Navigation – Plan du site
DOSSIER

Le travail entre labeur et valeur : la corvée royale au XVIIIe siècle

Anne Conchon
p. 39-51

Résumé

Dans la seconde moitié du xviiie siècle, la corvée, ces journées de travail collectives gratuites dues à la société par les roturiers pour assurer notamment l’entretien des routes, fait l’objet d’un intense débat concernant sa légitimité. Partant des mots la désignant, cet article explore comment la corvée fut progressivement comprise comme une catégorie de travail, sa signification évoluant alors en lien avec la conceptualisation de ce dernier, notamment sous le rapport du salariat et de la propriété : si pour ses détracteurs, les Physiocrates notamment, la corvée n’était rien d’autre qu’un travail forcé, tout le monde ne la percevait pas ainsi. Si le débat fut vif, c’est également parce que la corvée était un objet en lien avec un certain ordre social, potentiellement remis en cause par l’émergence d’une catégorie de travail indépendante des sujets qui l’exercent, d’un travail abstrait considéré d’abord sous son rapport économique.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

France

Chronologie :

XVIIIe siècle
Haut de page

Texte intégral

  • 1  R.J. Steinfeld, The Invention of Free Labor : The Employment Relation in English and American Law (...)

1L’idée que l’essor du capitalisme productif serait marqué par l’avènement du contrat salarial et le triomphe du travail libre, tandis que le recours au travail forcé aurait dominé l’organisation de la production dans les économies anciennes et féodales, fait l’objet depuis quelques années d’une relecture critique1. La consécration du travail salarié n’est plus considérée comme le résultat d’un vaste mouvement historique de libération et d’émancipation, d’autant que l’économie capitaliste s’accommode aisément des formes de travail contraint. Si, depuis plusieurs décennies, les ouvrages consacrés aux différentes formes d’exploitation du travail se sont multipliés, la corvée reste une réalité encore mal connue. Les corvées seigneuriales et leur déclin progressif ont fait l’objet d’une riche historiographie, mais la corvée royale a été étudiée essentiellement à travers des expériences réformatrices engagées à partir des années 1760-1770.

  • 2  J.-M. Goger, La Politique routière en France de 1716 à 1815, thèse de doctorat (dactyl.), EHESS, d (...)

2Ponctuellement utilisée dès les années 1680 avant d’être généralisée en 1738 à une grande partie du royaume de France, ce système de réquisition en travail permit à la monarchie de faire construire et d’entretenir à moindre coût le réseau routier qu’elle mit alors en chantier. Dans la seconde moitié du xviiie siècle, la question de la corvée fit l’objet d’une vive controverse qui opposa des « économistes », des philosophes, des ingénieurs et des administrateurs2. Un volet essentiel du débat sur la corvée portait sur des enjeux fiscaux, à savoir le remplacement de la corvée en nature par une imposition acquittée par les propriétaires sans considération de privilèges. Dans les années 1760, plusieurs intendants réformateurs laissèrent aux communautés corvéables le choix entre la fourniture d’un travail en nature et le financement de celui-ci par l’impôt. L’intendant de Caen, Fr.-J. d’Orceau Bon de Fontette, introduisit le rachat possible de la corvée à compter de 1757. Les travaux exigibles en nature de la part des communautés limitrophes des chantiers routiers et qui optaient pour leur adjudication étaient proportionnés au principal de la taille payée par les habitants. Quant à celles qui décidaient d’exécuter le travail par corvée, un délai leur était prescrit pour réaliser elles-mêmes les tâches qui leur étaient commandées ; si les travaux n’avaient pas été réalisés dans le temps imparti, l’administration monarchique considérait qu’elles optaient pour le rachat de la corvée par l’imposition. Ce système fut également adopté dans les généralités de Moulins, Rouen, Montauban et Alençon. La manière de procéder décidée par A.-R. Turgot en 1762 fut différente dans sa généralité de Limoges : la contribution en argent était répartie sur l’ensemble des taillables de la généralité, afin que les paroisses situées à proximité des chantiers routiers ne fussent pas seules à supporter la charge fiscale. Les paroisses non concernées par la corvée étaient ainsi taxées pour une somme équivalente à celle des dégrèvements de taille accordés à celles qui participaient aux travaux. Après l’échec de Turgot, en 1776, qui avait tenté de mettre en œuvre les propositions physiocratiques en imposant une contribution aux propriétaires fonciers intéressés plus directement à la valorisation de leurs surplus agricoles, le front allait se déplacer avec une floraison de textes, émanant plus particulièrement d’intendants, pour prôner la fiscalisation de la corvée.

3à travers le large corpus de textes que ce débat a suscités, il importe de comprendre dans quelle mesure la corvée royale est pensée comme une catégorie de travail à la croisée des relations sociales et des rapports économiques. Laquestion de sa commutation en un impôt en argent, si elle interroge la nature même de la corvée en travail, questionne aussi la façon dont s’élaborent l’utilité et la valeur du travail en général.

4Après une définition de la corvée comme forme de labeur, il s’agira de saisir le poids des déterminations sociales qui lui étaient attachées, et que l’économie politique contribua à ébranler en reconnaissant au travail une valeur et au travailleur une individualité propre.

La corvée : un régime de travail

5C’est précisément à la lumière des critiques dont la corvée royale fait l’objet au cours de la seconde moitié du xviiie siècle que se précise sa définition comme régime de travail.

  • 3  L’article « Corvée » dans l’Encyclopédie (t. IV)suggère une autre étymologie : « ce terme est comp (...)
  • 4  Arch. dép. Nord, C Intendance 9113,Mémoire sur la conduite du travail par corvée (1737).

6Si l’article « Corvée » dans l’Encyclopédie est associé aux rubriques « Ponts et Chaussées » et « jurisprudence », l’étymologie même du mot (co-opera – travaux faits ensemble3) l’inscrit dans les catégories du travail. Dans les textes de l’époque, le terme de « corvée » s’applique indistinctement à l’activité de travail, à la force des hommes ou des animaux, et au résultat dans l’ouvrage réalisé. Ainsi l’article « Corvée » rédigé par l’ingénieur des Ponts et Chaussées Boulanger la définit comme un « ouvrage public ». De même, le « travail des corvées » et « le travail des chemins » renvoient aux diverses tâches que les corvéables étaient susceptibles de fournir : « les travaux qu’on peut imposer par corvées, outre la construction des chaussées de cailloutis, sont les déblais et les remblais, c’est-à-dire les retranchements et les rapports de terre, la fouille des moellons, des cailloux et du gravier, leur voiture à pied d’œuvre, celle des pierres de taille, bois, chaux, sable, et généralement des matériaux de toute espèce qui doivent servir à la construction des ponts, ponceaux, aqueducs, murailles, pavés ou autres ouvrages qui sont purement de l’art et dont la manœuvre doit être adjugée à prix d’argent4 ». Le terme de « tâches », communément utilisé pour désigner la nature des ouvrages à exécuter, rend compte des emplois concrets du terme « travail »,que l’on retrouve notamment dans l’expression « travaux publics ». Au-delà du travail prescrit décomposé en opérations rudimentaires, la corvée désigne un travail réel reposant sur une différenciation fonctionnelle : les corvéables étaient employés comme manœuvres pour travailler gratuitement à extraire les matériaux et à construire les chaussées (corvée de bras), ou s’ils possédaient des bêtes de somme, comme charretiers, à transporter les pierres nécessaires aux chantiers (corvée de harnais). Cette dimension du travail en situation se retrouve dans le terme d’« atelier » qui désignait le tronçon de route, délimité par des piquets, où s’exécutaient les travaux et où se dressaient les baraquements aménagés pour abriter les corvéables et stocker leurs outils.

  • 5  G. Grivel, article « Corvée », Encyclopédie méthodique, « économie politique », Paris, Chez Pancko (...)

7Alors même que les planches de l’Encyclopédie donnent du travail une image globalement idéalisée où sont édulcorés la souffrance et l’effort laborieux, le débat sur la corvée, au contraire, met l’accent sur le caractère pénible des tâches imposées aux corvéables et la rabat sur la dimension étymologique du travail associée à la peine et à la souffrance. Guillaume Grivel, premier commis du bureau de l’Agriculture en charge du tome de l’Encyclopédie méthodique consacré à l’« Économie politique », revient dans son article « corvée » au « sens primitif [qui] signifie proprement travail & peine de corps5 ». Plusieurs auteurs insistent d’ailleurs sur les fatigues qu’occasionnent les déplacements auxquels sont contraints les corvéables pour se rendre de chez eux sur les ateliers.

  • 6  J.-J. Rousseau, « Considérations sur le gouvernement de Pologne » (1771), dans Œuvres politiques, (...)

8Comme toute autre relation de travail, la corvée s’inscrit aussi dans un cadre juridique dont il importe de préciser l’usage. Les termes fréquemment associés à la corvée royale renvoient généralement aux notions de « service » (qualifié de gratuit, d’obligatoire ou de forcé) et de « prestation », entendues au sens de prélèvement et d’obligation. La circulaire du contrôleur général Orry, qui généralisa la corvée à l’ensemble du royaume en 1738, parlait de « prestation en nature consistant en plusieurs jours de travail gratuit à la charge des communautés voisines des grands chemins », alors même que la monarchie s’était défendue, en généralisant le travail requis sur les routes, de lever un impôt en travail (en vertu de la circulaire de 1738, ilétait interdit aux taillables de se racheter de leur tâche à prix d’argent). En marge des textes normatifs, c’est J.-J. Rousseau qui, dans ses Considérations sur le gouvernement de Pologne comme dans le Projet de constitution pour la Corse, articula le plus clairement les notions de service et de corvée. Celle-ci s’applique au service rendu par les citoyens qui contribuaient par leur travail à produire les services utiles à l’ensemble de la collectivité et remplissaient à ce titre une fonction d’intérêt général. Or Rousseau figurait parmi les quelques défenseurs de la corvée en travail : « Cette sorte d’impôt est au fond la moins onéreuse et surtout celle dont on peut le moins abuser : car l’argent disparaît en sortant des mains qui le payent, mais chacun voit à quoi les hommes sont employés, et l’on ne peut les surcharger à pure perte6. » Selon lui, une prestation en travail était préférable à un paiement en argent qui permettrait plus facilement à l’État d’alourdir ses exigences.

  • 7  Voir Pour une anthropologiedu prélèvement seigneurial dans les campagnes médiévales (xie-xive sièc (...)

9Alors que les dictionnaires de droit et les traités juridiques – J.-N. Guyot comme C.-J. de Ferrière par exemple – ne consacrent de notices qu’aux seules corvées seigneuriales, la corvée royale fait l’objet d’une abondante réglementation qui encadrait la fourniture des corvées et qui fixait les conditions du travail. D’après N.-A. Boulanger, qui rédigea l’article « Corvée » de l’Encyclopédie, comme pour Lescène de Desmaison, la corvée royale ne serait qu’une extension des corvées seigneuriales. Largement utilisé dans le cadre de l’économie féodale où les liens de dépendance fonctionnaient comme des rapports économiques7, le système de la corvée aurait été progressivement mis au profit du bénéficiaire transcendant qu’est l’État. Comme le seigneur pouvait exiger en vertu de son droit de ban des corvées personnelles pour l’entretien des infrastructures de sa seigneurie, le roi, au titre de sa juridiction éminente sur les grands chemins, réactiverait cette prérogative en généralisant l’emploi de la corvée royale dans les pays d’élection à compter de 1738. Une telle généalogie est cependant loin de faire l’unanimité parmi les auteurs qui traitèrent de la corvée au xviiie siècle.

10La corvée renvoie autant à un régime de mobilisation de la main-d’œuvre qu’à une organisation du travail. Ce qui la caractérise, c’est d’abord qu’il s’agit d’un travail intermittent exigible à certaines périodes de l’année – au printemps et à l’automne – et pour une durée limitée de quelques jours. La corvée royale articule en outre une logique à la fois personnelle (seuls des roturiers taillables pouvaient être assujettis à la corvée royale) et spatiale (seules étaient concernées les communautés riveraines des chantiers routiers dans un rayon de quatre lieues). Dans une économie où la main-d’œuvre disponible reste structurellement déficitaire, la réquisition en travail constitue un moyen commode de délimiter des territoires de mobilisation de travailleurs stabilisés par la résidence et dont l’enracinement autorise une certaine flexibilité. Quelques jours avant le début des travaux, un mandement de l’intendant était envoyé au syndic de chaque communauté réquisitionnée, indiquant la nature des ouvrages à répartir entre les habitants taillables. Le syndic établissait alors la liste des habitants convoqués sur les chantiers routiers au cours de la semaine suivante et fixait le jour de convocation. Quand les travaux commençaient, il devait veiller à ce que les équipes de corvéables se rendent effectivement sur l’atelier et respectent les horaires de travail, et que chacun fournisse le nombre de jours requis. Il incombait en outre aux piqueurs, chargés de « piquer », c’est-à-dire pointer le nom des corvéables sur les rôles, de constater que la main-d’œuvre était effectivement présente sur les ateliers et de noter les noms de ceux qui manquaient à l’appel. Quant aux conducteurs, nommés par les ingénieurs des Ponts et Chaussées, ils délivraient aux corvéables les billets attestant des journées de travail qu’ils avaient effectuées.

  • 8  A. Conchon, « La corvée royale au xviiie siècle », op. cit.
  • 9  Arch. dép. Rhône C 62.Proposition de changer les emprisonnements à faire… en établissements de gar (...)
  • 10  J. Letaconnoux, Le Régime de la corvée en Bretagne au xviiie siècle, Rennes, Plihon et Hommay, p.  (...)
  • 11  F.-P. Clément, La Corvée des grands chemins en France et spécialement en Poitou sous les intendant (...)

11C’est à travers le débat qu’elle cristallisa que la corvée fut assimilée au travail forcé ou au travail animal dans le but de dénoncer son caractère coercitif8. De fait, les ordonnances des intendants qui réglaient les modalités de la corvée dans le ressort de leur généralité prévoyaient un arsenal répressif destiné à garantir l’exécution de la corvée et la discipline des corvéables : ceux qui n’auraient pas achevé leurs tâches dans le temps imparti étaient passibles d’une amende et sommés de s’acquitter de leurs obligations dans un délai prescrit. Des sanctions étaient également réclamées à l’encontre de ceux qui arrivaient en retard sur l’atelier ou qui le quittaient avant la fin de la journée de travail. Le système des garnisons permettait d’envoyer des cavaliers de la maréchaussée qui logeaient chez les corvéables récalcitrants ou les syndics réfractaires. Dans les faits, la contrainte de corps paraît avoir été inégalement appliquée dans le royaume : alors que les garnisons semblent avoir été faiblement utilisées dans la généralité de Paris, l’ingénieur des Ponts et Chaussées Lallié, en poste dans le Lyonnais, estimait que ce système était plus efficace que les emprisonnements9. Si les corvéables persistaient dans leur refus de travailler, il restait à l’intendant la possibilité en dernier ressort d’adjuger les travaux à un entrepreneur aux frais de la paroisse. L’ordonnance de 1738 autorisait en effet les intendants à faire exécuter à prix d’argent les tâches qui n’auraient pas été achevées dans les délais fixés par les mandements. La menace semble toutefois avoir été diversement mise à exécution à cause de la difficulté à trouver des entrepreneurs et à obtenir le règlement des adjudications. Alors que les agents royaux étaient souvent invités à en adoucir les rigueurs, la corvée fit l’objet de nombreuses transactions entre ceux qui devaient exercer la contrainte et ceux qui la subissaient. Le travail requis renvoie également à des situations plus complexes qu’il n’y paraît à première vue, tant du point de vue des institutions qui les désignent, que sous l’angle de la conscience que pouvaient en avoir les acteurs. Alors même que les corvéables étaient censés fournir un travail gratuit, des incitations financières étaient parfois prévues pour stimuler leur zèle. Si en Bretagne les autorités y eurent recours de façon exceptionnelle pour des travaux difficiles10, en Poitou, l’ordonnance de 1758 affectait des gratifications aux paroisses qui avaient terminé leurs tâches dans les délais11. Celles-ci pouvaient même être majorées d’un tiers en faveur des communautés qui, au vu des certificats délivrées par les ingénieurs des Ponts et Chaussées, ne comptaient pas de défaillants. L’intendant se réservait en outre la possibilité de faire distribuer aux corvéables les plus diligents le produit des amendes dont étaient passibles les défaillants.Ainsi la portée de l’opposition que les détracteurs de la corvée établissent entre travail forcé et travail libre doit être relativisée.

12Si la corvée caractérise prioritairement des situations de travail, elle constitue également une construction socialement située dont il importe d’apprécier le poids des déterminations.

Un marqueur social

13La corvée royale contribue à manifester les rapports inégalitaires d’une société fondée sur le privilège au sein de laquelle l’expérience du travail manuel au même titre que l’inégalité fiscale, participent de l’ordre social et déterminent la hiérarchie des positions.

  • 12  Bibl. nat. Joly de Fleury 598. Extrait du Procès-verbal du lit de justice tenu par le roi au châte (...)

14Le débat sur la corvée, dans la mesure où il interroge la conscience que la société d’Ancien Régime avait d’elle-même, va aviver la tension entre ceux qui légitiment la reproduction de rapports inégalitaires et ceux qui plaident pour leur transformation. Ainsi les parlementaires, nobles pour la plupart, en se mobilisant contre la réforme engagée par Turgot en 1776, réaffirmaient la séparation fonctionnelle des ordres, feignant même la crainte de devoir travailler de leurs mains comme les roturiers à la confection des routes, si la corvée en travail devait être rétablie. Pour les parlementaires parisiens, l’imposition destinée à remplacer la corvée est d’autant plus injuste que la noblesse aurait dédaigné le travail et se serait appauvrie pour se consacrer au service militaire et à la défense du royaume. Avec un sens aigu de la dramatisation, leurs remontrances prenaient habilement l’exemple de la petite noblesse campagnarde effectivement appauvrie par la conjoncture du xviiie siècle, alors même que la richesse de la plupart des familles parlementaires était notoirement connue. Le peuple quant à lui « n’a droit de se plaindre de la corvée, que parce que chaque jour doit lui rapporter le fruit de son travail pour sa nourriture et celle de ses enfants12 ».

  • 13  Bibl. nat. Joly de Fleury 1464 (fol. 176-178).

15Les multiples demandes d’exemptions, émanant aussi bien d’individus isolés que de corps constitués, rendent compte de la prégnance des systèmes prescriptifs produits par les élites dans une société où le travail manuel constitue un critère essentiel de différenciation. La corvée y est ainsi décrite non seulement comme un travail auquel les paysans étaient plus naturellement prédisposés, habitués qu’ils étaient à travailler la terre, mais surtout comme une forme d’assujettissement incompatible avec la dignité de certains métiers ou professions. À la requête des six notaires royaux de Civray, qui refusaient d’être « assimilés à des journaliers » à cause de la noblesse de leur profession, fait écho celle des procureurs de la sénéchaussée du même lieu qui n’entendaient pas être « confondus parmi les manœuvres les plus vils » 13.

16Les corvéables formaient quant à eux une catégorie de contribuables institutionnalisée par les dispositifs mis en place pour les mettre au travail. Les qualifications juridiques de « corvéables » ou de « corvoyeurs », qui impliquaient un statut fiscal et social, s’appliquaient à ceux dont l’état se réduisait à leur condition de force de travail. Exigible sur tous les taillables en âge de travailler, la corvée retombait prioritairement sur les paysans (les citadins y étaient toutefois assujettis en Poitou ou en Bretagne). Seuls ceux dont la profession ordinaire n’était pas de travailler la terre étaient autorisés à se faire remplacer. Les enfants, les vieillards, les privilégiés, ecclésiastiques ou nobles, les officiers et certaines professions en étaient par ailleurs exemptés. Si la communauté reste en corps responsable de la totalité de la tâche, une grande variété d’intérêts coexistait en son sein entre les villageois, les uns préférant se faire remplacer par des journaliers qu’ils payaient ou acquitter une majoration fiscale, les autres acceptant plus facilement de fournir un travail en nature que de payer un impôt en argent.

  • 14  Arch. dép. Ain C1043. Mémoire pour les habitants de la Boisse.
  • 15  Bibl. Nat. Joly de Fleury 463, Mémoire anonyme (fol. 88-89).
  • 16  Gazette d’agriculture, octobre 1767,p. 851.

17Même si elles sont très éparses, les prises de parole émanant de corvéables ou de leurs mandataires permettent de saisir ce que le travail requis pouvait signifier pour les paysans eux-mêmes et d’étudier les critères mobilisés dans leurs argumentaires pour le désigner. Ce sont essentiellement les modalités concrètes de la corvée qui étaient mises en cause : la conciliation avec le calendrier des travaux agricoles, l’injuste répartition des tâches au sein de la communauté, la distance par rapport au chantier routier… Les réclamations des communautés pouvaient aussi porter sur un allègement ou un dégrèvement de travaux en cas de difficultés conjoncturelles. Rares en revanche sont les appréciations économiques formulées par les travailleurs eux-mêmes qui rendent compte de leur capacité à penser la valeur dans l’activité de travail.Tout en manifestant leur hostilité au rachat de la corvée en travail par une imposition, les habitants de Boisse développèrent toutefois une réflexion remarquable sur la déperdition du temps de travail productif : « pour peu qu’on fasse attention qu’il faut trois heures et demie ou quatre heures aux habitants de la Boisse pour se rendre sur la partie du chemin qui est à leur charge, que peu accoutumés à la marche, ils sont fatigués lorsqu’ils arrivent et qu’ils sont obligés de quitter le travail de très bonne heure pour pouvoir se rendre chez eux avant la nuit clause [sic], on verra que malgré toute leur bonne volonté, le travail de chaque jour ne peut faire tout au plus que le tiers d’une bonne journée ; de façon qu’il y a au moins les deux tiers des corvées en pure perte pour tout le monde et qu’on fait faire 18 lieues à chaque habitant pour aller travailler une journée ; on ne parle point des souliers qu’usent les corvéables et du temps qu’ils perdent lorsqu’arrivés au chemin le mauvais temps les oblige à s’en retourner sans rien faire, ce qui fait encore un voyage de six lieues en pure perte, et une journée entièrement perdue14 ». Quoique étayée sur des considérations particulières, cette requête trouve une résonance évidente dans le discours de l’économie politique qui s’attache dans le même temps à démontrer la faible productivité de la corvée et la dilapidation d’un temps pris sur le travail productif. Dans un autre mémoire d’inspiration semblable, ce sont les conséquences dommageables de la corvée sur le marché de l’emploi salarié qui sont soulignées : « on ne peut avoir qu’une partie des ouvriers nécessaire à cause de la trop grande rareté (...). Un grand nombre se retire pour travailler aux ouvrages dans les villes. On préfère le luxe inutile pour négliger le travail indispensable dû à l’agriculture.15 » Si certains fuient les campagnes, sans doute moins d’ailleurs à cause de la corvée que de leur misère, d’autres entrevoient les opportunités d’emploi que peut offrir la généralisation des adjudications de travaux publics. Dans sa lettre publiée par la Gazette d’Agriculture en octobre 1767, Julien Sabot, qui se présente comme un simple manant – même si rienne prouve qu’il ne s’agisse pas d’un personnage fictif destiné à créer l’illusion d’une voix populaire –, met en avant la ressource que pourraient constituer les travaux publics pour les journaliers les plus pauvres16. Lesalaire gagné sur les chantiers routiers des environs participerait dès lors à la fixation de la main-d’œuvre dans les campagnes et permettrait de maintenir sur place des individus qui auraient pu être tentés de migrer en ville en venant grossir le nombre des mendiants.

18Dans la mesure où le travail de la corvée se confond avec le travailleur imposable et lui assigne une position définie dans la communauté villageoise comme dans la société de corps, il n’y a pas de place pour une notion abstraite de travail qui désignerait un objet négociable distinct de la personne qui travaille. L’économie politique, en critiquant la rationalité économique de la corvée, interroge donc simultanément la configuration des rapports sociaux dans laquelle elle s’inscrit.

L’économie de la corvée

19Face aux représentations sociales et religieuses traditionnellement attachées au travail s’affirme au siècle des Lumières une conception économique de celui-ci comme multiplicateur de richesses. Si la critique de la corvée, qui se développe dans la seconde moitié du xviiie siècle, porte sur l’injustice qu’elle fait subir à ceux qui y sont astreints, elle se place aussi résolument sur le plan des exigences économiques. Alors que les partisans de la corvée en nature privilégient des arguments fiscaux – comme la faible monétarisation des campagnes ou le risque de détournement d’un impôt substitutif au travail –, ses détracteurs situent résolument le débat sur le terrain du travail. Volontiers qualifiée de servitude, à cause tant de la coercition intrinsèque à la réquisition de travail que de la contrainte contenue dans les rapports socio-économiques qui la sous-tendent, la corvée est par ailleurs accusée de bafouer le droit imprescriptible de propriété en vertu duquel l’individu dispose de sa force de travail. Plus généralement, la réforme du système de la corvée interroge la façon de considérer les paysans par rapport à l’ordre économique.

  • 17  V. Riquetti, marquis de Mirabeau, L’Ami des hommes augmenté des lettres nouvelles sur les corvées (...)
  • 18  à cet argument, les Physiocrates opposent la complexité du travail des cultivateurs : « En vain l’ (...)
  • 19  Ibidem.
  • 20  G. Grivel, article « Corvée » op. cit., p. 692.

20L’argument de la déperdition du temps de travail productif est largement utilisé par les Physiocrates, qui comptent parmi les détracteurs les plus virulents de la corvée. Ils l’accusent de soustraire des hommes et des animaux à la production agricole, qu’ils placent aux sources de la richesse. Il suffit de citer le marquis de Mirabeau se lamentant de la désolation de l’agriculture causée par la corvée imposée à « ceux qui ne vivent que du travail de leurs bras et qui ne tiennent à aucune province par aucune propriété, qui y sont nécessaires pour faire valoir le bien des propriétaires et dont, par ce moyen, l’emploi est complètement rempli17 ». Pour encourager ce secteur en crise, la politique de la monarchie devait donc consister à développer la capacité de travail de sa population en spéculant sur l’intérêt des paysans à se consacrer à la production agricole.Au nom du travail productif de la terre, les Physiocrates vont s’attacher à récuser l’idée tenace selon laquelle les paysans, parce que les travaux agricoles se ralentissent pendant la « morte saison », constitueraient une main-d’œuvre disponible pour les chantiers routiers18. Il s’agit dans le discours physiocratique de libérer les cultivateurs de toute une série de vexations, au nombre desquelles figure la corvée, qui empêcherait les paysans de produire pour eux-mêmes et les priverait de journées salariées. Dans le préambule de l’édit de février 1776 supprimant la corvée, Turgot l’inscrit dans une réflexion plus globale sur l’ensemble des activités productives, marquée notamment par une valorisation idéologique du travail nécessaire – celui qui assure la satisfaction des besoins : « Prendre le tems du laboureur, même en le payant, seroit l’équivalent d’un impôt ; prendre son tems sans le payer, est un double impôt, et cet impôt est hors de toute proportion, lorsqu’il tombe sur le simple journalier qui n’a pour subsister que le travail de ses bras19. » Pour Grivel, la corvée s’apparente de la même façon à un surtravail prélevé sur le travail nécessaire à la subsistance : « Cette contrainte opère en effet la subversion de l’ordre de la nature, qui veut que ces hommes employés aux travaux publics subsistent ce jour-là comme les autres jours, et subsistent de leur travail. C’est un assujettissement du temps et de la liberté des gens de la campagne, c’est-à-dire, des précieux artisans de la subsistance générale, à un ordre d’hommes qui ne peut, ni concevoir l’importance de leur action, ni diriger l’emploi de leur temps, ni connaître leur nécessaire & leur superflu : renversement de l’ordre de la société, qui veut que le service de premier besoin soit assuré préalablement à tout autre, et qui veut aussi que l’artisan quelconque soit guidé par les experts de son art20. » Selon les Physiocrates, il fallait donc garantir l’immunité de la classe productive des cultivateurs et asseoir l’imposition sur la classe des propriétaires qui utilisaient les routes pour la commercialisation de leurs surplus agricoles et dont les terres situées à proximité d’un axe routier gagnaient en valeur.Le rachat de la corvée en travail est ainsi conçu comme un moyen d’économiser le temps des paysans pour leur permettre de satisfaire leurs besoins essentiels et de se consacrer activement à l’activité agricole. Avec une corvée de quelques jours par an, l’antinomie entre le travail requis et le travail nécessaire à la subsistance semble toutefois à relativiser au regard du nombre de jours chômés. Par ailleurs, la fiscalisation de la corvée pouvait aussi devenir un moyen d’éradiquer la misère en salariant des paysans fragilisés par le recul de la propriété paysanne et le retournement conjoncturel des dernières décennies du xviiie siècle.

  • 21  P.S. Dupont de Nemours, « Lettre à M. N***, ingénieur des P & C, sur l’ouvrage […] », De l’adminis (...)
  • 22  Arch. nat., AD XIII 16. Mémoire sur l’entretien des routes commerciales du royaume présenté à l’As (...)
  • 23  B. Grall, économie de forces et production d’utilités. L’émergence du calcul économique chez les i (...)

21Le débat sur la corvée cristallise en outre toute une série de représentations traditionnelles attachées au travail gratuit – telles que l’apathie, la négligence et la difficulté à respecter les horaires – à un moment où les valeurs d’utilité et les exigences de productivité progressent. Les écrits physiocratiques ne cessent de dénoncer la mauvaise qualité des ouvrages réalisés par corvée. Dupont de Nemours prétend ainsi que « les convoyeurs que l’on contraint de travailler sans salaire apportent à leur ouvrage une négligence nécessairement invisible21 ». À la mauvaise volonté des corvéables viennent cependant s’ajouter d’autres raisons qui tiennent à l’organisation même des chantiers routiers, à commencer par la discontinuité des travaux au cours de l’année. À un moment où l’économie politique commence à considérer le travail comme une valeur quantifiable, plusieurs auteurs vont se livrer à des évaluations comparées entre le travail forcé et le travail salarié, et calculer les pertes économiques qu’entraîne le premier par rapport au second. Mahuet, par exemple, évalua les travaux réalisés au moyen de la corvée en nature, d’après les procès verbaux de l’assemblée provinciale du Berry, et constata qu’ils étaient de deux tiers plus chers que les travaux faits à prix d’argent22. Ces calculs de productivité relative sont censés démontrer que la corvée en travail est un système peu rentable, et justifier son remplacement par une prestation payée. Alors que les corvées, au prix d’une surveillance lourde et contraignante, étaient souvent réalisées avec retard ou avec négligence, le recours au travail salariéest présenté comme le seul moyen capable d’aiguillonner le zèle des travailleurs, de réaliser des gains de productivité et de garantir des ouvrages durables. La rétribution du travail se justifiait d’autant plus que le travail fourni ne profitait pas à ceux-là mêmes qui travaillaient sur les routes mais aux marchands et aux propriétaires. Outre le fait que l’emploi d’ouvriers salariés permettrait l’adoption généralisée des nouvelles techniques de construction, l’État ne manquerait pas de sanctionner par des retenues financières les adjudicataires dont les ouvrages seraient jugés défectueux. Là réside cependant une ambiguïté profonde du discours des détracteurs de la corvée en nature : en fait d’ouvriers salariés par les entrepreneurs, ce serait pour une large part ces mêmes paysans considérés comme inaptes à la confection des routes et dont l’incompétence avait été brocardée pour justifier le recours à l’impôt qui seraient salariés par les entrepreneurs de travaux publics. Dans le même temps, la reconnaissance de l’entretien routier comme une activité à part entière sera consacrée par la promotion d’une qualité professionnelle avec la création des statuts de stationnaire puis de cantonnier et l’embauche d’une main-d’œuvre salariée23.

22Le débat sur la corvéel’inscrit donc résolument dans le registre économique du travail ; en le plaçant dans des rapports marchands, il contribue à repenser les conditions sociales qui rendent possible cette transformation.

  • 24  Arch. dép. Haute-Vienne C 293. Arrêt du conseil (6 novembre 1786).

23La querelle suscitée par la corvée dans la seconde moitié du xviiie siècle constitue un observatoire privilégié pour saisir les inflexions majeures dans la réflexion idéologique sur le travail. à l’égard du travail lui-même, la corvée apparaît comme un objet stratifié de significations plurielles, qui vont entre autres de l’activité des chantiers routiers au travail manuel entaché d’un évident discrédit social, en passant par la fatigue du labeur ; tout en réactivant l’idée de peine et en dramatisant les situations de travail, la corvée se charge, à travers le débat qu’elle a cristallisé, de plus, de considérations proprement économiques. La reconnaissance d’une valeur attachée au travail se mesure à l’attention portée au coût du travail requis, à la productivité du travail salarié, à l’utilité du travail dans lesystème productif, aux ressources du salaire de subsistance… À travers la réforme de la corvée,sous-tendue par plusieurs logiques, c’est également une conception renouvelée du travail qui s’élabore comme facteur de production, mais aussi comme lien social. En 1786, la monarchie ordonna finalement l’essai, pendant trois ans de la conversion de la corvée en une prestation en argent24, avant d’imposer l’année suivante le rachat de la corvée au moyen d’un impôt en argent sur les seuls roturiers taillables dans tous les pays d’élection.À la Révolution, qui décréta sa suppression, la corvée en nature ne subsistait plus que dans les intendances de Besançon, Bordeaux et Rennes, où les parlements et les états provinciaux s’étaient résolument prononcés contre son rachat. Il n’en reste pas moins qu’après l’abolition de la corvée en travail comme en argent décrétée par la Révolution française, l’imposition d’une « prestation » en argent ou en travail pour l’entretien des chemins vicinaux, entre 1802 et 1904, interroge la survivance d’une telle institution dans une économie capitaliste.

Haut de page

Notes

1  R.J. Steinfeld, The Invention of Free Labor : The Employment Relation in English and American Law and Culture, 1350-1870, Chapel Hill, University of North Carolina Press, 1991.

2  J.-M. Goger, La Politique routière en France de 1716 à 1815, thèse de doctorat (dactyl.), EHESS, dir. par J.-Cl. Perrot, 5 vol., 1988 et A. Conchon, « La corvée royale au xviiie siècle : le travail forcé en débat », Regards croisés sur le travail : histoire et théories, colloque Charles Gide, Orléans (22-24 mai 2008), à paraître.

3  L’article « Corvée » dans l’Encyclopédie (t. IV)suggère une autre étymologie : « ce terme est composé de deux mots cor & vée, dont le dernier en vieil langage lyonnois signifie peine & travail. Cette étymologie paroît d’autant plus naturelle, que la corvée est en effet ordinairement un ouvrage de corps, & que l’origine de ces servitudes vient des pays de droit écrit & du droit romain ».

4  Arch. dép. Nord, C Intendance 9113,Mémoire sur la conduite du travail par corvée (1737).

5  G. Grivel, article « Corvée », Encyclopédie méthodique, « économie politique », Paris, Chez Panckoucke, 1784, p. 691.

6  J.-J. Rousseau, « Considérations sur le gouvernement de Pologne » (1771), dans Œuvres politiques, Paris, Classiques Garnier, Bordas, 1989, p. 475.

7  Voir Pour une anthropologiedu prélèvement seigneurial dans les campagnes médiévales (xie-xive siècle). Réalités et représentations paysannes, Paris, Publications de la Sorbonne, 2004.

8  A. Conchon, « La corvée royale au xviiie siècle », op. cit.

9  Arch. dép. Rhône C 62.Proposition de changer les emprisonnements à faire… en établissements de garnisons (11 février 1769).

10  J. Letaconnoux, Le Régime de la corvée en Bretagne au xviiie siècle, Rennes, Plihon et Hommay, p. 498.

11  F.-P. Clément, La Corvée des grands chemins en France et spécialement en Poitou sous les intendants de Blossac et Boula de Nanteuil, Thèse, Poitiers, 1899, p. 77-78.

12  Bibl. nat. Joly de Fleury 598. Extrait du Procès-verbal du lit de justice tenu par le roi au château de Versailles le mardi 12 mars 1776 (fol. 309-313). Voir aussi R. Robin, « Polémique idéologique et affrontement discursif en 1776. Les grands édits de Turgot et les remontrances du Parlement de Paris », Langage et idéologies. Le Discours comme objet d’histoire, Paris, éd. ouvrières, 1974, p. 13-80.

13  Bibl. nat. Joly de Fleury 1464 (fol. 176-178).

14  Arch. dép. Ain C1043. Mémoire pour les habitants de la Boisse.

15  Bibl. Nat. Joly de Fleury 463, Mémoire anonyme (fol. 88-89).

16  Gazette d’agriculture, octobre 1767,p. 851.

17  V. Riquetti, marquis de Mirabeau, L’Ami des hommes augmenté des lettres nouvelles sur les corvées et les milices, Hambourg, Chrétien Hérold, 1762, 6e partie, p. 16-17.

18  à cet argument, les Physiocrates opposent la complexité du travail des cultivateurs : « En vain l’on croiroit choisir, pour lui demander un travail forcé, des tems où les habitants de la campagne sont moins occupés, les opérations de la culture sont si multipliées, si variées, qu’il n’est aucun tems entièrement sans emploi ; ces temps, quand il en existeroit, différeroient dans des lieux très voisins, et souvent dans le même lieu, suivant la différente nature du sol, ou des différens genres de culture », Bibl. nat. Joly de Fleury 1464 (fol.9-23), Édit concernant la suppression et le remplacement des corvées, 6 février 1776.

19  Ibidem.

20  G. Grivel, article « Corvée » op. cit., p. 692.

21  P.S. Dupont de Nemours, « Lettre à M. N***, ingénieur des P & C, sur l’ouvrage […] », De l’administration des chemins, Paris-Pékin, 1767, p. 65.

22  Arch. nat., AD XIII 16. Mémoire sur l’entretien des routes commerciales du royaume présenté à l’Assemblée Nationale (le 17 septembre 1790) par le sieur Mahuet ancien régisseur général des messageries, Paris, Moutard, 1790.

23  B. Grall, économie de forces et production d’utilités. L’émergence du calcul économique chez les ingénieurs des Ponts et Chaussées (1831-1891), PUR, 2003.

24  Arch. dép. Haute-Vienne C 293. Arrêt du conseil (6 novembre 1786).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Conchon, « Le travail entre labeur et valeur : la corvée royale au XVIIIe siècle », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 110 | 2009, 39-51.

Référence électronique

Anne Conchon, « Le travail entre labeur et valeur : la corvée royale au XVIIIe siècle », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 110 | 2009, mis en ligne le 01 octobre 2012, consulté le 23 mai 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1973

Haut de page

Auteur

Anne Conchon

Université Paris I-Panthéon-Sorbonne – UMR 8533 IDHE

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page