Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Eric Hobsbawm, Marx et l’Histoire

Paris, Demopolis, 2008, 208 p.
Jean-Numa Ducange
Référence(s) :

Eric Hobsbawm, Marx et l’Histoire, Paris, Demopolis, 2008, 208 p.

Texte intégral

  • 1  Éric J. Hobsbawm, Marx et l’histoire, Paris, Fayard, coll. Pluriel, 2010, 200 p.

1Heureuse initiative des éditions Demopolis que de publier une série de textes de l’historien Eric Hobsbawm. L’écho de cette publication a été tel que, quelques mois après sa parution, Marx et l’histoire se retrouve en format poche chez Fayard, en collection Pluriel1.

  • 2  Éric J. Hobsbawm, L’âge des extrêmes. Le court xxe siècle, 1914-1991, Bruxelles-Paris, Complexe-Le (...)
  • 3  Éric J. Hobsbawm, L’Empire, la démocratie, le terrorisme. Réflexions sur le xxie siècle, Paris, Éd (...)

2Après une longue parenthèse pendant laquelle évoquer le nom de Marx en histoire semblait être devenu presque impossible, plusieurs ouvrages, souvent à l’occasion de panoramas historiographiques, rappellent le rôle clef qu’a joué le marxisme dans une série de recherches historiques. Longtemps peu traduit en France, les éditions d’ouvrages d’Hobsbawm, depuis L’âge des extrêmes, se multiplient depuis quelques temps2. En témoigne la traduction récente de L’empire, la démocratie, le terrorisme ainsi que celle, entre autres, d’un essai paru initialement en anglais lors du bicentenaire de 1989 intitulé Aux armes historiens ! évoquant les débats sur la Révolution française à l’échelle de deux siècles3. Hobsbawm souligne dans la postface de 2007 de ce dernier ouvrage combien l’école libérale de François Furet, « prince du bicentenaire », ayant durablement lutté pour extirper les références révolutionnaires de la gauche française, n’a pas résisté aux travaux des historiens les plus récents, y compris et surtout dans le monde anglophone.

3Les textes regroupés ici, inédits en français, abordent plusieurs thèmes favoris de l’historien. Ils sont ainsi à inscrire dans l’esprit de son histoire du « court vingtième siècle », y compris dans ses aspects les plus controversés. Ils dépassent en effet la seule réflexion sur le rapport de Marx à l’histoire que suggère le titre. Pour la plupart, ces textes sont issus de conférences, renforçant parfois le caractère quelque peu polémique de certaines réflexions, en particulier sur le bilan des expériences des pays de l’ancien bloc soviétique. Empreints d’un certain pessimisme lié à l’effondrement des organisations qui structuraient les mouvements ouvriers, ils donnent de précieuses indications sur l’historiographie anglophone et évoque des études historiques souvent peu connues en France. Par exemple, la partie consacrée à l’histoire populaire et ses développements offre une présentation synthétique et une introduction à « l’histoire par en bas » au travers de l’histoire de divers mouvements révolutionnaires. L’expérience soviétique et plus généralement celle des partis communistes, sans oublier la participation au pouvoir, ponctuelle, des partis occidentaux, reviennent de façon récurrente. Le regard critique à l’égard du bilan du « socialisme réel » pourra d’ailleurs, parfois, interloquer certains lecteurs, au même titre que L’âge des extrêmes. Certaines thèses n’ont pas manqué de susciter diverses interrogations, y compris dans des courants proches ou tout du moins à l’inspiration marxiste (voir, notamment, la critique d’Enzo Traverso dans la Revue Internationale des livres et des idées, n° 10, mars-avril 2009) qui voient dans les propos d’Hobsbawm, un bilan partiel, voire partial de ce qu’a représenté le stalinisme. Sur ce qui concerne la conception matérialiste de l’histoire, l’historien britannique évoque les formes vulgarisées de la pensée de Marx qui, dans bien des cas, se sont révélées être infidèles à l’égard des textes des pères fondateurs, notamment à l’époque de la systématisation du « matérialisme dialectique », souvent alors résumé à quelques formules lapidaires. Si on ne peut que partager ces remarques, les articles passent parfois vite sur le problème du rôle qu’ont eu certains bréviaires de marxisme, voire de « marxisme-léninisme », c’est-à-dire les possibilités d’appropriation par des centaines de milliers de militants qu’offrait ce type de textes, fussent-ils dogmatiques ou schématiques. Dans le bilan des marxismes du vingtième siècle qui est esquissé ici, on ne peut que partager le souci de se démarquer des approches qui ont bloqué la réflexion intellectuelle autour de Marx. Mais la volonté politique de traduire en des termes accessibles des concepts parfois complexes – qui a, certes, posé des problèmes insurmontables pouvant aller jusqu’à l’utilisation purement instrumentale des textes – nous paraît être aussi une question essentielle, assez peu posée ici, quoique largement sous-entendue par moment.

4Quelques autres regrets du même type pourraient être formulés. Mais, sur un point concernant l’historiographie, l’ouvrage offre un développement des plus éclairants. Du fait de l’influence du marxisme en histoire, à partir d’une certaine époque, « le marxisme a tellement transformé le courant dominant de l’histoire qu’il est aujourd’hui souvent impossible de dire si un ouvrage particulier a été écrit par un marxiste ou un non-marxiste, à moins que l’auteur fasse état de sa position idéologique » (p. 81). Ce n’est pas le moindre des paradoxes que de se retrouver ainsi avec des travaux historiques parfois très hostiles au marxisme ou à ses influences supposées mais qui, à y regarder de près, s’en inspirent indirectement tant le champ de certaines périodes est désormais marqué par des travaux fondateurs d’historiens s’inscrivant dans le sillage des catégories de pensée élaborées par Marx et Engels.

5On l’aura compris, au-delà des appréciations que l’on peut porter sur certaines affirmations, il s’agit là d’un ensemble riche qui stimule la réflexion. On pourra simplement reprocher quelques éléments de forme à cette édition : une introduction aurait pu présenter la cohérence de l’ensemble et introduire à quelques notions essentielles pour aider à la compréhension du contenu. De même, dans un recueil dont l’objectif semble être d’inciter à une relecture de Marx et des historiens issus ou se réclamant du marxisme, l’absence de bibliographie complémentaire est regrettable, tout comme la forme des références aux textes de Marx eux-mêmes, qui renvoient presque toujours aux éditions anglaises… Une lecture indispensable malgré tout qui contribuera, on ne peut que l’espérer, à une relecture de riches travaux d’histoire quelque peu oubliés aujourd’hui en raison d’a priori idéologiques, et à discuter de la pertinence, au-delà des caricatures véhiculées de part et d’autre, de la conception matérialiste de l’histoire et de ses usages divers depuis plus d’un siècle et demi.

Haut de page

Notes

1  Éric J. Hobsbawm, Marx et l’histoire, Paris, Fayard, coll. Pluriel, 2010, 200 p.

2  Éric J. Hobsbawm, L’âge des extrêmes. Le court xxe siècle, 1914-1991, Bruxelles-Paris, Complexe-Le Monde diplomatique, 1999 (édition anglaise 1994).

3  Éric J. Hobsbawm, L’Empire, la démocratie, le terrorisme. Réflexions sur le xxie siècle, Paris, Éditions André Versailles-Le Monde diplomatique, 2009, 178 p. ; Aux armes, citoyens ! Deux siècles d’histoire de la Révolution française, Introduction et notes par Julien Louvrier, Paris, La Découverte, 2007.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Numa Ducange, « Eric Hobsbawm, Marx et l’Histoire », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 110 | 2009, mis en ligne le 03 juillet 2010, consulté le 19 août 2017. URL : http://chrhc.revues.org/2015

Haut de page

Auteur

Jean-Numa Ducange

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page