Navigation – Plan du site

Le mot de la rédaction

Anne Jollet
p. 3-7

Texte intégral

  • 1  Références débattues et fondatrices, devenues patrimoine commun, rappelons ici d’emblée quelques-u (...)

1À l’heure où les tentes des « sans-abris » longent nos rues, où tous les interstices du tissus urbain se transforment en niches où cherchent à se protéger des intempéries et de la circulation les plus pauvres, c’est avec bonheur que l’on retrouve l’ambition des architectes et des politiques dont les réflexions et réalisations sont rendues présentes par ce dossier des Cahiers d’histoire. Face à la fatalité d’une expansion urbaine dictée par les choix des spéculateurs, qui éloignent toujours plus du droit au logement comme du droit à la ville, si heureusement conceptualisé il y a quarante ans par Henri Lefebvre, ce sont bien l’ambition et la conviction que l’on peut changer l’état des choses, transformer l’existant et à travers cela les existences, qui traversent ces textes1. C’est avec bonheur que l’on retrouve les expressions d’un volontarisme politique, soucieux de penser le logement dans le cadre d’une organisation urbaine et d’un idéal de vie. C’est l’idée du possible qui mène tous les créateurs évoqués dans les contributions de ce dossier.

  • 2  Hassan Fathy, Construire avec le peuple, Paris, Éditions Jérôme Martineau, 1970.
  • 3  Bénédicte Chaljub, Renée Gailhoustet. La politesse des maisons, éditions Actes Sud, 2009.
  • 4 M. Guinzburg dans Anatole Kopp, Ville et révolution. Architecture et urbanisme soviétiques dans les (...)

2De l’Égyptien Hassan Fathy aux Français Renée Gailhoustet, Jean Renaudie ou Gérard Thurnauer, créateurs avec Jean-Louis Véret et Pierre Riboulet de l’Atelier de Montrouge, en passant par Oscar Niemeyer ou Roland Castro, les architectes évoqués ici sont de ceux qui ont assumé et assument une position d’interlocuteurs des pouvoirs politiques, conscients des contraintes et des enjeux politiques et sociaux de leur pratique. Hassan Fathy écrivait à propos de la réalisation de Gourna, dans son Construire avec le peuple2que son intention « était de construire un village où les fellahs mèneraient le genre de vie que je souhaite pour eux ». Ce souhait incluait la volonté de tenir compte des traditions, des attentes des paysans. Il posait la question centrale de la visée sociale de l’activité de l’architecte. Quelques décennies plus tard, Renée Gailhoustet rappelle, à propos de son propre travail, qu’elle part de la connaissance des « besoins des futurs habitants » mais, poursuit-elle, pour faire « des propositions qui paraissent aberrantes3 ». Comme l’évoque Thierry Paquot dans sa contribution, il s’agit bien pour ces architectes novateurs de construire pour le peuple, mais est-ce avec le peuple ? Interrogation récurrente qui s’exprime notamment par les réflexions sur l’articulation de l’innovation à la « tradition », aussi bien à propos du choix des matériaux que du rapport à l’espace (Hassan Fathy) ou à propos des « habitudes » des futurs habitants, de leur « culture apprise » (Gailhoustet). Pour tous les créateurs dont les travaux sont évoqués ici, le souci de répondre à une attente par des solutions neuves est fondateur. La conviction que ces formes neuves concourent elles-mêmes à créer « des possibilités nouvelles dans le domaine des échanges sociaux et du mode de vie » accompagne et fonde de façon plus ou moins explicite ce cheminement. Ces praticiens sont tous, avec des mises en œuvre diverses liées à leur histoire culturelle, politique singulière, travaillés par l’ambition qui fut celle des Soviétiques des années vingt dont l’audace créatrice apparaît comme l’un des grands repères des élaborations du siècle4. De même apparaît comme cruciale dans toutes ces réflexions, d’un continent à l’autre, la question de la fonction sociale du beau, en lui-même force de dénonciation de « l’abîme social » ou esthétisme bourgeois, dénoncé comme tel et opposé à l’ambition d’une justice sociale passant par la transformation des rapports sociaux, dans le cadre de ce que Luciana Saboia qualifie, dans son article, d’orthodoxie marxiste. L’auteur montre comment Oscar Niemeyer lui-même s’est émancipé de ce que cette grille interprétative pouvait avoir de réductrice pour affirmer la puissance de la forme, en elle-même puissance de subversion par sa beauté, son exubérance qui arrache à la fatalité de la domination. Ou comme disait Pierre Riboulet, « la beauté, elle n’est pas un privilège d’une classe » ou encore dimension anthropologique de l’imaginaire chère à Henri Lefebvre.

3Mais les mots des architectes rassemblés ici rappellent aussi toujours que l’architecte, surtout s’il a l’ambition d’être urbaniste, penseur de la ville, de « la civilisation urbaine », chère à Roland Castro, est celui qui produit, qui réalise, tenant compte des contextes économiques, financiers, culturels concrets. Les études nous ramènent à ces évidences que l’architecte travaille la matière, que ses réalisations dépendent des matériaux utilisés. La révolution de l’ère du béton est à l’arrière-plan de toutes ces contributions. Les innovations du début du xxe siècle, des frères Perret ou d’un Le Corbusier, restent dans l’horizon de la pensée vivante. L’« Unité d’habitation », en positif ou en négatif, est une référence persistante pour tout le siècle. Ces études rappellent aussi que l’architecte travaille, et veut travailler, avec ce donné primordial qu’est l’espace, la topographie, ses creux, ses bosses, avec les qualités des sols et des sous-sols. Certes, il aménage, il peut faire creuser dans les collines, faire élargir les vallées, mais là aussi il doit composer avec les contraintes et des techniques et des finances. Il travaille aussi avec un espace contraint par les formes de l’appropriation du sol, de la propriété, les formes du parcellaire. Rares sont les situations où, comme dans le centre-ville d’Ivry-sur-Seine, on peut « annihiler le parcellaire, gommer la propriété privée ». Comme le rappelle ici Gérard Thurnauer, fidèle à « l’approche pragmatique des problèmes urbains » qu’il dit avoir toujours guidé son action, « les règles touchant à la propriété et à l’usage des sols sont déterminantes pour l’organisation de l’espace ». Rares sont les contextes sociaux permettant d’assurer la libre disposition du sol « dans des conditions vraiment démocratiques » qui feraient que « l’architecture résulterait authentiquement de la topographie » selon l’expression de Frank Lloyd Wright. L’architecte doit le plus souvent composer avec des héritages, avec un tissu urbain déjà dense, et comme le constatait Michel Ecochard, repris ici par Catherine Blain dans sa présentation de l’Atelier de Montrouge, « On peut dynamiter une laideur. Mais pas une ville ». L’architecte doit composer aussi avec les divers pouvoirs politiques, avec les contraintes budgétaires. Les analyses mettent en évidence combien l’architecture est l’affaire toujours d’une collaboration de spécialistes, une co-production entre des acteurs dont les intérêts, les visées ne sont, au mieux, que partiellement les mêmes. Tout en insistant sur cette mobilisation de spécialistes, de différents métiers, de différents pouvoirs, Gérard Thurnauer dans son entretien avec Catherine Blain insiste sur le fait que pour arriver à « une organisation juste du territoire », « il faut également qu’il existe un équilibre politique entre la sphère des décideurs et celle des habitants ». Retour de la question du « pour qui, avec qui » explicitement posée par Hassan Fathy, à la question de la démocratie en architecture, en urbanisme, cruciale pour les créateurs rassemblés ici. Fortement impliqué dans le travail d’aménagement du territoire impulsé par les gouvernements de la ve République des années 1960 et 1970, Gérard Thurnauer exprime avec obstination ce mélange d’ambition utopique et d’enracinement dans le concret des sédimentations sociales qui détermine le métier de l’architecte.

  • 5  Rencontres d’histoire critique de Gennevilliers, 27-28 novembre 2009, à l’initiative des Cahiers d (...)

4À travers ces itinéraires d’architectes, on comprend mieux combien le fait urbain a été l’un des grands objets du renouvellement de la pensée du social au xxe siècle, saisi par toutes les innovations idéologiques, techniques, voire technocratiques du temps. Certes, objet marginalisé, mal compris, mais si vif, si proliférant qu’il s’est imposé, notamment à travers le volontarisme de ces poignées de novateurs, ardents à le penser, à le déterminer. Ce n’est pas en vain que les hommes du xxe siècle s’étaient dotés dès le début du siècle d’un mot nouveau, « urbanisme ». La créativité, mais aussi les contradictions de ce temps, pleins de promesses émancipatrices en même temps que d’aliénations barbares et d’accroissement des inégalités, ont stimulé une intense activité d’architectes de plus en plus aussi urbanistes qui ont pensé et réalisé, partiellement, des villes faites pour le mieux vivre. De ces réflexions foisonnantes, souvent en échec, de ces réalisations ambitieuses, parfois incomprises, souvent malmenées par les ans, il reste un élan que restitue le croisement des textes au sein de ce dossier. Cette vitalité des propositions traduisant une urgence sociale, enfin largement partagée, nous a conduits à notre tour, outre à ce dossier, à mettre le « vivre la ville » au cœur des premières Rencontres d’histoire critique que nous avons initiées cet automne et dont les actes permettront de retrouver les débats5.

5Les architectes sont bien, à l’aube d’un nouveau siècle, sortis de l’ombre, interpellés qu’ils sont de plus en plus publiquement par les pouvoirs politiques comme créateurs de possibles vies communes dans des sociétés menacées d’éclatement par la violence des inégalités. « Notre effort joyeux et efficace » : ces mots du film de la municipalité d’Ivry-sur-Seine célébrant en 1946 sa gestion est certes la traduction de certitudes qui nous sont devenues, pour partie, étrangères, mais quelque chose de cette conviction de pouvoir peser sur les formes du réel social pour en faire du mieux être social est toujours à l’œuvre. Quand Roland Castro, sortant de l’Élysée, dit à propos du projet de Grand Paris « Là on s’est donné l’ambition d’une métropole égalitaire », on n’est pas obligé de partager sa certitude, mais il convainc que l’histoire des liens entre architecture et politique n’en est qu’à son aube et qu’elle vit en tout état de cause au présent.

6Outre ce dossier en prise avec l’actualité la plus vive, ce numéro des Cahiers travaille le lien entre les temps à travers l’article Marc Leleux dans Chantiers, qui évoque « la récidive d’une même politique d’exploitation de la précarité » des années trente à l’actuel RSA. Métiers fait place à deux facettes du rôle de transmission des historiens. D’une part, Gilles Candar présente la publication en cours des Œuvres de Jean Jaurès, entreprise à l’initiative de la Société des Études jaurésiennes et de celle qui fut longtemps son animatrice, Madeleine Rebérioux. D’autre part, Didier Monciaud nous ramène au travail courageux des historiens de la gauche égyptienne qui collectent et publient les récits de vie des militants. Débats plonge à nouveau dans la vaste historiographie anglo-américaine. Notre collègue canadien du Nouveau-Brunswick, Jeremy Hayhoe, nous livre sa synthèse sur la façon dont l’histoire rurale de la France au tournant des xviiie et xixe siècles s’est écrite depuis une dizaine d’années. Les travaux sont nombreux, traduisant un renouveau de l’histoire sociale, d’une histoire qui compte, le poids des prélèvements, le coût de la justice, l’évolution des surfaces cultivées, une histoire qui témoigne de la vitalité d’un cadre seigneurial, pas aussi moribond que les lectures culturelles de la décennie précédente l’avaient annoncé. On saisit aussi dans ce retour au terrain l’importance de la politisation paysanne et le rôle, décisif, quant à son propre sort, de la paysannerie dans les transformations sociales de la Révolution.

7Les historiens français de la Révolution nous diront bientôt leur point de vue. Et gageons qu’eux aussi nous parleront des résistances des acteurs sociaux et de leur créativité.

Haut de page

Notes

1  Références débattues et fondatrices, devenues patrimoine commun, rappelons ici d’emblée quelques-unes des œuvres d’Henri Lefebvre, Critique de la vie quotidienne, II. Fondement d’une sociologie de la quotidienneté, Paris, L’Arche, 1962 ; Le Droit à la ville, Paris, Anthropos, 1968 ; La Production de l’espace, Paris, Anthropos, 1973.

2  Hassan Fathy, Construire avec le peuple, Paris, Éditions Jérôme Martineau, 1970.

3  Bénédicte Chaljub, Renée Gailhoustet. La politesse des maisons, éditions Actes Sud, 2009.

4 M. Guinzburg dans Anatole Kopp, Ville et révolution. Architecture et urbanisme soviétiques dans les années vingt, Paris, Anthropos, 1967.

5  Rencontres d’histoire critique de Gennevilliers, 27-28 novembre 2009, à l’initiative des Cahiers d’histoire-Revue d’histoire critique et de l’Université populaire des Hauts-de-Seine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Jollet, « Le mot de la rédaction », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 109 | 2009, 3-7.

Référence électronique

Anne Jollet, « Le mot de la rédaction », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 109 | 2009, mis en ligne le 01 juillet 2009, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1902

Haut de page

Auteur

Anne Jollet

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page