Navigation – Plan du site
DOSSIER

Ombre et lumière sous la ve République: les engagements publics de l’Atelier de Montrouge (1958-1981)

Catherine Blain
p. 55-76

Résumé

Dans l’échiquier complexe de la mise en œuvre des cadres de vie, le rôle dévolu aux architectes est de matérialiser les ambitions abstraites, théoriques ou politiques d’espaces, de villes et de formes construites destinés à répondre aux besoins et aux attentes de la société. En France, une fois passée l’urgence de la reconstruction de l’après-guerre, à laquelle contribuent un certain nombre d’architectes ayant déjà fait leurs preuves, la ve République ouvre une nouvelle ère de réflexion et d’expérimentation en la matière. Une nouvelle génération d’architectes, parmi lesquels ceux de l’Atelier de Montrouge, vont emboîter le pas à cette volonté de changement, en s’impliquant activement dans la sphère des décideurs et dans des structures de débat politique, et en plaçant leur pratique sous une position éthique : la construction d’un environnement démocratique, sur la globalité du territoire. Cet article relate le parcours spécifique de cette équipe d’architectes engagés, de 1958 à 1981, de l’ombre à la lumière, composant avec l’horizon des possibles.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

France

Chronologie :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

1J’ai toujours été séduit par une approche pragmatique des problèmes urbains et d’aménagement du territoire, étant convaincu que les solutions ne pouvaient pas venir de règles normatives appliquées de façon stricte mais d’une collaboration de spécialistes, dont l’architecte, dans des équipes pluridisciplinaires au service des collectivités. À l’Atelier de Montrouge, on avait l’idée d’un intérêt public porté par un certain nombre de gens de conviction, qui croyaient à un engagement collectif des acteurs de la fabrique de l’urbain. Par conséquent, il nous importait de nous impliquer dans les différentes structures publiques de planification, qu’elles relèvent directement de l’État ou qu’il s’agisse de structures régionales ou locales » (Thurnauer 2009).

L’architecture, la ville, le territoire

2Dès la constitution en 1958 de l’Atelier de Montrouge (ATM), ses quatre architectes – Jean Renaudie (1925-1981), Pierre Riboulet (1928-2003), Gérard Thurnauer (1926) et Jean-Louis Véret (1927) – mettent en avant leur volonté de se mobiliser pour la mise en œuvre d’une architecture et d’un urbanisme moderne, de qualité, ancrés dans le temps présent, qui soient le moteur de la transformation sociale. Cette ambition comporte sa part d’utopie, nécessaire, formulée comme un but à atteindre pour leur activité professionnelle. Par conséquent, ils affichent leur désir d’aborder tous les types de programmes, à toutes les échelles et, dans le cadre de leurs commandes, de se frotter au politique, aux problèmes et aux contraintes afin d’élaborer des réponses adéquates.

3En avançant de telles convictions, l’ATM affiche clairement son allégeance à un Le Corbusier pour qui l’architecte doit œuvrer à la mise en œuvre de la nouvelle société moderne, organisée suivant quatre échelles : 1°-la cellule d’habitation (le logis), unité de composition de base ; 2°- l’unité d’habitation, groupement de cellules dans lequel intervient « l’élément de hauteur afin de permettre un urbanisme à trois dimensions » ; 3°- la ville, groupement d’unités dont la croissance harmonieuse doit être prévue ; 4°- la région, groupement de systèmes urbains, « ensemble économique, social et politique » (La Charte d’Athènes, 1943). En même temps, une autre figure motive la position de Montrouge, Michel Ecochard, rencontré au Maroc en 1949. Ce dernier, pour qui urbanisme et architecture sont intimement liés, leur a inculqué l’idée d’une intervention à un moment donné dans un lieu donné, fondée sur une connaissance préalable de la réalité sociale et bâtie. Leur ayant appris à concevoir une architecture s’inspirant des exemples traditionnels, il leur a aussi, et surtout, dicté une ligne de conduite urbanistique à la fois modeste et engagée : « Un plan de ville ne peut être un schéma dessiné dans un idéal et surimposé. C’est impossible pour une ville que l’on ne crée pas, pour une ville qui s’est ancrée dans la réalité. La main du génie humain a peu d’occasion de dessiner dans l’absolu. Le lot commun c’est la réparation, l’extension, l’héritage. Il y a les bidonvilles, les immeubles qui sont là, les bêtises solidement réalisées. On peut dynamiter une laideur. Mais pas une ville. L’art de l’urbaniste est alors autant de s’insérer dans la réalité que de concevoir. Il lui faut trouver la taille de l’armature. Sauter sur une occasion en marche, profiter d’un appui passager. Et perdre du temps à se battre » (Casablanca, le roman d’une ville, 1955).

4Si Le Corbusier et Ecochard sont des maîtres incontestables, l’ATM est également attentif aux débats spécifiquement français, notamment ceux pointés par l’ouvrage phare, Paris et le désert français (1947), les problèmes d’« aménagement du territoire » – un « art nouveau » situé « au confluent de plusieurs sciences », selon Jean-François Gravier, s’appuyant sur une « connaissance [de la] réalité, de ses paysages, de ses rythmes de vie, de ses ressources latentes » et ayant pour but d’établir un « plan national » porté par une politique de décentralisation. En matière d’aménagement, les architectes possèdent déjà une bonne bibliothèque de références, comportant des revues françaises et étrangères mais aussi des ouvrages et manuels comme l’Encyclopédie de l’urbanisme de Robert Auzelle – ensemble de planches documentant des exemples emblématiques nationaux et internationaux, puisés à toutes les époques. Par ailleurs, sans l’avoir suivi, ils connaissent l’essentiel de l’enseignement d’Auzelle, pour qui l’urbanisme est fondé sur une « connaissance aussi exacte que possible de l’homme et de ses besoins multiples » (connaissance à laquelle « concourent une foule de disciplines ») et doit tenir compte de six niveaux de préoccupation : 1. la région (étude géographique, économique et sociale) ; 2. l’agglomération (formation, histoire, structure, démographie, administration) ; 3. le site (topographie, géologie, climatologie) ; 4. le domaine bâti (caractéristiques des immeubles, îlots insalubres, grandes propriétés foncières) ; 5. les services publics et réseaux (voirie, eau, gaz, électricité, égouts, etc.) ; 6. les fonctions de l’agglomération (habitation et organisation de la vie collective, activités, espaces urbains non bâtis, communications) (Technique de l’urbanisme, 1953).

5Sans avoir effectué une formation urbanistique lors de leurs années aux Beaux-Arts, les architectes de Montrouge sont donc équipés intellectuellement pour aborder les problèmes de la ville et du territoire. Et ce d’autant que Riboulet, Thurnauer et Véret appartiennent à la nébuleuse des Congrès internationaux d’architecture moderne (CIAM), qui se préoccupent précisément de ces problèmes. Dès 1952, ils ont approfondi la question en participant, au sein du CIAM-Paris, à une étude de la commune de Boulogne-Billancourt, présentée dans le cadre du CIAM 9 d’Aix-en-Provence (1953). Et ils se sont d’ailleurs familiarisés alors avec la démarche de la sociologie urbaine naissante, par l’intermédiaire d’un de leurs amis proches, Serge Antoine, collaborateur de Paul-Henry Chombart de Lauwe – qui participe entre autres aux enquêtes de Paris et l’agglomération parisienne (1952).

Les avenues de la pratique

  • 1  Sur les logiques de commandes, voir Raymonde Moulin, Gérard Lagneau, Jacques Lautman et al., L’éta (...)

6À l’époque, la majorité des commandes est le lot de quelques grands patrons d’agence, adoubés par le politique, cumulant souvent titres et fonctions : Grand Prix de Rome, Architecte des Bâtiments Civils et Palais Nationaux, membre de l’Institut ou de l’Académie, patron d’atelier aux Beaux-Arts, etc. Comme d’autres, les architectes de l’ATM jugent assez médiocres les projets de ces derniers, surtout motivés par des logiques quantitatives et appliquant les diktats de modèles standardisés ou Beaux-Arts sans se préoccuper de l’échelle du problème posé. Déplorant cette attitude autiste au réel, l’ATM s’interroge sur les moyens de renouveler les approches afin d’engager un « processus général d’humanisation » de l’architecture et de la ville1. C’est en ce sens que l’Atelier oriente dès 1958 sa recherche sur des systèmes de relations entre les choses, entre les niveaux (ou échelles) d’organisation (sociale et construite), entreles différents composants du cadre de vie (espaces libres ou construits, usages, contenant, contenu, matières, couleurs, etc.). Ce questionnement devant être, à l’évidence, au fondement d’une nouvelle approche de l’habitat générant un éventail de structures urbaines et de formes bâties, correspond aux attentes des habitants.

7Évidemment, ces positions enthousiastes ne suffisent pas, loin s’en faut, pour accéder aux missions permettant de mettre en pratique les idées. Pour exister, les architectes de Montrouge doivent donc chercher des failles, des interstices dans les réseaux de commandes.

8Le premier réseau sur lequel ils peuvent compter est celui de Louis Arretche, ancien patron de Riboulet, Thurnauer et Véret aux Beaux-Arts, bien introduit dans les sphères politiques. Urbaniste conseil à Rouen et dans le Var, ce dernier leur confie deux études : le Plan directeur d’urbanisme de Rouen (1959-1962) et le plan d’aménagement du Domaine Volterra, à Cap Camarat (1959-1965). Dans le fil de ces projets, qui engendreront deux importantes filières d’études urbanistiques, Arretche les associera aussi à son action parisienne, les chargeant notamment d’un projet pour la résorption du bidonville des Francs-Moisins à Saint-Denis (1964-1966). Trois commanditaires publics font également confiance aux jeunes architectes. D’abord la SCIC, pour laquelle ils élaborent différents projets de logements (sans réalisations) et qui les implique dans un projet d’hôpital à Nouakchott (1959-1979). Ensuite EDF, pour qui ils réalisent un premier projet à Issy-les-Moulineaux (STI n° 1, 1960-1964), qui marquera le début d’une série d’études et de réalisations sur différents programmes – comme les logements de fonction d’Ivry-sur-Seine (1963-1967), le SITI n° 3 à Orléans-la-Source (1966-1969). Enfin, la commune de Montrouge, lieu d’élection de l’atelier, pour qui ils conçoivent trois projets : une Crèche départementale (1959-1964), un Centre aéré au Domaine de Villelouvette (1960-1968) et un Centre de premier secours contre l’incendie (1960-1968). En dehors de ces missions publiques, l’Atelier a aussi quelques commanditaires privés, issus des milieux culturel, artistique et philanthropique parisien – qui porteront des réalisations telles que le moulin du peintre Messagier (1959-1962), la Galerie d’art Knoedler (1960-1962), la bibliothèque pour enfants de Clamart (1962-1966) et le Home Nathalie (centre pour enfants handicapés, 1965-1981).

9Cette variété de commandes conduit l’Atelier à développer simultanément son expertise en matière d’architecture et d’urbanisme. Outre le fait qu’il souhaitait rapprocher les échelles, sa spécificité est de faire de ce rapprochement un impératif : en effet, quelle que soit l’échelle de la commande, il en révise les termes afin d’élargir le champ du questionnement, de l’architecture au territoire et inversement. Convaincu, du reste, que l’essence même de la démarche relève d’une « mise en harmonie des choses et des espaces, que ce soit à l’échelle d’un bâtiment, que ce soit à l’échelle d’un quartier, que ce soit à une échelle plus vaste »(Riboulet 2002).

Les hommes de l’ombre

10Jusqu’à 1965, date de livraison de leurs premiers projets phares, les architectes sont un peu des « hommes de l’ombre » – inconnus du grand public mais tentant pourtant, autant que faire se peut, d’orienter la position des maîtres d’ouvrage, des politiques, des structures administratives. Car ils ont « la conviction que dans ces structures, une dimension de la vision de l’urbain [est] sous-représentée et que, par un engagement au sein de ces dernières, en apportant des idées pour convaincre sans imposer, ils [peuvent] infléchir sur les recommandations ou les perspectives ouvertes » (Thurnauer2009). Ainsi, dès 1959, au sein des services d’urbanisme de Rouen, ils militent pour un approfondissement des enquêtes afin que le Plan Directeur ne soit pas un schéma abstrait mais un réel outil d’amélioration de la condition urbaine. De même, dans le Var, ils plaident auprès des administrations contre le mitage ou le bétonnage des côtes et pour un urbanisme et une architecture respectueux des paysages et de l’environnement.

  • 2  Sur les lignes directrices de la DATAR, voir Olivier Guichard, Aménager la France. Inventaire de l (...)

11En 1963, ils trouvent des partisans de ces idées au sein de la Délégation à l’aménagement du territoire et à l’action régionale nouvellement créée (DATAR, placée sous la direction d’Olivier Guichard), dont leur ami Serge Antoine est un des piliers. Engageant de front le combat contre l’urbanisation diffuse du territoire2, la DATAR est à l’origine de différentes études d’aménagement ainsi que du premier colloque sur l’environnement tenu en France (à Lurs-en-Provence en 1966). L’ATM sera un compagnon de route de cette structure et de son combat sur le thème de l’environnement – terme qui concerne d’abord essentiellement les espaces naturels (1966) mais qui englobe bientôt les espaces construits (1967) avant de désigner enfin, sous l’influence de nouveaux mouvements écologiques, l’ensemble du cadre de vie (1968). En soulevant de manière tacite le problème de la manière dont est produit ce cadre de vie, de ses formes et surtout de ses finalités, ce combat pour une qualité de l’environnement a nécessairement une dimension politique, dont chacun est bien conscient.

  • 3  Cercle d’études architecturales, Liste des membres, s.d. (vers 1965) [IFA/CAPA, fonds JLV].
  • 4  Ce Comité, sous la houlette de Jean Dubuisson (président), Georges-Henri Rivière et Jean Prouvé (v (...)
  • 5  Parmi ces conférences à Jean Bady, « Développements sociaux et historiques et cadre construit » (2 (...)

12Une structure de débat politique à laquelle participent d’ailleurs les architectes de l’ATM, avec Jérôme Monod et Serge Antoine (DATAR), est le Cercle d’études architecturales (CEA, fondé en 1951 par Auguste Perret, avec l’aide du MRU). Dans les années 1960, le Cercle compte parmi ses membres des acteurs influents tels que Eugène Claudius-Petit (ancien ministre), François Bloch-Lainé et Paul Leroy (directeurs de la Caisse des dépôts et de la SCIC), Georges Combet (Directeur général de GDF), les architectes Louis Arretche, Marcel Lods et Raymond Lopez, André Wogensky, Bernard Zehrfuss, et des universitaires comme André Chastel et Michel Foucault3. Chaque année, le CEA décerne un Grand Prix : l’ATM l’obtient en 1965, à la suite de Michel Ecochard (1964), de pair avec deux autres ateliers collectifs (l’AUA et les Bordelais Salier-Courtois-Lajus-Sadirac). Ce prix, qui suscite aussitôt des publications, les conduit à s’investir au sein du Cercle : en effet, dès l’assemblée générale d’octobre 1965, Jean-Louis Véret est élu au Comité de Direction4. À partir de ce moment, Véret participera donc à l’organisation de réunions politiques ayant pour objectif de discuter des grands problèmes de l’heure (avec entre autres Edgar Pisani, Paul Delouvrier et Max Querrien), et à celle d’un cycle de débats et conférences : les « lundis du CEA », où sont invités des gens d’horizons disciplinaires variés (historiens, écrivains, psychiatres, industriels, etc.) afin d’enrichir le questionnement sur l’architecture, la ville, le territoire et l’environnement5.

  • 6  Région de Haute-Normandie/OREAM Basse-Seine, L’avenir de la Basse-Seine, Rouen, février 1967 [IFA/ (...)

13Si l’adhésion au CEA est le premier engagement public des architectes, une première mission officielle – qui s’inscrit dans la continuité de leurs projets rouennais – ouvre la voie à une action au sein même de la sphère politique, auprès des décideurs : la nomination en décembre 1965 de Gérard Thurnauer à la mission d’études de l’OREAM Basse-Seine, en qualité d’architecte-urbaniste. Dès 1966, ce dernier participera donc, sur une base régulière, aux travaux de sa mission d’études, constituée d’ingénieurs des Ponts (Jean-Paul Lacaze, directeur, et Serge Goldberg), de membres détachés de l’IAURP (l’économiste Alain Sallez, le polytechnicien Jacques Michel et l’architecte-urbaniste Bertrand Warnier), de géographes (François Gay) et de sociologues (Gérard Héliot) ; dans ce contexte pluridisciplinaire, il sera aussi amené à côtoyer de près les membres de la DATAR, de la SCET et du BETURE, sans oublier les politiques (comme Pierre Chaussade, Préfet des régions Haute-Normandie et Seine-Maritime). Visant à dresser le Schéma d’aménagement de la Basse-Seine (de Paris au Havre), les études de la mission Basse-Seine conduisent à proposer la création d’une ville nouvelle entre Paris et Rouen, dans la région de Poses-Tournedos. Thurnauer est, à l’évidence, le grand défenseur de ce projet, qui lui apparaît comme une rare opportunité : celle de réaliser, ex-nihilo, un « modèle d’urbanisation original, complémentaire de Paris mais profondément enraciné dans la terre normande », susceptible d’offrir « une alternative au mode de vie urbain6 ». À l’époque, Edgar Pisani, ministre de l’équipement (créé le 9 janvier 1966), lui demande de faire partie de son cabinet afin de l’aider à redéfinir les objectifs et les missions du ministère. Thurnauer participe donc à différentes réunions avec, entre autres, Serge Antoine et Joseph Belmont ; mais il refuse bientôt l’offre de Pisani, préférant conserver son implication sur le terrain, à la Basse-Seine, afin de mener à bien le projet de ville nouvelle – bientôt dénommée Le Vaudreuil.

  • 7  ATM, Réflexions sur le mode d’intervention de l’Atelier d’architecture dans une opération de ville (...)

14Car de ce projet, en ce début d’année 1967, encore faut-il sonder la faisabilité, cerner les contours. C’est en ce sens que la mission Basse-Seine fait appel à l’équipe élargie de l’ATM comme « cellule de recherche » extérieure (avril 1967). Afin de définir les « stratégies de développement » de la ville nouvelle, l’Atelier s’engage alors à conduire « toutes les recherches préliminaires où se retrouvent dialectiquement les problèmes de programme, les problèmes techniques inhérents au site et les problèmes de parti d’urbanisation, sans oublier une réflexion sur la méthode7 ». Ce premier contrat, qui donne lieu à un rapport en avril 1968, marque le début d’une étroite collaboration de l’ATM aux études de la ville nouvelle, jusqu’en 1978 (par le biais de contrats successifs). Pour sa part, Gérard Thurnauer conduit le projet jusqu’en 1981, au sein de l’Atelier mais aussi en sa qualité d’architecte-urbaniste à la mission Basse-Seine puis à la Mission d’études de la ville nouvelle du Vaudreuil (MEVNV, créée le 24 octobre 1968) et enfin à l’Établissement public du Vaudreuil (EPV, institué le 15 juin 1972).

Sous le soleil de 1968

  • 8  Voir Viviane Claude, Faire la ville…, op. cit., en particulier le chapitre 4 : « Les urbanistes ve(...)

15Dans ces années, l’État aménageur, en raison de la multiplication de ses chantiers et de ses services (d’étude et de réalisation, dans les régions, les départements et les grandes villes), manque cruellement d’agents pour assumer et, par conséquent, fait fréquemment appel à des professionnels extérieurs8. Ainsi, la nomination de Thurnauer à la Mission Basse-Seine n’est pas une incohérence. Néanmoins, dans une équipe de quatre associés égaux, qui se partagent depuis le début la responsabilité des différents dossiers, cette fonction officielle engendre un certain déséquilibre, particulièrement lorsqu’il s’agit de développer l’étude du Vaudreuil.

  • 9  Jean Renaudie, Pierre Riboulet, Gérard Thurnauer, Jean-Louis Véret architectes, Le Vaudreuil ville (...)
  • 10  Idem.

16En fait, les divergences de vue ne relèvent pas de positions philosophiques puisque certaines idées font consensus. Tout d’abord, d’un point de vue politique : « La ville moderne doit exprimer notre société contemporaine, montrer et donner une culture urbaine. La vie urbaine est multiple, c’est une des valeurs fondamentales de la ville. La culture est dans la vie quotidienne et non seulement au musée, à la bibliothèque ou au centre culturel. Dans la ville qui est porteuse d’une signification et où la multitude de relations est favorisée par son architecture, l’homme peut satisfaire son développement personnel. La signification de la ville nouvelle doit être une culture nouvelle qui introduit la création dans chaque chose9. Ensuite, d’un point de vue structurel : « Une nouvelle définition de l’architecture doit permettre d’ouvrir la recherche vers la ville qui convient à la vie nouvelle des habitants. Dans cette définition, l’architecture est la matérialisation de la structure complexe sur laquelle s’organisent les relations humaines. […]. L’Architecture est la forme physique qui enveloppe la vie des hommes dans toute la complexité de leurs relations avec leur milieu. […] Nous pouvons affirmer qu’architecture et urbanisme sont une seule et même chose. Mieux, que l’urbanisme doit être architecture. Celle-ci ne peut être, dans la signification que nous lui donnons, le fait des seuls architectes mais le résultat du travail de création de l’unité composée de l’ensemble des disciplines qui se préoccupent de la vie des hommes10 ».

17Le véritable problème, soulevé dans le cadre de cette étude, est d’identifier comment réaliser ce projet. Car « il est apparu assez vite à l’équipe que l’on ne pouvait pas penser changer la forme même de l’urbanisation dominante telle qu’on la connaissait sans faire un travail énorme sur la méthode d’étude et de réalisation de la ville – donc, sans poser des problèmes de moyens. L’idée relativement simple était : Est-ce que le fait de faire autrement la ville n’était pas une garantie de pouvoir faire que la ville soit autre ? […] Ce problème de l’adéquation des moyens aux produits finis nous paraissait une chose tout à fait fondamentale. Tout cela, c’était aller relativement à contre-courant de ce qui se passait de manière générale comme process (comme le diraient les Anglo-Saxons) du développement et d’urbanisation du territoire et que, de ce point de vue-là, c’était un défi » (Thurnauer 1995).

  • 11  Idem.
  • 12  À ce colloque, dont le débat porte sur l’enseignement de l’architecture, de l’urbanisme, de la soc (...)

18Un tout autre problème, d’un autre ordre, auquel sont forcément confrontés les architectes (c’est une des attentes de leur contrat), est de dessiner cette ville. Hostiles aux images de plans masse et aux dessins futuristes (qui foisonnent à l’époque sur les pages des revues), ils apportent une solution provisoire à ce problème par le biais de schémas abstraits, exprimant des principes de structure urbaine et tentant « d’évoquer différents moyens de prendre possession d’un espace, petit ou grand11 ». C’est au fil de ce processus que naissent des tensions internes, attisées par des discussions passionnées et complexes sur l’utopie et la ville et sur le rôle de l’architecte comme acteur de la transformation sociale. L’ATM, qui a plutôt des idées de gauche, n’a jamais affiché d’allégeance politique ; néanmoins Renaudie est membre de longue date du Parti communiste. Suite à la présentation du premier rapport du Vaudreuil (avril), les événements de Mai 1968 amplifient les désaccords idéologiques. Alors que Thurnauer assiste au colloque « Sociologie et urbanisme » organisé à Royaumont par le ministère de la Construction (1er-3 mai 1968)12, il est décidé de fermer l’Atelier pour l’été afin de réfléchir à l’avenir. Jean Renaudie se retirera de l’aventure pour faire cavalier seul, dans d’autres univers. Recréant à trois une nouvelle structure associative Riboulet, Véret et Thurnauer conserveront l’Atelier, s’autorisant néanmoins, à partir de ce moment, à exister davantage nominativement, en s’investissant encore davantage au sein de structures extérieures.

Le temps des engagements

  • 13  EM68, « Pour la construction d’un environnement démocratique », 1969 [IFA/CAPA, fonds ATM].
  • 14  Herbert Marcuse, L’homme unidimensionnel. Essai sur l’idéologie de la société industrielle avancée(...)

19Pour Riboulet et Véret, les événements de Mai 68 suscitent la création, avec d’autres gens du milieu (dont la sociologue Anne Hublin), d’une association militante, le groupe Environnement M68, dont l’objectif est la « construction démocratique de l’environnement par la transformation des processus de son élaboration », cet environnement englobant « tout ce qui entoure l’individu, son cadre de vie : l’objet usuel, l’habitation, le lieu de travail, les moyens de déplacement, la ville, le territoire aménagé13 ». Dès sa création, EM68 marque son appartenance à un combat, typique de Mai, articulé autour de deux thèmes : condamnation du mode de production capitaliste de l’architecture et de l’aliénation des habitants d’une part, lutte pour l’avènement d’une véritable démocratie socialiste donnant aux hommes le « droit à l’habitat » (compris dans le « droit à la ville » d’Henri Lefebvre). Actif jusqu’en 1972 et militant pour une ville ouverte et évolutive, œuvre collective, création consciente de ses habitants – des hommes du « plus grand nombre », en situation, conscients et responsables, « tridimensionnels » comme l’écrit Herbert Marcuse14 –, EM68 conduit différentes actions publiques, dont une exposition dénonçant, entre autres, la mainmise des politiques sur la ville, les bidonvilles ainsi que les formes fermées et stéréotypées des grands ensembles.

  • 15  Le Collectif de rédaction du premier numéro (novembre 1970) réunit Bernard Archer, Manuel Castells (...)
  • 16  Pierre Riboulet, « L’architecture, création collective », Espaces et sociétés, n° 2, mars 1971.

20En dehors de cette ligne d’action commune, Riboulet et Véret confortent leurs investissements personnels. Se rapprochant du milieu universitaire, le premier participe en 1970 à la création de la revue Espaces et sociétés ; revue critique internationale de l’aménagement de l’architecture et de l’urbanisation,avec Henri Lefebvre et Anatole Kopp et d’autres15. C’est sur les pages de cette revue qu’il affiche clairement ses positions les plus radicales – posant par exemple, dans le numéro 2, la problématique urbanistique : « Comment les masses peuvent-elles, à l’aide du combat politique contre la classe économique et culturellement dominante, reconstituer leur propre culture, c’est-à-dire, pour ce qui nous concerne, reconstituer leur espace, habiter leur espace, un espace adapté au développement actuel des forces productives ? Telle est bien la question à laquelle il faut réfléchir, et nous sommes loin alors de ces spéculations purement technocratiques qui nous font miroiter une création collective sur ordinateurs sans se soucier de savoir entre quelles mains sont les ordinateurs16. » L’adhésion à cette revue marque le début de l’engagement de Riboulet à l’université Paris VIII. Rapidement appelé à y enseigner (sur les questions urbaines), il y suit une formation en sociologie : d’abord une licence puis, sous la direction de Nicos Poulantzas, une maîtrise (Espace et classes sociales : une enquête populaire sur les conditions de logement dans la banlieue parisienne, 1975) et un doctorat d’État ès Lettres et Sciences humaines (Architecture et classes sociales en France, 1979).

  • 17  ATM, « Quelques idées pour Paris », 27 mars 1968 [IFA/CAPA, fonds JLV].
  • 18  ATM, « Réflexions sur la possibilité d’intervention du ministère des Affaires culturelles dans le (...)
  • 19  Jean-Louis Véret, « Note sur le rapport du 12 juin 1969 de M. René Paira » (sur la réforme de l’ar (...)

21De son côté, Véret poursuit son action au CEA où, dès 1968 avec l’ATM, il prend position sur des sujets d’actualité comme le SDAU de la région parisienne – militant pour une « action coordinatrice » et une « doctrine d’ensemble, synthétique » qui ne s’arrêtent pas aux frontières du District17 – et le thème « Architecture-Recherche-Industrie » – prônant la création de groupes pluridisciplinaires d’étude ayant pour objectif de favoriser l’expérimentation dans le domaine de l’habitat et d’encourager à la « qualité de production des éléments industrialisés entrant dans la composition architecturale18 ». Cette même année, il est en outre nommé par André Malraux dans le corps des architectes des Bâtiments Civils et Palais Nationaux, dans le but explicite de contribuer à rénover cette structure de l’intérieur. Chargé de différents dossiers, il y suit de près le débat sur la réforme de l’architecture – où il soutient l’idée d’une réforme de l’enseignement dans l’esprit de centres de recherches fondamentales et appliquées, celles d’un décloisonnement des disciplines liées à l’urbain, de la création d’un secteur public d’étude et de réalisation pluridisciplinaire, de la décentralisation des pouvoirs de décision et d’une simplification de la réglementation19. En 1969, il intègre par ailleurs, avec Pierre Riboulet, le Groupe de travail interministériel pour les équipements intégrés. Institué par le Premier ministre Jacques Chaban-Delmas, associant les ministères de la Culture, de l’Éducation, de la Jeunesse et des Sports, placé sous la direction du pédagogue Jean Ader, il a pour mission d’étudier et de promouvoir des opérations expérimentales d’équipements intégrés (ensembles polyvalents : enseignement, culture, sport, services sociaux, etc.).

  • 20  Créé le 22 juillet 1966 et placé sous la direction de Michel Lachaize (DATAR), le GIABP regroupe d (...)
  • 21  Cf. les notes du groupe Prospective, « Réunion du 14 juin 1968 » et « Compte rendu de la réunion d (...)
  • 22  Placé sous le patronage du ministère des Affaires culturelles (Direction de l’Architecture) et aya (...)

22Pour Thurnauer, le rattachement hâtif aux structures de l’État, qui conforte son « penchant à s’intéresser davantage aux conditions de production qu’à la production elle-même » (2009), est une évidence qu’il ne remet jamais en cause. Ainsi, dès le mois de mars 1968, à la demande de la DATAR, il intègre le Groupe Interministériel d’Aménagement du Bassin parisien20. Jusqu’en juillet 1969, en dehors de son action au Vaudreuil, il contribue donc aux travaux du groupe « Prospective », où il défend particulièrement les idées de décentralisation et de décloisonnement, de transparence et de dialogue et, surtout, celle d’instaurer dans la région parisienne une structure consultative démocratique permettant une participation accrue des acteurs locaux dans le processus de planification du territoire (élus, syndicats, habitants)21. En 1970, cette mission se prolonge au sein de deux groupes de réflexion mis en place pour la préparation du VIe Plan dont les thèmes l’intéressent de près : l’intergroupe « Loisirs » et la commission « Enseignement artistique création-diffusion ». Thurnauer fait aussi partie de la nébuleuse d’acteurs intéressés à la qualité architecturale et à la mise en œuvre d’opérations expérimentales, issues, entre autres, de la recherche sur l’industrialisation de la construction. En 1971, il collabore aux travaux du groupe « Technologies » du Plan Construction (créé le 19 mai 1971, sous la direction de Paul Delouvrier et Robert Lion), participe au colloque sur l’industrialisation tenu à Yerres (2-4 juin 1971, avec Riboulet et Véret), et intègre le Conseil de la Fondation pour le développement culturel – structure placée auprès du ministre des Affaires culturelles chargée, à l’instar du Plan Construction, de s’interroger sur les conditions d’introduction de la qualité architecturale dans la production du logement (où l’on retrouve, entre autres, Paul Delouvrier)22. À partir de 1972, il s’allie au destin du nouveau Ministère de l’environnement et à son questionnement sur la « qualité » de la ville et des cadres de vie, pour lequel il est nommé expert au sein de différentes structures : Haut Comité de l’Environnement (avril 1972, ce qui le conduit à la première Conférence des Nations Unies sur l’environnement, tenue Stockholm en juin 1972), Haut Conseil de l’Audiovisuel (1973), intergroupe « Environnement » (1979).

Le jeu des possibles

  • 23  Au sein de leur bibliothèque, on trouve entre autres L’espace social de la ville : problèmes de so (...)
  • 24  ATM (avec la collaboration de René Porte)/UPA4 (Côte aquitaine), Tourisme social, rapport de missi (...)
  • 25  Gérard Thurnauer, « Une réalité d’aujourd’hui qui ne peut cacher l’aventure de ses origines », Étu (...)

23La première époque de l’ATM était portée par la volonté de redéfinir, dans le cadre de ses commandes, les fondements de l’architecture et de l’urbanisme. Après 1968, du fait des remises en cause de Mai 68 mais aussi et surtout de leur participation à différentes structures pluridisciplinaires – et, par extension, du contact avec de nouvelles idées23 –, la démarche va en quelque sorte s’inverser. Au lieu d’être le support d’un questionnement de l’ombre, les projets sont désormais le lieu d’expérimentation concrète des nouvelles idées. D’une part, celle d’un nécessaire dialogue entre l’homme et son environnement, naturel ou construit puisque, pour eux, il n’existe pas « d’espace pur » mais « une multiplicité d’espaces qui n’ont d’existence que sociale24 ». D’autre part, l’idée d’une architecture et d’une ville « combinatoires, complexes et variées, où se retrouvent toutes les valeurs de la ville traditionnelle dans des formes différentes, et par extension celle d’une approche de l’urbain par le concept d’un « germe de ville » où le tissu urbain « se développe par une sorte de mécanisme de développement interne » qui donne « un sens à l’organisation de l’espace25 » – ce qui, à l’évidence, implique « une idée politique forte : l’intégration du temps et des habitants dans le développement de la ville » (Thurnauer 2009). Enfin, l’idée d’une production de qualité, étant entendu que « la beauté, elle, n’est pas un privilège d’une classe » et doit être « une des toutes premières préoccupations du travail des architectes et des urbanistes » (Riboulet 2002).

  • 26  Pierre Riboulet, « Notes sur la création des villes par leurs habitants ou le droit à l’architectu (...)

24La ville nouvelle du Vaudreuil est le lieu par excellence d’expérimentation de ces idées. Lorsque l’étude reprend à l’automne 1968 (l’ATM intégrant alors la mission), l’architecture devient langage ; et ce sont les rudiments de ce langage, qui permettra la création de la ville par ses habitants, que vise à définir et mettre en œuvre l’équipe. « Je propose d’appeler architecture tout le cadre de vie crée par les hommes. […] Si l’on veut se placer dans cette hypothèse, […] l’architecture devient langage et toute ville exprimée par ce langage prend une signification autre. C’est ainsi que nous avons une vision synthétique de la ville, que nous voyons apparaître la notion de continuité qui s’applique aussi bien aux fonctions, aux volumes, aux déplacements dans l’espace, au temps, etc. C’est ainsi que la continuité engendre à son tour le mélange, la combinaison, l’imbrication des fonctions, des volumes, des déplacements […]. C’est à l’intérieur de ce langage que nous pourrons trouver la solution aux problèmes de la ville qui seront des solutions d’architecture26. »

25En dehors du projet du Vaudreuil, omniprésent durant toute sa seconde période d’activité à trois (1968-1981), l’ATM réalise un certain nombre de projets et d’études d’envergure qui contribuent directement au débat sur les problématiques de l’heure, comme l’aménagement des loisirs, la création de nouveaux quartiers (Zones d’Aménagement Concerté), les équipements intégrés et l’industrialisation de la construction – et en particulier l’industrialisation ouverte, légère, modulable et adaptable dans le temps, vue comme l’outil essentiel de la participation des habitants. Ainsi, la filière environnementale trouve des terrains d’approfondissement lors de missions d’étude telles que Porquerolles (1979-1970), la Côté aquitaine (1971-1973) et la Foux d’Allos (1969-1977), qui abordent de front le problème de protéger les espaces naturels tout en démocratisant les loisirs. L’expérimentation de cadre de vie de qualité se poursuit également, par des études et projets d’habitation comme le quartier du Parc à Saint-Quentin-en-Yvelines (1975-1980), d’équipement culturel telle l’université populaire de l’Est parisien (La Villette, 1976-1977) et d’ensembles d’équipements intégrés, expérimentés en ville nouvelle : le CEC Les Heures Claires à Istres (1970-1977) et l’Arche-Guédon à Marne-la-Vallée (1973-1983). Enfin, en marge de ces filières d’expérimentation, l’ATM approfondit également ses thèmes de recherche formelle dans des réalisations telles que le Centre administratif EDF d’Issy-les-Moulineaux (1968-1976), le Centre de formation EDF-GDF aux Mureaux (1972-1980) et le Foyer de jeunes filles de la rue de Tolbiac (1969-1972), de même que son questionnement sur la réhabilitation de la ville constituée, avec des projets comme le Centre d’études catalanes (1972-1978) et l’étude du parvis de la cathédrale à Reims (1973-1975).

Pour un environnement démocratique

26Bien que conduite en pleine lumière, en directe prise avec les structures politiques, l’activité de l’ATM est souvent, plus qu’auparavant, source de désillusions. Car, d’une part, l’implication dans la sphère publique met à l’épreuve son idée d’un intérêt public porté par des acteurs éclairés : « La fréquentation de ces différentes instances et des personnalités souvent très intéressantes qui les constituaient, la plupart du temps issues de milieux favorisés, m’a permis de mesurer assez vite le degré d’inculture qui régnait au sein de ces structures : à savoir que leur sensibilité par rapport à la qualité de l’environnement, que celui-ci soit paysager ou urbain, n’existait pratiquement pas ; de même qu’il y avait une méconnaissance, ne serait-ce qu’historique, de l’architecture (la culture française est essentiellement littéraire). D’où une certaine difficulté à se comprendre, faute d’un bagage commun. Et aussi ma conviction qu’il fallait se battre dans ce domaine pour faire avancer les choses » (Thurnauer 2009). D’autre part, la perte d’une bonne partie de la naïveté des premiers temps conduit à mieux mesurer le poids des engagements : « On était à la fois amené à faire un travail et, en même temps, constamment, on avait le regard critique sur ce travail – ce qui est difficile. […] Plus on approfondit, plus on doute. Et la création architecturale, c’est un métier, je dirais, où il ne faut pas trop douter, quand même, parce qu’il faut faire : il y a une nécessité de faire, […] d’arriver à un résultat concret, de construire une chose dans laquelle, ensuite, les gens vont habiter. C’est quelque chose d’extrêmement lourd, d’important, parce que, constamment, vous vous interrogez sur la légitimité que vous avez à faire cela : Pourquoi cela et pas autre chose ? […] D’où cette difficulté de faire une architecture qui soit légitime » (Riboulet 1996).

27En somme, entre 1968 et 1981, les convictions de l’Atelier – comme auparavant, bien que différemment – sont constamment mises à l’épreuve par l’inévitable décalage entre théorie et pratique, entre l’horizon des possibles et les réalités de la mise en œuvre. Néanmoins, par leur action, les architectes contribuent à éclairer ce que constitue une position éthique en architecture et en urbanisme – et par extension le projet politique d’une société démocratique. Car « qu’on le veuille ou non », souligne Riboulet, « on est toujours dans le politique, dans toute espèce de pratique, mais spécialement dans celle de l’architecture, qui manipule des choses lourdes, qui manipule des choses durables, qui manipule des façons de façonner les êtres vivants pendant des décennies à venir ». Et c’est dans « le rapport entre deux sphères, dans la façon dont elles se chevauchent, que gît le politique », les sphères de la nécessité et de l’autonomie. « J’entends par nécessité tout ce qui, effectivement, est imposé en quelque sorte par la façon de vivre en commun, par les règlements que l’on se donne et qu’une démocratie bien construite se donne à elle-même pour pouvoir vivre dans des rapports harmonieux : il y a donc un certain nombre de lois nécessaires qui contraignent. Et puis l’autonomie, c’est au contraire la libre expression des êtres individuels. […] La ville et l’architecture sont assez emblématiques de cette dualité. Dans la ville, il y a un certain nombre de nécessités qui touchent à l’espace public. Il y a toute une partie de la nécessité qui est en quelque sorte constitutive de la ville, de l’organisation urbaine et, à côté de ça, il devrait y avoir toute une partie d’autonomie, c’est-à-dire la façon dont chacun (ou par petits groupes) puisse s’exprimer – et là on rejoint le projet utopique – par leur construction, par la façon dont ils s’installent dans l’espace et dont ils vivent cet espace en tenant compte des règles communes, qui sont admises par tous mais qui leur permettent de s’exprimer » (Riboulet 2002).

28Thurnauer n’exprime pas autre chose en défendant l’idée d’un État qui « apprenne à gérer des différences et non à imposer des règles uniformisantes », et en s’interrogeant en ce sens sur une question pragmatique : celle de la gestion foncière. « J’ai été rapidement convaincu que les règles touchant à la propriété et à l’usage des sols sont déterminantes pour l’organisation de l’espace. Et ce n’est pas parce que j’avais lu Marx dans le texte mais par l’observation des combats que Michel Ecochard menait, à Casablanca, à l’encontre des grands propriétaires fonciers. Dans l’utopie d’une organisation contrôlée d’un usage des espaces plus juste, et au bénéfice du grand nombre, le contrôle du capitalisme – qui se pose dramatiquement aujourd’hui – va de pair avec le contrôle d’un de ses leviers, qui est le contrôle du foncier. Il faudrait trouver les moyens d’un juste équilibre entre la possession collective et privée des sols et leur appropriation. Car on retrouve là l’essence même de ce qui fait l’organisation sociale. C’est aux groupes sociaux, dans leur occupation des territoires dont ils sont directement les gestionnaires, à l’échelon régional, de trouver la spécificité des règles qui établissent cet équilibre. » Ajoutant par ailleurs que, dans l’optique d’une juste organisation du territoire, « il faut également qu’il existe un équilibre politique entre la sphère des décideurs (élus, professionnels, techniciens) et celle des habitants (par leurs pouvoirs d’expression et leurs modes de représentation) » (Thurnauer 2009).

29À la lumière de cette approche, s’il y a une image à retenir de l’ATM, au-delà de ses réalisations emblématiques, c’est son perpétuel combat, dans l’ombre ou la lumière, pour faire avancer les choses dans le sens d’un environnement démocratique, fondé sur une architecture et un urbanisme légitimes, instaurant des rapports harmonieux entre nécessité et autonomie ou, autrement dit, un juste équilibre entre les sphères collective et privée. Un combat intemporel, pour peu que l’on adhère à cette idée politique. « Mais ne nous faisons pas d’illusions : ceci ne deviendra possible que par un immense travail dans le champ culturel qui rendra tout son sens à ce que l’on appelle aujourd’hui, trop facilement, la participation » (Thurnauer 2009).

Paroles des architectes

30– Riboulet 1996 : Entretien avec Catherine Blain, 30 décembre 1996.

31– Riboulet 2002 : « éthique et architecture. Conversation entre Pierre Riboulet et Michel Huet », organisée par Catherine Blain à l’ÉNSA de Versailles, 4 novembre 2002.

32– Thurnauer 1995 : « Le Vaudreuil, un défi manqué », conférence à la Société Française des Architectes (SFA), 8 mars 1995.

33– Thurnauer 2009 : Entretien avec Catherine Blain, août 2009.

Bibliographie

Sur l’ATM et ses projets :

34– Catherine Blain, L’Atelier de Montrouge. La modernité à l’œuvre (1958-1981), Arles, Actes Sud-Cité de l’architecture et du patrimoine, 2008 - catalogue de l’exposition (20 mars-11 mai 2008), avec les contributions de Joseph Abram, Xavier Douroux, Serge Moscovici, Danièle Voldman et Dominique Delaunay.

35– Gérard Thurnauer, Geneviève Patte, Catherine Blain, Lecture-Architecture. La bibliothèque pour enfants de Clamart, Paris, Gallimard, 2006 [prix du livre d’architecture 2006]

36– Catherine Blain, René Borruey, « Le centre éducatif et culturel Les Heures Claires d’Istres : un éclat d’utopie dans la région marseillaise », Histoire urbaine, n° 20 « Villes nouvelles et grands ensembles II », décembre 2007, p. 101-124.

37– Catherine Blain, « Référence. Atelier de Montrouge. Les tours EDF d’Ivry (1963-1967). Un prototype d’habitat urbain », AMC n° 137, octobre 2003, p. 80-85.

38– Catherine Blain, « L’habitat en projet : réponses de l’Atelier de Montrouge (1959-1965) », EAV, la revue de l’École d’architecture de Versailles, n° 5, janvier 2000, p. 28-39.

39– Catherine Blain, L’Atelier de Montrouge (1958-1981) ; prolégomènes à une autre modernité, thèse de Doctorat en Urbanisme et Aménagement, sous la dir. de Jean-Louis Cohen, Université Paris VIII, décembre 2001, 2 vol. (texte et catalogue raisonné). [Diffusion VRD, photocopies ou CDRom].

Sur le Vaudreuil :

40– Catherine Blain, « Le Vaudreuil : contribution théorique à une manière de penser et de produire l’habitat », dans Bruno Fayolle-Lussac, Rémi Papillault (dir.), Le Team 10 et le logement collectif à grande échelle en Europe. Un retour critique des pratiques vers la théorie, Pessac, Maison des Sciences de l’Homme de l’Aquitaine, 2008, p. 145-176.

41– Gérard Thurnauer, « Une réalité d’aujourd’hui qui ne peut cacher l’aventure de ses origines », Études normandes n° 2, 2004, p. 45-50.

42– Catherine Blain, « Val de Reuil, ville pilote pour l’environnement », Études normandes n° 2, 2004, p. 64-77.

43– Catherine Blain, « L’Atelier de Montrouge et le Vaudreuil », Ethnologie française n° 1, janvier-mars 2003 « La mémoire des villes nouvelles », p. 41-50.

Sur les CIAM :

44– Catherine Blain, « Du droit à l’habitat au droit à la ville. L’héritage CIAM de l’Atelier de Montrouge » et « Gérard Thurnauer et le groupe CIAM-Paris » [entretien avec C. Blain] dans Jean-Lucien Bonillo, Claude Massu, Daniel Pinson (dir.), La modernité critique. Autour du CIAM 9 d’Aix-en-Provence, Marseille, Imbernon, 2006, p. 218-231 et p. 273-284.

45– Catherine Blain, « L’apparition du Team Ten en France », Les Cahiers de la recherche architecturale et urbaine, n° 15-16 « Savant, populaire », Paris, Ed. du patrimoine, 2004, p. 209-230.

Annexes

1. ATM. Bibliothèque pour enfants «La Joie par les livres», Clamart (1962-66). Vue de la salle du conte [fonds ATM/ DAF/CAPA].

2. ATM. Le Vaudreuil : Propositions d’organisation urbaine (1968-72). Dessins d’Annette Tison (1972) publiés in Les Cahiers de l’IAURP, n°30, « Le Vaudreuil, une méthode d’études et de réalisation », février 1973, p. 17-18.

3. ATM. Côte aquitaine : plan d’urbanisme du secteur « UPA4 Cap-Ferret » (1970-72) [fonds ATM/DAF/CAPA].

Haut de page

Notes

1  Sur les logiques de commandes, voir Raymonde Moulin, Gérard Lagneau, Jacques Lautman et al., L’état et les architectes ; essai d’analyse sociologique des systèmes de choix, Paris, Centre d’ethnologie française, 1970, et surtout le récent ouvrage de Viviane Claude, Faire la ville. Les métiers de l’urbanisme au xxe siècle, Marseille, Parenthèses, 2006. Sur la critique de la production, voir notamment le débat « Où en est l’architecture française ? » (entre Zehrfuss, Dubuisson, Balladur, Candilis et Véret), L’Oeil n° 75, mars 1961, p. 38-47. Sur les aspirations à « humaniser » la démarche, voir entre autres les débats du CIAM 8 (1951).

2  Sur les lignes directrices de la DATAR, voir Olivier Guichard, Aménager la France. Inventaire de l’avenir, Paris, Laffont-Gonthier, 1965.

3  Cercle d’études architecturales, Liste des membres, s.d. (vers 1965) [IFA/CAPA, fonds JLV].

4  Ce Comité, sous la houlette de Jean Dubuisson (président), Georges-Henri Rivière et Jean Prouvé (vice-présidents) et Jean Willerval (secrétaire général), est constitué d’une douzaine de membres – dont Jean Balladur, Adrien Courtois, Guillaume Gillet, Ionel Schein (architectes) et Jacques Michel (critique d’Art au Monde). Véret assume les fonctions de trésorier puis de secrétaire général adjoint (jusqu’en juin 1968).

5  Parmi ces conférences à Jean Bady, « Développements sociaux et historiques et cadre construit » (24 oct. 1966) ; Serge Antoine, « L’aménagement du territoire en France : coordination, impulsion » (7 nov. 1966) ; Michel Foucault, « Les espaces autres » (4 mars 1967) ; Dr. Racamier (psychiatre), « L’espace architectural vu par un psychiatre » (17 mai 1967) [IFA/CAPA, fonds JLV].

6  Région de Haute-Normandie/OREAM Basse-Seine, L’avenir de la Basse-Seine, Rouen, février 1967 [IFA/CAPA, archives ATM].

7  ATM, Réflexions sur le mode d’intervention de l’Atelier d’architecture dans une opération de ville nouvelle, n.d. (12 avril 1967) [IFA/CAPA, archives ATM].

8  Voir Viviane Claude, Faire la ville…, op. cit., en particulier le chapitre 4 : « Les urbanistes ve République : agences, bureaux d’études et centres de recherches ».

9  Jean Renaudie, Pierre Riboulet, Gérard Thurnauer, Jean-Louis Véret architectes, Le Vaudreuil ville nouvelle ; premières recherches, Montrouge, avril 1968 [IFA/CAPA, fonds ATM].

10  Idem.

11  Idem.

12  À ce colloque, dont le débat porte sur l’enseignement de l’architecture, de l’urbanisme, de la sociologie urbaine, assistent entre autres Robert Auzelle, Françoise Choay, Paul-Henry Chombart de Lauwe, Eugène Claudius-Petit, Marcel Lods, Henri Lefebvre, Henri Raymond et Jean-Pierre Worms. Voir Jean-Paul Trystram, Sociologie et urbanisme, compte-rendu du colloque de Royaumont, Paris, Épi, 1970.

13  EM68, « Pour la construction d’un environnement démocratique », 1969 [IFA/CAPA, fonds ATM].

14  Herbert Marcuse, L’homme unidimensionnel. Essai sur l’idéologie de la société industrielle avancée, Paris, éditions de Minuit, 1968 [One-dimensional man..., Boston, 1964].

15  Le Collectif de rédaction du premier numéro (novembre 1970) réunit Bernard Archer, Manuel Castells, Michel Coquery, Jean-Louis Destantau, Colette Durand, Serge Jonas, Bernard Kayser, Anatole Kopp, Raymond Ledrut(rédacteur en chef), Henri Lefebvre, Alain Médan (secrétaire de rédaction), Jean Pontreau, Henri Provisor et Pierre Riboulet.

16  Pierre Riboulet, « L’architecture, création collective », Espaces et sociétés, n° 2, mars 1971.

17  ATM, « Quelques idées pour Paris », 27 mars 1968 [IFA/CAPA, fonds JLV].

18  ATM, « Réflexions sur la possibilité d’intervention du ministère des Affaires culturelles dans le domaine Architecture-Recherche-Industrie », janvier 1968 [IFA/CAPA, fonds JLV].

19  Jean-Louis Véret, « Note sur le rapport du 12 juin 1969 de M. René Paira » (sur la réforme de l’architecture), octobre 1969 [IFA/CAPA, fonds JLV].

20  Créé le 22 juillet 1966 et placé sous la direction de Michel Lachaize (DATAR), le GIABP regroupe des représentants de l’IAURP, du District de la Région parisienne, des Comités Expansion et de différents OREAM ou structures d’urbanisme des régions concernées par l’aménagement de l’Île-de-France (Basse-Seine, Oise-Aisne, Loire moyenne, etc.). Il comporte différents groupes de travail pluridisciplinaires : Enseignement supérieur, Migrations, Observatoire économique de la couronne parisienne, Aéroport de Paris, Agriculture et Prospective. Au sein du groupe Prospective (sous la direction de Michel Piquard, administrateur civil au ministère des Finances) figurent entre autres Pierre Poinsignon (sous-préfet de la région Haute-Normandie), Jean-Eudes Roullier (inspecteur des finances, conseiller technique au Cabinet du MEL), Michel Carmona (chargé de mission au cabinet du ministre de l’Intérieur), Jacques Michel (directeur des études à l’IAURP), René Loubert (ingénieur, directeur de l’OREAM Nord), Pierre Mazzolini (ingénieur, APUR), Yves Meau (ingénieur, Service régional de l’Équipement de la région parisienne), Claude Cornuau (sociologue), André Fischer (géographe, OREAM Oise et Aisne) [IFA/CAPA, fonds ATM].

21  Cf. les notes du groupe Prospective, « Réunion du 14 juin 1968 » et « Compte rendu de la réunion du groupe Prospective » (17 juin 1968) [162ifa1556/1]. Pour cette structure démocratique sont citées en exemple la Standing Conference on London Regional (créée 1962) et la Regional Economic Council d’Ipswich (regroupant des représentants des universités, syndicats, collectivités locales et associations patronales) [IFA/CAPA, fonds ATM].

22  Placé sous le patronage du ministère des Affaires culturelles (Direction de l’Architecture) et ayant l’appui du Conseil de l’Europe et de la Fondation Ford, le colloque de Yerres est organisé conjointement par la Fondation pour le développement culturel et la Fondation Royaumont. Sa direction est confiée à Jacques Bardet et Paul Chemetov. La rencontre réunit un grand nombre d’experts français et étrangers, dont Jean Prouvé, Henri-Pierre Maillard (Directeur du Centre Recherche d’Architectures Modulaires), Maurice Silvy et Bernard Hamburger (Directeur de l’Atelier de Recherche et d’Études d’Aménagement) ainsi que Nicolaas J. Habraken (SAR, Pays-Bas).

23  Au sein de leur bibliothèque, on trouve entre autres L’espace social de la ville : problèmes de sociologie appliquée à l’aménagement urbain (Ledrut, Raymond 1968), Espace et loisirs dans la société française d’hier et de demain (Dumazedier, Imbert 1967), La région… pour quoi faire ? (Pisani 1969), L’architecture, création collective (Belmont 1970), Modèles en urbanisme : étude critique (Zeitoun 1971).

24  ATM (avec la collaboration de René Porte)/UPA4 (Côte aquitaine), Tourisme social, rapport de mission (3 vol.), juillet 1973 [IFA/CAPA, fonds ATM].

25  Gérard Thurnauer, « Une réalité d’aujourd’hui qui ne peut cacher l’aventure de ses origines », Études normandes, n° 2, 2004, p. 49.

26  Pierre Riboulet, « Notes sur la création des villes par leurs habitants ou le droit à l’architecture », octobre 1968 ; également publié dans le rapport ATM, Recherches pour la ville nouvelle du Vaudreuil, 1972 [IFA/CAPA, fonds ATM].

Haut de page

Table des illustrations

Légende 1. ATM. Bibliothèque pour enfants «La Joie par les livres», Clamart (1962-66). Vue de la salle du conte [fonds ATM/ DAF/CAPA].
URL http://chrhc.revues.org/docannexe/image/1917/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 916k
Légende 2. ATM. Le Vaudreuil : Propositions d’organisation urbaine (1968-72). Dessins d’Annette Tison (1972) publiés in Les Cahiers de l’IAURP, n°30, « Le Vaudreuil, une méthode d’études et de réalisation », février 1973, p. 17-18.
URL http://chrhc.revues.org/docannexe/image/1917/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Légende 3. ATM. Côte aquitaine : plan d’urbanisme du secteur « UPA4 Cap-Ferret » (1970-72) [fonds ATM/DAF/CAPA].
URL http://chrhc.revues.org/docannexe/image/1917/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Blain, « Ombre et lumière sous la ve République: les engagements publics de l’Atelier de Montrouge (1958-1981) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 109 | 2009, 55-76.

Référence électronique

Catherine Blain, « Ombre et lumière sous la ve République: les engagements publics de l’Atelier de Montrouge (1958-1981) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 109 | 2009, mis en ligne le 01 juillet 2012, consulté le 30 mars 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1917

Haut de page

Auteur

Catherine Blain

Architecte, chercheur à l’École nationale supérieure d’architecture de Versailles

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page