Navigation – Plan du site
DOSSIER

à propos de Banlieues 89 : entretien avec l’architecte Roland Castro1

Propos recueillis par Pascal Guillot 2
p. 95-97

Entrées d’index

Géographie :

France, Paris

Chronologie :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Roland Castro est l’auteur, entre autres, de Civilisation urbaine ou barbarie, Paris, Plon, 1994, (...)
  • 2  Cet entretien revêt un statut particulier, celui d’une retranscription de propos tenus par l’archi (...)

1Beaucoup font l’impasse sur cet étrange objet qu’est Banlieues 89, mission créée en 1983, échéance fixée symboliquement en référence au bicentenaire de la Révolution française. Ce 16 juin 2009, dans le bureau de son agence de Paris, Roland Castro revient sur cette expérience originale et politiquement subversive, « populaire et anti-technocratique » qui visait à désenclaver, remodeler et animer des villes sans identité.

2Folle d’enthousiasme, la petite équipe de Banlieues 89 est pluridisciplinaire (l’architecte Jean-Paul Fortin, le psychosociologue Michel Herrou, le sociologue M.-F. Goldberger, le philosophe Jean-Paul Dollé), car le mouvement se situe dans l’héritage de la grève de l’École nationale des Beaux-Arts de Paris de 1966. Nous avions la volonté d’être des intellectuels et pas seulement des architectes, étant donné le silence des intellectuels eux-mêmes – à l’exception de quelques-uns comme Henri Lefebvre – sur la question urbaine.

3Au lendemain du 10 mai 1981, j’écris un poème « On s’occupe des banlieues ». Il faut en effet en finir avec les banlieues. On remarque l’absence de réflexion sur la ville ; la pensée de l’urbain est inexistante dans les programmes du Parti socialiste et du Parti communiste. Il existe juste une vague déclaration de François Mitterrand sur « la civilisation urbaine ».

4Avec la complicité d’un directeur de l’Administration centrale, Georges Mercadal, je lève le voile sur le mode de production de l’espace en France qui est lié à la structure verticale de l’administration de ce pays. L’administration est un « enfer », elle divise tout en morceaux ; j’ai un souvenir épouvantable des réunions interministérielles.

5Politiquement, cela s’est compliqué quand la gauche a décliné au niveau électoral après le tournant Mauroy. J’ai voulu voir Mitterrand après six lettres vaines. L’aide de Hubert Védrine a permis de placer la lettre. Je rencontre ainsi Mitterrand en juillet 1983. J’offre avec mon complice [urbaniste] Michel Cantal-Dupart les premières esquisses du Grand Paris avec la ligne des Forts, la fécondation des bords de Seine et tout un travail sur la géographie et le territoire à partir de la périphérie. « Formidable ! » s’exclame Mitterrand. En avril 1986, Mitterrand me nomme délégué à la Rénovation des banlieues, sans budget. Puis les ennuis ont commencé. La gestion atroce de la politique à base d’extrême droite et le refus de donner le droit de vote aux étrangers aux élections locales changent la donne.

6De toute façon, nous avons été dans l’incapacité de mobiliser les médias. Aux premières assises de Banlieues 89 en décembre 1985 à Enghien, nous avions invité deux cent cinquante maires de droite et de gauche autour d’une gigantesque maquette du grand Paris lors d’un banquet multiculturel : c’était la République métissée. Dix ministres étaient présents, mais nous nous trouvions en pleine polémique, sur la venue du Polonais Jaruzelski à Paris, entre Mitterrand et son Premier ministre Laurent Fabius. Or, le médiatique tue la durée. Les médias ont focalisé leur attention sur la rencontre entre Fabius et Mitterrand et n’ont mis l’accent ni sur l’événement ni sur le fond. Les émeutes d’octobre 1990 à Vaulx-en-Velin, c’est ce qui devait arriver. On attend les émeutes, on s’appuie sur l’événement. Du coup, je donne des interviews au Monde.

  • 3  Au cours de ces assises, le président de la République François Mitterrand pose quatre principes : (...)

7Les Assises de Banlieues 89 à Bron, en décembre 19903, ont donné naissance au ministère de la Ville. Michel Delebarre est choisi parmi treize candidats (dont moi-même). Plutôt bon, il fait voter la loi sur la dotation de solidarité urbaine (DSU) et la loi d’orientation sur la ville (LOV) qui proclame le « droit à la ville ». Mais il n’y a pas eu de continuité et j’avais le sentiment d’un certain échec, d’autant que j’avais mal géré mon rôle par rapport à l’élaboration de mon œuvre personnelle. La nomination de Bernard Tapie par le Premier ministre Pierre Bérégovoy en avril 1992 nous a fait claquer la porte.

8Avec la décentralisation, les maires sont devenus des acteurs. Certes, il existait beaucoup de projets médiocres – la moitié d’entre eux –, mais nous n’avons pas voulu exercer le moindre contrôle. Cela n’a certes pas aidé à la pérennisation de l’urbain, mais l’essentiel est d’« avoir semé des graines ». Banlieues 89 a marché dans les villes moyennes – jusqu’à 50 000 habitants – où ne s’exerçait qu’un seul pouvoir politique. Le projet consistait à désenclaver des quartiers, à se débarrasser des quartiers les plus moches. En ce sens, l’Association des maires des villes moyennes, présidée par Jacques Floch, maire PS de Rezé – qui n’a jamais eu un destin national –, a joué un rôle considérable. Cela n’a en revanche pas fonctionné dans les grandes métropoles.

9Le bilan de Banlieues 89 est excellent du point de vue des esprits : ils ont bougé, des lignes ont été déplacées. Le droit à l’urbanité a fait son chemin. Le visible sensible a rejoint le champ de la pensée. Reste que pour réussir le projet de civilisation urbaine, il faut des politiques bâtisseurs ayant une volonté de fer, le mépris du médiatique et des architectes de destin plutôt que de carrière. On peut noter une « étrange parenté » entre Banlieues 89 et les projets de Jean-Louis Borloo, ministre de l’écologie, de l’Énergie, du Développement durable et de la Mer ; j’adhère à l’Agence Nationale de Renouvellement Urbain (ANRU), projet à l’échelle nationale, sorte de guichet unique, même si on y privilégie trop la démolition plutôt que le remodelage. Le Grand Paris est une manière d’en finir avec la banlieue. Entre nous tous, architectes pressentis dans l’élaboration de ce projet, héritiers de Mai 68, il existe une parenté intellectuelle, une certaine émulation.

Haut de page

Notes

1  Roland Castro est l’auteur, entre autres, de Civilisation urbaine ou barbarie, Paris, Plon, 1994, 187 p. et de J’affirme. Mouvement de l’Utopie Concrète, Paris, sens & tonka, 2005, 160 p. Il fait partie des équipes chargées de réfléchir sur l’avenir du Grand Paris. Parmi ses réalisations : remodelage de la barre République à Lorient (1988) ; médiathèque de l’Est parisien rue de Bagnolet (en cours).

2  Cet entretien revêt un statut particulier, celui d’une retranscription de propos tenus par l’architecte dans son atelier au mois de juin 2009, assortie de quelques références à ses écrits.

3  Au cours de ces assises, le président de la République François Mitterrand pose quatre principes : « Concentrer les efforts de l’État sur 400 quartiers ; organiser la diversité urbaine et sociale au sein de chaque quartier ; faire participer les habitants ; enfin, créer de l’emploi […] ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« à propos de Banlieues 89 : entretien avec l’architecte Roland Castro », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 109 | 2009, 95-97.

Référence électronique

« à propos de Banlieues 89 : entretien avec l’architecte Roland Castro », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 109 | 2009, mis en ligne le 01 juillet 2012, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1925

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page