Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

LHomme, Revue française danthropologie, « Miroirs transatlantiques. Circulation des savoirs et malentendus féconds entre les états-Unis et lEurope, y compris la France »

n° 187-188, juillet-décembre 2008, 558 p.
Jérôme Lamy
Référence(s) :

LHomme, Revue française danthropologie, « Miroirs transatlantiques. Circulation des savoirs et malentendus féconds entre les états-Unis et lEurope, y compris la France », n° 187-188, juillet-décembre 2008, 558 p.

Texte intégral

1La revue L’Homme consacre un double numéro à la circulation transatlantique des savoirs en sciences sociales. Dans son introduction, Jackie Assayag déploie l’horizon épistémologique de cet imposant volume : il s’agit, à travers quelques études de cas, de dégager des perspectives neuves sur les transfuges et les transferts théoriques et cognitifs, pragmatiques et empiriques entre les espaces intellectuels nord-américain et européen. Trois fils peuvent ainsi être noués pour rendre compte de ces flux épistémologiques croisés. Le premier a trait à la méconnaissance ou au refus de certaines disciplines académiques américaines sur le Vieux Continent. Le deuxième fil qu’Assayag tend comme perspective envisage la problématisation des échanges intellectuels en sciences sociales. La gamme variée des modes de circulation (i.e. croisement, émergence, transfert, transfuge) doit être théorisée pour rendre compte de leur historicité et de leurs évolutions. Enfin, le troisième fil dégagé par Assayag concerne les malentendus, les filiations abusives ou contradictoires et les emprunts infidèles. Dans cette perspective, les miroirs transatlantiques permettent d’interroger les distorsions et les quiproquos comme des sources possibles de fécondité heuristique. Assayag dresse enfin quelques pistes historiques concernant les déplacements des énoncés entre l’Europe et l’Amérique. Il soutient ainsi que l’anthropologie structuraliste a contribué à l’assèchement de la discipline en France (ce qui est une position contestable) alors que l’anthropologie américaine s’est montrée plus « critique et plus réflexive ». Il dégage ensuite les débuts de l’importation massive de la French Theory sur les campus américains à partir des années 1960, parallèlement à la montée en puissance des cultural studies. Assayag remarque enfin que dans les années 1980, la France connaît une réaction politique et idéologique qui conduit nombre d’universitaires à embrasser les thèses individualistes et libérales, alors que dans le même temps, les campus américains se distinguent par une critique accentuée des dominations. Ce clivage, historiquement situé, conduit aujourd’hui les chercheurs français à venir puiser aux États-Unis les « formes transformées d’une French Theory longtemps boudée en France ».

2La richesse du numéro de L’Homme nous interdit une recension exhaustive ; nous pointerons donc quelques-uns des articles emblématiques de cette étude très originale des circulations intellectuelles envisagées dans leur diversité.

3La contribution de Carlo Ginzburg, intitulée, « L’œil de l’étranger », évoque sa découverte du contexte académique américain lors de son premier séjour à Princeton au sein du Davis Center for Historical Studies en 1973. Il découvre autour de Lawrence Stone un espace de discussion où la rudesse des échanges permet un questionnement approfondi sur les productions de chacun. Le texte que propose Ginzburg prépare en fait ce qui deviendra son maître ouvrage, Le fromage et les vers. Les participants au séminaire font émerger la question centrale de la représentativité des sources : comment un texte marginal autant qu’exceptionnel (ici le procès d’un meunier frioulan du xviie siècle) pouvait malgré tout être révélateur. Le séminaire de Stone fut donc, pour Ginzburg, l’occasion de mieux définir son objet et de questionner sa méthode. Enseignant désormais à l’Université de Californie à Los Angeles, Carlo Ginzburg assure percevoir un changement profond dans l’épistémologie des sciences sociales. La narration et la dimension littéraire sont dominantes et ce qu’il appelle le « frisson transgressif » du postmodernisme se paie au prix d’une impasse sur le rapport entre les documents et le réel.

4James Clifford envisage, dans son article sur la « réarticulation en anthropologie », la manière dont cette discipline, et les quatre domaines qu’elle recouvre (i.e. culturel, biologique, archéologique et linguistique) s’est transformée depuis les années 1960. Il souhaite rendre compte du processus (jamais achevé) de disciplining qui renvoie au contenu heuristique autant qu’aux cadres d’apprentissage et de reproduction.

5Pour mener son enquête, Clifford se place aux frontières, ces « zones limitrophes » à partir desquelles se déploient les mécanismes d’inclusion et d’exclusion. Il envisage les réarrangements permanents des quatre domaines de l’anthropologie qui cohabitent sous le même label depuis le début du xxe siècle sans véritable débat sur les orientations épistémologiques et les méthodes. Clifford soutient que ces quatre domaines ne fournissent pas une « carte intellectuelle rigoureuse », mais « une articulation locale » propre aux États-Unis. Il propose donc de substituer aux quatre domaines quatre composantes « disciplinaires théoriques/pratiques » qui, elles, ont scellé des accords entre les anthropologues américains au moins jusqu’aux années 1970. La première composante porte sur l’« objet empirique » i.e. les sociétés primitives non occidentales. La deuxième composante désigne la méthode anthropologique fondée sur le travail de terrain et l’observation participante. La troisième composante a trait à la culture comme « paradigme interprétatif » de l’anthropologie. Enfin, la quatrième composante renvoie au « télos », l’homme, comme « horizon ultime de l’anthropologie ». Cette perspective permet de saisir les réarticulations actuelles au sein même de l’anthropologie et par-delà les domaines qui la structurent plus ou moins fortement. L’objet empirique de l’anthropologie s’est étendu à toutes les institutions, qu’elles soient occidentales ou non. Le travail de terrain est désormais saisi par un questionnement réflexif intense. La culture n’est plus le paradigme de la seule anthropologie et elle est moins centrale dans cette discipline. Enfin, l’homme, comme « télos », reste un horizon persistant. Clifford remarque en conclusion que les opérations d’articulations et d’aménagements ne s’opèrent plus seulement au cœur de l’anthropologie mais en direction d’autres disciplines.

6La figure de Michel Foucault est très présente dans ce numéro de L’Homme. Marc Abélès entend ainsi rendre compte des liens entre les travaux du philosophe français sur la question du pouvoir et l’anthropologie. Il souligne, pour commencer, que l’anthropologie s’est instituée en tant que discipline par une critique et une coupure avec la philosophie trop spéculative. Michel Foucault s’est intéressé à l’anthropologie ; il a tenté de saisir les formes structurelles profondes qui « rendent signifiants les discours mythiques ». Marc Abélès remarque que l’une des rares mentions de Lévi-Strauss dans le travail de Foucault se trouve dans sa conférence donnée à Bahia en 1976 et intitulée « Les mailles du pouvoir ». L’auteur de Surveiller et punir y soutient que les travaux de Lévi-Strauss permettent de dégager une « théorie du pouvoir ». Foucault déploie lui une théorie des pouvoirs multicentrés et formalisés dans un ensemble de technologies.

7Au même moment l’anthropologie américaine connaît une crise intellectuelle et surtout politique. Son instrumentalisation possible dans une perspective géopolitique impérialiste oblige à un questionnement réflexif. L’introduction de Foucault aux États-Unis par l’anthropologue Paul Rabinow participe donc d’un vaste mouvement de réarrangement interne de la discipline ainsi qu’à une plus grande ouverture épistémologique. Ce débat, note Abélès, a peu d’écho en France. Les anthropologues français ignorent les travaux de Foucault même s’ils critiquent, comme leurs collègues américains, la démarche impérialiste. Parallèlement, aux États-Unis, le concept de biopouvoir a irrigué les études ethnographiques des conflits. On mesure donc ici les divergences dans les traditions disciplinaires nationales : alors que l’anthropologie française perpétuait l’heuristique structurale et estimait ainsi pouvoir se passer d’apports extérieurs, son homologue américaine, secouée par l’inquiétude d’une instrumentalisation, se tournait vers la philosophie foucaldienne pour forger de nouveaux outils conceptuels.

8Les allers et retours entre l’Europe et les États-Unis dessinent des réorientations épistémologiques importantes. C’est ainsi que la « théorie critique » d’Horkheimer s’impose d’emblée comme un « produit transnational ». L’article que consacre Laurent Jeanpierre au parcours complexe de cette entreprise intellectuelle permet de souligner l’importance du conjoncturel dans le (re) surgissement opportuniste de travaux plus anciens. Les grandes lignes de la théorie critique sont fixées avant la Seconde Guerre mondiale par Horkheimer. Elle est ensuite éclipsée jusque dans les années 1960 où elle réapparaît pour désigner l’École de Francfort dans son ensemble. Laurent Jeanpierre propose d’analyser les usages, contrastés selon les époques, du « label » théorie critique « comme des stratégies de « présentation de soi » », selon l’expression de Goffman. L’exil d’Adorno et d’Horkheimer aux États-Unis entraîne une « crise d’identité » nourrie par la gestion quotidienne de contraintes lourdes pour maintenir une position professionnelle instable. La sédimentation d’une dimension politique forte, liée au marxisme, fait de la théorie critique un instrument potentiel de critique sociale. Aux États-Unis, Adorno et Horkheimer ont une position décalée au regard de leurs propositions conceptuelles : ils entretiennent, par leurs travaux académiques ou par leur intérêt personnel, des liens avec l’industrie culturelle. La nécessité de trouver des financements conduit notamment Adorno à osciller entre un investissement empirique important (notamment pour des enquêtes sur les cultures de masse) et des phases de retrait. La position sociale d’Adorno vis-à-vis de Lazerfeld, intégré au système universitaire américain, entraîne chez le premier un « sentiment de déclassement ». Dès que les conditions d’une autonomie économique sont rassemblées (notamment au début des années 1940), la théorie critique est réactivée. Le retour en Allemagne des deux figures tutélaires de l’École de Francfort, est lui aussi l’occasion d’un réajustement socio-cognitif : ils occupent des positions élevées dans un système universitaire germanique dépendant de l’aide américaine. La théorie critique est donc à nouveau mise entre parenthèses. Laurent Jeanpierre souligne en conclusion qu’Adorno et Horkheimer ont occupé une position de médiateur entre l’Allemagne et les États-Unis qui, au gré de leurs positions sociales plus ou moins autonomes, ont modulé l’usage de la théorie critique.

9Le texte de Frédéric Keck sur le rayonnement et les utilisations du concept foucaldien de biopolitique met en exergue ses lectures variées en même temps que ses limites. Le biopouvoir est apparu, comme outil d’analyse, dans les années 1930. La définition qu’en donne Foucault repose sur le basculement au xviiie siècle d’un pouvoir souverain à une nouvelle forme d’exercice du pouvoir centré d’abord sur la gestion des populations puis sur « l’anatomo-politique de l’individu ». Cette transition dans les régimes de pouvoir reste appuyée sur des pratiques savantes. Frédéric Keck analyse plusieurs réappropriations du concept de biopouvoir axées sur la succession, la contiguïté ou la superposition des régimes de pouvoir. Il détaille pour cela les travaux de Michael Hardt et d’Antonio Negri puis de Giorgio Agamben et enfin un ensemble d’études consacrées à la biosécurité et aux biotechnologies. Les deux premiers sont les auteurs des ouvrages Empire et Multitude. Ils décalent la chronologie foucaldienne de passage du pouvoir souverain ou biopouvoir dans les années 1970. Ils envisagent la notion de multitude comme un ensemble d’agents capables d’échanger et de s’organiser sans pour autant dissoudre leurs singularités. La multitude comme potentialité critique du biopouvoir reste toutefois à l’état de pétition de principe, puisque les pratiques concrètes de contestation ne sont pas détaillées. Agamben considère lui que le « pouvoir souverain a toujours été un biopouvoir », capable de placer hors de son exercice un « être ambivalent » à la fois « insacrifiable et tuable ». Keck pointe, comme pour Hardt et Negri, l’absence d’un point d’appui empirique permettant de tester cette substitution du biopouvoir au pouvoir souverain.

10Les recherches sur les biotechnologies et la biosécurité ont permis de poursuivre les investigations foucaldiennes. Le codage génétique comme la naturalisation des rapports sociaux obligent à réarticuler théorie critique et anthropologie de la nature : le biopouvoir offre, de ce point de vue, un secours théorique indéniable.

  • 1  Bruno Latour, Steeve Woolgar, La vie de laboratoire : la production des faits scientifiques, tradu (...)

11Le dernier article que nous évoquerons est celui de Stéphane Van Damme qui retrace le cheminement transatlantique des études de laboratoire. L’enjeu est de saisir comment l’anthropologie des sciences a pu s’imposer comme discipline dans le contexte américain. L’ouvrage classique de Latour et Woolgar, La vie de laboratoire, a instauré un style d’enquête (i.e. l’ethnographie de laboratoires) visant à saisir « la science en train de se faire1 ». L’emprise de l’ethnologie est forte, mais des différences apparaissent : « le terrain n’est pas un lieu unique, mais un réseau ». Ce paradigme de l’ethnographie de laboratoires fonde et domine la pratique de l’anthropologie des sciences. Sous l’impulsion de G.E. Marcus, l’opération critique est réhabilitée : il s’agit désormais de questionner les technosciences et pour ce faire, de considérer les pratiques scientifiques comme des pratiques culturelles. La décolonisation des imaginaires occidentaux se marque notamment par une analyse des effets négatifs de la conception scientifique de la nature. Stéphane Van Damme examine ensuite les provignements singuliers de l’anthropologie des sciences qui explorent les rapports entre corps et techniques à travers des assemblages cyborgs. Les recherches de Donna Haraway ont d’abord loué les expérimentations hybrides comme des horizons d’émancipation avant qu’une réflexion critique sur les contrôles de l’information ne tempère cet enthousiasme initial. L’anthropologie des sciences s’est donc nourrie des courants féministes, post-coloniaux et des analyses des cultural studies pour penser les investigations somatiques, les hybridités et la citoyenneté.

12Le numéro de L’Homme consacré aux miroirs transatlantiques (dont nous n’avons donné qu’un bref aperçu) se distingue par la variété des approches, les ambitions théoriques et le souci réflexif. Les échanges avec le Nouveau Monde sont marqués d’emprunts sauvages, de silences ombrageux, d’incompréhensions culturelles et de fascinations réciproques. L’un des grands mérites de ce volume dirigé par Jackie Assayag est de signaler les appropriations inattendues, les usages hétérodoxes et les circulations distordues. Les incompréhensions ou les malentendus font partie intégrante des processus d’échanges intellectuels. Ils obligent bien sûr à des rectifications et contraignent parfois à des ignorances troublantes, mais ils sont souvent l'occasion de redéploiements théoriques fort novateurs.

Haut de page

Notes

1  Bruno Latour, Steeve Woolgar, La vie de laboratoire : la production des faits scientifiques, traduit de l’anglais par M. Biezunski, Paris, La Découverte, 2006 (1ère éd. anglaise, 1986, 1ère éd. française, 1988).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérôme Lamy, « LHomme, Revue française danthropologie, « Miroirs transatlantiques. Circulation des savoirs et malentendus féconds entre les états-Unis et lEurope, y compris la France » », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 109 | 2009, mis en ligne le 12 mars 2010, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1950

Haut de page

Auteur

Jérôme Lamy

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page