cette perspective, voir l’éclairante critique qu’en fait Jonathan Parry dans son introduction (...)
  • 11  Voir la critique que fait de cette perspective, notamment présente dans les travaux de D. Chakraba (...)
  • 12  Pour une éclairante mise au point sur ce courant et sur la réorientation qu’il connaît à la fin de (...)
  • 13  Guha R., « On some aspects of the historiography of colonial India », in R. Guha et G.C.Spivak, Se (...)

4Les attaches rurales des ouvriers de Bombay, ainsi que la faiblesse de leur organisation syndicale et politique, ont pu amener certains auteurs à douter de l’existence d’une véritable classe industrielle en Inde9. Appréhendés à l’aune d’un modèle linéaire de modernisation de la société, qui verrait le passage d’une société rurale et paysanne à une société urbaine, industrielle et prolétarienne, les travailleurs de Bombay apparaissent au mieux comme relevant d’une forme de déviation, requérant l’invention de termes comme « semi-moderne », « pseudo-prolétaire10 ». Certaines études se sont ainsi attelées à expliquer comment le développement d’une conscience de classe a pu être entravé par la persistance d’identités religieuses, linguistiques ou encore de caste11. Depuis les années 1980, ces perspectives ont été profondément remises en question, notamment par le courant des Subaltern Studies12. R. Guha y perçoit en effet une des formes de « l’élitisme » qui a marqué l’historiographie de l’Inde coloniale et conduit à stigmatiser comme « pré-politiques » les luttes des classes populaires indiennes, en en empêchant la pleine compréhension13.

  • 14  Sur le début du mouvement et notamment la figure de Jotirao Phule, voir Omvedt G., Cultural Revolt (...)
  • 15  Voir Newman R., Workers…, op. cit., p. 111-112.

5L’autre mouvement qui trouve un certain écho au sein des populations ouvrières de Bombay connaît une forme de structuration plus précoce. Il se développe, en effet, dès les années 1870 dans les campagnes environnantes, avant de s’implanter en ville14. Connu sous le nom de « mouvement non-brahmane », il s’oppose à la domination religieuse et sociale des brahmanes et vise à organiser les basses castes pour leur émancipation. Cette mouvance est à l’origine de la fondation, en 1909, de ce qui reste, jusqu’au début des années 1920, la plus importante association philanthropique implantée dans les quartiers ouvriers, la Kamgar Hitawardhak Sabha (ci-après KHS), qui a pu revendiquer jusqu’à 10 000 adhérents15. En 1919, elle se dote, avec la création du Non-Brahman Party, d’une organisation politique apte à disputer les élections pour les nouveaux conseils mis en place par la réforme Montagu-Chelmsford.

  • 16  Sarkar S., Modern India, Delhi, Macmillan, 1989.
  • 17  La démarche est comparable dans le sens où je me propose de mener une analyse « par le bas » de la (...)

6Un certain nombre de travaux historiques, à commencer par ceux de Sumit Sarkar puis du courant subalterniste, se sont attachés, depuis les années 1980, à réévaluer le rôle des mouvements populaires dans l’histoire de l’Inde contemporaine16. Ils visaient notamment à remettre en cause les interprétations qui attribuaient aux seuls membres des élites la construction et le développement du mouvement nationaliste, et par conséquent de la nation indienne. Cet article se propose d’adopter une démarche comparable17. Il s’agira de montrer que le pouvoir colonial n’a pas seulement été ébranlé par les revendications des élites du parti du Congrès, mais qu’il le fut aussi très fortement par les mobilisations populaires. Celles-ci le forcèrent en effet à de constants réajustements afin de maintenir sa domination. La question du logement ouvrier offre, dans cette perspective, un angle d’étude particulièrement intéressant. Comme le souligne la déclaration du Vice-Roi de mars 1920, c’est en effet le domaine que l’État colonial choisit de se donner afin de traiter politiquement la question sociale. Cependant, les concessions accordées contribuent aussi à faire émerger de nouveaux terrains de conflit entre les autorités britanniques et les classes populaires de la ville, puisque ces dernières ne tardent pas à les considérer comme des acquis à défendre ou à renforcer. Cette étude se concentrera donc sur deux moments, où le rapport de force entre l’état colonial et les travailleurs est sensiblement modifié : l’épidémie de peste de la fin du XIXe siècle et les grèves générales au début des années 1920.

« The Men have learnt their power18 », l’épidémie de peste et l’émergence d’une revendication ouvrière19

  • 18  « Les hommes ont appris à connaître leur pouvoir. »
  • 19  Cité par Sarkar A., Regulated Labour, Unruly Workers : The Making of Industrial Relations in Late (...)
  • 20  Voir notamment, Arnold D., « Touching the body : Perspectives on the Indian Plague, 1896-1900 », i (...)

7Il est devenu commun, depuis les travaux des historiens subalternistes, d’analyser l’épisode de l’épidémie de peste qui débute à Bombay en 1896 comme une crise de l’autorité du pouvoir colonial, d’une ampleur inédite depuis la révolte de 1857, provoquée par l’agitation populaire20. Les études, comme celle de David Arnold, ont montré que les mesures adoptées par les Britanniques pour enrayer la propagation de la maladie ont rapidement suscité de très vives contestations. Elles culminent à Bombay en mars 1898 – lorsqu’éclate une violente émeute – où deux soldats britanniques trouvent la mort, suivie d’une grève générale. La vigueur de l’opposition populaire force les autorités coloniales à faire marche arrière et à abroger les mesures les plus drastiques.

  • 21  Cette dimension a été jusque-là peu étudiée par l’historiographie. Les travaux récents d’Aditya Sa (...)
  • 22  Depuis le début des années 1880, la colonie a été dotée de Factory Laws et d’un système d’inspecti (...)
  • 23  Factory Report, Bombay, 1897.
  • 24  Cette attitude paternaliste à l’égard des ouvriers appartient en effet à ce que J. C. Scott qualif (...)
  • 25  Cité par Sarkar A., Regulated…, op. cit., p. 328.

8En outre, cet épisode marque un tournant majeur dans les rapports entre la main-d’œuvre ouvrière de la ville et l’état colonial21. Comme le montre la citation du Chief Inspector of Factories22, A.L. Wood, placée en exergue de cette partie, l’épidémie est l’occasion, tout d’abord, d’une prise de conscience de la part du pouvoir britannique de la force que constituent les travailleurs de la ville et de la menace qu’ils peuvent faire peser sur son autorité. Ce changement de perception n’est pas lié uniquement à la participation massive des ouvriers du coton aux émeutes de la peste. La situation engendrée par l’épidémie – tout particulièrement la fuite d’une large partie de la population de la ville – a contribué à inverser temporairement le rapport de force en faveur des travailleurs. Afin de maintenir une main-d’œuvre suffisante, le patronat textile est ainsi forcé d’augmenter les salaires et d’adopter un système de paye quotidienne23. Lorsque la famine, qui se répand dans les campagnes à partir de 1897, ramène à Bombay un grand nombre de travailleurs et que le marché du travail lui redevient plus favorable, le patronat cherche à revenir sur les concessions accordées. Il n’y parvient cependant qu’au prix de très durs conflits avec ses salariés. La combativité dont font alors preuve les ouvriers marque les autorités coloniales. Elles les avaient considérés jusqu’alors comme des populations faibles, qui méritaient leur protection, notamment par la promulgation de Factory Acts24. Elles les jugent désormais, selon les termes du même Chief Inspector of Factories, « capables de s’occuper [d’elles-mêmes] » et concluent à l’émergence, pour la première fois, « d’une question sociale comparable à celle qui existe en Europe25 ».

  • 26  Snow P.C., Report on the Outbreak of Bubonic Plague in Bombay, 1896-97, Bombay, 1897, p. 6-7.
  • 27  Une très petite minorité du patronat textile a aussi recours à cette solution. C’est d’ailleurs l’ (...)
  • 28  Voir notamment : General Department 1911, Vol. 96, Comp. 1299, Maharastra State Archives, Mumbai [ (...)
  • 29  Public Works Department (General) 1910-1914, Vol. 1136, Comp. 2696 Part I, MSA, Mumbai.

9Une telle prise de conscience s’accompagne aussi d’une reconnaissance de la nécessité pour l’état colonial de redéfinir la relation qu’il entretient avec ses salariés. étant l’un des principaux employeurs de la ville, il se trouve en effet confronté à la même difficulté que l’industrie textile pour s’approvisionner en main-d’œuvre. Dans son cas, cependant, le problème semble menacer directement le maintien de l’ordre public. Toute désorganisation du Health Department chargé du nettoyage de la cité pouvait mener à ce que « Bombay [devienne] en quelques jours inhabitable », et par conséquent ingouvernable26. Cette crainte pousse les autorités à chercher des moyens de retenir leurs salariés. Elles se décident donc à loger une partie d’entre eux dans des campements précaires à proximité de leurs lieux de travail27. Mais ce qui était pour le pouvoir britannique une concession temporaire accordée en temps de crise ne tarde pas à être considéré par les travailleurs comme un acquis à défendre. En 1908, lorsque les autorités cherchent à faire marche arrière et annoncent le démantèlement des camps, elles se voient opposer des résistances très fortes : campagnes de pétition, menace et développement de grèves dans certains départements28, etc. Face à une telle mobilisation, elles sont contraintes à reculer et attribuent à leurs employés les moins bien payés, en remplacement des habitations temporaires, une allocation logement29.

  • 30  Sarkar A., Regulated…, op. cit., chapitre six. Ce type d’analyse a pu être formulé dans d’autres c (...)

10L’exemple des employés subalternes du gouvernement de Bombay montre combien une conception, qui fait correspondre à un certain stade de l’évolution de l’économie capitaliste un degré équivalent de développement de la conscience de classe, ne permet de comprendre le processus par lequel se construit un mouvement social. Le cas exposé invalide en effet un des éléments de cette perspective qui voudrait que les concessions accordées aux travailleurs le soient par une industrie en expansion, dans le but de soutenir la production en favorisant la création d’une main-d’œuvre stable. À Bombay, pendant l’épidémie de peste, c’est au contraire en situation de crise que le patronat met en place des mesures de ce type. Comme l’a montré Aditya Sarkar, le pouvoir de négociation accru des travailleurs ne découle pas de la stabilisation d’une classe industrielle, mais paradoxalement de la plus grande situation de précarité dans laquelle ils se trouvent placés avec l’apparition de la maladie, à laquelle ils payent un très lourd tribut30.

11Le contexte très particulier engendré par l’irruption de la peste favorise donc, d’une part, la construction de la combativité de certaines fractions de la classe ouvrière de Bombay. Si les employés du gouvernement comptent parmi les premiers groupes de travailleurs à se doter de structures syndicales, c’est notamment parce qu’ils ont dû s’organiser pour défendre les concessions accordées pendant l’épidémie. Le fait qu’ils se mettent rapidement à les considérer comme des acquis transforme la question du logement en terrain potentiel de conflictualité avec l’état colonial. D’autre part, l’épisode épidémique fournit aux autorités britanniques une première expérience en matière de traitement politique de la question sociale émergente. La construction de logements leur apparaît dès lors comme une des solutions envisageables pour diminuer le mécontentement ouvrier, dont elles savent se souvenir lorsqu’elles sont confrontées, au lendemain de la Première Guerre mondiale, à des mouvements de grève sans précédent.

Une entorse au principe de « Cheap Government », le programme de logements des années 1920

  • 31  La décision de l’abolition par les Britanniques, suite à la défaite de l’Empire ottoman, de l’inst (...)
  • 32  Cette expression ne signifie pas que la mouvance nationaliste cherche désormais à mobiliser et org (...)
  • 33  Burnett-Hurst A.R., Labour and Housing in Bombay. A Study of the economic conditions of the wage-e (...)

12L’immédiat après-guerre constitue en effet un moment critique pour les autorités britanniques de l’Inde, qui se trouvent doublement déstabilisées. Elles doivent faire face, tout d’abord, à une radicalisation, autour de M. K. Gandhi et du mouvement du Califat31, de la mouvance nationaliste, qui, avec le lancement du mouvement de Non-Coopération, se tourne vers des formes de mobilisation de masse32. Elles sont, de plus, fortement ébranlées par le développement d’une agitation ouvrière d’une ampleur inédite. Le conflit de 1919 rassemble les ouvriers de 85 usines textiles, ceux des docks, des ateliers de chemin de fer, des ateliers municipaux et de la presse gouvernementale, soit, selon les estimations officielles, près de 200 000 personnes33. Il suscite une telle crainte du pouvoir britannique, que ce dernier masse des troupes aux alentours de la ville, afin, le cas échéant, d’être en mesure d’y asseoir de nouveau rapidement son contrôle.

  • 34  Ces réformes instituent une plus grande représentativité du conseil législatif et renforcent l’aut (...)
  • 35  Sur la politique communaliste de l’État colonial en général, voir le début de l’article de Roland (...)
  • 36  Voir Omvedt G., Cultural Revolt…, op. cit., chapitre 7. Cette attitude ne commence à évoluer que d (...)
  • 37  Certains industriels furent même d’actifs opposants au mouvement de Non-Coopération, puisqu’ils cr (...)

13Si elles n’hésitent pas à avoir recours à la répression, les autorités coloniales ne peuvent cependant espérer perpétuer leur domination sans procéder à certains ajustements. Elles promulguent, d’une part, une série de réformes institutionnelles, connues sous le nom de réformes Montagu-Chelmsford34. Ces dernières, qui mettent en place des conseils provinciaux avec une majorité de membres élus, déçoivent les attentes du Congrès qui souhaitait voir l’Inde accéder au self-government. Certains dispositifs qu’elles contiennent peuvent d’ailleurs apparaître comme ayant été conçus pour limiter l’influence de ce parti au sein des assemblées. Des sièges y sont en effet réservés aux musulmans, mais aussi aux non-brahmanes35, qui restent hostiles au Congrès qu’ils perçoivent comme un parti dirigé par les brahmanes36. D’autre part, afin de calmer l’agitation ouvrière, elles annoncent la mise en œuvre, par l’entremise d’une nouvelle agence, le Bombay Development Department (ci-après BDD), d’un programme de construction de 50 000 appartements destinés aux travailleurs de la ville. Le problème du logement était pourtant totalement absent des revendications des deux grèves générales de 1919 et 1920, qui portaient de façon quasi exclusive sur la question salariale. Si l’État colonial refuse de répondre sur ce terrain, et notamment de promulguer une législation fixant un salaire minimal, comme il a été parfois suggéré, c’est que cela dessert ses intérêts en tant qu’employeur. Mais c’est aussi qu’il doit, dans le contexte d’une radicalisation croissante du mouvement nationaliste, se ménager des soutiens politiques. Il ne peut donc se permettre de s’aliéner la puissante élite industrielle de la ville, qui, jusqu’alors, a fait preuve d’un grand loyalisme à son égard37.

  • 38  La doctrine gladstonienne est en effet appliquée avec une rigueur encore plus grande dans la colon (...)
  • 39  Voir notamment Henock E. P., The Origin of the Welfare State in England and Germany, 1850-1914, Ca (...)
  • 40  Par exemple, afin d’économiser sur le coût des terrains, les autorités coloniales choisissent de c (...)
  • 41  Revenue (Development) Department 1924, File 53-12, rapport bi-annuel du Land Manager du 30 juin 19 (...)

14La décision de mettre en œuvre un ambitieux programme de construction ne doit cependant pas remettre en question le principe de « cheap government » qui est le fondement de la gestion de la colonie38. Alors qu’en métropole le gouvernement a commencé à rompre avec les doctrines de l’époque victorienne39 et s’est orienté, depuis la promulgation des Addison Acts, vers une véritable politique de logement social, l’État colonial refuse toujours de subventionner les constructions qui, dans son esprit, doivent être rentables. Ainsi, lorsque les autorités prennent conscience, en 1924, que le coût des chantiers est bien plus élevé que prévu, elles décident de les interrompre. Seuls 16 000 logements sur les 50 000 annoncés sont finalement construits. En outre, afin de réduire les coûts, elles procèdent à des choix à court terme en matière d’équipement, qui rendent les bâtiments inadaptés au mode de vie des populations ouvrières40. Celles-ci sont, surtout, dans l’incapacité de payer les loyers demandés, que les autorités ont fixés de manière à s’assurer un confortable retour sur leur investissement. De telles décisions hypothèquent fortement la réussite du projet. En 1923, entre 45 et 66 % des logements construits restent inoccupés41.

  • 42  Voir, par exemple, Bombay Legislative Council Debates 1928, séance du 7 mars, MSA, Mumbai, p. 1000 (...)
  • 43  Newman R., Workers…, op. cit., p. 134-135.

15La mise en œuvre du programme du BDD ne tarde pas à susciter de vives critiques au sein de l’assemblée provinciale, issue des réformes Montagu-Chelmsford. Dans ce débat, cependant, seul le Non-Brahman Party cherche à faire valoir les intérêts des travailleurs et défend l’adoption d’une politique plus sociale42. Par le biais de l’organisation de réunions publiques dans les quartiers populaires et de plusieurs campagnes de pétition, il demande ainsi des équipements plus adaptés et une réduction des loyers. La mobilisation orchestrée autour de ces questions reflète une évolution de sa stratégie à l’égard des classes populaires. Depuis la guerre, l’influence de la mouvance non-brahmane au sein des populations ouvrières était en effet sur le déclin. Le fait que la KHS ait appelé à la reprise du travail et à une étroite collaboration avec les autorités gouvernementales pendant les grèves générales lui a aliéné une large partie de ses soutiens dans les faubourgs industriels43. Leur légitimité étant désormais largement entamée sur les questions syndicales, les militants non-brahmanes peuvent espérer reconquérir des partisans en investissant des problèmes relevant de la sphère quotidienne, comme l’éducation ou le logement.

  • 44  Ces concessions accordées par l’état colonial restent cependant insuffisantes pour permettre l’occ (...)

16Les élus dont ils disposent au sein de l’assemblée provinciale leur assurent, de fait, un accès à ses ressources. Si les autorités britanniques veulent pouvoir utiliser le Non-Brahman Party pour contrer l’influence des nationalistes, elles doivent en effet le ménager et donc satisfaire certaines de ses revendications. Ainsi consentent-elles à de nouvelles dépenses pour améliorer les équipements des immeubles et à des réductions de loyer44. Ces concessions placent cependant l’état colonial dans une situation très particulière, puisqu’il est forcé de faire une entorse à sa doctrine libérale de gouvernement. Sous l’effet conjoint des tactiques d’évitement des travailleurs et des campagnes orchestrées par le Non-Brahman Party, il est contraint d’accepter de subventionner le logement d’une catégorie de la population et doit y consacrer une partie des ressources fiscales de la province.

  • 45  Home (Special) Department, File n° 550 (25) B, 1938, MSA, Mumbai.
  • 46  Sur le mouvement des Dalit Panthers, voir : Rodrigues E. A. et Gavaskar M., « Emancipation and Dal (...)

17L’expérience de lutte – et les avancées relatives obtenues – sur ces questions afférant au logement peut permettre d’expliquer en partie l’enracinement des mouvements non-brahmanes et intouchables, dans certains quartiers construits par le BDD. Le plus vaste d’entre eux, Worli, devient, en effet, à la fin des années 1930 un des bastions de l’Independent Labour Party, créé par B.R. Ambedkar, le leader intouchable45. C’est aussi à Worli que naissent, au début des années 1970, les Dalit Panthers, mouvement d’émancipation des Dalit (intouchables) sur le modèle des Black Panthers46. Le fait que ces différents mouvements aient été les premiers à prendre en charge et à relayer les revendications des locataires les a aidés à se doter de bases locales de mobilisation durables.

18L’exemple traité conduit à remettre en cause tout schéma explicatif linéaire, prétendument observé en Occident pour analyser la construction de mouvements sociaux. Le cas de Bombay montre en effet que, dans la lignée des travaux d’E. P. Thompson à propos des mouvements populaires de la période de la révolution industrielle, l’étude de la formation d’une classe ouvrière nécessite la prise en compte des situations conflictuelles particulières dans laquelle celle-ci se produit. En l’occurrence, c’est le contexte de crise sanitaire et sociale aiguë suscitée par l’épidémie de peste qui paradoxalement permet la redéfinition du rapport du force avec les employeurs de la ville et l’émergence de nouveaux acquis, bientôt transformés en de nouveaux terrains de conflictualité. La situation des mouvements non-brahmanes et intouchables montre, en outre, qu’il est impossible de cantonner l’analyse à la seule sphère du travail. Les revendications relatives à la sphère quotidienne, et notamment au logement, ont aussi permis l’apprentissage de formes de mobilisation collectives et politiques.

19Ce que souligne aussi cette réflexion sur le logement ouvrier à Bombay, c’est l’extrême perméabilité de l’état colonial à l’agitation populaire. Les mobilisations et les revendications de l’élite nationaliste ne sont pas, de fait, les seules à forcer le mode de gestion de la colonie à évoluer. Afin de calmer l’agitation ouvrière et de maintenir leur domination, les autorités britanniques se voient contraintes à faire une entorse à l’un de leurs principes fondamentaux de gouvernement, le « cheap government », et à accepter de donner une inflexion plus sociale à leur programme de construction.

Haut de page

Notes

1  Bombay Development Proceedings, Oriental and Indian Office Collection (désormais OIOC), British Library, Londres, télégramme n°A-202 du 17 mars 1920 du Vice-Roi (département des finances) au secrétaire d’État chargé de l’Inde à Londres.

2  Cité par Hazareesingh S., The Colonial City and the Challenge of Modernity. Urban Hegemonies and Civic Contestations in Bombay (1900-1925), Hyderabad, Orient Longman, 2007, p. 202.

3  Markovits C., « Bombay as a Business Centre in the Colonial Period : a Comparison with Calcutta », in Patel S. et Thorner A. (dir.), Bombay, Metaphor for Modern India, New Delhi, Oxford University Press, 2003, p. 28-29.

4  Sur le développement de cette industrie, voir l’étude de Chandavarkar R., The Origins of industrial Capitalism in India : Business Strategies and the Working Classes in Bombay, 1900-1940, Cambridge, Cambridge University Press, 1994.

5  En 1921, seuls 19 % des travailleurs du textile sont originaires de Bombay. Cf. : Upadhyay S. B., Existence, Identity and mobilization, the cotton millworkers of Bombay, 1890-1919, New Delhi, Manohar Publishers, 2004, p. 28.

6  Ibidem, p. 30.

7  Sur ces mouvements, voir Newman R., Workers and Union in Bombay, 1918-1929, A Study of the Organisation in the Cotton Mills, Canberra, Australian National University Monograph on South Asia, 1981 et Chandavarkar R., The Origins…, op. cit., et « Questions of class, the general strikes in Bombay, 1928-29 », in Contributions to Indian Sociology, n° 33, 1999, p. 205-237.

8  Newman R., Workers…, op. cit., p. 148.

9  Voir la critique de ces conceptions, essentiellement défendues par les théories de la modernisation, très présentes dans le champ des études sur le monde du travail dans les années 1950 et 1960, faite par J. Breman dans son article « The study of industrial labour in post-colonial India – the formal sector : An introductory review », in Contributions to Indian Sociology, n° 33, 1999, p. 1-41.

10  Sur cette perspective, voir l’éclairante critique qu’en fait Jonathan Parry dans son introduction au numéro spécial de Contributions to Indian Sociology sur le monde du travail en Inde. Cf. J. Parry, « Preface », in Contributions to Indian Sociology, n° 33, 1999, p. vii-xiv.

11  Voir la critique que fait de cette perspective, notamment présente dans les travaux de D. Chakrabarty, R. Chandavarkar dans son article, « Questions… », op. cit., p. 208.

12  Pour une éclairante mise au point sur ce courant et sur la réorientation qu’il connaît à la fin des années 1980, voir l’article de Pouchepadass J., « Les Subaltern Studies ou la critique postcoloniale de la modernité », in L’Homme, n° 156, 2000.

13  Guha R., « On some aspects of the historiography of colonial India », in R. Guha et G.C.Spivak, Selected Subaltern Studies, Oxford University Press, New York, 1988, p. 37-44.

14  Sur le début du mouvement et notamment la figure de Jotirao Phule, voir Omvedt G., Cultural Revolt in a colonial society. The Non-Brahman Movement in Western India : 1873 to 1930, Bombay, Scientific Socialist Education Trust, 1976; O’Hanlon R., Caste, Conflict and Ideology. Mahatma Jotirao Phule and Low-Caste Protest in Nineteenth-Century Western India, Cambridge, Cambridge University Press, 1985 et Gore M. S., Non-Brahman Movement in Maharashtra, New Delhi, Segment Books Distributors, 1989.

15  Voir Newman R., Workers…, op. cit., p. 111-112.

16  Sarkar S., Modern India, Delhi, Macmillan, 1989.

17  La démarche est comparable dans le sens où je me propose de mener une analyse « par le bas » de la vie politique à Bombay au tournant du xxe siècle. Ceci ne signifie pas pour autant que je fais miens certains postulats du courant subalterniste, notamment celui de l’autonomie de conscience et d’action des subalternes, qui définit la politique du peuple comme forcément réfractaire à l’emprise de la bourgeoisie. Cette conception a été très critiquée. Voir notamment, dans le champ des études africaines, l’article de synthèse de Cooper F., « Conflict and Connection : Rethinking colonial African History », in Ludden D., Reading Subaltern Studies, Critical History, Contested Meaning and the Globalization of South Asia, Anthem Press, Londres, 2003, p. 256-303.

18  « Les hommes ont appris à connaître leur pouvoir. »

19  Cité par Sarkar A., Regulated Labour, Unruly Workers : The Making of Industrial Relations in Late Nineteenth-Century Bombay, mémoire de thèse non publié, SOAS, 2009, p. 328.

20  Voir notamment, Arnold D., « Touching the body : Perspectives on the Indian Plague, 1896-1900 », in Guha R. (dir.), Subaltern Studies V, Delhi, Oxford University Press, 1987, p. 55-90 ; Catanach I, « Plague and the Tensions of Empire : India, 1896-1918 » in Arnold D. (dir.), Imperial Medicine and Indigenous Societies, Manchester, Manchester University Press, 1988, p. 149-171 ; Klein I., « Plague, Policy and Popular Unrest in British India », in Modern Asian Studies, XXII/4, 1988, p. 723-55 et Chandavarkar R., « Plague Panic and Epidemic Politics in India, 1896-1914 », in Slack P. et Roger T. (dir.), Epidemics and Ideas : Essays on the Historical Perception of Pestilence, Cambridge, Cambridge University Press, 1992, p. 203-240.

21  Cette dimension a été jusque-là peu étudiée par l’historiographie. Les travaux récents d’Aditya Sarkar viennent cependant combler cette lacune. Cf. : Sarkar A., Regulated…, op. cit., chapitre six.

22  Depuis le début des années 1880, la colonie a été dotée de Factory Laws et d’un système d’inspection, ce qui représente un véritable transfert de dispositifs métropolitains. Les conceptions paternalistes qui y président sont cependant différentes. Si en Grande-Bretagne, les inspecteurs se spécialisent dans la protection des plus faibles, femmes et enfants, en Inde ils doivent veiller aux intérêts de tous les travailleurs, y compris les hommes, qui sont jugés tout autant démunis.

23  Factory Report, Bombay, 1897.

24  Cette attitude paternaliste à l’égard des ouvriers appartient en effet à ce que J. C. Scott qualifie « d’ethos officiel » de l’état colonial, qui cherche à justifier sa prétention au pouvoir en disant qu’il veille aux intérêts des populations les plus défavorisées, paysans et prolétaires urbains. Cf. : Scott J. C., La Domination et les arts de la résistance, Fragments du discours sublaterne, Paris, Éditions Amsterdam, 2008, p. 73.

25  Cité par Sarkar A., Regulated…, op. cit., p. 328.

26  Snow P.C., Report on the Outbreak of Bubonic Plague in Bombay, 1896-97, Bombay, 1897, p. 6-7.

27  Une très petite minorité du patronat textile a aussi recours à cette solution. C’est d’ailleurs l’expérience de l’épidémie qui pousse à la mise en œuvre par certains industriels de chantiers de construction de logements pour leurs ouvriers.

28  Voir notamment : General Department 1911, Vol. 96, Comp. 1299, Maharastra State Archives, Mumbai [ci-après MSA].

29  Public Works Department (General) 1910-1914, Vol. 1136, Comp. 2696 Part I, MSA, Mumbai.

30  Sarkar A., Regulated…, op. cit., chapitre six. Ce type d’analyse a pu être formulé dans d’autres contextes, notamment celui de l’épisode de la Peste Noire au milieu du xive siècle. La forte mortalité qu’il a entraînée aurait infléchi le rapport de force avec les propriétaires en faveur des paysans survivants.

31  La décision de l’abolition par les Britanniques, suite à la défaite de l’Empire ottoman, de l’institution du califat entraîne une mobilisation des musulmans indiens qui reconnaissaient toujours l’autorité du calife.

32  Cette expression ne signifie pas que la mouvance nationaliste cherche désormais à mobiliser et organiser les masses indiennes, mais qu’elle abandonne son répertoire d’action traditionnel (pétitions, lobbying, etc.) pour adopter des moyens de mobilisation plus larges et spectaculaires : création de Home Rule Leagues sur le modèle irlandais, satyagraha (force de la vérité en sanskrit, résistance passive), hartal (fermeture des magasins et arrêt des activités), etc.

33  Burnett-Hurst A.R., Labour and Housing in Bombay. A Study of the economic conditions of the wage-earning classes in Bombay, Londres, P.S. King and Sons, 1925, p. 146-147.

34  Ces réformes instituent une plus grande représentativité du conseil législatif et renforcent l’autonomie des gouvernements provinciaux. La majorité des membres du conseil est désormais élue et le droit de vote élargi. Un principe de « diarchie » est introduit, qui se traduit par le transfert d’une partie des secteurs d’intervention du gouvernement de Bombay, tels que l’éducation, la santé, l’agriculture, les collectivités locales ou encore les travaux publics, à des ministres désormais responsables devant le conseil législatif. D’autres prérogatives essentielles au pouvoir britannique, comme la police, la justice ou encore les finances, restent cependant l’apanage d’un conseil exécutif, qui n’a pas de comptes à rendre devant l’assemblée. Cf. Markovits C. (s.d.), Histoire de l’Inde moderne 1480-1950, Paris, Fayard, 1994, p. 436-437.

35  Sur la politique communaliste de l’État colonial en général, voir le début de l’article de Roland Lardinois, « Les luttes de classement en Inde », dans Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 59, n° 1, 1985, p. 78-83.

36  Voir Omvedt G., Cultural Revolt…, op. cit., chapitre 7. Cette attitude ne commence à évoluer que dans les années 1930 où une partie de l’élite non-brahmane, la moins progressiste socialement, rejoint les rangs des congressistes.

37  Certains industriels furent même d’actifs opposants au mouvement de Non-Coopération, puisqu’ils créèrent en octobre 1920 un « Anti-Non-Cooperation Committee », présidé par Sir Chimanlal Setlavad et financé notamment par R. D. Tata. Cf.  Gordon A.D.D., Businessmen and Politics, Rising Nationalism and a Modernising Economy in Bombay, 1918-1933, Canberra, Australian National University Monographs on South Asia, 1978, p. 159.

38  La doctrine gladstonienne est en effet appliquée avec une rigueur encore plus grande dans la colonie. L’administration de cette dernière doit en effet être la plus économique possible afin de ne pas empiéter sur les deux buts fondamentaux assignés à l’Inde dans le système impérial : financer une vaste armée terrestre et rembourser sa dette, qui est devenue à la fin des années 1880 une véritable manne pour la City. Cf. : Cain P.J. et Hopkins A.G., British Imperialism : Innovation and Expansion 1688-1914, Harlow, New York, Longman, 1993, chapitre 10.

39  Voir notamment Henock E. P., The Origin of the Welfare State in England and Germany, 1850-1914, Cambridge, Cambridge University Press, 2007.

40  Par exemple, afin d’économiser sur le coût des terrains, les autorités coloniales choisissent de construire leurs immeubles dans des zones éloignées des lieux de travail des populations laborieuses de la ville et, de plus, encore très mal desservies. Pour d’autres d’exemples, voir Caru V., « La fabrique du logement ouvrier à Bombay : réalisations publiques et pratiques habitantes (1898-1926) », dans Histoire Urbaine, n° 19 (juillet 2007), p. 55-76.

41  Revenue (Development) Department 1924, File 53-12, rapport bi-annuel du Land Manager du 30 juin 1923, MSA, Mumbai, p. 1-3.

42  Voir, par exemple, Bombay Legislative Council Debates 1928, séance du 7 mars, MSA, Mumbai, p. 1000-1040.

43  Newman R., Workers…, op. cit., p. 134-135.

44  Ces concessions accordées par l’état colonial restent cependant insuffisantes pour permettre l’occupation des logements par les populations ouvrières. Les loyers exigés, notamment, sont encore hors de leur portée et les taux de vacance dans les immeubles restent élevés, jusque dans les années 1930. Sur B. R. Ambedkar, voir Keer D., Dr Ambedkar, Life and Mission, Popular Prakashan Press, Bombay, 1994.

45  Home (Special) Department, File n° 550 (25) B, 1938, MSA, Mumbai.

46  Sur le mouvement des Dalit Panthers, voir : Rodrigues E. A. et Gavaskar M., « Emancipation and Dalit Politics », in Patel S et Masselos J., Bombay and Mumbai, The City in Transition, New delhi, Oxford University Press, 2003, p. 137-160.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vanessa Caru, « Pouvoir colonial et conflictualité ouvrière. L’exemple du logement ouvrier à Bombay (1890-1920) », Cahiers d'histoire. Revue d'histoire critique, 111 | 2010, 51-62.

Référence électronique

Vanessa Caru, « Pouvoir colonial et conflictualité ouvrière. L’exemple du logement ouvrier à Bombay (1890-1920) », Cahiers d'histoire. Revue d'histoire critique [En ligne], 111 | 2010, mis en ligne le 21 septembre 2010, consulté le 31 juillet 2014. URL : http://chrhc.revues.org/2065

Haut de page

Auteur

Vanessa Caru

Ancienne élève de l’ENS-LSH, professeure agrégée d’histoire, ATER à l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page