Navigation – Plan du site
DOSSIER

Histoire contemporaine des sexualités : ébauche d'un bilan historiographique

Sylvie Chaperon
p. 5-22

Résumé

L'histoire de la sexualité est peu développée en France. Au carrefour de 1'histoire sociale, de l’histoire des femmes et des études homosexuelles, les recherches se sont cantonnées à quelques terrains privilégiés : luttes pour la liberté de contraception et d'avortement, prostitution, violences sexuelles, mouvements homosexuels. L'article qui suit dresse à grands traits un bilan historiographique.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

France

Chronologie :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Citons parmi d'autres L'Histoire, numéro spécial n° 5, juillet—août 1999 ; Marie—Françoise Quignar (...)
  • 2  Il faut signaler notamment les sorties prochaines de Fantasmes et vie sexuelle des Français d'Andr (...)
  • 3  Le 6 juin 2001, avec la participation de Michelle Perrot, Christine Bard, Éric Fassin et Marc—Oliv (...)
  • 4  Colloque organisé par Éric Fassin et Michel Feher les 16 et 17 mai 2001.
  • 5  Après 1'AMSAB de Gand et 1'IIHS d'Amsterdam, 1'Institut d'histoire contemporaine de Dijon accueill (...)
  • 6  On peut cependant mentionner, pour les sciences sociales dans leur ensemble, les introductions de (...)

1L’histoire de la sexualité connaît aujourd'hui un engouement certain. Outre ce présent dossier, des numéros spéciaux de revues choisissent ce thème1. Des publications sortent2. Est—ce qu'après un long ostracisme, 1'histoire de la sexualité sortirait des marges ou elle demeurait confinée ? Universités, grandes écoles, hauts lieux du savoir, s'ouvrent avec moins de réticence à cette nouvelle histoire. Divers professeurs, souvent recrutés récemment, dirigent thèses et DEA sur ce thème. Ainsi, les quatre auteur—e—s des articles qui suivent ont soutenu tout récemment, ou sont en passe de le faire. Journées d'études et séminaires fleurissent. Depuis 1998, Didier Eribon et Françoise Gaspard animent un séminaire doctoral à 1'École des Hautes Études sur « la sociologie des homosexualités ». La Bibliothèque nationale de France a tenu une soirée thématique intitulée « Histoires de sexualités », qui a attiré un public nombreux3. Les murs de 1'École normale supérieure ont abrité un colloque « Histoire de la sexualité : échanges transatlantiques4 ». L'Institut d'histoire contemporaine de Dijon accueille le séminaire international « Socialisme et sexualité5 ». Bref, 1'histoire de la sexualité (ou des sexualités) semble sortir du placard pour se faire au grand jour. Cette situation, très récente, laisse augurer un possible rattrapage des historiens français, très en deçà des travaux menés depuis trente ans par leurs collègues américains ou britanniques. S'interroger sur les raisons du retard de la France, et plus généralement d'ailleurs des pays latins et catholiques du Sud de 1'Europe, par rapport aux voisins anglo—saxons, nécessiterait des comparaisons poussées. Plus modestement, il s'agit ici de tracer à grands traits un bilan historiographique de ce thème longtemps laissé dans 1'ombre. L'exercice n'a, à ma connaissance, jamais été fait6.

  • 7  Voir notamment les n° 10, de juillet 1950, « La sexualité à travers les âges », et n° 14 d'avril 1 (...)

2L'histoire de la sexualité a d'abord été défrichée, non par des universitaires, mais par les milieux militants de la libération sexuelle, très étroits en France. Sans remonter plus haut dans le temps, on peut citer les articles très érudits de Daniel Guérin ou de Serge Talbot dans la revue Arcadie des années 1950. Moins sérieux, plus commercial et visant plus le sensationnel, on peut aussi mentionner d'étonnants numéros spéciaux du Crapouillot, publiés en général pendant 1'été, sans doute pour distraire le lecteur sur les plages7. Les sciences sociales se sont penchées sur ce domaine avec plus ou moins d'assiduité. Les anthropologues ont été les premiers, dès 1'entre—deux—guerres. Malinowski, avec sa Vie sexuelle des sauvages du nord—ouest de la Mélanésie (1929) et Margaret Mead dans Mœurs et sexualité en Océanie (1935), montrent la très grande variabilité des préceptes et significations attachés aux pratiques sexuelles. En France, Mauss suit le mouvement. Mais dans 1'après deuxième guerre, ce sont encore les sciences médicales qui prennent en charge les premières enquêtes sociologiques sur la sexualité des contemporains. Alfred Kinsey était biologiste (spécialiste des guêpes), tandis que le docteur Pierre Simon, auteur de la première étude sur la sexualité des Français, est un médecin. Il faut attendre les années 1970 pour que les philosophes et les historiens se penchent sur cet objet nouveau. Michel Foucault inaugure brillamment son « Histoire de la sexualité » par La volonté de savoir (1976), dont la postérité est immense. Deux ans plus tard, Jean—Paul Aron et Roger Kempf lui répondent avec Le pénis et la démoralisation de l'Occident. Les historiens pointent alors leur nez. Antiquisants, médiévistes et modernistes investissent le terrain davantage que les contemporanéistes. Philippe Ariès organise un séminaire à 1'École des hautes études en sciences sociales, en 1979—1980. Le numéro 35 de Communication, publié en 1982 au Seuil, en est issu. La toute nouvelle revue L'Histoire publie également un numéro spécial en 1984 sur « L'amour et la sexualité ». L'homosexualité antique (Paul Veyne), la prostitution médiévale (Jacques Rossiaud), 1'Église et la sexualité à 1'époque moderne (Philippe Ariès et Jean—Louis Flandrin) donnent lieu à débats. Seuls Alain Corbin et Roger—Henri Guerrand représentent 1'histoire contemporaine.

Du présent au passé

  • 8  Georges Duby, introduction à Amour et sexualité en Occident, Paris, Le Seuil, 1991, p. 9.

3Dans son introduction au recueil d'articles de la revue L’Histoire publié sous le titre Amour et sexualité en Occident, Georges Duby développait une comparaison judicieuse : « De même que dans les années 20 de ce siècle, les turbulences du marché monétaire avaient stimulé 1'essor d'une histoire économique fondée sur 1'étude de la conjoncture, de même 1'ébranlement, la dislocation du système gouvernant les comportements amoureux vint récemment rappeler que ces comportements ne sont pas immuables, qu'ils changent avec le temps et qu'il peut être utile d'observer ce qu'ils étaient dans le passé, ne serait—ce que pour mieux comprendre ce qu'ils deviennent de nos jours8 ».Il faisait d'ailleurs de la revue L'Histoire la tribune privilégiée de ces nouvelles recherches, au même titre que les Annales avaient pu 1'être pour 1'histoire économique cinquante ans plus tôt.

  • 9  Entretien avec Francis Ronsin le 13 mai 2001.
  • 10  Pierre Simon et al., Rapport sur le comportement sexuel des Français, Paris, René Julliard—Pierre (...)
  • 11  Il écrit surtout dans la presse associative : « L'harmonie physique du couple », Planning familial (...)
  • 12  Martine Sévegrand, Les enfants du bon Dieu. Les catholiques français et la procréation au XXe sièc (...)

4L'influence sur la recherche des débats des années 1960 et 1970 est certaine. Pour Francis Ronsin, « c'est 1'influence du temps » qui explique son choix de travailler sur la sexualité. Il y avait « au moins dans les termes, 1'espoir d'une révolution sexuelle 9 ». La filiation est encore plus évidente dans le cas de 1'histoire des femmes ou des homosexuels, directement issue des mouvements de libération des années 1970. Faut—il pour autant parler de « la dislocation du système gouvernant les rapports amoureux » ? Le mot est peut—être trop fort. En fait de dislocation, on assiste plutôt à une remise en question autant qu'a une mise à jour, partielle, de 1'ordre sexuel. Dans les années 1960, les recensements de population enregistrent les débuts de la « crise de la famille » : la nuptialité et la natalité baissent, tandis que les naissances illégitimes et les divorces prennent leur envol. Mais les pratiques sexuelles restent largement opaques. Il faut attendre le rapport Simon publie en 1972, première enquête sexologique française (soit plus de vingt ans après le rapport Kinsey américain) pour avoir quelques idées sur la question10. Les écrits et conseils de sexologues deviennent de plus en plus nombreux. Ils sortent de la presse médicale ou psychanalytique, pour prendre place dans la grande presse, féminine, associative ou militante. À gauche, le docteur Bernard Muldworf, médecin du planning et membre du Centre d'Étude et de Recherche Marxiste, prêche une sage révolution hétérosexuelle11. À droite, les catholiques prônent une certaine réhabilitation des plaisirs de la chair 12. Au total, bien peu de chose semble—t—il.

  • 13  La récente publication de Geneviève Dreyfus—Armand et al. Les années 1968, le temps de la contesta (...)

5Les contestations de 1968 elles—mêmes prennent finalement assez peu 1'ordre sexuel pour cible. Mais ce constat tient peut—être à 1'historiographie actuelle sur cet événement : 1'étude des acteurs et terrains classiques 1'emporte encore nettement sur les nouveaux mouvements sociaux et leurs revendications, ce qui passe sans doute à côté de la spécificité de ces années. Syndicats, partis politiques, grèves ouvrières laissent dans 1'ombre toutes les diversités du mouvement étudiant et des multiples révoltes qui ont surgi dans des milieux fort divers 13. Peut—être, de ce fait, les signes de ce que les témoins nomment une libération, voire une révolution sexuelle (ces expressions font alors flores) ne sont pas très nombreux. Les situationnistes de Strasbourg font paraître en 1966 leur brochure, De la misère sexuelle en milieu étudiant. Les étudiants de Nanterre contestent les règlements draconiens qui président à la circulation dans les dortoirs, Daniel Cohn—Bendit interpelle le ministre de la Jeunesse et des Sports sur les problèmes sexuels des étudiants. François Maspero sort plusieurs numéros de Partisans sur la sexualité. Divers slogans fleurissent. Le fameux « faites 1'amour, pas la guerre » est passé à la postérité. Un éphémère Comité d'action pédérastique révolutionnaire appose quelques affiches sur les murs de la Sorbonne occupée, vite arrachées par des censeurs qui ne voient pas cette révolution—là d'un bon œil. Fait plus probant encore, les œuvres de Wilhelm Reich et d'Herbert Marcuse, théoriciens de la révolution sexuelle, connaissent un engouement certain.

6En revanche, avec les années 1970, les appels à la révolution sexuelle abondent. Aux révolutions sexuelles faudrait—il dire, car en ce domaine nul consensus n'existe. Pour les uns et les autres, les Bastilles à faire tomber et les déclarations de droits à proclamer ne sont pas les mêmes. Comme viennent le rappeler les récents débats autour de la coupable indulgence dont aurait fait preuve le jeune Daniel Cohn—Bendit envers la pédophilie, la libération sexuelle des uns vient heurter celle des autres. Les médecins et les sexologues sont jetés aux orties, chacun veut affirmer sa vérité. Et tandis que les gauchistes proclament que « le pouvoir est au bout du phallus », les féministes rétorquent : « votre révolution sexuelle n'est pas la nôtre ! » Les homosexuels s'en prennent à 1'hétérocentrisme et les lesbiennes en remontrent aux gays. Quant aux enfants victimes d'abus sexuels, ils ne parleront que bien plus tard, lorsque devenus adultes ils sauront mettre en mots accusateurs leurs souffrances intimes. Au—delà des discours de libération, la sexualité se révèle donc être ce qu'elle a sans doute toujours été : un champ de pratiques sociales, traversé comme tout autre par des rapports de pouvoir et de domination. Si libération il y a, c'est donc essentiellement celle de la parole. Ni dislocation, ni révolution donc, mais émergence de débats qui révèlent tout à la fois 1'ampleur des conflits de la sexualité et la démocratisation qui y est en cours, selon des processus et des avancées dont on sait encore peu de chose. Toujours est—il qu'en effet, les historiens s'emparent alors de cet objet de débat.

Trois veines historiographiques et quelques champs privilégiés

7Trois courants historiographiques convergent pour donner naissance à 1'histoire des sexualités, même si aucune frontière nette ne les circonscrit. Le premier est le plus éclectique. L'historiographie française avait déjà balisé les terrains de la démographie, de 1'histoire de la famille et des mentalités. Mais c'est avec 1'histoire sociale, largement dominante dans les années 1950 et 1960, que les liens sont le plus visibles. Les mouvements militants, au croisement de1'histoire sociale et politique, sont ainsi privilégiés. La libre maternité (1971) de Roger—Henri Guerrand, qui paraît à peine quatre ans après le vote de la loi autorisant la contraception en France, aborde pour la première fois 1'histoire déjà centenaire de ce combat, mené principalement par des libres penseurs et des anarchistes. L'historien avait rencontré les mouvements néo—malthusiens lors de ses recherches sur les origines du logement social, il se consacrera après à 1'histoire de la vie quotidienne. Francis Ronsin, qui reprend à sa suite 1'histoire des mouvements néo—malthusiens, se penchera ensuite sur 1'histoire du divorce. Alain Corbin commence à travailler sur la prostitution, après sa thèse d'histoire sociale régionale. Il avait rencontré ce thème en étudiant les mouvements migratoires des Limousins sur Paris.

  • 14  Françoise Thébaud, Écrire l'histoire des femmes, ENS Éditions, Fontenay/Saint—Coud, 1998, 226 p., (...)
  • 15  Alain Corbin, « Le sexe en deuil et l'histoire des femmes au XIXe siècle » dans Michelle Perrot (d (...)
  • 16  Anne—Marie Sohn et Françoise Thélamon (dir.), L.'Histoire sans les femmes est—elle possible ?, Par (...)
  • 17  Yvonne Knibiehler et Catherine Marand—Fouquet, La femme et les médecins : analyse historique, Pari (...)
  • 18  Publié sous le titre Chrysalides, femmes dans la vie privée (XIXe—XXe siècles), Paris, Publication (...)
  • 19  Du premier baiser à l 'alcôve. La sexualité des Français au quotidien (1850—1950), Paris, Aubier, (...)

8L'histoire des femmes fournit une deuxième veine historiographique. Dans son essai, Françoise Thébaud relève que la sexualité n'a que peu été travaillée par les historiennes et historiens 14. Déjà lors du premier bilan historiographique de 1'histoire des femmes, Alain Corbin leur reprochait « de ne pas avoir tenu compte du regard des médecins sur leur propre sexualité. La conviction de 1'inferiorité sexuelle masculine hante la vision savante de la femme », ajoute—t—il15. Près de quinze ans plus tard, lors du deuxième bilan historiographique, le constat se répète, presque à 1'identique : « Corps et sexualité : une historiographie lacunaire ? » était le titre d'une séance du colloque de Rouen 16. Yvonne Knibiehler et Catherine Marand—Fouquet avaient pourtant ouvert la voie en s'intéressant au discours médical sur les femmes17. Mais peu de recherches prennent le relais. Anne—Marie Sohn constitue une exception. Après avoir étudié les institutrices syndicalistes, elle entreprend une ambitieuse thèse d'État sur le rôle des femmes dans la vie privée sous la IIIe République, ce qui 1'entraîne dans les archives nationales et départementales, à la recherche de la série judiciaire 18. Dans les dossiers sur les avortements, les adultères, les attentats à la pudeur, les viols, elle trouve une ample matière sur la sexualité, qui donne lieu à publication dans la collection d'Alain Corbin 19. Mais globalement, le champ demeure sous—exploré. Et tandis que les rencontres en histoire des femmes se multiplient, aucun colloque n'a pris pour thème la sexualité. Le séminaire doctoral organisé cette année par Geneviève Sellier et Éliane Viennot sur « Émancipation sexuelle ou contrainte des corps » semble bien être le premier du genre.

  • 20  Voir les n° 17,1988, et 27,1990, ainsi que GREH et al., Homosexualités et lesbianisme : mythes, mé (...)
  • 21  Marie—Hélène Bourcier (dir.), Q comme Queer, Lille, Les Cahiers Gay Kitsch Camp, 1998. Contact : z (...)

9Le troisième courant historiographique se nourrit des mouvements de libération des homosexuels hommes et femmes. En juillet 1979 se tient la première université d'été à Marseille, elles auront lieu tous les deux ans jusqu' en 1987, et reprennent depuis peu. En novembre 1986 a été mis en place le GREH, Groupe de recherches et d'études sur 1'homosexualité et les sexualités, qui organise différents séminaires et conférences publiques. Plusieurs numéros spéciaux de Société, revue des sciences humaines et sociales en sont issus, ainsi que des actes de colloques20. La mouvance « Queer » s'introduit également en France. Depuis 1996, un séminaire « Queer » organisé par le Zoo (association qui regroupe tous types de minorités politico—sexuelles) se tient annuellement au Centre gay et lesbien de Paris et à 1'Université de Paris I. Celui de 1998—1999 détournait le titre d'une célèbre émission de Ménie Grégoire, qui avait provoqué une des toutes premières sorties publiques du mouvement homosexuel : « 1'hétérosexualité, ce douloureux problème21 ».

  • 22  Didier Eribon (dir.), Les études gays et lesbiennes, Actes du colloque des 23 et 27 juin 1997, Par (...)

10Mais c'est sans nul doute le colloque organisé par Didier Eribon à Beaubourg en 1997 qui donne une visibilité importante à des études jusque—là restées confidentielles, ou n'attirant qu'un public étroit et militant22. La salle est comble lors de la venue de Monique Wittig, la moitié seulement du public peut entrer et s'asseoir. Le colloque donne lieu à des échos dans la grande presse. Le Monde y consacre une pleine page. Libération dresse le portrait de plusieurs intervenants.

  • 23  Marie—Jo Bonnet,« L'histoire des lesbiennes est—elle taboue ? », dans Anne—Marie Sohn et Françoise (...)
  • 24  Situées dans la Maison des Femmes, 163 rue de Charenton, 75012 Paris, permanence le mardi à partir (...)

11Les études lesbiennes, au carrefour des études sur les femmes et des études gays, peinent à se rendre visibles. « L'histoire des lesbiennes est—elle taboue ? » demande ainsi Marie—Jo Bonnet23. Le printemps lesbien, organisé annuellement à Toulouse par « Bagdam Espace lesbien » et donnant lieu à publication, peut constituer un début de réponse. Les « Archives, recherches et cultures lesbiennes » qui existent à Paris depuis 1983 sont aussi à mentionner24. Significativement, ces deux lieux sont parmi les derniers à continuer le choix politique de la non—mixité.

  • 25  Citons le DESS « conseiller—médiateur » intitulé « Genres et sexualités » de 1'Université de Reims (...)

12Pour toutes ces études venues des mouvements homosexuels, les départements de sociologie semblent bien plus accueillants que ceux d'histoire. Divers DESS ou séminaires de DEA existent ainsi sur ces thèmes, mais les historiens restent en retrait25.

  • 26  Laure Adler, La vie quotidienne dans les maisons closes, 1830—1930, Hachette, 1990 ; Jacques Solé, (...)
  • 27  Mouvement français pour le planning familial, D'une révolte à une lutte. 25 ans d'histoire du Plan (...)
  • 28  Martine Sévegrand, Les enfants du bon Dieu, op. cit.

13Au total, plusieurs directions apparaissent. Souvent, les travaux élargissent et approfondissent des sillons déjà tracés. Après Alain Corbin, la prostitution attire 1'attention de Laure Adler et de Jacques Solé, tandis que Jean—Marc Berlière étudie la police des mœurs26. À la suite de Roger—Henri Guerrand et Francis Ronsin, une équipe du Mouvement français pour le planning familial, puis Janine Mossuz—Lavau, prolongent la recherche sur les mouvements pour la liberté de la contraception et de l'avortement27. Martine Sévegrand poursuit les intuitions de Jean—Louis Flandin28. Ces aspects très balisés correspondent à des spécificités nationales fortes : le réglementarisme de Parent—Duchatelet, la forte répression des mouvements néo—malthusiens, la régulation catholique de la sexualité, font partie de notre histoire. Elles colorent ainsi notre historiographie.

  • 29  Laure Adler, Secrets d 'alcôve, histoire du couple de 1830 à 1930, Paris, Hachette, 1983 ; Gabriel (...)
  • 30  Annie Stora—Lamarre, L'enfer de la IIIe République. Censeurs et pornographes (1881—1914), Paris, I (...)
  • 31  Marie—Victoire Louis, Le droit de cuissage, France (1860—1930), Paris, Éditions de 1'Atelier/Éditi (...)

14Mais d'autres domaines attirent désormais les recherches. Le couple, le flirt, 1'éducation sentimentale ouvrent des pistes : Laure Adler scrute 1'intimité du couple et Gabrielle Houbre étudie 1'éducation sentimentale au XIXe siècle29. La pornographie littéraire, les chansons paillardes en offrent d'autres30. Les violences sexuelles commencent à être connues, Marie—Victoire Louis et Alain Boureau se penchent sur le droit de cuissage, Georges Vigarello dresse un vaste panorama de 1'histoire du viol, tandis que Stéphane Audoin—Rouzeau concentre son attention sur les viols de la Première Guerre mondiale31.

  • 32 Jacques Girard, Le mouvement homosexuel en France, Paris, Syros, 1981 ; Frédéric Martel, Le Rose et (...)
  • 33  Sur Gide, Proust, Colette, Rosa Bonheur, Jean Genet, Violette Leduc, etc.
  • 34  Marie—Jo Bonnet, Les relations amoureuses entre les femmes, du XVIe au XXe siècle. Essai historiqu (...)
  • 35  Pour une comparaison avec 1'historiographie américaine, voir Éric Fassin, « Politiques de 1'histoi (...)

15L'histoire des mouvements et des milieux homosexuels retient particulièrement 1'attention. La seconde moitié du XXe siècle nourrit les travaux de Jacques Girard et de Frédéric Martel32. Les grandes figures littéraires ou artistiques, importantes en France, donnent lieu à de nombreuses biographies33. Les relations amoureuses entre femmes demeurent très mal connues. Seul le livre de Marie—Jo Bonnet s'y consacre entièrement, mais pas spécifiquement sur la période contemporaine, tandis que Florence Tamagne prend soin de comparer les mouvements gays et lesbiens de 1'entre—deux—guerres à Paris, Berlin et Londres34. Dans sa bibliographié commentée, cette dernière note « 1'indigence de la production française », particulièrement pour 1'histoire des lesbiennes35.

  • 36  À titre d'exemple : Fabienne Casta—Rosaz, Histoire du flirt, Paris, Grasset, 2000 ; Sabine Melchio (...)
  • 37  L'ouvrage collectif La première fois ou le roman de la virginité perdue, à travers les siècles et (...)

16Ainsi, à 1'exception de quelques champs bien balisés, 1'historiographie peut être qualifiée de débutante. Les beaux livres ou les essais journalistiques dominent alors ces terrains laissés en friches36. Autre signe qui ne trompe pas : les études de très longue durée, embrassant plusieurs siècles, voire plusieurs civilisations, sont assez fréquentes, comme si 1'histoire supposait avoir encore à faire avec des objets peu mobiles, plus proches de la nature que du social37.

Une histoire aux marges des institutions ?

  • 38  Entretien avec Roger—Henri Guerrand, le 4 avril 2001.
  • 39  Les origines du logement social en France, Paris, Éditions ouvrières, 1966.
  • 40  Alain Corbin, Historien du sensible, entretiens avec Gilles Heuré, Paris, La Découverte, 2000.

17Ce retard français est—il dû principalement à la réticence des institutions ? Certes, les toutes premières recherches sont entreprises par des chercheurs assez atypiques et plutôt en marge de 1'Université. Le parcours de Roger—Henri Guerrand est significatif à cet égard38. Né en 1923 dans un milieu bourgeois et catholique, militant puis permanent au secrétariat général de la Jeunesse étudiante chrétienne, il soutient en 1966 sous la direction de Paul—Henry Chombard de Lauwe une thèse sur le logement social39. Contestant le système scolaire dès sa jeunesse, il refusera de faire une carrière de titulaire dans l’enseignement, avant de participer activement à la création des nouvelles écoles d’architecture à partir de 1967. Francis Ronsin n’a pas non plus le profil du bon élève. Né en 1943, exclu de plusieurs lycées, il travaille chez Citroën, puis comme aide—comptable, et passe son baccalauréat par correspondance. Après un très bref essai dans le métier d’instituteur, il donne des cours d’alphabétisation pour adultes, et obtient parallèlement une bourse pour faire des études d’Histoire à Paris VII. Encouragé par Michelle Perrot, sous la direction de laquelle il avait écrit une maîtrise sur les grèves de 1947, il entame une thèse de troisième cycle. « Par provoc », il envisage de travailler sur la pornographie et de rédiger un travail abondamment illustré, en bouts rimés. Mais chemin faisant, il rencontre les néo—malthusiens et y voit « un champ énorme, très riche et assez facile à traiter », contrairement à 1'histoire de la pornographie, autrement plus difficile à mener selon lui. Alain Corbin présente une carrière beaucoup plus classique, sans passer pourtant au cœur des meilleures institutions. Étudiant à Caen, où il prépare les concours, il réalise ensuite une thèse régionale sur le Limousin, à 1'université de Clermont—Ferrand. Il constate alors éberlué que la Bibliographie annuelle d'histoire de France ne comporte aucune entrée sur la prostitution40.

  • 41  Marie—Jo Bonnet, Un choix sans équivoque. Recherches historiques sur les relations amoureuses entr (...)

18L'étape de la publication se révèle aussi difficile. Roger—Henri Guerrand essuie le refus de nombreuses maisons d'édition avant d'être accueilli chez Casterman, où les responsables du planning familial ont créé la collection « Vie affective et sexuelle ». Soutenu en 1974, La grève des ventres ne sort qu'en 1980 chez Aubier, après que Gallimard eut fait traîner les choses : le directeur littéraire avait accepté le projet, mais les commerciaux l'ont refusé. Anne—Marie Sohn se rappelle avoir été la seule à se porter volontaire pour rédiger le compte rendu des Filles de noces à la Revue d'histoire moderne et contemporaine. Mais, publiée au moment du mouvement des prostituées, 1'étude d'Alain Corbin bénéficie d'une large médiatisation. Marie—Jo Bonnet, qui soutient en 1974 sa thèse sous la direction de Michelle Perrot, ne trouvera éditeur qu'en 198141.

  • 42  Marie—Jo Bonnet, Les relations amoureuses entre les femmes, op. cit., p. 16.

19Enfin, obtenir un poste universitaire peut être malaisé. Chargé de cours au département d'éducation permanente de Paris VII, Francis Ronsin se voit refuser 1'inscription sur la liste d'aptitude aux fonctions de maître assistant, avant de bénéficier d'une mesure collective de titularisation des chargés de cours. Roger—Henri Guerrand enseigne à 1'Unité pédagogique d'Architecture n° 8, qu'il a contribué à fonder avec Bernard Huet. L'histoire de 1'homosexualité peut faire courir plus de risques. Marie—Jo Bonnet précise dans son introduction qu'il faut « réécrire 1'histoire des femmes en y intégrant toutes ses dimensions, à commencer par celle(s) qui gêne(nt) le plus les carrières universitaires : 1' amour entre les femmes »42. N'ayant jamais obtenu de poste, elle remercie son père qui lui a assuré une aide matérielle. De fait, la carrière universitaire n'est pas, loin de là, le principal débouché des chercheurs. Laure Adler, étudiante de Michelle Perrot, choisit le journalisme, avec bonheur. Didier Eribon est critique de philosophie et de sciences humaines au Nouvel Observateur, Frédéric Martel se lance dans la vie politique, avec succès. Mais nulle généralisation ne peut être faite. Anne—Marie Sohn dit n'avoir nullement souffert de ses choix de recherche. Les obstacles semblent être levés pour la plus jeune génération : Florence Tamagne a publié sa thèse aux éditions du Seuil et obtenu un poste rapidement.

20Mais au delà des péripéties des uns et des autres, force est de constater que le découpage universitaire français par discipline freine les innovations, tandis que les départements interdisciplinaires américains ou britanniques, type « Gender, Gay and Lesbian Studies », les intègrent avec une rapidité surprenante.

De quelques problèmes

  • 43  Michelle Perrot, « Michel Foucault et 1'histoire des femmes », Les femmes ou les silences de l’His (...)
  • 44  Roger—Henri Guerrand, « Haro sur la masturbation », L'Histoire, n° 63, 1984, p. 99—102.
  • 45  Elisabeth Roudinesco, Histoire de la psychanalyse en France, 1 vol., Paris, Fayard, 1994, et Jacqu (...)
  • 46  Alain Corbin, « La petite bible des jeunes époux », L'Histoire, n° 63, 1984, p. 70—75, repris dans (...)
  • 47  Florence Lanzmann, journaliste, affirme ainsi dans son livre que les théories « procédent pour la (...)

21Parmi les chantiers ouverts, il faut remarquer que peu abordent de front la sexualité, mais plutôt le « para—sexuel », si 1'on peut utiliser cette formule. Les études se penchent plutôt sur 1'amont ou 1'aval de la sexualité, mais guère sur la rencontre des corps. Les combats et divergences autour de la contraception et de 1'avortement tiennent beaucoup de place ; 1'hygiène et la propreté remplacent 1'étude des corps ; on en sait beaucoup plus sur le réglementarisme, la police des mœurs ou les origines des prostituées que sur les pratiques en vogue dans les maisons closes ou ailleurs. Ainsi, les pratiques sexuelles et même les discours sur ces pratiques demeurent largement méconnus. À tel point que pour Francis Ronsin, il n'existe pas d'histoire de la sexualité en France (voir le débat en fin de volume). La remarque est encore plus vraie pour les femmes. Michelle Perrot conclut ainsi son étude sur Foucault : « Quant à 1'histoire des sexualités féminines, sous toutes leurs formes si riches et si peu explorées, elle demeure un immense jardin secret43 ». Roger—Henri Guerrand révèle cependant le « haro sur la masturbation » et Anne—Marie Sohn tente de relever la fréquence des pratiques et leur dénomination44. Il n'existe pas non plus d'histoire de la sexologie, même si 1'histoire de la psychanalyse d'Elisabeth Roudinesco ou 1'histoire des théories de la reproduction de Jacques Gonzalès donnent quelques indications précieuses45. À part les articles pionniers d'Alain Corbin et d'Yvonne Knibiehler, les quelques titres qui existent sur la construction française de la « Scientia sexualis » ne méritent pas le label d'histoire46. Il s'agit surtout de livres d'humeur, ou de livres militants, simplifiant à 1'extrême des débats autrement plus complexes47.

  • 48  Francis Ronsin, « Les livres pornographiques à la Bibliothèque nationale », Le Monde, décembre 198 (...)
  • 49  Martine Sévegrand, L'Amour en toutes lettres, questions à l'abbé Viollet sur la sexualité (1924—19 (...)
  • 50  Mauricette Berne, « Ses lectrices lui écrivent », dans Christine Delphy et Sylvie Chaperon (dir.), (...)
  • 51  Exploité en partie par Marie—Véronique Gauthier, Le cœur et le corps. Du masculin dans les années (...)
  • 52  L'association fondée par Philippe Lejeune : Association pour 1'autobiographie et le patrimoine aut (...)
  • 53  Sur ce dernier point, voir Jean—Yves Le Naour, « Le militantisme antipornographique (1880—1945) », (...)

22Les sources existent pourtant. Concernant 1'essor de la sexologie en France, une littérature surabondante ne demande qu'à être exploitée. D'autre part, Francis Ronsin a montré toute la richesse du fonds Carron, collectionneur d'ouvrages pornographiques, conservé à la Bibliothèque nationale48. Sur la diffusion des modèles et des pratiques, les correspondances offrent une source précieuse, comme celle de 1'abbé Viollet, récemment éditée par Martine Sévegrand49. D'autres fonds restent à exploiter, celui de Beauvoir, conservé au département des manuscrits de la BN50, celui de Ménie Grégoire, déposé à Tours51, et tous ceux des correspondants de la presse du cœur. Les journaux intimes constituent un autre filon52. De nombreux mouvements militants restent à étudier plus en détail : le mouvement abolitionniste, celui de la réforme sexuelle, les luttes féministes contre la double morale, les ligues antipornographiques53.

  • 54  Michelle Perrot, « Michel Foucault et l'histoire des femmes », dans Les femmes ou les silences de (...)

23Côté théorie, 1'influence de Foucault s'avère paradoxalement assez faible sur les historiens, même s'il est présent dans toutes les bibliographies. Michel Foucault est cité plusieurs fois dans les articles qui rendent compte des Filles de noces, mais davantage en relation avec Surveiller et punir qu' avec la Volonté de savoir, tant les propos d'évidence réglementariste abondent dans ce sujet. Michelle Perrot, qui s'est employée à définir 1'apport foucaldien pour 1'histoire des femmes, souligne son faible rôle parmi les historiens et historiennes françaises, tandis qu'il nourrit des débats théoriques nombreux aux États—Unis54. La plupart reprennent sa critique de 1'essentialisme et de 1'universalisme. Pourtant, Michel Foucault avait lancé des pistes fécondes. Dans le premier volume de son Histoire de la sexualité, il en annonçait un quatrième sur La Femme, la Mère et l'Hystérique qui ne prit jamais forme. Il se proposait alors d'étudier cette « immense gynécologie » qui « pathologise » le corps des femmes depuis la fin du XVIIIe siècle. Ce projet n'a guère trouvé de relais en France. Est—ce par aversion des historiens pour les théories ? Par goût de 1'empirisme ? Le même constat pourrait être fait pour la psychanalyse.

  • 55  Theodore Zeldin, Histoire des passions françaises, tome 2, Ambition et amour, Paris, Anthropos, 19 (...)

24Cependant, bien des récits historiques tournent autour de ce que Foucault appelait « 1'hypothèse répressive ». Il remettait ainsi en question une vision courante, qui fait succéder à un XIXe siècle bourgeois et puritain, fondateur de la répression sexuelle, un XXe siècle plus progressiste, où une lente libération sexuelle se développe. Ce schéma, établi par les premiers militants de la révolution sexuelle, théorisé par W. Reich, radicalisé dans les années 1970, est le plus souvent repris par les historiens. Ainsi Anne—Marie Sohn montre une évolution continue depuis les début de la IIIe République : la sexualité se dit de plus en plus et les pratiques se diversifient. Mais ce schéma est aussi parfois remis en question. Theodore Zeldin, un des tout premiers historiens (non français) à se pencher sur la sexualité française, affirme qu' au XIXe siècle la plupart des ouvrages sur le mariage sont tout à fait explicites quant à la jouissance féminine. « Vous avez une belle âme, c'est vrai, mais votre petit corps n'est pas mal non plus, et quand on aime bien on aime tout à la fois » dit ainsi Gustave Droz, collaborateur de la Revue des deux mondes, et auteur de Monsieur, Madame et bébé, 121 fois réédité entre 1866 et 188455.

  • 56  Didier Eribon discute la thèse de Foucault à partir des travaux américains dans Réflexion sur la q (...)
  • 57  Les principales références de ce corpus sont : Judith Butler, Gender Trouble, Feminism and the Sub (...)

25L'influence de Foucault semble en revanche déterminante sur les études gays et lesbiennes. Bien des travaux, surtout aux États—Unis, ont remis en question sa thèse de 1'invention de l’homosexualité par la psychiatrie. Au contraire, il semblerait que les premières analyses du XIXe siècle s'inspiraient des communautés homosexuelles et n'avaient pas un objectif de répression56. De façon plus théorique, le courant Queer opère une relecture de Foucault qui formalise surtout ses conceptions du pouvoir, de la résistance et de la « performativité » des discours57.

  • 58  Jacques Girard, Le mouvement homosexuel en France, op. cit., p. 23.
  • 59  Marie—Jo Bonnet, Les relations amoureuses entre les femmes, op. cit., p. 17.
  • 60  Susan Cavin, Lesbian origins, Ism press, 1989. Je remercie Florence Tamagne de m'avoir communiqué (...)
  • 61  Marie—Jo Bonnet, Les relations amoureuses entre les femmes, op. cit., p. 17.
  • 62  Sylvie Chaperon, « 1945—1970, reprendre 1'histoire du féminisme », dans Anne—Marie Sohn et Francoi (...)

26Les rapports complexes entre savoir et militantisme se posent sans doute avec une certaine acuité. Roger—Henri Guerrand se dit volontiers libertaire et qualifie son livre sur la libre maternité de « règlement de comptes avec le catholicisme » et les contraintes qu'il fait peser sur la sexualité. Le plus souvent, les premiers historien—ne—s des mouvements des femmes ou des homosexuels en ont été des militant—e—s. Jacques Girard est le créateur du Collectif homosexuel de 1'Éducation nationale. Frédéric Martel, né en 1967, détenteur d'un DEA de Sociologie politique, était un collaborateur de Gay Pied Hebdo et président de 1'Association des étudiants gays. Les auteurs ne s'en cachent pas et revendiquent leur position partisane. « Ce travail n'est pas 1'œuvre d'un écrivain ou d'un historien, ni d'un sociologue ou d'un philosophe, mais d'un militant », écrit ainsi Jacques Girard58. « Ce qui me permet de comprendre les lesbiennes du XVIIe siècle, les Rosa Bonheur, Suzy Solidor et autres Natalie Clifford Barney, c'est d'avoir participé au Mouvement de libération des femmes depuis ses premières manifestations, puis à la fondation du Front homosexuel d'action révolutionnaire », affirme quant à elle Marie—Jo Bonnet59. En conséquence, les adversaires de ces courants novateurs ont beau jeu de les accuser de partialité ou d'absence d'objectivité, oubliant que 1'histoire classique, en fait de neutralité, a simplement reproduit les hiérarchies sociales, quelles soient de genre ou d'orientation sexuelle. Les militant—e—s féministes ou homosexuel—le—s, mu—e—s par les combats du présent, ont considérablement renouvelé la discipline par leurs questionnements. Mais les combats politiques, s'ils constituent aujourd'hui comme hier des moteurs puissants de recherche, peuvent produire aussi des obstacles. La question des définitions est exemplaire à cet égard. Qui est homosexuel, qui ne 1'est pas ? Est—ce celui ou celle attiré—e exclusivement ou occasionnellement par des individus de même sexe ? Cette attirance doit—elle être sexuelle ou peut—elle être platonique ? Est—il nécessaire que les individus se perçoivent eux—mêmes comme homosexuels ? Et d'ailleurs, faut—il reprendre à son compte le terme d'homosexuel, lourdement chargé de connotations médicales, ou bien utiliser un autre vocabulaire ? Bien souvent, le positionnement politique au sein des mouvements actuels préside aux réponses, projetant dans le passé des conceptions forts différentes de celles qui y avaient cours. Les plus radicaux donnent une définition étroite de 1'homosexualité. Florence Tamagne cite ainsi 1'affirmation de Susan Cavin : « Le récit féminin des événements féminins est idéalement représenté par les féministes lesbiennes et les séparatistes lesbiennes60 ». En France, Marie—Jo Bonnet exprime un point de vue très similaire lorsqu'elle affirme : « Ce sont elles (les lesbiennes) qui mènent la contestation la plus radicale des modèles sexuels »61. Ce radicalisme permet une critique aiguë de 1'ordre hétérosexuel, mais favorise—t—il pour autant la meilleure vision des actrices d'hier ? On ne fait pas de 1'histoire comme on fait de la politique, et progressivement les conceptions du passé s'imposent aux observateurs. Schématiquement, ces questions de définitions de l'homosexualité reçoivent les mêmes réponses que celles concernant la délimitation du féminisme au sein de 1'histoire des femmes62. À mesure que la connaissance du passé se substitue aux enjeux politiques présents, les définitions s'élargissent, deviennent plus souples, adoptent le pluriel, proposent des typologies plus nuancées. On parle des homosexualités ou des sexualités. Puis 1'historien—ne se détourne de la terminologie de son temps pour restituer le plus fidèlement celle de la société ou du milieu étudiés. Plutôt que de définir au préalable son objet d'étude, 1'historien—ne étudie comment les sujets se définissent eux—mêmes. Les définitions, de postulats de départ deviennent les objets mêmes de la recherche. La démarche peut d'ailleurs produire des effets en retour sur le présent, relativisant par exemple des identités sexuelles somme toute très récentes.

27Un autre parallèle peut être fait entre la critique interne aux études gays et lesbiennes et celle qui existe aussi dans 1'histoire du genre. De même que les historien—ne—s du genre ont révélé le sujet mâle adopté implicitement par 1'histoire dite universelle, les historien—ne—s de 1'homosexualité ont montré les normes hétérosexuelles implicites dans les récits historiques. Mais les uns et les autres ont été à leur tour soupçonnés de bâtir une histoire partielle et partiale. Le sujet de 1'histoire des femmes est trop souvent une Blanche, occidentale, appartenant aux classes moyennes ou supérieures, le sujet de 1'histoire de 1'homosexualité est un homme, blanc, bourgeois et répondant à des normes sexuelles implicites. Des travaux nouveaux ont alors fleuri, croisant les déterminations sociales de classe, de nationalité, de religion, d'ethnie, et mettant au jour des pratiques sexuelles infiniment plus variées que le simple clivage entre homo et hétérosexualité. Les tantes, les folles, les travesties, les sado—masochistes, ont regagné des sciences sociales jusque—là oublieuses. Par ce processus critique — que d'aucuns appellent fragmentation ou éclatement du sujet —, les milieux populaires, les pays du tiers monde, les immigrés, les minorités sexuelles font entendre leur voix. Il fait aussi exploser la notion d'identité sexuelle en montrant 1'extrême diversité que le terme peut masquer. Cette multiplicité des discours sur la sexualité s'accompagne d'une déconstruction des normes sexuelles, et donc de leur dénaturalisation. Les pratiques sexuelles, et surtout les discours sur elles, comme toutes pratiques sociales, n'ont rien de naturel. Et les historiens, suivant le droit fil de Foucault, montrent alors comment des constructions conceptuelles sur la sexualité, fondées sur 1'idée de la nature, ont pu s'élaborer, se diffuser et devenir des évidences pour tout un chacun. Comment aussi des frontières entre le sexuel et le non—sexuel, entre le normal et le déviant, se mettent en place, se durcissent jusqu'à aller de soi pour le plus grand nombre.

28Les quatre articles qui suivent, signés par de jeunes chercheur—e—s, reflètent assez bien les lignes de force de 1'historiographie française. Ainsi, les violences sexuelles constituent des enjeux importants. Le viol et les attentats aux moeurs sont au coeur du travail de Laurent Ferron. Jean—Yves Le Naour et Cyril Olivier se penchent, eux, sur les violences au temps des deux guerres mondiales. L'histoire des homosexualités, balbutiante en France, poursuit un approfondissement côté lesbien avec 1'étude de Florence Tamagne. L'histoire de la prostitution reçoit aussi un prolongement lors de la Seconde Guerre mondiale avec les mesures réglementaristes de Vichy et de 1'occupant, mentionnées par Cyril Olivier. Les archives judiciaires et policières, utilisées dans bien des travaux, sont ici aussi mobilisées, par Laurent Ferron et Cyril Olivier surtout. Enfin, signe commun de tous ces travaux : la domination masculine qui y est analysée. « Le viol est le crime qui impose par essence la domination masculine sur les femmes. La quasi—impossibilité pour les femmes d'obtenir justice — des hommes — en cas de viol redouble (cette) domination », écrit ainsi Laurent Ferron. « Tout se passe comme si la violence, la vulgarité et la misogynie, produits incontestables de la culture de guerre, s'étaient nourris de la situation de détresse masculine », conclut Jean—Yves Le Naour à propos de la Grande Guerre. Cyril Olivier révèle « 1'instrumentalisation » politique et la répression des femmes « légères », sous Vichy et à la Libération. Quant à Florence Tamagne, elle étudie la « sujétion » des lesbiennes, qui n'ont pour modèle identitaire que la littérature masculine, romancière ou médicale, et dont la communauté est prise entre 1'hostilité des mouvements gay et féministe.

  • 63  Florence Tamagne, Histoire de l'homosexualité en Europe, op. cit. Voir aussi son article « Histoir (...)

29Mais ces textes apportent aussi leurs innovations, qui ne doivent pas passer inaperçues. Côté méthode, 1'histoire comparée tient une place importante dans le travail de Florence Tamagne. Dans son livre, la chercheuse avait mis 1'accent sur la comparaison des cultures homosexuelles dans les capitales française, anglaise et allemande63. Dans ce présent article, elle se penche cette fois sur la comparaison entre les mouvements homosexuels masculin et féminin, pour s'interroger sur les raisons de la « construction différée » de 1'identité lesbienne. Cyril Olivier met en œuvre la micro—histoire dans son analyse serrée de 1'affaire de Calais. Il suit les acteurs et actrices des événements, leurs stratégies et leurs réseaux pour en explorer toute la complexité. On pourrait aussi inscrire le texte de Laurent Ferron dans la veine foucaldienne, tant 1'analyse des discours y est présente. Les professeurs de médecine légale et les médecins légistes produisent, générations après générations, un « dispositif de la sexualité » qui piège les victimes dans le déni de 1'injustice subie.

30Plus qu'à 1'histoire des femmes, ces articles se rattachent au genre, dans la mesure non seulement où hommes et femmes sont présents de concert, mais surtout parce qu'ils complexifient les relations des uns aux autres. Jean—Yves Le Naour explore la souffrance des poilus de la Grande Guerre, leur sentiment « d'émasculation »lié selon lui à leur impuissance dans la guerre et leur peur devant la « virilisation » des femmes. En retour, ces souffrances nourrissent une misogynie en essor. Florence Tamagne montre les lesbiennes et leurs « stratégies de contournement » des normes hétérosexuelles et du modèle masculin.

31Au total, ces textes montrent combien la sexualité, qui affirme la puissance et la virilité de 1'un et multiplie les discours contradictoires sur 1'autre (ruse, perversité, rouerie, mais aussi passivité, innocence, etc.) est construite sur la domination de genre, laquelle agit jusque dans 1'homosexualité. En ce sens, le sexe devient presque une métaphore du genre.

32Ce dossier est complété par les extraits d'une table ronde intitulée « Sexualité et dominations », animée par Anne Jollet et moi—même. Tenue le 22 mai dernier, elle réunissait de nombreux chercheuses et chercheurs : Christine Bard, Marie—Hélène Bourcier, Didier Eribon, Éric Fassin, Laurent Ferron, Jean—Yves Le Naour, Cyril Olivier, Michelle Perrot, Florence Rochefort, Francis Ronsin, Anne—Marie Sohn, Florence Tamagne, Christelle Taraud et Fabrice Virgili. Ces discussions, fort riches, ne pouvant être reproduites in extenso faute de place, seuls les exposés introductifs aux trois questions débattues ont été conservés. Je remercie toutes les personnes présentes pour leur participation.

Haut de page

Notes

1  Citons parmi d'autres L'Histoire, numéro spécial n° 5, juillet—août 1999 ; Marie—Françoise Quignard (dir.), « Érotisme et pornographie », Revue de la Bibliothèque nationale de France, n° 7, janvier 2001 ; Laurent Bazin, Rommel Mendès—Leite et Catherine Quiminal (dir.),« Anthropologie des sexualités », Journal des anthropologues, n° 82—83, 2000 ; Terrains et travaux, cahiers du département de sciences sociales de 1'ENS Cachan, n° 2, « Sexualités déviantes/Sexualités militantes », 2001.

2  Il faut signaler notamment les sorties prochaines de Fantasmes et vie sexuelle des Français d'André Béjin chez Payot, et le Dictionnaire des homosexualités sous la direction de Didier Eribon chez Larousse, ainsi que les nouveaux ouvrages de Florence Tamagne, Mauvais genre ? Une histoire des représentations de 1'homosexualité, Paris, Éditions de La Martinière, 2001, et de Didier Eribon, Une morale du minoritaire. Variations sur un thème de Jean Genet, Paris, Fayard, 2001.

3  Le 6 juin 2001, avec la participation de Michelle Perrot, Christine Bard, Éric Fassin et Marc—Olivier Baruch.

4  Colloque organisé par Éric Fassin et Michel Feher les 16 et 17 mai 2001.

5  Après 1'AMSAB de Gand et 1'IIHS d'Amsterdam, 1'Institut d'histoire contemporaine de Dijon accueille le séminaire international « Socialisme et sexualité » qui, en 2002, se tiendra à 1'EHESS.

6  On peut cependant mentionner, pour les sciences sociales dans leur ensemble, les introductions de Sonia Dayan—Herzbrun, « La sexualité au regard des sciences sociales », au numéro spécial « Sexualité et société » de Sciences, sociétés et santé, IX, 4, 1991, p. 7—22, et celle de Michel Bozon et Henri Leridon, « Les constructions sociales de la sexualité », écrite pour le numéro spécial « Sexualité et sciences sociales » de Population, n° 5, 1993, p. 1173—1195. Ce présent texte a bénéficié de discussions et/ou de relectures stimulantes avec Christine Bard, Marie—Hélène Bourcier, Didier Eribon, Roger—Henri Guerrand, Francis Ronsin et Anne—Marie Sohn. Qu'ils et elles en soient chaleureusement remercié—e—s.

7  Voir notamment les n° 10, de juillet 1950, « La sexualité à travers les âges », et n° 14 d'avril 1951, « La sexualité à travers le monde ».

8  Georges Duby, introduction à Amour et sexualité en Occident, Paris, Le Seuil, 1991, p. 9.

9  Entretien avec Francis Ronsin le 13 mai 2001.

10  Pierre Simon et al., Rapport sur le comportement sexuel des Français, Paris, René Julliard—Pierre Charon, 1972.

11  Il écrit surtout dans la presse associative : « L'harmonie physique du couple », Planning familial, n° 11, septembre 1966 ; « Une revendication actuelle de la femme : le droit au plaisir », Planning familial, n° 17,décembre 1967 ;« Émancipation de la femme et éducation sexuelle », Jeunes femmes, septembre—octobre 1968.

12  Martine Sévegrand, Les enfants du bon Dieu. Les catholiques français et la procréation au XXe siècle, Paris, Albin Michel, 1995.

13  La récente publication de Geneviève Dreyfus—Armand et al. Les années 1968, le temps de la contestation, Paris, Complexe/CNRS, 2000, annonce cependant un net changement de direction historiographique.

14  Françoise Thébaud, Écrire l'histoire des femmes, ENS Éditions, Fontenay/Saint—Coud, 1998, 226 p., p. 77—78.

15  Alain Corbin, « Le sexe en deuil et l'histoire des femmes au XIXe siècle » dans Michelle Perrot (dir.), Une histoire des femmes est—elle possible ?, Marseille—Paris, Rivages, 1984, p. 143.

16  Anne—Marie Sohn et Françoise Thélamon (dir.), L.'Histoire sans les femmes est—elle possible ?, Paris, Perrin, 1998.

17  Yvonne Knibiehler et Catherine Marand—Fouquet, La femme et les médecins : analyse historique, Paris, Hachette, 1983.

18  Publié sous le titre Chrysalides, femmes dans la vie privée (XIXe—XXe siècles), Paris, Publications de la Sorbonne, 1996, 2 vol.

19  Du premier baiser à l 'alcôve. La sexualité des Français au quotidien (1850—1950), Paris, Aubier, 1996.

20  Voir les n° 17,1988, et 27,1990, ainsi que GREH et al., Homosexualités et lesbianisme : mythes, mémoires, historiographies, actes du colloque international de la Sorbonne, Lille, Cahiers Gay Kitsch Camp, 1990—1991,3 vol., et Mendès—Leite, Rommel (dir.). Sodomites, invertis, homosexuels. Perspectives historiques, Lille, Cahiers GKC, 1994, collection université, n° 5.

21  Marie—Hélène Bourcier (dir.), Q comme Queer, Lille, Les Cahiers Gay Kitsch Camp, 1998. Contact : zoomhb@club—internet.fr.

22  Didier Eribon (dir.), Les études gays et lesbiennes, Actes du colloque des 23 et 27 juin 1997, Paris, Éditions du Centre Georges Pompidou, 1998.

23  Marie—Jo Bonnet,« L'histoire des lesbiennes est—elle taboue ? », dans Anne—Marie Sohn et Françoise Thélamon (dir.), L'Histoire sans les femmes est—elle possible ?, op. cit., p. 153—164.

24  Situées dans la Maison des Femmes, 163 rue de Charenton, 75012 Paris, permanence le mardi à partir de 19 h 30, contact : archives.lesbiennes@wanadoo. fr.

25  Citons le DESS « conseiller—médiateur » intitulé « Genres et sexualités » de 1'Université de Reims, ainsi que le DEA de 1'Équipe Simone Sagesse de Toulouse II.

26  Laure Adler, La vie quotidienne dans les maisons closes, 1830—1930, Hachette, 1990 ; Jacques Solé, L'âge d'or de la prostitution, de 1870 à nos jours, Paris, Plon, 1993 ; Jean—Marc Berlière, La police des moeurs sous la IIIe République, Paris, Seuil, 1992.

27  Mouvement français pour le planning familial, D'une révolte à une lutte. 25 ans d'histoire du Planning familial, Paris, Tierce, 1982 ; Janine Mossuz—Lavau, Les lois de l'amour. Les politiques de la sexualité en France (1950—1990), Paris, Payot, 1991.

28  Martine Sévegrand, Les enfants du bon Dieu, op. cit.

29  Laure Adler, Secrets d 'alcôve, histoire du couple de 1830 à 1930, Paris, Hachette, 1983 ; Gabrielle Houbre, La discipline de l'amour : l'éducation sentimentale des filles et des garçons à l’âge romantique, Paris, Plon, 1997.

30  Annie Stora—Lamarre, L'enfer de la IIIe République. Censeurs et pornographes (1881—1914), Paris, Imago, 1998 ; Marie—Véronique Gauthier, Chanson, sociabilité et grivoiserie au XIXe siècle, Paris, Aubier, 1992.

31  Marie—Victoire Louis, Le droit de cuissage, France (1860—1930), Paris, Éditions de 1'Atelier/Éditions ouvrières, 1994 ; Alain Boureau, Le droit de cuissage. La fabrication d'un mythe, XIIIe—XXe siècles, Paris, Albin Michel, 1995 ; Georges Vigarello, Histoire du viol, XVIe—XXe siècles, Seuil, 1998 ; Stéphane Audoin—Rouzeau, L'enfant de l'ennemi 1914—1918, viols, avortements, infanticides pendant la Grande Guerre, Paris, Aubier, 1995.

32 Jacques Girard, Le mouvement homosexuel en France, Paris, Syros, 1981 ; Frédéric Martel, Le Rose et le noir, les homosexuels en France depuis 1968, Paris, le Seuil, 1996.

33  Sur Gide, Proust, Colette, Rosa Bonheur, Jean Genet, Violette Leduc, etc.

34  Marie—Jo Bonnet, Les relations amoureuses entre les femmes, du XVIe au XXe siècle. Essai historique, Paris, Odile Jacob, 1995 ; Florence Tamagne, Histoire de l'homosexualité en Europe, Berlin, Londres, Paris, 1919—1939, Paris, Seuil, 2000.

35  Pour une comparaison avec 1'historiographie américaine, voir Éric Fassin, « Politiques de 1'histoire : Gay New York et 1'historiogaphie homosexuelle aux États—Unis », Actes de la recherche en sciences sociales, « Homosexualités », n° 125, décembre 1998, p. 3—8.

36  À titre d'exemple : Fabienne Casta—Rosaz, Histoire du flirt, Paris, Grasset, 2000 ; Sabine Melchior—Bonnet et Aude de Tocqueville, Histoire de l'adultère. La tentation extra—conjugale de l'Antiquité à nos jours, Paris, La Martinière, 1999 ; Farid Chenoune, Les dessous de la féminité. Un siècle de lingerie, Paris, Éditions Assouline, 1998 ; Florence Montreynaud, Aimer. Un siècle de liens amoureux, Paris, Éditions du Chêne, 1997.

37  L'ouvrage collectif La première fois ou le roman de la virginité perdue, à travers les siècles et les continents, Paris, Ramsay, 1981, est préfacé par le docteur Gilbert Tordjman, président de 1'Association mondiale pour la sexologie.

38  Entretien avec Roger—Henri Guerrand, le 4 avril 2001.

39  Les origines du logement social en France, Paris, Éditions ouvrières, 1966.

40  Alain Corbin, Historien du sensible, entretiens avec Gilles Heuré, Paris, La Découverte, 2000.

41  Marie—Jo Bonnet, Un choix sans équivoque. Recherches historiques sur les relations amoureuses entre les femmes, XVIe—XXe siècles, Paris, Denoël, 1981. Seconde édition revue et augmentée : Les relations amoureuses entre les femmes du XVIe au XXe siècle, Paris, Odile Jacob, 2001.

42  Marie—Jo Bonnet, Les relations amoureuses entre les femmes, op. cit., p. 16.

43  Michelle Perrot, « Michel Foucault et 1'histoire des femmes », Les femmes ou les silences de l’Histoire, Paris, Flammarion, 1998, p. 424.

44  Roger—Henri Guerrand, « Haro sur la masturbation », L'Histoire, n° 63, 1984, p. 99—102.

45  Elisabeth Roudinesco, Histoire de la psychanalyse en France, 1 vol., Paris, Fayard, 1994, et Jacques Gonzalès, Histoire naturelle et artificielle de la procréation, Paris, Bordas, 1996.

46  Alain Corbin, « La petite bible des jeunes époux », L'Histoire, n° 63, 1984, p. 70—75, repris dans Le temps, le désir et l'horreur. Essais sur le XIXe siècle, Paris, Aubier, 1991 ; Yvonne Knibiehler, « L'éducation sexuelle des filles au XXe siècle », Clio, n° 4, 1996, p. 139—160 et « Les médecins et 1'amour conjugal au XIXe siècle », dans Aimer en France (1760—1860), Presses Universitaires de Clermont—Ferrand, 1980.

47  Florence Lanzmann, journaliste, affirme ainsi dans son livre que les théories « procédent pour la plupart d'une bêtise crasse, pour ne pas dire d'une connerie certaine », dans Petite histoire du sexe et de son apprentissage de 1900 à nos jours, La Flèche, Jean—Claude Lattès, 1995, p. 16.

48  Francis Ronsin, « Les livres pornographiques à la Bibliothèque nationale », Le Monde, décembre 1980.

49  Martine Sévegrand, L'Amour en toutes lettres, questions à l'abbé Viollet sur la sexualité (1924—1943), Paris, Albin Michel, 1996.

50  Mauricette Berne, « Ses lectrices lui écrivent », dans Christine Delphy et Sylvie Chaperon (dir.), Le Cinquantenaire du « Deuxième sexe », Paris, Syllepse, 2002.

51  Exploité en partie par Marie—Véronique Gauthier, Le cœur et le corps. Du masculin dans les années soixante, Paris, Imago, 1999, et par Anne—Marie Sohn, Âge tendre, tête de bois. Histoire des jeunes des années 1960, Paris, Hachette, 2001.

52  L'association fondée par Philippe Lejeune : Association pour 1'autobiographie et le patrimoine autobiographique, située à La Grenette, 10 rue Amédée—Bonnet, 01500 Ambérieu—en—Bugey, recueille et met à la disposition des chercheurs journaux intimes et récits autobiographiques.

53  Sur ce dernier point, voir Jean—Yves Le Naour, « Le militantisme antipornographique (1880—1945) », M.I.R.H.E.C., n° 4, 2000, Toulouse, p. 69—72.

54  Michelle Perrot, « Michel Foucault et l'histoire des femmes », dans Les femmes ou les silences de l'Histoire, Paris, Flammarion, 1998, p. 413—424.

55  Theodore Zeldin, Histoire des passions françaises, tome 2, Ambition et amour, Paris, Anthropos, 1978, p. 344.

56  Didier Eribon discute la thèse de Foucault à partir des travaux américains dans Réflexion sur la question gay, op. cit., p. 398—410.

57  Les principales références de ce corpus sont : Judith Butler, Gender Trouble, Feminism and the Subversion of Identity, Londres—New York, Routledge, 1990 ; David Halperin, Saint Foucault, Paris, EPEL, 2000 ; Eve Kosofsky Segdwick, Epistemology of the Closet, Berkeley, University of California Press, 1990 ; Georges Chauncey, Gay New York, The Making of the Gay Mate, New York, 1890—1940, New York, Harper & Collins, 1994. Pour une discussion en France de ces idées, voir Didier Eribon, Réflexion sur la question gay, op. cit., Didier Eribon (dir.), Les études gays et lesbiennes, op. cit., Didier Eribon (dir.), L'infréquentable Michel Foucault : renouveau de la pensée critique, Paris, EPEL, 2001 ; Marie—Hélène Bourcier, Queer Zones, Politique des identités sexuelles, des représentations et des savoirs, Paris, Balland, 2001, et pour une étude d'un mouvement queer, voir Jean—Yves Le Talec, Sylvie Tomolillo et Daniel Welzer—Lang,  Les sœurs de la perpétuelle indulgence, Paris, L'Harmattan, 2000.

58  Jacques Girard, Le mouvement homosexuel en France, op. cit., p. 23.

59  Marie—Jo Bonnet, Les relations amoureuses entre les femmes, op. cit., p. 17.

60  Susan Cavin, Lesbian origins, Ism press, 1989. Je remercie Florence Tamagne de m'avoir communiqué 1'introduction de sa thèse, qui discute ces points.

61  Marie—Jo Bonnet, Les relations amoureuses entre les femmes, op. cit., p. 17.

62  Sylvie Chaperon, « 1945—1970, reprendre 1'histoire du féminisme », dans Anne—Marie Sohn et Francoise Thélamon, L'histoire sans les femmes est—elle possible ?, op. cit., p. 205 216.

63  Florence Tamagne, Histoire de l'homosexualité en Europe, op. cit. Voir aussi son article « Histoire comparée de 1'homosexualité en Allemagne, en Angleterre et en France entre les deux guerres », Actes de la recherche en sciences sociales, « Homosexualités », n° 125, décembre 1998, p. 44—49.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvie Chaperon, « Histoire contemporaine des sexualités : ébauche d'un bilan historiographique », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 84 | 2001, 5-22.

Référence électronique

Sylvie Chaperon, « Histoire contemporaine des sexualités : ébauche d'un bilan historiographique », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 84 | 2001, mis en ligne le 01 juillet 2004, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1880

Haut de page

Auteur

Sylvie Chaperon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page