Navigation – Plan du site
MÉTIERS
Transmettre l'Histoire

Quinze ans d’activités en faveur des archives de la gauche égyptienne : entretien avec les animateurs du Comité des archives de l’histoire du mouvement communiste en Égypte (jusqu’en 1965)

 (Lagna tawthîq tarîkh al haraka al chuyu’ia al misrya hatta 1965)
Didier Monciaud
p. 127-138

Entrées d’index

Mots-clés :

archives, communisme, gauche

Géographie :

Égypte

Chronologie :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Didier Monciaud, “Un travail de mémoire de la gauche égyptienne : entretien avec Ramsès Labîb, coo (...)

1Il y a sept ans, un entretien avec le coordinateur du comité des archives de l’histoire du mouvement communiste égyptien (lagna tawthîq tarîkh al haraka al chuyu’ya hatta 1965), était publié dans les Cahiers d’histoire-Revue d’histoire critique1. Il s’agissait de faire connaître cette singulière et courageuse initiative centrée sur la question de la collecte des archives de la gauche en Égypte. Aujourd’hui, au regard du développement significatif de ses activités, notamment en termes de production de témoignages et d’archives, il est apparu important de poursuivre le dialogue avec les animateurs de ce projet et d’examiner à nouveau son travail. Ramsès Labîb, le premier coordinateur du projet, qui avait été notre interlocuteur, est hélas décédé, mais l’activité se poursuit.

  • 2  “Les gauches en Égypte XIXe-XXe siècle” dossier coordonné par Didier Monciaud dans Cahiers d’histo (...)

2Dans le prolongement du travail du numéro 105-106 des Cahiers d’histoire consacré aux Gauches en Égypte2, nous avons rencontré deux des animateurs du comité au Centre d’Études Arabes et Africaines (markaz al buhûth al ‘arabeya wa al ifriqya, CEAA) : le coordinateur, Sa’d Al-Tawîl, vétéran de la gauche, actif depuis le milieu des années 1940, et Hanân Ramadân, chercheuse au CEAA, qui travaille, entre autres, sur les projets du comité. La rencontre s’est faite en présence du directeur du centre, Helmy Cha’araoui, chercheur en sciences sociales et spécialiste de l’Afrique contemporaine, qui est intervenu à la fin de l’entretien.

  • 3  Par exemple, Didier Monciaud, “ Commémoration et production d’un héritage de la gauche égyptienne  (...)

3Le Comité des archives du mouvement communiste égyptien est accueilli dans les locaux du Centre, et un partenariat existe entre les deux structures. Les activités du comité s’inscrivent dans l’impressionnant travail de mémoire de la gauche égyptienne qui s’est développé depuis une quinzaine d’années environ dans un contexte difficile marqué par de sérieuses difficultés, tant politiques qu’économiques et sociales. Cette activité prend des formes variées, associant collecte, publication et travail de commémoration3.

4L’entretien a été réalisé au Caire, au siège du Centre d’Études Arabes et Africaines situé dans le quartier de Guizah, le mercredi 22 juillet 2009. Le contenu de cet échange a été relu et approuvé par les animateurs du comité.

Aux origines d’une initiative

5Question : Pouvez-vous présenter le comité, son origine, ses objectifs ?

6Sa’d al Tawîl : Le but du comité est de rassembler différentes archives de la gauche en Egypte et de favoriser leur publication et leur diffusion. Cela concerne différents types de documents. Le comité se concentrait au départ principalement sur ce que l’on appelle en Egypte le « second mouvement », qui va des années 1930 au milieu des années 1960, à 1965 exactement, année de l’autodissolution des deux branches du parti communiste égyptien. Par ailleurs, le comité s’est aussi beaucoup intéressé à la question des témoignages autobiographiques. Il a ainsi favorisé la production et la collecte de témoignages d’acteurs de différentes origines sociales, générations et sensibilités du mouvement communiste. Nous avons rassemblé un nombre important de témoignages et publié sept volumes à ce jour.

7Hanân Ramadân : C’est la dimension spécifique du comité et ce fut le but de sa fondation, la recherche, la préservation et la diffusion d’archives. De quelque nature qu’elles soient.

8Sa’d al Tawîl : Pour le choix de la date de 1965, outre la dimension historique, cela correspond aussi à une nécessité juridique. Quand le comité s’est formé en 1995, l’avocat et figure de la gauche Ahmed Nabîl al Hilâlî a établi qu’un délai de trente années existait par rapport aux événements évoqués : il n’y avait donc aucun problème légal à entreprendre ce travail historique jusqu’à 1965. Un contrat a été établi avec le bureau de cet avocat, formalisant un lien legal. C’est le cabinet de cet avocat qui héberge du point de vue juridique le Comité. Une coopération scientifique s’est alors mise en place avec le Markaz al Buhûth. La fondation officielle a eu lieu le dix-sept mai 1995.

9Hanân Ramadân : Au départ, le projet semblait devoir être de courte durée. Mon propre contrat quand je rejoignis le comité était d’une seule année ! Aujourd’hui, cela fait quinze ans que nous agissons.

  • 4  Le docteur ‘Asem al Dessouqî est l’auteur de nombreux travaux réputés, notamment en histoire socia (...)

10Les membres fondateurs étaient au départ des vétérans et quelques chercheurs. Les vétérans étaient : Ahmed Nabîl al Hilâlî, Isma’îl ‘Abdel Hakam, Ramses Labîb, Kâled Hamza, Da’oud ‘Azîz, Sa’d al Tawîl, Sayed Nada, Choukri ‘Âzer, Taha Sa’d’Uthmân, Abdel Khâleq alk Chehawi, Fatma Zaki, FathAllah Mahrous, Fakhri Labîb, Fawzy Habâchî, Moubârak ‘Abdu Fadl, Mohammad Al Guindi, Mohammad Fakhri, Mahmoud Amîn al ‘Alem, Nagâtî ‘Abdel Maguid . Les chercheurs Bechir al Sibâ’î, Salâh al Amrousi, ‘Amed Abu Ghâzi, Mustafa Gamâl al Imâm, Mahmoud Medhat et moi-même. Le docteur ‘Asem al Dessouqî, universitaire et historien réputé, professeur à l’université de Helwân, s’impliqua également de manière suivie dans le comité4. Helmy Cha’arawi, directeur du centre, participa aussi aux activités.

11Un aspect essentiel qu’il faut souligner est la dimension collective et bénévole du travail. Les membres participent tous sur cette base.

12Question : En ce qui concerne le financement, comment cela se passe-t-il ?

13Sa’d al Tawîl : Nous bénéficions des dons mensuels des membres. Il nous arrive aussi de solliciter les contributions financières de sympathisants et de connaissances. Nous nous adressons à des amis, des camarades, d’anciens militants, des proches.

Différentes activités

14Question : Pouvez-vous nous dire quelques mots sur votre fonctionnement ?

15Sa’d al Tawîl : Le comité se réunit de façon quasi mensuelle. On a environ une dizaine de réunion par an. À l’époque du jeûne du mois de Ramadan, on est amené à réduire notre activité mais elle est de façon globale très régulière.

16Hanân Ramadân : À ce jour, on a fait plus de 143 réunions sur une quinzaine d’années. Au départ, trois comités distincts avaient été créés. L’un pour les archives à proprement parler, un autre pour les témoignages autobiographiques et un dernier pour les questions de financement. En fait, assez rapidement, les trois comités ont fusionné et les réunions du Comité aborde l’ensemble des questions et des dimensions du projet.

17La collecte d’archives (tawthîq) reste l’axe primordial. Notre objectif n’est pas de proposer des analyses ou des évaluations de l’histoire de la gauche communiste en Egypte. Ce serait la porte ouverte à des affrontements, des tensions, des hostilités. Notre unique objectif est de rendre accessible des sources, des archives pour ceux et celles qui sont intéressés par cette histoire, notamment les chercheurs.

18Sa’d al Tawîl : Le comité regroupe des personnes provenant des différentes sensibilités de la gauche communiste, de milieux sociaux différents. On recherche des archives sur les différents aspects de l’histoire du communisme en Egypte : ouvriers, paysans, étudiants, membres des professions libérales, hommes et femmes, égyptiens et étrangers, membres des différentes tendances et organisations, à différents niveaux de responsabilités et d’activités.

19Hanân Ramadân : Pour les témoignages, nous avons élaboré au départ un questionnaire type avec une série de questions. En fait, il s’est assez vite révélé être un outil compliqué à utiliser.

20Sa’d al Tawîl : En fait, il favorisait les répétitions et les redondances. On s’est focalisé sur l’idée que le témoignage devait évoquer ce dont se souvenait l’acteur, ce qu’il avait vu, vécu. Il devait aussi éviter absolument les critiques et les attaques personnelles. Enfin, il fallait éviter les propos rapportés pour se concentrer sur les activités effectuées et les choses vécues.

21Hanân Ramadân : De réelles difficultés sont apparues dans la recherche des témoignages. Outre les problèmes posés par le questionnaire, de nombreux vétérans éprouvaient une certaine gêne. De réelles résistances existaient à l’idée de parler, de raconter, de s’exprimer. Une forme de peur existait même. Ces résistances portaient sur l’utilité de témoigner mais s’expliquaient aussi par des craintes sécuritaires : les deux premiers volumes ont donc surtout été le fait d’animateurs du comité. Il s’agissait de démontrer ainsi que l’on pouvait réellement présenter un témoignage autobiographique.

22Sa’d al Tawîl : Après, cela a été nettement plus facile de convaincre les gens de témoigner. Les appréhensions liées à la divulgation de secrets d’organisation, aux dimensions juridiques se sont dissipées.

23Hanâna Ramadân : Les accords ont aussi été facilités par la forme utilisée. Pour ceux qui ne souhaitaient pas écrire, on les enregistrait. Un membre du Comité connu du témoin réalisait l’entretien, établissant un climat de confiance et favorisant la mémoire du vétéran.

24Sa’d al Tawîl : La version finale était présentée pour lecture et obtention de l’accord du témoin avant toute publication. On a eu quelques refus. Fatmah Zaki a ainsi souhaité que son témoignage ne soit publié qu’après son décès. Mais dans l’ensemble, cela s’est très bien déroulé.

25Question : Avez-vous pris en compte la dimension régionale interne à l’Egypte de l’activité communiste ?

26Sa’d al Tawîl : En fait, pas trop. Le mouvement communiste a surtout été actif au Caire et à Alexandrie, et dans quelques centres régionaux comme Tanta, Mansoura, Mahalla. Ailleurs, dans les provinces, cette activité fut plus réduite Dans le milieu paysan, les interventions ont été assez rares, il faut bien le reconnaître. En secteur ouvrier, l’activité a été importante : elle a donc concerné les centres industriels du pays, Le Caire (Choubra al Khyma… ), Alexandrie (avec Kafr al Dawwâr tout proche), ou Mahalla al Kubra.

27Question : Avez-vous rencontré des problèmes, des questions sensibles ?

28Sa’d al Tawîl : Il y a eu quelques difficultés concernant l’histoire évoquée par certains membres de leur propre courant. Cela représente un enjeu d’histoire ! Par exemple, pour ma part, j’avais trouvé un travail dans une importante usine de Kafr al Dawwâr, mais j’ai décidé de le quitter et de venir au Caire ! Quitter un tel centre industriel pour un militant communiste! Quelle idée !! Ou encore pour des membres du groupe PCE al Raya, le témoignage peut conduire à admettre que les effectifs étaient finalement assez réduits et la présence faible en milieu ouvrier en dépit d’une affirmation publique et d’une production imprimée très dynamique …

29Hanân Ramadân : Nous avons, à ce jour, publié sept volumes de témoignages. Soit 71 trajectoires. Le huitième est en cours. Il comprendra une grande nouveauté : des mémoires de militant des années 1970. Nous en reparlerons car cela correspond à un important changement pour le Comité.

30Par ailleurs, en parallèle nous avons initié des ateliers thématiques. L’idée est de rassembler des acteurs autour d’une question centrale et de les faire parler dans un cadre collectif. Cela suscite alors des réactions, des échanges, des discussions qui sont souvent très riches. Neuf ateliers ont été ainsi organisés. Ils concernaient les étrangers, les ouvriers, les paysans, les étudiants, les femmes, les divisions et la dissolution du PCE.

31De même, nous avons organisé des journées d’étude. Celle consacrée aux alliances de la gauche devrait être publiée prochainement. Nous avons organisé aussi un colloque, « Les années de la gauche », qui s’est révélé extrêmement riche et passionnant. Notamment, outre des témoignages, on l’a accompagné d’une exposition avec les objets utilisés pendant les détentions des militants : journaux, écrits, objets domestiques, photos, dessins … Les actes de ce colloque n’ont pas été publiés à ce jour. Un autre colloque a débouché, lui, sur la publication d’un livre autour du thème de la culture et du rôle de la gauche dans ce domaine : poésie, nouvelle, roman, cinéma ...

32Question : Pourriez-vous revenir sur cette dimension spécifique de témoignage collectif lors des ateliers thématiques ?

33Hanân Ramadân : En fait, l’idée était de favoriser avec cette dimension collective le débat, les interactions entre les véterans, de laisser s’exprimer plusieurs points de vue, qui se complètent ou s’opposent. Cette formule permet aussi de stimuler les mémoires avec des retours, des reprises.

34Sa’d al Tawîl : Lors de l’atelier sur les divisions, cela a été particulièrement riche. De même à propos des conditions difficiles et compliquées de l’autodissolution. La discussion ne s’est pas faite sans vague.

35Hanân Ramadân : L’atelier permet une discussion collective, face à face. Les points de vue, les souvenirs se retrouvent placés en confrontation. C’est tout aussi important, sinon plus, que le témoignage individuel. C’est bien plus qu’un complément.

Les archives

36Question : Qu’en est-il concernant le travail sur les archives ?

  • 5  Abu Seif Youssef a été une figure de la gauche depuis les années 1940. Il a ainsi joué un rôle imp (...)

37Sa’d al Tawîl : Il reste bien sûr notre priorité. Nous avons recherché des documents, pour les photocopier, les classer. Samir Amin a donné ses propres archives qui concernent le groupe dit PCE-al Raya (le drapeau). Abu Seif Youssef a accepté de donner celles de Tali’a al Ummâl (L’Avant-garde Ouvrière)5. Nessim Youssef, ancien membre du même groupe, vient juste de donner son accord pour nous remettre d’autres documents de ce courant.

38On dispose ainsi de plus de 3000 pages de documents authentiques émanant des différents courants. Il s’agit de tracts, de programmes, de déclarations, de débats sur les lignes politiques …

39On a aussi des revues et des journaux.

  • 6  Voir la série de onze volumes, publiés à compte d’auteur par cet avocat aujourd’hui disparu, et in (...)

40On dispose de quelques documents judiciaires concernant des procès intentés à des militants ou à des organisations. Ce type de document pose de nombreux problèmes car les pièces émanent des services de sécurité et les documents ou les extraits ont été sélectionnés dans le but de démontrer la culpabilité des accusés. Les citations utilisées le sont le plus souvent hors contexte. Mais quelques fois, ces sources peuvent réserver de belles surprises. ‘Âdel Amîn, dans sa série sur les procès des communistes, a ainsi reproduit un document judiciaire qui comprenait le programme de l’Organisation Communiste Egyptienne, document inédit jusque là6.

41Bref, on dispose d’une solide petite base documentaire.

42Question : Ces documents, qui sont au Centre d’études arabes, sont-ils accessibles ?

43Sa’d al Tawîl : Bien sûr, ils sont en accès libre ici. Nous avons réalisé leur indexation ainsi que celle des témoignages réunis, y compris ceux qui ne sont pas publiés, et avons établi un catalogue précis des fonds. Notre souci principal est de permettre l’accès aux sources et de permettre la diffusion de ces matériaux pour favoriser l’écriture de l’histoire de la gauche.

  • 7  Ce vétéran, ancien militant ouvrier, avait écrit de nombreux ouvrages sur le mouvement ouvrier en (...)
  • 8  Ancien militant et auteur de nombreux livres sur l’histoire da la gauche égyptienne. Ses livres, c (...)

44Hanân Ramadân : Outre les exemples mentionnés par Sa’d al Tawîl, Taha Sa’d Utmân a aussi fourni de nombreux documents sur les militants ouvriers et syndicalistes7. Ramsès Labîb a aussi donné des choses. Le docteur Rifa’t al Sa’îd a pendant une courte période collaboré et fait quelques dons8.

45Sa’d al Tawîl : Le comité comprend l’ensemble des sensibilités de la gauche communiste égyptienne. Sans aucune exclusive. Le pluralisme est l’un des éléments fondamentaux de sa constitution et de ses activités.

46Hanân Ramadân : Pour les archives, nous avons publié à ce jour deux gros volumes. Le premier concerne la période d’après la seconde guerre mondiale. Le second se focalise sur les débuts du régime des Officiers Libres. On pourrait en fait publier cinq ou six volumes de cette taille dans un avenir proche. Le prochain devrait concerner 1954, avec la crise de mars qui conduit au pouvoir de Nasser.

47Sa’d al Tawîl : Avec les récents dons, notamment émanant du courant Tali’a al Ummâl, on prépare un supplément au premier numéro qui devrait être assez gros.

48Question : Cela ressemble finalement à une sorte d’encyclopédie …

49Sa’d al Tawîl : Oui, c’est exact. Un tel travail n’a jamais été fait ailleurs à ma connaissance, dans aucun autre pays, notamment dans le monde arabe.

50Hanân Ramadân : Quinze ans d’activités bénévoles ont permis d’obtenir tous ces résultats.

51Sa’d al Tawîl : En dépit des décès, nombreux, au cours des années.

52Hanân Ramadân : Et avec très peu de moyens.

53Sa’d al Tawîl : On a réalisé aussi une liste des différentes organisations qui ont constitué le mouvement communiste. Elle est reproduite dans les publications.

Les coopérations

54Question : Qu’en est-il des coopérations que vous avez pu établir ?

55Sa’d al Tawîl : Le comité est ouvert à tout type de coopération avec les institutions de recherche et les centres d’archives. Dans le respect de nos principes et de notre indépendance.

56Hanân Ramadân : La coopération avec Dar al Kutub, la bibliothèque nationale d’Egypte, a permis d’avance sur le projet de republication de la revue al Fagr al Gedîd (L’Aube nouvelle), hebdomadaire publié de mai 1945 à juillet 1946 par le groupe qui donnera naissance au courant connu sous le nom deTalî’a al ‘Ummâl. Nous disposions de nombreux numéros fournis par Abu Seif Youssef ou Taha Sa’d Uthmân. Mais il en manquait. De plus, le dernier numéro, publié à la veille de la répression par le gouvernement d’Isma’îl Sidqy en juillet 1946 des différents courants, clubs et périodiques progressistes égyptiens, était incomplet. Grâce à l’aide de Dâr al Kutûb, nous avons pu compléter la collection. Un accord avec le Maglis al-A’lâ lil-Thaqâfa (Haut Conseil à la Culture) doit permettre dans un avenir très proche la republication de cette revue avec de solides annexes.

57On a dit notre intérêt pour les documents judiciaires mais il semble compliqué de les collecter, hormis auprès des avocats. La coopération s’étend aussi les personnes détentrices d’archives. Cette collecte peut se révéler elle aussi compliquée Ce fut le cas, par exemple, avec le docteur Rifa’t al sa’îd ou le défunt Abu Seif Youssef. Le Dr Rifa’t al Sa’id semble considérer que notre projet menace son écriture de l’histoire de la gauche en Egypte. Cela peut expliquer l’arrêt de sa collaboration avec nous.

58Le Comité vise en fait à briser le monopole de la connaissance et de donner accès à l’information la plus large par les archives rassemblées.

  • 9  L’Institut International d’Histoire Sociale d’Amsterdam dispose d’un important fond Egypte dans sa (...)

59Sa’d al Tawîl : On souhaiterait travailler avec le centre d’histoire d’Amsterdam9. J’ai été, à titre individuel, là-bas et j’ai photocopié des documents à mes frais. Mais il faudrait bien sûr aller vers une réelle coopération.

60Question : Et qu’en est-il d’une collaboration avec Moscou ?

61Sa’d al Tawîl : Elle serait très importante pour les archives du Komintern, puis celles du Kominform. Mais la collaboration est également difficile. Mohammad al Guindi était allé à Moscou, à titre personnel lui aussi. Il avait photocopié des documents en russe puis les avait traduits. Mais on en est resté là. Il faudrait approfondir et cela pose à nouveau la question des moyens.

Nouvelles perspectives : l’après 1965.

62Question : Lors de cette réunion à laquelle vous m’avez permis d’assister, j’ai découvert un changement important dans la définition du projet du comité : vous cherchez à dépasser la date limite de 1965.

63Sa’d al Tawîl : Oui ! Le cadre juridique des trente années de délai fait que l’on peut maintenant travailler sur la période 1965-1975. Il s’agit de s’intéresser à ce que l’on nomme le « troisième mouvement ».

64Hanân Ramadân : Nous nous posons aussi la question de la transmission de l’expérience. L’idée a déjà été débattue. On a essayé de faire participer, d’intéresser des jeunes en les invitant.

65Sa’d al Tawîl: Jusque là, cela ne marchait pas vraiment. Mais l’idée s’est cristallisée et a donné naissance à ce changement. Le volume huit des témoignages comprendra ainsi trois ou quatre mémoires d’acteurs des années 1970. Cela va encourager les autres à passer à l’écriture et au témoignage.

66Helmy Cha’arawi (présent et silencieux depuis le début de l’entretien, intervient alors) : Nos activités, nos efforts importants en dépit de moyens réduits méritent d’être connus et soutenus. On a ainsi réalisé, par exemple, aussi un projet de film documentaire sur les syndicalistes ouvriers. Cela appelle d’autres liens, d’autres échanges et d’autres coopérations.

Liste des publications du comité

Série Chahâdât wa ro’a (témoignages et points de vue)

67‘Asem al Dessouqi (ed.), Chahâdât wa ro’a, vol 1, Le Caire, Markaz al-Buhûth al-‘Arabeya et Lagna tawthîq tarîkh al-haraka al-chuyūʻīya al-misrīya hatta 1965, 1998.

68‘Asem al Dessouqi (ed.), Chahâdât wa ro’a, vol 2, Le Caire, Markaz al-Buhûth al-‘Arabeya et Lagna tawthîq tarîkh al-haraka al-chuyūʻīya al-misrīya hatta 1965, 1999.

69‘Asem al Dessouqi (ed.), Chahâdât wa ro’a, vol 3, Le Caire, Markaz al-Buhûth al-‘Arabeya et Lagna tawthîq tarîkh al-haraka al-chuyūʻīya al-misrīya hatta 1965, 2000.

70‘Asem al Dessouqi (ed.), Chahâdât wa ro’a, vol 4, Le Caire, Markaz al-Buhûth al-‘Arabeya et Lagna tawthîq tarîkh al-haraka al-chuyūʻīya al-misrīya hatta 1965, 2001.

71‘Asem al Dessouqi (ed.), Chahâdât wa ro’a, vol 5, Le Caire, Markaz al-Buhûth al-‘Arabeya et Lagna tawthîq tarîkh al-haraka al-chuyūʻīya al-misrīya hatta 1965, 2001.

72‘Asem al Dessouqi (ed.), Chahâdât wa ro’a, vol 6, Le Caire, Markaz al-Buhûth al-‘Arabeya et Lagna tawthîq tarîkh al-haraka al-chuyūʻīya al-misrīya hatta 1965, 2002.

73‘Asem al Dessouqi (ed.), Chahâdât wa ro’a, vol 7, Le Caire, Markaz al-Buhûth al-‘Arabeya et Lagna tawthîq tarîkh al-haraka al-chuyūʻīya al-misrīya hatta 1965, 2006.

Série “atelier”

74Ramsîs Labîb (dir.), Al ‘ummâl fī al-haraka al-chuyūʻīya al-misrīya hatta ʻām 1965 (les ouvriers dans le mouvement communiste égyptien jusqu’en 1965), Le Caire, Markaz al-Buḥūth al-ʻArabīyah lil-Dirāsāt al-ʻArabīyah wa-al-Ifrīqīyah, 2001.

75Sa’d al Tawîl (dir.), Al-agānib fī al-haraka al-chuyūʻīya al-misrīya hatta ʻām 1965 (les étrangers dans le mouvement communiste égyptien jusqu’en 1965), Le Caire, Markaz al-Buḥūth al-ʻArabīyah lil-Dirāsāt al-ʻArabīyah wa-al-Ifrīqīyah, 2002.

76Hanân Ramadân (dir.), Al mar’a fī al-haraka al-chuyūʻīya al-misrīya hatta ʻām 1965 (la femme dans le mouvement communiste égyptien jusqu’en 1965), Le Caire, Markaz al-Buḥūth al-ʻArabīyah lil-Dirāsāt al-ʻArabīyah wa-al-Ifrīqīyah, 2002.

77‘Aryân Nâsef (ed.), Al Fellahûn fī al-haraka al-chuyūʻīya al-misrīya hatta ʻām 1965 (les paysans dans le mouvement communiste égyptien jusqu’en 1965), Le Caire, Markaz al-Buḥūth al-ʻArabīyah lil-Dirāsāt al-ʻArabīyah wa-al-Ifrīqīyah, 2002

78Fakhrî Labîb (dir.), Al-talaba fī al-harakah al-chuyūʻīya al-misrīya hatta ʻām 1965 (les étudiants dans le mouvement communiste égyptien jusqu’en 1965), Le Caire, Markaz al-Buḥūth al-ʻArabīyah lil-Dirāsāt al-ʻArabīyah wa-al-Ifrīqīyah, 2003.

79Ramsîs Labîb (dir.), Al-Inqisâmât wa azmat al-hall fī al-haraka al-chuyūʻīya al-misrīya hatta ʻām 1965 (les divisions et la crise de la dissolution dans le mouvement communiste égyptien jusqu’en 1965), Le Caire, Markaz al-Buḥūth al-ʻArabīyah lil-Dirāsāt al-ʻArabīyah wa al-Ifrīqīyah, 2003.

80Ramses Labîb (dir.), Al-Yasâr fî al-thaqâfa al-misrîya (la gauche dans la culture égyptienne), Le Caire, Dâr al-‘Âlâm al-Thâlith, 2005.

81Samir ‘Abdel Bâqi (dir.), Hadîl al-yamâm warâ’ al-qodbân (Gazouillis du pigeon sauvage derrière les barreaux. Sélection de poèmes de prison des communistes égyptiens entre 1945 et 1965), Le Caire, Dâr al-‘Âlâm al-Thâlith, 2008.

82Sa’d al Tawîl (dir.), Al-mihniyun fī al-harakah al-chuyūʻīya al-misrīya hatta ʻām 1965 (les professionnels dans le mouvement communiste égyptien jusqu’en 1965), Le Caire, Markaz al-Buhūth al-ʻArabīya lil-Dirāsāt al-ʻArabīya wa al-Ifrīqīya, 2008.

Série “archives”

83Sa`d al-Taẉīl, `Āsiṃ al-Dessouqi et Haṇān Ramaḍān (ed), Wathā'iq al-harakah al-chuyū`īya al-misrīya vol 1 (archives du mouvement communiste égyptien), préparation du Markaz al-Buhūth al-`Arabīya wa al-Ifrīqīya, Le Caire, Dār al-`Ālam al-Thālith, 2007.

84‘Âsem al Dessouqi, Sa’d al Tawîl et Hanân Ramadan, (ed.), Wathâ’iq al-haraka al-chuyu’ya al-misriya, vol 2 1952-53 (archives du mouvement communiste égyptien), Le Caire, Lagna tawthîq al-haraka al-chuyu’ya al-misriya hatta 1965 et Markaz al-Buhûth al-‘Arabeya wa al-Ifriqya, 2008.

Autres livres

85‘Âsem al Dessouqi (dir.), ʻUmmāl wa-tullāb fī al-harakah al-watanīyah al-misrīya : nadwa ʻann chahādāt wa-ro’â abtāl harakat al-ʻummāl wa al-talaba 1946-1977 (les ouvriers et les paysans dans le mouvement national égyptien : colloque témoignages et opinions des héros du mouvement ouvrier et étudiant 1946-1977), Le Caire, Dār al-Mahrūsa, 1998.

Haut de page

Notes

1  Didier Monciaud, “Un travail de mémoire de la gauche égyptienne : entretien avec Ramsès Labîb, coordinateur du comité des archives du mouvement communiste » dans Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 86, 2002, p. 115-123.

2  “Les gauches en Égypte XIXe-XXe siècle” dossier coordonné par Didier Monciaud dans Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 105-106, 2008, p. 11-258.

3  Par exemple, Didier Monciaud, “ Commémoration et production d’un héritage de la gauche égyptienne : entretien avec le coordinateur du Comité de commémoration des martyrs et des militants de la gauche égyptienne (lagna ihyâ dhikra shuhada wa monadilî al yasâr al masrî) ”, dans Cahiers d’Histoire. Revue d’histoire critique, n° 93, 2004, p. 137-144.

4  Le docteur ‘Asem al Dessouqî est l’auteur de nombreux travaux réputés, notamment en histoire sociale de la propriété foncière ou sur histoire politique de l’Egypte contemporaine.

5  Abu Seif Youssef a été une figure de la gauche depuis les années 1940. Il a ainsi joué un rôle important dans l’hebdomadaire Al Fagr al Gedîd (L’Aube nouvelle) et les organisations Avant-garde Ouvrière puis au sein du PCE unifié. Après la dissolution, il participe à l’animation de la revue al Talî’a. Il est même un moment nommé député au parlement avant de devenir un des fondateurs et des dirigeants du parti de gauche légal du Tagammu’ (rassemblement).

6  Voir la série de onze volumes, publiés à compte d’auteur par cet avocat aujourd’hui disparu, et intitulée « Mohâkama al Chuyu’yin » (procès des communistes).

7  Ce vétéran, ancien militant ouvrier, avait écrit de nombreux ouvrages sur le mouvement ouvrier en Egypte. Il avait aussi rassemblé de nombreux témoignages et documents sur l’histoire ouvrière et syndicale du pays.

8  Ancien militant et auteur de nombreux livres sur l’histoire da la gauche égyptienne. Ses livres, considérés comme fortement marqués par une orientation très favorable à son courant d’origine Haditu, restent néanmoins incontournables. L’auteur est aussi le président du parti de gauche légal du Rassemblement.

9  L’Institut International d’Histoire Sociale d’Amsterdam dispose d’un important fond Egypte dans sa section Moyen Orient. Voir une présentation de ce fond dans Didier Monciaud, “ Le fond Moyen Orient de l’Institut International d’Histoire Sociale à Amsterdam ”, Cahiers d’Histoire. Revue d’histoire critique, n°89, 2002, p. 101-110. Depuis, les papiers de Michel Kamel et de Talî’a al Ummâl sont venus consolider ce riche dépôt. Sans parler des archives des PC soudanais et irakien.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Didier Monciaud, « Quinze ans d’activités en faveur des archives de la gauche égyptienne : entretien avec les animateurs du Comité des archives de l’histoire du mouvement communiste en Égypte (jusqu’en 1965) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 109 | 2009, 127-138.

Référence électronique

Didier Monciaud, « Quinze ans d’activités en faveur des archives de la gauche égyptienne : entretien avec les animateurs du Comité des archives de l’histoire du mouvement communiste en Égypte (jusqu’en 1965) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 109 | 2009, mis en ligne le 01 juillet 2012, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1903

Haut de page

Auteur

Didier Monciaud

GREMAMO (Université Paris VII ), Cahiers d’histoire.-Revue d’histoire critique

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page