Navigation – Plan du site
MÉTIERS
Transmettre l'Histoire

Michel Zylberberg (mai 1940-avril 2009)

Laurent Brassart
p. 165-168

Texte intégral

1Comment Michel Zylberberg aurait-il pu être indifférent à l’histoire, lui qui vit le jour à Paris dans une famille d’émigrés juifs polonais, le 11 mai 1940, au lendemain de l’offensive victorieuse de l’Allemagne nazie ? Comment n’aurait-il pas échappé à une existence au service des idéaux de la République, lui qui, avec sa mère, connut une petite enfance ballottée entre divers logis de la banlieue nord de Paris pour échapper aux rafles des nazis et de leurs alliés vichystes, dans les rets desquels son père était tombé en mai 1941 ? Comment ce fils de déporté rescapé d’Auschwitz aurait-il pu négliger de mettre sa plume, sa réflexion d’historien et, plus encore, son enseignement au service d’un humanisme forcément incompatible avec l’extrême droite ?

2L’école républicaine fut au cœur de la vie de Michel Zylberberg. Enfant du Belleville populaire – sa mère était couturière et son père tailleur –, il dut à cette école son assimilation à la culture française, sa promotion sociale et plus encore la possibilité de s’épanouir pleinement dans ses aspirations. Sa première langue fut le yiddish familial et ce fut à l’école redevenue républicaine à l’automne 1944 qu’il lui fut donné d’apprendre et d’aimer ce français qui devint définitivement sa langue au point d’en oublier l’idiome de ses ancêtres. Pourtant, comme beaucoup de ses camarades de quartier, son parcours dans le système scolaire de la France des années 50 le mena de l’école primaire au « petit lycée » (collège d’enseignement général) plutôt qu’au « grand lycée » au recrutement social encore trop élitiste. Néanmoins, bon élève, il intégra le lycée Colbert à Paris, premier marchepied vers de solides études d’histoire en Sorbonne. C’est là qu’il fit la rencontre déterminante de Jean Bruhat. Sa vocation d’historien et son engagement communiste en furent définitivement scellés.

3Adolescent, la découverte du marxisme, et l’adhésion au PCF qui s’ensuivit, fonda l’engagement d’une vie. Le communisme, c’était en particulier pour lui notamment une voie d’assimilation à la société française sans pour autant rompre avec la culture juive laïque et progressiste de ses parents. C’est donc assez logiquement que le fils de déporté intégra comme colon les Commissions centrales de l’Enfance et que le fils d’ashkénazes en devint plus tard moniteur. À la Sorbonne, il adhère à l’Union des Étudiants communistes. La guerre d’Algérie constitue sa véritable entrée en politique. Les amphithéâtres sont des tribunes où cet homme d’ordinaire discret multiplie les prises de parole, où ce doux pacifiste s’expose aux coups des partisans de l’Algérie française. Il descend dans la rue : il est de toutes les manifestations aux côtés du PCF, y compris celle, tristement célèbre, de Charonne le 8 février 1962. De cette époque qui vit la fin du colonialisme, il acquit la conviction définitive que la politique pouvait tout, y compris changer la société et l’économie. Pourtant, rapidement ses inclinaisons « naturelles » lui firent privilégier un militantisme plus enclin au débat d’idées, que ce soit au sein de l’Institut Maurice-Thorez, du Centre d’Études et de Recherches Marxistes ou du syndicat enseignant SNES, qu’à l’activisme de rue. Bien rares sont en effet ses collègues ou ses élèves à pouvoir témoigner d’une quelconque combativité physique de sa part, mais tellement plus nombreux sont ceux qui l’ont vu perdu dans ses pensées et ses réflexions, indifférent à l’entourage quotidien !

4Mai 68 le trouve jeune professeur agrégé d’histoire (depuis 1966) au lycée de garçons de Troyes. Grandeur et misère de la vie d’un jeune professeur en poste dans la province d’alors : il s’ennuie ferme et cherche à gagner Paris au plus vite pour quelques heures, quelques jours à peine, afin de participer à cette révolution en marche – du moins le croit-il. Néanmoins Mai révolutionna l’enseignant : nommé l’année suivante au lycée de Montreuil, il eut non seulement le soulagement de retirer définitivement sa cravate mais plus encore la possibilité tant désirée d’établir des échanges directs avec ses élèves en toute simplicité. Son année passée au lycée montreuillois fut pour lui synonyme d’épanouissement. L’engagement syndical et politique se conjuguait avec l’envie de transmettre sa passion pour l’histoire, à une époque où « changer le monde, changer l’école » paraissait plus que jamais possible. Mais l’historien-chercheur revint à la hauteur de l’historien-enseignant, après sa nomination au lycée Henri-IV en 1970.

5L’historien Michel Zylberberg ne confessa que trois influences théoriques et méthodologiques majeures sur sa réflexion : celle du marxisme, plus encore celle de l’école des Annales – du moins celle de Bloch à Braudel – et surtout celles de ses trois directeurs successifs de thèse d’État, Pierre Vilar, Jean Bouvier et Jean-Claude Perrot. C’est d’ailleurs par admiration pour Pierre Vilar qu’il s’engagea dans une thèse de troisième cycle soutenue en Sorbonne en 1972 sur une maison de commerce française établie à Barcelone au temps du blocus continental : « Huguet et Dupré, une société commerciale à Barcelone (1796-1808) ». Quelques années plus tard, toujours sous la direction de Pierre Vilar, il se lança dans la longue entreprise d’une thèse d’État sur les milieux d’affaires français dans l’Espagne du xviiie siècle. Lui qui ne parlait pas encore le castillan était bien sûr attiré par cette Espagne engagée dans la sortie du franquisme. Mais plus encore, il voyait dans le paradoxe économique présenté par ce pays au xviiie siècle, un pays dont les immenses richesses coloniales ne parvenaient pas à impulser le décollage économique et social, un véritable cas d’école pour une réflexion contemporaine sur les problématiques du développement dans les pays récemment émancipés. Membre de la 68e promotion de la prestigieuse Casa de Velazquez de 1977 à 1979, il profite de son séjour madrilène pour écumer les fonds d’archives espagnols tant ses sources étaient dispersées. De retour à Paris, il poursuit son entreprise historique contre vents et marées, dépouille encore et rédige toujours. Pour autant ni son épouse, ni son fils et sa fille, ni ses différents élèves des collèges de Vitry (de 1979 à 1982), d’Ivry (de 1982 à 1988), ni ses étudiants en classe préparatoires aux grandes écoles du lycée Henri-IV à partir de 1988 n’eurent à souffrir d’un quelconque désintérêt à leur égard du mari, du père et du professeur. L’inspection générale salua notamment en lui un « un enseignant qui assure une préparation efficace au concours » et dont « la culture historique, le savoir-faire pédagogique en font un professeur de grande qualité ». On pourrait aussi ajouter au regard de ce parcours qu’il fut un enseignant généreux, capable de s’adapter à tous les publics scolaires, tant il avait à cœur de les faire tous progresser, quel que soit leur niveau, toujours avec bienveillance.

  • 1  Zylberberg M., Une si douce domination. Les milieux d’affaires français et l’Espagne vers 1780-180 (...)

6Une dizaine d’années après l’avoir commencée, il soutenait brillamment sa thèse d’État en octobre 1991, devant un jury composé de Jean Nicolas, Jacques Marseille, Bernard Vincent et Louis Bergeron, et sous la direction de Jean-Claude Perrot 1. Ce travail, qui mit en évidence l’importance et la variété des formes du drainage de l’argent des Indes espagnoles en France et sur les grandes places financières européennes, fut unanimement salué dans la communauté historienne. Qu’il s’agisse de ses réseaux et de ses structures, de la pluralité des milieux qui l’animent, de ses interférences avec la conjoncture politique internationale ou de son positionnement entre théories économiques revendiquées et ses pratiques, rien de la « si douce domination » du capitalisme français sur l’Espagne mercantiliste d’un long xviiie siècle (il se termine avec l’invasion de Napoléon en 1808) n’échappe à la rigueur analytique de Michel Zylberberg. Au-delà de ses indéniables apports à l’historiographie économique et sociale de l’Europe des Lumières, cette thèse ouvre une réflexion nouvelle sur la plasticité des formes de la domination économique qui ne saurait se confondre entièrement avec l’impérialisme et, dans le sillage de Jean Bouvier, propose un réexamen critique de la notion de « retard économique et social » au profit de celle d’un développement plus spécifique de l’Espagne.

  • 2  Zylberberg M., Capitalisme et catholicisme dans la France moderne. La dynastie Le Couteulx, Paris, (...)

7Élu professeur d’histoire économique et sociale du monde moderne à l’université de Rouen en 1995, il put concilier ses deux passions pour l’enseignement et la recherche. Il livra un nouveau travail sur les Le Couteulx de Canteleu, la célèbre dynastie de banquiers rouennais du xviiie siècle, nuançant au passage et avec conviction les conclusions un peu hâtives de Max Weber sur la prétendue inaptitude des catholiques au capitalisme2.

8En 2000, il rejoint l’université de Paris I Panthéon-Sorbonne, là où un demi-siècle plus tôt il avait commencé ses études, pour occuper la chaire d’histoire économique moderne, naguère occupée par ses maîtres Vilar et Perrot. Un nouveau projet d’envergure l’anime : écrire un ouvrage sur l’économie à Paris au xviie siècle. Mais le chantier reste inachevé puisque la maladie précipite son départ à la retraite en 2004 et le contraint plus rapidement que prévu à cesser ses recherches. Il quitta l’université, honoré de l’éméritat, mais avec quelques bleus à l’âme, tant il était loin de la rudesse des mœurs académiques et des enjeux de pouvoir, lui qui laissa à tous ceux qui l’ont connu le souvenir d’un pierrot lunaire érudit, drôle et toujours (trop) modeste.

Haut de page

Notes

1  Zylberberg M., Une si douce domination. Les milieux d’affaires français et l’Espagne vers 1780-1808. Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, préface de Louis Bergeron, 1993, 654 p.

2  Zylberberg M., Capitalisme et catholicisme dans la France moderne. La dynastie Le Couteulx, Paris, Publications de la Sorbonne, 2001, 380 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurent Brassart, « Michel Zylberberg (mai 1940-avril 2009) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 110 | 2009, 165-168.

Référence électronique

Laurent Brassart, « Michel Zylberberg (mai 1940-avril 2009) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 110 | 2009, mis en ligne le 01 octobre 2009, consulté le 25 avril 2017. URL : http://chrhc.revues.org/2004

Haut de page

Auteur

Laurent Brassart

Université de Lille 3, Laboratoire IRHIS

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page