Navigation – Plan du site
DOSSIER

Le travail discipliné : genèse d’un projet technologique au xixe siècle

François Jarrige
p. 99-116

Résumé

Face à l’effritement des anciennes régulations du travail, les économistes et les fabricants du début du xixe siècle s’efforcent de trouver des moyens pour lutter contre « l’oppression du travail » et discipliner la main-d’œuvre qui inquiète à l’ère des Révolutions. Durant la première moitié du xixe siècle, en France comme en Grande-Bretagne, le travail et l’invention technique sont au cœur d’un important processus de réévaluation. La mécanisation industrielle apparaît de plus en plus comme le moyen de faire advenir un travail discipliné et moralisé. À travers l’examen de quelques univers productifs britanniques et français de la première industrialisation, et en confrontant les discours et les pratiques des manufacturiers, il s’agit de suivre comment la recherche de la discipline au travail s’affirme progressivement comme un élément majeur de légitimation du changement technique.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

Angleterre, France

Chronologie :

XIXe siècle
Haut de page

Texte intégral

« La mécanique a délivré le capital de l’oppression du travail »

Eugène Buret, De la Misère des classes laborieuses en Angleterre et en France, 2 vols., Paris, Paulin 1840, vol. 2, p. 36.

  • 1  Cité par Eugène Buret dans De la Misère des classes laborieuses en Angleterre et en France, 2 vols (...)

1Le travail entre dans l’ère des turbulences au xixe siècle : sa reconfiguration s’insère alors dans les luttes incessantes qui opposent les acteurs du champ économique. Au cours des années 1840, la Grande-Bretagne apparaît de plus en plus comme un modèle aux observateurs soucieux d’étudier le nouveau visage du travail industriel. En 1841, Eugène Buret, héritier intellectuel de Sismondi et pourfendeur du paupérisme britannique, publie De la misère des classes laborieuses en France et en Angleterre. L’ouvrage est issu d’un mémoire couronné en 1840 par l’Académie des sciences morales et politiques. Il a obtenu le soutien du médecin Louis-René Villermé et de l’économiste libéral Adolphe Blanqui. Buret y rapporte les propos d’un industriel de Manchester évoquant les nouvelles fonctions disciplinaires de la mécanique : « [Les ouvriers] nous avaient mis, nous et nos capitaux, à la merci de leurs coalitions, de leurs coups (strikes) ; leurs prétentions, tous les jours exagérées, nous empêchaient de vaincre la concurrence étrangère ; pour remporter des victoires, il faut une armée disciplinée. L’insubordination de nos ouvriers nous a fait songer à nous passer d’eux ; nous avons fait et provoqué tous les efforts d’intelligence imaginables pour remplacer le service des hommes par des instruments plus dociles, et nous en sommes venus à bout. La mécanique a délivré le capital de l’oppression du travail1. »

  • 2  « Les économistes de l’Institut. I- Blanqui », Revue indépendante, t. 10, Paris, 1845, p. 217.
  • 3  Proudhon P. J., Système des contradictions économiques ou philosophie de la misère, Paris, Librair (...)
  • 4  Ure A., Philosophie des manufactures ou économie industrielle de la fabrication du coton, Paris, L (...)
  • 5  Marx discute cette question dans le Capital, Paris, Gallimard, 1963 [1867], chap. 15, section. , p (...)

2Dans la nouvelle compétition internationale qui se durcit à l’ère du libre-échange, la main-d’œuvre turbulente doit se muer en armée obéissante ; « l’oppression du travail » doit laisser la place à la docilité. La formule de Buret est régulièrement citée dans les années qui suivent tant elle semble incarner les nouvelles représentations du travail à l’heure de l’industrialisation. On la retrouve dans la Revue indépendante de Pierre Leroux en 18452. Elle est utilisée l’année suivante par Proudhon dans son Système des contradictions économiques (1846)3. En Angleterre, les liens entre conflits du travail et mécanisation avaient été proclamés très tôt. Le chimiste Andrew Ure affirmait dès 1830 que, grâce aux machines, « les capitalistes cherchent à s’affranchir de l’esclavage insupportable [des ouvriers] en s’aidant des ressources de la science4 ». Dans le Capital, Marx discute les analyses de Ure et assure qu’« on pourrait écrire toute une histoire au sujet des inventions faites depuis 1830 pour défendre le capital contre les émeutes ouvrières5 ».

  • 6  Hirsch J-P. et Minard Ph., « Laissez-nous faire et protégez-nous beaucoup : pour une histoire des (...)
  • 7  Tinel B., « À quoi servent les patrons ? » Marglin et les radicaux américains. Suivi de À quoi ser (...)

3L’aube du xixe siècle voit en effet surgir un malaise dans les anciennes régulations du travail. Comme l’ont montré des travaux récents, le mot d’ordre de liberté qui triomphe alors plonge les manufacturiers dans une inquiétude persistante6. Face à la nouvelle liberté proclamée par les Révolutionnaires, comment assurer la discipline de la main-d’œuvre et la police du travail ? Cette question, qui hante les acteurs du champ économique, pousse à l’élaboration de divers mécanismes institutionnels et techniques pour discipliner la main-d’œuvre. Dans les années 1970, S. Marglin suggérait déjà que l’origine de la hiérarchie dans la production capitaliste n’était pas à rechercher dans une quelconque efficience technique ou organisationnelle, mais dans un rapport de force qui se manifeste notamment dans les variations du prix relatif du travail. La division capitaliste du travail serait dès lors le fruit d’une véritable stratégie de pouvoir visant à diviser le procès de production pour régner sur le produit et s’approprier le surplus. Marglin propose une analyse où les luttes sociales et les stratégies de pouvoir qui les accompagnent constituent l’élément déterminant du changement économique. Par la suite, Nathan Rosenberg ou W. Lazonick ont proposé quant à eux de placer le travail et ses luttes au cœur de l’analyse de l’innovation technique7.

  • 8  Notre usage de la notion de « projet technologique » comme ensemble de discours et de pratiques de (...)
  • 9  Nous entendrons ici le terme « technologique » utilisé dans le titre dans son sens étymologique qu (...)

4À travers l’examen de quelques univers productifs de la première industrialisation, et en confrontant les discours des promoteurs du changement technique et les pratiques de mécanisation dans les ateliers, il s’agit de suivre l’émergence progressive d’un nouveau projet technologique liant intimement innovation et contrôle social8. La recherche de la discipline au travail s’énonce en effet sous les traits d’un projet, c’est-à-dire d’un ensemble d’intentions, d’objectifs, d’ébauches, qui deviennent peu à peu des éléments majeurs du discours sur la technique chez les économistes, les technologues et les fabricants9. La quête incessante de la discipline s’affirme à la fois comme un but à atteindre et comme un instrument de légitimation et de justification du changement technique et des pratiques patronales. À l’ère libérale, alors que le travail cesse peu à peu d’être le siège de l’identité des acteurs, la technique s’impose progressivement comme un nouvel outil de régulation des conduites.

Travail et machinisme à l’ère des Révolutions

  • 10  Coats A. W., « Changing attitudes to labour in the mid-Eighteenth Century », Economic History Revi (...)
  • 11  Fonteneau Y., « Les antécédents du concept de travail mécanique chez Amontons, Parent et D. Bernou (...)
  • 12  Vatin F., Le travail. économie et physique (1780-1830), Paris, PUF, 1993 ; Id., Le travail et ses (...)
  • 13  Thompson E. P., Temps, travail et capitalisme industriel, Paris, La Fabrique, 2004 [1967].

5Au début du xixe siècle, le travail et l’invention technique sont au cœur d’un important processus de réévaluation. Au xviiie siècle, le travail est de plus en plus pensé comme une source fondamentale de richesse10. Il envahit peu à peu la scène de l’économie politique ; il est cette puissance humaine et/ou « machinique » qui permet de générer de la valeur à travers une activité créatrice. Le thème d’une optimisation de la production par le travail mécanique émerge également à l’époque moderne11, mais c’est surtout avec l’industrialisation que l’utilisation des machines et le remplacement des agents producteurs par des artefacts deviennent des éléments centraux de la reconfiguration du travail. Autour des années 1780-1830, la formalisation physique du concept de travail est de plus en plus mise au service de l’économie de la machine12. Parallèlement, l’industrialisation voit surgir une exigence croissante de discipline et de contrôle de la main-d’œuvre et de son activité. Pour y répondre, on agit sur les sphères de recrutement, sur la formation et la qualification de la main-d’œuvre, sur les modes de rémunération, mais aussi sur le contrôle et l’organisation du processus de production13. Dans le discours des fabricants, des ingénieurs et des économistes, le projet de mécanisation industrielle s’énonce de plus en plus à travers le langage du travail discipliné et moralisé.

  • 14  Hay D., « Master and Servant in England : Using the Law in the Eighteenth and Nineteenth Centuries (...)

6Alors que l’industrialisation s’affirme et que la question sociale surgit dans la période postrévolutionnaire, le contrôle des travailleurs s’affirme comme une nécessité pour les théoriciens de la nouvelle société industrielle. En Angleterre, la relation d’emploi devient de plus en plus inégale et la législation accentue son caractère disciplinaire. Douglas Hay montre, par exemple, comment l’arsenal législatif est de plus en plus utilisé en période de croissance pour contrôler les travailleurs, briser les grèves, assurer la stabilité de la main-d’œuvre et freiner le débauchage14. La peur de la contagion révolutionnaire et le développement de l’agitation ouvrière poussent les autorités britanniques à adopter les Combination Acts de 1799-1800. En France, la loi Le Chapelier de 1791, le livret ouvrier institué en 1803 et le code pénal de 1810 encadrent strictement la main-d’œuvre et interdisent les coalitions. Dans ce contexte, les mécaniques sont pensées comme des auxiliaires possibles pour contrôler les travailleurs et discipliner le travail qui inquiète à l’« ère des Révolutions ».

  • 15  Costaz C. A., Essai sur l’administration de l’agriculture, du commerce, des manufactures et des su (...)

7Dès la fin de la période impériale en France, Claude Anthelme Costaz explique ainsi que « la découverte des machines rend aujourd’hui impuissante la mauvaise volonté des ouvriers puisqu’ils ne sont plus, comme autrefois, des instruments indispensables à l’activité des manufactures et qu’on peut, sans inconvénient, les remplacer par des hommes nouveaux et manquant d’expérience15 ». Costaz énonce de façon abrupte le nouveau paradigme qui gouverne les conceptions de la technique industrielle. Tour à tour conseiller d’état, préfet, membre du Tribunat, directeur général des Ponts et Chaussées, Costaz était l’un des personnages clés de l’appareil économique d’état sous le Directoire et l’Empire. Il a également dirigé la Division des fabriques et des arts du ministère des Manufactures et du Commerce et a été le secrétaire de la Société d’encouragement pour l’industrie nationale. Son témoignage est significatif du nouvel état d’esprit des élites économiques du temps.

  • 16  Perez L., La pièce et le geste. Entreprises, cultures opératoires et marchés à Londres au xviiie s (...)
  • 17  MacLeod C., Inventing the Industrial Revolution : The English Patent System, 1660-1800, Cambridge, (...)
  • 18  Von Tunzelmann N., « Time Saving Technical Change : The Cotton Industry in the English Industrial (...)
  • 19  Trevor Griffiths, Philippe Hunt et Patrick O’Brien, « Inventive Activity in the British Textile In (...)
  • 20  MacLeod C., op. cit., p. 216-219 : « The acceptance of mechanization » ; Hilaire-Perez L., L’inven (...)

8Au xviiie siècle, peu d’inventeurs déclaraient avoir comme but d’améliorer la productivité des travailleurs, et ceux qui étaient chargés d’examiner les brevets se méfiaient des procédés qui économisaient les bras. Les praticiens du xviiie siècle craignaient les effets des machines sur l’emploi et les salaires, tandis que la culture technologique et le dynamisme artisanal du xviiie siècle faisaient peu de place au rêve machinique qui s’impose avec l’industrialisation16. Chez Adam Smith, par exemple, c’est d’abord la division du travail qui forme la pierre angulaire de la théorie de la croissance, le machinisme n’occupant qu’un rôle secondaire. Dans les dernières décennies du xviiie siècle toutefois, une conception nouvelle de l’invention se fait jour. La hausse de la productivité du travail s’affirme peu à peu comme un objectif prioritaire et un projet central de la nouvelle épistémè libérale17. Autour de 1790, les nouveaux procédés techniques visent moins à diversifier les produits ou à améliorer leur qualité qu’à intensifier la production et à permettre des gains de temps18. À une économie qui privilégie la qualité des produits se substitue peu à peu la production de masse qui vise d’abord à l’augmentation des quantités produites en économisant le travail19. Un nouveau regard positif sur les techniques et leurs effets dans la sphère productive émerge dès lors20.

  • 21 Sir James Steuart, An Inquiry into the principles of political oeconomy, 2 vols., 1767, vol. 1, p.  (...)
  • 22  Berg M., The Machinery question and the making of political economy (1815-1848), Cambridge, CUP, 1 (...)
  • 23  « Il ne reste plus à désirer que le roi, demeuré tout seul sur l’île, en tournant constamment une (...)
  • 24  Say J.-B., Traité d’économie politique, ou simple exposition de la manière dont se forment, se dis (...)

9Dès 1767, l’économiste anglais James Stewart notait que les avantages des machines sont « si palpables que je n’ai pas besoin d’y insister21 ». Ricardo et l’économie politique anglaise contribuent à résoudre la « question des machines » en faisant du changement technique un substitut rationnel au travail22. En France, Jean-Baptiste Say et ses disciples réfutent également les inquiétudes de Sismondi23 et défendent la théorie du déversement naturelle de la main-d’œuvre remplacée par les machines dans d’autres secteurs d’activités : « Lorsqu’une nouvelle machine, ou en général un procédé expéditif quelconque remplace un travail humain déjà en activité, une partie des bras industrieux dont le service est utilement suppléé demeure sans ouvrage. Mais ce malheur, toujours passager, est promptement réparé. La grande multiplication d’un produit en fait baisser le prix : le bon marché en étend l’usage, et sa production, quoique devenue plus expéditive, ne tarde pas à occuper plus de travailleurs qu’auparavant24. »

  • 25  Sur les refus violents de la mécanisation et ses conséquences : Jarrige F., Au temps des « tueuses (...)
  • 26  Babbage C., Traité sur l’économie des machines et des manufactures, trad. de l’anglais sur la 3e é (...)
  • 27  Ibid., p. 446.

10Parallèlement, alors que les inquiétudes s’expriment dans la société civile, de plus en plus d’enquêtes fondées sur les statistiques tendent à montrer les bienfaits apportés par les machines pour le travail et les travailleurs25. Dans son Traité sur l’économie des machines, le mathématicien Charles Babbage expose ainsi les « avantages qui résultent de l’emploi illimité des machines comme moyen de production26 ». Au moyen de statistiques recueillies dans 65 fabriques de Stockport, il montre que la mécanisation permet un accroissement de la main-d’œuvre : si le nombre d’ouvriers travaillant aux métiers à bras diminue de 2000 entre 1822 et 1832, ceux occupés aux métiers mus à la vapeur augmentent dans le même temps de 240027. Dans la première moitié du xixe siècle, l’économie politique fait du travail le socle de la valeur des marchandises. Elle répond aux objections soulevées contre la mécanisation en montrant que les nouveaux procédés ne suppriment pas les bras ; elle les acclimate dans l’atelier en prouvant aux fabricants qu’elles offrent un instrument pour discipliner et moraliser les travailleurs de plus en plus perçus comme une menace et un danger.

Le spectre des conflits

  • 28  Il affirme devant un comité de la chambre des Lords le 19 mai 1851 que « The self-acting mule was (...)
  • 29  Ure A., Philosophie des manufactures, op. cit., p. 137-138.
  • 30  Bruland K., « Industrial conflict as a source of technical innovation : three cases », Economy and (...)

11Dans le quotidien des ateliers et des places de fabrique, les fabricants recourent fréquemment à l’argument de l’indiscipline pour légitimer l’introduction des nouvelles méthodes. Le désir de lutter contre les conflits du travail et l’autonomie de la main-d’œuvre s’affirme dans l’argumentaire des patrons modernisateurs. En Angleterre, la mise au point dans les années 1820 du métier à filer self-acting, ou renvideur automatique, par l’ingénieur Roberts répondait ainsi au désir des industriels de se passer de la main-d’œuvre turbulente des fileurs après une longue grève qui avait éclaté à Hyde, au nord-est de Stockport, en 1825. Dans sa déposition devant un comité parlementaire en 1851, l’inventeur lui-même confirme qu’une députation de filateurs vint le trouver pour le prier de mettre au point un métier automatique afin de se passer des turbulents fileurs28. Selon Andrew Ure, les métiers à filer automatiques mis au point dans les années 1820 devaient permettre d’« étouffer l’hydre de la sédition29 ». Les efforts de mécanisation du peignage de la laine autour de 1830 répondent à la même préoccupation30.

  • 31  Tufnell E. C., Character, Objects and Effects of Trade Unions,with some Remarks on the Law concern (...)
  • 32  Ibid., p. 111 : lettre de Samuel Holme, Liverpool, 7 février 1834 : « I do not now fear a turn-out (...)
  • 33  Smiles S., Industrial biography, iron workers and tool makers, Londres, 1863, chap. XV : James Nas (...)

12Les observateurs contemporains insistaient fréquemment sur ce point. Dans son enquête sur l’impact de l’agitation syndicale en Grande-Bretagne, Edward Tufnell rappelle également tout ce que la genèse des nouveaux procédés dans la filature du coton doit aux conflits sociaux31. Il évoque aussi le cas de l’introduction des machines d’élévation mues par la vapeur dans l’industrie du bâtiment. Dès le début des années 1830, plusieurs machines de ce type sont employées pour acheminer les matériaux au sommet des édifices en construction. Samuel Holme, l’un des principaux industriels du bâtiment à Liverpool, raconte comment l’agitation de ses ouvriers pour obtenir une augmentation de salaire l’a poussé à investir dans une machine de 100 livres qui lui permettait de remplacer 20 travailleurs par 4. Il ajoute que, devant ce premier succès, il va s’empresser d’adopter d’autres perfectionnements techniques afin de prévenir d’autres grèves32. Dans la biographie qu’il consacre au célèbre mécanicien anglais James Nasmyth, qui créa notamment l’établissement de fonderie Bridgewater près de Manchester, Samuel Smiles rappelle à son tour l’importance des grèves et des conflits sociaux dans la genèse de quelques-unes des principales innovations industrielles du xixe siècle : « Quelles que soient les pertes et les souffrances occasionnées par les grèves, M. Nasmyth considérait qu’elles avaient dans l’ensemble produit plus de bien que de mal. Elles avaient permis de stimuler les innovations à un degré extraordinaire. Certains des plus importants procédés permettant d’économiser la main-d’œuvre, qui sont désormais d’un usage courant, peuvent directement être reliés à elles. Dans le cas de certains de nos outils et machines les plus puissants, les manufacturiers ne furent pas incités à les adopter avant d’y être contraints par des grèves. Ce fut le cas avec la machine à filer automatique, la machine à peigner la laine […] et beaucoup d’autres. Ainsi, même dans le monde mécanique, il peut y avoir “quelque chose de bien au milieu d’un grand malheur”33 ».

  • 34 Enquête relative à diverses prohibitions établies à l’entrée des produits étrangers, Paris, 1835, E (...)
  • 35  AD Aude, 5 M 26, le conseiller d’état directeur du bureau des manufactures au préfet de l’Aude, Pa (...)

13En France, face à la multiplication des grèves et à l’émergence du mouvement ouvrier sous la monarchie de Juillet, les fabricants font également de la mécanisation un outil pour discipliner leur main-d’œuvre. Eugène Griolet, par exemple, un important filateur de Paris qui employait jusqu’à 150 ouvriers dans la capitale et 1 000 en province au début des années 1830, explique que « c’est par suite d’une coalition d’ouvriers fileurs que j’ai été forcé d’acheter ces dernières machines34 ». Dans les centres textiles lainiers du Midi, le spectre des désordres ouvriers est sans cesse évoqué pour légitimer les changements techniques et dépasser les méfiances et les réticences qui existaient chez les fabricants eux-mêmes. Le projet de mécanisation s’affirme comme une réponse à l’insubordination de la main-d’œuvre. Aux lendemains des désordres qui éclatent à Chalabre (Aude) en 1837 contre les mécaniques de filatures, les autorités rappellent « qu’en Angleterre plus d’une machine n’a dû sa naissance qu’aux coalitions des ouvriers ». « Il faut que [les ouvriers] comprennent que leur perpétuelle coalition pour l’augmentation du salaire, que leur refus de travailler quand l’ouvrage abonde, quand le fabricant est obligé de livrer les objets commandés, contraint ce dernier à recourir à des moyens mécaniques qui remplacent les bras que refusent leurs concours35. »

  • 36  Enquête relative à diverses prohibitions, op. cit., interrogatoire de M. Benjamin Fournier, délégu (...)
  • 37  Manuel F., « La grève des tisserands de Lodève en 1845 », Revue d’Histoire Moderne, n° 8 et n° 19, (...)

14À Lodève (Hérault), le projet de mécanisation du tissage est également impulsé par une coalition ouvrière. En 1834, le délégué de la fabrique affirme toujours qu’il « ne croi [t] pas qu’on puisse tisser les étoffes de laine autrement [qu’à la main], par des métiers mécaniques, la laine casserait36 ». Lodève accueille alors de nombreuses fabriques de draps qui travaillent pour l’armée. Les draps destinés à l’habillement des troupes se confectionnaient au moyen d’une chaîne de 1800 fils et l’ouvrier recevait pour chaque chaîne 18 francs. Or, lors des adjudications de novembre 1844, le ministre de la Guerre exige dans le nouveau cahier des charges que les draps soient confectionnés avec une chaîne de 1900 fils. En février 1845, les ouvriers, parfaitement informés que les nouvelles fournitures aux armées devaient être livrées en juillet, demandent que leur salaire soit porté à 19 francs pour le nouveau travail. Les fabricants refusent et le tribunal des prud’hommes leur donne raison, arguant que le travail du tissage n’était pas alourdi par ces nouvelles conditions37.

  • 38  Arch. Nat., BB18 1429, Dossier n° 9840, Rapport du premier avocat général du parquet de Montpellie (...)
  • 39  Arch. Nat., BB18 1429, Dossier n° 9840, Rapport du procureur du roi près le tribunal de Lodève au (...)

15Mais cette décision met le feu aux poudres et les ateliers sont désertés. Durant un mois, la production est quasiment bloquée. L’inspecteur des manufactures de draps pour l’armée Lainel arrive dans la ville le 6 mars : il tente un arrangement et constate que tous les ateliers sont fermés excepté un seul. Le 8 mars, il fait venir des tisserands de Montpellier pour permettre une reprise du travail. Mais, devant les menaces et les insultes proférées par les travailleurs locaux – « Vous venez enlever le pain de nos familles, leur disaient les uns ; il faut les jeter à la rivière, leur criaient les autres » – ils choisissent finalement de repartir le soir même sous la protection de la police38. Dans les semaines qui suivent, les conciliations tentées par les autorités échouent. Comme le résume le procureur général de la ville : « chacun reste dans son camp. L’un voit son commerce suspendu et attend, l’autre vit de privation, souffre et se résigne39 ». La situation semble bloquée.

  • 40  Arch. Nat., BB18 1429, dossier n° 9840. Mémoire explicatif envoyé par les fabricants de Lodève au (...)

16C’est alors que les fabricants entrevoient dans le changement technique une solution possible pour sortir de la crise. À la fin du mois de mars, ils se réunissent et fondent « une société pour l’exploitation d’un atelier de tissage au nouveau système ». Ce nouvel établissement ne saurait suffire pour assurer la production, mais il est d’abord conçu comme un instrument d’intimidation de la main-d’œuvre. « L’atelier en projet ne peut suffire à nos besoins, expliquent les industriels, mais il est merveilleusement propre à venir en aide à un fabricant frappé d’interdit, et à rendre désormais impuissante l’attaque dirigée contre un seul ; les coalitions sont forcées de se démasquer. » Les nouveaux procédés deviennent autant d’épées de Damoclès censées maintenir la main-d’œuvre dans ses devoirs : « La perfection du travail obtenue par les machines nouvelles sera un encouragement à mieux faire, et l’ouvrier comprendra enfin que lorsque les machines remplacent partout le travail de l’homme, qu’elles font mieux que lui et à meilleur marché, la raison lui commande d’obéir aux prescriptions du maître, afin de faire aussi bien que possible, et lui commande aussi, dans la situation que la concurrence fait à tous, de renoncer à ses salaires exagérés que seuls peuvent rêver les hommes étrangers aux affaires et à l’industrie dans ce temps-ci40. »

  • 41  Arch. Nat., BB18 1429, dossier n° 9840, Rapport du procureur du roi à Lodève, 21 mai 1845.

17Dès la fin du mois d’avril, 32 machines à tisser ont été achetées ; un ingénieur accompagne leur installation et leur mise en service. Le résultat ne se fait pas attendre : au cours du mois de mai la coalition prend fin dans la ville et les ouvriers retournent dans les ateliers, contraints de travailler au tarif de 18 francs41. Ce conflit, qui bloque la production pendant près de trois mois, s’achève par la défaite complète des tisserands locaux. L’introduction des métiers à tisser mécaniques mettait un terme à plusieurs décennies de luttes dans la ville.

Moraliser le travail

18À la fonction de résolution des conflits du travail s’ajoute progressivement celle de moralisation des travailleurs. Au milieu du xixe siècle, dans de nombreux secteurs, les fabricants justifient de plus en plus l’adoption des nouvelles méthodes par l’immoralité de leur main-d’œuvre. Dans la petite industrie mécanique, dans le textile ou dans le secteur agricole, l’innovation doit façonner les comportements et favoriser la docilité au travail.

  • 42  Cottereau A., « Vie quotidienne et résistance ouvrière à Paris en 1870 », in Denis Poulot, Questio (...)
  • 43  Poulot D., Le Sublime ou le travailleur comme il est en 1870 et ce qu’il peut-être, Paris, Lacroix (...)
  • 44  Cité dans Dewerpe A., Le Monde du travail en France, 1800-1950, Paris, Armand Colin, 1998, p. 43.

19Dans la petite industrie mécanique décrite par le patron Denis Poulot, par exemple, les « sublimes » forment une proportion écrasante de la main-d’œuvre et aucune discipline extérieure ne parvient à entraver le contrôle collectif exercé par ces ouvriers d’élite. Dans ce secteur, comme l’a montré Alain Cottereau, l’innovation et les machines-outils mises au point ne répondent à aucune « exigence technique » qui pourrait être posée en elle-même, indépendamment du désir de lutter contre le contrôle exercé par les ouvriers. Les écrits techniques de Denis Poulot visent d’abord à trouver des moyens de faire régresser le libre arbitre de l’ouvrier42. Ainsi, explique-t-il, les forgeurs et leurs rituels d’atelier ont été « emboutis » par le marteau-pilon. En définitive, conclut-il, « il n’y a rien de moralisateur comme une machine43 ». Les témoignages confirmant cette fonction moralisatrice du machinisme se multiplient sous le Second Empire. En 1864, le fabricant Gouin déclare ainsi vouloir suivre l’exemple anglais dans la mécanique, où ajusteurs et monteurs « étaient devenus, par leurs prétentions, un véritable fléau. Eh bien ! les Anglais, à l’aide de machines dirigées par des manœuvres, sont parvenus à les dominer, à les mettre de côté44 ». Une fois de plus, l’exemple britannique est convoqué comme modèle.

  • 45  Sur le commerce des déchets, son ampleur et sa signification emblématique des identités ouvrières  (...)
  • 46  Boucourt F., « Le trafic des déchets de laine à la fin du xviiie siècle d’après les procès de la H (...)
  • 47  Un véritable trafic des déchets de Reims paraît avoir été organisé avec la région de Liège sous l’ (...)
  • 48  Arch. de l’état, Liège (Belgique), FFP 689, dossier 1 : Les vols de laine. Malmédy, le 20 messidor (...)
  • 49  Arch. de l’état, Liège (Belgique), FFP 689 : Liège, 11 septembre 1807, le préfet au sous-préfet de (...)
  • 50  Arch. dép. Hérault, 110 EDT 7 F 1, Bédarieux, le 28 juin 1807. Les membres de la chambre consultat (...)

20Dans l’industrie textile, la mécanisation doit également permettre de moraliser le travail en faisant disparaître des pratiques condamnables comme la récupération des « déchets », de plus en plus identifiée au vol et à la fraude. Il s’agit d’une pratique ancienne dans l’industrie lainière : les ouvriers travaillant à domicile récupéraient une partie de la laine qu’ils revendaient ensuite pour leur propre compte. Le Verlagsystem était particulièrement propice à cette pratique car les marchands-fabricants qui possédaient les matières premières les confiaient à travailler à façon à des ouvriers dépendants. Pour la main-d’œuvre, ce « trafic » courant était considéré comme une rémunération en nature pleinement légitime45. Au milieu du xviiie siècle, un procès de grande ampleur a lieu contre un cabaretier d’Elbeuf. Quelque soixante témoins sont entendus. Il dévoile l’existence, le fonctionnement et les ramifications d’un véritable réseau international de contrebande. Le cabaretier concentrait chez lui des bouts de laine rachetés aux tisserands des campagnes, puis il les revendait à un marchand de Liège46. Cette pratique subsiste dans la première moitié du xixe siècle et les industriels ne cessent de s’en plaindre47. Le vol des déchets donne lieu à des trafics internationaux entre les grands centres lainiers du nord de la France et de la Belgique. À Verviers, les fabricants déplorent qu’il soit « souvent impossible de constater cette sorte de délits attendu que ce sont les ouvriers eux-mêmes qui se rendent ordinairement coupables de ces vols lorsque la laine filée leur est confiée pour en fabriquer du drap48 ». Dans le département de l’Ourthe, le préfet propose d’adopter la méthode utilisée par les fabricants rémois : elle consiste à centraliser « le commerce des bouts, pennes et autres abats de laines, et à former à cet effet, plusieurs dépôts où les fabricants, tondeurs et autres seraient tenus d’envoyer leurs abats49 ». Dans l’Hérault, les fabricants notent que « depuis que les sages règlements sont tombés en désuétude, le mal va toujours croissant50 ». Ils déplorent ce « trafic honteux qui est, pour ainsi dire public » ; ils dénoncent « l’ouvrier infidèle qui abuse avec effronterie de la confiance qu’on est forcé de lui accorder ».

  • 51  Arch. dép. Hérault, 110 EDT 7 F 1, Montpellier, le 16 juin 1807, le préfet aux membres composant l (...)
  • 52  Arch. dép. Hérault, 110 EDT 7 F 1, La chambre consultative de la ville d’Elbeuf à messieurs les me (...)
  • 53  Villermé L., Tableau de l’état physique et moral des ouvriers employés dans les manufactures de co (...)
  • 54  Arch. dép. Marne, 187 M 10, rapport du sous-préfet de Reims au préfet, 25 avril 1851. Le sous-préf (...)
  • 55  Arch. dép. Marne, 18 U 15, Tribunal des Prud’hommes (1826-1900), 10 novembre 1849, affaire du sieu (...)
  • 56  Reybaud L., La Laine, nouvelle série d’étude sur le régime des manufactures, Paris, Michel Lévy Fr (...)

21Pour lutter contre cette pratique, les autorités imaginent diverses formes de régulation du travail. Le préfet demande la création d’un conseil des Prud’hommes dans le département51. Sous la Restauration, les fabricants tentent de se coordonner pour obtenir le soutien de l’état : en 1825, la chambre consultative d’Elbeuf s’adresse en ce sens à celle de Lodève (Hérault)52. En 1834, les fabricants rémois créent la « société des déchets », institution alors unique en France, et dont l’objectif est de lutter contre les vols qui ont lieu dans la fabrique. Lors de sa visite dans la ville en 1836, Villermé souligne que, de l’avis des fabricants, les vols des déchets sont « plus fréquents aujourd’hui qu’ils ne l’étaient autrefois ». Il interroge les ouvriers et les fabricants sur cette question : « Les ouvriers de Reims, écrit-il, donnent la laine soustraite par eux pour le quart de ce qu’elle vaut, ils l’échangent au cabaret à raison d’un demi-litre de vin pour un échée de fil, il y a en effet quelques cabarets à Reims où les ouvriers, m’a-t-on assuré, échangent réellement contre du vin les laines qu’ils volent53. » Au milieu du xixe siècle, le vol des déchets suscite toujours les plaintes54. Les affaires traitées devant les Prud’hommes attestent d’ailleurs du maintien de cette pratique55. Pour Reybaud, certains ajoutent un quart voire un tiers à leurs revenus grâce à ces vols : « le dommage éprouvé par les fabricants n’est rien auprès du dommage moral que causent ces exemples transmis dans quelques familles et qui les convertit, au mépris de la loi, en autant de foyers de larcin et de recel56 ».

  • 57  Audiganne A., Les populations ouvrières et les industries de la France, 2 vol., Paris, Capelle, vo (...)
  • 58  Enquête, traité de commerce avec l’Angleterre, 8 vol., Paris, Imprimerie impériale, 1860-1862, vol (...)
  • 59  Ibid., p. 131.
  • 60  Gérard Gayot se demandait d’ailleurs « si la persistance de [la fraude] n’a pas été l’une des caus (...)

22La mécanisation du travail apparaît peu à peu comme la seule solution pour mettre un terme à cette pratique. En favorisant la concentration des métiers dans des usines de plus en plus grandes, les « récupérations » sont rendues difficiles par l’accroissement de la surveillance. Par ailleurs, les métiers automatiques permettent un meilleur contrôle de la quantité de laine utilisée. Visitant Reims au début des années 1850, Armand Audiganne souligne ainsi que «dans les ateliers mécaniques la pratique ancienne du vol devient impossible57 ». En 1860, Dannet, fabricant de draps et de tissus de fantaisie à Louviers, se félicite que « le métier mécanique donne une exécution plus prompte et plus de perfection dans le travail ; il évite les détournements auxquels nous sommes exposés par suite du tissage à la main dans les campagnes58 ». Son confrère et voisin Chennevrière confirme que, « grâce à l’emploi de ces métiers », il y aura « moins de déchet, moins de soustraction59 ». La mécanisation devient ainsi un moyen de lutter contre des sphères d’autonomie ouvrières de plus en plus considérées comme des déviances par les industriels. Le maintien de ces pratiques a sans doute constitué une puissante incitation au changement technique pour les fabricants qui conçoivent de plus en plus la machine comme une arme de redressement moral60.

  • 61  La pratique du vol semble fréquente chez les journaliers agricoles du xixe siècle, elle exprime un (...)
  • 62  « Machine à battre, perfectionnée par M. Léonard. », Mémoires de l’Académie nationale de Metz.1833(...)
  • 63  Spineux, Manuel d’agriculture pratique, à l’usage des fermes de trente hectares, Amiens, Duval et (...)
  • 64  Bulletin de la société d’agriculture de Boulogne, 1857, p. 41-42, cité par Hubsher R., L’Agricultu (...)

23Les mêmes stratégies de légitimation des nouveaux procédés techniques se retrouvent enfin dans l’agriculture. Dans ce secteur, le travail reste stable hormis l’étape du battage. La mécanisation y est justifiée par l’immoralité des salariés agricoles occupés à cette tâche et accusés de voler une partie des grains qu’ils sont chargés de battre61. Dès 1832, un rapport de l’Académie de Metz indique parmi les avantages des méthodes de battage mécanique « que la qualité des produits ne dépend plus en aucune manière de la volonté de l’ouvrier62 ». Dans son Manuel d’agriculture pratique publié en 1841, Spineux expose une opinion sans doute largement répandue parmi les notables ruraux : « il est vraiment déplorable de voir combien les batteurs au fléau abusent de la facilité qu’ils ont de se soustraire à une active surveillance. Et c’est moins pour diminuer leur salaire que nous voudrions voir les machines à battre se propager et leur faire concurrence, que pour les obliger à être raisonnables, et à faire leur travail en conscience63 ». Sous le Second Empire, alors que le battage mécanique se répand rapidement, les sociétés d’agriculture vantent les mérites de ces méthodes grâce auxquelles « la surveillance est infiniment plus facile » : « J’aime à croire que tous les batteurs en granges sont de braves et honnêtes ouvriers : mais lorsque le blé jaillissant sous le fléau, retombe de lui-même dans les habits, jusque dans les poches du batteur ? Il faut convenir que pour l’ouvrier qui parfois manque de pain, pour nourrir convenablement sa famille, c’est une rude tentation que d’être ainsi continuellement inondé d’une pluie de blé, dont une petite partie lui serait si utile ; et lorsque cet homme travaille seul pendant des semaines, des mois entiers, que la tentation est toujours là sous ses yeux, lorsque le grain vient de lui-même dans sa poche, il faut certainement une probité ferme et inébranlable pour résister toujours, lorsque le larcin est si facile et si commode64. »

  • 65  Journal de Chartres, 28 juillet 1859, cité par Farcy J.-C., Les Paysans beaucerons au xixe siècle, (...)
  • 66  Barral J. A., L’Agriculture du Nord de la France, Paris, Lahure, 2 vol. 1867-1870, p. 50.

24Dans l’Eure-et-Loir, selon Jean-Claude Farcy, la mécanisation s’opère dans une « atmosphère de lutte des classes » et les machines sont conçues comme des armes d’intimidation de la main-d’œuvre. À l’occasion de la récolte de 1859, le Journal de Chartres recommande ainsi l’emploi des machines car « le jour où la première moissonneuse paraîtra dans nos campagnes sera celui qui marquera la fin de l’indépendance des laboureurs. Après le travail de la moissonneuse viendra celui de la machine à battre qui, déjà bien connue et éprouvée, se répandra davantage et cette concurrence affranchira les cultivateurs du despotisme organisé par les manouvriers65 ». Eugène Weber cite également le cas de J. A. Barral, le propriétaire d’une ferme ayant gagné un prix en 1867. Avec celui-ci il s’achète une moissonneuse, mais il s’en sert à peine car elle lui convient moins que la faux flamande à manche court avec laquelle il coupe son blé. Pourtant, il la conserve et l’expose publiquement sur ses terres « comme une sorte d’avertissement pour les ouvriers qui, de cette manière, comprennent que l’on peut se passer d’eux le cas échéant ; et ce type de menace est très nécessaire de nos jours !66 ».

  • 67  Rêve qui subsiste longtemps comme le montre l’adoption des techniques de commande numérique dans l (...)

25Au xixe siècle, les machines sont peu à peu dotées de nombreux avantages et attributs. Pour justifier leur introduction dans les ateliers, les économistes et les fabricants en font des instruments essentiels de contrôle social et de régulation des conduites. Grâce à elles, le travail doit entrer dans l’ère de la rationalisation et de la surveillance et cesser d’être cette activité créatrice abandonnée à l’autonomie des gens de métier. À l’ère de la modernité libérale, le travail devient une marchandise vendue sur un marché. Mais aussitôt proclamé, le principe du libre accès au travail ouvre une ère d’incertitude et de conflits qui va marquer en profondeur le xixe siècle. Dans ce contexte, l’une des fonctions nouvelles du changement technique – et l’un des éléments permanents de sa légitimation – consiste à introduire des formes de régulation et de contrôle des nouveaux travailleurs libérés des tutelles de l’Ancien Régime. Par la mécanisation, il s’agit de restaurer un contrôle sur la main-d’œuvre. Dans de nombreux secteurs d’activités s’invente ainsi le rêve automate d’un travail dégagé des contingences de l’humain67.

  • 68  Etzler J. A., The Paradise within the reach of all men without labor, by powers of nature and mach (...)
  • 69  « But et plan du journal », Le Populaire, n° 1, 1er septembre 1833 ; cf. Jarrige F., « « Des machi (...)
  • 70  Proudhon P. J., Système des contradictions économiques, ou philosophie de la misère [1846], 2 vols (...)
  • 71  Misère de la Philosophie, cité par Sabel C., Piore M. J., Les Chemins de la prospérité. De la prod (...)

26Mais ce discours disciplinaire ne fut jamais totalement dominant. À la même époque, le monde du travail et les prophètes socialistes élaborent d’autres discours qui font des innovations mécaniques des instruments possibles de libération et d’autonomisation du travail. L’engouement pour la technique chez les radicaux et les socialistes des années 1830 est le signe de cette conception concurrente. En 1833, l’Allemand John Adolphus Etzler, dans Le Paradis à la portée de tous les hommes, expose comment l’utilisation des nouvelles techniques doit permettre la réalisation d’un paradis terrestre où le travail et la fatigue disparaîtront au profit d’une société pacifiée et harmonieuse68. À la même époque, en France, étienne Cabet assure que « les mécaniques ne peuvent pas être trop multipliées pour les travaux pénibles et insalubres, ou dangereux, et même pour tous les genres de fabrication69 ». Dans les milieux radicaux et socialistes apparaît ainsi le projet d’une technologie démocratique et émancipatrice susceptible de restaurer l’autonomie artisanale. Proudhon est peut-être celui qui a été le plus loin dans l’éloge du machinisme comme instrument d’émancipation du travail. Il défend le modèle d’une République d’artisans indépendants liés ensemble par la dépendance mutuelle du savoir-faire. « Qu’est-ce, en effet, qu’une machine ?, demande-t-il. Une manière de réunir diverses particules du travail que la division avait séparées […]. Donc, par la machine il y aura restauration du travailleur parcellaire, diminution de peine pour l’ouvrier. » Proudhon propose donc une thèse originale : le machinisme doit atténuer l’impact de la division du travail sur les savoir-faire ouvriers. Pour lui, « l’apparition incessante des machines est l’antithèse, la formule inverse de la division du travail ; c’est la protestation du génie industriel contre le travail parcellaire et homicide70 ». Cette idée sera vivement critiquée par Marx pour qui « rien n’est plus absurde que de considérer les machines comme l’antithèse de la division du travail »71.

  • 72  « Influence de l’emploi des machines », rapport des mécaniciens, Rapports des délégations ouvrière (...)
  • 73  Rancière J., Vauday P., « En allant à l’expo : L’ouvrier, sa femme et les machines », Les Révoltes (...)

27En dépit des sarcasmes de Marx, les franges du monde du travail les plus qualifiées adoptent cette conception du travail machinique. Sous le Second Empire, les ouvriers mécaniciens défendent ainsi l’usage « éminemment moralisateur » de la mécanisation qui permet de décharger les ouvriers des travaux pénibles pour qu’ils puissent se consacrer aux tâches les plus qualifiées : « notre but est de faire exécuter tout le travail matériel par des machines, et d’en faire un nombre suffisant pour n’avoir plus qu’à les surveiller quelques heures par jour », écrivent les délégués envoyés à l’exposition de 186772. Pour eux, la mécanisation intensive du travail ouvre la perspective d’un type nouveau de qualification qui consiste « à bien diriger la machine ». La machine devient dès lors la source d’une nouvelle fierté, celle de la maîtrise sur la nature par la puissance mécanique. L’évolution du langage ouvrier reflète la mutation interne du monde du travail, de plus en plus éloigné de ses attaches rurales et de l’éthique artisanale. Les mécaniciens « n’opposent pas la machine au travail comme l’œuvre de mort à l’œuvre de vie73 ». Ils imaginent un usage moral de la machine qui rend possible un allègement des tâches, une émancipation des travailleurs qui pourront se consacrer aux loisirs et à l’instruction. À la nouvelle morale bourgeoise du travail discipliné répond la morale artisanale fondée sur la quête de liberté et d’autonomie.

Haut de page

Notes

1  Cité par Eugène Buret dans De la Misère des classes laborieuses en Angleterre et en France, 2 vols., Paris, Paulin, 1840, vol. 2, p. 36. Sur Buret, voir Vatin F., « Modèle et contre-modèle anglais de Jean-Baptiste Say à Eugène Buret : révolution industrielle et question sociale (1815-1840) », dans Aprile S. et Bensimon F. (dir.), La France et l’Angleterre au xixe siècle. échanges, représentations, comparaisons, Paris, Créaphis, 2006, p. 69-88, et id., « Avant Marx et Polanyi, Eugène Buret : le travail, la servitude et la vie », Revue du Mauss, n° 18, 2001, p. 237-280.

2  « Les économistes de l’Institut. I- Blanqui », Revue indépendante, t. 10, Paris, 1845, p. 217.

3  Proudhon P. J., Système des contradictions économiques ou philosophie de la misère, Paris, Librairie internationale, 1872, vol. 1., p. 152 [1ère éd. 1846].

4  Ure A., Philosophie des manufactures ou économie industrielle de la fabrication du coton, Paris, L. Mathias, 1836 [trad. fr.], 3e partie, chap. 1, p. 141.

5  Marx discute cette question dans le Capital, Paris, Gallimard, 1963 [1867], chap. 15, section. , p. 1292-1294.

6  Hirsch J-P. et Minard Ph., « Laissez-nous faire et protégez-nous beaucoup : pour une histoire des pratiques institutionnelles dans l’industrie française (xviiie-xixe siècle) », dans L. Bergeron et Bourdelais P. (dir.), La France n’est-elle pas douée pour l’industrie ?, Paris, Belin, 1998, p. 135-159 ; Minard Ph., « Le métier sans institution : les lois d’Allarde-Le Chapelier de 1791 et leur impact au début du xixe siècle », dans Kaplan S. L. et Minard P. (éd.), La France, malade du corporatisme ? (xviiie-xxe siècle), Paris, Belin, 2004, p. 81-96.

7  Tinel B., « À quoi servent les patrons ? » Marglin et les radicaux américains. Suivi de À quoi servent les patrons ? Origines et fonctions de la hiérarchie dans la production capitaliste (1974), Lyon : ENS éd., 2004 ; Rosenberg N., « The Direction of Technological Change : Inducement Mechanism and Focusing Devices », in Perspectives on technology, Cambridge, CUP, 1976, p. 108-125 ; Lazonick W., « Industrial relations and Technical change : the case of the self acting mule », Cambridge Journal of Economics, 1979, 3, p. 231-262.

8  Notre usage de la notion de « projet technologique » comme ensemble de discours et de pratiques de justification des dispositifs mécaniques introduits dans les ateliers diffère donc de celui récemment proposé par Frédéric Graber, à partir d’une analyse de type micro-historique, visant à montrer la dimension délibérative des projets techniques, leur nature collective, les disputes, réseaux et procédures à travers lesquels ils s’élaborent : Graber F., Paris a besoin d’eau. Projet, dispute et délibération technique dans la France napoléonienne, Paris, CNRS Éditions, 2009.

9  Nous entendrons ici le terme « technologique » utilisé dans le titre dans son sens étymologique qui prévalait jusqu’au xixe siècle, c’est-à-dire comme un ensemble de discours sur la technique (logos de la tekhnè). Comme l’ont montré Jacques Guillerme et Jan Sebestik en s’interrogeant sur « Les Commencements de la technologie », la « technologie » trouve ses racines dans la réduction en art et, au début du xixe siècle, elle désigne les tentatives pour mettre en forme les savoir-faire artisanaux. Au cours du xxe siècle, la signification du terme a évolué pour désigner la rationalisation scientifique de la technique devenue techno-science, ce qui se traduit par une formalisation des savoir-faire à une échelle sans précédent : voir notamment Guillerme J. et Sebestik J., « Les Commencements de la technologie – Reprint (1968) », Documents pour l’histoire des techniques, n° 14, 2007, p. 49-122 ; Vérin H. et Dubourg Glatigny P. (dir.), Réduire en art. La technologie de la Renaissance aux Lumières, Paris, MSH, 2008.

10  Coats A. W., « Changing attitudes to labour in the mid-Eighteenth Century », Economic History Review, n.s., 11/1, 1958, p. 35-51.

11  Fonteneau Y., « Les antécédents du concept de travail mécanique chez Amontons, Parent et D. Bernoulli : de la qualité à la quantité (1699-1738) », Dix-Huitième Siècle, n° 41, 2009, p. 343-368.

12  Vatin F., Le travail. économie et physique (1780-1830), Paris, PUF, 1993 ; Id., Le travail et ses valeurs, Paris, Albin Michel, 2008.

13  Thompson E. P., Temps, travail et capitalisme industriel, Paris, La Fabrique, 2004 [1967].

14  Hay D., « Master and Servant in England : Using the Law in the Eighteenth and Nineteenth Centuries », dans Steinmetz W. (ed.), Private Law and Social Inequality in the Industrial Age. Comparing Legal Cultures in Britain, France, Germany and the United States, Oxford, Oxford University Press, 2000, p. 227-264 ; sur toute cette période voir aussi Thompson E. P., La formation de la classe ouvrière anglaise, Paris, Seuil/Gallimard, 1988 [1963].

15  Costaz C. A., Essai sur l’administration de l’agriculture, du commerce, des manufactures et des subsistances, suivi de l’historique des moyens qui ont amené le grand essor pris par les arts depuis 1793 jusqu’en 1815, Paris, Huzard, 1818, p. 149.

16  Perez L., La pièce et le geste. Entreprises, cultures opératoires et marchés à Londres au xviiie siècle, Mémoire d’HDR, Université Paris 1, 2008.

17  MacLeod C., Inventing the Industrial Revolution : The English Patent System, 1660-1800, Cambridge, CUP, 1988, chap. 11 : « A New concept of Invention ».

18  Von Tunzelmann N., « Time Saving Technical Change : The Cotton Industry in the English Industrial Revolution », Explorations in Economic History, 1995, 32, p. 1-27.

19  Trevor Griffiths, Philippe Hunt et Patrick O’Brien, « Inventive Activity in the British Textile Industry, 1700-1800 », The Journal of Economic History, art. cité, p. 881-906.

20  MacLeod C., op. cit., p. 216-219 : « The acceptance of mechanization » ; Hilaire-Perez L., L’invention technique au siècle des Lumières, Paris, Albin Michel, 2000.

21 Sir James Steuart, An Inquiry into the principles of political oeconomy, 2 vols., 1767, vol. 1, p. 121-123.

22  Berg M., The Machinery question and the making of political economy (1815-1848), Cambridge, CUP, 1980.

23  « Il ne reste plus à désirer que le roi, demeuré tout seul sur l’île, en tournant constamment une manivelle, fasse accomplir par des automates, tout l’ouvrage de l’Angleterre », déplorait-il [Sismondi, Nouveaux principes d’économie politique, 2 vols., Paris, Delaunay, 1819].

24  Say J.-B., Traité d’économie politique, ou simple exposition de la manière dont se forment, se distribuent et se consomment les richesses, 6e éd., Paris, Guillaumin, 1841, Chap. 7 : « Du travail de l’homme, du travail de la nature, et de celui des machines », p. 84-90.

25  Sur les refus violents de la mécanisation et ses conséquences : Jarrige F., Au temps des « tueuses de bras ». Les bris de machines à l’aube de l’ère industrielle, Rennes, PUR, coll. Carnot, 2009.

26  Babbage C., Traité sur l’économie des machines et des manufactures, trad. de l’anglais sur la 3e éd. par Ed. Biot, Paris, Bachelier, 1833, avertissement du traducteur.

27  Ibid., p. 446.

28  Il affirme devant un comité de la chambre des Lords le 19 mai 1851 que « The self-acting mule was made in consequence of turnout of the spinners at Hyde, which had lasted three months, when a deputation of masters waited upon me, and requested me to turn my attention to spinning, with the view of making the mule self-acting ». Sur la mise au point du métier à filer automatique, voir Lazonick W., « Industrial relations and Technical change : the case of the self acting mule », Cambridge Journal of Economics, 1979, 3, p. 231-262.

29  Ure A., Philosophie des manufactures, op. cit., p. 137-138.

30  Bruland K., « Industrial conflict as a source of technical innovation : three cases », Economy and Society, 11-2 (1982), p. 91-121.

31  Tufnell E. C., Character, Objects and Effects of Trade Unions,with some Remarks on the Law concerning them, Londres, 1834 [rééd. Arno Press, 1972], section II : « Effect of Combinations on the Introduction and Improvement of Machinery », p. 106-114.

32  Ibid., p. 111 : lettre de Samuel Holme, Liverpool, 7 février 1834 : « I do not now fear a turn-out of hod-carriers, because I have proved that we can do very well without them, and I think that I now see many other modes of saving labour, which I should instantly avail myself of, were another strike to happen amongst my workmen. »

33  Smiles S., Industrial biography, iron workers and tool makers, Londres, 1863, chap. XV : James Nasmyth, p. 294-295. Ce chapitre a été traduit en français dans : Histoire de quatre ouvriers anglais : Henry Maudslay, George Stephenson, William Fairbairn, James Nasmyth, trad. par Émile Jonveaux, Paris, Hachette, 1868.

34 Enquête relative à diverses prohibitions établies à l’entrée des produits étrangers, Paris, 1835, Eugène Griolet, filateur de laine, désigné par la Chambre de commerce de Paris (22 octobre 1834), p. 118.

35  AD Aude, 5 M 26, le conseiller d’état directeur du bureau des manufactures au préfet de l’Aude, Paris, le 8 août 1837.

36  Enquête relative à diverses prohibitions, op. cit., interrogatoire de M. Benjamin Fournier, délégué de la fabrique de draps de Lodève, 27 nov. 1834.

37  Manuel F., « La grève des tisserands de Lodève en 1845 », Revue d’Histoire Moderne, n° 8 et n° 19, 1935, p. 209-225 et 352-372.

38  Arch. Nat., BB18 1429, Dossier n° 9840, Rapport du premier avocat général du parquet de Montpellier, 13 mars 1845.

39  Arch. Nat., BB18 1429, Dossier n° 9840, Rapport du procureur du roi près le tribunal de Lodève au procureur général de Montpellier, Lodève, le 9 avril 1845.

40  Arch. Nat., BB18 1429, dossier n° 9840. Mémoire explicatif envoyé par les fabricants de Lodève au président du Conseil (également ministre de la Guerre), Lodève 23 avril 1845.

41  Arch. Nat., BB18 1429, dossier n° 9840, Rapport du procureur du roi à Lodève, 21 mai 1845.

42  Cottereau A., « Vie quotidienne et résistance ouvrière à Paris en 1870 », in Denis Poulot, Question sociale. Le sublime ou le travailleur comme il est en 1870 et ce qu’il peut être, Paris, François Maspero, 1980. Parmi les écrits de D. Poulot, on peut citer sa Notice sur le taraudage, Paris, Imprimerie Trenel, 1862.

43  Poulot D., Le Sublime ou le travailleur comme il est en 1870 et ce qu’il peut-être, Paris, Lacroix, 1870, chap. 10 : « Les grosses culottes », p. 153.

44  Cité dans Dewerpe A., Le Monde du travail en France, 1800-1950, Paris, Armand Colin, 1998, p. 43.

45  Sur le commerce des déchets, son ampleur et sa signification emblématique des identités ouvrières : Hilaire-Perez L., « Le vol des déchets dans l’industrie en France et en Angleterre au xviiie siècle : jalons pour une histoire comparée de l’Embezzlement », dans Garnot B. (dir.), La petite délinquance du Moyen Âge à l’époque contemporaine, Dijon, EUD, 1998, p. 281-308 ; John Styles, « Embezzlement, Industry, and the Law in England, 1500-1800 », dans Berg M., Hudson P. et Sonenscher M. (ed.), Manufacture in Town and Country before the Factory, Cambridge, CUP, 1983, p. 173-208 ; Randall A., « Peculiar Perquisites and pernicious practices. Embezzlement in the West of England Woollen Industry, c. 1750-1840 », International Review of Social History, XXXV, 1990, p. 193-219.

46  Boucourt F., « Le trafic des déchets de laine à la fin du xviiie siècle d’après les procès de la Haute-Justice d’Elbeuf », Bulletin de la Société de l’histoire d’Elbeuf, n° 23, juin 1995.

47  Un véritable trafic des déchets de Reims paraît avoir été organisé avec la région de Liège sous l’Empire, Cf. Arch. dép., Marne, 187 M 13 : Vols de matières premières commis par les ouvriers des fabriques et manufactures (an IX-1809) ; Clause G., « L’industrie lainière rémoise à l’époque napoléonienne », Revue d’histoire moderne et contemporaine, juillet-août 1970, p. 128-147.

48  Arch. de l’état, Liège (Belgique), FFP 689, dossier 1 : Les vols de laine. Malmédy, le 20 messidor an 13, le sous-préfet au préfet du département de l’Ourthe.

49  Arch. de l’état, Liège (Belgique), FFP 689 : Liège, 11 septembre 1807, le préfet au sous-préfet de Malmédy.

50  Arch. dép. Hérault, 110 EDT 7 F 1, Bédarieux, le 28 juin 1807. Les membres de la chambre consultative de Bédarieux à leurs confrères de Lodève.

51  Arch. dép. Hérault, 110 EDT 7 F 1, Montpellier, le 16 juin 1807, le préfet aux membres composant la chambre consultative à Lodève.

52  Arch. dép. Hérault, 110 EDT 7 F 1, La chambre consultative de la ville d’Elbeuf à messieurs les membres de la chambre consultative de Lodève, Elbeuf, 8 octobre 1825.

53  Villermé L., Tableau de l’état physique et moral des ouvriers employés dans les manufactures de coton, de laine et de soie [1840], Paris, éditions sociales, 1979, vol. 1, p. 230.

54  Arch. dép. Marne, 187 M 10, rapport du sous-préfet de Reims au préfet, 25 avril 1851. Le sous-préfet note que d’après la Société des déchets on peut évaluer à 1000 kg par jour la quantité de laine détournée par les ouvriers.

55  Arch. dép. Marne, 18 U 15, Tribunal des Prud’hommes (1826-1900), 10 novembre 1849, affaire du sieur Leblanc ouvrier peigneur. Pour sa défense l’accusé « allègue que pour faire sécher sa laine il l’avait étendue sur une haie et qu’on a pu ainsi lui en voler ».

56  Reybaud L., La Laine, nouvelle série d’étude sur le régime des manufactures, Paris, Michel Lévy Frères, 1867,p. 66.

57  Audiganne A., Les populations ouvrières et les industries de la France, 2 vol., Paris, Capelle, vol. 1, 1860, Livre II, p. 120.

58  Enquête, traité de commerce avec l’Angleterre, 8 vol., Paris, Imprimerie impériale, 1860-1862, vol. 3 : Laine, p. 116.

59  Ibid., p. 131.

60  Gérard Gayot se demandait d’ailleurs « si la persistance de [la fraude] n’a pas été l’une des causes du développement du marché du progrès technique » : Gayot G., « Réflexions sur les fraudes textiles », dans Béaur G., Bonin H., Lemercier C., (dir.), Contrebande, fraude et contrefaçon, de l’Antiquité à nos jours, Genève, Droz, 2007, p. 514.

61  La pratique du vol semble fréquente chez les journaliers agricoles du xixe siècle, elle exprime une forme de protestation et en même temps la difficulté à se socialiser de ce groupe très pauvre, voir Chauvaud F., « L’inquiétante solitude : révoltes et protestations des salariés des campagnes au xixe siècle. L’exemple du département de Seine-et-Oise (1815-1880) », dans Hubscher R. et Farcy J.-C. (dir.), La Moisson des autres. Les salariés agricoles aux xixe et xxe siècles, Paris, Créaphis, 1996, p. 235-250.

62  « Machine à battre, perfectionnée par M. Léonard. », Mémoires de l’Académie nationale de Metz.1833, 14e année, 1832-1833, p. 142-143.

63  Spineux, Manuel d’agriculture pratique, à l’usage des fermes de trente hectares, Amiens, Duval et Herment, 1841, In-12, 196 p., p. 41-42.

64  Bulletin de la société d’agriculture de Boulogne, 1857, p. 41-42, cité par Hubsher R., L’Agriculture et la société rurale dans le Pas-de-Calais, op. cit., p. 235.

65  Journal de Chartres, 28 juillet 1859, cité par Farcy J.-C., Les Paysans beaucerons au xixe siècle, 2 vols., Chartres, Société archéologique d’Eure-et-Loir, 1988, vol. 1, p. 498-500.

66  Barral J. A., L’Agriculture du Nord de la France, Paris, Lahure, 2 vol. 1867-1870, p. 50.

67  Rêve qui subsiste longtemps comme le montre l’adoption des techniques de commande numérique dans l’industrie américaine de la guerre froide qui n’était pas le choix de la technique économiquement la plus efficace mais celle qui permettait le meilleur contrôle social en affaiblissant le poids des syndicats : Noble D., Forces of production : a social History of Industrial Automation, Oxford, OUP, 1986.

68  Etzler J. A., The Paradise within the reach of all men without labor, by powers of nature and machinery, an address to all intelligent men, Pittsburg, Etzler and Reinhold, 1833.

69  « But et plan du journal », Le Populaire, n° 1, 1er septembre 1833 ; cf. Jarrige F., « « Des machines à l’infini ». Le communisme icarien et l’imaginaire utopique des techniques (1830-1848) », Hypothèses 2005. Travaux de l’école doctorale d’histoire de l’université Paris 1, Paris, Publications de la Sorbonne, 2006, p. 199-208.

70  Proudhon P. J., Système des contradictions économiques, ou philosophie de la misère [1846], 2 vols., Paris, 1923, vol. 1, chap. 3 : « Les machines », p. 71.

71  Misère de la Philosophie, cité par Sabel C., Piore M. J., Les Chemins de la prospérité. De la production de masse à la spécialisation souple, Paris, Hachette, 1989, p. 48.

72  « Influence de l’emploi des machines », rapport des mécaniciens, Rapports des délégations ouvrières. Exposition universelle de 1867, Paris, A. Morel, 1869, Paris, 3 vol., vol. 2, p. 156.

73  Rancière J., Vauday P., « En allant à l’expo : L’ouvrier, sa femme et les machines », Les Révoltes logiques, n° 1, 1975, p. 12.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Jarrige, « Le travail discipliné : genèse d’un projet technologique au xixe siècle », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 110 | 2009, 99-116.

Référence électronique

François Jarrige, « Le travail discipliné : genèse d’un projet technologique au xixe siècle », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 110 | 2009, mis en ligne le 01 octobre 2012, consulté le 23 mai 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1988

Haut de page

Auteur

François Jarrige

Université du Maine, IHMC-CNRS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page