Navigation – Plan du site
DÉBATS

Comment faire sortir les villages de leur immobilité ?

L’histoire rurale de langue anglaise du « long » xviiie siècle français dans la dernière décennie
Jeremy Hayhoe
p. 141-160

Résumé

Dans le cadre de l’histoire qu’il qualifie d’anglo-américaine, l’auteur analyse ce qui est pour lui un renouvellement important de l’histoire rurale de la France de la fin du xviiie siècle et de l’époque révolutionnaire. Ce renouvellement est récent, une grosse décennie, et relativement modeste, si on le compare aux grands moments de l’histoire rurale française. Cependant l’auteur montre que des études nouvelles et approfondies amènent à reconsidérer des questions aussi cruciales que celles de l’affaiblissement de la seigneurie, communément admis dans les années 1990, de l’efficacité des justices seigneuriales. Ces études, dont celles de l’auteur sur les justices seigneuriales bourguignonnes, mettent en évidence la conscience chez les paysans du poids du cadre seigneurial et son rejet, dominant parmi les paysans De façon générale, l’accès à l’information des paysans et leur capacité à se saisir des nouveautés institutionnelles sont divers, mais beaucoup plus rapides et larges qu’on ne le pensait, surtout pendant la période révolutionnaire. Certains auteurs vont jusqu’à avancer le fait que la Révolution a provoqué une révolution des mentalités paysannes. La valorisation de la politisation paysanne et la contribution des paysans et paysannes aux constructions politiques locales et nationales apparaissent nettement comme les moteurs de ce renouvellement.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

France
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Je préfère utiliser l’adjectif « anglo-américain » plutôt que « anglo-saxon », même si plusieurs d (...)

1Parmi les historiens et historiennes écrivant en langue anglaise, l’histoire rurale n’a jamais occupé une place d’honneur comparable à celle qu’elle a occupée en France pendant une bonne partie de la seconde moitié du xxe siècle. Les raisons de cette différence sont sans doute complexes, mais l’une d’elles tient assurément au fait que l’histoire totale n’a jamais été prédominante parmi les historiens anglo-américains1 comme elle le fut en France. Outre d’autres considérations culturelles, comme l’importance moindre qu’en France attribuée à la ruralité dans les identités nationales, des considérations pratiques ont eu leur importance, comme le fait que peu d’étrangers ont pu se permettre de travailler intensément dans les archives pendant plusieurs années ou même plusieurs décennies, sans parler de la préférence des Anglo-Saxons pour les séjours de recherche à Paris plutôt qu’en province !

2Il semble également que l’arrivée d’une nouvelle interprétation dominante des origines de la Révolution française, au cours des années 1990, ait nui au développement de l’histoire rurale. La Révolution française, selon cette interprétation importante aujourd’hui encore, doit son émergence à des changements culturels, au développement d’une sphère publique et à la naissance de discours anti-absolutistes résultant de la politisation des controverses religieuses opposant les magistrats et le roi. Pendant la crise financière des années 1780, le roi doit prendre en compte l’opinion d’un public, exigeant dorénavant d’avoir son rôle dans le gouvernement du royaume. Mais la majorité des habitants des campagnes est, dans cette optique, exclue de la nation politique en raison de son faible niveau d’alphabétisation et de son isolement géographique et culturel. Si la thèse selon laquelle les villages représentent un monde à part, où la politique nationale et les mouvements intellectuels ont peu d’impact, explique en partie pourquoi l’histoire rurale a un peu stagné dans l’historiographie anglo-américaine pendant les années 1980, l’histoire rurale connaît depuis environ une décennie un modeste renouveau parce que des historiens et historiennes, écrivant en anglais, ont construit une bonne partie de leurs publications autour de la volonté de montrer que les paysans et paysannes participaient pleinement aux développements culturels du xviiie siècle.

  • 2  John Markoff, The Abolition of Feudalism. Peasants, Lords and Legislators in the French Revolution(...)
  • 3  George V. Taylor, « Revolutionary and Non revolutionary Content in the Cahiers of 1789 : An Interi (...)

3Deux livres publiés dans les années 1990, fruits de près de trois décennies de travail de toute une équipe de chercheurs, ont grandement contribué à renouveler le champ de l’histoire rurale du xviiie siècle, The Abolition of Feudalism et Revolutionary Demands2. Ces deux ouvrages offrent aux historiens un cadre conceptuel pour envisager les habitants du monde rural au xviiie siècle comme étant partie prenante des développements de l’époque, et même comme des acteurs significatifs dans les causes et le déroulement de la Révolution. À travers la codification du contenu de cahiers de doléances de paroisses et de bailliages, les deux auteurs ont pu montrer que les paysans étaient loin d’être les traditionalistes dépeints par Roger Chartier et George V. Taylor3. Même si les cahiers paroissiaux qui exigent l’abolition complète de la féodalité restent rares, de manière générale les cahiers font la distinction entre les droits et redevances seigneuriaux qui sont utiles et ceux qui ne le sont plus, exigeant l’abolition de ceux qui sont inutiles. Une vision contractuelle de la seigneurie s’est ancrée dans les villages, accompagnée d’un mépris pour les droits explicitement fondés sur la distinction sociale, tel le banc d’honneur dans l’église paroissiale ou le droit de chasse. Markoff explique les événements qui ont mené, durant la Révolution française, à l’abolition de la féodalité comme le résultat d’un long processus de négociation entre les paysans et les législateurs.

  • 4  Je pense surtout à Hilton Root, Peasant and King in Burgundy. Agrarian Foundations of French Absol (...)

4Selon l’une des thèses majeures de The Abolition of Feudalism, la seigneurie et les droits et redevances seigneuriaux auraient probablement survécu à la Révolution sans l’intervention violente et répétée des paysans et paysannes de 1789 à 1793. La redécouverte de la seigneurie constitue justement une tendance importante de l’histoire rurale de langue anglaise. Les historiens et historiennes savaient, bien évidemment, que la seigneurie continuait à jouer un rôle important dans la vie des villageois, mais la popularité des idées de Tocqueville dans les années 1990 avait incité plus de l’un d’entre eux à voir la seigneurie comme une institution de plus en plus marginale au siècle des Lumières4. En fait, peu de livres et articles écrits depuis 2000 acceptent la thèse de Tocqueville selon laquelle la modernisation de l’État au xviiie siècle avait affaibli le pouvoir des seigneurs.

  • 5  James Lowth Goldsmith, Lordship in France, 1500-1789, New York, Peter Lang, 2005.
  • 6  Ibid.
  • 7  C’est un argument que Goldsmith tire de Jean Nicolas, La rébellion française. Mouvements populaire (...)
  • 8  Jean Gallet, Seigneurs et paysans en France, 1600-1793, Rennes, Presses universitaires de Rennes, (...)

5Lordship in France de James Lowth Goldsmith aborde de façon directe la question du pouvoir des seigneurs5. La thèse du livre est que la seigneurie, avant d’être abolie par l’Assemblée nationale, a connu une longue période de continuité pendant trois siècles. La seigneurie restait si solidement ancrée (« stable and rock solid generation after generation6 ») que seule une révolution ou encore un monarque modernisateur prêt à bouleverser entièrement l’ordre social auraient pu l’abolir. Si Goldsmith rejette l’interprétation tocquevillienne de l’histoire de la seigneurie, il refuse également d’adhérer à l’idée d’une réaction seigneuriale, insistant plutôt sur le fait que le renouvellement de terriers est une constante de l’histoire des seigneuries, de 1500 à 1789. Plus de la moitié de son ouvrage est consacrée à une présentation des particularités régionales de la seigneurie, si bien que le lecteur peut facilement perdre de vue les points saillants, mais trois chapitres de synthèse résument les éléments essentiels. Le dernier chapitre est particulièrement intéressant, puisque l’auteur y décrit les changements connus par la seigneurie après 1750. Il souligne l’importance et le renforcement de la résistance envers la seigneurie. Les habitants des villages se sont de plus en plus souvent révoltés contre la seigneurie7. Mais la résistance violente au seigneur étant sévèrement punie, l’opposition populaire a souvent pris la forme de litiges contre le seigneur. Finalement, la monarchie a mis en place des mesures pour limiter les abus les plus fréquemment dénoncés de la féodalité. Lordship in France devrait être lu en parallèle avec l’analyse récente de l’historien français Jean Gallet sur le même sujet. Gallet décèle, lui, une césure très nette autour de 1700, alors que Goldsmith met l’accent sur la continuité à travers l’époque moderne8. Si l’un et l’autre reconnaissent le désir de l’État monarchique d’affaiblir les seigneurs, selon Goldsmith, ces tentatives se soldent par un échec, tandis que, pour Gallet, elles connaissent un succès relatif.

  • 9  Stephen S. Miller, « Lords, Peasants and the State in Eighteenth-Century Languedoc », French Histo (...)

6Bon nombre d’historiens et d’historiennes du monde rural allient l’étude de la seigneurie à une tentative pour expliquer les origines, le développement et les effets de la Révolution française. Stephen Miller décrit les rapports entre l’État, les élites et les communautés rurales en Languedoc : comme en Bourgogne (selon Hilton Root), l’intendant et les États provinciaux interviennent de plus en plus souvent pour limiter le pouvoir et les exigences des seigneurs, ce qui tend à lui aliéner les seigneurs nobles9. Mais si, à Versailles, la monarchie tente de contenir le pouvoir des seigneurs, en province, le Parlement de Paris les aide à mettre en place une réaction seigneuriale importante. Après 1730, on trouve, dans les archives du Parlement, plus de demandes de renouvellement de terriers qu’avant cette date. On pourrait penser que l’analyse de Miller est d’orientation tocquevillienne, mais celui-ci considère que le discours et le comportement des nobles contre le despotisme royal trouvent leurs origines dans le manque de respect de la monarchie envers le second état, plutôt que dans les effets des forces supposément égalitaires de l’absolutisme.

  • 10  D. M. G. Sutherland, « Peasants, Lords and Leviathan. Winners and Losers from the Abolition of Fre (...)
  • 11  Albert Soboul, « Survivances “féodales” dans la société rurale du xixe siècle », Annales. Économie (...)

7Les rapports entre l’État, les seigneurs et les paysans font également l’objet d’un article par Donald Sutherland10. Depuis Soboul, nous savons qu’après l’abolition de la féodalité les propriétaires avaient le droit d’ajouter le montant de la dîme aux loyers et plusieurs études montrent qu’ils n’ont pas hésité à le faire11. Mais une fois que le bail en vigueur en 1791 était échu, celui-ci devait être renégocié, et il est possible que les propriétaires n’aient pas su conserver les bénéfices liés à l’abolition de la féodalité. Afin de savoir qui a profité de l’abolition de la seigneurie, il faut, selon Sutherland, considérer le rôle de l’État. L’augmentation du montant des impôts payés, de l’Ancien Régime à l’époque révolutionnaire, est importante, parfois spectaculaire, et Sutherland avance l’hypothèse que l’État a été l’un des principaux bénéficiaires de la Révolution.

  • 12  Anthony Crubaugh, Balancing the Scales of Justice. Local Courts and Rural Society in Southwest Fra (...)
  • 13  C’est une vision des rapports des villageois avec la justice qui doit beaucoup aux publications de (...)

8Anthony Crubaugh est l’un des rares historiens à avoir tenté une comparaison rigoureuse entre les justices seigneuriales de l’Ancien Régime et les justices de paix de l’époque révolutionnaire12. Selon Crubaugh, la justice seigneuriale en Aunis et Saintonge était proche des villages et aurait pu administrer la justice correctement, mais il n’y avait pas assez d’avocats compétents et honnêtes pour remplir les fonctions des officiers dans autant de petites justices. La justice seigneuriale était, en conséquence, une institution impopulaire, lente, chère et dont l’accès était réservé à l’élite des villages. De plus, la justice seigneuriale fonctionnait mal : un ressort géographique confus, trop de niveaux d’appel, un absentéisme fréquent des officiers et le fait que les juges n’étaient pas salariés et devaient vivre des frais de procédure et des épices comptaient parmi les facteurs forçant les paysans soit à subir des injustices perpétrées par leurs voisins, soit à avoir recours à la violence pour résoudre leurs conflits13. La justice seigneuriale servait également l’intérêt des seigneurs, et les cahiers de doléances montrent que les paysans percevaient la justice seigneuriale surtout comme une institution dont la raison d’être était de faire respecter les droits des seigneurs. Les procureurs fiscaux sont en contact avec les seigneurs, et la justice sert à exiger la rénovation des terriers, le paiement des cens et la poursuite des chasseurs. Dans une des justices que Crubaugh étudie, seulement trois des 178 justiciables poursuivis par le procureur fiscal dans l’intérêt du seigneur ont pris la peine de paraître pour se défendre, une reconnaissance implicite du fait que la justice était un outil de domination sociale.

9Le contraste avec les justices de paix est frappant, selon Crubaugh. Puisqu’il n’y avait qu’un juge de paix pour 6 500 habitants (il y avait un juge seigneurial pour 766 habitants), il était possible de trouver des officiers compétents. Les réformes révolutionnaires ont rendu la justice moins chère et plus rapide, et l’augmentation subite du nombre de procès en 1791 représente pour Crubaugh la satisfaction d’une soif de justice que les juges seigneuriaux n’avaient pu qu’exaspérer. Les litiges civils coûtent moins cher, les trois quarts des procès sont jugés en une seule séance, et les juges de paix encouragent systématiquement les plaignants à avoir recours à la conciliation plutôt qu’à passer en justice. Les justices de paix sont également plus efficaces en matière de police que les juges seigneuriaux, puisqu’ils prennent plus de décisions et que leurs jugements sont plus souvent respectés que ceux des juges seigneuriaux. En somme, le but de Balancing the Scales of Justice est de réfuter la thèse tocquevillienne, devenue orthodoxie chez les « révisionnistes », selon laquelle la Révolution française a eu peu d’effets sociaux. La comparaison qu’établit Crubaugh entre la situation d’avant la Révolution et celle d’après est rendue problématique par le fait que la juridiction des justices seigneuriales n’est pas identique à celle des justices de paix. Cependant Crubaugh réussit à montrer qu’il existe un niveau d’insatisfaction élevé à l’égard de la justice seigneuriale et que le système révolutionnaire de justice s’est avéré plus efficace et probablement plus juste. Il y a néanmoins un problème dans son analyse : si l’on se fie aux professions des demandeurs et défendeurs, le profil social des plaignants ne semble pas avoir changé entre les deux systèmes. Mais les rôles de taille ont disparu pour la région d’étude, et Crubaugh pense qu’un croisement entre les registres de justice et les documents fiscaux, si ceux-ci avaient été conservés, aurait montré un changement significatif.

  • 14  Zoë Schneider, The King’s Bench. Bailiwick Magistrates and Local Governance in Normandy, 1670-1740(...)

10Zoë Schneider a également contribué au renouvellement de l’historiographie sur les justices seigneuriales, mais en les comparant avec les justices royales des prévôtés, présidiaux et bailliages14. Son étude sur la justice en Normandie se concentre sur la fin du xviie et le début du xviiie siècle, et elle cherche à montrer que les juges seigneuriaux et royaux formaient une classe au pouvoir politique important. Le retrait des nobles les plus puissants de la vie politique régionale et locale au cours du xviie siècle, ainsi que la fermeture de la haute magistrature aux non-nobles, a permis aux officiers judiciaires de se créer des sphères de pouvoir dans les villages, bourgs et villes normands et de jouer le rôle social, administratif et économique d’une classe gouvernante.

  • 15  Antoine Follain, Le village sous l’ancien régime, Paris, Fayard, 2008.

11Si Schneider est d’accord avec Crubaugh pour considérer les juges seigneuriaux comme à l’abri du contrôle de l’État (une partie particulièrement brillante du livre est consacrée à la description et à l’analyse d’une enquête menée par le Parlement de Rouen contre les officiers d’une sénéchaussée qui abusaient de leur pouvoir), son but n’est pas de souligner les abus dans l’administration de la justice, mais plutôt d’analyser le fonctionnement de l’État au niveau local. Il en résulte une analyse « révisionniste » de la monarchie absolue, dans la mesure où l’auteur attribue très peu de pouvoir au roi et à ses ministres pour influer sur la vie des sujets, surtout à travers la loi. L’auteure présente l’État comme le résultat de compromis et de négociations entre la population et la petite notabilité régionale. Le livre de Schneider n’est pas exclusivement consacré à l’histoire rurale ou à l’histoire des villages – ses justices siègent dans des bourgs et des petites villes, et il est fort probable que les rapports de pouvoir entre la communauté et les officiers judiciaires soient sensiblement différents dans les petits villages, où le juge n’est jamais résident et où le seigneur maintient un rôle significatif, même si ce rôle est moindre dans « le cas normand » que ailleurs en France15. Mais ce livre est une contribution importante au débat sur le fonctionnement de l’État au niveau local et sur la nature des rapports et des liens qui unissaient les villages au centre du pouvoir.

  • 16  Jeremy Hayhoe, Enlightened Feudalism. Seigneurial Justice and Village Society in Eighteenth-Centur (...)

12J’ai moi-même contribué à l’historiographie des justices seigneuriales par la publication d’un livre sur la Bourgogne pendant la deuxième moitié du xviiie siècle16. Dans Enlightened Feudalism, je mets l’accent sur le professionnalisme des officiers et le fait que le Parlement de Dijon exerçait un contrôle relativement serré sur leurs pratiques et leurs décisions. Avec l’assistance des États provinciaux, le Parlement de Dijon mit en place une série de réformes de la procédure qui accélérèrent le fonctionnement, et rendirent la justice plus rapide et moins chère – au point qu’un litige pour le recouvrement d’une dette mineure coûtait seulement quelques sols aux justiciables. Je me suis concentré sur une quinzaine de petites justices seigneuriales, et je souligne l’importance de la participation active de la justice dans les affaires du village. Pour réglementer l’agriculture et les communaux, faire la police des champs et assurer l’assiette et le recouvrement de la taille, les villages bourguignons sollicitaient fréquemment l’aide du juge seigneurial, comme si la communauté villageoise ne possédait plus les moyens de contrôler les habitants et de faire respecter les règles de la vie en commun. Mais tout n’est pas positif : en suivant la redécouverte de la seigneurie après Markoff et Shapiro, je présente la justice seigneuriale comme un outil de domination sociale de la part des seigneurs. Un procès sur dix implique les droits et redevances seigneuriaux, et les officiers assurent la collecte des lods et ventes et de la dîme, ainsi que le respect des banalités et la confiscation des biens des mainmortables. Les paysans comprennent bien la distinction subtile entre les deux fonctions différentes de la justice seigneuriale, puisque les cahiers de doléances bourguignons sont presque unanimes sur deux choses, d’une part le fait que la justice seigneuriale doit être préservée (et le pouvoir des juges seigneuriaux augmenté !), d’autre part le fait qu’il faut trouver des moyens pour limiter l’autorité que les seigneurs peuvent exercer sur les juges.

  • 17  Surtout Peter Jones, The Peasantry in the French Revolution, Cambridge, Cambridge University Press (...)
  • 18  Peter Jones, Liberty and Locality in Revolutionary France. Six Villages Compared, 1760-1820, Cambr (...)

13Si mes propres analyses de la justice seigneuriale cherchent en partie à expliquer les réactions parfois violentes de paysans contre les seigneurs en 1789 et après, d’autres études par divers chercheurs, qui accordent beaucoup d’importance à la seigneurie, visent plus directement à établir les liens entre l’Ancien Régime et la Révolution. Peter Jones a beaucoup publié sur l’histoire rurale de la Révolution française17, notamment Liberty and Locality in Revolutionary France, une histoire comparée de six villages entre 1760 et 182018. Cette étude est un bon exemple d’une tendance très forte en histoire rurale chez les anglophones, mener des études comparatives de l’Ancien Régime, à la Révolution et au xixe siècle. La démarche de Jones est novatrice – les six villages qu’il analyse sont dispersés un peu partout en France. La visée du livre est d’analyser « plusieurs des processus qui ont modifié la trajectoire habituelle des campagnards » (p. 5). Jones met l’accent sur les liens qui unissaient les villages aux événements de Paris. Des six villages étudiés, un seul (Saint-Alban dans le Gévaudan) éprouvait des difficultés à obtenir de l’information sur ces événements, et même dans le sud de la France, où seule une minorité des hommes et une part encore plus réduite des femmes pouvaient lire, le constat est que la politisation des populations a beaucoup progressé.

14Riche en renseignements, Liberty and Locality révèle l’immense diversité des expériences des villageois à la fin de l’Ancien Régime et surtout sous la Révolution. Mais l’auteur synthétise ces nuances à travers quelques arguments de fond, d’une part que la Révolution française marqua une étape importante dans la politisation des paysans, d’autre part que cette politisation ne fut pas graduelle mais plutôt ponctuelle (la prérévolution est particulièrement importante) et liée aux événements. Jones s’intéresse à l’impact de la Révolution sur les paysans, et il souligne la popularité de certaines mesures telles que la création des justices de paix, l’extension du droit de chasse, l’abolition de la féodalité, et l’égalité devant l’impôt. Selon lui, la Révolution a re-valorisé le village et contribué à un changement notable des mentalités. Mais en même temps, en poursuivant un processus de bureaucratisation, les communautés rurales (désormais municipalités) avaient moins de liberté d’action, développement qui devient de plus en plus important après 1800.

15Jones cherche notamment à vérifier les hypothèses de Tocqueville sur l’histoire rurale. Il est en désaccord avec l’un des postulats principaux de Tocqueville, celui selon lequel le processus de centralisation au xviiie siècle a eu deux effets : affaiblir la solidarité communautaire dans les villages et remplacer le seigneur par l’État central comme force politique principale dans les villages. Dans tous les villages étudiés, les seigneurs continuent à extraire une proportion significative des revenus paysans et exercent un contrôle sur la vie politique jusqu’à 1789. Par ailleurs, partout on note l’existence d’un sentiment de solidarité villageois et d’identité locale. L’Ancien Régime était plutôt bureaucratique que centralisateur, et ce n’est pas avant 1793 que l’État commença réellement à limiter la liberté d’action des villages et à réduire le pouvoir démocratique des communautés. Je partage la conviction que la seigneurie et la communauté villageoise restaient relativement fortes jusqu’à 1789 ; en revanche, je ne peux pas m’empêcher de penser que Jones s’oppose à un faux-semblant, car peu d’indications dans la littérature secondaire sur l’histoire des villages au xviiie siècle donnent à penser que l’État central avait réellement affaibli la seigneurie et la communauté villageoise autant que le pensait Tocqueville.

  • 19  Jill Maciak, « Of News and Networks : The Communication of Political Information in the Rural Sout (...)
  • 20  Timothy Tackett, « Collective Panics in the Early French Revolution : A Comparative Perspective », (...)
  • 21  Jill Maciak Walshaw, « Controlling Public Opinion in the Old Regime : Did the King Care what the P (...)

16Jill Maciak, pour sa part, s’intéresse à l’histoire des communications dans les villages du Sud-Ouest pendant la Révolution19. Elle cherche à montrer que l’information venant de Paris sur les événements qui s’y déroulent arrive très vite, même dans les villages les plus isolés. En dépit des tentatives du gouvernement révolutionnaire pour maîtriser la distribution de l’information, les nouvelles sur les événements et les idées circulaient sans que les autorités puissent exercer un véritable contrôle. Dès la fin de l’Ancien Régime, les réseaux de communication officiels étaient en place : l’intendant, le subdélégué, le curé et l’assemblée villageoise. Ce qui change en 1789, c’est la quantité d’information qui parvient aux villages, mais les pratiques déjà existantes de lire les lois à haute voix, et même assez souvent de les traduire en occitan, perdurent comme sous l’Ancien Régime. Un reflet fidèle de l’importance de l’opinion politique des villageois est l’énergie considérable que les gouvernements révolutionnaires déployèrent afin de la réprimer ou de la contrôler. La propagation des fausses nouvelles est particulièrement redoutée par les autorités, ce qui n’est guère surprenant après la Grande peur et après les émeutes qui ont suivi la fuite du roi à Varennes20. Dans un autre article, au lieu d’analyser le passage de l’information du centre jusque dans les villages, Maciak présente les tentatives de la monarchie pour s’informer sur l’opinion publique dans les villages21. Si les cavaliers de la maréchaussée ont un rôle à jouer, ce sont surtout les sub-délégués des intendants qui rapportent aux intendants ce que pensent les paysans, faisant souvent référence à un réseau d’informateurs et de personnes de confiance. Le fait que la monarchie s’intéresse à l’opinion publique dans les villages suggère, selon Maciak, que les paysans étaient déjà politisés avant les débuts de la Révolution.

  • 22  Peter McPhee, Revolution and Environment in Southern France. Peasants, Lords, and Murder in the Co (...)

17Comme Jones, Peter McPhee s’intéresse à la participation des paysans à la Révolution française22. Revolution and Environment ressemble sur plusieurs points au livre de Jones, les deux auteurs ayant choisi d’élargir le cadre chronologique de la Révolution et de souligner l’importance de l’opposition populaire à la seigneurie comme motivation des villageois pendant la Révolution. L’un et l’autre portent également un jugement plutôt positif sur les effets à long terme de la Révolution, même si McPhee va plus loin que Jones. Revolution and Environment prend la forme d’une monographie régionale : l’auteur étudie l’expérience des paysans des Corbières, une petite région peu étudiée du Languedoc, qui fait partie du département de l’Aude après 1789. Il commence en décrivant le système économique dans la région au xviiie siècle. C’est une région pauvre, où la grande majorité des paysans gagnent leur vie en combinant une agriculture de subsistance avec du travail textile et un peu d’élevage du mouton sur les garrigues (communaux). Les seigneurs restent très puissants, même à la veille de la Révolution, et souvent les coqs de village s’unissent avec les seigneurs pour s’opposer aux actions de la masse des paysans pauvres. L’auteur caractérise la région comme relativement pro-révolutionnaire : il y a peu d’opposition aux réquisitions, la conscription crée peu d’opposition, et, ce qui est atypique pour l’époque révolutionnaire, les habitants payent leurs impôts.

  • 23  Florence Gauthier, La voie paysanne dans la Révolution française : l’exemple picard, Paris, 1977 ; (...)

18Si McPhee considère les paysans des Corbières comme relativement favorables à la Révolution, il ne pose toutefois pas explicitement la question de leur politisation : ce sont les facteurs locaux plutôt que nationaux qui déterminent, dans son récit, la réaction des paysans, notamment le fait que la masse des villageois a bénéficié de l’abolition de la féodalité et des changements dans l’utilisation des garrigues. Avant 1789, grâce aux édits de défrichements des années 1760, de nombreux paysans ont défriché des parcelles sur les garrigues, mais le phénomène est resté limité à la fois par l’opposition des paysans aisés qui vivaient de l’élevage et par les réclamations des seigneurs affirmant être propriétaires des garrigues. La Révolution a aboli ces deux freins aux défrichements en exigeant que les seigneurs présentent des titres, et en permettant les défrichements sans vraiment contrôler les résultats. Suite à l’effondrement de l’industrie textile, défricher et cultiver une micro-parcelle permettait aux paysans pauvres de survivre. La conclusion la plus stimulante du livre de McPhee est l’importance de la vigne dans l’utilisation des communaux défrichés. Entre la veille de la Révolution et 1829, la superficie couverte par la vigne a plus que doublé dans les arrondissements de Carcassonne et Narbonne, et partout dans cette région il y a eu une augmentation importante du volume de vin produit (quatre fois plus entre 1789 et 1829 dans l’arrondissement de Narbonne). Cette « révolution viticole par le bas » (la plupart des vignerons ont peu de superficie plantée en vignes) montre, selon McPhee, que la masse des paysans pauvres ne désiraient pas forcément le maintien des droits collectifs. L’auteur y voit la preuve de l’existence d’une « voie paysanne » vers le capitalisme, et il donne son appui aux arguments de Florence Gauthier, Guy Ikni et Anatoli Ado23. Au lieu de voir l’expansion de la vigne dans la région comme le résultat, grâce au train, d’un nouvel accès aux marchés, McPhee la présente comme une stratégie « pro-capitaliste » de la part des paysans pauvres face à l’effondrement de l’industrie textile.

  • 24  Peter McPhee, « The Misguided Greed of Peasants ? Popular Attitudes to the Environment in the Revo (...)
  • 25  Voir Shepard Krech III, The Ecological Indian. Myth and History, New York, W. W. Norton, 2000.

19Dans son ouvrage McPhee s’intéresse également à l’histoire environnementale. Il avance l’hypothèse que ce ne sont pas les défrichements des paysans pauvres qui ont occasionné la pire dévastation écologique de l’époque : les immenses troupeaux de moutons mis en pâture par les paysans aisés occasionnèrent bien plus d’érosion que la culture de la vigne. McPhee se penche sur la question de l’utilisation et des attitudes des paysans face à l’environnement dans un article, publié quelques années après son livre, dans lequel il analyse les cahiers de doléances de paroisses24. Il commence en présentant ce qu’il appelle la « légende noire », la thèse qui veut que pendant la Révolution les paysans, libérés du contrôle étatique, aient dévasté l’environnement – interprétation avancée par plusieurs administrateurs révolutionnaires et à laquelle de nombreux historiens souscrivent. Et même si certains chercheurs ont nuancé la légende noire en soulignant le rôle important de la marine et de l’industrie dans la dévastation, tous attribuent aux paysans une attitude destructrice. Selon McPhee, les cahiers montrent que, de manière générale, les villageois étaient très soucieux de protéger les ressources naturelles, et se plaignaient des dégradations liées à l’industrie du charbon et à l’activité des seigneurs. En plus, les communautés réunies en assemblées étaient conscientes du lien entre le défrichement et l’érosion et demandaient une reforestation des terres défrichées après les édits de Louis XV. Pour expliquer le désordre réel pendant la Révolution, l’auteur met plutôt en avant l’échec du gouvernement à élaborer un nouveau régime des forêts dans le contexte des tensions entre les seigneurs et l’État. Il s’agit donc d’un article important qui corrige certains excès interprétatifs de la part de plusieurs historiennes et historiens des forêts. Il est probable toutefois que McPhee pousse un peu trop loin les choses en considérant les paysans comme des écologistes avant la lettre ; il est douteux qu’une image du « paysan écologique » nous soit plus utile que celle du paysan dévastateur de l’environnement25.

  • 26  La parution de son livre est trop récente pour que je puisse le présenter ici. Voir Noëlle Plack, (...)
  • 27 Noëlle Plack, « Agrarian Reform and Ecological Change during the Ancien Régime. Land Clearance, Pea (...)
  • 28  « Agrarian Individualism, Collective Practices and the French Revolution : the Law of 10 June 1791 (...)

20Noëlle Plack a, quant à elle, publié une série d’articles sur l’agriculture communale en Languedoc. De manière générale, elle s’inspire des conclusions de McPhee26. Un de ses articles commence par une description de la « légende noire » qui présente les paysans comme les instigateurs principaux du désastre écologique de la période révolutionnaire27. Elle affirme que ce récit est problématique par le manque d’attention porté à la continuité avec l’Ancien régime, et par le fait qu’aucune distinction n’est faite entre l’histoire des forêts et l’histoire de l’environnement. Elle analyse l’effet de l’édit de défrichement de Louis XV dans trois diocèses du Bas-Languedoc où il y avait très peu de forêt. Les paysans ont été encouragés à défricher les terres vacantes et en friche (les garrigues ou les hermes). Dans cette région de la France, les responsables de l’érosion occasionnée par les défrichements sont surtout les physiocrates et les agronomes. L’encouragement au défrichement, grâce aux exemptions de la taille pendant 15 ans, a eu pour effet le défrichement de 46 000 ha en Languedoc, 7 900 ha dans les trois diocèses étudiés. Les paysans ont montré une sensibilité écologique dans l’utilisation des terres défrichées : là où la terre était trop sèche ou trop en pente pour planter du grain, ils ont cultivé des vignes ou parfois aussi des mûriers. Deux autres articles de Plack traitent des effets de la division de communaux pendant la Révolution28. Dans les grandes lignes, elle est d’accord avec la conclusion de Nadine Vivier que, même si relativement peu de villages ont divisé leurs communaux suite à la loi de 1791, l’effet de la loi a néanmoins été significatif. Elle souligne surtout le fait qu’un bon nombre de paysans ont perçu la loi de 1791 comme une sorte de permission tacite de saisir et de défricher une parcelle de terre sur les communaux. Pour comprendre l’effet de cette loi, il faut suivre les développements jusqu’à l’Empire et même jusqu’à la Restauration, puisque les lois de 1804 et de 1819, qui permettaient aux conseils municipaux de régulariser les usurpations soit par la vente ou soit par la location, ont eu un effet très important. Au moins 65 villages ont profité des provisions de ces lois (par contraste, seulement 15 partages officiels furent accomplis sous la loi de 1791), et l’augmentation subite des revenus des villages témoigne de l’ampleur du phénomène.

  • 29  Hamish Graham, « Greedy or Needy ? Forest Administration and Landowners’Attitudes in Southwestern (...)
  • 30  Graham s’intérese également aux procès criminels, mais il propose de manier cette source classique (...)
  • 31  Hamish Graham, « A Time for Every Reason ? The Seasonality of Forest Exploitation and its Politica (...)

21Hamish Graham s’intéresse à l’histoire environnementale de l’Ancien Régime, et plus particulièrement à l’interaction entre l’État et les habitants des villages autour de l’utilisation de la forêt29. Afin d’assurer la construction navale, la monarchie d’Ancien Régime tente de contrôler l’utilisation des forêts, si bien qu’après 1723, toute coupe de forêt doit être signalée au préalable à la maîtrise pour permettre aux officiers de prendre les meilleurs arbres. Plusieurs historiens ont montré que les politiques forestières du gouvernement entraient souvent en conflit avec les pratiques locales là où il y avait des forêts communales. Dans le Sud-Ouest, la vaste majorité des forêts appartenait à des particuliers, et on pourrait peut-être s’attendre à des rapports différents entre les usagers des forêts et les officiers royaux. Afin d’évaluer ces rapports, Graham étudie les déclarations de coupes, dont le nombre croit au long du siècle de façon spectaculaire : il y aurait au moins dix fois plus de déclarations par année à la fin qu’au début du xviiie siècle. Cela pourrait indiquer soit une acceptation plus grande du rôle de l’État dans l’administration des forêts, soit que la maîtrise possédait plus de pouvoir de contrainte, mais Graham voit dans ces déclarations plus une formalité qu’autre chose30. En fait, le contenu des déclarations suggère que les propriétaires des forêts ne respectaient pas nécessairement les règlements, puisqu’un bon nombre est probablement coupé pendant des périodes interdites, soit moins de six mois après ou plus de six mois avant la déclaration, ou entre le début avril et la fin octobre31. Un manque presque total de connaissance géographique de la part des officiers et le fait qu’ils se concentraient surtout sur les forêts royales aboutissaient au fait que les propriétaires forestiers du Périgord agissaient comme bon leur semblait. Graham conclut que l’intérêt de l’État dans le « management » des ressources forestières était plutôt limité (« short-sighted and self-centered ») et que l’influence du développement de l’État central sur la politique forestière ne doit pas être surestimée.

  • 32  James Livesey, « Material Culture, Economic Institutions and Peasant Revolution in Languedoc, 1770 (...)
  • 33  William M. Reddy, « The Structure of a Cultural Crisis : Thinking about Cloth in France before and (...)
  • 34  Mais on sait que l’augmentation des rendements était possible sans bouleversement majeur dans les (...)

22James Livesey analyse, lui, les changements apportés par la Révolution à la vie et aux mentalités des paysans32. Dans un article publié dans Past and Present, Livesey analyse « la vie sociale des charrues » dans une perspective qui cherche à élargir aux paysans la nouvelle histoire de la consommation pendant la Révolution. Cette nouvelle histoire de la consommation, développée d’abord par William Reddy et ensuite par Cissie Fairchild et Rebecca Spang33, avance l’idée que les changements politiques de la Révolution (et de la deuxième moitié du xviiie siècle) ont radicalement changé le phénomène de la consommation, en transformant une négociation entre inégaux définis par le privilège en une négociation entre agents homogènes qui négocient seulement autour du prix. Livesey a choisi d’étudier les charrues, puisqu’il voit le fait d’être propriétaire de cet outil comme l’un des indicateurs clés d’une orientation économique vers le marché ; les paysans qui avaient une charrue produisaient pour le marché tandis que ceux qui n’en avaient pas restaient tournés vers l’auto-suffisance. Cette affirmation me semble à nuancer : les paysans pauvres vendaient une bonne partie de leur récolte et le fait de ne pas avoir assez de terre pour vivre de façon indépendante les obligeait à travailler pour un salaire, qu’ils dépensaient pour vivre. Il est néanmoins intéressant de suivre la Société royale des sciences de Montpellier et le ministre Bertin dans leurs tentatives, après 1751, de faire accepter une nouvelle charrue mieux adaptée à la terre légère de Languedoc. Sous l’Ancien Régime, les techniques capables de transformer l’agriculture étaient disponibles, mais le privilège bloquait leur adoption34. Sur ce point, l’auteur cite l’exemple des défrichements en Languedoc, où l’absence d’institutions politiques qui auraient permis la négociation des nouveaux types de propriété a rendu trop instable et incertain le statut des défrichements.

  • 35  Sur la question de l’importance économique de l’abolition du privilège, Livesey suit l’argument de (...)

23Selon Livesey, la Révolution a encouragé l’adaptation de nouvelles technologies agraires en abolissant le privilège pour le remplacer par un modèle universel de droits35. Le partage des communaux et le droit de clore sont vite acceptés, et en Languedoc, il en résulte la transformation des garrigues en vignes. Les nouvelles sociétés agricoles sous la Révolution critiquaient souvent le corporatisme de l’Ancien Régime en affirmant que le despotisme avait rendu les agriculteurs trop dépendants du gouvernement et qu’il fallait que les paysans prennent en main leur propre destin. Livesey cite une enquête départementale en 1798 qui demande aux villageois de nommer les barrières qui freinaient l’échange, et un bon nombre de villages ont cité le manque de capital disponible ou encore la pénurie de travailleurs. La réponse traditionnelle sous l’Ancien Régime, selon l’auteur, aurait plutôt été une perception du stock de grain comme limité et la demande de mesures protectionnistes ; ce changement montre donc que l’abolition du privilège a créé chez les paysans une révolution des mentalités. Ce qui bloquait, selon Livesey, le progrès agricole au xviiie siècle était l’absence d’une sociabilité de la communication qui aurait permis aux paysans et aux savants de se parler. La Révolution aurait créé cette forme de sociabilité, et vers 1830, on peut en constater l’existence dans la popularité des concours de labourage.

  • 36  Thomas Brennan, « Peasants and Debt in Eighteenth-Century Champagne », Journal of Interdisciplinar (...)

24Thomas Brennan s’intéresse aussi à la question du rapport des paysans avec le marché36. À partir des archives fiscales, il reconstruit les structures de la dette paysanne en Champagne. Il cherche à trancher entre deux visions de la dette paysanne. Les monographies classiques d’histoire rurale présentent la dette comme un problème grave pour les paysans et l’endettement comme le moyen permettant aux bourgeois de s’approprier la terre dans les villages. Plus récemment plusieurs historiens ont souligné le fait que les dettes sont souvent contractées afin d’investir davantage dans la terre. En dépit de tout ce que les historiens ont écrit sur la dette paysanne, on connaît de fait très peu les motivations des débiteurs ou l’utilisation de l’argent emprunté. La Champagne a l’intérêt d’avoir participé à un projet de taille tarifée, et les révisions ponctuelles des rôles de taille fournissent un inventaire de la propriété, des revenus et de la dette pour chaque côte. Dans 44 villages, 5300 familles avaient contracté environ un million de livres de dettes sous forme de rentes. Il s’agit d’une dette moyenne de 150 livres par famille, ce qui représente un paiement annuel d’intérêt de 7,5 livres, soit presque 10 % des revenus annuels moyens. Mais les disparités sont immenses, et si l’on ne considère que ceux et celles qui sont endettés, la dette moyenne est de 580 livres et l’intérêt représente le quart des revenus annuels moyens. On doit également tenir compte de la diversité géographique : de 2 % à 63 % des habitants étaient endettés, selon le village. La distance par rapport à Reims, le nombre de propriétaires forains, la présence de vignes et la richesse du village sont les facteurs qui montrent une corrélation positive avec le niveau de dette dans un village. En général, Brennan estime que la moitié des débiteurs se comportent comme des agents économiques rationnels, mais cela veut dire que l’autre moitié des débiteurs empruntaient pour acheter de la terre et finissaient par payer plus que les deux tiers des revenus de leurs terres pour servir la dette. Si Brennan voit du vrai dans les deux modèles de l’endettement paysan, il semble néanmoins plutôt favorable à la thèse de la misère, et ceux et celles qui souhaitent encore défendre une vision positive de la dette devront répondre aux découvertes empiriques décrites dans l’article.

  • 37  Il n’est pas pratique de faire une présentation exhaustive de cette littérature, mais deux article (...)
  • 38  Une analyse récente de l’industrialisation française, par exemple, ne parle presque pas du tout de (...)
  • 39  Tim J.A. Le Goff et Donald M. G. Sutherland, « What can we Learn from Leases ? A Preliminary View  (...)

25Si, en général, l’histoire rurale semble avoir connu une légère baisse du nombre d’ouvrages publiés pendant les années 1990, cette même décennie a été une période d’effervescence en histoire économique du monde rural, grâce, entre autres, aux travaux de Philip Hoffman et de George Grantham37. Depuis 2000, par contre, il semble que relativement peu de livres et d’articles aient été publiés qui traitent de l’histoire économique du monde rural38. En plus des articles déjà cités de Brennan et de Sutherland, une exception notable est constituée par un article sur la croissance des rendements agricoles écrit par Tim Le Goff et Donald Sutherland39. Les auteurs utilisent des baux de terres appartenant aux hôpitaux du Mans, Compiègne et Rouen pour calculer la « Total Factor Productivity » (productivité globale des facteurs) selon la méthode développée par Philip Hoffman. Autour de Rouen et du Mans, la révolution agricole a commencé plus tôt qu’on le pensait, soit vers 1760, tandis qu’à Compiègne, ce ne fut pas avant le xixe siècle et l’arrivée des betteraves sucrières que la croissance démarra. Le Goff et Sutherland suivent une des conclusions principales de Hoffman, à savoir que l’agriculture d’Ancien Régime ne présentait pas nécessairement des limites naturelles à la croissance. Mais Hoffman voit de vrais progrès seulement autour de Paris, tandis que Le Goff et Sutherland soulignent le fait que d’autres régions ont connu du progrès, et que la spécialisation régionale a fait en sorte qu’il y ait plusieurs routes possibles vers la croissance.

  • 40 James B. Collins, « Translations de Domicile : Rethinking Sedentarity and Mobility in the Early Mod (...)
  • 41  Howard Brown, Ending the French Revolution : Violence, Justice, and Repression from the Terror to (...)
  • 42  Jeffrey Houghtby, « Les biens communaux : Common Land, Property Rights, and Agrarian Modernization (...)
  • 43  Dans cette dernière catégorie, il faut inclure Jan de Vries, The Industrious Revolution : Consumer (...)

26Cet article ne prétend pas être un recensement complet de tout ce qui a été publié en anglais, depuis 2000, sur l’histoire rurale de l’Ancien Régime et la Révolution. Plusieurs ouvrages importants m’ont probablement échappé, et j’ai exclu des contributions importantes qui, quoique traitant en partie du xviiie siècle, sont plutôt centrées sur le xviie40, d’autres qui touchent à l’histoire rurale sans que le village soit central dans l’analyse41, des thèses de doctorat qui n’ont pas encore été publiées42, et quelques ouvrages enfin qui incluent l’histoire de la France mais dans une vision comparative43. Cette brève présentation nous permet néanmoins de constater que la production historienne en langue anglaise sur l’histoire rurale au xviiie siècle en France est marquée par plusieurs éléments communs. Certaines particularités, comme une préférence pour le sud de la France et pour les régions viticoles, peuvent avoir leurs origines dans des facteurs qui ne sont pas proprement académiques, comme la douceur du climat méditerranéen. Le poids de la seigneurie est l’un des thèmes importants de l’historiographie en langue anglaise. Anthony Crubaugh présente la seigneurie en général, et la justice seigneuriale en particulier, comme une source d’abus et de mécontentement parmi les paysans à la fin du xviiie siècle. Mes propres analyses sur la Bourgogne suggèrent que, bien que la justice seigneuriale ait fonctionné de façon efficace et que les paysans ait apprécié la qualité des services judiciaires qui leur étaient rendus, la justice permettait aux seigneurs de maintenir un contrôle étroit sur les villageois. James Lowth Goldsmith souligne l’omniprésence de la seigneurie tout au long du xviiie siècle et partout en France ; Stephen Miller le suit dans sa présentation de la situation en Languedoc, tandis que Markoff et Shapiro présentent la seigneurie comme l’un des objets suscitant le plus l’intérêt des habitants des villages en 1789.

27L’importance de la Révolution française est peut-être la tendance la plus frappante de la production anglo-américaine en histoire rurale sur le xviiie siècle. Il est vrai qu’en France l’histoire de ce siècle a toujours eu un peu de difficulté à sortir de l’ombre de la Révolution, mais le phénomène semble encore plus dominant dans le monde anglo-américain qu’en France : une majorité des livres et articles d’histoire rurale écrits en anglais sur le xviiie siècle comprend au moins les débuts de la Révolution, et bon nombre continuent jusqu’à la Restauration ou même au-delà. L’importance de la Révolution pour l’histoire rurale en langue anglaise peut s’expliquer peut-être en partie par le simple fait qu’il est plus facile de justifier des recherches à l’étranger devant les organismes qui subventionnent, si elles sont mises en relation avec les origines ou les événements de la Révolution. Mais si l’emprise de la Révolution sur l’histoire rurale du xviiie siècle s’est accentuée pendant la dernière décennie, c’est surtout en raison d’autres particularités de la recherche en langue anglaise sur l’histoire rurale, le désir de faire sortir le monde rural d’une histoire immobile et le faire vivre aux rythmes des événements importants du siècle.

  • 44  Eugène Weber, Peasants into Frenchmen. The Modernization of Rural France, 1870-1914,Stanford, Stan (...)
  • 45  James Lehning, Peasant and French. Cultural Contact in Rural France During the Nineteenth Century, (...)

28L’intérêt prononcé pour la question de la politisation des paysans français est caractéristique de la production en anglais sur l’histoire rurale du xviiie siècle. C’est un sujet qui a attiré l’attention de plusieurs historiens depuis la publication du maître livre d’Eugene Weber, selon lequel ce n’est pas avant la fin du xixe siècle, grâce notamment au train et à l’éducation primaire universelle, que les paysans devinrent français et commencèrent à se sentir impliqués dans la politique nationale44. C’est une thèse qui a été critiquée par les historiens du xixe siècle, qui ont tenté de montrer que l’acquisition d’une identité française ne passait pas obligatoirement par l’abandon d’une identité paysanne, que les régions pouvaient à la fois résister et s’approprier les politiques nationalistes émanant du centre, que l’école pouvait être au service des priorités locales et régionales, et que les paysans avaient souvent recours à l’État pour défendre leurs propres intérêts45. Mais si la thèse de Weber est largement remise en cause, sa problématique continue à intéresser les historiens anglo-américains. Peter Jones plaide pour l’importance du processus révolutionnaire dans la politisation des paysans, et James Livesey considère que les institutions révolutionnaires ont permis la modernisation politique, économique et agricole des campagnes. Jill Maciak rappelle que, même au xviiie siècle, les paysans ne sont pas ignorants des développements politiques à Paris et Versailles, et Noëlle Plack et Peter McPhee présentent les paysans comme des agents actifs, et non des victimes ou des sujets, de la modernisation économique de la France dès les années 1760. Les analyses de John Markoff vont dans le même sens, puisque l’auteur montre que la remise en cause de plusieurs droits seigneuriaux était très répandue, et que, loin d’avoir été politisés par les décrets de l’Assemblée nationale, les paysans réussissaient à inciter les députés à agir.

  • 46  Wayne Te Brake, Shaping History. Ordinary People in European Politics, 1500-1700, Berkeley et Los (...)

29Cependant, en dépit des particularités de la production historique en anglais, rien ne permet de penser qu’il existe une école anglo-américaine de l’histoire rurale du xviiie siècle distincte de ce qui est publié en français sur le même sujet. Pour les historiens anglo-américains, comme pour les historiens français, l’histoire rurale a connu une crise pendant les années 1990, liée à l’importance accrue de l’histoire culturelle et de la nouvelle histoire politique. Une certaine interprétation des origines de la Révolution française qui a mis l’accent sur l’état des finances et l’existence de nouveaux discours politiques dans l’élite a convergé avec l’idée que les villages et leurs habitants étaient restés à l’écart des développements politiques et intellectuels du siècle, ce qui a eu comme résultat de marginaliser l’histoire des villages. Pour les historiens du monde rural publiant soit en français ou en anglais, la solution à cette impasse historiographique a été la découverte des divers liens, complexes entre le village et le monde extérieur. À cette nouvelle attention portée à l’horizon élargi des paysans s’ajoute la conviction, chez plusieurs d’entre nous, que les paysans,étaient non seulement au courant de ce qui se passait en dehors de leurs villages, mais qu’ils ont eu un impact important sur les développements et les mutations de l’époque46. Dans nos sociétés de plus en plus urbaines et urbanisées, l’histoire rurale n’est peut-être pas la clé unique pour comprendre la société de l’Ancien Régime, mais nous ne pouvons plus exclure les paysans de l’analyse des développements politiques et sociaux du xviiie siècle.

Haut de page

Notes

1  Je préfère utiliser l’adjectif « anglo-américain » plutôt que « anglo-saxon », même si plusieurs des auteurs cités dans cet article enseignent en Australie et au Canada.

2  John Markoff, The Abolition of Feudalism. Peasants, Lords and Legislators in the French Revolution, University Park, Pennsylvania, Pennsylvania State University Press, 1996 ; Gilbert Shapiro et John Markoff, Revolutionary Demands. À Content Analysis of the Cahiers de Doléances of 1789, Stanford, Stanford University Press, 1998.

3  George V. Taylor, « Revolutionary and Non revolutionary Content in the Cahiers of 1789 : An Interim Report », French Historical Studies 7, 1972, p. 479-502 ; Roger Chartier, « Cultures, lumières, doléances : les cahiers de 1789 », Revue d’histoire moderne et contemporaine 21, 1981, p. 68-93. Mais voir Philippe Grateau, Les cahiers de doléances : Une relecture culturelle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2001.

4  Je pense surtout à Hilton Root, Peasant and King in Burgundy. Agrarian Foundations of French Absolutism, Los Angeles et Berkeley, University of California Press, 1987.

5  James Lowth Goldsmith, Lordship in France, 1500-1789, New York, Peter Lang, 2005.

6  Ibid.

7  C’est un argument que Goldsmith tire de Jean Nicolas, La rébellion française. Mouvements populaires et conscience sociale, 1661-1789, Paris, Seuil, 2002.

8  Jean Gallet, Seigneurs et paysans en France, 1600-1793, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 1999.

9  Stephen S. Miller, « Lords, Peasants and the State in Eighteenth-Century Languedoc », French Historical Studies 26 : 1 (2003), p. 56-85. L’argument est sensiblement le même dans Stephen S. Miller, « Absolutism and Class at the End of the Old Regime », Journal of Social History 36 : 4 (2003), p. 872-898. Voir également du même auteur, State and Society in Eighteenth-Century Languedoc. À Study of Political Power and Social Revolution in Languedoc, Washington, D.C. , The Catholic University of America Press, 2008.

10  D. M. G. Sutherland, « Peasants, Lords and Leviathan. Winners and Losers from the Abolition of French Feudalism, » Journal of Economic History 62 : 1 (2002), p. 1-24.

11  Albert Soboul, « Survivances “féodales” dans la société rurale du xixe siècle », Annales. Économies, sociétés, civilisations, 23 (6), 1968, p. 965-986.

12  Anthony Crubaugh, Balancing the Scales of Justice. Local Courts and Rural Society in Southwest France, 1750-1800, University Park, Penn., Pennsylvania State University Press, 2001. Voir également son article, « Local Justice and Rural Society in the French Revolution », Journal of Social History 34 : 2 (2000), p. 327-350.

13  C’est une vision des rapports des villageois avec la justice qui doit beaucoup aux publications de Nicole et Yves Castan. Sans faire la liste de toutes leurs publications, on peut citer Yves Castan, Honnêteté et relations sociales en Languedoc (1715-1789), Paris, Plon, 1974 ; Nicole Castan, Justice et répression en Languedoc à l’époque des Lumières, s.l., Flammarion, 1980. Voir également Jean Quéniart, Le grand chapelletout. Violence, normes et comportements dans la Bretagne rurale au xviiie siècle, Rennes, Édition Apogée, 1993 ; et Stephen G. Rheinhardt, Justice in the Sardalais, 1770-1790, Bâton Rouge, Louisianna State University Press, 1991.

14  Zoë Schneider, The King’s Bench. Bailiwick Magistrates and Local Governance in Normandy, 1670-1740, Rochester, N.Y., University of Rochester Press, 2008.

15  Antoine Follain, Le village sous l’ancien régime, Paris, Fayard, 2008.

16  Jeremy Hayhoe, Enlightened Feudalism. Seigneurial Justice and Village Society in Eighteenth-Century Northern Burgundy, Rochester, N.Y., University of Rochester Press, 2008.

17  Surtout Peter Jones, The Peasantry in the French Revolution, Cambridge, Cambridge University Press, 1988.

18  Peter Jones, Liberty and Locality in Revolutionary France. Six Villages Compared, 1760-1820, Cambridge, Cambridge University Press, 2003.

19  Jill Maciak, « Of News and Networks : The Communication of Political Information in the Rural South-West during the French Revolution », French History 15 :3 (2001), p. 273-306.

20  Timothy Tackett, « Collective Panics in the Early French Revolution : A Comparative Perspective », French History 17 (2003), p. 149-171.

21  Jill Maciak Walshaw, « Controlling Public Opinion in the Old Regime : Did the King Care what the Peasants Thought ? », Proceedings of the Western Society for French History 33 (2005), p. 194-210.

22  Peter McPhee, Revolution and Environment in Southern France. Peasants, Lords, and Murder in the Corbières, 1780-1830, Oxford, Oxford University Press, 1999.

23  Florence Gauthier, La voie paysanne dans la Révolution française : l’exemple picard, Paris, 1977 ; Guy Ikni, « Sur les biens communaux pendant la Révolution française », Annales historiques de la Révolution française, 247 (1982), p. 180-185 ; Anatoli Ado, Paysans en Révolution. Terre, pouvoir et jacquerie, 1789-1794, Paris, Société des Études robespierristes, 1996.

24  Peter McPhee, « The Misguided Greed of Peasants ? Popular Attitudes to the Environment in the Revolution of 1789 », French Historical Studies 24 : 2 (2001), p. 247-269. Son échantillon est composé des cahiers des paroisses qui ont été publiés dans la Collection de documents inédits sur l’histoire économique de la Révolution française.

25  Voir Shepard Krech III, The Ecological Indian. Myth and History, New York, W. W. Norton, 2000.

26  La parution de son livre est trop récente pour que je puisse le présenter ici. Voir Noëlle Plack, Common Land, Wine and the French Revolution. Rural Economy and Society in Southern France, c.1789-1820, Aldershot, Ashgate, 2009.

27 Noëlle Plack, « Agrarian Reform and Ecological Change during the Ancien Régime. Land Clearance, Peasants and Viticulture in the Province of Languedoc », French History 19 :2 (2005), p. 189-210.

28  « Agrarian Individualism, Collective Practices and the French Revolution : the Law of 10 June 1791 and the Partition of Common Land in the Department of the Gard », European History Quarterly 35 : 1 (2005), p. 39-62 ; « Drinking the Fruits of Revolution : Common Land Privatisation and the Expansion of Viticulture in Languedoc, c.1789-1820 », European Review of History/Revue européenne d’histoire 13 :2 (2006), p. 175-202.

29  Hamish Graham, « Greedy or Needy ? Forest Administration and Landowners’Attitudes in Southwestern France during the Eighteenth Century », Rural History 16 :1 (2005), p. 1-20.

30  Graham s’intérese également aux procès criminels, mais il propose de manier cette source classique de l’histoire des forêts avec soin. Hamish Graham, « Policing the Forests of Pre-industrial France : Round up the Usual Suspects », European History Quarterly 33 : 2 (2003), p. 157-182.

31  Hamish Graham, « A Time for Every Reason ? The Seasonality of Forest Exploitation and its Political Implications in Eighteenth-Century France », Proceedings of the Western Society for French History 33 (2005), p. 163-179.

32  James Livesey, « Material Culture, Economic Institutions and Peasant Revolution in Languedoc, 1770-1840 », Past and Present 182 (2004), p. 143-174.

33  William M. Reddy, « The Structure of a Cultural Crisis : Thinking about Cloth in France before and after the Revolution », in Arjun Appadurai (dir.), The Social Life of Things : Commodoties in Cultural Perspective, Cambridge, Cambridge University Press, 1986, p. 261-284 ; Leora Auslander, Taste and Power : Furnishing Modern France, Berkeley et Los Angeles, University of California Press, 1996 ; Cissie Fairchilds, « The Production and Marketing of Populuxe Goods in Eighteenth-Century France », in John Brewer et Roy Porter (dir.), Consumption and the World of Goods (Londres : Routledge, 1993), p. 228-248 ; Rebecca Spang, The Invention of the Restaurant : Paris and Modern Gastronomic Culture, Cambridge, Mass., Harvard University Press, 2000.

34  Mais on sait que l’augmentation des rendements était possible sans bouleversement majeur dans les techniques. Philip T. Hoffman, Growth in a Traditional Society : The French Countryside, 1450-1815, Princeton, Princeton University Press, 1996.

35  Sur la question de l’importance économique de l’abolition du privilège, Livesey suit l’argument de Jean-Laurent Rosenthal dans The Fruits of Revolution. Property Rights, Litigation and French Agriculture, Cambridge, Cambridge University Press, 1992.

36  Thomas Brennan, « Peasants and Debt in Eighteenth-Century Champagne », Journal of Interdisciplinary History 37 : 2 (2006), p. 175-200.

37  Il n’est pas pratique de faire une présentation exhaustive de cette littérature, mais deux articles historiographiques sur l’histoire économique « nouvelle » ont été publiés qui incluent des détails sur l’histoire économique rurale. George Grantham, « The French Cliometric Revolution : A Survey of Cliometric Contributions to French Economic History », European Review of Economic History 2:3 (1997), p. 353-405 ; Philip T. Hoffman et Jean-Laurent Rosenthal, « New Work in French Economic History », French Historical Studies 23 (3) : 2000, p. 439-453. Les livres monographiques importants incluent : Philip T. Hoffman, Growth in a Traditional Society : The French Countryside, 1450-1815, Princeton, Princeton University Press, 1996 ; Judith A. Miller, Mastering the Market : The State and the Grain Trade in Northern France, 1700-1860, Cambridge, Cambridge University Press, 1998 ; Liana Vardi, The Land and the Loom : Peasants and Profit in Northern France, 1680-1800, Durham, Duke University Press, 1993 ; Jean-Laurent Rosenthal, The Fruits of Revolution : Property Rights, Litigation and French Agriculture, 1700-1860, Cambridge : Cambridge University Press, 1992.

38  Une analyse récente de l’industrialisation française, par exemple, ne parle presque pas du tout de questions agraires, Jeff Horn, The Path not Taken. French Industrialization in the Age of Revolution, Cambridge, MA, The MIT Press, 2006.

39  Tim J.A. Le Goff et Donald M. G. Sutherland, « What can we Learn from Leases ? A Preliminary View », Histoire & Mesure 15 (3) : 2000, p. 289-320.

40 James B. Collins, « Translations de Domicile : Rethinking Sedentarity and Mobility in the Early Modern French Countryside », French History 20 (2006), p. 387-404 ; David Parker, « Absolutism, Feudalism and property Rights in the France of Louis XIV », Past and Present 179 : 1 (2003), p. 60-96.

41  Howard Brown, Ending the French Revolution : Violence, Justice, and Repression from the Terror to Napoleon, Charlottesville, University of Virginia Press, 2008.

42  Jeffrey Houghtby, « Les biens communaux : Common Land, Property Rights, and Agrarian Modernization in Early Modern Burgundy », Thèse de Ph.D., Emory University, 2006 ; Gregory M. Kennedy, « French Peasants in Two Worlds : A Comparative Study of Rural Experience in Seventeenth- and Eighteenth-Century Acadia and the Loudunais », Thèse de Ph.D., York University, 2008.

43  Dans cette dernière catégorie, il faut inclure Jan de Vries, The Industrious Revolution : Consumer Behavior and the Household Economy, 1650 to the Present, Cambridge, Cambridge University Press, 2008.

44  Eugène Weber, Peasants into Frenchmen. The Modernization of Rural France, 1870-1914,Stanford, Stanford University Press, 1976. La traduction française : La fin des terroirs. La modernisation de la France rurale, 1870-1914, Paris, Fayard, 1983.

45  James Lehning, Peasant and French. Cultural Contact in Rural France During the Nineteenth Century, Cambridge, Cambridge University Press, 1995 ; Caroline Ford, Creating the Nation in Provincial France, Princeton, Princeton University Press, 1993 ; P.M. Jones, Politics and Rural Society : The Southern Massif Central, c.1750-1880, Cambridge, Cambridge University Press, 1985 ; Deborah Reed-Danahay, Education and Identity in Rural France. The Politics of Schooling, Cambridge, Cambridge University Press, 1996 ; Peter Sahlins, Boundaries. The Making of France and Spain in the Pyrenees, Berkeley et Los Angeles, University of California Press, 1989.

46  Wayne Te Brake, Shaping History. Ordinary People in European Politics, 1500-1700, Berkeley et Los Angeles, University of California Press, 1998.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jeremy Hayhoe, « Comment faire sortir les villages de leur immobilité ? », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 109 | 2009, 141-160.

Référence électronique

Jeremy Hayhoe, « Comment faire sortir les villages de leur immobilité ? », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 109 | 2009, mis en ligne le 01 juillet 2012, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1937

Haut de page

Auteur

Jeremy Hayhoe

Professeur à l’Université de Moncton (Canada)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page