Navigation – Plan du site
MÉTIERS
Transmettre l'Histoire

Le jeune Jaurès (1876-1889) et la relance des Œuvres

Gilles Candar
p. 123-126

Entrées d’index

Mots-clés :

Jaurès, œuvres, publication

Géographie :

France

Chronologie :

XIXe siècle
Haut de page

Texte intégral

1Longtemps, Jaurès n’a pas eu de chance avec ses œuvres. Destin peut-être inévitable pour une pensée complexe, jamais close, toujours en devenir et évolutive, une œuvre foisonnante, riche, mais dispersée : articles de journaux, discours de congrès ou à la Chambre…

2Une première tentative de grande ampleur aboutit dans les années 1930 à la publication de neuf volumes chez Rieder. Entreprise utile, qui comprenait surtout des articles de presse, ainsi que la réédition de L’Armée nouvelle, des thèses de philosophie et de quelques classiques, très tournée vers la politique internationale. L’œuvre resta inachevée : son maître d’œuvre, l’universitaire Max Bonnafous, préféra devenir préfet, puis ministre de l’Agriculture du régime de Vichy… Science sans conscience n’est que ruine de l’âme… De toute façon, il faut reconnaître que son travail ne correspondait pas à toutes les exigences de l’édition critique : très peu de notes, introductions à peu près totalement absentes, aucune bibliographie (mais, reconnaissons-le, un précieux index des noms propres cités).

3La Société d’études jaurésiennes fondée à la fin de 1959 par le professeur Labrousse (1895-1988) et animée par Madeleine Rebérioux (1920-2005) devait reprendre le projet. La Société publia un Bulletin (1960), devenu Cahiers trimestriels sous l’impulsion de Vincent Duclert (1995), elle multiplia les rééditions, les colloques, rencontres, conférences, articles et débats. Madeleine Rebérioux prit à bras-le-corps le sujet Jaurès et bouleversa durablement et de fond en comble son approche. Mais, pour diverses raisons, dont les principales sont financières, elle éprouva plus de difficultés à mettre sur pied le grand projet d’édition critique des Œuvres en une vingtaine de volumes qu’elle souhaitait voir aboutir.

4Enfin, une solution fut trouvée et purent paraître en 2000, puis 2001, les quatre premiers volumes d’une édition chez Fayard dont elle assurait la direction et à laquelle elle me demanda de m’associer afin d’en assurer la continuité. Rappelons donc la disponibilité chez tout bon libraire des volumes :

5Philosopher à trente ans (tome 3, les thèses, De la réalité du monde sensible et Des premiers linéaments du socialisme allemand chez Luther, Kant, Fichte et Hegel, et quelques autres textes) édité par Annick Wajngart-Taburet ;

6L’Affaire Dreyfus (tomes 6 et 7, pas seulement les grandes années de l’Affaire, avec les Preuves, mais tous les autres articles et discours de la période 1897-1899) édité par Eric Cahm et Madeleine Rebérioux ;

7Critique littéraire et critique d’art (tome 16, un volume thématique, avec toutes les chroniques du Liseur dans La Dépêche, mais aussi les autres articles et discours, littéraires surtout, ainsi que L’art et le socialisme et quelques articles sur la peinture ou la sculpture) édité par Michel Launay, Camille Grousselas, Françoise Laurent-Prigent.

8L’âge et la disparition de Madeleine Rebérioux, quelques autres difficultés d’ordre divers aussi, ont ralenti le processus de mise au point des volumes et leur impression. Cette période est heureusement terminée aujourd’hui. À donc paru début septembre :

9Les années de jeunesse (tome 1, 1876-1889 : les écrits de jeunesse, le temps des études et des amours, mais aussi de très riches et rares ensembles de correspondance amicale, les premiers articles ou discours politiques d’un jeune professeur républicain, un patriote, au réformisme prudent, laïque et colonial à la fois, député républicain en 1885, qui éprouve la passion généreuse de l’égalité foncière entre tous les fils de la Révolution, clef de bien des évolutions futures) édité par Madeleine Rebérioux et Gilles Candar.

10L’éditeur Fayard et la Société d’études jaurésiennes annoncent en même temps la publication assurée pour 2010 de :

11Le passage au socialisme (tome 2, 1889-1893, la période où Jaurès, redevenu chargé de cours à la Faculté de Toulouse, est maire adjoint à l’Instruction publique dans cette ville, la période des thèses, mais aussi le passage complexe d’un socialisme d’idéal à un socialisme politique, la discussion des grandes questions de la société, de la religion et du monde avec l’édition intégrale pour la première fois du grand manuscrit, Rallumer tous les soleils, au centre de bien des suppositions et des discussions depuis sa découverte partielle en 1959.

12Doivent être publiés en même temps ou aussitôt après :

13La défense républicaine et la participation ministérielle (tome 8, 1899-1902, la période du ministère Waldeck-Rousseau, le choix primordial de la République et de la défense des libertés, les grands affrontements avec Guesde, les débats sur le marxisme et les Études socialistes) édité par Maurice Agulhon et Jean-François Chanet.

14Les dimensions du militant : réalisme et messianisme (tomes 4 et 5, 1893-1895 et 1895-1897, le compagnonnage avec le guesdisme, les grandes rencontres avec les syndicats et les grèves, celle des verriers de Carmaux et la création de la Verrerie Ouvrière d’Albi, le programme agraire du POF aussi et les grands discours sur les paysans, l’ardeur et la combativité révolutionnaire) édité par Alain Boscus.

15L’Armée nouvelle (et autres textes militaires, tome 13) édité par Jean-Jacques Becker.

16L’édition devrait finalement comprendre dix-sept volumes. Sont donc également prévus six autres volumes (tomes 9, 10, 11, 12, 14, 15) pour la période 1902-1914 et un tome thématique (le 17e et ultime) sur Le Pluralisme culturel, un thème qui tenait à cœur à Madeleine Rebérioux. Jean-François Chanet, Vincent Duclert, Rémi Fabre, Marion Fontaine notamment travaillent d’ores et déjà sur ces volumes, dont la parution devrait s’échelonner sur les sept à huit prochaines années. Le tome 18, Tables, textes oubliés et bibliographies, ne correspond plus aux conditions actuelles de la recherche : son contenu sera présenté, et enrichi constamment, sur le site de la Société d’études jaurésiennes, www.jaures.info. Par ailleurs, divers textes non retenus pour cette édition figureront sur le même site ou pourront être publiés par les Cahiers Jaurès dirigés depuis 2008 par Alain Chatriot.

17Cette édition est une édition critique : les textes sont publiés intégralement, présentés et annotés. Une liste de l’ensemble des textes, retenus ou non, de Jaurès est donnée en fin de volume, avec un index, le plus souvent une bibliographie, parfois des notices biographiques, etc.

18Bien entendu, cette édition n’a pas vocation à être exclusive. D’autres projets peuvent exister, la compléter et même la contester au besoin. Dans la première catégorie, outre les diverses anthologies existantes (celle de Jean-Pierre Rioux chez Omnibus, Rallumer tous les soleils, est très fournie), entrent les divers projets impulsés par Privat à Toulouse avec l’appui des historiens de la région, celui du quotidien La Dépêche du Midi et le soutien de la municipalité de Toulouse : notamment la publication intégrale de tous les articles de Jaurès dans La Dépêche, de 1887 à 1914, sous la direction de Rémy Pech. Dans la seconde, sans doute, entre le projet de Jòrdi Blanc d’éditer les Œuvres philosophiques de Jaurès en cinq volumes : deux sont parus (Vent Terral à Valence-d’Albigeois).

19L’édition des Œuvres de Jean Jaurès n’a pas seulement une valeur patrimoniale. D’ailleurs, si tel avait été le cas… beaucoup de choses auraient sans doute été et seraient plus faciles. Jaurès est un homme politique, un penseur, un homme de culture, dont la parole, l’écrit et la réflexion interpellent directement notre temps. Qu’est-ce que la politique ? Comment la faire ? Mais aussi comment penser, écrire, enseigner, travailler, vivre et mourir ? Quelles visions de la société, de la nation, du monde propose Jaurès ? Vastes questions mais qui peuvent aussi se décliner au détail. Quelle Constitution ? Avec une ou deux chambres ? Fondée sur la représentation parlementaire et/ou sur l’intervention populaire ? Et comment concilier les deux alors ? Ou si l’on préfère quelle armée ? Quelle école ? Quelle justice ? Quelle littérature ? Quelles relations entre groupes sociaux ? Quel fonctionnement des associations politiques, culturelles, sportives, religieuses ? Les questions pourraient se multiplier. L’intérêt d’une telle publication est d’insérer à nouveau Jaurès dans le débat contemporain, non pour en faire une nouvelle idole, mais pour dialoguer avec lui. C’est le meilleur de sa formation classique qu’il a sans doute à nous offrir. Pour lui, le socialisme était un peu comme une nouvelle Athènes, sans esclaves et sans discriminations, la réalisation de ses aspirations de jeunesse lorsque jeune étudiant, il rêvait à une vie de travail et de fraternels échanges.

20C’est dire que la publication de ces Œuvres ne se conçoit pas isolément, mais ne prend tout son sens que reliée aux débats, conférences, rencontres qui à Toulouse, Paris, mais aussi Istres, Châteauneuf-lès-Martigues, Aubagne, Tours, Nantes, Rennes, Béziers, Lyon, Clermont-Ferrand, Bellerive-sur-Allier, Lannilis, Sarcelles et dans bien d’autres lieux, en liaison ou non avec la Société d’Études Jaurésiennes, la relient à un lectorat direct ou de seconde main, voire potentiel, mais en tout cas à l’attention critique de la Cité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilles Candar, « Le jeune Jaurès (1876-1889) et la relance des Œuvres », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 109 | 2009, 123-126.

Référence électronique

Gilles Candar, « Le jeune Jaurès (1876-1889) et la relance des Œuvres », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 109 | 2009, mis en ligne le 01 juillet 2012, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1933

Haut de page

Auteur

Gilles Candar

Président de la Société d’Études Jaurésiennes

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page