Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Maurice Bologne, L’insurrection prolétarienne de 1830 en Belgique

Aden éditions, Bruxelles, 2005, 156 p.
Frédéric Thomas
Référence(s) :

Maurice Bologne, L’insurrection prolétarienne de 1830 en Belgique, Aden éditions, Bruxelles, 2005, 156 p.

Texte intégral

1Aden réédite L’insurrection prolétarienne de 1830 en Belgique, ouvrage publié en 1929 en vue du centenaire de la Belgique et qui était devenu introuvable. L’essai est publié (malheureusement sans grande cohérence) avec des textes critiques de José Fontaine, Guy Desolre et Robert Devleeshouwer, tous parus dans la revue Critique politique en 1981. Ces différents textes soulignent l’intérêt de l’étude de Maurice Bologne et mettent en avant les enjeux de l’historiographie de la Belgique, liés aux débats politiques et à l’évolution de l’État, avec le développement des revendications « communautaires » flamandes et, dans une moindre mesure, wallonnes. Ainsi, José Fontaine montre les divergences entre les lectures « nationalistes » et « fédéralistes » de l’indépendance en 1830, insistant plus ou moins sur tel ou tel acteur, et sur le caractère « artificiel » de la création de la Belgique. De même, il replace la préface de Vandervelde à la première édition dans l’optique politique du socialisme belge d’alors, marqué par le réformisme et le nationalisme. Le livre de Bologne – dont Fontaine compare l’interprétation à celle de Daniel Guérin sur la Révolution française (La lutte des classes sous la première République. Bourgeois et « bras nus » (1793-1797), Paris, Gallimard, 1946) – permet en outre de se défaire de quelques idées reçues en interrogeant l’aspect nationaliste et le caractère révolutionnaire de l’insurrection de 1830 alors que très vite, la tendance a été à la négation ou à la « folklorisation » de l’émeute de Bruxelles (pages 18 et 22). Mais le problème est que Bologne « contredit terme à terme » l’histoire officielle (page 8), disqualifiant d’avance toute critique, cataloguée comme idéologique, issue des clercs de l’historiographie académique.

2Le marxisme dont se réclame Bologne, dans l’avertissement de son essai – « Ce livre, offert aux travailleurs de Flandre et de Wallonie, est le résultat d’une étude objective basée sur la conception marxiste de l’histoire » (page 45) –, est malheureusement très schématique. L’effort de l’auteur pour prouver le caractère prolétarien de la révolution de 1830 l’entraîne à des affirmations sans nuance (les différentes étapes de la révolution telles que reprises page 103) ou simplistes comme quand il s’agit de la bourgeoisie, « formée par les nobles, les ecclésiastiques, les commerçants et les industriels » (page 50) et dont toute l’action fut « contre-révolutionnaire » (page 78). Pourtant Bologne lui-même, dans les parties les plus intéressantes de l’ouvrage, contredit cette vision dogmatique en évoquant les différences au sein de la bourgeoisie au Nord et au Sud du pays, l’inscription internationale de la révolution belge et les liens autrement complexes et dynamiques entre le prolétariat et la bourgeoisie. Les deux classes sociales, unies par la volonté de mettre dehors les Hollandais, interagissent entre elles : la mise en mouvement des premiers transformant l’agitation constitutionnelle des seconds en action révolutionnaire (page 58). La démonstration de sa thèse oblige l’auteur à tordre les événements et à tourner les arguments à tel point qu’il en vient à l’aberration de présenter la proclamation de De Potter – « Liberté pour tous ! égalité de tous devant le pouvoir suprême, la Nation ! devant sa volonté, la Loi ! Peuple ! Ce que nous sommes, nous le sommes par vous ; ce que nous ferons, nous le ferons pour vous » – comme des « mots d’ordre révolutionnaires » (page 102) alors qu’ils correspondent à la perspective d’une révolution nationale et bourgeoise, sans référence à des revendications ouvrières ou socialistes. On est donc loin ici de La lutte des classes en France où Marx étudie le jeu complexe des différentes classes et fractions de classes, en liens étroits mais pas toujours sans décalages voire contradictions avec « ses » partis politiques, journaux et représentants, dans la dynamique révolutionnaire. D’ailleurs, les textes réunis autour de L’insurrection prolétarienne de 1830 en Belgique tendent implicitement à corriger, nuancer son propos, qui ne s’appuie pratiquement pas sur des données sociologiques. Ainsi, Desolre, reprenant les propos d’Engels, parle de « la composante prolétarienne » présente dans toutes les révolutions bourgeoises (pages 133-134), ce qui constitue non une confirmation, mais bien un déni ou tout au moins une correction de la thèse de Bologne affirmant que la révolution belge fut prolétarienne. De son côté, Devleeshouwer, en distinguant en 1830 les différentes classes sociales et sous-groupes, offre une image de la Belgique à la veille de l’indépendance qui correspond mieux à la réalité historique.

3La portée de l’essai de Bologne est donc datée, limitée et passe par le prisme des textes critiques qui l’accompagnent. Il aurait dès lors été plus judicieux d’aborder de manière plus frontale les limites, insuffisances et contradictions de L’insurrection prolétarienne de 1830 en Belgique, ainsi que les débats auxquels il donna lieu lors de sa publication en 1929 afin d’en dégager mieux aussi l’intérêt et l’aspect novateur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Thomas, « Maurice Bologne, L’insurrection prolétarienne de 1830 en Belgique », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 109 | 2009, mis en ligne le 12 mars 2010, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1943

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page