Navigation – Plan du site
DOSSIER

Introduction

Architecture et politique au xxe siècle
Pascal Guillot
p. 11-14

Texte intégral

  • 1  Notons que deux auteurs de ce dossier participent à l’une des dix équipes pluridisciplinaires enga (...)
  • 2  Voir sur cette question notamment les travaux de Catherine Bernié-Boissard et de Thierry Paquot, C (...)
  • 3  Voir le travail du sociologue Didier Lapeyronnie, Ghetto urbain, Paris, Robert Laffont, 2008.
  • 4  Voir les travaux de Jacques Donzelot. On se réfère notamment ici à son point de vue exprimé dans l (...)

1Depuis le lancement de la consultation architecturale sur le Grand Paris, les enjeux de la ville occupent davantage de place sur la scène médiatique et intellectuelle1. La question urbaine est la question sociale du xxie siècle. Or, le « droit à la ville », cher à Henri Lefebvre, se heurte à de nombreuses contradictions qui opposent « centre » et « périphérie » dans le monde comme à l’intérieur de nos pays ou même de nos maisons, contradictions qui s’approfondissent avec le temps. On cherche dans les « centres » à se retrouver entre gens du même monde, gated communities ou conjunctos cerrados regroupant les habitants en fonction de critères socio-économiques exclusifs (les revenus, la couleur de peau, l’appartenance religieuse…). Le besoin de sécurité motive la recherche de l’entre-soi2. Peu à peu se construisent des « ghettos urbains3 », lieux d’enfermement subi et aussi mode de protection vis-à-vis d’une société qui exclut ses habitants. Désenclaver certains quartiers ne suffit pas à résoudre la question urbaine, il faut s’occuper des gens autant que des lieux : il faut combler le déficit de citoyenneté politique, économique et sociale4. Mais les discours rétrogrades sur la ville occupent aussi le devant de la scène médiatique. Ainsi, on jette l’anathème sur les grands ensembles sans s’interroger ni sur le contexte de gestation de ces constructions ni sur l’accès du plus grand nombre à l’espace, à la lumière et au confort moderne tandis que l’on encense l’habitat individuel, l’étalement urbain et des réhabilitations misérabilistes réduites au pastiche architectural. Aussi, le relativisme ambiant nous conduit à placer sur le même plan les réalisations élégantes et novatrices de Le Corbusier et du Mouvement moderne et les habitations stéréotypées et insignifiantes de gros promoteurs immobiliers qui méprisent l’architecte.

  • 5  « Le logement social en région parisienne », dossier coordonné par Pascal Guillot, avec les contri (...)
  • 6  Cette relation de défiance s’exprime encore dans une actualité récente. Le paysagiste Gilles Cléme (...)

2Trois ans après leur dossier consacré au « Logement social en région parisienne au xxe siècle5 », les Cahiers d’Histoire. Revue d’histoire critique s’attellent de nouveau à l’histoire de l’urbain. Qu’entendre par ce titre « Architecture et politique » ? L’architecte, c’est celui qui construit, le maître d’œuvre, parfois à l’échelle d’un quartier ou d’une ville, et donc souvent aussi l’urbaniste. Le politique, c’est celui qui détient le pouvoir, le maître d’ouvrage, et qui fait des choix, entre autres, de lancer un concours architectural ou de sélectionner lui-même celui auquel il confie un programme. Le lien entre les deux mots, c’est aussi l’engagement des architectes dans la société, leur positionnement politique, et aussi leur relation de connivence avec le commanditaire en raison même de choix politiques partagés. Cependant, en raison d’un contexte politique et social particulier, cette relation de confiance peut devenir conflictuelle, voire éclater en conflit au grand jour6. L’architecte poursuit pourtant son chemin. En rendant intelligibles les rapports entre les architectes et les maîtres d’ouvrage, nous portons notre regard sur des expériences urbaines originales voulues par les pouvoirs publics à différentes échelles, sur trois continents (Afrique, Europe et Amérique du Sud) dans la seconde partie du xxe siècle. Les architectes et urbanistes entretiennent-ils un rapport privilégié au politique ? Les hommes politiques ont-ils une sensibilité particulière aux questions de l’urbanité ? Une volonté politique suffit-elle à faire émerger une autre conception de la ville ? À quels obstacles les architectes sont-ils confrontés dans le cadre d’une commande publique ? Enfin, comment fréquenter le pouvoir sans être courtisan et garder son esprit critique ?

  • 7  Patrick Bouchain dans« Les architectes et l’engagement. Rencontre avec Patrick Bouchain », entreti (...)

3« Faire un chantier, c’est passer à l’acte : c’est emmener tout le monde dans l’acte, mettre les gens en mouvement » affirme l’architecte Patrick Bouchain7. Dans un chantier, il semble difficile de s’affranchir de la norme, souvent technicienne, comptable et corporatiste. Or, l’architecture est un important facteur de lien social et le constructeur a une responsabilité sociale autant qu’esthétique. Discuter d’un nouveau quartier ou d’un équipement relève d’un vrai enjeu politique, mais la décision démocratique ne doit pas relever du petit carré des riverains : il y a besoin d’une vraie attitude du politique, d’une vraie délégation d’une personne en responsabilité.

  • 8  André Morizet, « Des cités-jardins, enfin ! », L’Humanité, 11 juin 1922. Morizet, dans son ouvrage (...)

4Comment vient la commande architecturale ? En général de quelqu’un qui est un râleur, un mécontent, qui s’inspire d’un modèle qu’il a vu ailleurs. Dans un pays marqué par un déficit de culture urbaine, il convient de songer à ces voyages d’études d’édiles novateurs dès les années 1920 en France, particulièrement d’édiles de la banlieue parisienne. Ainsi, André Morizet et Henri Sellier, respectivement maires de gauche de Boulogne-sur-Seine et de Suresnes, effectuent régulièrement des voyages qualifiés d’« édilitaires » qui « permettent d’examiner les réalisations tentées par le voisin, de s’instruire de ses expériences8 ». Ainsi, c’est grâce à un voyage à Bruxelles, plus exactement dans l’une des communes qui la composent – Schaerbeek –, que Morizet imagine les plans du futur hôtel de ville de Boulogne, dont la réalisation est confiée en 1934 à Tony Garnier. Ainsi, le Royaume-Uni inspire la création de cités-jardins, la Suisse celle des sanatoriums et préventoriums, les écoles et les bureaux d’hygiène prennent la Belgique pour modèle tandis que la Hollande se veut un exemple en matière de construction de piscines.

5Nous avons fait appel pour ce dossier à des penseurs, des chercheurs de l’urbain, pas nécessairement historiens. Cela peut parfois dérouter, mais la question urbaine se prête au croisement des disciplines et des regards d’autant que les temporalités et les espaces sont très différenciés. Ce dont témoignent les différentes expériences relatées dans ce dossier, c’est le respect de l’humain et l’attention portée au collectif.

6À travers les exemples de l’Atelier de Montrouge et de René Gailhoustet à Ivry – étudiés respectivement par Catherine Blain et Bénédicte Chaljub – se dessine l’effort de toute une génération pour le renouvellement des typologies comme instrument du changement social. Malgré la réalité d’un marché du logement qui colle au plus près de la demande solvable, des architectes militants, à partir d’une lecture critique de la Charte d’Athènes, avancent des propositions drastiques et ambitieuses (séparation des circulations, pilotis, généralisation du principe du duplex ou du semi-duplex et des coursives, terrasses de pleine terre, décloisonnement des espaces, luminosité valorisée…).

7Avec Banlieues 89 s’élabore une expérience urbaine qui vise à désenclaver, remodeler et animer des villes sans identité. À travers le cas de Hassan Fathy en Égypte, étudié ici par Thierry Paquot, se dessine une dynamique populaire et démocratique, celle de l’auto-construction et du système coopératif dont la réception aujourd’hui pose la question d’une architecture pour le peuple.

8Mais chacune de ces expériences n’a vu le jour que grâce au volontarisme politique d’un État, d’une collectivité locale ou d’une population qui ont voulu transgresser la norme et changer la ville. Parfois, des figures intellectuelles d’exception ont permis l’émergence de projets malgré des réticences politiques de départ. Ainsi, la personnalité de Raymonde Laluque, militante du Parti communiste et directrice de l’OPHLM d’Ivry-sur-Seine à partir de 1965, joue un rôle déterminant dans la politique urbaine sociale et audacieuse de cette commune.

9À Brasilia, une autre échelle se dessine : celle de la capitale d’un nouveau Brésil en voie de développement. Le communiste Oscar Niemeyer ne peut pas mettre son engagement politique et social de côté, et pourtant, il parvient à dissocier son œuvre du contexte politique brésilien et la configuration spatiale de la ville traduit elle-même ces contradictions politiques.

  • 9  Henri Lefebvre, Le droit à la ville, I, Société et urbanisme, Éditions Anthropos, Paris, 1968, p.  (...)

10« Le droit à la ville se manifeste comme forme supérieure des droits : droit à la liberté, à l’individualisation dans la socialisation, à l’habitat et à l’habiter. Le droit à l’œuvre (à l’activité participante) et le droit à l’appropriation (bien distinct du droit à la propriété) s’impliquent dans le droit à la ville9 » écrit Henri Lefebvre. Vaste programme ! Cela serait en tout cas une ville qui concilie bien vivre et croissance urbaine, diversité typologique et variété des formes ; une ville habitable et désirable, attentive aux liens entre densité et satisfaction résidentielle des habitants ; une ville qui élabore un rapport entre espace libéré et espace construit, respectueuse et consciente de l’environnement, des besoins sociaux et de l’esprit du temps. Précisément, une ville libre et humaine serait un monde qui n’entretiendrait pas le désir compulsif et chronique de s’échapper, de fuir… La ville, comme laboratoire et paradigme de la modernité, sera-t-elle aussi le lieu à venir d’une re-politisation de la pensée et de la critique sociale ? Sera-t-elle aussi le territoire de la responsabilité de l’architecte ?

Haut de page

Notes

1  Notons que deux auteurs de ce dossier participent à l’une des dix équipes pluridisciplinaires engagées dans la consultation internationale pour l’avenir du Paris métropolitain : Roland Castro dans l’équipe Castro Denissof Casi et Catherine Blain dans l’équipe de l’AUC (Djamel Klouche).

2  Voir sur cette question notamment les travaux de Catherine Bernié-Boissard et de Thierry Paquot, Catherine Bernié-Boissard, Des mots qui font la ville, Paris, La Dispute, 2008, p. 76 et suiv., et Thierry Paquot, Ghettos de riches. Les enclaves résidentielles, Paris, Perrin, 2009.

3  Voir le travail du sociologue Didier Lapeyronnie, Ghetto urbain, Paris, Robert Laffont, 2008.

4  Voir les travaux de Jacques Donzelot. On se réfère notamment ici à son point de vue exprimé dans les pages « Débats Horizons » du Monde et à sa conférence « Vers une citoyenneté urbaine… ? » publiée par Rue d’Ulm. [Jacques Donzelot, « Pour casser les ghettos, il faut s’occuper des gens autant que des lieux. Améliorer les transports ne suffit pas pour désenclaver les banlieues », Le Monde, 9 mai 2009, p. 17, et « Vers une citoyenneté urbaine ? La ville et l’égalité des chances », conférence-débat de l’Association Emmaüs, Paris, Éditions Rue d’Ulm, 2009, 67 p.]

5  « Le logement social en région parisienne », dossier coordonné par Pascal Guillot, avec les contributions de Jacques Girault, Pascal Guillot, Catherine Dupuy, Fathia Lounici et Aurélie Cardin, Cahiers d’Histoire. Revue d’histoire critique, n° 98, janvier-mars 2006.

6  Cette relation de défiance s’exprime encore dans une actualité récente. Le paysagiste Gilles Clément, au lendemain de l’élection de Nicolas Sarkozy à la présidence de la République en mai 2007, déclare publiquement vouloir annuler « la totalité des engagements pris auprès des services publics et privés sur le territoire français, à l’exception des instances officielles ou non officielles où, de façon avérée, s’établit la résistance ».

7  Patrick Bouchain dans« Les architectes et l’engagement. Rencontre avec Patrick Bouchain », entretien avec Bernard Marrey, Criticat, n° 2, septembre 2008, p. 85.

8  André Morizet, « Des cités-jardins, enfin ! », L’Humanité, 11 juin 1922. Morizet, dans son ouvrage, Du Vieux Paris au Paris moderne, écrit à propos de ces voyages : « Au cours de voyages édilitaires qu’on critique à tort – ne sont-ils pas la plus profitable école pour les conseillers municipaux ? –, les représentants de Paris avaient pu se rendre compte de la supériorité des villes anglo-saxonnes, suisses et scandinaves sur les nôtres », Du Vieux Paris au Paris moderne, Paris, Hachette, 1932, 2e partie, chap. 2, p. 354.

9  Henri Lefebvre, Le droit à la ville, I, Société et urbanisme, Éditions Anthropos, Paris, 1968, p. 154.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pascal Guillot, « Introduction », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 109 | 2009, 11-14.

Référence électronique

Pascal Guillot, « Introduction », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 109 | 2009, mis en ligne le 01 juillet 2012, consulté le 30 mars 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1906

Haut de page

Auteur

Pascal Guillot

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page