Navigation – Plan du site

Texte intégral

  • 1  Expression de notre inquiétude de citoyens de ce début de xxie siècle, les analyses des historiens (...)
  • 2  Op. cit., p. 85-94. On doit rapprocher la radicalité de cette proposition de celles qui se font jo (...)
  • 3  Edmond Dziembowski cite ici, parmi d’autres penseurs du radicalisme, Thomas Paine « Quand nous voy (...)

1Tandis que la France expose au monde la déshérence de sa démocratie, le présent dossier des Cahiers d’histoire pose à sa façon quelques questions essentielles quant à la compréhension des processus politiques du monde contemporain. En effet, l’étude des conflits et des conflictualités fait affleurer de façon particulièrement vive dans le moment de sortie de l’absolutisme politique abordé ici, la question de la légitimité du pouvoir, du droit des peuples à tenir un pouvoir pour illégitime, de la légitimité donc des formes de la résistance, du refus d’obéissance à la révolte armée. Ces questions sont posées alors de façon impérieuse à des hommes qui, eux-mêmes, ont contribué, au nom de la liberté de l’homme à défaire le contrat social par lequel il s’est lié, à la mise à bas d’un pouvoir. Quels sont les droits des pouvoirs institués sur les citoyens ? On sait que ces craintes, quant à la menace de tyrannie constituée par tout pouvoir, conduisirent des révolutionnaires comme Jefferson à souhaiter le pouvoir le plus faible possible, visée reprise dans l’expression qu’on lui attribue « le meilleur gouvernement est celui qui gouverne le moins ». On sait qu’il ne s’agissait pas dans sa pensée politique d’un « laissez faire » favorisant le développement des inégalités, mais d’une forme de « self-government », d’un gouvernement « par soi-même », d’une forme d’« auto-gouvernement » de citoyens rendus moins inégaux, en particulier par un accès généralisé à la propriété1. Mais Jefferson, comme l’éprouveront plus tard aussi les démocrates de la Révolution française, en particulier Robespierre, sentait que cette faiblesse du pouvoir ne pouvait se maintenir que si la surveillance des citoyens venait limiter constamment la tendance à l’accaparement du pouvoir par ceux à qui il a été confié. Ainsi, trouve-t-on dans les notes de Jefferson, en 1787, ce constat inquiet : « Si [les citoyens] ne s’intéressent plus aux affaires publiques, vous et moi, le Congrès et les assemblées, les juges et les Gouverneurs, nous deviendrons tous une meute de loups ». L’acuité de ces questions s’émousse de fait face au reflux démocratique du début du xixe siècle, au cours duquel les élites, parfois anciennement révolutionnaires, sont désormais dominées par la peur de la révolution démocratique et s’inquiètent de la mobilisation toujours possible des masses. Cependant, l’interrogation sur la forme la meilleure du gouvernement, sur le lien entre organisation politique et violence sociale, sur les droits du peuple menacent toujours de ressurgir. Ainsi la question des droits des citoyens par rapport à un pouvoir illégitime est-elle posée par des auteurs comme Emerson, comme Thoreau aux États-Unis, dans les termes de la désobéissance civile, conçue explicitement comme une arme politique2. Dans le cadre d’un long xixe siècle, caractérisé par le triomphe de l’impérialisme d’un Royaume-Uni où se déploient avec une rapidité sans égale les transformations sociales, les articles rassemblés dans ce dossier amènent à repenser, à travers leurs angles d’approche très différents, ces questions cruciales quant aux processus démocratiques, notamment celle du poids de l’intervention du peuple dans les transformations sociales. L’ère des révolutions apparaît bien, en effet, à travers les cas de figure divers qui sont étudiés ici, comme celle de l’intervention des masses, menaçante ou salutaire, dans le devenir social. Les analyses croisées ici font bien apparaître que ces interventions des masses, les pouvoirs cherchent à les utiliser, à les canaliser, à les détourner des luttes sociales. Néanmoins, les études convergent sur la conclusion que les revendications propres du peuple, même quand elles sont réprimées, déformées, pèsent sur les transformations de la société. À propos du radicalisme anglais, Edmond Dziembowski montre comment une réflexion politique, qui désigne le pouvoir politique comme responsable des disfonctionnements sociaux, à la façon d’un Thomas Paine3, conduit, face à l’indifférence des élites, à la création de nouvelles formes d’interventions politiques, non parlementaires, existant par la légitimité de la mobilisation populaire, hors du fonctionnement institutionnel du champ politique, remettant ainsi en cause sa légitimité. On voit comment, même fermement réprimés, disqualifiés dans une intense lutte idéologique, ces mouvements infléchissent les choix des pouvoirs institutionnels, qui concèdent des réformes face à la crainte de démocratisation portée par ces mobilisations.

2La tension se retrouve dans tous les contextes sociaux évoqués ici : comment faire pour que cette force populaire n’impose pas la remise en cause des hiérarchies sociales, comment faire pour qu’elle pèse sans être autonome, sans mettre en avant ses revendications propres ? Dans sa contribution sur le mouvement nationaliste irlandais, Laurent Colantonio insiste sur cette ambiguïté centrale de l’action du leader nationaliste O’Connell. Il doit ses succès à sa capacité à mobiliser les masses, tout en canalisant la protestation de celles-ci au profit de la seule cause nationaliste, telle qu’il la définit, et en luttant contre les mobilisations syndicales ou sociales qui pourraient limiter l’unité des nationalistes. Dans un horizon social bien différent de l’empire, celui de l’Inde coloniale, Vanessa Caru met en évidence à travers la question du logement, que ce ne sont pas les seules élites qui pèsent sur l’évolution des formes d’affirmation du pouvoir colonial, sur la nécessité pour lui de concéder aux colonisés des droits politiques et sociaux, ici des logements à des prix accessibles pour les travailleurs de l’État. Yann Béliard montre comment la métropole est une portion de l’empire, dominante, mais travaillée par les inégalités produites par le processus colonial. À propos des dockers et marins anglais, il décrit comment les mécontentements concernant l’accès au travail et la rémunération du travail peuvent être détournés de la contestation du pouvoir par le développement d’une haine raciale faisant des dominés de l’empire les responsables de la dégradation de la condition ouvrière. Mais l’auteur montre ici que le discours syndical raciste développé au printemps 1914 et après la première guerre n’émane pas d’une base « naturellement » raciste, mais de directions syndicales soucieuses de gagner en légitimité vis-à-vis des pouvoirs, à la fois patronaux et gouvernementaux. Les dirigeants témoignent ainsi de leur capacité à créer de la loyauté envers le pouvoir à travers l’organisation des mobilisations sociales.

3Le dossier autour des « conflits et conflictualités » fonctionne donc aussi autour d’une autre des grandes tensions du monde contemporain : celle qui naît du développement concomitant de l’internationalisation des échanges, des hommes et des marchandises – dont la colonisation est l’un des versants – et l’intensité des identifications nationales comme forme d’affirmation légitime de la liberté. La colonisation est à la fois productrice de formes d’exploitation spécifiques, qui imposent de nouvelles analyses du capitalisme, telles que Marx et Engels notamment les proposent au même moment, de nouvelles formes de dépendance, auxquelles répond la construction d’identités nationales, au sein des peuples colonisateurs comme outil de légitimation de la domination, au sein des peuples dominés comme réponse à l’illégitimité de la domination. Les prises de position de Manabendra Nath Roy, cet Indien internationaliste dont la vie est évoquée ici par Jean Vigreux, constituent une expression forte de cette tension, vécue avec plus ou moins d’intensité par des millions d’hommes dans ce « monde britannique ». Fils des élites indiennes, formé dans les réseaux de la culture impériale, il consacre sa vie à la lutte pour l’indépendance de l’Inde tout en étant un kominternien de premier plan, un de ces internationalistes pour qui l’affirmation des libertés nationales passe par la solidarité des travailleurs à l’échelle du monde, cette fois pas seulement « britannique ».

4Si l’Empire britannique a bien été, comme l’écrivent les initiateurs de ce dossier dans leur introduction, « une machine à créer de la loyauté envers la Couronne », il a été aussi ce monde d’une conflictualité perpétuellement renouvelée.

  • 4  Pour être déjà un peu ancienne, « l’affaire » (elle date du début 2009) n’en mérite pas moins d’êt (...)

5Chantiers nous ramène dans le champ de la production des savoirs et de leurs enjeux sociaux. Il dit combien la production historienne, ici dans le contexte de la fin du xixe siècle, est ancrée dans des enjeux de pouvoir, mais aussi de conception de société, enjeux immédiatement politiques souvent. Quand Régis Ouvrier-Bonnaz nous a proposé de publier cet article, part de son travail sur le CNAM, singulièrement sur les liens entre les pouvoirs politiques de la IIIe République de la fin du xixe siècle et les enseignements du CNAM, nous ne pensions pas que le lien entre l’institution et le pouvoir politique serait aussi abruptement rappelé par le présent qu’il l’a été. On se souvient que le CNAM a, en effet, été secoué en 2009 par une crise interne, peu médiatisée mais révélatrice de la situation présente d’intrusions directes des responsables politiques dans les décisions académiques aux dépens du jugement des pairs. La crise s’est nouée autour de la création d’une chaire de criminologie, taillée sur mesure pour un proche du président de la République4. L’article publié par Chantiers montre combien, dans le contexte de revendications sociales fortes et du développement des idées socialistes de la fin du xixe siècle, il s’agit alors de mettre les sciences au service de politiques concernant « l’homme au travail ». Face aux formes d’usure, de souffrances nouvelles liées au machinisme, l’enjeu est notamment de mesurer « la limite physiologique du travail que l’ouvrier ne doit pas franchir ». Cette nouveauté qu’est le travail ouvrier, étudié sur la base d’une forte analogie entre travail humain et travail des machines, suscite inquiétude et vif intérêt des savants comme des responsables politiques. Il est tout à fait intéressant de constater cette convergence des savants, médecins, ingénieurs, physiciens avec les politiques dans une préoccupation commune quand, aujourd’hui, les pratiques d’un pouvoir qui instrumentalise sans réserve savants et savoirs conduisent à des situations toujours renouvelées d’affrontement ouvert.

  • 5  Voir ce sur point l’action du CVUH depuis sa création en 2005, et, en particulier, le premier ouvr (...)

6Nous poursuivons cette réflexion sur la construction et la transmission des savoirs historiques dans Métiers. L’analyse de nos collègues Frank Noulin et Jean-François Wagniart aborde l’actualité de l’enseignement de l’histoire, à travers sa forme la plus socialement large, les programmes de l’enseignement secondaire. En effet, l’histoire est devenue les dernières années omniprésente dans la sphère politico-médiatique, comme l’ont très rapidement analysé les historiens au lendemain de 20075. En même temps, sa place est drastiquement réduite dans l’enseignement secondaire, supprimée cette année de l’enseignement de terminale de la série scientifique, la série qui scolarise le plus grand nombre des élèves de l’enseignement général. Cette suppression a finalement suscité assez peu de résistances, ce sur quoi il conviendrait de s’interroger. Mais ici, les auteurs polarisent leur attention sur l’une des conséquences de ce choix, la redéfinition des programmes d’histoire-géographie de classe de Première. Ils montrent que la réduction du temps à consacrer au xixe et xxe siècle débouche sur une approche thématique fragmentée qui risque de mettre en cause la compréhension des enchaînements temporels et des complexités événementielles qui font la pesanteur des faits sociaux. Elle débouche aussi sur des choix qui, a contrario des résultats de la recherche, vont dans le sens de l’effacement des mouvements sociaux comme facteurs de transformation des sociétés.

7Débats clôt ce numéro par une plongée dans les analyses du capitalisme du xxe siècle vu du côté de la gauche italienne. Avec ce compte rendu critique du livre de l’historien Piero Bevilacqua par Marco Di Maggio, nous retrouvons les interrogations qui traversent les textes du dossier. Les écrits de Bevilacqua disent, en effet, la nécessité de refonder des projets de sociétés en s’appuyant sur des formes neuves d’organisation politique, fondées sur l’auto-organisation des citoyens.

8À travers la circulation dans les textes de ce numéro des Cahiers, nous constatons à nouveau combien nos incertitudes et nos ambitions concernant ce que serait un pouvoir légitime, les formes possibles d’une organisation politique émancipatrice conservant réellement aux citoyens leur pouvoir souverain, rejoignent celles des hommes du xixe siècle, des lendemains de défaites de révolutions et des temps de naissance de nouvelles utopies.

Haut de page

Notes

1  Expression de notre inquiétude de citoyens de ce début de xxie siècle, les analyses des historiens sur les considérations politiques des acteurs des révolutions de l’époque moderne se multiplient, renouant avec les grands textes de la philosophie du droit naturel du xviie siècle, en particulier Locke. Parmi les productions récentes, Marc Bellot, « Le désordre garant de l’ordre : parcours de la démocratie jeffersonienne », dans Rémy Bethmont et Pierre Sicard (dir.), La représentation de l’ordre dans le monde anglophone, Artois Presses Université, 2010, auquel j’emprunte les citations ci-dessus, p. 85.

2  Op. cit., p. 85-94. On doit rapprocher la radicalité de cette proposition de celles qui se font jour aujourd’hui, reprenant l’expression de « désobéissance civile ». Ainsi, Xavier Renou, Petit manuel de désobéissance civile. À l’usage de ceux qui veulent vraiment changer le monde, Paris, Syllepse, 2010. Mais aussi, le succès éditorial de l’historien des États-Unis, Howard Zinn, met cette forme d’action au cœur de la pensée des luttes sociales. Le titre choisi par les éditions Agone pour la réédition du livre de Zinn, Passionate Declarations. Essays on war and justice (1986), sous le titre français Désobéissance civile et démocratie, traduit bien la fortune présente de la notion.

3  Edmond Dziembowski cite ici, parmi d’autres penseurs du radicalisme, Thomas Paine « Quand nous voyons, dans les pays qu’on appelle civilisés, les vieillards aller à la maison de force […], il faut qu’il y ait quelque chose de mauvais dans le système de gouvernement. »

4  Pour être déjà un peu ancienne, « l’affaire » (elle date du début 2009) n’en mérite pas moins d’être rappelée tant elle s’inscrit dans un contexte global d’atteintes aux libertés académiques, exprimées en particulier par la mise en cause des jugements des pairs, dans le cadre pour les universités de la nouvelle « gouvernance » instituée par la loi LRU.

5  Voir ce sur point l’action du CVUH depuis sa création en 2005, et, en particulier, le premier ouvrage produit par ce collectif, dans sa collection chez Agone, Laurence de Cock, Fanny Madeline, Nicolas Offenstadt, Sophie Wahnich (dir.), Comment Nicolas Sarkozy écrit l’histoire de France, Marseille, Agone, 2008.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Jollet, « Le mot de la rédaction », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 111 | 2010, 3-8.

Référence électronique

Anne Jollet, « Le mot de la rédaction », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 111 | 2010, mis en ligne le 01 janvier 2010, consulté le 27 juin 2017. URL : http://chrhc.revues.org/2058

Haut de page

Auteur

Anne Jollet

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page