Navigation – Plan du site
CHANTIERS

Pelloutier, Pouget, Hamon, Lazare et le retour de l’anarchisme au socialisme (1893-1900)

Guillaume Davranche
p. 139-161

Résumé

Le socialisme européen est secoué, dans les années 1890-1893, par l’éclosion d’une aile gauche de sensibilité antiparlementaire – SDB aux Pays-Bas, Jungen en Allemagne, POSR en France. Une fraction du mouvement anarchiste va s’y intéresser et tenter une alliance voire une recomposition avec ce courant socialiste, qui permettrait de contester l’hégémonie de la social-démocratie. Du congrès de Zurich (1893) à celui de Paris (1900), un groupe de militants – Pouget, Pelloutier, Lazare, Hamon – va être au cœur de ce processus. La tentative va échouer, mais est révélatrice d’une volonté de l’anarchisme français de « retour au socialisme » à cette époque, et constitue un prélude méconnu à sa période syndicaliste.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

France

Chronologie :

XIXe siècle
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Maitron J., Le Mouvement anarchiste en France, tome I, Des origines à 1914, Paris, Gallimard, 1992
  • 2  Manfredonia G., L’Individualisme anarchiste en France (1880-1914), Thèse de 3e cycle, IEP de Paris (...)

1Lestravaux de Jean Maitron1, puis de Gaetano Manfredonia2 ont tracé les grandes lignes d’une périodisation de l’anarchisme français d’avant 1914. Selon un schéma à présent classique, à la période insurrectionnaliste (1878-1886) aurait succédé une période grève-généraliste (1886-1892), puis la parenthèse terroriste (1892-1894) aurait entraîné le basculement définitif dans la période syndicaliste (après 1894).

  • 3  Pouget é., « À roublard, roublard et demi », Le Père Peinard, octobre 1894.
  • 4  Pelloutier F., « L’Anarchisme et les syndicats ouvriers », Les Temps nouveaux, 2 novembre 1895.

2En réalité, ce dernier basculement n’est pas aussi abrupt que le suggère la citation récurrente des articles fondateurs de Pouget3 et de Pelloutier4 de 1894-1895. En fait l’adoption d’une stratégie syndicaliste se fait progressivement et ne sera acquise qu’après 1900, quand il apparaîtra que l’anarchisme a pris le relais d’un allemanisme à bout de souffle comme force politique motrice de la CGT.

3Cet article s’intéresse précisément à une période d’arrière-plan, méconnue et jamais étudiée, qui fait la transition entre la période grève-généraliste et l’installation définitive dans la période syndicaliste. C’est une phase de compagnonnage intense entre l’anarchisme et le socialisme antiparlementaire qui nous en apprend sur l’un comme sur l’autre.

L’anarchisme et le retour au socialisme : ce que révèle le choix des alliances

4La période 1879-1882 avait été celle d’un éparpillement du socialisme français : anarchistes, guesdistes, blanquistes, possibilistes s’étaient excommuniés les uns les autres. Mais, tandis que les autres courants se disputaient la prééminence dans le socialisme, l’anarchisme avait, lui, été tenté par la sécession. La proposition de Louise Michel d’arborer désormais le drapeau noir relevait de cette tentation. Il n’y avait cependant jamais eu unanimité à ce sujet, bon nombre de compagnons ne se résignant pas à abandonner le drapeau rouge à leurs concurrents.

  • 5  Manfredonia G., L’Individualisme anarchiste en France (1880-1914), Thèse de 3e cycle, IEP de Paris (...)

5L’anarchisme français avait alors traversé sa période insurrectionnaliste, résumée par la fameuse formule de la « propagande par le fait ». Mais au bout de quelques années, cette stratégie s’était révélée inopérante, le contexte, dix ans après la Commune, étant plutôt à la normalisation. Avec l’essoufflement de l’insurrectionnalisme, le mouvement anarchiste enlisé avait commencé à souffrir d’une dégénérescence sectaire dont les symptômes les plus manifestes avaient été, dans le milieu parisien, la mode illégaliste et la dérive individualiste5.

6Dès 1886, les ténors du mouvement – Kropotkine, Grave, Pouget, Malato, Tortelier, Louise Michel – cherchent à rebondir. Ils se lancent alors à fond dans la propagande pour la grève générale, qui va rencontrer le succès que l’on sait dans les milieux ouvriers.

  • 6  Bouhey V., Les Anarchistes contre la République, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2008.

7L’anarchisme français évolue alors sans organisation nationale ni congrès. Mais des réseaux existent6. Ce sont les militants les plus influents qui donnent le la, avec le support des principaux hebdomadaires que parfois ils contrôlent – notamment La Révolte et Le Père Peinard. C’est ainsi qu’en quelques années l’option grève-généraliste devient prééminente au sein du mouvement, malgré le maintien d’une minorité individualiste qui y voit un assagissement, voire une trahison des idéaux, et persiste dans l’insurrectionnalisme. Le débat entre ces deux options, qui marque l’anarchisme au début des années 1890, est un débat stratégique : soit l’action ouvrière de masse, soit l’action armée minoritaire, voire individuelle. Ce qui est également en débat, c’est la nature de l’anarchisme : est-il une tendance du socialisme – avec les possibles solidarités que cela suppose – ou est-il d’une nature radicalement différente, qui justifierait son isolationnisme ?

8Le choix des alliances en dit souvent long sur l’identité d’un courant politique.

9Or, à partir de 1893, les leaders anarchistes français font le choix de tendre la main à l’aile gauche du socialisme plutôt qu’aux individualistes et insurrectionnalistes. Après la vague terroriste de 1892-1894, cette volonté de réancrer l’anarchisme dans le mouvement ouvrier et le socialisme – avec en point d’orgue le congrès de Londres – sera de plus en plus manifeste. L’isolationnisme des années 1880 semblera alors bien loin.

10Mais ce réancrage dans le socialisme ne signifie pas faire profil bas pour se faire accepter dans une famille où la social-démocratie allemande est de plus en plus influente. Il s’agit de revendiquer l’étiquette socialiste justement dans le dessein de contester la prééminence social-démocrate.

11La stratégie déployée sur la période 1893-1900 consiste donc – comme en écho aux débats de la Première Internationale – à exacerber la bipolarisation du mouvement ouvrier international : d’un côté, le socialisme étatique et parlementaire, dont le marxisme est en passe de devenir la référence commune ; de l’autre, le socialisme extraparlementaire, voire antiparlementaire, qui gagne du terrain dans les syndicats ouvriers et dans les fractions de gauche du socialisme européen, et dont l’anarchisme peut constituer l’aiguillon politique. Certains libertaires – Bernard Lazare, Augustin Hamon, Fernand Pelloutier – vont même envisager carrément une recomposition politique de l’anarchisme et du socialisme antiparlementaire. Leur méthode pour y parvenir est presque celle d’une sorte d’Alliance bakouninienne : une « élite » militante restreinte élabore une stratégie politique et se donne les moyens d’entraîner derrière elle toute une partie du mouvement. Mais la recomposition politique, qui était l’objectif final, ne se fera finalement pas, pour des raisons que nous allons examiner.

Quatre stratèges : Pelloutier, Pouget, Hamon et Lazare

12Socialisme autoritaire contre socialisme anti-autoritaire : c’est l’équation à laquelle vont travailler, de 1893 à 1900, un réseau de militants, duquel émerge le petit groupe formé par Émile Pouget, Bernard Lazare, Augustin Hamon et Fernand Pelloutier.

13Émile Pouget, le plus connu alors, a été simultanément pionner de l’anarchisme et du syndicalisme dès 1879. à travers Le Père Peinard, il joue un rôle considérable dans le tournant grève-généraliste puis syndicaliste du mouvement libertaire. En mars 1895, il rentre de son exil à Londres et, deux mois plus tard, relance son hebdomadaire, sous le titre provisoire de La Sociale.

  • 7  Oriol Ph., Bernard Lazare, Paris, Stock, 2003.
  • 8  Appel à souscription dans La Sociale du 5 avril 1896.

14Journaliste, critique littéraire, Bernard Lazare est venu à l’anarchisme par la bohème parisienne des années 1890-1891, mais il n’a pas tardé à politiser sa révolte. La répression qui a suivi les attentats anarchistes l’a obligé, en juillet 1894 à s’exiler pour quelques mois en Belgique. Extrêmement prolixe, il a des correspondants dans le monde entier : Sébastien Faure, Pouget, Malato, Reclus, Kropotkine, Malatesta, Merlino, Nettlau, Hamon, Pelloutier, Amilcare Cipriani, les Néerlandais Cornélissen et Nieuwenhuis, les Indépendants allemands Landauer, Gumplovicz et Kampfmeyer, les militants du POSR Jean Allemane et Maurice Charnay… Bernard Lazare est un « nœud de réseau7 ». Au printemps 1896, il est suffisamment proche de Pelloutier et Pouget pour projeter avec eux de lancer un quotidien libertaire pro-syndicaliste, La Clameur, qui ne verra jamais le jour8.

  • 9  Le Page D., « De Paris à la Bretagne : Augustin Hamon », Le Mouvement social n° 160, juillet-septe (...)

15Augustin Hamon est lui aussi journaliste, et s’adonne à la sociologie ou plutôt à la psychologie sociale. Nantais établi à Paris, il a rallié l’anarchisme vers 1891-18929 et y a amené son ami Fernand Pelloutier. Exilé à Londres de juillet 1894 à février 1895, il publie à son retour un ouvrage d’enquête sociologique, Psychologie de l’anarchiste-socialiste, qui vise à réhabiliter l’anarchisme dans l’opinion publique après la vague des attentats qui a conduit la presse à ne plus en parler que sous l’angle de la criminologie.

  • 10  Lorry A., « Une lettre inédite de Fernand Pelloutier à propos du Congrès de Londres (1896) », Les (...)

16Quant à Fernand Pelloutier, il est véritablement, en 1895, l’étoile montante de l’anarchisme hexagonal. Des quatre, son adhésion est la plus récente puisqu’elle date de 1893, lorsque, quittant Saint-Nazaire pour Paris, Augustin Hamon lui a fait découvrir Bakounine10 et l’a introduit dans les milieux libertaires, lui présentant notamment Émile Pouget. En juin 1895, il est élu secrétaire de la Fédération nationale des bourses du travail (FNBT) qui, sous son impulsion, va connaître un développement et un dynamisme exceptionnels. L’œuvre qu’il va accomplir durant les six ans qu’il lui reste à vivre va marquer durablement l’anarchisme, le syndicalisme et le mouvement ouvrier en général.

  • 11  Maitron J., « Le groupe des Étudiants socialistes révolutionnaires internationalistes de Paris (18 (...)

17Ces quatre militants français, très soudés durant la période-clef 1893-1896, vont s’appuyer sur d’autres personnages influents qui partagent ponctuellement leurs vues, comme le théoricien Pierre Kropotkine, son disciple et animateur de La Révolte puis des Temps nouveaux,Jean Grave, l’Italien Errico Malatesta et surtout le groupe parisien des Étudiants socialistes révolutionnaires internationalistes (ESRI), très dynamique, et dont Jean Maitron a signalé le rôle dans la conceptualisation du syndicalisme révolutionnaire11.

Remous antiparlementaires à la gauche du socialisme européen

18Avant même leur réorientation syndicaliste de 1894-1895, certains anarchistes n’ont pas manqué d’observer avec intérêt les convulsions qui agitaient la gauche de la social-démocratie européenne. En 1892, dans son essai Nécessités et bases d’une entente, Merlino note qu’« au sein de tous les partis social-démocrates s’est formé un courant d’opposition qui vient vers nous » et appelle les anarchistes à se « séparer nettement » des individualistes, qu’il rejette dans le camp de la bourgeoisie.

  • 12  De Jong R., « Le mouvement libertaire aux Pays-Bas », Le Mouvement social, avril-juin 1973.

19Aux Pays-Bas en effet, le Sociaal-Democratische Bond (SDB) se radicalise. Au terme de son congrès de Groningue, en 1893, il se déclarera « antiparlementaire12 ».

20Au sein du SPD allemand, un courant antiparlementaire s’est développé, à travers les « Jeunes » (Jungen) du parti, parmi lesquels on trouve Gustav Landauer (21 ans à l’époque) ou Rudolf Rocker (18 ans), qui font là leurs premières armes. Exclus du parti au congrès d’Erfurt, en octobre 1891, les Jungen ont créé l’Association des socialistes indépendants. En 1893, leur organe, Der Sozialist adoptera comme sous-titre « organe pour l’anarchisme-socialisme ».

  • 13  Droz J., Histoire générale du socialisme, Paris, PUF, 1972, tome II, p. 119.

21À la même époque, le Parti socialiste suédois doit compter avec une minorité révolutionnaire et antiparlementaire animée par Hinke Bergegren et influente notamment dans les jeunesses du parti13.

  • 14  Cette évolution avait provoqué le départ d’Eleanor Marx et l’éloignement de William Morris lui-mêm (...)

22La Grande-Bretagne avait précédé le mouvement, puisque dès 1884 la Social Democratic Federation (SDF) avait connu une scission sur sa gauche, et vu naître la Socialist League (SL), mêlant marxistes et anarchistes – le charismatique leader de la SL, William Morris, équilibrant la balance. En 1888 les anarchistes avaient pris l’ascendant sur la SL et son journal Commonweallk. Devenue clairement antiparlementaires, la SL a subi des défections14 et décliné, mais une nouvelle force est apparue sur la gauche de la social-démocratie : l’Independant Labour Party (ILP) avec Keir Hardy et Tom Mann.

  • 15  Masini P. C., Storia degli anarchici italiani da Bakunin a Malatesta, Milano, Rizzoli, 1973, cité (...)

23En Italie, la situation est plus complexe, puisque les différentes fractions socialistes et anarchistes sont issues d’une même matrice libertaire : la section italienne de la Première Internationale, désagrégée en 1880. Cependant la séparation définitive entre anarchistes et socialistes, opérée en France dès 1880, n’intervient en Italie qu’en août 1892, au congrès de Gênes du Parti des travailleurs italiens (PLI), quand la majorité social-démocrate pousse la minorité libertaire vers la sortie. Les anarchistes italiens se retrouvent donc sans parti structuré mais continuent d’influencer une frange du socialisme restée rétive à un virage qualifié de « légalitaire15 ».

  • 16  Winock M., « La scission de Châtellerault et la naissance du parti « allemaniste » (1890-1891) », (...)

24En France, la remise en cause du « légalitarisme » se manifeste avec la fondation, en 1891, du Parti ouvrier socialiste révolutionnaire (POSR) dont l’ancien Communard Jean Allemane est le champion16. Farouchement ouvriéristes, les allemanistes, tout en restant dans la course électorale, cherchent une voie révolutionnaire alternative au parlementarisme et jettent leur dévolu sur le syndicalisme et la grève générale.

25En 1893, le POSR se pose comme le plus important des cinq courants du socialisme, les autres étant les guesdistes, les blanquistes, les possibilistes et les « indépendants », nébuleuse parlementaire composée de réformistes comme Millerand, Viviani ou Jaurès.

  • 17  La Revue bleue, n°6, 8 août 1896.

26À ces cinq courants, il faudrait en ajouter un sixième, qui est l’anarchisme. Cependant, depuis 1880, une ligne de démarcation le sépare des autres socialismes : la non-participation aux institutions bourgeoises. Les allemanistes, qui sont de sensibilité antiparlementaire, évoluent bien près de cette ligne de démarcation. N’y aurait-il pas moyen de les faire basculer franchement de l’autre côté ? Pour Pelloutier qui, à la Fédération des Bourses, est entouré d’allemanistes avec lesquels il entretient les meilleures relations, les choses sont claires : ils sont, en France, le « maillon faible » du socialisme parlementaire. Constatant le chemin parcouru par le POSR depuis sa création en 1891, il le voit bien plus proche des libertaires que des politiciens. Bientôt il le qualifiera carrément de « pépinière de l’anarchie17 ».

  • 18  Le Père Peinard, 7 mai 1893.

27L’évolution du POSR n’a pas non plus échappé à Émile Pouget. Dès 1893, narrant les échauffourées du 1er mai avec la police, il décerne « un bon point aux allemanistes : autant les guesdistes et les larbins de Brousse ont été capons, autant eux ont montré du nerf. […] Allons, les gars, encore un pas en avant et vous serez tout à fait anarchos…, faites pas vos mijaurées, foutre ! Bon gré mal gré, si vous avez de la moelle et pas d’ambition, vous y viendrez ! 18 ».

Première étape : anarchistes et antiparlementaires solidaires au congrès international de Zurich (1893)

28L’idée d’une fusion possible entre les anarchistes et la gauche du socialisme trouve en fait son véritable point de départ dans le rapprochement observé au congrès socialiste international de Zurich, tenu du 6 au 12 août 1893.

29Les anarchistes français n’y ont pas été pour grand-chose. Après avoir boudé le Congrès socialiste international de Paris en 1889 et celui de Bruxelles en 1891, ils se sont abstenus d’aller à celui de Zurich en août 1893. C’est en fait le SPD qui va pousser une partie des socialistes dans leurs bras, en chassant du congrès Wilhelm Werner et Gustav Landauer, deux délégués des Indépendants allemands.

  • 19  Le Temps, 9 août 1893.

30L’expulsion des Indépendants, au milieu d’un tumulte considérable, divise le congrès de Zurich, et divise la délégation française. Si les guesdistes font bloc derrière leurs mentors allemands, allemanistes et blanquistes s’opposent à l’exclusion des« hérétiques qu’on prétend excommunier », pour reprendre l’expression d’un jeune délégué d’Amsterdam, Christian Cornélissen. « Toutes les fractions qui englobent le prolétariat ont droit à une égale tolérance », s’est-il écrié19. Des libertaires présents dans les délégations britannique (Charles Mowbray) et italienne (Pietro Gori) ont également protesté avec véhémence.

31Suite à l’exclusion des Indépendants allemands, 50 délégués sur 500 environ quittent la salle. À partir du 11 août, ils tiennent un congrès séparé dans la salle du Plattengarten. Anarchistes, socialistes indépendants et antiparlementaires se trouvent donc pour la première fois réunis.

  • 20  Wedman H., « Christian Cornélissen (1864-1943) », Les Temps maudits n° 5, mai 1999.
  • 21  Miéville A., Antonioli M., Anarchisme & Syndicalisme, Le Congrès anarchiste international d’Amster (...)
  • 22  Le Parti ouvrier, 10-11 août 1893.

32À Zurich se trouvent alors également Fernand Pelloutier (en observateur) 20 et Jean Allemane. Ce dernier a été littéralement écœuré par le sectarisme du SPD et de ses affidés guesdistes. Il a passé beaucoup de temps avec les antiparlementaires hollandais. « Il s’agissait chez lui littéralement d’une conversion, se souviendra plus tard Cornélissen : d’un passage, sinon carrément à l’anarchie, du moins à l’aile gauche des “socialistes indépendants” 21 ». À son retour à Paris, il écrira un édito saignant contre « les marxistes » dans l’organe du POSR, Le Parti ouvrier. Un autre militant en vue, Maurice Charnay, évoquant avec colère la position du SPD sur la guerre, estimera lui qu’il faut « se séparer nettement de ces comédiens du socialisme22 ».

  • 23  Le Temps, 12 août 1893.

33C’est au Plattengarten que Domela Nieuwenhuis formule pour la première fois que « la fusion de tous les éléments révolutionnaires est possible23 ». Il militera désormais dans le sens d’une convergence entre anarchistes et socialistes révolutionnaires.

  • 24  Miéville A., Antonioli M., Anarchisme & Syndicalisme…, op. cit., p. 128.

34Cette assemblée du Plattengarten, qui sera parfois considérée comme le « premier congrès anarchiste international24 », va stimuler l’imagination de quelques militants.

35Parmi eux, Bernard Lazare.

  • 25  Lazare B., « L’entente possible et l’entente impossible », La Revue anarchiste n°1, 15-31 août 189 (...)

36Quelques jours après Zurich, il appelle, dans La Revue anarchiste25, à la constitution d’un « grand parti révolutionnaire international antiparlementaire et anti-étatiste ». Sur quelles forces s’appuierait-il ? Lazare s’explique :

  • 26  Confusion ici de Lazare : à cette date cela fait plusieurs années que Morris n’est plus membre de (...)
  • 27  Les anarchistes étaient, par exemple, influents dans la corporation des tailleurs, avec Charles Mo (...)

« Ces groupes, on les connaît. C’est le parti ouvrier hollandais tout entier […]. Ce sont les socialistes indépendants d’Allemagne […]. C’est la Socialist League de William Moriss [sic] 26, c’est aujourd’hui d’importantes associations des trade-unions27, […] la masse des anarchistes espagnols, les anarchistes américains, les anarchistes italiens, les groupements nombreux de communistes anarchistes en langue juive […]. »

37L’idée va avoir de l’écho. Dès novembre 1893, Der Sozialist, l’organe des Indépendants, traduit l’article de Lazare.

  • 28  Lettre citée dans Oriol Ph., op. cit, p. 146.

38Malatesta et Merlino s’associent alors à lui pour rédiger un projet d’appel à la formation d’un « grand parti international ». En novembre 1893, Lazare le soumet à Nieuwenhuis et à Cornélissen, du SDB, en les assurant que leurs idées sur l’entente entre socialistes révolutionnaires et anarchistes sont, en France,« celles de beaucoup d’entre nous28 ». Lazare espère gagner à cet appel, outre celles des Hollandais, les signatures de Werner, de Landauer et de Gumplowicz (Indépendants allemands), de Jean Allemane (POSR français) et de Luigi Molinari.

39L’entreprise est interrompue après l’attentat de Vaillant et le vote précipité, en décembre 1893, des premières « lois scélérates ».

  • 29  La Société nouvelle nº 113-114, Bruxelles, mai-juin 1894.

40L’idée reste cependant en suspens, et Nieuwenhuis l’évoque dans un des articles emblématiques de sa rupture avec la social-démocratie, « Le socialisme en danger ? », publié en mai-juin 1894 dans la revue bruxelloise La Société nouvelle29.

« Au lieu d’être des antithèses incompatibles, écrit-il, le socialisme révolutionnaire et l’anarchisme peuvent […] coopérer. Les socialistes révolutionnaires, avec les anarchistes-communistes si possible, doivent diriger la lutte des classes, organiser les masses et utiliser les grèves comme leur moyen de pouvoir politique, au lieu d’user leurs forces dans la lutte politique. Laissons la politique aux politiciens. »

41Le congrès de Zurich a donc initié une clarification, grâce au SPD et à ses zélateurs français qui ont voulu proscrire du socialisme non seulement les anarchistes, mais tous les partisans de l’action directe et de la grève générale. Ces derniers envisagent à présent la meilleure façon de s’unir pour rendre à la social-démocratie la monnaie de sa pièce.

42C’est à Nantes, en septembre 1894, que le premier revers va lui être infligé.

43À la Fédération des bourses du travail, Fernand Pelloutier pense pouvoir utiliser l’antiguesdisme de ses amis allemanistes pour éliminer les politiciens, non pas du socialisme – l’objectif eût été hors de portée – mais du syndicalisme.

Deuxième étape : Bérézina guesdiste au congrès syndical de Nantes (1894)

44Fernand Pelloutier, de même que son aîné Pouget, avait suivi de près la radicalisation des syndicats ouvriers depuis 1892. Le succès de l’idée de grève générale dans les milieux syndicaux y avait fragilisé les positions guesdistes jusque dans la Fédération nationale des syndicats (FNS) pourtant sous leur tutelle. Il s’agissait à présent d’enfoncer le clou.

45Le congrès syndical de Nantes, tenu en commun par la Fédération des bourses et la FNS, va être la Bérézina du POF.

46Profitant de ces assises, c’est Fernand Pelloutier, à ce moment-là secrétaire adjoint de la FNBT, qui prend la tête de l’offensive antiguesdiste. Les débats se concluent sur leur plus complète défaite : l’objectif de grève générale est à nouveau proclamé et la FNS programme la fondation, l’année suivante, d’une nouvelle structure, indépendante de tout parti politique. Mis en minorité, les guesdistes quittent la salle. L’année suivante, au congrès de Limoges, la FNS impulsera la Confédération générale du travail.

47La déroute des guesdistes au congrès de Nantes a mis Fernand Pelloutier sous les feux de la rampe. C’est désormais un militant d’envergure nationale, aussi bien dans les milieux syndicalistes qu’anarchistes.

48En juin 1895, au congrès de Nîmes, il est élu secrétaire de la Fédération des bourses.

49Quelques semaines plus tard, il fait paraître dans les Temps nouveaux du 6-12 juillet 1895 un article audacieux – la rédaction ne manquera d’ailleurs pas de s’en démarquer –, dévoilant sa vision stratégique. Pour lui, le socialisme est à la veille d’une recomposition générale qui dégagera deux camps : d’un côté le socialisme libertaire (anarchistes, allemanistes, syndicalistes), de l’autre, le socialisme autoritaire (guesdistes, possibilistes, blanquistes, « indépendants »).

50Dans cet article capital, intitulé « La situation actuelle du socialisme », Pelloutier souligne :

« L’évolution du parti allemaniste, venu de la théorie possibiliste au communisme révolutionnaire, et qui, après en avoir tant fourni aux anarchistes, renferme encore tant d’esprits dégagés de toute opinion gouvernementale. Ce groupement, après s’être convaincu de l’inefficacité des réformes législatives, commença par mettre en pratique ce conseil de l’Internationale : que le suffrage universel, étant illusoire comme moyen d’émancipation, ne soit considéré et utilisé que comme moyen d’agitation ; puis, songeant qu’au cas même où le parti socialiste parviendrait à obtenir la majorité au Parlement, le pouvoir ne lui écherrait pas aussi facilement que le prétend M. Guesde, il rechercha un moyen d’appuyer l’occupation socialiste du gouvernement, dès qu’elle se produirait, et, trouvant la grève générale, l’accepta d’enthousiasme ; enfin, désabusé sur les résultats mêmes des agitations électorales (plus propres à éteindre qu’à attiser l’ardeur révolutionnaire), […] il s’est séparé des parlementaires et se trouve aujourd’hui plus loin d’eux que des libertaires. […] Sans doute, le gros du parti est encore loin de la lumière, mais cette lumière ne le blesse plus, et c’est l’essentiel. […] À côté du parti allemaniste, il y a la majeure partie des organisations ouvrières, un millier environ de syndicats, presque toutes les Bourses du travail, sauf une dizaine, et la plupart des fédérations nationales de métiers, celles des chemins de fer, du bâtiment, de la métallurgie, des verriers, etc. La scission, inverse de celle opérée au Congrès de Zurich (1893), qui se produisit l’année dernière au Congrès de Nantes, ne fut point, comme toutes celles qui se sont produites depuis une quinzaine d’années dans le parti socialiste, une simple scission d’écoles ; elle fut surtout une scission de doctrines, la minorité s’inféodant plus résolument que jamais au parlementarisme et à l’État caporal, tandis que la majorité se déclarait sceptique à l’endroit des réformes législatives, de la conquête des pouvoirs publics et du système collectiviste et s’affirmait par actes, sinon par paroles, communiste et révolutionnaire. […] Enfin, à côté du parti allemaniste et des organisations, syndicales, affranchis désormais du joug marxiste, voici l’élément communiste libertaire, dont l’ambition est aujourd’hui (et, soit dit en passant, aurait dû toujours être) de poursuivre l’œuvre de Bakounine et de se consacrer à l’éducation des syndicats. […] Il n’y a donc plus aujourd’hui que deux partis très distincts : le parti parlementaire, plus gros de chefs que de soldats […] ; le parti révolutionnaire, convaincu que la question sociale étant tout économique, l’affranchissement viendra par la résistance à l’oppression économique, sous la forme d’une grève gigantesque nécessairement violente. Il ne nous reste plus qu’à souhaiter rapide l’engagement final. »

51Mais sans attendre cet engagement final, il est possible de pousser l’avantage obtenu au congrès de Nantes, et de propager à l’échelon international la scission entre socialisme et syndicalisme.

52Cette nouvelle bataille, elle va être livrée au congrès socialiste international de Londres, en août 1896. Mais cette fois, Pelloutier n’agira pas en franc-tireur. Il espère bien entraîner dans l’aventure ses camarades anarchistes.

53La leçon de Zurich a été retenue.

Troisième étape : coalition allemano-libertaire au congrès international de Londres (1896)

  • 30  Les Temps nouveaux, 13 avril 1907.
  • 31  Arch. PPo BA/1216, cité dans Julliard J., Fernand Pelloutier…, op. cit., p. 129.
  • 32  Comprendre « la politique parlementaire ».

54Les quelques mois qui précèdent le congrès de Londres sont une phase d’intense collaboration entre anarchistes et allemanistes. À cette époque, écrira plus tard Marc Pierrot, « il n’y avait guère entre les uns et les autres qu’une différence d’étiquettes30 ». Au printemps 1896, Lazare, Pelloutier, Pouget et Allemane vont jusqu’à travailler ensemble à la parution d’un quotidien, La Clameur31. L’annonce, qui en est faite dans La Sociale du 5 avril 1896, présente le journal à naître comme « catégoriquement libertaire » et il « démontrera […] que la politique32 est la négation du socialisme ». La Clameur ne verra pas le jour pour des raisons financières. Les quatre militants travaillent néanmoins de concert sur la préparation du congrès de Londres.

  • 33  L’Action sociale, 15 février 1896, cité par Julliard J., op. cit., p.138.

55Les guesdistes n’en ignorent rien et se préparent de même. Dans chaque camp, tout le monde sait, en effet, que ce qui se prépare à Londres, c’est la revanche sur Zurich. Dès février, Pelloutier n’avait pas hésité à l’écrire publiquement dans L’Action sociale, le journal de Bernard Lazare33 :

  • 34  Comprendre : « refusé la bienveillance, l’amnistie, le pardon » (Larousse, Grand Dictionnaire univ (...)

« Pour nous, libertaires, le but à atteindre, c’est d’introduire dans le congrès une majorité d’hommes dont le mandat ne puisse être contesté. Le moyen d’y réussir, c’est d’obtenir la délégation de groupes corporatifs existants […]. Les syndicats qui, en 1894, ont exclu du congrès de Nantes l’état-major guesdiste, qui à Limoges ont acclamé pour la seconde fois la grève générale et refusé l’aman34 à quelques marxistes honteux sauront débarrasser l’Europe – après s’en être débarrassés eux-mêmes – d’une fraction d’autant plus insupportable qu’elle est sans force réelle. »

56Mais pousser les syndicats contre les sociaux-démocrates n’est pas le seul but. Les libertaires comptent bien que, comme à Zurich, le sectarisme de ces derniers va excéder les socialistes d’autres obédiences. La division ainsi créée fera, au mieux, basculer certaines fractions socialistes du côté des libertaires, et, au pire, perturbera les travaux du congrès au point d’en annihiler la portée.

57Pour accueillir à bras ouverts ces fractions potentiellement dissidentes, un grand meeting et des conférences antiparlementaires sont, d’emblée, mis sur pied en marge du congrès socialiste général. L’organisation en est confiée, à Londres, à un comité animé par Errico Malatesta.

  • 35  Lorry A., « Une lettre inédite de Fernand Pelloutier… », op. cit.

58Le gros du travail mené par Pouget, Pelloutier, Malatesta et Hamon, les mois précédant le congrès, est de contacter des syndicats d’orientation grève-généraliste pour leur proposer de se faire représenter à Londres par des camarades connus pour leurs opinions anti-autoritaires. Cette façon de faire est courante à l’époque. En mars, Pelloutier écrit à Christian Cornélissen pour lui détailler l’avancement des préparatifs35 :

  • 36  Comprendre « antiguesdistes ».

« De mandats de syndicats anti-marxistes36, je puis recueillir presque autant qu’on en voudra, et comme il faut que ces mandats soient répartis dans le plus grand nombre de mains possible, je suis entré en relations avec le Comité anarchiste de Londres qui nous fournira tous les délégués nécessaires. J’espère arriver à constituer ainsi une délégation française d’au moins 50 membres – et nos camarades du Parti ouvrier (dit allemaniste) agiront de leur côté sur les groupes dont ils font partie ».

  • 37  Selon un rapport de police, il se voit attribuer un mandat du Comité de la grève générale sous le (...)
  • 38  Un rapport de police les tient pour anarchistes (AN F7/12494).

59Et c’est bien ainsi que les choses vont se passer. Un fort contingent d’anarchistes participera au congrès de Londres, soit qu’ils soient couverts par un mandat syndical comme Malatesta, Grave, Parsons, Maria Corn, Lorcin, Hamon, Guérineau, Pouget et Paul Reclus37, soit qu’ils détiennent carrément un mandat du POSR, comme l’Espagnol Francisco Ferrer, le Dr Pierrot, Léon Rémy, Agresti et l’Anglais James Tochatti. Finalement, les anarchistes représentant réellement leur syndicat seront une minorité : Rémy Thierrart, de Reims, Rodolphe Simon, de Lyon38, Tortelier, Delesalle et Dubois de Paris, et enfin Pelloutier pour la Fédération nationale des bourses du travail.

  • 39  Oriol Ph., Bernard Lazare, op. cit., p. 150.

60Bernard Lazare ne sera pas délégué, car il suivra le congrès pour le quotidien L’Écho de Paris39.

61Du côté des guesdistes, la « course aux mandats » bat également son plein. En séance, ils recevront l’appui de quatre socialistes indépendants : Gérault-Richard, Jean Jaurès, Alexandre Millerand et René Viviani.

  • 40  Allemane J., « Fâcheuse Attitude », Le Parti ouvrier, 1er juillet 1896.

62Trois semaines avant l’ouverture des travaux, il est aisé pour Jean Allemane de pronostiquer l’explosion de la délégation française à Londres : « deux camps se formeront, écrit-il : d’un côté les hommes des Parlements, les “régents” ; de l’autre, les partisans de l’action populaire par la grève générale, les “égalitaires”. […] Voilà ce que l’attitude des pontifes in partibus du socialisme paraît devoir nous réserver » 40.

63Les prévisions d’Allemane se révéleront plus qu’exactes. Le congrès de Londres va effectivement être le plus chaotique des congrès de la IIe Internationale.

  • 41  Le Temps, 30 juillet 1896.

64Quand, le matin du 27 juillet, l’immense salle de spectacle du Queen’s Hall s’emplit peu à peu de près de 800 délégués venus des deux mondes, deux grandes travées restent vides : celles des Français. Le POF et les socialistes indépendants sont en train de se rendre compte avec horreur qu’au sein de la délégation hexagonale ils sont minoritaires face aux anarchistes et aux allemanistes. Dans l’antichambre du congrès, les guesdistes sont déjà sur le point d’en venir aux mains ! La situation n’échappe pas au reporter du Temps qui juge que « la discussion leur échappe et la direction du débat passe tout entière au délégué anarchiste Émile Pouget […]. » Et de conclure : « C’est l’anarchiste Pouget qui a dirigé constamment les débats de la délégation française au congrès de Londres et qui est parvenu à faire voter l’admission des anarchistes à deux voix de majorité41. »

65L’admission des anarchistes dans la délégation française étant actée, reste à convaincre le bureau du congrès, tenu par la SDF. Pressentant que la partie n’est pas gagnée, les anarchistes distribuent dans les travées un manifeste signé de Malatesta et Hamon, protestant par avance de leur possible exclusion. Ils y affirment l’appartenance indéfectible de l’anarchisme au socialisme et se paient même le luxe de se poser comme plus fidèles à l’esprit de Marx que l’Église marxiste officielle :

« Quel homme de bonne foi et bien renseigné oserait soutenir que nous ne sommes pas des socialistes ? […] Avec bien plus de raison on pourrait proclamer que nous sommes les socialistes les plus logiques et les plus complets puisque nous réclamons pour chacun non seulement sa part entière dans la richesse sociale, mais encore sa part dans le pouvoir social […]. Nous sommes donc des socialistes. Par suite, il est clair qu’un congrès dont nous serions exclus ne pourrait pas s’appeler, honnêtement, congrès international socialiste des travailleurs. […] Que, si les social-démocrates veulent persister dans leur tentative d’embrigadement et semer ainsi la division entre les travailleurs, puissent ceux-ci comprendre et faire triompher la grande parole de Marx : Travailleurs du monde, unissez-vous ! »

66Au bout du compte, le congrès de Londres est un fiasco, ce que ne manqueront pas de signaler tous les journalistes y ayant assisté. L’essentiel du temps y aura été gaspillé en invectives et en manœuvres procédurières pour faire expulser les anarchistes, dans un désordre impressionnant. La social-démocratie européenne y est apparue autoritaire, condescendante pour les syndicats, dénuée d’idées avancées et surtout terriblement inféodée au SPD allemand. Les quelques résolutions présentées y ont été expédiées presque sans débat. Les anarchistes ne sont finalement pas expulsés du congrès, mais le congrès adopte une résolution les excluant pour les congrès suivants.

  • 42  Barrat A., « Résumé de ce qui s’est passé à Londres d’après La Petite République », Le Parti ouvri (...)

67Le mouvement socialiste revient donc de Londres divisé et plein d’amertume. Les allemanistes, qu’à présent les guesdistes qualifient d’« allemanarchistes », y allaient pour régler leurs comptes. Ils n’ont pas été déçus. Au lendemain du congrès, leur quotidien, LeParti ouvrier, se déchaîne contre les « grrrands manitous Guesde, Millerand et Jaurès », avec des accents antibourgeois et antiparlementaires qui sont quasiment ceux du Père Peinard42.

68Mais laissons parler Augustin Hamon, qui fait un bilan dans Les Temps nouveaux du 20 août 1896 :

« Toutes ces manipulations et modifications de la vérité, tous ces tripotages ont été vus par tous les délégués et il en est ressorti un écœurement profond chez tous ceux qui n’obéissent pas aveuglément aux socialistes bismarckiens, suivant l’heureuse expression de Keir Hardie. Les Anglais, les Belges ne cachaient pas la triste impression qu’ils eurent des agissements malhonnêtes et autoritaires des Allemands. Quelques Suisses et Italiens même trouvèrent que les social-démocrates dépassaient la mesure. À ce congrès, la France et la Hollande seules se dressaient, puissants adversaires de l’hégémonie social-démocrate allemande. Au prochain congrès, l’Angleterre, la Belgique seront avec nous et probablement l’Italie. […] Ces conséquences des incidents de Londres sont extrêmement heureuses et jamais les guesdistes n’ont mieux servi les antiparlementaires que dans cette occasion. […] La besogne faite à Londres est donc bonne, très bonne pour le socialisme international, malgré les divisions produites qui n’altèrent en rien le but poursuivi par les socialistes de tous les pays ».

69Ainsi, l’exclusion des futurs congrès de l’Internationale, entérinée à Londres, n’est pas vécue par les anarchistes comme une défaite. Ils ont au contraire réussi à se poser en victimes d’un « diktat », et espèrent en tirer bénéfice. Le meeting et les conférences qui se sont tenues en parallèle du congrès ont d’ailleurs permis une convergence entre anarchistes, antiparlementaires et même certains leaders de l’Independant Labour Party.

70Le 28 juillet, deux grands meetings rassemblent ainsi plusieurs milliers d’auditeurs au Holborn Town Hall et au Working’s Men Club and Institute. Le comité anarchiste et antiparlementaire de Londres y donne la parole à Keir Hardie et à Tom Mann (ILP), à Cornélissen et à Nieuwenhuis (SDB), à Landauer (Indépendants), à William Morris (ex-leader de la SL), à Allemane (POSR) et aux anarchistes Élysée Reclus, Lazare, Louise Michel, Kropotkine, Tortelier, Pietro Gori et Errico Malatesta.

  • 43  Hamon A., Le Socialisme et le congrès de Londres, P.-V. Stock, 1897. L. Rémy, P. Delesalle, Les Ré (...)

71Des débats sont également organisés trois soirs de suite au Saint Martin’s Hall, où, trente-deux ans auparavant, avait été fondée la Première Internationale. Ces conférences anarchistes et antiparlementaires rassemblent 200 à 300 auditeurs chaque soir. Outre la plupart des orateurs déjà cités, on y retrouve l’éventail allant de l’anarchisme à la gauche du socialisme : des libertaires, anciens de la Socialist League : Mowbray, Nicoll et Tochatti ; Andrew C. Burn (ILP) ; Gumplowicz et Alfred Sanftleben (Indépendants allemands) ; Eugène Guérard (POSR) ; les anarchistes Tcherkessoff, Hamon, Pelloutier, Pouget et Léon Parsons de L’Art social43.

72Avec le congrès de Londres, les anarchistes ont donc tiré le meilleur de ce qu’ils pouvaient espérer depuis une situation minoritaire : ils ont attiré la social-démocratie dans un piège où elle a sauté à pieds joints ; ils ont mis à nu l’incompréhension des députés Gérault-Richard, Jaurès, Millerand et Viviani pour le mouvement syndical ; ils ont fait front commun avec la gauche du socialisme européen (POSR, SBD, ILP).

73Mais par-dessus tout, ils ont confirmé la scission entre le syndicalisme et le socialisme.

74Plus que toute autre, cette année 1896 a donc été celle du rapprochement entre anarchistes et socialistes de gauche. Cette stratégie a été remarquée par divers observateurs et a suscité quelques commentaires.

  • 44  Golberg M., « Dieu Pelloutier et Hamon son prophète », La Renaissance, 29 février 1896.

75Les individualistes y ont vu une trahison des principes. Quelques mois avant le congrès, Mecislas Golberg a d’ailleurs, dans le journal individualiste La Renaissance, accusé Pelloutier et Hamon d’entraîner l’anarchisme dans une collusion avec la « fraction la plus bête du socialisme » : les allemanistes. « Tous sentent que quelque chose craque dans le bas du socialisme et dans le haut de l’anarchisme » écrit-il. « Le parti d’entente est définitivement formé sur les bases suivantes : 1° l’anti-parlementarisme, 2° l’action syndicale.44 »

  • 45  AN F7/12494, rapport de police du 29 juillet 1896.

76D’autres cercles anarchistes observent au contraire avec un vif intérêt ce rapprochement. Le 28 juillet, alors que les débats de Londres battent leur plein, une réunion anarchiste à laquelle participent notamment Henri Beylie et Eugène Renard se félicite de cette association avec le POSR. Ils voient déjà Allemane et une partie de ses troupes passer complètement dans leur camp. « Précieuse recrue », dit Beylie d’Allemane, imaginant qu’avec de tels militants, l’anarchisme va gagner en cohésion et en discipline45.

  • 46  Rémy L., Les Révolutionnaires au congrès de Londres, suivi de P. Delesalle, Conférences anarchiste (...)

77De leur côté, les ESRI se font un plaisir de souligner, dans leur bilan du congrès, que le Vorwärts, organe du SPD, a dénoncé conjointement les anarchistes et les socialistes antiparlementaires, « leurs frères qui les valent bien46 ».

  • 47  La Petite République, 9 août 1896.

78Jean Jaurès analyse, lui, que l’anarchisme « est en pleine transformation. Il est visible qu’il répudie de plus en plus, non seulement la propagande par le fait, mais l’action individuelle. Il regrette les éléments individualistes, et il est bien près de changer même de nom : il s’appelle de plus en plus communisme anarchiste, ou communisme libertaire ou même simplement communisme antiparlementaire. Il entre dans les organisations syndicales, il accepte les délégations, la représentation dans les congrès. » Comme les individualistes, le député de Carmaux veut y voir un début de « normalisation » de l’anarchisme : « Un pas de plus, écrit-il, et il acceptera la représentation dans les Parlements et, sous l’inspiration d’hommes comme Hamon et Bernard Lazare, il ne sera plus qu’une protestation dans le socialisme même, contre ce que le socialisme marxiste paraît avoir à quelques-uns de trop autoritaire et étroit47. »

  • 48  La Revue socialiste n°139, 15 Juillet 1896.

79Quant au journaliste Georges Renard, de la Revue socialiste, il trouve incongrus et agaçants ces « MM. Hamon, Pelloutier et Lazare et bien d’autres qui se donnent ou acceptent l’appellation hybride et équivoque de socialistes-anarchistes48 ».

La crise du socialisme antiparlementaire et l’épuisement d’une stratégie (1896-1900)

80Pour ces « socialistes-anarchistes », « communistes anarchistes » ou « communistes libertaires » désireux de rénover l’anarchisme et de recomposer le socialisme, il reste une dernière étape à franchir, et elle ne sera pas la moins délicate.

81Après Zurich, Nantes et Londres, qui ont été des congrès de délimitation, il s’agit à présent de convoquer le congrès de fondation d’une internationale antiparlementaire, rassemblant anarchistes et socialistes de gauche. Dès le lendemain du congrès de Londres, on sait que ce sera en 1900, année de l’Exposition universelle de Paris. La CGT et la Fédération des bourses ont annoncé qu’elles organiseraient chacune son congrès national et un congrès international à cette date. De son côté, la IIe Internationale a également choisi 1900 pour tenir congrès à Paris.

82Il reste donc quatre années avant d’atteindre cette ultime étape du rapprochement entre anarchistes et socialistes antiparlementaires. Dans ce laps de temps, la stratégie de rapprochement menée par les anarchistes va s’épuiser, et le congrès de 1900 sera un échec. Pour quelles raisons ?

  • 49  Lorry A., « Une lettre inédite de Fernand Pelloutier… », op. cit.

83Des raisons doctrinales tout d’abord : les courants communiste anarchiste et socialiste révolutionnaire n’ont pas réussi à s’accorder sur le plan théorique. On se souvient que, dès l’automne 1893, Lazare, Malatesta et Merlino avaient tenté de lancer un appel à la formation d’un « grand parti international ». La tentative avait été interrompue par la répression. Mais dès la fin 1895, l’équipe Pelloutier, Hamon, Lazare et Cornélissen avait remis l’ouvrage sur le métier. En vue du congrès de Londres, Cornélissen avait rédigé la trame d’un manifeste international que Lazare avait communiquée à Allemane et Pelloutier. Ce manifeste, trop long, trop peu consensuel dans sa partie constructive – la société future –, avait été écarté par Lazare et Pelloutier49. Par la suite, il n’y eut pas d’autre tentative. Anarchistes et socialistes antiparlementaires ne parviennent donc pas à opérer une synthèse programmatique au-delà de leur rejet de la social-démocratie. Première difficulté.

  • 50  Le Page D., « De Paris à la Bretagne : Augustin Hamon », op. cit.,

84Deuxième difficulté : le petit groupe de militants soudés qui a orchestré cette stratégie depuis 1893 se désagrège. En janvier 1897, Merlino se rallie à la tactique parlementaire, ce qui provoque une controverse avec Malatesta. Bernard Lazare jette un froid en imitant Merlino. Par ailleurs, depuis 1896, il est accaparé de façon croissante par l’Affaire Dreyfus, dont il va être un des pionniers. Fin 1898, c’est Augustin Hamon qui se discrédite en laissant paraître un article antisémite dans la revue bruxelloise L’Humanité nouvelle dont il est responsable, alors que l’Affaire Dreyfus bat son plein50. Mais c’est surtout la personnalité de Pelloutier qui fait défaut. À partir de l’automne 1898, l’homme de la Fédération des bourses, qui joue un rôle pivot entre l’anarchisme et l’allemanisme, est de plus en plus diminué par la maladie. En septembre 1900, le congrès de la FNBT l’épuise. Il fera une dernière apparition à Paris le 18 septembre, dans une réunion préparatoire du congrès antiparlementaire, puis rentrera chez lui, à Sèvres, d’où il ne sortira plus. Bien que signataire de l’appel au congrès de Paris, il ne pourra donc seconder sérieusement Pouget dans sa préparation.

85Mais la troisième difficulté – et cause principale de l’échec du congrès de 1900 – réside dans la résorption des courants socialistes antiparlementaires, que ce soit en Hollande, en Allemagne ou en France.

86En Hollande pour commencer, la SDB a disparu du paysage. Après avoir renoncé à l’électoralisme en 1893, l’organisation a rectifié son tir dès 1898, et décidé de participer aux élections à des fins d’agitation, dans un style proche de celui du POSR français. Cela a entraîné la scission d’une fraction du parti qui, entre-temps, était devenue nettement anarchiste, derrière Domela Nieuwenhuis et Christian Cornélissen. Moribonde, la SDB s’est bientôt résignée à se fondre dans le Parti ouvrier social-démocrate. En France, la presse guesdiste a aussitôt annoncé triomphalement la « fin de l’anarchisme aux Pays-Bas ».

  • 51  Avrich P., « Gustav Landauer », in L’Humanisme libertaire, avril 1975.

87En Allemagne également, les Indépendants ont périclité. Sans cesse en butte au harcèlement policier et aux calomnies du SPD, ils se sont peu à peu repliés sur eux-mêmes. Leur journal, Der Sozialist, poursuivi par la censure impériale, a adopté un ton de plus en plus philosophique et abstrait, et a perdu son lectorat populaire51. Il a finalement cessé de paraître en 1899 tandis que son principal animateur, Gustav Landauer, évoluait vers une forme d’anarchisme quiétiste inspiré de Tolstoï. Les anarchistes communistes ont pris la relève des Indépendants à bout de souffle, en lançant, en 1897, le journal Neues Leben. Ils fonderont en 1901 la Anarchistische Föderation Deutschlands (Fédération anarchiste d’Allemagne, AFD) mais, en attendant, le mouvement allemand est incapable de s’investir dans la préparation du congrès international antiparlementaire. Même si des délégués d’outre-Rhin sont présents à Paris, l’absence de contribution écrite de leur part est flagrante.

  • 52  Julliard J., Fernand Pelloutier…, op. cit., p. 176.
  • 53  Pouget E., « Les congrès de 1900 », Le Journal du peuple, 8 mars 1899.

88En Grande-Bretagne, Pelloutier a continué à espérer une évolution révolutionnaire d’une partie des trade-unions52. Mais l’ILP, que les anarchistes français considèrent comme l’équivalent du POSR53, n’évolue finalement pas vers l’antiparlementarisme.

89En Italie, suite à la rupture de 1892 entre anarchistes et socialistes, les socialistes hostiles au légalitarisme se sont retrouvés, soit franchement avec les anarchistes, soit en minorité dans le PLI. Mais il n’y a pas eu d’espace pour une « troisième voie » antiparlementaire.

90En France enfin, le POSR a entamé, au lendemain du congrès de Londres, un véritable déclin. En fait les allemanistes sont progressivement écartelés entre une stratégie grève-généraliste qui les conduit à jouer un rôle moteur dans le syndicalisme, et une pratique électorale qui ne leur occasionne que des déboires.

  • 54  Il s’agissait des députés Dejeante et Groussier, et des conseillers municipaux de Paris, Faillet e (...)

91Pendant une première période, le POSR a fait montre d’une véritable intransigeance : en 1891, il s’est fondé sur le rejet des alliances électorales interclassistes ; en 1893, ses députés ont refusé de siéger dans le groupe socialiste à l’Assemblée nationale avec des bourgeois comme Millerand ; en mars 1896, au terme de la « crise des élus », la fédération parisienne du parti préfère « démissionner » quatre de ses élus54 qui refusaient la discipline, et notamment de reverser leurs indemnités d’élus au parti ; en mai de la même année, le POSR boude le banquet des municipalités socialistes convoqué par les millerandistes à Saint-Mandé. Parallèlement à ces marques de mépris pour les calculs politiciens et la bienséance parlementaire, les allemanistes ont impulsé la Fédération des bourses du travail en 1892 et fait front commun avec les anarchistes à Zurich, à Nantes, à Limoges et à Londres.

  • 55  Les socialistes Élysée Lassalle et Albert Poulain ont en effet été élus députés des Ardennes en 18 (...)

92Mais la « crise des élus » a, dès mars 1896, annoncé la fin de cette période « héroïque », et les revers se sont enchaînés. Lors d’une législative partielle, Dejeante et Groussier ont été réélus sur leur nom au Palais-Bourbon, contre les candidats investis par le POSR. Les municipales de mai 1896 ont été un échec pour le parti. Les législatives de mai 1898 ne lui ont laissé qu’un unique député (contre 6 en 1893). Il faut dire qu’entre-temps, en 1897, échaudée par la « crise des élus », la puissante fédération des Ardennes, la deuxième du POSR après la Région parisienne, a fait sécession, ses chefs ne voulant pas voir leurs ambitions électorales personnelles contrariées par l’intransigeance allemaniste55. Dans le même temps, plusieurs fédérations départementales – l’Yonne, l’Aisne, le Doubs – ont pris leur autonomie à l’égard du parti.

93C’est ainsi que, tandis que le POSR accumule les déconvenues avec ses élus, ses militants ouvriers sont aspirés par la dynamique ascendante du syndicalisme. Le POSR se balkanise et n’est bientôt plus en mesure de tenir ensemble ses tendances centrifuges. En septembre 1897, il réunit son ultime congrès. Par la suite il n’aura plus jamais les moyens de tenir d’assises nationales. Confrontés à cette déliquescence, les dirigeants du parti, Lavaud et Allemane, ont sans doute pensé que l’unité socialiste était la seule issue pour assurer la survie de leur courant.

94L’automne 1898 voit donc le POSR opérer un retournement d’alliance sur fond d’Affaire Dreyfus.

  • 56  Steens A., « Des révolutionnaires », La Revue blanche, octobre 1898.

95Au début de l’année 1898, les allemanistes faisaient front commun avec les anarchistes pour attaquer les antisémites, moquant la frilosité des guesdistes et des blanquistes. En octobre 1898 encore, ils forment ensemble une « Coalition révolutionnaire » pour lutter contre les nationalistes. L’anarchiste Achille Steens écrit alors du POSR, dans la Revue blanche : « Il est trop près de l’anarchie pour n’y point sombrer. Sa haine du parlementarisme lui en ouvre tout béant le gouffre 56. »

96C’est pourtant durant ce même mois d’octobre que le POSR, après son fiasco aux législatives, décide de constituer, avec les autres courants socialistes, un « Comité de vigilance » dreyfusard qui sera bientôt dominé par la personnalité magnétique de Jean Jaurès.

97Alors, Coalition révolutionnaire avec les anarchistes ou Comité de vigilance avec les socialistes ? La direction du POSR donne rapidement sa préférence à la seconde option, premier pas d’un processus d’unification qui aboutira, six ans plus tard, à la fondation du Parti socialiste unifié.

  • 57  Le dépouillement du Parti ouvrier de 1893 à 1900 montre que le journal du POSR attaque régulièreme (...)

98Le congrès antiparlementaire de 1900 est donc bien éloigné des préoccupations du POSR. Son journal, Le Parti ouvrier, reste quasi muet sur cet événement. Il faut dire que, hormis en 1896, il s’était toujours gardé d’être trop fraternel envers les anarchistes57.

Une quatrième étape avortée : le congrès international antiparlementaire de Paris (1900)

  • 58  Pouget E., « Les congrès de 1900 », Le Journal du peuple, 8 mars 1899.
  • 59  Le Père Peinard, 16-30 avril 1899.

99De leur côté, les anarchistes comptent fermement sur les allemanistes pour mener à bien la dernière étape de leur projet : le congrès international antiparlementaire qui doit saper la prétention des « socialistes parlementaires de se poser, en 1900, en porte-parole du mouvement socialiste mondial58». À l’automne 1898, Nieuwenhuis, Pouget et Pelloutier cosignent donc un appel pour tenir congrès en septembre 190059. Il y est précisé que le comité d’initiative comprend des « socialistes révolutionnaires et des communistes anarchistes ». Le « congrès antiparlementaire international » – on a pris soin de ne pas l’intituler « anarchiste » – est programmé du 19 au 22 septembre, dans la foulée des congrès syndicaux… mais il évite soigneusement de poser les mêmes dates que le congrès socialiste, sans doute pour permettre au POSR ou à l’ILP de n’avoir pas à choisir entre les deux événements.

  • 60  AN F7/12494, rapport de police du 29 décembre 1898.

100Le problème, c’est que le POSR ne s’engage pas franchement. Allemane se fait désirer. En décembre 1898, il manque deux réunions du comité d’organisation du congrès antiparlementaire, qui se tiennent dans le local des ESRI60. Les libertaires sont mécontents de cette soudaine mauvaise volonté. Finalement, le POSR adhère au congrès antiparlementaire, mais il est évident que ses priorités politiques ne sont plus là.

  • 61  Pelloutier F., Le Congrès général du parti socialiste français, précédé d’une lettre aux anarchist (...)

101En fait, le vrai problème pour les libertaires, c’est l’effacement même du POSR. En décembre 1899, Pouget et Pelloutier ont assisté avec quelque dépit au congrès de la salle Japy, où les allemanistes sont apparus comme les plus pressés de réaliser l’unité socialiste ! De surcroît, hormis quelques protestations antiparlementaires et grève-généralistes, ils ont été incapables d’affirmer une ligne autonome, et se sont retrouvés la plupart du temps à la remorque de Jaurès. Le discours d’Allemane, très attendu, a été un fiasco. Pelloutier l’a souligné avec aigreur dans son compte rendu : « Que dit Allemane ? Rien. À mesure qu’il parle, le congrès tout entier manifeste sa déception. […] Du reste, les allemanistes font en ce congrès si triste mine que, désormais, chaque orateur amené à énumérer les organisations socialistes en lutte se croira le droit de passer purement et simplement sous silence le Parti ouvrier socialiste révolutionnaire. Paix donc à ses cendres61 ! »

  • 62  Bulletin des ESRI n°1, daté d’avril 1899 dans Maîtron J., Le Mouvement anarchiste en France, t. I, (...)
  • 63  Rapports du Congrès antiparlementaire international de 1900, p.200.

102Malgré tout, le congrès antiparlementaire se prépare. Initié deux ans à l’avance, il bénéficie d’une très bonne préparation et d’un engouement indéniable : 58 contributions (212 pages) rédigées depuis 10 pays sont soumises au débat. Dès les premiers mois de préparation, Christian Cornélissen dépose un texte proposant au mouvement anarchiste de rompre avec l’éparpillement et de former « une entente durable entre les groupes anarchistes et communistes révolutionnaires ». Il est appuyé par les ESRI qui rédigent pas moins de six contributions et militent pour que le congrès soit le point de départ d’une « Fédération communiste révolutionnaire internationale, englobant les groupes communistes libertaires du monde entier62 ». Deux contributions écrites émanent du POSR : la direction du parti sur la grève générale ; la section de Paris 18e invite les libertaires à poursuivre leur évolution vers l’organisation, et vantent l’usage des élections aux fins de propagande63.

  • 64  Circulaire du comité d’organisation du « Congrès ouvrier révolutionnaire international » relatant (...)

103La veille de l’ouverture des travaux, on recense à Paris des délégués de 12 nationalités différentes. C’est du jamais vu dans le mouvement anarchiste international. Mais l’État français, au dernier moment, interdit le congrès au nom des lois de 1894. Les organisateurs tentent in extremis de trouver des salles ouvertes, mais toutes sont bloquées par la police. Seul un petit groupe de délégués parvient à se réunir pour discuter de la mise sur pied d’une « entente internationale64 »… qui restera lettre morte. Et chacun doit rentrer chez soi, bredouille.

Conclusion : vers le syndicalisme révolutionnaire

104La recomposition politique, dont rêvaient Bernard Lazare et quelques autres, a achoppé sur un obstacle politique de taille : la participation aux élections et le projet de société, c’est-à-dire le rapport à l’État. La proximité des pratiques et l’hostilité commune à la social-démocratie ne suffisaient pas à effacer ces clivages pour fonder une maison commune. On constatera d’ailleurs que, lors d’épisodes ultérieurs de compagnonnage avec des socialismes de gauche – l’hervéisme entre 1906 et 1911 ou le pivertisme entre 1935 et 1939 – le clivage sera le même.

105Pour l’heure, en septembre 1900, c’en est fini de la tentative de créer un pôle socialiste anti-autoritaire alternatif à la social-démocratie. Le vent a tourné. Il faut faire évoluer la stratégie, déplacer le sujet. Le Père Peinard ne paraît plus depuis avril. Quelques jours avant le congrès antiparlementaire, le congrès CGT a confié à Émile Pouget la tâche de lancer son hebdomadaire confédéral, La Voix du peuple. Renonçant à avoir deux fers au feu, il va se mettre en réserve du mouvement anarchiste et se consacrer pleinement à la besogne syndicale. Tant pis pour le pôle socialiste anti-autoritaire. Tant pis pour le POSR moribond. Ce qui faisait le meilleur de l’allemanisme – sa foi dans l’action ouvrière et syndicale, son grève-généralisme – lui survivra à travers la CGT. Les anarchistes prendront sa relève comme force motrice du syndicalisme. Outre qu’il aura conduit l’anarchisme à clarifier son identité et sa stratégie, cet épisode n’aura donc pas été improductif pour le mouvement ouvrier.

106Le « grand parti » antiparlementaire international ne verra pas le jour. Mais, en France, les militants anarchistes tâcheront de faire endosser ce rôle à la CGT. Le syndicalisme révolutionnaire – ou, pour reprendre une expression d’Hubert Lagardelle, le « socialisme ouvrier » – deviendra alors l’alternative au socialisme d’État.

Haut de page

Notes

1  Maitron J., Le Mouvement anarchiste en France, tome I, Des origines à 1914, Paris, Gallimard, 1992.

2  Manfredonia G., L’Individualisme anarchiste en France (1880-1914), Thèse de 3e cycle, IEP de Paris, 1984.

3  Pouget é., « À roublard, roublard et demi », Le Père Peinard, octobre 1894.

4  Pelloutier F., « L’Anarchisme et les syndicats ouvriers », Les Temps nouveaux, 2 novembre 1895.

5  Manfredonia G., L’Individualisme anarchiste en France (1880-1914), Thèse de 3e cycle, IEP de Paris, 1984.

6  Bouhey V., Les Anarchistes contre la République, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2008.

7  Oriol Ph., Bernard Lazare, Paris, Stock, 2003.

8  Appel à souscription dans La Sociale du 5 avril 1896.

9  Le Page D., « De Paris à la Bretagne : Augustin Hamon », Le Mouvement social n° 160, juillet-septembre 1992, p. 104.

10  Lorry A., « Une lettre inédite de Fernand Pelloutier à propos du Congrès de Londres (1896) », Les Temps maudits n° 11, octobre 2001.

11  Maitron J., « Le groupe des Étudiants socialistes révolutionnaires internationalistes de Paris (1892-1902) : contribution à la connaissance des origines du syndicalisme révolutionnaire », Le Mouvement social, n° 46, janvier-mars 1964.

12  De Jong R., « Le mouvement libertaire aux Pays-Bas », Le Mouvement social, avril-juin 1973.

13  Droz J., Histoire générale du socialisme, Paris, PUF, 1972, tome II, p. 119.

14  Cette évolution avait provoqué le départ d’Eleanor Marx et l’éloignement de William Morris lui-même.

15  Masini P. C., Storia degli anarchici italiani da Bakunin a Malatesta, Milano, Rizzoli, 1973, cité dans M. Antony, Chronologie de l’anarchisme et des mouvements et activités utopiques et libertaires italiens, auto-édition, 2006.

16  Winock M., « La scission de Châtellerault et la naissance du parti « allemaniste » (1890-1891) », Le Mouvement social n° 75, avril-juin 1971.

17  La Revue bleue, n°6, 8 août 1896.

18  Le Père Peinard, 7 mai 1893.

19  Le Temps, 9 août 1893.

20  Wedman H., « Christian Cornélissen (1864-1943) », Les Temps maudits n° 5, mai 1999.

21  Miéville A., Antonioli M., Anarchisme & Syndicalisme, Le Congrès anarchiste international d’Amsterdam (1907), Nautilus/Le Monde libertaire, 1997, p. 24.

22  Le Parti ouvrier, 10-11 août 1893.

23  Le Temps, 12 août 1893.

24  Miéville A., Antonioli M., Anarchisme & Syndicalisme…, op. cit., p. 128.

25  Lazare B., « L’entente possible et l’entente impossible », La Revue anarchiste n°1, 15-31 août 1893. Cité dans Oriol Ph., op. cit., p. 145.

26  Confusion ici de Lazare : à cette date cela fait plusieurs années que Morris n’est plus membre de la SL.

27  Les anarchistes étaient, par exemple, influents dans la corporation des tailleurs, avec Charles Mowbray, Woolf Wess ou James Tochatti.

28  Lettre citée dans Oriol Ph., op. cit, p. 146.

29  La Société nouvelle nº 113-114, Bruxelles, mai-juin 1894.

30  Les Temps nouveaux, 13 avril 1907.

31  Arch. PPo BA/1216, cité dans Julliard J., Fernand Pelloutier…, op. cit., p. 129.

32  Comprendre « la politique parlementaire ».

33  L’Action sociale, 15 février 1896, cité par Julliard J., op. cit., p.138.

34  Comprendre : « refusé la bienveillance, l’amnistie, le pardon » (Larousse, Grand Dictionnaire universel du xixe siècle, 1866-1877).

35  Lorry A., « Une lettre inédite de Fernand Pelloutier… », op. cit.

36  Comprendre « antiguesdistes ».

37  Selon un rapport de police, il se voit attribuer un mandat du Comité de la grève générale sous le nom de Paul Guyon (AN F7/12494).

38  Un rapport de police les tient pour anarchistes (AN F7/12494).

39  Oriol Ph., Bernard Lazare, op. cit., p. 150.

40  Allemane J., « Fâcheuse Attitude », Le Parti ouvrier, 1er juillet 1896.

41  Le Temps, 30 juillet 1896.

42  Barrat A., « Résumé de ce qui s’est passé à Londres d’après La Petite République », Le Parti ouvrier, 6 août 1896.

43  Hamon A., Le Socialisme et le congrès de Londres, P.-V. Stock, 1897. L. Rémy, P. Delesalle, Les Révolutionnaires au congrès de Londres, publ. des Temps nouveaux, 1896.

44  Golberg M., « Dieu Pelloutier et Hamon son prophète », La Renaissance, 29 février 1896.

45  AN F7/12494, rapport de police du 29 juillet 1896.

46  Rémy L., Les Révolutionnaires au congrès de Londres, suivi de P. Delesalle, Conférences anarchistes, Publications des Temps nouveaux, n° 4, Paris, 1896.

47  La Petite République, 9 août 1896.

48  La Revue socialiste n°139, 15 Juillet 1896.

49  Lorry A., « Une lettre inédite de Fernand Pelloutier… », op. cit.

50  Le Page D., « De Paris à la Bretagne : Augustin Hamon », op. cit.,

51  Avrich P., « Gustav Landauer », in L’Humanisme libertaire, avril 1975.

52  Julliard J., Fernand Pelloutier…, op. cit., p. 176.

53  Pouget E., « Les congrès de 1900 », Le Journal du peuple, 8 mars 1899.

54  Il s’agissait des députés Dejeante et Groussier, et des conseillers municipaux de Paris, Faillet et Berthaut. Les élus du POSR remettaient au parti une lettre de démission en blanc.

55  Les socialistes Élysée Lassalle et Albert Poulain ont en effet été élus députés des Ardennes en 1898 sans l’étiquette POSR.

56  Steens A., « Des révolutionnaires », La Revue blanche, octobre 1898.

57  Le dépouillement du Parti ouvrier de 1893 à 1900 montre que le journal du POSR attaque régulièrement les autres socialistes, mais maintient à l’égard de ses alliés anarchistes une réserve dont on ne saurait dire si elle est bienveillante ou embarrassée.

58  Pouget E., « Les congrès de 1900 », Le Journal du peuple, 8 mars 1899.

59  Le Père Peinard, 16-30 avril 1899.

60  AN F7/12494, rapport de police du 29 décembre 1898.

61  Pelloutier F., Le Congrès général du parti socialiste français, précédé d’une lettre aux anarchistes, Paris, P.-V. Stock, 1900, page 43.

62  Bulletin des ESRI n°1, daté d’avril 1899 dans Maîtron J., Le Mouvement anarchiste en France, t. I, Paris, Gallimard, 1992, p. 442

63  Rapports du Congrès antiparlementaire international de 1900, p.200.

64  Circulaire du comité d’organisation du « Congrès ouvrier révolutionnaire international » relatant l’interdiction (Musée social, Paris 7e).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guillaume Davranche, « Pelloutier, Pouget, Hamon, Lazare et le retour de l’anarchisme au socialisme (1893-1900) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 110 | 2009, 139-161.

Référence électronique

Guillaume Davranche, « Pelloutier, Pouget, Hamon, Lazare et le retour de l’anarchisme au socialisme (1893-1900) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 110 | 2009, mis en ligne le 01 octobre 2012, consulté le 25 mai 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1998

Haut de page

Auteur

Guillaume Davranche

Membre de l’équipe éditoriale du mensuel Alternative libertaire, collabore à la rédaction du Dictionnaire biographique des anarchistes (« Maitron des anarchistes »).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page