Navigation – Plan du site
DOSSIER

Du travail de la nature au travail dans la société chez les Physiocrates

Romuald Dupuy
p. 83-98

Résumé

Le travail représente un concept essentiel dans la formation de l’économie politique classique au xviiie siècle. Si Smith affirme qu’il est la source de la valeur économique, il n’en va pas de même pour les Physiocrates. L’article montre que pour ces derniers le travail se combine toujours aux forces de la nature. Le travail de l’homme constitue une force mécanique qui agit pour décupler un processus de production naturelle. Le concept économique de travail des Physiocrates reste encore imprégné de propositions augustiniennes et néocartésiennes, et s’accorde avec les théories naturalistes de l’époque. À l’acte de production s’ajoute la dimension sociale qui façonne la société. Le travail rejoint alors la théorie du droit naturel. Il est à l’origine de la théorie de la propriété qui structure la société autour de l’activité agricole et de la propriété foncière. Dans ce dispositif le statut du travailleur est secondaire et il importe avant tout que le fermier mobilise les capitaux productifs.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

France

Chronologie :

XVIIIe siècle
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Foucault M., Les mots et les choses, Gallimard, 2004 (1966), p. 234.
  • 2  Marx K., Introduction générale à la critique de l’économie politique, 1857, éd. Maximilien Rubel, (...)

1Le travail comme catégorie économique n’émerge pas subitement du néant à la fin du siècle des Lumières. Comme l’explique M. Foucault1, le travail en tant que catégorie économique a fait l’objet de nombreuses discussions tout au long de « l’âge classique », bien avant la parution de La Richesse des Nations d’A. Smith. Depuis W. Petty, le travail est un étalon qui mesure les richesses par la quantité de nourriture permettant à la force de travail de se déployer. D’après cette acception le travail suit l’ordre des besoins et des désirs des hommes. Dès lors le travail peut être conçu comme une puissance, un pouvoir de créer des richesses, autant qu’il permet de satisfaire des besoins. Mais c’est A. Smith, comme l’affirme Marx, qui donne au travail une forme abstraite2. C’est une différence avec les Physiocrates pour qui le travail n’atteint pas ce niveau de formalisation d’une forme dénaturée et autonome. Pour eux, le travail représente une action complémentaire au fonctionnement de la mécanique naturelle. Le concept de travail constitue chez les Physiocrates un point essentiel de leur doctrine économique souvent mal comprise du fait de cette liaison étroite entre travail et nature. Le travail est considéré, d’une part, par rapport à la nature et se caractérise par sa dimension physique, d’autre part, il est un facteur déterminant de la formation de la société et de l’organisation sociale.

2Les Physiocrates relient logiquement ces deux dimensions du travail. Le travail de l’homme n’est pas un facteur autonome de création de valeur, mais interagit avec les forces de la nature. Pour les Physiocrates le concept de travail est soumis à des impératifs d’ordre théologique au sens où il dépend d’un ordre préétabli et d’une conception mécaniste reliée aux forces de la nature. Ce dispositif provient tout à la fois du sensualisme développé par François Quesnay qui se mélange à une forme de néo-cartésianisme, due à une lecture assidue des œuvres du père Malebranche, et des théories naturalistes de l’époque. Si le travail représente un mouvement mécanique qui produit une force, les Physiocrates distinguent le travail de la nature du travail de l’homme. Cette différence n’entraîne pas de discontinuité entre les forces qui agissent dans la nature et celles qui président aux mécanismes des sociétés et de l’économie, précisément parce qu’elles sont reliées entre elles par des lois naturelles.

  • 3  Terme employé par Pierre Samuel Dupont de Nemours, autre grand disciple de Quesnay, pour intituler (...)

3La question du travail, si elle correspond à une certaine vision de la nature, rencontre le contexte historique et social de son époque. La société dans laquelle vivent les Physiocrates est dominée par la monarchie absolue, la prédominance de la propriété foncière, les rapports de force entre la monarchie, l’aristocratie, et la société marchande naissante. Le travail joue en conséquence un rôle structurant de la société en se trouvant relié à la question du droit. En mêlant les rapports du travail à la nature et du travail à la société, les Physiocrates, et plus particulièrement Quesnay, inventent la « science nouvelle de l’économie politique3». Celle-ci repose sur l’agriculture et sur la productivité des forces de la nature.

Travail mécanique et machine naturelle

  • 4  Descartes R., Lettre à Huygens du 5 octobre 1637, Œuvres Philosophiques, tome I, éd. F. Alquier, 1 (...)
  • 5  Descartes R., Le Monde et le Traité de l’homme, L’homme, 1644, Ibid., p. 390.

4Chez les Physiocrates, la notion de travail prend sa source dans la pensée cartésienne. Le travail, force mécanique, interagit, s’oppose et produit des effets par des causes. Le travail se définit comme le produit de la distance et de la force, de sorte que « l’effet est toujours proportionné à l’action qui est nécessaire pour le produire4 ». Ainsi le travail est étroitement relié au principe de la statique, situation d’un état donné à différents moments. On constate alors les déséquilibres ou les retours à l’équilibre lorsque les forces se compensent. Le travail dépend des lois de la physique qui opèrent autant sur les objets que sur le fonctionnement de la physiologie. D’après l’arbre de la connaissance décrit par Descartes, la médecine est une branche de la physique. En conséquence, il existe une relation étroite entre la physique, la mécanique et la physiologie. Lorsque Descartes expose sa thèse des « animaux-machines », il décrit la physiologie des animaux comme des automates. Le corps humain représente alors une machine constituée d’une succession d’engrenages, de tuyaux, et de ressorts : « Ainsi vous pouvez avoir vu, dans les grottes et les fontaines qui sont aux jardins de nos Rois, que la seule force dont l’eau se meut en sortant de sa source, est suffisante pour y mouvoir diverses machines, et même pour les y faire jouer de quelques instruments, ou prononcer quelques paroles, selon la diverse disposition des tuyaux qui la conduisent. Et véritablement l’on peut fort bien comparer les nerfs de la machine que je vous décris, aux tuyaux des machines de ces fontaines ; ses muscles et ses tendons, aux autres divers engins et ressorts qui servent à les mouvoir ; ses esprits animaux, à l’eau qui les remue dont le cœur est la source, et les concavités du cerveau sont les regards5. »

  • 6  S’il est vrai que Quesnay adopte le point de vue de La Mettrie sur la différence de degré et non d (...)
  • 7  Sutter J., « Quesnay et la médecine », dans François Quesnay et la Physiocratie, tome i, INED, 195 (...)
  • 8  Hecht J., « La vie de François Quesnay », dans François Quesnay et la Physiocratie, tome i, INED, (...)
  • 9  Charles L., The visual history of the Tableau Économique, The European Journal of the History of E (...)

5Cette thèse mécaniste est très présente dans l’approche médicale du xviiie siècle, et on la retrouve par exemple à travers le matérialisme de La Mettrie, celui-ci décrivant l’homme comme une machine. L’homme et l’animal se différencient selon un ordre de degré plutôt que de nature. On retrouve chez Quesnay le même dispositif de manière moins radicale6 qui sous-tend à la fois sa conception de la médecine et de l’économie politique. L’œuvre médicale de Quesnay s’inspire de la pensée de Descartes7 et de ses conceptions mécanistes. En 1727, dans sa polémique contre Silva à propos de la saignée, Quesnay construit une machine hydraulique pour vérifier l’exactitude de ses principes8. L’intérêt pour les machines se prolonge lorsque Quesnay suit le duc de Villeroy à Lyon. En 1735, avec l’appui de son protecteur, Quesnay devient membre de l’académie des Arts de Lyon. À cette occasion, il rédige un mémoire Sur la théorie et l’expérience en médecine et visite le cabinet de curiosités de Grollier de Servière. On y trouve une machine hydraulique qui remonte l’eau dans des réservoirs situés sur plusieurs étages et une pendule mécanique à roulement à billes. L. Charles9 a bien montré le lien entre ces machines et l’élaboration du Tableau économique. La circulation du revenu et des marchandises ne dépend pas de la seule force du travail de l’homme, mais se situe dans un système d’engrenage où plusieurs forces interagissent les unes avec les autres. Ainsi le Tableau économique de Quesnay, sous forme de zigzag, présente une forte similitude visuelle avec la pendule mécanique du cabinet de Grollier de Servière. Cette comparaison visuelle entre la machine mécanique, la physiologie et la circulation du revenu est très importante, tant la question des sens pour Quesnay constitue un élément déterminant de son épistémologie. Il préfère toujours une représentation visuelle et géométrique de ses analyses plutôt qu’une arithmétique aride et abstraite, ce que pourtant nombre de critiques de l’époque lui reprochent.

  • 10  À contre courant de la doxa de l’époque, Quesnay se montre parfois très critique vis-à-vis de Lock (...)
  • 11  Schøsler J., John Locke et les philosophes français : la critique des idées innées en France au di (...)
  • 12  Malebranche N., Recherche de la Vérité, Œuvres I, éd. G. Rodis-Lewis et G. Malbreil, Paris, Gallim (...)

6Si pour Descartes « je pense donc je suis » constitue la maxime essentielle de sa philosophie, elle se résume pour Quesnay à « je sens donc je suis ». Quesnay s’inscrit dans la philosophie des Lumières marquée par la pensée sensualiste de Locke, mais conserve dans sa philosophie de nombreux aspects du cartésianisme véhiculés par des lectures attentives du père Malebranche10. Comme le remarque avec justesse Schøsler11, l’article évidence de Quesnay, « véritable petit traité sensualiste », comporte de forts accents malebranchistes par un recours aux thèses occasionnalistes. Avec Malebranche, le principe de causalité ne s’établit pas selon un rapport direct mais par l’intermédiaire d’une chaîne de causalité, ou causes occasionnelles : « Il est nécessaire d’établir clairement les vérités qui sont opposées aux erreurs des anciens philosophes, et de prouver en peu de mots qu’il n’y a qu’une véritable cause parce qu’il n’y a qu’un vrai Dieu : que la nature ou la force de chaque chose n’est que la volonté de Dieu : que toutes les choses naturelles ne sont point de véritables causes, mais seulement des causes occasionnelles : et quelques autres vérités qui seront des suites de celles-ci12. »

  • 13  Quesnay F., « évidence », dans François Quesnay, Œuvres économiques et autres textes, tome i, Pari (...)

7Le système de causalité se découvre par la raison et se déploie dans le cadre d’un ordre immuable formé par la vraie cause. La mécanique du monde est liée de manière indissociable à un ordre théologique. La succession des mouvements et des chocs entre les corps constitue un ensemble de causalités dont la vraie cause est l’être divin. Les phénomènes sensitifs s’expliquent par cet enchaînement de causes : « Que les corps ou les objets qui occasionnent nos sensations par le mouvement, n’étant eux-mêmes ni le mouvement ni la cause du mouvement, ils nesont pas la cause primitive de nos sensations ; car ce n’est que par le mouvement qu’ils sont la cause conditionnelle de nos sensations13. » Le mouvement des corps est la cause occasionnelle, ou conditionnelle, des sensations. La nature avec ses lois est une force qui agit selon un ordre naturel préétabli par la main divine, ou cause première. Dans ce système, le travail constitue un élément d’une chaîne de causalité, c’est un intermédiaire mécanique permettant d’établir un lien entre l’homme et la nature. Quesnay conçoit l’action humaine comme élément constitutif d’un ensemble ordonné. Si l’homme agit par son travail sur la nature et tente de s’en rendre maître, il reste soumis aux lois naturelles et physiques.

  • 14  C. Von Linné, L’économie de la nature, 1749, dans L’équilibre de la nature, trad. B. Jasmin avec i (...)
  • 15  Quesnay publie dès 1736 son Essai sur l’économie animale, dans lequel il étudie différentes théori (...)
  • 16  Partie de la chimie qui enseigne à connaître la nature et les proportions des métaux utiles conten (...)
  • 17  C. Von Linné, « Principes de l’économie, fondés sur la Science naturelle et sur la Physique », Jou (...)
  • 18  On retrouve ici l’idée cartésienne célèbre de se « rendre comme maîtres et possesseurs de la natur (...)

8Selon ce schéma de pensée, l’étude de l’économie consiste à examiner le fonctionnement de la machine naturelle. De même que la médecine s’appuie sur l’économie animale afin de décrire le fonctionnement du corps humain, l’économie politique se fonde sur une économie de la nature pour représenter le fonctionnement des sociétés. La pensée économique des Physiocrates s’inscrit dans celle des naturalistes de l’époque où l’économie se conçoit à travers les fonctions des êtres vivants : « Par économie de la nature, on entend la très sage disposition des êtres naturels, instituée par le Souverain créateur, selon laquelle ceux-ci tendent à des fins communes et ont des fonctions réciproques14 ». Pour Linné, l’homme se situe à l’intérieur d’un système naturel dont l’équilibre est maintenu par la stabilité de ses différentes forces. On retrouve bien la logique d’équilibre du Tableau économique de Quesnay. En maintenant l’équilibre des forces économiques, le revenu se régénère et circule continuellement. En passant progressivement de l’économie animale15 à l’économie naturelle, Quesnay a construit une « science nouvelle de l’économie politique » sur les bases d’une économie agricole. Dans ce dispositif, l’homme n’est pas passif et agit par son travail et ses inventions afin d’orienter la nature à son profit : « Il faut que par le moyen de la Chimie, de la Physique et de la Docimasie16, il (l’homme) sache fondre, séparer et épurer tous les métaux, construire des machines qui puissent être mises en mouvement par le vent ou par l’eau, et inventer enfin toutes sortes d’instruments nécessaires ou utiles à la culture et à la conservation de tout ce que l’économie embrasse17. » L’économie signifie alors le bon agencement de la nature, et la bonne gestion du système économique réside dans la connaissance des lois naturelles. Pour les Physiocrates, prendre possession18 de la nature suppose obligatoirement d’en suivre les règles, et les lois qui organisent l’économie et la société sont déduites des lois naturelles et physiques.

9L’identification de la nature à une sorte de machinerie complexe permet de définir et de dessiner les contours d’une économie dans la société. Mais l’importance du secteur agricole dans la vie économique des xviie et xviiie siècles explique aussi pourquoi, à cette époque, il existe une relation étroite entre l’économie naturelle et la production de richesse.

Le travail et la production : la formation du produit net

  • 19  Petty W., Traité des taxes et contributions, 1662, dans Les œuvres économiques de Sir William Pett (...)

10À l’âge classique, W. Petty est l’un des premiers à mettre en avant le lien entre travail et valeur économique, et affirme que « le travail est le père et le principe actif de la richesse, de même que la terre en est la mère19 ». Si Marx voit chez l’arithméticien politique les premières bribes de l’économie politique classique permettant de faire apparaître les véritables fondements d’une théorie de la valeur travail, on décèle dans les termes de Petty un double niveau de la valeur à la fois fondée sur le travail et sur la terre. Les Physiocrates vont reprendre cette approche polymorphe de la valeur en accentuant la dimension naturaliste, le travail ne représentant plus alors qu’un élément complémentaire de la formation du surplus.

  • 20  Buffon écrit en 1748 : « Les animaux et les plantes qui peuvent se multiplier et se reproduire par (...)
  • 21  Christensen P. P., « Fire, motion, and productivity : the proto-energetics of nature and economy d (...)
  • 22  Quesnay F., « Sur les travaux des artisans », dans François Quesnay, Œuvres économiques et autres (...)
  • 23  Cette approche conduit à donner une définition éco-énergétique à la théorie du produit net. Par ex (...)
  • 24  Le Trosne J. -F., De l’intérêt social par rapport à la valeur, à la circulation, à l’industrie et (...)
  • 25  V. Riquetti marquis de Mirabeau, L’ami des hommes, sixième partie, Avignon, [s.n.], 1760, p. 136.
  • 26  Le « il » correspond ici à l’ouvrier, l’artisan, etc.
  • 27  Quesnay F., « Sur les travaux des artisans », dans François Quesnay, Œuvres économiques et autres (...)

11Quesnay, devenu médecin de Mme Pompadour et du roi en 1749, côtoie dans l’entresol du château de Versailles Buffon, D’Alembert, Diderot et tous les grands esprits de l’époque. Il y puise un certain nombre de propositions naturalistes, et reprend la théorie des molécules organiques de Buffon20 lorsqu’il emploie le terme de régénération, ou de génération, dans ses écrits économiques21 : « L’idée de production, ou de régénération, qui forme ici la base de la distinction des classes des citoyens, est resserrée dans des bornes physiques, réduites si rigoureusement à la réalité, qu’elles ne sont plus conformes aux expressions vagues usitées dans le langage ordinaire22. » En identifiant la production au principe de régénération, Quesnay développe une approche bioéconomique de la production et de la formation du surplus23. L’assimilation de la production à un processus biologique permet de distinguer le travail productif du travail improductif. Il y a formation d’un surplus au sens physiocratique dès lors que le travail s’applique au principe du vivant. Le Trosne, Physiocrate et membre de la société royale d’agriculture d’Orléans, donne une définition très explicite lors de sa controverse avec Condillac : « L’homme peut donc à bon droit appeler son travail productif, lorsqu’il l’emploie à obtenir la multiplication des biens. En lui-même son travail n’est qu’une action, un mouvement, une manière d’être dirigée par l’intelligence. Il est productif ou stérile, suivant la nature de son objet et du fonds sur lequel il s’exerce ; mais quoiqu’il soit stérile, lorsqu’il n’est pas appliqué à la terre, il peut être très utile et très nécessaire24. » Le travail est dit productif ou improductif selon qu’il se combine ou non au phénomène de régénération. Le travail en lui-même exprime une action mécanique prise dans un schéma de causalité, un élément de la machine économique qui suit les lois de la mécanique de la nature. La valeur de la production correspond aux dépenses qui ont mis en mouvement le processus de production. Dans l’agriculture, seul secteur à dégager un surplus, la production brute, appelée aussi reproduction totale, se définit comme la somme des avances annuelles (dépenses renouvelées chaque année) et primitives (capitaux fixes) à laquelle on ajoute le surplus, ou produit net. La notion d’avances annuelles reprend elle aussi l’opposition entre fonction régénérative du vivant et matière inerte. Les avances annuelles ne constituent pas un bloc homogène, et Mirabeau distingue en prélude de son explication du Tableau économique les avances annuelles productives et les avances annuelles stériles25. Les dépenses stériles annuelles sont essentiellement des salaires dépensés en biens de subsistance, et les dépenses productives annuelles sont composées de semences disposant du pouvoir de régénération. On retrouve ici la combinaison terre/travail présente chez Petty qui explique, selon les Physiocrates, la productivité exclusive de l’agriculture. Cette différenciation entre les avances annuelles saisit tout à la fois la spécificité du secteur agricole et l’improductivité de l’industrie. Dans les secteurs improductifs (commerce, industrie), le travail ne se combine pas au principe de régénération propre à la mécanique du vivant. Selon Quesnay, « […] il faut que la terre ait produit d’avance ce qu’il26 a consommé pour sa subsistance : ce n’est donc pas son travail qui a produit cette subsistance. La consommation de la subsistance n’a rien produit non plus, puisque cette consommation n’est qu’un anéantissement de richesses produites d’avance par la terre27 ».

  • 28  Quesnay F., « Problème économique », dans François Quesnay, Œuvres économiques et autres textes, t (...)

12De manière générale, le travail est considéré comme une dépense de subsistance, une consommation, un pur coût. Dans l’agriculture l’action combinée du travail et de la nature permet à chaque période de production de reconstituer l’ensemble des avances. Le travail et les dépenses de capitaux fixes, par leurs actions mécaniques, décuplent le processus naturel de la régénération. L’industrie ne dispose pas de cette qualité régénérative car le travail agissant dans ce secteur s’applique à une matière inerte, ses dépenses ne sont que des consommations (salaires et matières premières) détruites lors du processus de production. Si l’industrie produit des biens utiles, elle ne fait que transformer la matière sans en créer une nouvelle. Pour les Physiocrates, la production est liée au processus naturaliste de la régénération. La production s’identifie à un phénomène bioéconomique. Si le travail a une action réelle en décuplant le processus productif, il est en lui-même stérile et n’est pas à la source de la valeur. Il peut accroître la formation du surplus, mais, étant donné sa fonction mécanique, celle-ci peut fort bien être remplacée par du capital technique, par une action mécanique plus efficace permettant d’accroître le processus de régénération : « Les avances annuelles augmentent au préjudice du produit à proportion que les avances primitives diminuent, parce qu’on y supplée autant qu’on le peut par des travaux fort dispendieux aux dépens de la reproduction annuelle, qui en fait les frais faute d’avances primitives suffisantes par lesquelles on peut exécuter annuellement avec le moins de frais possible la culture la plus fructueuse. Les intérêts de ces avances primitives diminuent à proportion que ces avances elles-mêmes dépérissent28. »

  • 29  Quesnay F., « Fermiers », ibid., p. 129.
  • 30  Ibid., p. 129.

13Augmenter la quantité de capitaux fixes, c’est accroître le produit net des entreprises agricoles en économisant des avances annuelles. Le capital se substitue au travail de l’homme, une force mécanique plus efficace en a remplacé une autre moins performante. La productivité des facteurs de production, au sens moderne du terme, a progressé et amélioré la rentabilité de l’entreprise agricole. Cette différence permet aux Physiocrates de décrire l’efficacité de l’activité agricole, de distinguer la petite culture, peu productive, de la grande culture productive. Ce n’est pas la force de travail de l’ouvrier qui distingue la productivité des fermes, mais le travail des animaux employés pour labourer la terre qui accroît la productivité : « Les terres sont communément cultivées par des fermiers avec des chevaux, ou par des métayers avec des bœufs […]. Il n’y a que des riches fermiers qui puissent se servir de chevaux pour labourer les terres29. » Et ainsi là « où il n’y a pas de fermier en état de se procurer de tels établissements, les propriétaires des terres n’ont d’autres ressources pour retirer quelques produits de leurs biens, que de les faire cultiver avec des bœufs […]. Cette sorte de culture exige très peu de frais de la part du métayer […] ; souvent même le propriétaire est obligé de lui faire l’avance de ces frais30 ». L’action des animaux et des capitaux fixes représente donc une puissance mécanique plus importante que le travail de l’homme.

14La définition bioéconomique de la valeur et du produit net s’accompagne chez les Physiocrates d’une autre analyse du produit net. En effet, ils définissent le produit net à partir des prix de marché, de sorte qu’il s’évalue comme la différence de la valeur vénale des productions et de leur valeur fondamentale, ou coût de production. Ce double langage peut dans une certaine mesure apparaître contradictoire, mais l’opération intellectuelle des Physiocrates consiste à traduire l’harmonie de la nature à travers l’espace social. La productivité du secteur agricole ne se dissocie pas des conditions dans lesquelles se déroule la production. Les fluctuations des prix influencent positivement ou négativement la productivité des fermes, et déterminent le niveau d’accumulation qui permet d’accroître la productivité naturelle. Dès lors les Physiocrates établissent un lien entre la production naturelle et le bon prix des blés. Des prix trop faibles empêchent l’accumulation du capital. Les fermiers sont dans l’impossibilité d’acquérir des capitaux fixes permettant d’augmenter les productions. Par contre, si les prix sont suffisamment élevés, ils constituent une opportunité pour accroître les productions agricoles et mettre un terme aux famines et aux disettes. Il existe donc deux niveaux d’interprétation. Le premier niveau définit la production à partir de thèses naturalistes, et affirme la productivité exclusive de l’agriculture. Dans ces conditions, le travail est une action périphérique permettant d’accroître un processus bioéconomique. Le second niveau explique comment l’accroissement de la production dépend de moyens supplémentaires mobilisés pour accompagner le processus productif. Quesnay développe une analyse des prix afin de montrer de quelle manière le fermier accumule du capital et augmente la production et le bien-être de la société.

15Si le travail de l’homme n’est pas à l’origine de la production, il joue un rôle essentiel dans le processus productif et dans la structuration de la société. Dans ce dernier cas, on retrouve aussi ce lien étroit et particulier entre travail et nature.

Du travail à la propriété : la formation de la société

  • 31  Salamito J.-M., « Travail et travailleurs dans l’œuvre de saint Augustin », dans Mercure D. et Spu (...)
  • 32  Tully J., John Locke, Droit naturel et propriété, trad. fr., Paris, PUF, coll. Léviathan, 1992, p. (...)

16Dans l’histoire de la pensée occidentale, l’activité agricole a toujours eu une place très importante. Saint Augustin donne une signification religieuse à l’agriculture parce qu’elle établit un ordre théologique entre la terre, mère nourricière, création de Dieu, et le travail, acte de volonté rationnelle. Saint Augustin opère une distinction entre l’opération naturelle de la nature, et l’opération volontaire qui est l’œuvre des anges et des hommes31. Finalement cette construction théologique du travail est assez courante aux xviie et xviiie siècles. On peut suivre ce raisonnement jusqu’à Locke. Le philosophe anglais élabore un concept de travail sur un principe où il relie le Créateur à son ouvrage. De cette manière le processus de création est un acte conscient et volontaire32. Locke transpose alors cette relation théologique aux relations humaines et en fait la source de la propriété et de la valeur. Sur le modèle où Dieu créa la nature et ses lois, l’ouvrier crée son ouvrage par son travail. Le travail, acte de création conscient et volontaire, est alors à l’origine de la propriété et de la valeur économique des biens. Locke pousse beaucoup plus loin l’idéalisation théologique du travail en l’étendant à tous les objets et il met au second plan l’opération naturelle. Cette transposition est à l’origine du principe de la valeur-travail qui depuis Smith jusqu’à Marx est la source de l’économie politique classique. Sur ce point la pensée physiocratique marque une différence importante en maintenant l’idéal augustinien du travail agricole et de la création naturelle.

  • 33  Quesnay F., « Droit naturel », dans François Quesnay, Œuvres économiques et autres textes, tome i, (...)

17Quesnay et ses disciples restent davantage ancrés dans la tradition augustinienne en mettant en avant le lien étroit entre le processus de production, qui résulte de la nature, et la volonté des hommes à s’accorder à ce phénomène. L’acte de volonté rationnelle consiste à accompagner le processus de production naturelle et à décrire l’origine de la société sur les bases d’un droit naturel découvert par la raison. La complexité du discours des Physiocrates provient du fait qu’ils adhèrent de manière partielle à la théorie lockienne du travail, dans le sens où celui-ci fournit les bases du droit naturel et de la structure sociale, car « […] les hommes ne jouissent de leur droit naturel aux choses dont ils ont besoin que par le travail33 ». Leur théorie du droit naturel est fondée sur une théorie des droits de propriété. Trois formes de propriété sont distinguées : la propriété personnelle, la propriété mobilière, et la propriété foncière. La première forme de propriété se définit comme le principe d’autoconservation : l’individu s’oblige à trouver les moyens de survivre, car c’est un devoir envers soi-même et envers Dieu. Cette propriété personnelle est la base du droit naturel chez les Physiocrates. Chaque individu est propriétaire de sa propre personne. La propriété personnelle est reliée logiquement à la deuxième forme de propriété, la propriété mobilière, car l’autoconservation nécessite l’acquisition de biens de subsistance. Cette activité implique en conséquence un travail de recherche de biens nécessaires pour garantir la propriété personnelle. À ce stade, le travail n’est pas corrélé à une activité de production mais plutôt à une activité de cueillette, de collecte, de ponction directe sur l’environnement. Enfin, la propriété foncière est le stade ultime de la propriété, car elle permet d’assurer plus efficacement la conservation des propriétés personnelles en fournissant l’abondance des biens de subsistance.

  • 34  Mercier de la Rivière P.-P., L’ordre naturel et essentiel des sociétés politiques, 2 vol., à Londr (...)
  • 35  Baudeau N., Exposition de la loi naturelle, Paris, Lacombe, 1767, p. 14.

18Il y a un emboîtement logique entre ces différentes formes de propriété, elles sont consécutivement soumises au premier principe d’autoconservation ; de sorte que la propriété foncière « […] n’est que le développement de la propriété personnelle, le dernier degré d’extension dont celle-ci soit susceptible34». L’acquisition des biens et leur production sont directement concernées par les principes du droit. La propriété mobilière nécessite une dépense de travail pour ponctionner les biens directement produits par la nature, alors que la propriété foncière demande une dépense initiale de travail afin de défricher le terrain, et le mettre en bonne disposition d’être cultivé. Baudeau décrit la propriété foncière comme une résultante de la nécessité de garantir les propriétés personnelles et d’établir un certain confort de vie : « Supposons enfin que les mortels réduits à l’état de simple multitude, sans conventions sociales, veuillent se livrer à la culture pour étendre d’autant leur Droit naturel, en multipliant au-delà des bornes ordinaires de la production spontanée, les objets propres à satisfaire leurs besoins ou leurs désirs. Là commence à naître, par degrés, la propriété foncière35. » Comme la propriété foncière suppose un certain degré d’organisation sociale, elle est en même temps à l’origine de la société civile.

  • 36  Steiner Ph., La science nouvelle de l’économie politique, Paris, PUF, p. 98.
  • 37  Quesnay F., Droit naturel, dans François Quesnay, Œuvres économiques et autres textes, tome i, Par (...)
  • 38  Ibid., p. 115.

19Le travail est un médiateur entre la nature et la propriété, et il acquiert une dimension morale en répondant à la satisfaction des premiers besoins36. Le travail est la conséquence de la volonté des hommes : il « leur faut les facultés du corps et de l’esprit, et les moyens ou les instruments nécessaires pour agir et pour parvenir à satisfaire à leurs besoins37 ». C’est en fonction de leur constitution naturelle que les hommes sont poussés à acquérir des biens afin de satisfaire des besoins naturels et vitaux, et c’est cette tendance qui les pousse à améliorer leur confort en acquérant d’autres biens. En se situant d’abord dans un état de nature, les Physiocrates estiment que l’acquisition des biens dépend des facultés particulières : « Mais en considérant les facultés corporelles et intellectuelles, et les autres moyens de chaque homme en particulier, nous y trouverons encore une grande inégalité relativement à la jouissance du droit naturel des hommes38. » La jouissance du droit naturel est inégale selon les aptitudes physiques et intellectuelles de chacun. La force de travail dépensée pour l’acquisition des biens résulte de la constitution physique des individus. Suivant cette inégalité « naturelle », chaque individu obtient une quantité différente de droits de propriété, qu’il accumule au cours du temps et qu’il est possible de transmettre par l’héritage. L’inégalité physique des individus permet à Quesnay de légitimer la société inégalitaire d’Ancien Régime. L’objectivité du droit et l’organisation sociale sont justifiées par la nature.

  • 39  Ibid., p. 119.
  • 40  Baudeau N., Exposition de la loi naturelle, Paris, Lacombe, 1767, p. 21.

20Cette approche comporte, en réalité, en germe plusieurs éléments de contradiction propres à l’ensemble des propositions physiocratiques. D’abord, observons la logique suivie à propos de la formation de la société. Pour les Physiocrates, il n’existe pas de relation contractualisée qui forme le pacte social. Quesnay, en s’opposant aux thèses de Hobbes, envisage, à la manière de Pufendorf, une sociabilité naturelle où les hommes s’attirent entre eux « par des sentiments de satisfaction, de tendresse, de pitié, etc., qui sont autant d’indices des intentions de l’Auteur de la nature, sur l’observation des règles qu’il prescrit aux hommes pour les obliger par devoir à s’entre-secourir mutuellement39 ». Mais devant une situation inégalitaire et de tension entre individus, on saisit mal dans quelle mesure cette fameuse sociabilité naturelle pourrait advenir et permettre l’éclosion d’une société. Pour résoudre ce problème, Quesnay en revient à la question des intérêts et de la propriété privée. Il va tenter de trouver une concordance entre les intérêts privés des propriétaires fonciers et l’intérêt des membres de la société moins favorisés par la nature. Le propriétaire foncier se situe en haut de la hiérarchie sociale, car la propriété foncière, à l’origine de l’agriculture, garantit mieux l’approvisionnement des biens de subsistance. En conséquence, elle augmente la jouissance du droit naturel de l’ensemble des membres de la société. Dès lors les individus ont intérêt à consentir à l’inégalité structurelle de la société. Mais devant le risque de non-consentement, la mise en place d’une institution tutélaire (l’État) préservant les propriétés apparaît nécessaire. La propriété foncière engendre la formation d’une institution protectrice des propriétés et de l’ordre social. Par la suite l’évolution de la société fait naître d’autres catégories sociales : « La perfection de la culture, qui suit la garantie des propriétés, fait bientôt naître assez de fruits, pour que les Hommes vivant sous la confédération puissent être distingués en deux classes, dont la première travaille à la production, et la seconde peut s’occuper de tout autre emploi de son intelligence et de ses forces40. »

  • 41  Ce qui est improductif n’est pas nécessairement inutile. Ainsi l’ensemble des fonctions de l’État, (...)
  • 42  Mercier de la Rivière P.-P., L’ordre naturel et essentiel des sociétés politiques, p. 447.

21L’évolution des sociétés suppose une différence entre travailleurs productifs et improductifs41. Cette division implique une double séparation des structures socio-économiques : d’abord entre ceux qui travaillent la terre et ceux qui ne la travaillent pas, puis entre le travail de direction de l’entreprise agricole (le cultivateur) et le propriétaire foncier. Cette dernière division n’est pas uniforme dans le temps et se fait de manière progressive. Dans les premiers âges de la société civile, il n’existe pas de réelle distinction entre propriétaire foncier et fermier. Le propriétaire foncier est tout à la fois rentier et entrepreneur de sa terre. Mais au fur et à mesure que la société se développe, que la demande de biens agricoles s’accroît, la compétence minimale et les premières avances qui étaient nécessaires à la production vivrière ne suffisent plus : « […] comme il ne suffit pas d’avoir fait les premières dépenses préparatoires à la culture pour que les productions renaissent annuellement, & qu’il peut se faire que les propriétaires de ces premières dépenses manquent de facultés nécessaires pour subvenir à tous les frais que la culture exige encore chaque année, il est dans l’ordre de la propriété que quiconque se chargera de ces frais, partage dans les productions avec ceux par qui les premières dépenses ont été faites42».

  • 43  Baudeau N., Nouvelles Ephémérides Économiques, Suite des observations économistes à M. l’Abbé de C (...)
  • 44  V. Riquetti marquis de Mirabeau, La Philosophie rurale ou économie générale et politique de l’agri (...)

22Dans la société développée, la fonction de cultivateur se différencie nettement de celle du propriétaire foncier. Le cultivateur se distingue par l’apport de son capital productif, mais surtout par sa qualité de gestionnaire. Dès lors, si à l’origine le propriétaire foncier a un lien avec l’activité productive, celui-ci se dissout progressivement. La relation entre le propriétaire foncier et le fermier devient contractuelle, et la qualité du fermier est appréciée par sa capacité à faire ressortir le produit net maximum. Mais le fermier n’est pas un salarié du propriétaire foncier, puisque l’entrepreneur agricole apporte ses capitaux productifs dont il espère retirer un bénéfice43. La division du travail entre propriétaires fonciers et fermiers se fonde sur l’efficacité économique. Les premiers sont légitimés par un travail des origines, celui du premier défrichement et de l’apport des avances foncières, alors que les seconds sont légitimés par leurs compétences de gestionnaire. Le travail de direction permet d’obtenir la propriété des productions. Le fermier rémunère le propriétaire pour la location de la terre. La fixation des baux est le résultat d’un rapport contractuel entre deux propriétaires d’égale importance : « Le Fermier alors est, dans l’ordre économique, égal au Propriétaire du fonds. Ils font ensemble un traité mutuel d’association aux produits de la cultivation ; l’un fournit le champ, l’autre ses richesses, qui seules peuvent féconder ; et ils conviennent ensemble des articles de l’association, dans lesquels le propriétaire, qui veut disposer de sa personne et de son temps, cède, pour un revenu fixe et prescrit, la totalité de la production au Fermier, qui prend, à ses risques et fortunes, les hasards, soit en bien soit en mal44. »

  • 45  Ce mécanisme est décrit dans un tableau dynamique de la Philosophie rurale et analysé par W. Eltis (...)
  • 46  Smith A., La Richesse des nations, tome I, trad. fr. de G. Garnier avec introduction de D. Diatkin (...)

23Il existe ici un rapport de force entre deux détenteurs de capitaux. Les Physiocrates décrivent le développement d’un capitalisme à deux niveaux qui peuvent éventuellement entrer en conflit pour le partage du surplus. Le produit net versé au propriétaire foncier n’est qu’une fraction du surplus retiré de l’activité productive. Mais dans leur système les Physiocrates ne distinguent pas le produit net du surplus du fermier. Ce dernier se paie en quelque sorte sur les avances qui sont renouvelées chaque année. Lorsqu’il vend ses productions sur le marché, le fermier cède une partie fixe du surplus établie par la négociation des baux au propriétaire, et garde à son profit la partie restante qu’il peut réinvestir l’année suivante45. En d’autres termes, c’est le fermier qui engendre la dynamique du capitalisme agricole. La force de travail de l’ouvrier agricole ne forme pas la valeur, c’est l’intelligence de direction du capital productif et les fluctuations du marché qui deviennent les facteurs déterminants. Il est vrai, le profit de l’entrepreneur dépend du capital engagé mais pas totalement. Si le fermier assume le risque de l’entreprise agricole et dirige au mieux le capital productif investi, son habileté à gérer son entreprise constitue un élément important de la détermination de son profit, puisqu’elle est un facteur de la négociation des baux. Au contraire, A. Smith affirme que le profit se détermine uniquement par la somme du capital engagé46. L’économiste écossais conçoit le travail au sens lockien du terme, en tant que création de valeur, et ne peut admettre en toute logique le travail de direction comme une composante du profit. Or, précisément, c’est ce travail que les Physiocrates mettent en valeur. Il permet d’orienter le capital de manière à faire ressortir le maximum de production agricole. Pour l’ensemble de ces raisons, le travail des ouvriers agricoles, et des travailleurs en général, est rarement abordé par les Physiocrates. Le statut des travailleurs est replacé dans le cadre des thèses populationnistes afin d’expliquer combien la main-d’œuvre déserte les campagnes au profit des villes. Quesnay regrette la disparition de cette force de travail qui peut, dans un premier temps, combler le manque de capitaux productifs des petites cultures françaises.

24Que le travail mis en avant par les Physiocrates soit le travail de direction de l’entrepreneur agricole ou celui des ouvriers, ce qui prédomine c’est le principe du mouvement, mouvement mécanique ou d’orientation, et non une conception du travail comme source de valeur économique. Dans ces conditions le travail, comme acte de production, disparaît souvent derrière le strict respect des droits de propriété.

Conclusion

25Définir le travail comme la source de la valeur économique et de la propriété correspond à la pensée de Locke. Mais cette conception du travail n’est pas totalement celle des Physiocrates. Ils forment une sorte de synthèse entre plusieurs courants de pensée, se rapprochant tantôt des conceptions cartésiennes et augustiniennes, tantôt de celles de Locke. Ils dissocient la fonction productive du travail de sa dimension sociale. Le concept de travail est donc ici polymorphe et parfois difficile à saisir. Pour eux, le travail de l’homme n’est pas à l’origine de la richesse, il représente un mouvement mécanique et artificiel qui décuple le processus naturel de régénération. Ce travail est une cause occasionnelle, voire secondaire, de la formation du surplus, qui dépend plus généralement d’une économie de la nature. Cette perception du mécanisme de la formation du surplus explique pourquoi ils ne voient pas le travail de l’ouvrier agricole, et encore moins celui de l’ouvrier de l’industrie, comme un élément de la formation d’un rapport de force au sein de la société. Le problème des Physiocrates est de permettre un accroissement suffisant de la production agricole. Mais le travail va jouer un rôle de premier plan dans la formation du lien social. Le travail est à l’origine de la propriété parce qu’il permet aux hommes de satisfaire leurs besoins. La pensée physiocratique est liée à celle du contexte historique et politique de la deuxième moitié du xviiie siècle. Manifestement, il ne s’agit pas pour ces hommes des Lumières de renverser l’ordre établi, mais plutôt de réformer une monarchie sur le déclin. Leur objectif est d’accroître la production agricole afin de mettre un terme aux disettes et aux famines, ce qui les conduit souvent à s’opposer aux intérêts économiques des marchands, des fermiers généraux et du pouvoir royal en soulignant l’absurdité et l’injustice du système fiscal.

Haut de page

Notes

1  Foucault M., Les mots et les choses, Gallimard, 2004 (1966), p. 234.

2  Marx K., Introduction générale à la critique de l’économie politique, 1857, éd. Maximilien Rubel, Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 1994, p. 258.

3  Terme employé par Pierre Samuel Dupont de Nemours, autre grand disciple de Quesnay, pour intituler un texte (De l’origine et des progrès d’une science nouvelle, 1768) qui servit à présenter l’ouvrage de Mercier de La Rivière, L’ordre naturel et essentiel des sociétés politiques (1767).

4  Descartes R., Lettre à Huygens du 5 octobre 1637, Œuvres Philosophiques, tome I, éd. F. Alquier, 1963, p. 802.

5  Descartes R., Le Monde et le Traité de l’homme, L’homme, 1644, Ibid., p. 390.

6  S’il est vrai que Quesnay adopte le point de vue de La Mettrie sur la différence de degré et non de nature entre l’homme et l’animal, il ne faut pas considérer Quesnay comme un matérialiste, et le docteur de Mme de Pompadour reste encore dualiste en distinguant l’âme du corps. La différence entre l’animal et l’homme s’établit pour lui uniquement sur le degré d’intelligence supérieur qu’il accorde à l’homme. On a donc sur ce point une position intermédiaire de Quesnay se situant entre Descartes et La Mettrie.

7  Sutter J., « Quesnay et la médecine », dans François Quesnay et la Physiocratie, tome i, INED, 1958, p. 208.

8  Hecht J., « La vie de François Quesnay », dans François Quesnay et la Physiocratie, tome i, INED, 1958, p. 223.

9  Charles L., The visual history of the Tableau Économique, The European Journal of the History of Economic Thought 10:4, p. 527-550.

10  À contre courant de la doxa de l’époque, Quesnay se montre parfois très critique vis-à-vis de Locke dans son Essai physique sur l’œconomie animale, et se réfère de manière régulière à Malebranche (Quesnay F., Essai physique sur l’œconomie animale, Seconde édition, tome iii, à Paris chez Guillaume Cavelier, 1747, p. 250).

11  Schøsler J., John Locke et les philosophes français : la critique des idées innées en France au dix-huitième siècle, Oxford, Voltaire foundation, 1997, p. 81-83.

12  Malebranche N., Recherche de la Vérité, Œuvres I, éd. G. Rodis-Lewis et G. Malbreil, Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 1979, p. 646.

13  Quesnay F., « évidence », dans François Quesnay, Œuvres économiques et autres textes, tome i, Paris, INED, 2005, p. 82.

14  C. Von Linné, L’économie de la nature, 1749, dans L’équilibre de la nature, trad. B. Jasmin avec introduction et notes de C. Limoge, Paris, Vrin, 1972, p. 57.

15  Quesnay publie dès 1736 son Essai sur l’économie animale, dans lequel il étudie différentes théories médicales. Il glisse progressivement dans la seconde édition vers la question sociale, et évoque les principes du droit naturel, les comportements des individus évoluant dans la société.

16  Partie de la chimie qui enseigne à connaître la nature et les proportions des métaux utiles contenus dans les mélanges naturels ou artificiels.

17  C. Von Linné, « Principes de l’économie, fondés sur la Science naturelle et sur la Physique », Journal Œconomique ou Mémoires, notes et avis sur l’Agriculture, les Arts, le Commerce et tout ce qui peut y avoir rapport, ainsi qu’à la conservation, et à l’augmentation des Biens et des Familles, etc., à Paris chez Boudet, mai 1752.

18  On retrouve ici l’idée cartésienne célèbre de se « rendre comme maîtres et possesseurs de la nature. » (Descartes R., Discours de la méthode, 1637, Descartes, Œuvres philosophiques, tome I, dir. F. Alquié, Paris, Garnier, 1963, p. 634).

19  Petty W., Traité des taxes et contributions, 1662, dans Les œuvres économiques de Sir William Petty, trad. fr., 2 vol., Paris, V. Giard & E. Brière, 1905, p. 77.

20  Buffon écrit en 1748 : « Les animaux et les plantes qui peuvent se multiplier et se reproduire par toutes leurs parties sont des corps organisés composés d’autres corps organiques semblables, et dont nous discernons à l’œil la quantité accumulée, mais dont nous ne pouvons percevoir les parties primitives que par le raisonnement. » Georges-Louis Leclerc, Comte de Buffon, Histoire des animaux, dans Œuvres complètes de Buffon, éd. M. Flourens, Paris, Garnier Frères, 1848, p. 435).

21  Christensen P. P., « Fire, motion, and productivity : the proto-energetics of nature and economy dans François Quesnay », dans Mirowski P. (ed.), Natural Images in Economic Thought : Markets Read in Tooth and Claw, Cambridge, Cambridge University Press, 1994, p. 270-271.

22  Quesnay F., « Sur les travaux des artisans », dans François Quesnay, Œuvres économiques et autres textes, tome II, Paris, INED, 2005, p. 974.

23  Cette approche conduit à donner une définition éco-énergétique à la théorie du produit net. Par exemple, Grandamy estime que « le produit net c’est de l’énergie biologique ». (Grandamy R., La physiocratie : théorie générale du développement économique, Paris, Mouton. 1973, p. 28.) Les plantes dégagent et transforment l’énergie du soleil en énergie carbone par photosynthèse. Cette énergie est alors transmise à l’homme sous forme de nourriture. Cette interprétation rappelle l’analyse éco-énergétique de Podolinsky, auteur marxiste qui envisageait le travail comme dépense d’énergie, et estimait qu’il fallait développer l’agriculture, ressource essentielle de l’énergie humaine au développement des forces productives, Deléage J.-P., Histoire de l’écologie, Une science de l’homme et de la nature, Paris, La Découverte, 1991, p. 68. Toutefois si Quesnay met en avant l’importance de l’agriculture et du phénomène de régénération, il n’envisage pas une définition éco-énergétique du produit net.

24  Le Trosne J. -F., De l’intérêt social par rapport à la valeur, à la circulation, à l’industrie et au commerce intérieur ou extérieur, Paris, Debure, 1777,p. 495.

25  V. Riquetti marquis de Mirabeau, L’ami des hommes, sixième partie, Avignon, [s.n.], 1760, p. 136.

26  Le « il » correspond ici à l’ouvrier, l’artisan, etc.

27  Quesnay F., « Sur les travaux des artisans », dans François Quesnay, Œuvres économiques et autres textes, tome II, Paris, INED, 2005, p. 973.

28  Quesnay F., « Problème économique », dans François Quesnay, Œuvres économiques et autres textes, tome I, Paris, INED, 2005, p. 601.

29  Quesnay F., « Fermiers », ibid., p. 129.

30  Ibid., p. 129.

31  Salamito J.-M., « Travail et travailleurs dans l’œuvre de saint Augustin », dans Mercure D. et Spurk J. (dir.), Le travail dans l’histoire et la pensée occidentale, Québec, PUL, 2003, p. 41.

32  Tully J., John Locke, Droit naturel et propriété, trad. fr., Paris, PUF, coll. Léviathan, 1992, p. 66-68.

33  Quesnay F., « Droit naturel », dans François Quesnay, Œuvres économiques et autres textes, tome i, Paris, INED, 2005, p. 115.

34  Mercier de la Rivière P.-P., L’ordre naturel et essentiel des sociétés politiques, 2 vol., à Londres chez Jean Nourse et à Paris chez Desaint, 1767, p. 446.

35  Baudeau N., Exposition de la loi naturelle, Paris, Lacombe, 1767, p. 14.

36  Steiner Ph., La science nouvelle de l’économie politique, Paris, PUF, p. 98.

37  Quesnay F., Droit naturel, dans François Quesnay, Œuvres économiques et autres textes, tome i, Paris, INED, 2005, p. 115.

38  Ibid., p. 115.

39  Ibid., p. 119.

40  Baudeau N., Exposition de la loi naturelle, Paris, Lacombe, 1767, p. 21.

41  Ce qui est improductif n’est pas nécessairement inutile. Ainsi l’ensemble des fonctions de l’État, la police, la justice, l’éducation nécessaire à la formation du citoyen, le commerce, l’industrie, sont considérés comme très utiles à la société bien qu’improductives.

42  Mercier de la Rivière P.-P., L’ordre naturel et essentiel des sociétés politiques, p. 447.

43  Baudeau N., Nouvelles Ephémérides Économiques, Suite des observations économistes à M. l’Abbé de Condillac, par M. l’Abbé Baudeau, tome V, 1776, p. 138.

44  V. Riquetti marquis de Mirabeau, La Philosophie rurale ou économie générale et politique de l’agriculture, réduite à l’ordre immuable des loix physiques et morales, qui assurent la prospérité des Empires, à Amsterdam et Paris, 1767, p. 10.

45  Ce mécanisme est décrit dans un tableau dynamique de la Philosophie rurale et analysé par W. Eltis (The first Growth Model : Quesnay’s (and Mirabeau) Dynamic Tableaux in Philosophie rurale, dans Modèles formels et théorie économique : histoire, analyse, épistémologie, Colloque international Sorbonne, 17 et 18 Septembre 1999).

46  Smith A., La Richesse des nations, tome I, trad. fr. de G. Garnier avec introduction de D. Diatkine, Paris, GF-Flammarion, 1991, p. 118.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Romuald Dupuy, « Du travail de la nature au travail dans la société chez les Physiocrates », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 110 | 2009, 83-98.

Référence électronique

Romuald Dupuy, « Du travail de la nature au travail dans la société chez les Physiocrates », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 110 | 2009, mis en ligne le 01 octobre 2012, consulté le 25 avril 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1984

Haut de page

Auteur

Romuald Dupuy

LabRII, CEDES Université de Poitiers, ESCEM Tours-Poitiers.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page