Navigation – Plan du site
DOSSIER

Introduction

Les conflits et conflictualités dans le monde britannique, 1815-1931
Jean Vigreux et Julien Vincent
p. 11-16

Texte intégral

  • 1  Eric J. Hobsbawm, Les primitifs de la révolte dans l’Europe moderne, traduit de l’anglais par Regi (...)
  • 2  Jérôme Lafargue, La protestation collective, Paris, Armand Colin, 2005 [1998] ; Jean-Michel Denis (...)

1Ce numéro est issu d’une journée d’étude sur « Les conflictualités dans le monde britannique entre 1815 et 1931 ». L’objectif de cette journée était de faire la jonction entre le sujet d’histoire contemporaine au programme de l’agrégation (« Le monde britannique entre 1815 et 1931 ») et le séminaire de recherche « Mouvements sociaux, gauches et conflictualité » organisé à Besançon par les universités de Bourgogne et Franche-Comté depuis 2009. Le terme de « conflictualité » doit se comprendre dans un sens large. Il n’inclut pas seulement les révoltes et insurrections violentes sur lesquelles Eric Hobsbawm et Ranajit Guha ont écrit des ouvrages fondateurs1, mais aussi les grèves, rassemblements et diverses formes de mobilisation et protestation de la « société civile2 ».

2Longtemps l’historiographie marxiste britannique s’est focalisée sur la question des causes des conflits et de leur niveau de conscience politique. On distinguait ainsi les révoltes ou insurrections peu politisées et peu organisées, dont les causes étaient surtout économiques, les mouvements plus organisés, dont l’objectif était souvent de réparer des abus en mobilisant le langage des « droits » anciens de la coutume, enfin des mouvements cherchant à renverser complètement l’ordre existant, qui pouvaient être des mouvements révolutionnaires dotés d’une conscience de classe ou, en contexte colonial, des mouvements nationalistes. Au cours des dernières décennies, la réflexion sur la nature politique des conflits, sur leur inscription ou non dans la naissance d’un mouvement ouvrier, s’est enrichie d’une réflexion sur la naissance des mouvements d’indépendance nationale, sur la place de la conflictualité dans la construction de sphères séparées entre hommes et femmes, ou dans l’appropriation des ressources naturelles et la construction des inégalités écologiques. Dans tous ces cas, pourtant, se repose la question de la politisation du conflit.

  • 3  Edward P. Thompson, La formation de la classe ouvrière anglaise, Paris, Gallimard-Le Seuil, 1988 [ (...)
  • 4  Edward P. Thompson, « L’économie morale de la foule dans l’Angleterre du XVIIIe siècle », in Flore (...)

3Avec pour principale clé de lecture la notion de « primitifs de la révolte », forgée en 1959, Eric Hobsbawm proposait d’étudier les conflits qu’il qualifiait de « pré-politiques » comme autant de « formes archaïques du mouvement social », antérieurs à l’essor des mouvements ouvriers organisés : tels étaient selon lui le grand banditisme, les sociétés secrètes du début du XIXe siècle, les mafias, et les mouvements religieux millénaristes. Dans La formation de la classe ouvrière anglaise, en 1963, Edward P. Thompson s’insurgeait contre une telle notion de « pré-politique », en expliquant vouloir sauver de la « condescendance de la postérité » tous les acteurs populaires de conflits sociaux oubliés ou mal connus de l’époque de la Révolution industrielle3. Postulant que la classe ouvrière n’existait pas a priori, mais avait été construite dans une diversité de relations conflictuelles, il s’opposait à toute définition a priori du politique. La critique ne s’adressait pas seulement aux historiens marxistes. Avec sa notion d’une « économie morale de la foule », élaborée pendant les quelques années où il enseigna à l’université (à Warwick), E. P. Thompson proposait d’analyser les ressources culturelles et les présupposés moraux des révolté-e-s anglais-e-s avec la même attention que ses collègues d’Oxford ou de Cambridge apportaient à l’examen de l’influence de l’économie politique sur la pensée des gouvernants4.

  • 5  Ranajit Guha, Elementary Aspects, op. cit., p. 6-10.

4Étudiant quelques années plus tard les « formes élémentaires » de l’insurrection paysanne dans l’Inde coloniale, Ranajit Guha critiquait à son tour la notion de « pré-politique ». S’inspirant d’Antonio Gramsci, à qui il empruntait le terme « subalterne », Guha affirmait que le système de contrôle colonial était très poussé, et que toute émeute, pour être seulement possible, supposait un minimum de consultation et de préparation. Si ces éléments avaient été occultés par les historien-ne-s, c’est que la domination coloniale avait aussi une dimension culturelle, qui s’est traduite par le fait que les sources dont on dispose aujourd’hui pour faire l’histoire des insurrections populaires indiennes ont presque toutes été produites par l’administration coloniale5. L’étude des « subalternes » – ces populations privées de toute forme d’expression de leur autonomie ou agency – suppose donc une attitude particulièrement critique à l’égard des sources britanniques, qu’il faut apprendre à lire avec méfiance et comme à rebrousse-poil.

  • 6  Eric J. Hobsbawm, entretien avec Nicolas Delalande et François Jarrige, consultable sur le site de (...)

5Ces débats historiographiques, en Grande-Bretagne comme dans ses anciennes colonies, étaient politiques autant que méthodologiques. Comme le note Eric Hobsbawm, il s’agissait de se positionner sur la question du « rôle des partis communistes en tant qu’organisations qui étaient capables de réunir les forces sociales et d’en faire des forces actives dans l’histoire6 ». Toutefois, au-delà de leurs divergences, Hobsbawm, Thompson et Guha partagaient une même volonté de ne pas réduire les conflits et les mouvements sociaux à de simples réactions irrationnelles, comme, par exemple, dans les travaux sur la psychologie des foules de Gustave Le Bon au XIXe siècle, selon lequel la psychologie collective des foules devait se comprendre à partir de la notion épidémiologique de contagion.

  • 7  Charles Tilly, Popular Contention in Great Britain, 1758-1834, Cambridge (Mass.), Harvard Universi (...)

6Un deuxième axe de réflexion a porté sur la question des formes, des codes et des rituels qui organisent le déroulement du conflit, et qui en permettent la résolution. Selon le sociologue américain Charles Tilly, spécialiste des mouvements sociaux britanniques et français sur la longue durée, il est ainsi possible de repérer une évolution du « répertoire de l’action collective » au cours du long XIXe siècle. Au cours de cette période, on observe selon lui la fin des conflits d’Ancien Régime, à l’image des jacqueries, incendies et révoltes frumentaires qui disparaissent au début du XIXe siècle, et l’émergence d’une conflictualité moderne fondée sur la grève et la manifestation, qui s’affirme à la fin du siècle. Pour le montrer, il recourt à une approche quantitative et statistique fondée sur le recensement des conflits mentionnés dans la presse7. Tilly ne s’intéresse guère aux conflits coloniaux (qui sont pourtant rapportés dans les sources qu’il mobilise), ni au contexte colonial des conflits de la métropole. Replacer la conflictualité à l’échelle du monde britannique enrichit pourtant considérablement la réflexion sur le répertoire de l’action collective. Comment le lien s’établit-il entre différentes formes de conflits ? Peut-on parler de « solidarité » entre des acteurs engagés dans des conflits très éloignés ? Quels sont les procédés par lesquels les enjeux des conflits lointains sont retraduits en fonction d’enjeux locaux ? Qui sont les acteurs de cette traduction ? Enfin, quand le monde britannique joue-t-il un rôle de démultiplication des conflits, et quand tend-il au contraire à les limiter ?

  • 8  Miles Taylor, « Empire and Parliamentary Reform : the 1832 Reform Act Revisited » in Arthur Burns (...)

7Selon le politiste américain Albert Hirschman, l’expérience d’une dégradation de leur situation force les citoyens d’un pays ou les salariés d’une entreprise à choisir entre la loyauté (loyalty), la protestation (voice), ou la fuite (exit). L’Empire britannique a été une machine à créer de la loyauté envers la Couronne dans des contextes éloignés, soit de manière consentie, soit par la force, dans le cas des proscrits envoyés en Australie par exemple. Le monde britannique a aussi été l’un des points d’appui d’un mouvement ouvrier international, incluant les États-Unis et l’Europe, en faveur de la journée de huit heures, qui aboutit à l’adoption de la célébration du premier mai lors du congrès de fondation de la Deuxième Internationale en 1889, en mémoire des cinq « martyrs » américains morts lors d’une manifestation le 1er mai 1886 à Chicago. Mais le monde britannique a aussi permis de relier entre eux des conflits au premier abord très différents, notamment par l’intermédiaire de la presse. Tilly utilise cette dernière comme un simple « reflet » des mouvements sociaux et interroge peu son impact en retour sur ces mouvements. Or, la presse, en leur offrant une caisse de résonance, est un acteur à part entière des conflits qu’elle rapporte. Selon Miles Taylor, la révolte des esclaves de Jamaïque de 1831, par exemple, ne se termine pas avec la loi martiale et l’exécution de 312 personnes8. Du fait des débats qu’elle provoque dans l’espace public, elle a des effets en retour sur la politique en métropole en renforçant non seulement le mouvement pour l’abolition de l’esclavage, directement lié à la condition des noirs de Jamaïque, mais aussi celui pour une réforme parlementaire, qui aboutira en 1832. Dans une monarchie censitaire et dans un empire colonial comme celui de la Grande-Bretagne, une révolte d’esclaves n’est par définition pas étrangère aux formes constitutionnelles de la politique. Enfin, l’empire a servi de cadre de dissolution des conflits. Ainsi a-t-il offert, un peu moins que les États-Unis, à ceux (et celles, moins nombreuses) qui n’étaient pas heureux, aux émigrés britanniques, la possibilité de partir à la recherche d’une vie meilleure, plutôt que de se révolter.

8La fin du conflit suppose le rappel d’un ordre politique et de ses fondements. L’État, en tant qu’incarnation de cet ordre qui revendique le pouvoir de désigner le désordre, s’attache aussi à résorber la conflictualité et le trouble. Il utilise pour cela les ressources qui sont à sa disposition, mobilisant forces de police ou militaires. À plus long terme, le conflit peut aboutir à l’établissement d’une nouvelle norme ou d’une nouvelle loi destinée à éviter la répétition d’événements similaires, qui peut modifier les structures de l’empire. C’est là une étape cruciale dans la qualification politique du conflit. Le classement et la mise en série de confits variés et hétérogènes, leur regroupement et leur insertion au sein d’un même mouvement social ou politique, est partie prenante du travail de politisation du conflit, par exemple dans l’arène parlementaire britannique ou dans ses répliques coloniales, où le conflit est décrit, interprété, retraduit en fonction d’enjeux divers, et instrumentalisé afin de le nourrir de signification politique, ou au contraire de le dépolitiser.

  • 9  Joanna Innes, « La « réforme » dans la vie publique anglaise. Les fortunes d’un mot », Histoire, é (...)

9Même si leur nature politique est souvent niée ou minimisée par les élites au pouvoir, il existe un vocabulaire varié pour qualifier politiquement les conflits sociaux. Il y a d’abord, pendant la première moitié du XIXe siècle, un langage des « droits » hérité du Moyen âge, qui s’articule autour de la notion de radical reform depuis la fin du XVIIIe siècle. Celui-ci renvoie, selon une logique jurisprudentielle, à l’idée d’un retour aux origines et à la forme initiale de la constitution9. Apparaît ensuite l’idée de « progrès », orientée vers l’avenir, issue non pas de la culture juridique, mais plutôt d’un imaginaire scientifique et naturaliste, où forces de progrès et forces de conservation sont vues comme s’équilibrant. La notion de left est plus tardive. Elle est liée à l’essor du socialisme comme force politique adossée aux organisations ouvrières, et ne s’impose vraiment dans le vocabulaire politique britannique qu’au début du XXe siècle. Au XIXe siècle, force montante, d’invention, réprimée, déniée, la gauche socialiste devient, en un double mouvement, vecteur d’intégration politique et élément de contestation de l’ordre social dans nombre de pays européens. Elle appose ensuite sa marque tout au long du XXe siècle et le monde britannique ne reste pas à l’écart de l’émergence de forces de contestation de l’ordre social ; avec la naissance du socialisme, puis dans le sillage des révolutions russes et de la mise en place d’un internationalisme pluriel, la notion de gauche(s) permet d’envisager une sortie politique à des conflits, ou tout simplement d’exercer une conflictualité particulière.

  • 10  Voir, par exemple, la présentation de la conférence « Defining the British World » tenue à Bristol (...)

10L’historiographie de la conflictualité prolonge à sa manière cette bataille culturelle à laquelle Gramsci assigne pour arène la « société civile ». Des rébellions canadiennes de 1837 à la guerre d’indépendance de l’IRA entre 1919 et 1921 en passant par la « Grande Mutinerie » indienne de 1857 et la première victoire de l’équipe australienne de cricket contre l’Angleterre en 1882, différentes historiographies du monde britannique se sont appropriées une diversité de conflits particuliers afin de les insérer dans un récit glorieux de l’indépendance ou de l’unité nationale. Face à elles, les historiens britanniques, dans la continuité du programme historiographique formulé par John Seeley dans The Expansion of England en 1883 élaboraient dans les volumes de la Cambridge History of the British Empire, entre 1929 et 1961, un récit alternatif mettant en valeur l’unité culturelle et morale de ce qui devait devenir en 1931 le British Commonwealth of Nations. La notion de British World ne se conçoit pas dans ce cadre national. Les conférences qui ont été organisées sur ce thème depuis 1998, après avoir privilégié les colonies de peuplement à l’origine du British Commonwealth of Nations de 1931, ont élargi leur perspective pour y intégrer les autres éléments de l’empire10. Sans chercher à réconcilier les différentes écoles historiographiques, ni à faire triompher une approche particulière, la notion de British World offre la possibilité de constituer une échelle intermédiaire d’analyse entre les histoires nationales et la world history. C’est dans cet esprit qu’ont été réunies les études proposées dans ce dossier.

Haut de page

Notes

1  Eric J. Hobsbawm, Les primitifs de la révolte dans l’Europe moderne, traduit de l’anglais par Reginald Laars, Paris, Fayard, 1966 [1959] ; Ranajit Guha, Elementary Aspects of Peasant Insurgency in Colonial India, Durham (N.C.), Duke University Press, 1999 [1982].

2  Jérôme Lafargue, La protestation collective, Paris, Armand Colin, 2005 [1998] ; Jean-Michel Denis (éd.), Le conflit en grève ?, Tendances et perspectives de la conflictualité contemporaine, Paris, La Dispute, 2005 ; Olivier Ménard (éd.), Le conflit, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », 2006.

3  Edward P. Thompson, La formation de la classe ouvrière anglaise, Paris, Gallimard-Le Seuil, 1988 [1963 pour l’éd. originale en anglais].

4  Edward P. Thompson, « L’économie morale de la foule dans l’Angleterre du XVIIIe siècle », in Florence Gauthier et Robert Ikni (éd.), La guerre du blé, Montreuil, Éditions de la Passion, 1998, p. 31-92.

5  Ranajit Guha, Elementary Aspects, op. cit., p. 6-10.

6  Eric J. Hobsbawm, entretien avec Nicolas Delalande et François Jarrige, consultable sur le site de « La vie des idées » : http://www.laviedesidees.fr/Ou-sont-passes-les-revoltes.html.

7  Charles Tilly, Popular Contention in Great Britain, 1758-1834, Cambridge (Mass.), Harvard University Press, 1995 ; Charles Tilly, « Les origines du répertoire de l’action collective contemporaine en France et en Grande-Bretagne », Vingtième siècle. Revue d’histoire, 4, 1984, p. 89-108.

8  Miles Taylor, « Empire and Parliamentary Reform : the 1832 Reform Act Revisited » in Arthur Burns and Joanna Innes (eds), Rethinking the Age of Reform. Britain 1780-1850, Cambridge, Cambridge University Press, Past and Present Publications, 2003, p. 295-311.

9  Joanna Innes, « La « réforme » dans la vie publique anglaise. Les fortunes d’un mot », Histoire, économie et société, 24-1, 2005, p. 63-88.

10  Voir, par exemple, la présentation de la conférence « Defining the British World » tenue à Bristol en 2007 : http://www.uwe.ac.uk/hlss/history/britishworld2007/index.shtml, dernière consultation 10 avril 2010.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Vigreux et Julien Vincent, « Introduction », Cahiers d'histoire. Revue d'histoire critique, 111 | 2010, 11-16.

Référence électronique

Jean Vigreux et Julien Vincent, « Introduction », Cahiers d'histoire. Revue d'histoire critique [En ligne], 111 | 2010, mis en ligne le 21 septembre 2010, consulté le 30 août 2014. URL : http://chrhc.revues.org/2059

Haut de page

Auteurs

Jean Vigreux

Université de Besançon

Articles du même auteur

Julien Vincent

Université de Besançon

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page