Navigation – Plan du site
DOSSIER

« Erin Go Bragh », Comment l’Irlande nationaliste neutralise la conflictualité sociale (1820—1840)

Laurent Colantonio
p. 35-50

Résumé

Dans les années 1820-1840, l’Irlande connaît une mobilisation nationale et populaire, inédite par sa forme et son ampleur, qui s’organise autour de la figure de Daniel O’Connell et réussit le tour de force de faire converger la plupart des contestations sociopolitiques vers un objectif unique – l’émancipation politique de la nation irlandaise. L’article propose de revenir sur le fond de ce projet nationaliste et sur les stratégies mises en œuvre, dans les discours comme dans les pratiques, par les cadres du mouvement o’connelliste afin de neutraliser certaines voix dissonantes – sociétés secrètes, syndicats, chartistes – dont les projets alternatifs étaient jugés incompatibles avec les exigences de solidarité nationale et susceptibles d’enrayer le bel engrenage de la mobilisation interclassiste.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

Irlande

Chronologie :

XIXe siècle
Haut de page

Texte intégral

  • 1  James Connolly, Labour in Irish History, Dublin, Maunsel, 1910, chap. XII : « A Chapter of Horrors (...)
  • 2  Ibid., p. 150. Ma traduction diffère sensiblement de celle proposée par Michel Trebitsch (James Co (...)
  • 3  Fergus O’Ferrall, Daniel O’Connell, Dublin, Gill & Macmillan, 1981, p. 99.
  • 4  Donal McCartney, « The Changing Image of O’Connell », dans Kevin B. Nowlan et Maurice R. O’Connell (...)
  • 5  Cf. pour l’Allemagne Geraldine Grogan, The Noblest Agitator. Daniel O’Connell and the German Catho (...)
  • 6  Résultats publiés dans The Sunday Times (Irish Edition), 19 décembre 1999. O’Connell arrive en têt (...)

1« Daniel O’Connell et la classe ouvrière : un chapitre d’horreurs. » Ainsi James Connolly, grande figure du marxisme, du syndicalisme et du nationalisme irlandais, choisit-il en 1910 d’intituler le chapitre XII de son Labour in Irish History1. À ses yeux, O’Connell « devint [dans les années 1830] progressivement l’ennemi du mouvement syndical le plus acerbe et le moins scrupuleux que l’Irlande a jamais vu naître2 ». En 1981, l’historien Fergus O’Ferrall assurait au contraire que l’homme dont il est le biographe – plutôt bienveillant – fut « l’ami et l’avocat des travailleurs3 ». Ces analyses diamétralement opposées illustrent l’héritage controversé, depuis le xixe siècle, qu’est celui d’O’Connell4, champion de l’émancipation des catholiques (1829) et « Libérateur de l’Irlande » pour les uns, honni par ses adversaires unionistes et par les tenants du séparatisme révolutionnaire, acclamé de son vivant par les élites intellectuelles et politiques du continent5, élu « Irlandais du millénaire » en 19996… Des interprétations multiples, certaines contradictoires, qui sont aussi une invitation à rouvrir – à partir de cette étude de cas – le dossier des tensions entre mobilisations nationales et luttes sociales en Irlande.

  • 7  Il ne sera pas question, dans les pages qui suivent, des unionistes protestants – pourtant farouch (...)

2Dans les années 1820-1840, l’un des atouts du mouvement nationaliste aura été sa capacité à éteindre les feux de la discorde sociale et à faire converger la plupart des contestations sociopolitiques vers un objectif unique, transcendant les solidarités habituelles : l’émancipation des catholiques du Royaume-Uni dans un premier temps, puis l’émancipation nationale, présentée comme le seul remède efficace à tous les maux de l’Irlande. L’article interroge les principes, les formes et les stratégies d’action qui caractérisent cette agitation contestataire inédite, au sein de laquelle la quasi-totalité des groupes sociaux s’est trouvée engagée. Pourquoi le mouvement o’connelliste n’a-t-il pas été plus traversé par des conflits sociaux ? Quels sont les ressorts de cette lame de fond interclassiste qui secoue la vie politique irlandaise dans le deuxième quart du xixe siècle ? Dans un premier temps seront précisés les contours idéologiques du projet politique. Puis nous montrerons que le credo de « l’agitation pacifique », soubassement théorique sur lequel repose la dynamique de masse, est aussi bien le vecteur d’une expérience vécue de souveraineté populaire que l’outil nécessaire à sa canalisation. Enfin, nous évoquerons les stratégies mises en œuvre pour neutraliser certaines voix dissonantes – sociétés secrètes, syndicats, chartistes – susceptibles d’enrayer le bel engrenage de la mobilisation nationale7.

Le mouvement national au temps d’O’Connell : entre radicalisme politique et intérêts de classe

Des revendications nationalistes

  • 8  La plupart des discriminations légales envers les « papistes » ont été abrogées à la fin du xviiie(...)

3Les années 1820 sont marquées en Irlande par la campagne pour obtenir l’émancipation des catholiques du Royaume-Uni, soit l’égalité des droits entre catholiques et protestants, en particulier la possibilité pour un catholique de siéger en tant que député à la Chambre des Communes8. En quoi peut-on qualifier cette mobilisation de nationaliste ? D’abord parce que la réforme, obtenue en 1829 à l’échelle des îles Britanniques, touche en priorité l’Irlande, où 80 % de la population est catholique quand les effectifs de « l’ancienne foi » sont inférieurs à 4 % en Grande-Bretagne. Ensuite, parce que l’épilogue de la « question catholique » au Royaume-Uni est bien un succès irlandais, au sens où le Roman Catholic Relief Act est l’aboutissement de l’intense mobilisation qui s’est déployée sur l’île à partir de 1824. Enfin, dès lors que des élus catholiques ont pu siéger à Westminster, ils n’ont pas manqué de porter et de défendre les intérêts nationalistes au Parlement.

  • 9  C’est, par exemple, le cas lors du meeting de Skibbereen en juin 1843. « Repeal Demonstration in S (...)

4En l’occurrence, au début des années 1830, et surtout à partir de 1840, les députés irlandais, O’Connell en tête, demandent l’abrogation de l’Acte d’Union (Repeal of the Union) qui a donné naissance, en 1801, au Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande. Ils réclament le rétablissement d’une assemblée législative autonome en charge des affaires irlandaises, sur le modèle de celle qui siégea à Dublin – sans toutefois jamais cesser d’être subordonnée à Londres – entre 1782 et 1801. Les promoteurs du projet ne sont pas séparatistes ; ils désirent hisser l’Irlande au rang de l’Angleterre dans la hiérarchie impériale. La fidélité à la Couronne britannique n’est jamais contestée et le choix du nom de l’organisation créée en 1840 – Loyal National Repeal Association – reflète cette double allégeance à la Nation et à la Reine. Pour lever toute ambiguïté, chaque adhérent reçoit une carte sur laquelle sont associés le trèfle irlandais, la devise « God Save the Queen » et la façade du Parlement de 1782, symbole de l’autonomie politique que les repealers entendent reconquérir. En outre, il n’est pas de réunion publique en faveur de l’abrogation de l’Union sans que plusieurs toasts soient portés à la Reine, au Prince Albert, à O’Connell et « au Peuple, la source de tout pouvoir légitime9 ».

  • 10  Cf. Arthur Burns et Joanna Innes (eds), Rethinking the Age of Reform, 1780-1850, Cambridge, Cambri (...)

5Ces revendications irlandaises sont exprimées dans le langage et suivant les catégories politiques britanniques. À l’échelle du royaume, elles s’inscrivent dans la dynamique réformatrice – The Age of Reform – qui caractérise le monde britannique entre la fin du xviiie siècle et le milieu du xixe siècle10.

Réformer l’ordre politique

6La campagne pour l’émancipation des catholiques (1823-1829) est souvent présentée, à juste titre, comme un combat mené au nom de l’égalité des droits et des libertés politiques, soutenu par les whigs comme par les radicaux britanniques, conduit dans l’enceinte aussi bien qu’à l’extérieur du Parlement.

  • 11  Thomas C. Hansard (ed.), The Parliamentary Debates, New Series, vol. XIII, House of Commons, 23 ma (...)
  • 12  Maurice R. O’Connell (ed.), The Correspondance of Daniel O’Connell, Shannon, Irish University Pres (...)
  • 13  Au cours d’un meeting à Londres le 13 juillet 1833, il déclare notamment : « Aussi longtemps que l (...)

7Dans les années 1830, les députés irlandais continuent de soutenir de nombreuses causes qui les placent résolument dans le camp des réformateurs politiques avancés et Daniel O’Connell s’impose, au moins jusqu’en 1835, comme l’une des icônes de l’agitation radicale. Reconnu par ses pairs, il se définit lui-même comme membre actif du « groupe, restreint mais sacré, des réformateurs radicaux11 ». Aux Communes, il soutient les propositions en faveur de la réforme du gouvernement municipal, de l’abolition de la peine capitale, de l’élection des Lords à la Chambre Haute, du suffrage universel masculin et du vote secret. Il défend avec énergie l’émancipation des Juifs, à une époque où la cause est plutôt impopulaire, jusque dans les rangs radicaux où William Cobbett n’y est par exemple pas favorable12. Enfin, il est une des grandes voix du mouvement abolitionniste international, admiré, parfois détesté, pour cette raison aux États-Unis13.

8Aussi radicaux soient-ils politiquement, la plupart des Irlandais engagés aux côtés d’O’Connell sont en revanche opposés à la transformation de l’ordre économique et social.

Préserver l’ordre économique et social

9Dans le discours nationaliste, les propositions concrètes pour améliorer la situation économique et sociale sont rarement présentées avec la même conviction et le même luxe de détails que celles visant à obtenir l’autonomie législative. La plupart du temps, les orateurs justifient d’ailleurs la priorité donnée au combat pour l’abrogation de l’Union en assurant que le progrès social adviendra « naturellement » dans le sillage de l’émancipation politique.

  • 14  Sur les idées économiques et sociales d’O’Connell, les travaux sont assez peu nombreux. Joseph Lee (...)
  • 15  Freeman’s Journal, 2 avril 1842, p. 6, cité par Paul A. Pickering, op. cit., p. 611.

10O’Connell se revendique des principes de l’économie politique et du libre-échange, parfois nuancés d’une touche protectionniste spécifique à l’Irlande, afin, explique-t-il, d’y corriger les anomalies les plus criantes14. Au début des années 1840, il appelle à « acheter irlandais » et se fait le promoteur de la petite industrie insulaire. Un positionnement qui a pu prêter à confusion, comme il le souligne avec une certaine ironie au cours d’un meeting en 1842 : « Je suis parfois montré du doigt en Angleterre pour mon hostilité au protectionnisme, et en Irlande pour mes positions au contraire trop protectionnistes15. » À la fin de sa vie, en 1846-1847, il consent à une nouvelle entorse à l’orthodoxie libérale, lorsqu’il appelle au renforcement de l’intervention de l’État, pour faire face, dans l’urgence, au fléau de la famine qui vient de s’abattre sur l’île.

  • 16  Maurice R. O’Connell, « O’Connell, Lawyer and Landlord », dans Kevin B. Nowlan et Maurice R. O’Con (...)
  • 17  O’Connell assiste notamment à un meeting d’Owen en avril 1823 et soutient la Hibernian Philanthrop (...)
  • 18  Maurice R. O’Connell (ed.), The Correspondance…, op. cit., vol. 4, lettre 1551, à E. Dwyer (14/04/ (...)

11Sur le plan social, la vision des repealers est essentiellement conservatrice. Les élus irlandais, dans leur grande majorité, expriment leur attachement aux hiérarchies en vigueur. Sur un sujet aussi brûlant que celui de l’iniquité du système agraire, ils s’aventurent rarement au-delà de la dénonciation des absentee landlords et des expulsions abusives de fermiers. Quant à O’Connell, avocat et propriétaire terrien, il est lui-même un représentant de l’élite socio-économique16. Si, à titre personnel, il a un temps trouvé pertinentes les expériences coopératives de Robert Owen17, il s’est ensuite toujours félicité d’avoir accompli, avec l’émancipation des catholiques, « une révolution sans effusion de sang, plus considérable par ses effets que n’importe quel autre changement politique. Je dis bien politique afin de ne pas confondre avec les bouleversements sociaux qui pourraient mettre en pièces la charpente de la société18 ».

12Sur le terrain, à tous les échelons, les cadres du mouvement national se sont employés à mettre en musique la révolution pacifique de l’ordre politique. Promouvoir et encadrer l’engagement des masses dans une vaste organisation interclassiste, au sein de laquelle les énergies contestataires seraient réorientées vers le même horizon de souveraineté nationale, tels sont les principaux objectifs qu’ils se sont fixés.

Le chemin balisé de l’émancipation politique

Un processus alternatif de politisation des sans-voix

  • 19 . O’Connell expose notamment cet idéal stratégique dans « O’Connell’s Second Adress to the Electors (...)

13Le postulat, suivant lequel il n’est pas sérieusement envisageable de faire plier la puissance britannique en usant de la violence, sous-tend le modèle de l’agitation pacifique. À distance de la « force physique » et de la lutte armée prônées par les séparatistes révolutionnaires, O’Connell défend le principe de « la force morale », une stratégie qui doit se traduire, pour être efficace, par une mobilisation de masse et de tous les instants qui puisse créer les conditions d’un rapport de force favorable. Le message adressé au gouvernement est limpide : si les revendications raisonnables exprimées par les foules pacifiques ne sont pas satisfaites, alors resurgira le spectre d’une violence incontrôlable et dévastatrice19.

  • 20  Sur la campagne des années 1820, lire Fergus O’Ferrall, Catholic Emancipation. Daniel O’Connell an (...)
  • 21  Mary O’Dowd, « O’Connell and the Lady Patriot. Women and O’Connelliste Politics, 1823-45 », dans A (...)

14Le succès de l’entreprise doit beaucoup à la création d’une structure partisane, au sens moderne du terme, qui fonctionne à partir de 1824 sur la base de l’adhésion volontaire, au moyen d’une très faible cotisation d’un penny par mois. Ainsi, la Catholic Association puis la Repeal Association accueillent des centaines de milliers d’individus, jusqu’alors très largement exclus de l’action politique20. Les femmes sont invitées à apporter leur contribution financière (qui représente 10 à 20 % des sommes récoltées) à la cause nationale ; à partir de 1839, elles peuvent devenir membres à part entière de la Precursor Society, puis de la Repeal Association, sans toutefois accéder aux postes de direction21. L’imposant trésor de guerre recueilli – souvent à la sortie de la messe, l’engagement du clergé catholique est capital – sert à financer les campagnes électorales, à venir en aide aux fermiers-électeurs qui ont choisi de voter – à main levée – pour un candidat différent de celui investi par le landlord et à organiser des rassemblements politiques d’une envergure sans précédent.

Le meeting : expression d’une souveraineté populaire en acte…

  • 22 . Chiffres discutés dans Gary Owens, « Constructing the Repeal Spectacle : Monster Meetings and Peo (...)

15En marge des voies conventionnelles, les meetings concrétisent la reconquête de l’espace politique par les catholiques irlandais. La performance peut consister à planifier, le même jour, un grand nombre de réunions publiques sur l’île, comme le 13 janvier 1828, où 1 600 rassemblements se déroulent simultanément. Mais le plus souvent, la dimension spectaculaire réside dans la capacité à réunir en un lieu donné plusieurs dizaines, parfois plusieurs centaines de milliers de participants. Ainsi la colline de Tara, associée à l’âge d’or médiéval et gaélique, accueille-t-elle le 15 août 1843 la plus impressionnante réunion en plein air de toute la séquence chronologique considérée. 800 000 présents disent les textes de l’époque, plutôt autour de 200 000 – un chiffre déjà considérable – ont depuis rectifié les historiens22. Pour les cadres de l’Association, ces rassemblements servent de chambres d’enregistrement pour les revendications nationalistes qui, après avoir reçu l’onction de la foule, sont ensuite présentées au Parlement sous la forme de pétitions réclamant l’abrogation de l’Union, à l’issue d’un processus qui relie dans un même souffle légitimité populaire et respect des pratiques constitutionnelles britanniques.

  • 23  Le Times de Londres, hostile aux manifestants, est à l’origine de l’expression que les acteurs se (...)
  • 24  Cette difficulté est bien exposée par Maura Cronin, « “Of one mind ?” : O’connelliste Crowds in th (...)
  • 25  Gary Owens, « Nationalism Without Words : Symbolism and Ritual Behaviour in the Repeal Monster Mee (...)
  • 26  Gary Owens, « Constructing the Repeal Spectacle… », op. cit. Cf. aussi les descriptions de Thomas (...)

16Les réunions publiques témoignent aussi du profond renouvellement des acteurs et des pratiques politiques. Au cours de l’été 1843, au bas mot 1,5 million d’Irlandais et d’Irlandaises assistent au moins à un monster meeting23. Au moyen d’un répertoire d’action original, les participants échangent des messages politiques. Souvent analphabètes, ils nous ont laissé peu de traces susceptibles d’éclairer les raisons qui les ont conduits sur place24. Le scénario « nationaliste » – les Irlandais se rassemblent pour soutenir en masse le grand dessein du repeal –, généralement retenu dans l’historiographie, mérite d’être confronté à d’autres hypothèses et enrichi par d’autres motivations, économiques, sociales ou culturelles, tels l’espoir d’obtenir une baisse des fermages ou même le plaisir d’assister à une parade festive dont les « attractions » sont précisées, à grands renforts de publicité, dans les jours qui précédent l’événement. Ainsi, dans les rues de Trim en juillet 1843, des affiches annoncent : « Repeal ! Repeal ! Repeal ! Des joueurs de trompette à cheval ; des harpistes sur des attelages tirés par quatre chevaux… Des hommes à pied défilant sur six rangs… Des chariots, des voitures, des chars ; quatre rangs de cavaliers25 ! » Enfin, la présence au meeting est sans doute vécue comme un acte politique fondateur, un moment privilégié où des individus, pour la plupart non votants, s’expriment et expriment le désir collectif de devenir acteurs de leur histoire. L’exemple de la couleur verte est à cet égard très éclairant. L’exhibition du drapeau vert, emblème de la nation rebelle, est prohibée à partir de 1832. Pourtant, le jour du meeting, la couleur est omniprésente : sur les mouchoirs, rubans et autres branchages brandis par les spectateurs ; sur les vêtements (vestes, costumes, uniformes parfois) et accessoires (châles, écharpes, casquettes) qu’ils arborent avec fierté26. Cet usage rusé du vert, qui participe d’ailleurs à la dimension spectaculaire de la parade, est à la fois un moyen d’affirmer son soutien aux revendications autonomistes et un acte symbolique de résistance à un système qui exclut et ignore les faibles et les sans-grades.

…et vitrine de l’unité nationale

17Si les motivations des anonymes conservent leur part de mystère, celles des organisateurs sont palpables à la lecture de leurs correspondances et des comptes rendus publiés dans la presse. On y perçoit la volonté de donner du sens à la manifestation et la capacité à orchestrer ces grand-messes populaires, de façon à rendre visible la communion de la foule autour du projet de souveraineté nationale. Dans les rues ou sur les chars, des acteurs mettent, par exemple, en scène l’Irlande enchaînée qui, au passage du Libérateur, se défait de ses entraves… Sur les bannières et au fil des discours, les slogans explicitement nationalistes sont privilégiés (« Erín Go Bragh » ; « Ireland for the Irish » ; « Repeal » ; « We are nine millions ») et le répertoire symbolique le plus convoqué (harpe, croix, tour ronde, figure du druide, etc.) puise à la source de l’Irlande éternelle et mythique d’avant l’arrivée des Anglais, réinvestie au xixesiècle à des fins de mobilisation nationale.

  • 27  Expression empruntée à Benedict Anderson, Imagined Communities. Reflection on the Origin and Sprea (...)
  • 28  Pour ce paragraphe et le précédent, cf. le maître article de Gary Owens, « Nationalism Without Wor (...)

18Les meetings constituent de surcroît une vitrine de la vision conservatrice et non conflictuelle de l’organisation sociale. La procession qui conduit au lieu du rassemblement reproduit l’ordre social, dans le calme et l’harmonie. La plupart des groupes sociaux et des corps de métier sont représentés ; chacun défile à sa place, à cheval, en calèche ou à pied, le peuple emboîtant le pas des notables, à la rencontre ou dans le sillage d’O’Connell. La procession se lit comme une métaphore de la « communauté imaginée » 27 nationale. Elle donne à voir la fusion d’éléments disparates, hommes et femmes, ruraux et citadins, classes moyennes et paysans, arrivés en ordre dispersé des quatre coins du comté et finalement unifiés sous la bannière du repeal. Le rang social détermine aussi le choix des quelques centaines de « happy few » qui, aux côtés des grands noms, se hisseront à la tribune : pas les petits paysans mais plutôt les gros fermiers, les magistrats, les professeurs, les commerçants, les membres du clergé. Enfin, la présence au banquet payant qui clôt les réjouissances est encore le privilège de ces mêmes élites locales28.

  • 29  « Repeal Meeting on Tara Hill », Illustrated London News, 26 août 1843.
  • 30  Robert Peel cité par James A. Reynolds, The Catholic Emancipation Crisis in Ireland, 1823-1829, Ne (...)

19Au cours du meeting, grande attention est portée à la pacification des mœurs politiques et à la mise en scène de la « respectabilité » – l’expression revient sans cesse – de la foule. Un service d’ordre musclé encadre les flux successifs d’arrivants et sillonne l’assemblée à la recherche d’éventuels fauteurs de troubles29. Les dérapages verbaux et les rixes ne sont pas tolérés, l’alcool est banni. La plupart des spectateurs dont le témoignage est parvenu jusqu’à nous – les journalistes, irlandais et britanniques, les officiels (resident magistrates), les voyageurs étrangers de passage –, qu’ils soient hostiles ou favorables aux scènes décrites, soulignent, impressionnés, l’ordre et la discipline qui caractérisent l’ensemble. Jusqu’au ministre de l’Intérieur, Robert Peel, qui évoque, en 1829, « l’effrayant spectacle […] offert par des dizaines de milliers de fanatiques disciplinés, qui s’abstenaient de toute forme d’excès, et concentraient toutes leurs passions et leurs sentiments sur un unique objet, [l’abrogation de l’Union] 30 ».

  • 31  À l’exception du nord-est de l’île, où le discours nationaliste se heurte à l’hostilité de la majo (...)
  • 32  Les conflits sociaux, entre propriétaires et tenanciers par exemple, non plus, comme l’a récemment (...)

20Dans l’Irlande des années 1820-1840, l’adhésion à l’élan national interclassiste est massive31. Les paroles dissonantes ou alternatives n’ont pourtant pas totalement disparu32. En partie noyées sous le flot dominant, elles peinent à se faire entendre, d’autant que les animateurs de la cause nationale se sont activement employés à contrôler cette conflictualité sous-jacente, à distinguer le bon conflit de ceux qui n’avaient pas lieu d’être.

Ribbonmen, trade unions et chartistes : des sources de « mauvais » conflits

21Pour venir à bout des réticences ou aplanir les obstacles, les troupes o’connellistes combinent deux modes opératoires. Le premier choix consiste à désamorcer les tensions, à user de la séduction et de la persuasion pour emporter l’adhésion. Lorsque le rival est plus coriace, comme ce fut le cas avec le chartisme, le conflit est accepté, le dénigrement et la stigmatisation servent alors de leviers pour décrédibiliser et mettre à distance l’adversaire.

Neutraliser les sociétés secrètes

22Au début de la période, l’urgence est à la neutralisation des sociétés secrètes, adeptes du coup de force ponctuel et localisé. La stratégie adoptée est ici fondatrice du processus de normalisation des mœurs politiques, par la canalisation des pulsions populaires et la nationalisation des enjeux, dont on a déjà vu l’efficacité au moment des grands meetings de l’été 1843.

  • 33  Cf. dans une bibligraphie foisonnante, James S. Donnelly Jr, « Irish Agrarian Rebellion : The Whit (...)
  • 34  Cf. en particulier la remarquable étude de James Donnelly sur les rockistes, dont l’activité culmi (...)

23Les sociétés secrètes, dont l’activité était déjà significative au xviiie siècle33, se distinguent par le recours à l’intimidation (lettres de menace, raids et « visites » nocturnes) et aux actions violentes (bâtiments brûlés, bastonnades, animaux mutilés). Leurs cibles privilégiées sont les propriétaires terriens qui abusent de leur pouvoir sur les tenanciers et les ouvriers agricoles. À ce volet de vengeance sociale vient parfois s’ajouter un versant plus politique et religieux – parfois teinté de millénarisme34 – dont les manifestations les plus spectaculaires sont les affrontements violents qui opposent les Ribbonmen – membres d’une société clandestine catholique qui doit son nom au ruban vert porté par ses affiliés – aux Orangistes, qui appartiennent à une organisation anticatholique très active au nord de l’île.

  • 35  Pour la citation : Paul Bew, Ireland. The Politics of Enmity, 1789-2006, Oxford, Oxford University (...)
  • 36  Thomas Wyse, op. cit., vol. 1, p. 409.
  • 37Ibid., p. 408-414 ; Gary Owens, « “A Moral Insurrection” : Faction Fighters, Public Demonstration (...)

24Si la rhétorique nationaliste du serment prononcé par les Ribbonmen – « Que les fils du Shamrock [trèfle irlandais] demeurent unis, jusqu’à ce qu’Erin redevienne une nation libre35 » – n’est sans doute pas pour déplaire aux membres de l’Association catholique, en revanche le localisme des enjeux, la violence des pratiques et le choix de la lutte clandestine dérangent les adeptes de l’agitation pacifique et du respect de la légalité. Pour Thomas Wyse, membre éminent et premier historien de la Catholic Association, ces factions troublent la paix sociale et menacent de « créer un dangereux contre-pouvoir, concurrent de celui de l’Association36 ». Pour désamorcer, de façon spectaculaire, la bombe que représentaient ces « fighting factions » de l’ombre, l’Association catholique a pu compter sur l’engagement sans retenue de ses agents, sur leur force de persuasion (par le dialogue) et sur les trésors d’ingéniosité déployés – les chefs de bande compréhensifs ont par exemple été intégrés en bonne place au sein des organigrammes locaux de l’Association – afin de les persuader de faire évoluer leurs desseins et leurs pratiques. L’action des hommes d’O’Connell a été déterminante pour convaincre bon nombre de sociétés secrètes d’opérer une véritable mue, de se réconcilier, d’unir leurs efforts et de redéployer leurs énergies au service de la cause supérieure de la Nation37.

25Les relations, parfois tumultueuses, entretenues avec les trade unions sont elles aussi marquées du sceau de cette stratégie de captation et de neutralisation.

« Une liaison orageuse38 » : mouvement national et syndicats

  • 38  Fergus A. d’Arcy, « The Artisans of Dublin and Daniel O’Connell, 1830-1847 : an Unquiet Liaison », (...)

26Dans le sillage de la Grande-Bretagne, les syndicats irlandais ont été légalisés en 1824, suite à l’abrogation des Combination Acts. À Dublin, ils regroupent essentiellement des artisans et des ouvriers qualifiés, organisés par corps de métier. Pendant plusieurs années, les rapports avec le mouvement nationaliste sont plutôt sereins et marqués par une collaboration régulière. Au nom de la liberté d’expression et d’association, O’Connell ne remet pas en cause l’existence des syndicats qui, de leur côté, soutiennent la lutte nationale. Acquis à l’idée que l’Union de 1801 a bien été le fossoyeur de la prospérité de la capitale irlandaise, ils signent les pétitions en faveur de son abrogation.

  • 39  Discours de Daniel O’Connell au Trades Political Union, Dublin, 6 novembre 1837, reproduit dans Fr (...)

27Les premières crispations se font sentir en 1834-1835, quand O’Connell met le Repeal entre parenthèses et inaugure à la place une alliance stratégique avec le cabinet libéral de lord Melbourne, dans l’espoir d’obtenir en échange de nouvelles réformes pour l’Irlande. À l’hiver 1837-1838, les tensions croissantes débouchent sur une crise, brève et intense, à la fois révélatrice d’importantes divergences de fond – en termes de projet social – et de la capacité du mouvement o’connelliste à réagir face à l’adversité. En novembre 1837, O’Connell attaque les trade unions sur deux registres. Il dénonce d’abord, et sans surprise, l’usage de la violence qui a émaillé les actions menées par plusieurs syndicats dublinois depuis 1836. Il condamne ensuite leurs revendications qui entravent à ses yeux la liberté économique, en particulier lorsqu’ils réclament l’instauration d’un salaire minimum39. Ces prises de position – sur lesquelles s’appuie James Connolly lorsqu’il rédige son « chapitre d’horreurs » – provoquent en retour la grogne des syndicats incriminés. En décembre et janvier, plusieurs confrontations publiques sont organisées ; au cours de l’une d’entre elles, particulièrement houleuse, les protagonistes manquent d’en venir aux mains. Pourtant, après quelques semaines de fortes turbulences, tout rentre dans l’ordre.

  • 40  Fergus A. d’Arcy, op. cit.,p. 237-239 ; Oliver MacDonagh, op. cit., p. 445-450, p. 449 pour la cit (...)
  • 41  Thomas C. Hansard (ed.), The Parliamentary Debates, Third Series, vol. XL, House of Commons, 13 fé (...)
  • 42  Paul A. Pickering, op. cit., p. 607.
  • 43  Fergus A. d’Arcy, op. cit.,p. 239-240.

28Comment, au regard des clivages évoqués plus haut, les nationalistes ont-ils pu apaiser la colère syndicale ? Ici encore, les sources, limitées, sont peu bavardes. Selon les travaux de Fergus d’Arcy et Oliver MacDonagh, la puissance charismatique, l’habileté rhétorique et le prestige à peine écorné du héros populaire semblent bien, dans un premier temps, avoir constitué les ingrédients d’un redoutable cocktail alliant séduction et persuasion. Dès le 8 janvier 1838, au terme d’une « remarquable démonstration de virtuosité politique » de plus de trois heures, O’Connell obtient le ralliement d’une partie de l’auditoire à la cause de l’agitation pacifique40. Dans les semaines qui suivent, par touches successives et au prix d’une sensible inflexion de son discours sur le monde du travail, il transforme l’essai. Au Parlement, O’Connell vante la qualité de la production irlandaise et le savoir-faire des travailleurs41 ; en meeting, il insiste sur les difficultés des ouvriers – travail de nuit, condition de travail des femmes, prix du pain, salaires – et réserve ses critiques aux « mauvais patrons » qu’il qualifie en 1842 de « vampires légaux42 ». Enfin, la réconciliation est définitivement scellée à partir des années 1840-1841, quand O’Connell fait à nouveau vibrer la corde patriotique et redonne vie au projet d’abrogation de l’Union. Dès lors que le discours nationaliste se radicalise et mobilise à nouveau, les problématiques sociales se trouvent reléguées à l’arrière-plan. Les uns après les autres, tous les syndicats expriment leur soutien à la nouvelle campagne pour l’autonomie politique43.

29Alors même qu’il se lance à la reconquête des trade unions, O’Connell a maille à partir avec un autre mouvement d’envergure dont l’épicentre n’est plus irlandais mais britannique.

Le chartisme ou la conflictualité incontournable

30Confrontés à l’incapacité de noyauter ou affaiblir à grande échelle le chartisme, les nationalistes irlandais choisissent l’affrontement indirect, usant de tous les moyens de propagande à leur disposition pour discréditer l’adversaire auprès de l’opinion.

  • 44  O’Connell le 13 septembre 1841, cité par Christine Kinealy, Repeal and Revolution. 1848 in Ireland(...)
  • 45  Ibid., p. 42-45.

31Tout avait pourtant bien commencé. Le 7 juin 1837, O’Connell est l’un des rares parlementaires à signer « Les Six Points de la Charte du Peuple », un texte qui demeura ensuite la matrice des pétitions chartistes. Dès 1838 pourtant, le chef irlandais prend ses distances et rejette toute idée d’alliance. À partir de 1840, O’Connell et ses lieutenants engagent d’énergiques campagnes afin de contrarier le développement du chartisme en Irlande. Ils martèlent que le programme nationaliste inclut déjà les plus hardies parmi les propositions chartistes, qu’il n’est donc pas nécessaire ni souhaitable que « la cause pure et sacrée du Repeal soit contaminée par la torche et la dague d’un chartisme sans scrupules44 ». Aux yeux des repealers en effet, malgré un affichage réformiste, les chartistes font volontiers usage de la violence, aspirent à la sédition politique et mettent en danger l’ordre social. À l’argument de la menace révolutionnaire, O’Connell ajoute le refus de laisser s’implanter en Irlande une idéologie d’importation britannique qui risquerait de fragiliser la cohésion nationale. Enfin, la perspective de se voir concurrencé sur ses terres par une force politique qui place les revendications irlandaises au cœur de son programme – l’abrogation de l’Union est inscrite dans le préambule de la Charte de 1842 – inquiète O’Connell au plus haut point, d’autant que la figure emblématique du chartisme, Feargus O’Connor, est lui-même irlandais, ancien député repealer ayant pris ses distance à partir de 183545.

  • 46  Dorothy Thompson, « Ireland and the Irish in English Radicalism before 1850 », dans James Epstein (...)
  • 47  Chrisine Kinealy, « “Brethren in Bondage” : Chartists, O’connellistes, Young Irelanders and the 18 (...)
  • 48  Thomas F. Meagher cité par Chrisine Kinealy, « Brethren in Bondage », op. cit., p. 100.
  • 49  « Meeting of the Irish Confederation », The Nation, 12 février 1848.
  • 50  « The Chartist Movement – Kennington Common », The Nation, 15 avril 1848.

32Le bilan de la mise au ban du chartisme est mitigé. Contre l’avis d’O’Connell et malgré les menaces d’exclusion qu’il profère à partir de 1841, beaucoup d’immigrés irlandais en Grande-Bretagne continuent de soutenir à la fois la Repeal Association et le chartisme, qui compte dans ses rangs de nombreux cadres locaux d’origine irlandaise46. Sur l’île verte, le chartisme s’implante modestement dans la working-class dublinoise, mais peine à véritablement faire de l’ombre au mouvement national47. Les soubresauts de la vie politique irlandaise à partir de 1846 contribuent toutefois à ajouter un chapitre à l’histoire des relations entre l’Irlande nationaliste et le chartisme. Cette année-là, un petit groupe d’intellectuels rompt avec O’Connell et entre en dissidence, brisant ainsi la belle unité nationaliste affichée. Ces Jeunes Irlandais, bientôt rebaptisés Irish Confederates, s’opposent au rapprochement de la Repeal Association avec l’Église catholique, ainsi qu’au nouvel accord politique passé avec les whigs. En outre, ils refusent de renoncer, comme le leur demande O’Connell, à l’éventualité d’un recours à la violence si les voies constitutionnelles n’aboutissent pas. La plupart des leaders de la Jeune Irlande sont socialement tout aussi conservateurs que les hommes de la Vieille Irlande et, sur le plan politique, ils se tiennent même souvent en retrait par rapport aux positions d’O’Connell, sur la question du suffrage universel masculin par exemple. Pourtant, en quête de soutien, ils entreprennent de se rapprocher des syndicats – certains trade unions n’approuvent guère la nouvelle alliance contractée par O’Connell avec le gouvernement libéral – et des chartistes. La coopération devient effective au lendemain de la révolution parisienne de février 1848 qui galvanise et radicalise le discours politique et social des nationalistes. Thomas F. Meagher, l’un des porte-parole de l’Irish Confederation, déclare à Manchester, le 17 mars 1848, que « la révolution en France a fait de [lui] un démocrate48 ». Un mois plus tôt, il affirmait encore en public : « Non, je ne suis pas favorable à un mouvement démocratique49. » Entre mars et juillet, chartistes et confédérés font l’expérience d’une brève période de collaboration, une « menace » que le pouvoir britannique prend très au sérieux. Ils tiennent meetings communs à Dublin et dans les grandes villes du nord de l’Angleterre. Le 10 avril 1848, 5 000 confédérés, reconnaissables à leur bannière verte flanquée d’une harpe, participent au dernier grand rassemblement chartiste à Kennington Common. Les Irlandais, rapporte The Nation, sont accueillis par des « Erín Go Bragh – Republic for ever », version séparatiste du slogan de la Vieille Irlande50.

33Le visage du nationalisme irlandais s’est transformé au cours des années 1820-1840, dans ses fondements comme dans ses pratiques. La première mobilisation de masse est couronnée de succès avec le vote de l’émancipation des catholiques en 1829. Malgré des démonstrations de force encore plus impressionnantes, celle des années 1840 pour la conquête de l’autonomie législative n’aboutit pas. Pourtant, la Repeal Association constitue sans doute en Europe la première organisation nationale structurée, et peut-être la seule avant 1848, qui repose sur une mobilisation populaire d’envergure. La formule, telle qu’elle est pensée par ses porte-parole, est à la croisée d’un radicalisme politique assumé et légaliste, d’un projet social conservateur – la démocratisation de la vie politique irlandaise n’est envisagée que si les classes moyennes en conservent la maîtrise – et d’une forte identification au catholicisme, même si, en théorie, les nationalistes se défendent de tout sectarisme religieux. Un mouvement qui choisit de politiser les masses plutôt que de les exclure et qui s’appuie sur leur participation pour légitimer sa prétention à parler et agir au nom du peuple irlandais.

34La dimension subversive et révolutionnaire de l’agitation pacifique est indéniable, moins du fait de la radicalité du projet nationaliste que par sa capacité à faire advenir, tôt dans le siècle à l’échelle de l’Europe, une forme inédite de mobilisation contestataire. Cette irruption des masses sur la scène publique est indissociable d’un processus interne de normalisation des pratiques et du langage politiques, de nationalisation des enjeux et de mise à distance de la question sociale. Penser ensemble ces deux facettes d’une même réalité permet de lever un pan du mystère – sans encore le percer à jour – de la « rencontre » entre les aspirations multiformes (insaisissables ?) du plus grand nombre et le discours nationaliste des élites irlandaises.

Haut de page

Notes

1  James Connolly, Labour in Irish History, Dublin, Maunsel, 1910, chap. XII : « A Chapter of Horrors : Daniel O’Connell and the Working Class ». L’édition consultée est celle de 1914.

2  Ibid., p. 150. Ma traduction diffère sensiblement de celle proposée par Michel Trebitsch (James Connolly, Le rôle de la classe ouvrière dans l’histoire de l’Irlande, introduction, traduction et notes de Michel Trebitsch, Paris, L’Arcantère, 1986).

3  Fergus O’Ferrall, Daniel O’Connell, Dublin, Gill & Macmillan, 1981, p. 99.

4  Donal McCartney, « The Changing Image of O’Connell », dans Kevin B. Nowlan et Maurice R. O’Connell (eds), Daniel O’Connell. Portrait of a Radical, Belfast, Appletree Press, 1984, p. 19-31 ; Maurice R. O’Connell, « Collapse and Recovery », dans Maurice O’Connell, Daniel O’Connell. The Man and His Politics, Dublin, Irish Academic Press, 1990, p. 53-60. La biographie de référence demeure celle d’Oliver MacDonagh, The Life of Daniel O’Connell, 1775-1847, Dublin, Weidenfeld & Nicholson, 1990.

5  Cf. pour l’Allemagne Geraldine Grogan, The Noblest Agitator. Daniel O’Connell and the German Catholic Movement, 1830-50, Dublin, Veritas, 1991 ; pourla France, Laurent Colantonio, « Les usages français de Daniel O’Connell », dans Sylvie Aprile et Fabrice Bensimon (dir.), La France et l’Angleterre au xixe siècle, Paris, Créaphis, 2006, p. 369-383.

6  Résultats publiés dans The Sunday Times (Irish Edition), 19 décembre 1999. O’Connell arrive en tête de la sélection des « experts » (un jury d’historiens) ; il remporte aussi les suffrages du « grand public ».

7  Il ne sera pas question, dans les pages qui suivent, des unionistes protestants – pourtant farouchement hostiles à toute fragilisation du lien qui unit l’Irlande à la Grande-Bretagne – puisque, dans le cadre limité de cet article, je m’en tiendrai à ce qui relève d’une conflictualité interne à l’Irlande nationaliste.

8  La plupart des discriminations légales envers les « papistes » ont été abrogées à la fin du xviiie siècle, mais l’inéligibilité demeure un point de crispation toujours sensible. Cf. Thomas Bartlett, The Fall and Rise of the Irish Nation. The Catholic Question, 1690-1830, Dublin, Gill & Macmillan, 1992.

9  C’est, par exemple, le cas lors du meeting de Skibbereen en juin 1843. « Repeal Demonstration in Skibbereen », The Nation, 1er juillet 1843.

10  Cf. Arthur Burns et Joanna Innes (eds), Rethinking the Age of Reform, 1780-1850, Cambridge, Cambridge University Press, 2003.

11  Thomas C. Hansard (ed.), The Parliamentary Debates, New Series, vol. XIII, House of Commons, 23 mars 1830, col. 793. Sur le radicalisme britannique, lire la contribution d’Edmond Dziembowski dans ce numéro des Cahiers d’histoire ; on pourra aussi se référer, dans une bibliographie foisonnante, à John Belchem, Popular Radicalism in Nineteeth-Century Britain, Basingstoke, Macmillan, 1996.

12  Maurice R. O’Connell (ed.), The Correspondance of Daniel O’Connell, Shannon, Irish University Press, 1972‑80, vol. 4, lettre 1604, à Isaac Lyon Goldsmid (11/09/1829) ; Thomas C. Hansard (ed.), The Parliamentary Debates, New Series, vol. XXII, House of Commons, 22 février 1830, col. 799 et vol. XXIV, House of Commons, 17 mai 1830, col. 794.

13  Au cours d’un meeting à Londres le 13 juillet 1833, il déclare notamment : « Aussi longtemps que les [États-Unis] seront marqués par la tache de l’esclavage, je ne viendrai jamais y salir un pied. » Discours repris dans la brochure Daniel O’Connell upon American Slavery, New York, The American Anti-Slavery Society, 1860, p. 9-11. L’historiographie récente s’est beaucoup intéressée à cette facette du personnage. Parmi les nombreuses publications, cf. Bruce Nelson,« “Come Out of Such a Land, You Irishmen ” : Daniel O’Connell, American Slavery, and the Making of the “Irish Race” », dans Eire-Ireland, vol. 42-1 & 2, 2007, p. 58-81 et Christine Kinealy, « The Liberator : Daniel O’Connell and Anti-Slavery », dans History Today, vol. 57-12, 2007, p. 51-57.

14  Sur les idées économiques et sociales d’O’Connell, les travaux sont assez peu nombreux. Joseph Lee, « The Social and Economic Ideas of O’Connell », dans Kevin B. Nowlan and Maurice R. O’Connell (eds), op. cit., p. 70‑86 et Paul A. Pickering, « “Irish First” : Daniel O’Connell, the Native Manufacture Campaign, and Economic Nationalism, 1840-44 », dans Albion, vol. 32, n° 4, 2000, p. 598-616.

15  Freeman’s Journal, 2 avril 1842, p. 6, cité par Paul A. Pickering, op. cit., p. 611.

16  Maurice R. O’Connell, « O’Connell, Lawyer and Landlord », dans Kevin B. Nowlan et Maurice R. O’Connell (eds), op. cit., p. 107-120.

17  O’Connell assiste notamment à un meeting d’Owen en avril 1823 et soutient la Hibernian Philanthropic Society lancée par Owen la même année. Pour plus de détails, cf. Robert Owen, Report of the Proceedings of the Several Public Meetings Held in Dublin, Dublin, Carrick & Sons, 1823 etVincent Geoghegan, « The Emergence and Submergence of Irish Socialism, 1821-51 », dans D. George Boyce, R. Eccleshall et V. Geoghegan (eds), Political Thought in Ireland since the Seventeenth Century, London, Routledge, 1993.

18  Maurice R. O’Connell (ed.), The Correspondance…, op. cit., vol. 4, lettre 1551, à E. Dwyer (14/04/1829).

19 . O’Connell expose notamment cet idéal stratégique dans « O’Connell’s Second Adress to the Electors of the County Clare, London, May 25, 1829 », reproduit dans O’Connell Centenary Committee (by authority of), The O’Connell Centenary Record 1875, Dublin, Joseph Dollard, 1878, p. 496.

20  Sur la campagne des années 1820, lire Fergus O’Ferrall, Catholic Emancipation. Daniel O’Connell and the Birth of Irish Democracy, 1820-1830, Dublin, Gill & Macmillan, 1985.

21  Mary O’Dowd, « O’Connell and the Lady Patriot. Women and O’Connelliste Politics, 1823-45 », dans Allan Blackstock et Eoin Magennis (eds), Politics and Political Culture in Britain and Ireland, 1750-1850. Essays in Tribute to Peter Jupp, Belfast, Ulster Historical Foundation, 2007, p. 283-303.

22 . Chiffres discutés dans Gary Owens, « Constructing the Repeal Spectacle : Monster Meetings and People Power in Pre‑Famine Ireland », dans Maurice R. O’Connell (ed.), People Power, Dublin, DOCAL, 1993, p. 80-93, p. 83.

23  Le Times de Londres, hostile aux manifestants, est à l’origine de l’expression que les acteurs se sont très vite appropriés. Une quarantaine de monster meetings sont tenus entre avril et septembre 1843.

24  Cette difficulté est bien exposée par Maura Cronin, « “Of one mind ?” : O’connelliste Crowds in the 1830s and 1840s », dans Peter Jupp et Eoin Magennis (eds), Crowds in Ireland 1790-1920, Basingstoke, Macmillan, 2000, p. 139-172.

25  Gary Owens, « Nationalism Without Words : Symbolism and Ritual Behaviour in the Repeal Monster Meetings of 1843-45 », dans James S. Donnelly et Kerby A. Miller, Irish Popular Culture, 1650-1850, Dublin, Irish Academic Press, 1998, p. 242-269, p. 249.

26  Gary Owens, « Constructing the Repeal Spectacle… », op. cit. Cf. aussi les descriptions de Thomas Wyse, Historical Sketch of the Late Catholic Association of Ireland, London, H. Colburn, 1829, 2 vol., vol. 1, p. 413.

27  Expression empruntée à Benedict Anderson, Imagined Communities. Reflection on the Origin and Spread of Nationalism, London, Verso, 1983, trad. fr. : L’imaginaire national, Paris, La Découverte, 1996.

28  Pour ce paragraphe et le précédent, cf. le maître article de Gary Owens, « Nationalism Without Words… », op. cit.

29  « Repeal Meeting on Tara Hill », Illustrated London News, 26 août 1843.

30  Robert Peel cité par James A. Reynolds, The Catholic Emancipation Crisis in Ireland, 1823-1829, New Haven, Yale University Press, 1954, p. 158.

31  À l’exception du nord-est de l’île, où le discours nationaliste se heurte à l’hostilité de la majorité unioniste protestante.

32  Les conflits sociaux, entre propriétaires et tenanciers par exemple, non plus, comme l’a récemment montré Michael Huggins, Social Conflict in Pre-Famine Ireland : the Case of County Roscommon,Dublin, Four Courts Press, 2007.

33  Cf. dans une bibligraphie foisonnante, James S. Donnelly Jr, « Irish Agrarian Rebellion : The Whiteboys of 1769-76 », dans Proceedings of the Royal Irish Academy, section C, n° 83-12, 1983, p. 293-331 ; Samuel Clark et James S. Donnelly Jr (eds), Irish Peasants : Violence and Political Unrest, 1780-1914, Manchester, Manchester University Press, 1983.

34  Cf. en particulier la remarquable étude de James Donnelly sur les rockistes, dont l’activité culmine au début des années 1820. James S. Donnelly Jr, Captain Rock. The Irish Agrarian Rebellion of 1821-1824, Cork, Collins Press, 2009.

35  Pour la citation : Paul Bew, Ireland. The Politics of Enmity, 1789-2006, Oxford, Oxford University Press, 2007, p. 146. Sur les Ribbonmen, M. R. Beames, « The Ribbon Societies : Lower-Class Nationalism in Pre-Famine Ireland », dans Past and Present, n° 97-1, 1982, p. 128-143 et Tom Garvin, « Ribbonmen and Others : Underground Political Networks in Pre-Famine Ireland », dans Past and Present, n° 96-1, 1982, p. 133-155.

36  Thomas Wyse, op. cit., vol. 1, p. 409.

37Ibid., p. 408-414 ; Gary Owens, « “A Moral Insurrection” : Faction Fighters, Public Demonstrations and the O’connelliste Campaign, 1828 », dans Irish Historical Studies, 1997, vol. XXX, n° 120, p. 513‑541.

38  Fergus A. d’Arcy, « The Artisans of Dublin and Daniel O’Connell, 1830-1847 : an Unquiet Liaison », dans Irish Historical Studies, 17, 1970, p. 221-243. Bien qu’ancien, l’article fait toujours référence.

39  Discours de Daniel O’Connell au Trades Political Union, Dublin, 6 novembre 1837, reproduit dans Freeman’s Journal, 7 novembre 1837. Cf. aussi Patrick Holohan, « Daniel O’Connell and the Dublin Trades : a Collision 1837-8 », dans Saothar, 1, 1975, p. 1-17.

40  Fergus A. d’Arcy, op. cit.,p. 237-239 ; Oliver MacDonagh, op. cit., p. 445-450, p. 449 pour la citation.

41  Thomas C. Hansard (ed.), The Parliamentary Debates, Third Series, vol. XL, House of Commons, 13 février 1838, col. 1084-97.

42  Paul A. Pickering, op. cit., p. 607.

43  Fergus A. d’Arcy, op. cit.,p. 239-240.

44  O’Connell le 13 septembre 1841, cité par Christine Kinealy, Repeal and Revolution. 1848 in Ireland, Manchester, Manchester University Press, 2009, p. 43.

45  Ibid., p. 42-45.

46  Dorothy Thompson, « Ireland and the Irish in English Radicalism before 1850 », dans James Epstein et Dorothy Thompson (eds), The Chartist Expérience. Studies in Working-Class Radicalism and Culture, 1830-1860, London, Macmillan, 1982, p. 120-152 ; Rachel O’Higgins, « The Irish Influence in the Chartist Movement », dans Past and Present, vol. 20, 1961, p. 83-96.

47  Chrisine Kinealy, « “Brethren in Bondage” : Chartists, O’connellistes, Young Irelanders and the 1848 Uprising », dans Fintan Lane et Donal Ó Drisceoil (eds), Politics and the Irish Working Class, 1830-1945, London, Palgrave Macmillan, 2005, p. 87-111 ; Michael Huggins, « Democracy or Nationalism ? The Problems of the Chartist Press in Ireland »,dansOwen Ashton and Joan Allen (eds), Papers for the People : a Study of the Chartist Press, London, Merlin Press, 2005.

48  Thomas F. Meagher cité par Chrisine Kinealy, « Brethren in Bondage », op. cit., p. 100.

49  « Meeting of the Irish Confederation », The Nation, 12 février 1848.

50  « The Chartist Movement – Kennington Common », The Nation, 15 avril 1848.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurent Colantonio, « « Erin Go Bragh », Comment l’Irlande nationaliste neutralise la conflictualité sociale (1820—1840) », Cahiers d'histoire. Revue d'histoire critique, 111 | 2010, 35-50.

Référence électronique

Laurent Colantonio, « « Erin Go Bragh », Comment l’Irlande nationaliste neutralise la conflictualité sociale (1820—1840) », Cahiers d'histoire. Revue d'histoire critique [En ligne], 111 | 2010, mis en ligne le 21 septembre 2010, consulté le 01 novembre 2014. URL : http://chrhc.revues.org/2061

Haut de page

Auteur

Laurent Colantonio

Maître de conférences en Histoire contemporaine à l’université de Poitiers-IUFM

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page