Navigation – Plan du site
DOSSIER

Le « travail physique » comme valeur mécanique (xviiie-xixe siècles)

Deux siècles de croisements épistémologiques entre la physique et la science économique
François Vatin
p. 117-135

Résumé

Cet article tente une synthèse de deux siècles d’une histoire croisée de la théorie physique et de la théorie économique, nouée autour du concept de « travail mécanique ». Le premier paragraphe présente la genèse de la notion de « travail » en soulignant le fondement explicitement économique, celui d’une « valeur mécanique », que lui ont donnée les ingénieurs qui l’ont élaborée au début du xixe siècle dans le cadre d’une discipline à vocation pratique : la mécanique industrielle. Le second paragraphe expose l’influence du cadre paradigmatique de la mécanique industrielle sur la pensée économique au xixe siècle. Le troisième paragraphe montre plus généralement les analogies entre les problèmes métrologiques posés par la mécanique industrielle et ceux que rencontre la théorie économique de la valeur au xixe siècle. L’exposé se conclut par quelques réflexions sur les relations épistémologiques entre économie et physique mises en valeur par cette histoire et débouche sur la question de l’économie de la nature, qui nourrit actuellement la problématique écologique.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

Europe
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Sur toute cette première partie, on se pourra se reporter à Vatin, F., Le travail, économie et phy (...)
  • 2  Cette expression disparaîtra à la fin du xixe siècle au profit de celle d’« énergie cinétique », d (...)

1De la fin du xviie siècle au milieu du xviiie siècle, un débat divisa les « géomètres1 ». Ce débat, qui opposa d’abord Leibniz aux cartésiens, puis les leibniziens aux newtoniens, portait sur la mesure de la « force ». Fallait-il adopter le produit retenu par Descartes : la masse par la vitesse (MV, ce qu’on appelle toujours depuis lors la « quantité de mouvement »), ou celui retenu par Leibniz : MV2, la masse par le carré de la vitesse, que Leibniz dénommait, selon une expression qui s’est maintenue jusqu’au xixe siècle, la « force vive2 » ?

De la force vive au capital dynamique

  • 3  D’Alembert, J. Le Rond, Traité de dynamique (1743) réed., Paris, Gauthiers-Villars, 1921 et Joseph (...)
  • 4  A certains égards, la conservation de la quantité de mouvement apparaissait comme un principe plus (...)

2Dans son Traité de dynamique, D’Alembert concluait, en 1743, par une formule qui a fait mouche, que ce n’était là « qu’une dispute de mots3 ». De fait, ces deux grandeurs peuvent l’une et l’autre servir à formuler un « principe de conservation ». C’est-à-dire que l’on peut montrer que, sous certaines hypothèses, la « force vive » (ou, selon l’expression moderne, l’énergie cinétique), d’une part, la « quantité de mouvement », d’autre part, se « conservent » dans les échanges mécaniques4.

  • 5  W. J.’s Gravesande laissait chuter deux boulets de même volume et de masses différentes sur de la (...)
  • 6  W.J.’s Gravesande cité par Séris J.-P. , Machine et communication. Du théâtre des machines à la mé (...)

3Pourtant, une quinzaine d’années auparavant, le philosophe et savant batave Willem Jacob’s Gravesande (1688-1742) avait considéré la chose d’un autre œil. Reprenant le point de vue de Leibniz, il montrait que deux sphères imprimaient sur la terre glaise la même empreinte quand elles chutaient avec la même « force vive », et non quand elles chutaient avec la même « quantité de mouvement »5. Autrement dit, l’effet obtenu, le « travail » accompli, était bien proportionnel à la force vive et non à la quantité de mouvement. Il en concluait joliment que cette question « ne concerne pas seulement les théologiens mais aussi les constructeurs de moulins à foulon »6. La « querelle des forces vives » entrait là dans un nouveau registre : le point de vue pratique ou, pour tout dire, économique, celui des constructeurs et des utilisateurs de moulins ou de toute autre machine, celui des industriels.

  • 7  En fait, on ne trouve pas cette formule chez Montgolfier lui-même, mais simplement une expression (...)
  • 8  Burdin C., « Considérations générales sur les machines en mouvement », Journal des mines, n° 221, (...)
  • 9  C’est à Gaspard Coriolis que l’on doit la définition formelle du « travail » dans le cadre de la m (...)

4Ce nouveau point de vue va s’affirmer au début du xixe siècle avec le développement du marché du machinisme. Joseph Montgolfier (1740-1810), savant autodidacte et inventeur ingénieux, résuma la question en 1808 par un adage qui devint aussi célèbre que celui de D’Alembert : « la force vive est ce qui se paie7 ». Pas un ouvrage de mécanique industrielle qui, dans les années 1820-1830, ne répète cette formule, clôture pratique, au nom du bon sens économique, de la « querelle des forces vives », laquelle vaut bien celle, épistémologique, du grand encyclopédiste. Entre-temps était née en effet une nouvelle discipline à l’initiative d’un groupe d’ingénieurs sortis de l’École polytechnique dans les années 1800 : la « mécanique industrielle ». Il s’agissait, selon un de ses promoteurs, Claude Burdin (1788-1873), en « rattachant la mécanique à l’économie politique [de] montre [r] le véritable point de vue selon lequel cette science doit être cultivée et encouragée8 ». Cette nouvelle discipline reposait sur un concept clé : celui de « travail », implicitement présent dans la démonstration de W. J.’s Gravesande. Le travail est le produit d’une force par le déplacement exercé dans la direction de cette force. C’est précisément ce que mesurait W.J.’s Gravesande en étudiant les empreintes des boulets sur la terre glaise. Or, comme celui-ci l’avait montré empiriquement, et comme il est facile de le démontrer algébriquement, le travail est bien proportionnel à la force vive, plus exactement il a les mêmes « dimensions physiques » que celle-ci9.

  • 10  Lamy B., Traitez de mechanique de l’équilibre des solides et des liqueurs, Paris, André Pralard, 1 (...)
  • 11  Amontons G., « Moyens de substituer commodément l’action du feu à la force des hommes et des cheva (...)
  • 12  Voir sur Amontons, l’article de Yannick Fonteneau dans ce même numéro.

5Le principe qui préside à la notion de travail était en fait connu de longue date de la mécanique pratique (la « science des machines »), puisqu’il dérive de la « loi du levier » sur laquelle repose la science des ingénieurs depuis Archimède, « cette loi que ce l’on gagne en force, on le perd en espace de temps et de lieu », selon l’expression consacrée reprise ici par le père Bernard Lamy en 167910. De plus, l’expression même de « travail » était apparue, au sens commun, dans le cours du xviiie siècle pour désigner le produit des machines dans un jeu de comparaison avec celui des hommes qu’elles remplaçaient. Cette idée d’une commune mesure du travail des hommes et de celui des machines était déjà au cœur de la perspective développée, à la toute fin du xviie siècle par le physicien Guillaume Amontons (1663-1705), qui, pour défendre à l’Académie des sciences son projet de « machine à feu », calculait le nombre d’hommes qu’elle pouvait remplacer11. Or, à cette fin, il calculait mécaniquement le travail des hommes, ou plus exactement leur « puissance » (travail par unité de temps), en multipliant la pression instantanée exercée par les hommes sur le polissoir par l’espace que ceux-ci font parcourir à cet instrument en un temps donné12.

  • 13  Selon son vrai titre : Coulomb Ch.-A., « Résultats de plusieurs expériences destinées à déterminer (...)
  • 14  Coulomb Ch.-A., op. cit., p. 256.

6Mais c’est surtout Charles Augustin Coulomb (1736-1806) qui inspira les ingénieurs mécaniciens du début du xixe siècle par son remarquable ouvrage connu sous le nom de « mémoire sur la force des hommes13 ». Dans ce mémoire, il définissait précisément le travail, celui des hommes, en soulignant sa dualité : à la fois effet (le produit accompli) et dépense (la fatigue subie). De cette dualité, il dégageait le concept de rendement : l’objectif dans l’emploi des forces de l’homme consiste à maximiser l’effet à fatigue constante : « Pour tirer tout le parti possible de la force des hommes, il faut augmenter l’effet sans augmenter la fatigue ; c’est-à-dire qu’en supposant que nous ayons une formule qui représente l’effet et une autre qui représente la fatigue, il faut, pour tirer le plus grand parti des forces animales, que l’effet divisé par la fatigue soit un maximum14 ».

7C’est sur ce modèle que s’est construite toute la mécanique industrielle. Dans toute machine, on peut mesurer un input : le travail entrant, soit le travail total dépensé, et un output le travail sortant, celui qui s’inscrit effectivement dans l’effet que l’on veut atteindre et que l’on va nommer à la suite de Coulomb l’« effet utile » ou le « travail utile ». L’objectif de la mécanique industrielle est d’optimiser le rendement en travail (travail utile/travail total), c’est-à-dire de réduire au minimum les pertes dues aux chocs et aux frottements, qui résultent de la circulation du travail dans la machine.

  • 15  Robbins, L., Essai sur la nature et la signification de la science économique (1932), Paris, Libra (...)
  • 16  Selon un raisonnement très intéressant, Coulomb, qui ne pouvait pas mesurer « physiquement » la fa (...)
  • 17  Le cheval se louait parfois ; on avait dans ces cas-là un prix de journée de cheval strictement éq (...)
  • 18  La « puissance » est physiquement un travail divisé par un temps, autrement dit la quantité de tra (...)
  • 19  Charles Dupin, mathématicien, statisticien et économiste fut nommé en 1819 « professeur de géométr (...)

8Le caractère « économique » d’un tel modèle ne faisait aucun doute pour les ingénieurs de ce temps. C’est pourquoi ils répétaient à l’envi le mot de Montgolfier. Le travail mécanique apparaît comme une valeur, d’abord d’un point de vue substantiel. C’est un « bien » qu’on cherche à économiser car il est, selon la formule canonique de l’économiste britannique Lionnel Robbins, « rare et à usages alternatifs »15. La mise en comparaison systématique des hommes, des animaux et des machines fortifie en permanence ce point de vue. Si l’on utilise la force d’un homme, il faut la payer : c’est d’ailleurs le « salaire » qui servait à Coulomb pour boucler son modèle théorique16. Mais la journée de cheval se paye aussi : il faut le nourrir et amortir le capital qu’il représente17. L’activité des machines se compte elle-même en nombre de journées d’hommes ou d’animaux qu’elles sont susceptibles de remplacer, ainsi que le concevait déjà Amontons. C’est pourquoi les ingénieurs anglais vont évaluer la puissance des machines en « chevaux vapeur », mesure commerciale de l’équivalent « cheval » de la machine18. Dans cette économie industrielle naissante, on « paye » donc la « force vive » de multiples manières. On ne peut plus simplement compter la puissance productive de la nation en nombre de journées d’hommes comme le faisait un siècle plus tôt Vauban. On va se mettre aussi, avec Charles (1784-1873), à compter les machines à vapeur pour mesurer les « forces productives » des différents pays19.

  • 20  Navier C.-L., « Sur les principes du calcul et de l’établissement des machines et sur les moteurs  (...)
  • 21  Ce postulat est en fait problématique, comme on le verra infra.

9Mais le travail mécanique n’est pas simplement « une » valeur en ce sens trivial. Il a aussi les caractéristiques formelles qui en font une unité de compte dans les échanges machiniques. Il s’agit en effet par ce concept, comme le soulignait en 1819 Henri Navier (1785-1836), de ramener tous les effets et toutes les dépenses à une même grandeur : « établir une sorte de monnaie mécanique avec laquelle on puisse estimer les quantités de travail employées pour effectuer toute espèce de fabrication20. » Pourquoi le concept de travail est-il remarquable à cet égard ? Il faut ici distinguer deux raisons entremêlées. D’abord, le travail est une grandeur universelle de la mécanique pratique, en ce que toute action machinique peut se ramener à l’élévation d’un poids à une certaine hauteur, c’est à dire au produit d’une force par une distance. Mais, surtout, le travail est un « produit scalaire », produit d’une grandeur intensive (la force) par une grandeur extensive (la distance). Un kilogramme élevé à deux mètres est, en « travail » (soit en kilogramme mètre), strictement équivalent à deux kilogrammes élevés à un mètre21. De ce fait, le travail est susceptible d’être additionné, soustrait, divisé, bref, de faire l’objet d’une algèbre économique. En paraphrasant Marx, on peut dire à bon droit que le travail a les caractères d’un « équivalent général » des échanges machiniques.

  • 22  Cournot, A. Recherches sur les principes mathématiques de la théorie des richesses (1838), Paris, (...)
  • 23  Cournot A., « De la mesure des forces et du travail des machines », dans D. Lardner et H. Kater, É (...)

10C’est à Antoine-Augustin Cournot (1801-1877) que nous devons l’expression la plus claire de cette idée, dans un texte écrit en 1834 (quatre ans avant la publication de ses célèbres Recherches sur les principes mathématiques de la théorie des richesses22) à l’occasion de sa traduction d’un traité de mécanique anglais : « En un mot la force vive est de tous les effets mécaniques le seul qui se conserve, s’emmagasine, se transmet, s’échange, se fractionne ; et il faudrait être bien peu initié dans la science économique pour ne pas voir qu’à ce titre seul, la force vive devrait devenir l’étalon dynamique, lors même que le travail le plus habituel des machines ne serait pas directement mesuré par la force vive. C’est en vertu de propriétés analogues que les métaux précieux servent d’étalon à toutes les valeurs commerciales, sans être, à beaucoup près, les denrées dont la consommation directe est la plus fréquente et la plus impérieusement réclamée par nos besoins23. »

  • 24  [Navier C.-L, Notes sur l’architecture hydraulique de Belidor, addition au livre i, § 1 (note de S (...)
  • 25  Saint-Venant, A. Barré de, « Mémoire sur les théorèmes de la mécanique générale », présenté le 14  (...)

11La même année, Adhémar Barré de Saint-Venant (1797-1886), polytechnicien ingénieur des Ponts et Chaussées, présentait à l’Académie des sciences un « Mémoire sur les théorèmes de la mécanique », dans lequel il reprenait de façon détaillée l’analyse du théorème des forces vives, précédemment étudié par Navier, Coriolis et Poncelet, mais aussi précédemment par Lagrange, tous auteurs auxquels il se réfère. Après de savantes démonstrations mathématiques, il revenait lui aussi sur la dimension économique de la question dans des termes analogues à ceux de Cournot : « Ce qui distingue surtout la force vive et le travail des autres quantités qu’on emploie en mécanique et ce qui en rend l’usage si commode, c’est que, comme une espèce de monnaie dynamique24, elles se combinent simplement par addition, soustraction ou substitution avec des quantités de même espèce […]25. »

  • 26  Voir mes commentaires dans Le travail, op. cit., p. 76 et sq. Coriolis introduit cette distinction (...)
  • 27  Saint-Venant, op. cit.
  • 28  Idem.

12Mais Saint-Venant file plus loin la métaphore économique en définissant à partir du concept de « travail » mécanique un concept de « capital » mécanique, ou plus exactement selon ses termes de « capital dynamique » ou de « pouvoir moteur ». L’idée était déjà présente chez Coriolis, qui distinguait, dans un raisonnement qui empruntait à l’économie, le travail proprement dit de la « faculté d’en produire », introduisant par là une notion d’énergie26. Mais il est étonnant de voir Saint-Venant développer cette démarche grâce au concept économique de capital. Il distingue à cet effet le « capital dynamique latent » et le « capital dynamique patent ». Le premier correspond à ce que nous appelons aujourd’hui l’« énergie potentielle » d’un système mécanique, soit, suivant les termes de Saint-Venant, le produit de son « champ » (c’est-à-dire de la distance que le mobile est susceptible de parcourir) par son « intensité moyenne ». Dans cette nouvelle perspective, « le travail est donc une dépense, une consommation, un emploi d’une portion de ce capital dynamique27 », et, « réciproquement, le capital dynamique est le Travail total dont une force donnée est capable à partir d’un instant donné28 ». Le « capital patent » correspond en revanche à ce que nous appelons aujourd’hui l’énergie cinétique du mobile, soit, la « demi-force vive » (1/2 mV2), grandeur que, comme on l’a vu (voire note supra), Gaspard Coriolis (1792-1843) avait déjà proposé de substituer à celle classique de force vive afin de rendre la présentation de la mécanique rationnelle conforme au développement théorique de la mécanique industrielle.

  • 29  Kuhn Th., « Un exemple de découverte simultanée : la conservation de l’énergie » (1959) repris dan (...)
  • 30  Carnot S., Réflexion sur la puissance motrice du feu (1824), Paris, Vrin, 1978.

13Comme le montre ce dernier texte, la notion de « travail » ne figure donc pas chez les ingénieurs du début du xixe siècle comme une trace archaïque d’une conception anthropomorphique de la physique destinée à être rapidement balayée par le progrès d’un savoir formalisé. Cette approche économique de la mécanique fut au contraire l’instrument d’une rénovation profonde de la pensée physique d’où résulta l’avènement de la thermodynamique. Le concept d’énergie est en effet, comme l’a montré Thomas Kuhn, dérivé de celui de travail mécanique des ingénieurs29. Mais, comme le montre le texte de Saint-Venant, il n’en dérive pas, par une rupture avec l’analyse économique de la machine, mais bien par un développement de celle-ci. Cela pourrait aussi être montré par l’étude du célèbre texte de Sadi Carnot sur la puissance motrice du feu30. L’interprétation économique de l’énergétisme que l’on verra se développer à la fin du xixe siècle n’est en ce sens, comme nous y reviendrons infra, qu’« un prêté pour un rendu ».

équivalence en travail et calcul économique

  • 31  Foucault M., Les mots et les choses, Paris, Gallimard, 1966.
  • 32  Voir Vatin F., Morale et calcul économiques dans le premier xixe siècle : l’Économie industrielle (...)

14Ces citations montrent que l’analogie ici faite entre le concept mécanique de travail et la notion économique de valeur ne constitue pas une interprétation épistémologique exogène, telles les correspondances structurales entre les différents champs des « sciences de l’homme » mises en valeur par Michel Foucault31. Elle est au cœur de la pensée des mécaniciens de la première moitié du xixe siècle qui disposent d’une réelle culture en économie politique. Le cas de Cournot en est un témoignage, mais il n’est pas unique. Que l’on songe par exemple au cas de Charles Dupin, dont le cours au Conservatoire des arts et métiers constitue une étonnante combinaison de mécanique pratique et d’économie politique. De même, chez Gérard-Joseph Christian, le premier directeur du Conservatoire, ou chez Claude-Lucien Bergery, le fondateur des cours publics pour ouvriers dans la ville de Metz, la frontière n’est pas étanche entre la « mécanique industrielle » et l’« économie industrielle », expression également employée par Jean-Baptiste Say (1767-1832) et sous l’égide de laquelle se construit à l’époque un riche discours de gestion32.

  • 33  Dupuit est essentiellement connu des économistes pour un mémoire intitulé « De la mesure de l’util (...)
  • 34  Voir Grall B., Économie de forces et production d’utilité, (F. Vatin, éd.), Rennes, Pur, 2001.

15Mais c’est principalement dans le domaine de l’économie publique que se noue alors cette rencontre entre l’économie et la physique. Beaucoup des grands noms de la mécanique industrielle sont des ingénieurs du corps des Ponts et Chaussées, comme Navier ou Coriolis. Ces ingénieurs sont confrontés au quotidien avec des questions tout autant économiques que proprement techniques. Il s’agit, dans cette période de forte croissance des transports et de genèse de ce nouvel instrument révolutionnaire : les chemins de fer, de concevoir le développement du réseau de voies de communication en fonction du développement économique, mais aussi de définir ses modes de gestion, le financement de l’entretien des voies routières, celui des investissements ferroviaires, avec, à la clé, quelques problèmes fondamentaux relevant de la doctrine économique : liberté ou réglementation de l’usage des voies de transport, gratuité ou tarification, et, si tarification, selon quels barèmes ? De telles questions sont souvent à juste titre associées au nom de Jules Dupuit (1804-1866)33. Mais on trouve de tels questionnements chez tous les ingénieurs des Ponts de sa génération et de la précédente, et notamment chez Navier avec qui Dupuit polémiqua34.

  • 35  Grall B., op. cit.

16Or, comme l’a montré de façon détaillée Bernard Grall, toute la riche pensée gestionnaire des ingénieurs des Ponts s’est d’abord appuyée, dans le cadre de l’économie routière, sur la systématisation d’une mesure en travail mécanique35. Toutes les variables de l’économie routière étaient en effet ramenées à des « équivalents travail ». Les ingénieurs des Ponts ont, par exemple, défini une « longueur équivalente » permettant de ramener tous les parcours à une distance parcourue sur un terrain horizontal grâce à une mise en équivalence des pentes en fonction de la fatigue chevaline, selon un modèle strictement équivalent à celui développé par Coulomb pour la force des hommes. De même, ils ont conçu pour le revêtement des chaussées un « matériau équivalent » en fonction d’un coefficient de résistance au frottement des jantes (« fatigue de la chaussée »), ce qui est, là aussi, l’inverse d’un « travail ». L’ensemble de ces mesures forme système dans cette méga-machine que constitue le système routier, machine composée de la chaussée, des véhicules qui circulent dessus et des bêtes de somme qui les tirent.

  • 36  Le point nodal du modèle est la « fréquentation » de la chaussée. C’est en effet la principale var (...)
  • 37  Il est frappant de voir avec Grall B., op. cit., la similitude des démarches. Ainsi, par exemple, (...)
  • 38  Voir Vatin, F., « Jules Dupuit et l’utilité publique des transports, actualité d’un vieux débat », (...)

17Nous sommes bien là dans une thématique de la « valeur », au sens de la mise en équivalence généralisée, dans un système techno-économique à certains égards étranger à l’économiste ordinaire, car il n’y a pas de marché et donc pas de prix. En effet, l’accès aux voies routières était en France gratuit. Or, comme l’a montré Bernard Grall, c’est justement du fait de l’absence d’une mesure monétaire que le travail théorique fait par ces ingénieurs et notamment par Jules Dupuit s’est révélé si riche36. Dans un second temps, confronté à l’économie des chemins de fer, qui se traduit, elle, sur un marché, les ingénieurs des Ponts ont transposé leurs modèles en remplaçant les mesures en travail par des mesures en unités monétaires37. Mais, ce faisant, ils renonçaient à une réflexion sur la production de valeur, désormais inscrite dans le chiffre d’affaires des compagnies, et devenaient des gestionnaires locaux d’un système limité. C’est ainsi, paradoxalement, quand ils concevaient le marché de l’extérieur, et non quand ils se sont trouvés au centre de la tourmente marchande, que les ingénieurs des Ponts ont été le plus ingénieux dans leur analyse de la valeur38. Dans le cas du matériau routier par exemple, ils se concevaient comme des « faiseurs de prix ». Capables de ramener toutes les variables de l’approvisionnement (distances entre les carrières et le lieu de consommation, qualité du matériau) à une mesure commune fondée sur le travail mécanique, ils pouvaient, à partir de cette mesure « objective » de la valeur, mettre en concurrence les fournisseurs. Autrement dit, ils entendaient réguler le marché à partir d’une mesure objective de la valeur qu’ils dégageaient de leurs calculs mécaniques.

  • 39  Cournot A.., Principes de la théorie des richesses (1863), Paris, Vrin, 1981, p. 43.

18En 1863, Cournot tenta une généralisation d’une telle conception de la valeur dans ce qu’il appelait lui-même la « théorie des équivalents » : « Si un industriel emploie indifféremment m unités de la denrée A ou n unités de la denrée B, parce qu’il obtient ainsi le même produit, moyennant la même dépense, on est bien fondé à dire que m unités de A sont l’équivalent économique de n unités de B ; et les prix de chaque unité seront précisément en raison de leur valeur économique39. »

  • 40  Voir Vatin F., op. cit., 1998, p. 240 et sq. ainsi que Grall B., op. cit.
  • 41  Cournot A., Principes, op. cit., p. 45.

19Les rapports des prix apparaissent ici proportionnels aux rapports des « qualités » selon un résultat qui évoque les conclusions de la théorie néoclassique de l’échange, telle qu’elle fut formulée notamment par Jevons. Ne nous leurrons toutefois pas sur cette analogie40. Il s’agit ici d’équivalences « objectives » dont dérivent les prix, alors que, dans la théorie néoclassique, ce sont les prix qui mettent en équivalence les utilités « subjectives ». D’ailleurs Cournot excluait de sa théorie des équivalents les « biens de luxe » en raison précisément du caractère « subjectif » et donc labile de la demande qui se portait sur eux. Il concevait en revanche l’application d’un tel modèle aux biens-salaires, ceux qui assurent, selon la formulation de Marx, la « reproduction de la force de travail » : « La doctrine des équivalents économiques s’applique encore certainement bien aux denrées qui sont la base de l’alimentation des classes ouvrières, c’est-à-dire de la très grande partie de la population […] leur vertu réparatrice des forces vitales est leur qualité principale et essentielle qui doit influer principalement sur la consommation qui s’en fait en grand, et qui doit à la longue maîtriser les rapports de leurs valeurs commerciales 41… »

  • 42  Voir sur ces questions, Vatin F., Le travail, sciences et société, Bruxelles, éditions de l’Univer (...)
  • 43  Kuhn Th., op. cit.

20Il n’est pas sans intérêt de souligner que le projet de Cournot a été réalisé dans la théorie diététique de la fin du xixe siècle élaborée par des bio-énergéticiens, tel l’Américain Wilbur O. Atwater (1844-1907)42. Mesurer la valeur « calorique » des aliments, c’est rendre possible une commune mesure des inputs et des outputs (le travail physique) de la machine humaine. Cette démarche prolonge celle menée auparavant sur la machine à vapeur, pour laquelle s’était posé de la même manière le problème de la mesure en équivalent-travail de la dépense en charbon, afin de disposer d’une mesure de référence de la capacité calorifique du charbon par-delà la variété des produits disponibles sur le marché. Cette mesure, que les ingénieurs anglais désigneront par l’expression de duty, contribuera à la conception de l’équivalence du travail et de la chaleur43. Dans le cas de la machine humaine, comme dans celui de la machine à vapeur, les modèles énergétistes ne sont qu’un développement d’une conception de l’équivalence en travail dont nous avons ici rapidement dressé l’histoire.

Nature, capital et production de valeur

  • 44  Say J.-B., Traité d’économie politique, Paris, Calmann-Lévy, 1972, pp. 65-66 (cité d’après la 6e é (...)

21Cette conception d’une valeur fondée sur le travail mécanique évoque irrésistiblement la théorie classique de la « valeur-travail ». Pourtant, paradoxalement, l’auteur classique le plus en phase avec ce type de démarche est Jean-Baptiste Say, considéré comme un adepte de la « valeur-utilité ». D’une part, les différents auteurs que nous avons cités, comme Dupin et Navier, Christian et Bergery, mais aussi Cournot et Dupuit, formés au cours des années 1810-1830, furent tous des lecteurs de Say, référence incontournable de l’économie politique française sous la Restauration. D’autre part, plus fondamentalement, la théorie de la production de Say, inspirée, comme celle des ingénieurs mécaniciens, par une conception baconienne de la technique, repose sur cette même idée d’une communauté ontologique entre le travail de l’homme et celui de la « nature » : « il y a un travail exécuté par le sol, par l’air, par l’eau, par le soleil, auquel l’homme n’a aucune part, et qui concourt pourtant à la production d’un nouveau produit qu’on recueillera au moment de la récolte. C’est ce travail que je nomme le service productif des agents naturels44 ».

  • 45  Grall B. et Vatin F., « La machine et l’impôt. Jules Dupuit la mécanique industrielle et l’économi (...)
  • 46  Böhm-Bawerk E. von, Théorie positive du capital (1889), traduction partielle, Paris, Giard et Briè (...)

22Par cette théorie originale de la production, Say entendait, en renvoyant dos à dos les Physiocrates et Smith, rendre compte de façon cohérente de la contribution de l’homme d’une part, de celle de la nature de l’autre, dans la production de la valeur économique. Ce sont les difficultés théoriques auxquelles il se heurta dans la conception de ce modèle qui alimentèrent son débat sur la théorie de la valeur avec Ricardo et qui le conduisirent finalement à distinguer « richesse naturelle » et « richesse sociale ». Or, c’est ce débat même, lu à travers Rossi, qui fut à l’origine de la réflexion de Jules Dupuit sur la valeur45. Le problème de la contribution de la nature à la production économique, que les ingénieurs, à la différence des économistes, ne peuvent ignorer, et que la théorie de la valeur fondée sur le travail mécanique met clairement en évidence, joua ainsi paradoxalement un rôle important dans la genèse de la théorie néoclassique de la valeur. On retrouve cette question, à la fin du xixe siècle, chez, par exemple, un auteur comme Eugen von Böhm-Bawerk (1851-1914), mais aussi dans les débats suscités par un auteur marginal et original, mais dont les questionnements pourraient être utilement revisités aujourd’hui : Otto Effertz (1856-1992), adepte d’une théorie « pono-physiocratique » de la valeur, c’est-à-dire qui prenne en considération de façon combinée les contributions du travail humain et de la nature à la production46.

  • 47  Ricardo D., Des principes de l’économie politique et de l’impôt (1817), Paris, Calmann-Lévy, 1970, (...)

23S’il est plus difficile de mettre en évidence un lien historiographique entre la genèse de la théorie du travail mécanique et celle de la théorie classique de la valeur-travail, les similitudes formelles sont pourtant évidentes. Il est frappant notamment de voir que les mécaniciens se sont confrontés à un problème identique à celui rencontré par Ricardo quant à l’additivité des mesures en valeur. David Ricardo (1772-1823) avait mis en discussion dans ses Principes d’économie politique et de l’impôt (1817) sa propre théorie de la valeur travail en soulignant que l’on ne saurait strictement poser comme équivalents l’emploi d’un homme pendant cent jours et celui de cent hommes pendant un jour47. Cette identité ne peut en effet être obtenue qu’en traitant le temps sur un mode additif, autrement dit en ignorant son caractère intensif, sa « durée ». Du point de vue de la théorie économique, la question se pose à partir du moment où on prend en considération la rémunération du capital, c’est-à-dire la compensation de son immobilisation pendant une certaine durée. À fortiori, cela pose la question de la mesure de l’incorporation de la valeur des machines comme simple « travail passé » dans la valeur produite. Il faut alors pondérer dans la mesure de la valeur la quantité de travail « incorporé » (pour employer la terminologie de Marx) par le caractère plus ou moins capitalistique de la production. Ce questionnement fut au cœur de la relecture au xxe siècle par Pierro Sraffa de la théorie ricardienne de la valeur.

  • 48  Pour Cournot, voir Vatin F., Économie politique, op. cit., chapitre 1.
  • 49  Il est intéressant de souligner que William Stanley Jevons se livre à la même opération logique da (...)
  • 50  Coriolis G.., op. cit., pp. 31-32.

24Or, la théorie du travail mécanique, telle que la traitent par exemple Coriolis et, à sa suite, Cournot, pose un problème strictement identique48. Le concept de travail mécanique n’est doté de cette propriété d’additivité que parce que, précisément, il permet d’éliminer le temps des équations physiques49. Coriolis va explicitement se justifier sur ce point, dans des termes qui ne peuvent manquer d’évoquer Ricardo : « Remarquons d’ailleurs que lorsqu’il s’agit d’opérer avec une machine une certaine quantité de déplacements semblables, comme il n’en coûte pas plus dans beaucoup de cas de les opérer simultanément que successivement, on ne peut faire entrer le temps comme élément de valeur de ces quantités de déplacement opérés. Supposons par exemple qu’on se propose d’employer dix hommes à élever des fardeaux : si on désire ensuite opérer plus promptement cette élévation, on pourra toujours y employer simultanément vingt hommes ; et sans qu’il en coûte plus de journées, le même effet sera effectué dans un temps moitié moindre50. »

  • 51  Idem, p. 232.

25Ici aussi, l’exemple primitif d’un travail exclusivement manuel n’est qu’un prélude à la question des machines que traite Coriolis à la suite. On peut doubler le nombre des hommes, on peut aussi doubler le nombre de machines et produire dans un temps deux fois moindre la même quantité de « travail ». Mais il faudra bien amortir la valeur de la machine, comme, dans le cas d’une production strictement manuelle, il fallait déjà immobiliser un capital double sur une période donnée. Ainsi, comme Coriolis devra le reconnaître au dernier chapitre de son ouvrage, le travail mécanique n’est pas un instrument de mesure des échanges machiniques aussi universel qu’il pourrait y paraître : « Il ne faudrait pas prendre à la lettre ce que disait Montgolfier : La force vive (le travail) c’est ce qui se paie. Nous répétons ce que nous avons dit dans le premier chapitre, que le travail, quoiqu’étant le principal élément de ce qu’on paie dans le mouvement, et le seul qui soit du domaine des sciences exactes, n’est cependant pas seulement ce qui fait la valeur du mouvement51. »

  • 52  Voir Vatin F., op. cit., 1993, p. 111, et op. cit., 1998, p. 306.
  • 53  Marx K. et Engels F., Lettres sur les sciences de la nature, Paris, éditions sociales, 1974 ; voir (...)
  • 54  Toute la théorie marxiste de l’exploitation repose en effet sur la mesure de l’input, la « force d (...)
  • 55  Voir Vatin F., op. cit., 1993, ainsi que « Avant Marx et Polanyi, Eugène Buret : Le travail, la se (...)

26Ce n’est toutefois que cinquante ans plus tard que la théorie classique de la valeur-travail, dans sa version marxienne, sera explicitement comparée à la théorie mécanique du travail, alors élargie dans une conception plus générale de l’énergie. En 1880 en effet, un naturaliste ukrainien adepte de Marx, Sergueï Podolinsky (1850-1891) avait tenté de réécrire en termes énergétistes la théorie marxiste de la valeur52. Son article suscita une intéressante réaction d’Engels dans sa correspondance avec Marx, réaction qui met le doigt sur la difficulté fondamentale posée par cette analogie53. Il y a effectivement une forte similitude entre la théorie énergétique du rendement (qu’il s’agisse d’un rendement mécanique en travail ou d’un rendement thermodynamique en énergie) et la théorie marxiste de la plus-value. Dans les deux cas, on rapporte un output à un input calculé dans la même unité54. Mais la théorie énergétique du rendement débouche sur la mise en évidence d’une perte que l’on se propose de minimiser, alors que Marx entendait au contraire exhiber un surplus, la « plus-value ». Il est évident à cet égard, comme Engels l’avait parfaitement compris, que le développement d’une telle analogie serait ruineuse pour la théorie marxiste de l’exploitation, dont le soubassement n’a pas la « naturalité » dont Marx avait cru bon de l’habiller dans sa présentation de la « valeur de la force de travail55 ».

Conclusion : le « laboratoire de la nature »

27Deux siècles d’histoire croisée de l’économie et de la physique guidée par une enquête autour de la notion de « travail mécanique » et de ses dérivés font apparaître des échanges particulièrement riches. Les relations épistémologiques entre économie et physique ont fait l’objet de diverses études. Mais, le plus souvent, les commentateurs se sont focalisés sur les dimensions formelles des similitudes (le recours à une même instrumentation mathématique) et ont insisté sur l’imitation, par la science économique moderne, de modèles empruntés à la physique classique.

  • 56  Mirowski Ph., Plus de chaleur que de lumière [Texte imprimé] : l’économie comme physique sociale, (...)

28C’est dans cet esprit que l’on s’est, notamment, intéressé à la tradition française des « ingénieurs-économistes » du xixe siècle, dont Jules Dupuit aurait fourni l’archétype et à leur influence sur la genèse de l’économie mathématique moderne lors de la « Révolution néoclassique » de la fin du xixe siècle. Ces auteurs (on cite Dupuit, mais aussi, souvent, Cournot qui n’était aucunement ingénieur, et, pour la génération suivante, Léon Walras (1834-1910), qui a effectivement entamé des études d’ingénieur, mais n’a jamais exercé cette profession) auraient transposé à l’économie des modèles empruntés à la mécanique. Cette interprétation historique est partagée par ceux qui vantent les mérites de l’économie mathématique moderne, qui aurait atteint la scientificité de la mécanique rationnelle, et par ceux qui, au contraire, dénoncent ce mimétisme épistémologique à leurs yeux stérile. Ainsi, dans un livre polémique et brillant Philipp Mirowski s’est-il livré à une violente critique de la théorie néoclassique, en montrant qu’elle se résumait à une pure singerie mimétique de la physique des champs apparue à la fin du xixe siècle56.

  • 57  Voir notamment Marchi N. de (éd.), Non-Natural Science : Reflecting on the Enterprise of More Heat (...)
  • 58  Walras L., « Esquisse d’une doctrine économique et sociale » (1898) repris dans Walras L., études (...)

29Cet ouvrage a été critiqué pour les simplifications abusives que l’on peut y trouver au fil des pages57. Il est certain notamment que la critique de Mirowski s’applique principalement à la version française de la « révolution néoclassique », celle de Léon Walras, et qu’elle est beaucoup moins fondée pour les deux autres auteurs de référence dans le Panthéon néoclassique : le Britannique William Stanley Jevons (1835-1882) et l’Autrichien Carl Menger, et a fortiori pour ceux que l’on considère habituellement (et Mirowski ne déroge pas à cette règle) comme des « précurseurs » des néoclassiques, tels Cournot ou Dupuit. La thèse de Mirowski a néanmoins son poids, car la théorie walrasienne de l’équilibre général, reformulée au xxe siècle grâce à une mathématique plus rigoureuse, constitue bien aujourd’hui le cœur de la pensée économique « dominante ». Or, dans sa volonté de « faire science » par un mimétisme mécaniste, Walras n’a pas besoin d’être caricaturé ; il le fait très bien tout seul : « Ouvrez la mécanique analytique de Lagrange, vous y verrez que P et Q ‚tant deux forces ou puissances appliquées aux deux points d’un système, dp et dq ‚tant les vitesses virtuelles de ces forces mesurées par les espaces infiniment petits susceptibles d’être parcourus dans un même instant par leurs points d’application suivant leurs directions, Pdq et Qdp ‚tant les moments des forces P et Q suivant la définition de Galilée l’équation Pdq + Qdp = 0 exprimera l’équilibre des deux forces. Eh bien changez les termes. Au lieu de force, mettez raretés ou intensités des derniers besoins satisfaits ; au lieu de vitesse virtuelle, mettez quantités virtuellement changeables, ou quantités infiniment petites susceptibles d’être ajoutées par achat aux quantités possédées ou d’en être retranchées par vente dans un échange ; et la même équation exprimera la satisfaction maxima des besoins d’un individu ou l’équilibre économique. Ainsi l’économique est sinon la mécanique elle-même appliquée à l’équilibre et au mouvement de la richesse sociale, comme l’hydraulique est la mécanique elle-même appliquée à l’équilibre et au mouvement des liquides, du moins une science analogue à la mécanique58. »

30Pour autant, la démarche de Mirowski me paraît épistémologiquement erronée, en ce qu’elle regarde la question par le « petit côté de la lorgnette », celui du formalisme de l’écriture scientifique en ignorant la dimension substantielle des croisements entre économie et physique, soit la question de la place de la nature dans le processus de création de valeur. L’importance prise aujourd’hui par le débat écologique mérite qu’on se penche sur une telle question. Mais, indépendamment de cette orientation axiologique, aborder ce thème est historiographiquement indispensable, car le traitement sur le seul terrain du formalisme des relations entre économie et physique se fait au prix d’un travestissement des données.

31La discussion de la notion d’ingénieur-économiste permet d’éclairer cette question. Cette expression, apparue au xxe siècle, désigne à juste titre des auteurs, ingénieurs de formation, qui se sont tournés vers la science économique où ils ont pu valoriser les outils mathématiques (notamment l’analyse différentielle) étudiés au cours de leur scolarité, mais aussi importer en économie un esprit intellectuel, qui caractérise la tradition française d’ingénierie. Appliquer, rétroactivement, cette dénomination à des auteurs du xixe siècle comme Jules Dupuit est en revanche erroné. En effet, si Jules Dupuit s’est effectivement consacré à la fin de sa carrière intellectuelle à l’écriture d’œuvres économiques inscrites dans la tradition libérale française (et, d’ailleurs, dénuées de formalisme mathématique), le fameux mémoire de 1844 qui fascine, à raison, les économistes contemporains n’est pas dissociable de son travail d’ingénieur dont il est une production. Autrement dit, si Dupuit fut, au cours de sa carrière, d’abord ingénieur, puis économiste, il a, comme ingénieur, et cela à l’instar de nombre de ses collègues aujourd’hui oubliés mais que le patient travail de Bernard Grall a fait connaître, développé une problématique économique.

  • 59  F. Vatin, « L’esprit d’ingénieur : pensée calculatoire et éthique économique », Revue française de (...)
  • 60  Cournot A.-A, Traité de l’enchaînement des idées fondamentales dans les sciences et dans l’histoir (...)

32Pour le dire autrement, c’est la pensée d’ingénieur qui est en elle-même intrinsèquement économique au sens où elle vise à dégager un principe d’efficience, c’est-à-dire à poser un ratio entre une grandeur, portée au numérateur, car pensée comme une valeur positive (un « produit ») et une grandeur, portée au dénominateur, car pensée comme une valeur négative (un « coût »)59. La version canonique de ce ratio qui structure la pensée techno-économique moderne des ingénieurs est, précisément, le concept de « rendement mécanique » qui rapporte un « travail utile » à un « travail dépensé ». La terminologie économique utilisée par les ingénieurs qui ont élaboré la mécanique du travail n’est pas une scorie de leur pensée. Elle fait intrinsèquement partie de la théorie même qu’ils développent, celle d’une « mécanique industrielle », qui, comme Cournot l’avait souligné, ne doit pas être confondue avec la « mécanique rationnelle » : « Depuis deux siècles, ces deux sciences qui portent le même nom, sont en contraste, et jusqu’à un certain point en conflit ; et le contraste, sinon le conflit, tient au fond des choses. Dans la mécanique qui s’applique au mouvement des corps célestes, l’on conçoit que les corps agissent à distance les uns sur les autres, d’une action permanente, qui ne s’épuise ou ne se dépense point par l’exercice […]. Au contraire, dans la mécanique des machines, il n’y a pas à proprement parler d’action à distance ; […] et tous les moteurs naturels, poids, vent, cours d’eau, ressorts, gaz ou vapeurs qui se détendent, animaux de trait, etc., ne peuvent agir sur nos appareils mécaniques qu’au moyen de liens matériels, en cheminant dans le sens suivant lequel ils sollicitent les corps qu’ils mettent en mouvement, et en consommant ainsi, par leur chute, par leur détente ou de toute autre manière équivalente, la quantité de force vive ou de travail que la Nature ou l’art avait pour ainsi dire amassée en eux, et que la science du mécanicien recueille ou utilise60. »

33On comprend donc la limite d’une analyse comme celle de Mirowski qui pense les relations entre l’économie mathématique sous l’angle exclusif de la mécanique rationnelle, alors que des auteurs comme Cournot, Dupuit, et même à certains égards Jevons, et ceci à la différence de Walras, ont plus été inspirés par la mécanique des ingénieurs que par la mécanique rationnelle. La constatation de l’emploi de certains formalismes communs, au tout premier chef du calcul différentiel et intégral, peut ainsi conduire à ignorer une ligne de fracture épistémologiquement importante, tant pour l’économiste que pour le physicien, car elle concerne son mode d’« accrochage au réel ». Dans la science pratique des ingénieurs, la cohérence d’ensemble n’est pas postulée comme la condition même de la « scientificité » du modèle. Cette posture pragmatique est précisément à l’inverse de celle adoptée par Walras, dans le sillage explicite de Lagrange, et à sa suite par Gérard Debreu avec de nouveaux instruments logico-mathématiques, et qui vise à fonder dans la cohérence interne du modèle, et exclusivement dans celle-là, sa portée heuristique.

  • 61  Voir sur cette question l’introduction particulièrement claire de Vivien F.-D., Économie et écolog (...)

34Or, nous revenons ici à la question de la valeur. L’histoire des croisements noués entre économie et physique autour du concept de travail ne relève pas simplement des échanges analytiques entre les deux disciplines, mais interroge leur substrat épistémologique même comme en témoigne la symétrie entre les notions de valeur et d’énergie, dont la notion de travail fut la première expression. On débouche alors sur des interrogations fondamentales sur la nature du monde et sur la façon dont on peut la saisir, théoriquement mais aussi pratiquement. L’économie n’est-elle qu’une construction sociale ou est-elle une dimension du monde naturel lui-même ? Question que l’on peut décomposer ainsi : d’une part, peut-on ignorer la matérialité du monde dans la définition des choix socio-économiques (c’est la question écologique61) ? d’autre part, la science moderne n’est-elle pas fondée elle-même sur un principe d’économicité qui a sa source dans son caractère anthropo-centré ?

  • 62  Cournot, A., Considérations sur la marche des idées et des événements dans les temps modernes (187 (...)

35Je redonnerai pour finir la parole à Cournot, qui, dans le sillage de son auteur de prédilection : Leibniz, et en s’appuyant précisément sur le concept de travail et la tradition de mécanique industrielle, est probablement l’économiste et le philosophe qui a su le mieux poser la question de l’articulation entre économie politique et économie naturelle, laquelle sera, indiscutablement la question majeure du présent siècle : « Ex nihilo nihil ; aucune force (mécanique ou autre) ne se crée de toutes pièces ; toute production ou dépense de force implique la dépense ou la reproduction de forces congénères, en dose équivalente. Sous l’empire de ce principe, la science de la nature prend un grand air de ressemblance avec nos théories industrielles ou économiques : l’homme en travaillant sur une échelle réduite se conforme aux lois du travail qui se fait sans relâche dans l’immense laboratoire de la nature62. »

Haut de page

Notes

1  Sur toute cette première partie, on se pourra se reporter à Vatin, F., Le travail, économie et physique (1780-1830), Paris, Puf, 1993.

2  Cette expression disparaîtra à la fin du xixe siècle au profit de celle d’« énergie cinétique », définie comme la « demi-force vive » (1/2 mv2), afin d’assurer l’homogénéité avec la théorie du travail selon les souhaits de Gaspard Coriolis (voir infra).

3  D’Alembert, J. Le Rond, Traité de dynamique (1743) réed., Paris, Gauthiers-Villars, 1921 et Joseph Gabay, 1950.

4  A certains égards, la conservation de la quantité de mouvement apparaissait comme un principe plus général dans la physique classique, car la conservation de la force vive supposait, dans le cas de chocs, des corps parfaitement « durs ». Mais le principe de conservation de la force vive s’élargit en devenant celui de la conservation de l’énergie (i.e. « premier principe » de la thermodynamique).

5  W. J.’s Gravesande laissait chuter deux boulets de même volume et de masses différentes sur de la terre glaise. L’impact apparaissait comme fonction de la masse et du carré de la vitesse, soit, exprimé en travail, du poids et de la hauteur de la chute. En effet, la « force vive » a les mêmes « dimensions » physiques que le travail. Voir infra.

6  W.J.’s Gravesande cité par Séris J.-P. , Machine et communication. Du théâtre des machines à la mécanique industrielle, Paris, Vrin, 1987, p. 273.

7  En fait, on ne trouve pas cette formule chez Montgolfier lui-même, mais simplement une expression plus plate : « la force a un prix » (Montgolfier, J., « Mémoire sur la possibilité de substituer le bélier hydraulique à l’ancienne machine de Marly », Journal de l’École polytechnique, 1808, p. 289-317 : 290.) Sur la personnalité pittoresque de Joseph Montgolfier, qui était alors démonstrateur au jeune Conservatoire royal des arts et métiers, voir Gillespie Ch., Les frères Montgolfier et l’invention de l’aéronautique (1983), Arles, Actes-Sud, 1989.

8  Burdin C., « Considérations générales sur les machines en mouvement », Journal des mines, n° 221, 1815, pp. 320-346.

9  C’est à Gaspard Coriolis que l’on doit la définition formelle du « travail » dans le cadre de la mécanique rationnelle (Coriolis G., Du calcul de l’effet des machines, Paris, 1829). Il définit dans cet ouvrage un concept de « travail élémentaire », ce qui lui permet d’obtenir par intégration dans un intervalle de temps le produit scalaire « force par distance » communément désignée avant lui par l’expression de « travail » par Coriolis, mais aussi par la formule de « quantité d’action » adoptée notamment par Coulomb et Navier. C’est cette démarche qui conduit aussi Coriolis à proposer que l’on redéfinisse la force vive par le produit 1/2mv2, ultérieurement rebaptisée « énergie cinétique ».

10  Lamy B., Traitez de mechanique de l’équilibre des solides et des liqueurs, Paris, André Pralard, 1679, p. 96.

11  Amontons G., « Moyens de substituer commodément l’action du feu à la force des hommes et des chevaux pour mouvoir les machines », dans Mémoires de l’Académie des sciences de Paris, 1699.

12  Voir sur Amontons, l’article de Yannick Fonteneau dans ce même numéro.

13  Selon son vrai titre : Coulomb Ch.-A., « Résultats de plusieurs expériences destinées à déterminer la quantité d’action que les hommes peuvent produire par leur travail journalier suivant les différentes manière dont ils utilisent leurs forces », dans Mémoires de l’Académie des sciences de Paris, 1799 repris dans Théorie des machines simples, Paris, Bachelier, 1821 (édition citée).

14  Coulomb Ch.-A., op. cit., p. 256.

15  Robbins, L., Essai sur la nature et la signification de la science économique (1932), Paris, Librairie Médicis, 1947.

16  Selon un raisonnement très intéressant, Coulomb, qui ne pouvait pas mesurer « physiquement » la fatigue, la mesurait « économiquement » en supposant comme de fatigue égale deux tâches payées le prix d’une journée « normale » de travail. Voir sur cette démarche et son analogie avec l’économie politique de Smith, Le travail, op. cit., chapitre 2.

17  Le cheval se louait parfois ; on avait dans ces cas-là un prix de journée de cheval strictement équivalent à celui de la journée humaine (salaire). Quand le cheval est propriété de son utilisateur, on se trouve dans une situation économiquement équivalente à l’esclavage.

18  La « puissance » est physiquement un travail divisé par un temps, autrement dit la quantité de travail produite pendant un temps donné. La mesure ordinaire était la quantité de travail journalière.

19  Charles Dupin, mathématicien, statisticien et économiste fut nommé en 1819 « professeur de géométrie et de mécanique appliquées aux machines » au Conservatoire en même temps que Say y était nommé « professeur d’économie industrielle ». On lui doit notamment les Forces productives et commerciales de la France, Paris, 1827, tentative de tableau statistique de l’économie française, qui fait suite aux six volumes de ses Voyages dans la Grande-Bretagne, entrepris relativement aux services publics de la guerre, de la marine, et des ponts et chaussées, au commerce et à l’industrie depuis 1816, 3e édition, Bruxelles, Lithographie royale, 1826-1827, qui distinguent la « force militaire » (vol. 1 et 2), la « force navale » (vol. 3 et 4) et la « force commerciale » (vol. 5 et 6). La notion de « force productive » est donc déduite chez lui d’une extension d’une problématique militaire. Voir sur cet auteur Christen, C. et Vatin, F., Charles Dupin (1784-1873), savant, économiste, pédagogue et parlementaire du Premier au Second Empire, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2009.

20  Navier C.-L., « Sur les principes du calcul et de l’établissement des machines et sur les moteurs » (additions) dans Belidor B. Forest de, Architecture hydraulique, nouvelle édition par C.-L. Navier, Paris, Firmin Didot, 1819, p. 376-396 : 376 ; Navier emploie ici le terme « travail » au sens ordinaire. Il utilise encore dans ce texte l’expression empruntée à Coulomb de « quantité d’action » pour désigner le travail mécanique.

21  Ce postulat est en fait problématique, comme on le verra infra.

22  Cournot, A. Recherches sur les principes mathématiques de la théorie des richesses (1838), Paris, Vrin, 1982. Ce texte, passé inaperçu lors de sa parution, est aujourd’hui considéré à juste titre comme l’acte fondateur de l’économie mathématique.

23  Cournot A., « De la mesure des forces et du travail des machines », dans D. Lardner et H. Kater, Éléments de mécanique, trad. par Cournot A., Paris, Paulin, 1834, repris dans Vatin F., Économie politique et économie naturelle chez A.A. Cournot, Paris, Puf, 1998, p. 375-397, p. 383.

24  [Navier C.-L, Notes sur l’architecture hydraulique de Belidor, addition au livre i, § 1 (note de Saint-Venant), soit le texte précédemment cité.]

25  Saint-Venant, A. Barré de, « Mémoire sur les théorèmes de la mécanique générale », présenté le 14 avril 1834 à l’Académie des sciences, Archives de l’École Polytechnique, Fonds Saint-Venant, carton n° 19.

26  Voir mes commentaires dans Le travail, op. cit., p. 76 et sq. Coriolis introduit cette distinction, car c’est pour lui la faculté de produire du travail qui constitue une marchandise (ce « qui se paie ») et non le travail lui-même.

27  Saint-Venant, op. cit.

28  Idem.

29  Kuhn Th., « Un exemple de découverte simultanée : la conservation de l’énergie » (1959) repris dans La tension essentielle, Paris, Gallimard, 1990, pp. 111-156.

30  Carnot S., Réflexion sur la puissance motrice du feu (1824), Paris, Vrin, 1978.

31  Foucault M., Les mots et les choses, Paris, Gallimard, 1966.

32  Voir Vatin F., Morale et calcul économiques dans le premier xixe siècle : l’Économie industrielle de Claude-Lucien Bergery, Paris, l’Harmattan, 2007.

33  Dupuit est essentiellement connu des économistes pour un mémoire intitulé « De la mesure de l’utilité des travaux publics », Annales des Ponts et Chaussées, 1844, 2e semestre, pp. 332-375. Voir notamment Ekelund, R. B. et Hebert, R. F., Secret Origins of Microeconomics : Dupuit and the Engineers, Chicago, University of Chicago Press, 1999, ainsi que Etner F., Histoire du calcul économique, Paris, Economica, 1987.

34  Voir Grall B., Économie de forces et production d’utilité, (F. Vatin, éd.), Rennes, Pur, 2001.

35  Grall B., op. cit.

36  Le point nodal du modèle est la « fréquentation » de la chaussée. C’est en effet la principale variable qui détermine la dépense d’entretien, qui est fonction de l’usure de la chaussée et donc de son usage. Mais cette fréquentation constitue aussi le produit final, économiquement impossible à mesurer directement, du service d’entretien routier. D’où la théorie de l’utilité de Jules Dupuit qui vise précisément à concevoir par « expérience de pensée » un marché fictif. Voir Grall B., op. cit.

37  Il est frappant de voir avec Grall B., op. cit., la similitude des démarches. Ainsi, par exemple, la construction d’un système de comptabilité analytique, champ dans lequel les compagnies ferroviaires ont joué un indéniable rôle précurseur, a indiscutablement reposé sur la transposition en monnaie du système d’équivalences en travail de l’économie routière. De même, le modèle du prix de monopole, dégagé par Cournot en 1838, mais réinventé indépendamment par Dupuit en 1844, est strictement équivalent au modèle d’optimisation en travail développé par Coulomb. Au produit scalaire des mécaniciens (poids par distance), on substitue le produit prix par quantité. Il s’agit ici aussi du produit d’une grandeur intensive (le prix) par une grandeur extensive (la quantité), fonctionnellement liées.

38  Voir Vatin, F., « Jules Dupuit et l’utilité publique des transports, actualité d’un vieux débat », Revue d’histoire des chemins de fer, n° 27 automne 2002.

39  Cournot A.., Principes de la théorie des richesses (1863), Paris, Vrin, 1981, p. 43.

40  Voir Vatin F., op. cit., 1998, p. 240 et sq. ainsi que Grall B., op. cit.

41  Cournot A., Principes, op. cit., p. 45.

42  Voir sur ces questions, Vatin F., Le travail, sciences et société, Bruxelles, éditions de l’Université de Bruxelles, 1999.

43  Kuhn Th., op. cit.

44  Say J.-B., Traité d’économie politique, Paris, Calmann-Lévy, 1972, pp. 65-66 (cité d’après la 6e édition, 1841, mais ce texte est inchangé depuis la 2e édition, 1814). Voir sur cette question, Vatin F., « Pensée industrielle et théorie de la production chez Jean-Baptiste Say », Communication au colloque « Jean-Baptiste Say », Lyon, 26-29 octobre, 2000, in Potier, J.-P. et Tiran, A. (éd.), Jean-Baptiste Say. Nouveaux regards sur son œuvre, Paris, Economica, 2002, pp. 605-628. Ici Say parle de la production agricole, mais il prend bien soin de préciser que cela concerne aussi la production manufacturière : « Cette expression, agents naturels, est prise ici dans un sens fort étendu, car elle comprend non seulement les corps inanimés dont l’action travaille à créer des valeurs, mais encore les lois du monde physique, comme la gravitation qui fait descendre le poids d’une horloge, le magnétisme qui dirige l’aiguille de la boussole, l’élasticité de l’acier, la chaleur qui se dégage par la combustion, etc. » (ibidem).

45  Grall B. et Vatin F., « La machine et l’impôt. Jules Dupuit la mécanique industrielle et l’économie politique », Revue européenne de sciences sociales, Tome XXXV, 1997, n° 109, pp. 25-53, repris dans Simonin, J.-P. et Vatin, F., L’œuvre multiple de Jules Dupuit. Calcul d’ingénieur, analyse économique et pensée sociale, Angers, Presses universitaires d’Angers, 2002.

46  Böhm-Bawerk E. von, Théorie positive du capital (1889), traduction partielle, Paris, Giard et Brière, 1909 et mes commentaires dans La fluidité industrielle, Paris, Méridiens-Klincsieck, 1987 ; Effertz O., Les antagonismes économiques, Paris, Giard et Brière, 1906.

47  Ricardo D., Des principes de l’économie politique et de l’impôt (1817), Paris, Calmann-Lévy, 1970, chapitre i, section IV.

48  Pour Cournot, voir Vatin F., Économie politique, op. cit., chapitre 1.

49  Il est intéressant de souligner que William Stanley Jevons se livre à la même opération logique dans sa Théorie de l’économie politique (1871), trad. française d’après la deuxième édition anglaise (1879), Paris, Giard et Brière, 1909, chapitre 2. Dans ce chapitre sur la « théorie des dimensions économiques » explicitement inspirée d’une théorie physique de la mesure, il parvient à éliminer le temps de la métrologie économique en soulignant paradoxalement son caractère fondamental,… si fondamental que, placé à la fois au numérateur et au dénominateur, il peut être réduit dans une variable scalaire doté de la si précieuse additivité.

50  Coriolis G.., op. cit., pp. 31-32.

51  Idem, p. 232.

52  Voir Vatin F., op. cit., 1993, p. 111, et op. cit., 1998, p. 306.

53  Marx K. et Engels F., Lettres sur les sciences de la nature, Paris, éditions sociales, 1974 ; voir aussi F. Engels, Dialectique de la nature, Paris, éditions sociales, 1968.

54  Toute la théorie marxiste de l’exploitation repose en effet sur la mesure de l’input, la « force de travail », dans les termes de l’« output », le travail produit (voir F. Vatin, op. cit., 1993, pp. 105 et sq.)

55  Voir Vatin F., op. cit., 1993, ainsi que « Avant Marx et Polanyi, Eugène Buret : Le travail, la servitude et la vie », Revue du Mauss, n° 18, 2001, p. 237-280. Repris (révisé) dans Trois essais sur la genèse de la pensée sociologique : politique, épistémologie et cosmologie, Paris, La Découverte, 2005.

56  Mirowski Ph., Plus de chaleur que de lumière [Texte imprimé] : l’économie comme physique sociale, la physique comme économie de la nature (1989), Paris, Economica, 2001.

57  Voir notamment Marchi N. de (éd.), Non-Natural Science : Reflecting on the Enterprise of More Heath than Light, supplément au n° 25 d’History of Political Economy, Durham and London, Duke Univesity Press, 1993.

58  Walras L., « Esquisse d’une doctrine économique et sociale » (1898) repris dans Walras L., études d’économie politique appliquée, Walras A. et L., Œuvres économiques complètes, Paris, Economica, 1992, p. 405-406 (ce texte ne fut jamais intégralement publié du vivant de Walras).

59  F. Vatin, « L’esprit d’ingénieur : pensée calculatoire et éthique économique », Revue française de socio-économie, n° 1, 2008, pp. 131-152.

60  Cournot A.-A, Traité de l’enchaînement des idées fondamentales dans les sciences et dans l’histoire (1861), Paris, Vrin, 1982, p. 123.

61  Voir sur cette question l’introduction particulièrement claire de Vivien F.-D., Économie et écologie, Paris, La Découverte, 1994.

62  Cournot, A., Considérations sur la marche des idées et des événements dans les temps modernes (1872), rééd. Paris, Vrin, 1973, p. 357. J’ai longuement développé cette approche de Cournot qui en fait un précurseur méconnu du questionnement écologique in Vatin, F., Économie politique…, op. cit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Vatin, « Le « travail physique » comme valeur mécanique (xviiie-xixe siècles) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 110 | 2009, 117-135.

Référence électronique

François Vatin, « Le « travail physique » comme valeur mécanique (xviiie-xixe siècles) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 110 | 2009, mis en ligne le 01 octobre 2012, consulté le 26 juin 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1994

Haut de page

Auteur

François Vatin

IDHE, Université Paris X

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page