Navigation – Plan du site

Texte intégral

  • 1  20 Minutes, 12 mai 2010, « Le travail est de plus en plus mauvais pour la santé », Delphine Bancau (...)

1Un des journaux gratuits qui nous disent chaque matin ce qu’il est absolument indispensable de savoir sur le cours du monde, titrait ces derniers jours, « Le travail est de plus en plus mauvais pour la santé » 1. Le titre renvoyait aux résultats d’une enquête du ministère du Travail dont les résultats montrent l’augmentation du nombre des accidents du travail et, de façon plus nette encore, des maladies liées au travail. On est en droit d’être surpris de la mise en valeur de cette dangerosité du travail (« plus d’une personne par jour serait morte en 2008 à la suite d’un accident du travail » traduit avec subtilité la journaliste) après la campagne de promotion du « travailler plus » que nous venons de subir. Le travail mis au cœur de la campagne présidentielle de 2007 par le candidat de la droite ne semblait, en effet, pas être entouré de morbidité.

  • 2  Jeremy Rifkin, The end of work : The Decline of the Global Labor Force and the Down of the Post-Ma (...)
  • 3  Robert Castel, « La fin du travail, un mythe déstabilisateur » dans le Monde diplomatique, nov. 19 (...)
  • 4  Christophe Dejours, Souffrance en France, Paris, PUF, 1998.

2Sur un mode ou sur un autre, la question du travail est enfin revenue au centre des interrogations sociales. Après une grande éclipse, où l’affaiblissement du travail industriel et l’affaiblissement des lectures héritées de Marx ont conduit certains analystes à mettre en avant la perspective d’une « fin du travail », liée à la hausse de la productivité, d’un travail réapproprié par des acteurs autonomisés du fait de l’élévation du niveau moyen des connaissances, du fait du développement des médias permettant le travail à distance, hors de la structure de l’entreprise, le travail s’est à nouveau imposé comme la réalité structurante de nos sociétés. Il n’y a même pas quinze années entre la parution du livre de Rifkin, La fin du travail, qui fut un best-seller mondial, ceux de Dominique Méda, philosophe et conseillère politique, et la situation présente2. Dès l’époque, des auteurs avaient mis en avant l’aspect hâtif de l’analyse qui suggérait de penser de nouvelles formes de la reconnaissance sociale, hors du travail considéré comme fait social en voie de marginalisation. Le sociologue Robert Castel, parmi d’autres, a répondu immédiatement, montrant que le chômage, loin de marginaliser le travail, le mettait de façon obsédante au cœur des préoccupations de ceux qui étaient à la « recherche d’un emploi » et il écrivait que « parler de disparition, ou même d’effacement du salariat représente donc du point de vue quantitatif une pure contre-vérité » 3. La lutte des dernières années pour maintenir à tout prix la très haute rentabilité du capital a conduit à une accélération des transformations du capitalisme mondialisé, se traduisant notamment par les délocalisations du travail industriel vers les pays à faible rémunération de la main-d’œuvre, par une précarisation du travail et une exigence de rentabilité à court terme toujours plus contraignante. Ces transformations, de fait, sont loin d’enlever au travail sa centralité, mais elles en changent profondément les formes, dans le sens d’un accroissement des contraintes et des violences, notamment psychiques, subies par les salariés, dont la conséquence ultime peut être le suicide, tel qu’on l’a vu se multiplier ces derniers mois. Ces transformations ont donné lieu à des études désormais nombreuses, particulièrement à partir de la fin des années 1990. Le livre de Christophe Dejours, notamment, est l’un des premiers à avoir mis en place le notion de « souffrance » comme élément de la nouveauté de la situation4.

  • 5  Anne Jollet (dir.), « Comment les historiens parlent-ils du travail ? », dans Cahiers d’histoire. (...)

3Les historiens ont eu aussi été concernés par le « vieillissement » du travail comme objet d’étude. En 2001, nous avions proposé une réflexion sur cette distance et nous avions organisé un dossier des Cahiers autour de la façon dont « les historiens parlent du travail ? » 5. Le dossier proposait une sorte de bilan historiographique sur la question, de l’histoire ancienne à celle du monde contemporain. Les bilans de ces historiens et historiennes, travaillant sur des périodes différentes, abordant la question par des approches diverses, allaient dans le même sens d’une marginalisation des problématiques liées au travail.

4Depuis quelques années, accompagnant le renouvellement de l’intérêt de la société, les historiens ont eux aussi retrouvé le chemin de la réflexion sur le travail. Comme le traduit le contenu du présent dossier, la recherche s’est déplacée d’une histoire sociale à une histoire fortement articulée à la réflexion sur les variations désormais vivement ressenties de ce qu’est le « travail » dans différents contextes sociaux, donc aux définitions et redéfinition du concept.

5Le dossier coordonné par Yannick Fonteneau met en évidence la façon dont le « travail » est redéfini progressivement dans le cadre de la révolution de la pensée de l’époque moderne, qui voit émerger l’individualisme contemporain, en même temps que par le développement des techniques qui l’accompagne. Les différents auteurs mettent en évidence les liens de la transformation des définitions du travail avec les transformations de l’ensemble des savoirs. Depuis l’émergence d’une définition sociale nouvelle du travail à partir de l’armature de la philosophie du droit naturel au xviie siècle jusqu’à sa confrontation avec l’accélération du développement du machinisme au xixe siècle, les articles du présent dossier des Cahiers mettent en évidence l’articulation entre production de cadres de pensée nouveaux et traitement des questions sociales liées au travail. L’article d’Arnaud Diemer et Hervé Guillemin installe d’emblée le travail dans la grande reconfiguration des Temps modernes, définissant des individus égaux et libres. Pour John Locke comme pour Adam Smith, « Le travail peut être promu comme principe de justice, comme « échange équilibré » entre des employeurs et des salariés libres et égaux », promotion qui s’accompagne de la mise en place d’une organisation de coercition des pauvres leur imposant de s’inscrire à l’intérieur de cet échange supposé « équilibré », notamment par la mise en place de ces « working schools » dont la création est proposée dès 1696 par Locke. Yannick Fonteneau rappelle dans l’importante introduction qu’il donne au dossier combien les auteurs qui interviennent ici, à partir d’observatoires différents, de la corvée des routes du xviiie siècle au machinisme du xixe siècle, en passant par la redéfinition de la propriété par les physiocrates ou le développement de la science « mécanique », mettent en évidence la façon dont le travail est pris dans les liens d’une pensée sociale globale. Celle-ci en transforme constamment les enjeux et transforme les injonctions pesant sur les travailleurs. Par rapport à cette modernité, nous comprenons à la fois combien nous en sommes les héritiers, combien le rapport contemporain au travail doit à cette atomisation des individus pris dans des contrats privés, condition d’un accès au travail par le marché, mais aussi combien la situation contemporaine fait émerger de nouvelles contradictions autour de l’affirmation de la supposée liberté de l’individu contractant face au fonctionnement d’un marché qui tend à le réduire à sa dimension marchande. Cette extension des lois du marché dans la sphère du travail contemporain élimine notamment la question de la souffrance et de la morbidité liée à la violence sociale inhérente au marché, souffrance qui revient sous forme d’un coût et alerte alors puisqu’elle risque, à son tour, de peser sur la productivité. Elle devient donc l’objet d’une prévention confiée à des spécialistes, dont les nouveaux psychologues et ergonomes. On voit alors se dessiner à nouveau l’articulation du travail avec de nouveaux savoirs, assignés à la préservation d’un ordre social, mais qui, gageons-le, comme dans le passé, contribueront à leur tour à sa reconfiguration.

6À côté de cet important dossier, la rubrique Chantiers nous ramène vers l’époque contemporaine et le champ explicitement politique, avec une contribution de Guillaume Davranche sur l’évolution politique du courant anarchiste français à la fin du xixe siècle et sa lutte au sein du mouvement socialiste dont il se rapproche alors. Les questions de l’antiparlementarisme, du socialisme anti-autoritaire travaillent alors tous les partis socialistes et ces questionnements communs face aux héritiers de Marx, d’une part, et au développement d’un courant favorable à la participation aux institutions, d’autre part, favorisent ces rapprochements.

7Les Cahiers retrouvent la piste historiographique dans Métiers grâce au travail de notre collègue Laurent Brassart qui rend hommage à la production historique de Michel Zylberberg, l’un des rares historiens français à s’être penché sur les conditions économiques de l’Espagne du xviiie siècle. Les questions globales des formes de la croissance économique, des causes de son déclin, de la responsabilité des choix politiques dans celles-ci, de la part des rapports de force internationaux, de la forme de l’exploitation des espaces colonisés, sont toutes des questions vives de notre temps qui doivent conduire à se replonger dans ces précieuses analyses du xviiie siècle espagnol.

8Débats donne ensuite la parole, à travers leurs animateurs, à deux associations, le CVUH et l’APSES, qui, à des titres divers, l’une de vigilance face aux usages publics de l’histoire, l’autre dédiée à la défense des Sciences économiques et sociales, témoignent de leur vive inquiétude face à la façon dont les contenus d’enseignement des sciences humaines et sociales sont malmenés par le pouvoir à travers différents ressorts, dont la dite « réforme des lycées » est le dernier. Comme le mouvement de protestation des universitaires français, sur des registres différents, l’a exprimé l’an passé, il y a globalement une mise à mal de la diffusion des savoirs produits par les sciences de la société dans la société qui est la nôtre.

9Conscients de cette menace de réduction de nos savoirs à un rôle d’expertise à l’usage des cercles étroits des pouvoirs, d’une part, ou à sa diffusion, d’autre part, à travers le filtre des grands médias et de leurs intérêts commerciaux, nous poursuivons notre travail de production et de diffusion militante d’une histoire critique, en prise, nécessairement avec l’ensemble d’une recherche qui pense avec les enjeux du présent.

10Le prochain dossier des Cahiers évoquera l’impérialisme anglais et les conflits au sein de l’empire, dans son époque de plus grand rayonnement, de la fin du xixe siècle aux années 1930. Ainsi renouerons-nous avec une autre des grandes problématiques de notre modernité, la constitution d’un horizon-monde.

Haut de page

Notes

1  20 Minutes, 12 mai 2010, « Le travail est de plus en plus mauvais pour la santé », Delphine Bancaud.

2  Jeremy Rifkin, The end of work : The Decline of the Global Labor Force and the Down of the Post-Market Era, traduction française sous le titre La fin du travail, Paris, La Découverte, 1996 (rééd. 2005 en livre de poche) ; Dominique Méda, Le travail, une valeur en voie de disparition, Paris, Aubier, 1996, rééd. Champs-Flammarion, 1997.

3  Robert Castel, « La fin du travail, un mythe déstabilisateur » dans le Monde diplomatique, nov. 1998, p. 24-25 et aussi Josiane Boutet, Henri Jacot, Jacques Kergoat, Danièle Linhart (dir.), Le Monde du travail, Paris, La Découverte, 1998.

4  Christophe Dejours, Souffrance en France, Paris, PUF, 1998.

5  Anne Jollet (dir.), « Comment les historiens parlent-ils du travail ? », dans Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 83, 2001, p. 7-122.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Jollet, « Le mot de la rédaction », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 110 | 2009, document 3, mis en ligne le 01 octobre 2009, consulté le 25 mai 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1966

Haut de page

Auteur

Anne Jollet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page