Navigation – Plan du site
DOSSIER

Sexualité et dominations

Extraits de la table-ronde du 22 mai 2001
p. 73-90

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Le texte ci-dessous est la transcription parfois partielle, parfois substantiellement développée par les auteurs, des interventions liminaires du débat qui a eu lieu le 22 mai 2001 dans les locaux d’Espaces Marx, boulevard Blanqui à Paris. Les Cahiers d’histoire avaient suscité cette vaste table-ronde dans le cadre de l’élaboration du présent dossier afin de favoriser la rencontre de chercheurs et de chercheuses travaillant dans des perspectives parfois très différentes sur la question des sexualités. La table-ronde a été ouverte par Anne Jollet qui a rappelé la nouveauté que constituait dans la généalogie des Cahiers d’histoire cette attention à l’histoire de la sexualité et singulièrement le fait d’aborder les phénomènes de dominations du point de vue de la sexualité. Sylvie Chaperon, coordinatrice du dossier et organisatrice de la table-ronde, animait ce débat.

Sylvie Chaperon :

2La première question autour de laquelle nous vous avions convié à réfléchir dans la préparation de cette table-ronde est relative à Michel Foucault. Où en est-on aujourd’hui avec Michel Foucault ? Quelle influence son œuvre exerce-t-elle sur l’histoire de la sexualité ?

Michelle Perrot :

  • 1  Roger-Henri Guerrand et Francis Ronsin, Le sexe apprivoisé. Jeanne Humbert et la lutte pour le con (...)
  • 2  Alain Corbin, Historien du sensible, entretiens avec Gilles Heuré, Paris, La Découverte, 2000, p.  (...)

3Prendre la sexualité comme objet d’étude au début des années 1970 n’était pas évident, même si on remarque un certain « frémissement » du côté des historiens. Ainsi Jean-Louis Flandrin, récemment disparu (8 août 2001), si novateur à tant d’égards, publiait en 1970 L’Église et le contrôle des naissances, où il s’interrogeait sur la distance entre la sévérité de l’Église, proscrivant toute relation sexuelle inféconde, et notamment le coït interrompu, dit « le péché d’Onan », et les pratiques réelles des fidèles, qu’il tentait de décrire dans un célèbre petit volume de la collection « Archives » (Gallimard/Julliard, 1975), Les amours paysannes xvie-xixe siècle. Il y parlait en particulier du « maraîchinage » usité dans le Marais poitevin, selon lequel on tolérait, pour les fiancés, des caresses très intimes, excluant toutefois la pénétration, cristal d’une véritable relation sexuelle (ce que disait aussi Bill Clinton lors de la fameuse affaire Lewinski !). Pour le xixe siècle, plusieurs noms s’imposent : Roger-Henri Guerrand, avec la Libre maternité (Paris, Casterman, 1971) ; Francis Ronsin, dont la thèse soutenue en 1974, traitait du néo-matlhusianisme en France, et fut publiée en 1980, sous le titre La grève des ventres. Propagande néo-malthusienne et baisse de la natalité française xixe-xxe siècles, (Paris, Aubier). L’un et l’autre s’intéressaient surtout à la contraception et soulignaient le rôle des néo-malthusiens, qui leur semblait plus évident que celui des féministes, selon eux plus timorées. Jeanne Humbert, à laquelle ils consacrèrent ultérieurement, en collaboration, un livre, n’était pas spécialement féministe 1. Mais on pourrait ajouter que Nelly Roussel ou Madeleine Pelletier l’étaient. L’historiographie féministe allait le découvrir. En 1978, deux livres sortent simultanément : Jean-Paul Aron et Roger Kempf, Le pénis et la démoralisation de l’Occident (Paris, Grasset) et Alain Corbin, Les filles de noces. Misère sexuelle et prostitution au xixe siècle, dans une collection dirigée par Maurice Agulhon (Paris, Aubier). « Il n’est que temps pour l’historien de la France contemporaine d’entrer dans la chambre du couple sans être accompagné d’un officier d’état-civil », écrivait-il, signifiant par là que l’acte sexuel méritait d’être appréhendé pour lui-même, et pas seulement à travers les statistiques démographiques. Alain Corbin a précisément relaté l’accueil fait à son livre et le contexte de respectabilité qui maintenait un tabou sur l’histoire de la sexualité 2.

  • 3  Martine Sévegrand, Les enfants du bon Dieu. Les catholiques français et la procréation au xxe sièc (...)

4La société française d’après-guerre, celle de la Reconstruction et des Trente Glorieuses, demeure sexuellement bloquée. Peut-être en raison d’une tradition catholique qui fait de la chair le cœur du péché. Martine Sévegrand a montré sa rigueur, mais aussi les aspirations et les failles qui se font jour parmi les fidèles 3. Tradition reprise par une république vertueuse, contrainte à surenchérir. D’où la difficulté que la psychanalyse a éprouvée pour s’implanter en France, comme l’a raconté Elisabeth Roudinesco. Et celle que le Planning a rencontrée dans sa lutte pour aider les femmes à accéder aux moyens de contraception et plus encore d’avortement.

  • 4  Il faut saluer ici les travaux pionniers de Marie-Jo Bonnet : elle soutient en 1974, à Paris VII, (...)

5C’est que, au début et surtout au milieu des années 1970, le climat change. Du côté des homosexuels (création du FHAR), des lesbiennes (cf Lilian Faderman et en France Marie-Jo Bonnet 4), et de l’ensemble des femmes, résolument engagées dans la conquête de leur autonomie sexuelle. « Notre corps, nous-même », telle est la devise du MLF. On entre dans une nouvelle ère de la sexualité, qui finit par toucher les sciences humaines.

  • 5  Cf. JosVan Ussel, Histoire de la répression sexuelle, Paris, Robert Laffont, 1972.

6Lentement. C’est pourquoi La volonté de savoir, publié par Michel Foucault en 1976, est un événement. À la fois en raison de la célébrité de l’auteur, professeur au Collège de France, et de son œuvre antérieure. Et par son contenu, son point de vue radicalement nouveau. Prenant le xixe siècle comme espace-temps crucial, Michel Foucault s’inscrit en faux contre les interprétations classiques faisant de ce siècle celui du « refoulement » et de la « répression sexuelle » 5. Du moins en fait-il l’expression, la conséquence d’une volonté de faire du sexe un objet de savoir, de construire une science du sexe (la scientia sexualis opposée à l’ars erotica oriental) qui permette de mieux le connaître pour mieux le réguler. Le xixe siècle est au contraire le moment d’une intense prise de conscience de la force de la sexualité, sous toutes ses formes. Ainsi l’adolescence (des garçons, des filles on se soucie beaucoup moins), cette crise de l’identité sexuelle, dont Rousseau avait détecté les potentialités ravageuses, devient-elle un moment d’inquiétude majeure pour les éducateurs. « Le sexe du collégien » suscite la hantise de la masturbation, objet de discours fantasmatiques et de surveillance soupçonneuse.

7D’où l’importance des « dispositifs de sexualité », dont la famille est le cœur. « La famille, c’est le cristal dans le dispositif de la sexualité » (p. 146) et le réseau des bio-pouvoirs qui gèrent le sexe et construisent sa normalité. Une normalité définie par l’hétérosexualité, le couple conjugal dont la chambre est l’autel secret, le seul lieu où même les confesseurs ne doivent pas pénétrer.

  • 6  Thomas Laqueur, La fabrique du sexe. Essai sur le corps et le genre en Occident, Paris, Gallimard, (...)

8À la relecture, on est frappé à la fois par la modernité de ce texte et par ses prolongements possibles ; mais aussi par certaines empreintes d’époque. Ainsi l’attention portée aux classes, au social, est beaucoup plus forte que celle accordée au genre. Il est assez peu question des femmes, malgré une mention de « la sexualisation du corps des femmes », et de leur « hystérisation » (on pense à l’ouvrage de Thomas Laqueur, partiellement inspiré de Foucault 6) et il faut rappeler que l’auteur avait envisagé de consacrer à « la femme, la mère et l’hystérique » un livre entier, tome 4 d’une Histoire de la sexualité à venir, où devaient prendre place également des volumes sur « la croisade des enfants », « les pervers » et « population et races », qu’on ne peut s’empêcher de regretter, même si on trouve des éléments dans les cours du Collège de France.

9Les références à l’aristocratie et à la bourgeoisie sont, par contre, fréquentes. Analysant le passage de la sanguinité à la sexualité, Michel Foucault dit que « le sang devient le sexe », tandis que la source généalogique devient l’hérédité biologique. « Bon sang ne saurait mentir » s’entend désormais davantage au sens médical que moral. « Une des formes primordiales de la conscience de classe, c’est l’affirmation du corps » écrit Foucault (p. 166-168). « Il faut dire qu’il y a une sexualité bourgeoise, qu’il y a des sexualités de classe. Ou plutôt que la sexualité est originairement historiquement bourgeoise et qu’elle induit, dans ses déplacements successifs et ses transpositions, des effets de classe spécifique ». Il y a un corps bourgeois et un corps prolétaire.

10Autre trait marquant : l’analyse critique des « psy » dans le dispositif de sexualité et en particulier de la psychanalyse. La découverte de l’Œdipe n’est-elle pas contemporaine des lois sur la déchéance paternelle (France, 1889 et 1898)

11Enfin la notion de « bio-pouvoir », déjà présente dans Surveiller et punir (1975), reçoit ici des renforts décisifs, comme le montre notamment le chapitre « Droit de mort et pouvoir sur la vie ». « On peut comprendre l’importance prise par le sexe comme enjeu politique. C’est qu’il est à la charnière des deux axes le long desquels s’est développée toute la technologie politique de la vie. D’un côté il relève des disciplines du corps : dressage, intensification et distribution des forces, ajustement et économie des énergies. De l’autre, il relève de la régulation des populations, par tous les effets globaux qu’il induit » (p. 191).

12Foucault a, par la suite, bifurqué dans sa recherche, abandonné le xixe siècle pour remonter beaucoup plus loin dans le temps, vers cette antiquité gréco-romaine dont il discutait avec son collègue et ami Paul Veyne, un de ceux, sans doute, qui l’ont le mieux compris. Il cherchait à y saisir quand et comment s’était cristallisée la norme de l’hétérosexualité comme forme de sexualité légitime, pour y comprendre aussi les règles de la formation du sujet (Le souci de soi).

  • 7  Michelle Perrot, « Michel Foucault et l’historie des femmes », Au risque de Foucault, Centre Pompi (...)

13La postérité de Michel Foucault a été considérable. On se reportera, sur ce point, aux travaux de Didier Eribon. Géographiquement (États-Unis, Amérique Latine, Japon, etc.) et intellectuellement. L’histoire de l’homosexualité lui est redevable. L’histoire des femmes, dont Michel Foucault ne se souciait pas directement, a pu puiser dans « la boite à outil » offerte par l’auteur, de nombreux instruments d’analyse : j’ai tenté de le montrer 7.

14Avec aussi beaucoup de malentendus : autour du contrôle social, vers lequel on l’a abusivement tiré, la « gestion des illégalismes », la critique des Lumières et de la démocratie, etc.

15Mais bien des concepts élaborés par Foucault sont toujours opératoires aujourd’hui : le bio-pouvoir, la panoptisme généralisé (qu’on songe à l’émission « Loft story », dans son renversement même) ; les disciplines produisant des acteurs participants ; l’immense question du consentement…

16On se souviendra, également, de certaines mises en garde de Foucault, illustrées par le « Non au sexe-roi », et les dernières lignes de La volonté de savoir. Ayant évoqué l’obsession contemporaine du sexe « cette austère monarchie du sexe » dans le dispositif de la sexualité, il conclut : « Et nous devons songer qu’un jour, peut-être, dans une autre économie des corps et des plaisirs, on ne comprendra plus bien comment les ruses de la sexualité, et du pouvoir qui en soutient le dispositif, sont parvenues à nous soumettre à cette austère monarchie du sexe, au point de nous vouer à la tâche indéfinie de forcer son secret et d’extorquer à cette ombre les aveux les plus vrais. Ironie de ce dispositif : il nous fait croire qu’il y va de notre libération ».

Didier Eribon :

17Il est toujours difficile de parler de Michel Foucault et de l’histoire de la sexualité parce qu’on ne sait pas si on doit parler de l’histoire comme objet, de l’histoire qu’écrivent les historiens et les historiennes, ou de son livre, ou plutôt de son ensemble de livres, intitulé Histoire de la sexualité. Il faut rappeler que son projet d’une histoire de la sexualité avait pour fonction de montrer que ce que nous considérons comme « la sexualité » est en fait quelque chose de tout à fait récent, qui n’apparaît qu’au début du xixe siècle. La sexualité est, dit-il, une expérience « historiquement singulière ». Et c’est bien la généalogie de cette expérience qu’il entend retracer. Il faut aussi rappeler que la grande cible, tout au long de cette entreprise théorique et historique, est la psychanalyse. Un des grands objectifs de Foucault était de déstabiliser le discours psychanalytique et l’idée d’une vérité naturelle du désir qu’il faudrait découvrir en soi et dont il faudrait parler pour parvenir à l’émancipation.

18Mais je ne vais pas me lancer dans un commentaire de cet ensemble de livres de Foucault, mais plutôt considérer quels effets il a produit sur la recherche historique et le travail des historiens et des historiennes. Si l’influence de Foucault a indéniablement été très féconde et productive au cours des vingt dernières années, il est possible – si je peux risquer ce propos – qu’aujourd’hui le « foucauldisme » dogmatique, notamment aux États-Unis, soit plutôt un obstacle à la réflexion qu’un moyen d’invention et de création de nouvelles pistes de recherches. Il n’est pas un livre ou un article qui ne rappelle que, selon Foucault, dans La volonté de savoir, le personnage de l’homosexuel a été inventé au xixe siècle par la psychiatrie et que, donc, il n’est pas possible de parler d’homosexualité avant la date assignée par Foucault. Si ces quelques remarques schématiques de Foucault, dans ce livre, ont pu être utiles pour débarrasser la recherche historique d’une sorte d’essentialisme militant qui voulait aller chercher dans le passé ceux qui avaient été nos prédécesseurs, nos ancêtres glorieux, il me semble aussi que ce constructivisme ou ce nominalisme radical de Foucault a produit un type de discours qui tend à disqualifier toute réflexion, toute investigation, de ce qu’il peut y avoir de spécifique dans les identités culturelles gay et les subjectivités gay. C’est un peu contre cela, contre ce dogmatique foucaldien que j’ai voulu réagir dans mon livre Réflexions sur la question gay (Paris, Fayard, 1999). J’ai montré que Foucault avait donné, dans un autre livre, Histoire de la folie, une autre périodisation pour l’invention du personnage de l’homosexuel puisqu’il ne parle pas du xixe mais du xviie siècle et qu’il donne un tout autre type d’explication puisque ce n’est plus la psychiatrie qui l’invente mais l’enfermement avec les fous, après lequel seulement la psychiatrie pourra apparaître, une fois que ses objets « naturels », le « fou » et « l’homosexuel », auront été constitués. Dans ce livre, j’ai voulu, dans la première partie, prendre Foucault comme moyen pour penser l’expérience gay. Dans la deuxième partie, j’ai voulu critiquer les énoncés historiques de Foucault en montrant qu’un discours « gay » avait existé, notamment chez les hellénistes d’Oxford, avant le discours psychiatrique. Et troisièmement, j’ai voulu faire l’histoire de Michel Foucault lui-même et de son œuvre. Il me semble que si on veut tout historiciser à la suite de Foucault, il convient également d’historiciser les catégories de la pensée de Foucault qui me semblent étroitement liées aux moments dans lesquels il a écrit. Il m’apparaît en effet de plus en plus que Foucault, tout autant qu’il nous a donné les moyens de penser l’histoire de la sexualité, appartient à cette histoire qu’il a vécue au xxe siècle. Ses livres sont autant de moments de cette histoire qu’il faut lire comme tels, de la même manière, d’ailleurs, qu’il faut lire, je crois, tout discours sur l’histoire de la sexualité et de l’homosexualité. Il me semble que ce que dit Foucault dans L’histoire de la folie, ou dans La volonté de savoir, n’est pas une vérité sur l’histoire de la sexualité mais des points de vue qui correspondent à des moments historiques de la réflexion « gay », de la pensée « gay ». Il faudrait faire une sorte de généalogie : Proust, Gide, Genet, Foucault… en tout cas pour l’homosexualité masculine et les discours « gay ». Florence Tamagne, qui parlera tout à l’heure, pourrait sans doute ajouter une autre généalogie, une autre filiation, pour les discours lesbiens. Il me semble que les grandes catégories de la pensée de Foucault sont étroitement liées à ses « problèmes personnels » (c’est l’expression qu’il utilise) dans les différents moments où il a essayé de penser. On pourrait là se référer aux récentes analyses de l’historien américain George Chauncey sur la transformation qui s’est produite après 1969. Il me semble que la pensée de Foucault, qui est passée de l’hypothèse répressive dans L’histoire de la folie au rejet de cette hypothèse dans La volonté de savoir est en rapport avec l’évolution de la situation de l’homosexualité : réprimée et interdite de parole dans les années 50 et 60 et quasiment obligée de parler dans les années 70 avec l’émergence d’un mouvement « gay » pour lequel la « sortie du placard », l’affirmation de soi-même, constituait l’un des grands axes politiques.

19Pour anticiper sur la discussion concernant les possibilités qui s’offrent à nous aujourd’hui, il me semble qu’il est regrettable que ce qu’on appelle la pensée queer, (je veux parler bien sûr du travail de réflexion théorique et pas du catéchisme simpliste et des slogans dogmatiques qui circulent sous cette étiquette) n’ait eu aucun écho en France dans la réflexion sur les identités sexuelles et dans l’investigation des subjectivités et des processus de subjectivation. C’est là peut-être, me semble-t-il, qu’il faudrait à la fois le plus recourir à Foucault et à la fois le plus tourner le dos à Foucault. Si la pensée queer aujourd’hui aux États-Unis (et je pense tout particulièrement au dernier livre de Judith Butler, Antigone’s Claim), s’est tournée vers une interrogation sur la subjectivité, cette interrogation est très fortement ancrée dans la psychanalyse. Et il me semble qu’il est aujourd’hui important à la fois d’engager cette investigation sur la subjectivité malgré la volonté foucadienne de désubjectiviser et de dépsychologiser l’identité « gay » mais aussi de la mener en s’inspirant de la critique foucaldienne de la psychanalyse et en s’appuyant sur une idée anthropologique de l’inconscient, une idée, qu’on pourrait définir comme bourdieusienne, de l’inconscient comme incorporation des structures de l’ordre social et sexuel. On pourrait également s’interroger sur l’identité comme identification culturelle et travailler à faire l’histoire des subjectivités « gay » à travers l’histoire des pratiques d’identification. C’est par exemple le travail que mène actuellement David Halperin sur le rapport « gay » aux actrices ou aux chanteuses. Et l’on pourrait analyser au travers de ces identifications collectives ou de ces vecteurs par lesquels se crée une culture, ce que nous pouvons comprendre des subjectivités particulières, subjectivités minoritaires mais qui n’en sont pas moins des subjectivités de groupes, historiquement situées mais dans lesquelles on retrouve certains invariants… Et c’est là, dans cette tension entre une utilisation de la critique foucaldienne de la psychanalyse et une investigation non-psychanalytique mais également anti-foucaldienne de la subjectivation, c’est dans cette tension, où la présence de Foucault est évidement incontournable, que peut se définir et s’ouvrir l’espace pour un travail de réflexion et de discussion.

Éric Fassin :

20J’aimerais insister sur ce qui a déjà été dit : la lecture de Foucault invite à s’interroger sur la notion même de sexualité. En effet, il ne suffit pas de décrire un ensemble de pratiques et de représentations ; il faut encore s’interroger sur la constitution de ce qu’on appelle « sexualité ». Avec Foucault, on est amené à s’interroger sur les mots qu’on utilise, sur les catégories qu’on met en jeu : c’est l’évidence de la sexualité qui est remise en cause. Cet apport me paraît important lorsqu’on veut avoir une perspective historique, non seulement sur les pratiques et les représentations, mais aussi sur la notion même de sexualité.

Sylvie Chaperon :

21Merci. On va peut être passer au deuxième thème pour se demander quels peuvent être aujourd’hui les recherches à mener ? Compte tenu de ce qui a déjà été fait, compte tenu de ce qui n’a pas été fait, compte tenu de ce qui est fait beaucoup à l’étranger et peu en France, quels sont chantiers qu’on peut ouvrir en histoire de la sexualité ? Quelles sont les pistes de recherches qu’on pourrait développer ? Quelles sont les nouvelles problématiques ? Quels sont les thèmes nouveaux qu’il faudrait aborder ? Francis Ronsin m’a dit un jour qu’il n’y avait pas d’histoire de la sexualité en France, ce pourrait être une introduction.

Francis Ronsin :

  • 8  Francis Ronsin, Le Contrat sentimental - Débats sur le mariage, l’amour, le divorce, de l’Ancien R (...)

22Vous avez rappelé une affirmation un peu brutale qui est plus facile à proférer en tête à tête qu’en public. Tout à l’heure, Michelle Perrot m’a fait le plaisir de me citer parmi les premiers à s’être intéressés à l’histoire de la sexualité. Je peux prendre cet exemple. Je crois que je n’ai jamais travaillé du tout sur l’histoire de la sexualité. J’ai eu le projet de le faire. Il est vrai. J’ai déposé une thèse de troisième cycle qui s’est terminée par La grève des ventres. Mon premier projet devait traiter de l’histoire de la sexualité. Mais, je n’ai pas su le faire. C’est tout. Et c’est comme cela que je me suis échappé, en parlant des combats pour la contraception et l’avortement qui, il me semble, ne concernent absolument pas l’histoire de la sexualité. Ensuite, j’ai fait une thèse d’État sur le divorce, et un peu, obligatoirement, sur le mariage 8. Mais, encore une fois, je n’ai pas parlé de sexualité. Pas du tout. Alors, j’en arriverai, après cet aveu… c’est un aveu d’impuissance… à dire non pas qu’il n’y a pas d’histoire de la sexualité mais qu’il me semble qu’on fait tout pour y échapper. Tout à l’heure vous parliez du séminaire que j’ai créé. Un séminaire de recherches internationales sur « Sexualité et socialisme ». Nous avons des cessions tous les ans dans des différents pays. Le problème des propositions d’interventions se pose. Finalement, les gens veulent toujours intervenir sur tout, sauf sur la sexualité. Alors, on se tourne vers l’histoire sociale, le travail des femmes, l’autorité des contremaîtres, sur l’histoire des mentalités, et beaucoup d’histoire des représentations.

23Tout à l’heure, vous avez cité comme source les ethnologues. Évidemment, les ethnologues parlent par moment de sexualité. Les médecins parlent de sexualité. Les théologiens, les curés ne parlent que de sexualité pour ainsi dire et eux n’ont pas peur, sauf qu’ils écrivent en latin mais il ne manque pas de libres-penseurs pour les traduire, si on ne connaît pas le latin… Mais, les historiens, finalement, sont peut-être pris par des catégories qui datent d’avant, des catégories toutes faites (histoire sociale, histoire des mentalités…) et l’histoire de la sexualité n’est pas un domaine de recherche, à mon avis jusqu’à présent, qui a son indépendance.

Éric Fassin :

24Dans la liste des gens qui parlent de sexualité, il y a aussi les sociologues et les démographes. Et de fait, pour parler aujourd’hui de sexualité, on peut s’appuyer sur des travaux, développés à l’ombre du sida, qui proposent un ensemble d’informations empiriques (par exemple : à quel âge ? avec qui ? combien de fois ? quelles pratiques ? etc.). Les grandes enquêtes proposent en effet une description, avec en particulier (mais pas exclusivement) des données quantitatives. à mon sens, cet état des lieux de la sexualité prend tout son intérêt lorsqu’il s’inscrit dans une perspective historique – d’où la référence à Foucault.

25L’historicité concerne au premier chef les discours que nous produisons, y compris ce soir. Nous bénéficions d’une actualité, sinon d’une mode. Si j’en juge d’après mon expérience professionnelle, il ne fait pas de doute qu’il est plus facile aujourd’hui de traiter de ces questions dans un cadre universitaire qu’en 1994, lorsque j’ai commencé mon séminaire en arrivant à l’École normale supérieure sur les « histoires sexuelles », c’est-à-dire sur « genre et sexualité » : le sujet fait moins sourire, il apparaît plus sérieux – autrement dit, plus légitime.

26Nous sommes portés par une actualité qui n’est pas seulement scientifique, mais aussi sociale et politique, avec la résurgence d’un ensemble des mouvements sociaux et de batailles politiques, du côté des questions féministes et homosexuelles, etc. Autrement dit, et c’est mon premier point, lorsqu’on parle d’histoire, il ne s’agit pas simplement de la discipline, mais aussi du contexte historique dans lequel s’inscrivent les recherches : nous le savons tous, mais il faut le garder en tête.

27La deuxième remarque, parallèle, tient au contexte national, et non pas seulement temporel. La postérité de Foucault, différente selon les pays, l’illustre bien. Pour ma part, je travaille principalement aux États-Unis : la légitimité d’une histoire de la sexualité y est mieux établie qu’en France. Cela tient bien sûr également à une demande, à des mouvements sociaux qui ont pris pied dans l’université. Il me paraît donc important de préciser, lorsque nous parlons d’une tradition historiographique, si nous songeons seulement à la tradition française. Car il y a bien des visions nationales, pas simplement populaires, mais aussi savantes, constituées avec l’histoire des disciplines.

28Avec Michel Feher, j’ai organisé un colloque, la semaine dernière à l’ENS, justement pour confronter deux courants de l’histoire de la sexualité, deux traditions historiographiques – française et américaine. L’une et l’autre ont posé des questions différentes. Pour dire les choses de manière quelque peu caricaturale, je crois que l’histoire de la sexualité commence en anglais comme une histoire de l’homosexualité, et en français de l’hétérosexualité. C’est précisément parce que ce partage est aujourd’hui remis en cause, des deux côtés, qu’on peut s’interroger sur ce partage. Et si l’histoire de la sexualité pouvait conjuguer les deux ? Si elle se donnait pour objet de comprendre comment l’homosexualité et l’hétérosexualité se construisent ensemble ? C’est en cela que la réflexion historiographique peut être utile : elle révèle des points aveugles.

29Après ces deux remarques, l’une sur l’actualité comme contexte, l’autre sur le contexte national, je voudrais maintenant insister sur l’articulation de la sexualité à d’autres interrogations. Avec un certain goût du paradoxe, Francis Ronsin disait tout à l’heure que dans ses travaux, il est question de tout sauf de sexualité. J’aimerais renverser cette proposition : lorsqu’il est question de sexualité, il est question de toutes sortes d’autres choses. Ce n’est pas une faiblesse, mais une force de l’histoire de la sexualité. Autrement dit, il ne s’agit pas d’isoler la question de la sexualité, mais de déterminer quelles sont les articulations pertinentes. Loin d’être coupées de tout, les questions de sexualité peuvent être articulées avec des réflexions sur le mariage et la famille, la reproduction, mais aussi avec des sujets moins évidemment sexuels – comme la guerre ou la nation.

30Il ne s’agit pas seulement de domaines, mais aussi de questions : on peut en effet articuler les questions de sexualité avec celles de genre, de race, de classe. Ce sont autant d’entrées qu’il est intéressant de croiser, d’étudier en combinaison. Je songe par exemple au travail de George Chauncey, dans Gay New York. Il me semble qu’une des choses les plus intéressantes dans ce livre, c’est la tentative de réfléchir à l’articulation des questions de sexualité avec les questions de genre, mais aussi avec les questions d’ethnicité, mais aussi avec les questions de classe : l’histoire qu’il raconte articule des logiques distinctes, qui se croisent, se superposent, se contredisent….

31Poser le problème en ces termes d’articulation, c’est donc éviter une autre formulation, qui voudrait qu’on trouve certaines questions secondaires (en particulier la sexualité, ou le genre), tandis que d’autres, principales, primordiales, fondamentales, s’imposeraient (en dernière instance) : la sexualité n’est certes pas la clé, mais une des clés pour interroger les sociétés. Introduire cette question, c’est accepter de compliquer d’autres histoires existantes, qui ont été formulées à partir d’autres questions – par exemple, de classe. Bref, c’est faire des sciences sociales qui travaillent dans la complexité.

Marie-Hélène Bourcier :

32On vient d’évoquer justement les catégories d’analyse et comment les articuler. Il est vrai que depuis le début, je suis un peu étonnée qu’on parle de sexualité de manière indifférenciée sans distinguer genre, orientation sexuelle, identités et pratiques sexuelles. D’autant que l’un des problèmes majeurs de Foucault, c’est que son approche est résolument monogenrée, ce qui n’est pas rien. Je ne pense pas que l’on puisse prétendre « faire l’histoire » des sexualités sans prendre tous ces niveaux en compte, sans les lier à la question de la race et de la classe de savoir et sans se demander qui écrit l’histoire des minorités sexuelles et comment.

  • 9  Cf. Monique Wittig, La Pensée Straight, Paris, Balland, 2001.

33Pour ce qui est de l’apport de la perspective queer en matière d’« histoire des sexualités », il est fondamental. Un, parce que cette réflexion constitue l’après critique de tentatives historiographiques récentes, celles féministes (et non pas féminine) mais aussi gaies et lesbiennes. Deux, parce qu’elle oblige à une remise en cause de la discipline même del’histoire, geste salutaire s’il en fût dans un pays comme la France où le cloisonnement disciplinaire est de mise. De fait, comme beaucoup d’autres disciplines, l’histoire repose sur des conceptions ontologiques de l’homme, de la femme, pour ne pas parler de la différence sexuelle. Elle est le produit d’un régime épistémique hétérocentré, straight pour reprendre une expression wittigienne 9.

  • 10  Differences, vol 3, numéro 2, été 1991, Indiana University Press.

34Le numéro de Differences intitulé Queer theory, Lesbian and Gay Sexualities 10 - qui est un numéro fondateur pour la théorie queer témoigne assez bien de la nécessité qu’ont très vite ressentie les historiens non straights de problématiser leur rapport à leur discipline notamment lorsque l’histoire gaie menace à son tour de devenir naturalisante et excluante. L’histoire en général étant sans doute l’une des disciplines au plus fort potentiel naturalisant qui soit et l’histoire gaie s’étant imposée en fonction de la solidification rapide de l’identité gaie dans les années 80-90. Dans le champ académique aussi. Significativement, sur la couverture de cette revue parue en 1991, la toute nouvelle expression « queer theory » fait sa première apparition à côté de « lesbian and gay sexualities » pour se démarquer de l’aspect automatique de la formule, qui masque en fait le silence qu’elle produit : la spécificité des lesbiennes, mais pas seulement des lesbiennes. On pourrait en dire tout autant des ouvrages qui paraissent encore de nos jours et qui titrent de manière si pré-foucaldienne d’ailleurs, sur l’histoire de l’homosexualité. Surtout lorsque celle-ci traverse les siècles, les continents et les arts… Faut-il pour autant s’atteler à réécrire l’histoire des oubliés et des « subalternes », à boucher les trous de l’histoire dominante ? On retrouve ici en écho l’un des dilemmes de l’histoire féministe : fallait-il faire « herstory » pour l’opposer à « history » ? Ce n’est pas la stratégie retenue par les participants de ce numéro de Differences, qui ne perdraient pour rien au monde deux des grands acquis de la réflexion féministe sur l’histoire : que celle-ci constitue une formidable force de dépolitisation, qu’elle privilégie le « public » au détriment du privé, mieux encore que son rôle justement est de maintenir cette séparation construite.

35Mais ce qui les intéresse au plus haut point, c’est cet autre enjeu également soulevé par la théorie et la pratique féministe de l’histoire : qu’il faut écrire l’histoire autrement non tant parce que celle-ci serait oublieuse mais parce qu’elle est un agent essentiel dans la production de savoirs-pouvoirs qui produisent ou excluent aussi bien les femmes que les gais, les lesbiennes, les homosexuel(le)s, les sodomites, les tribades, les bollos, les transsexuel(le)s et les transgenres…. L’histoire comme grand producteur, parmi d’autres, de « la vérité du sexe », comme aurait dit le Foucault du tome 1 de L’Histoire de la Sexualité, tel est l’enjeu.

  • 11  Jennifer Terry, « Theorizing Deviant Historiography », in Differences, ibid, p. 56—74.
  • 12  Terry s’inspire de l’article de Foucault intitulé « Nietzsche, la généalogie, l’histoire », paru p (...)

36L’article de Jennifer Terry 11 qui figure dans ce numéro de Differences revient justement sur ces questions avec des accents très foucaldiens. Pratiquer ce que Terry appelle après Foucault « l’histoire effective » 12 revient à repérer des ruptures, des formes d’exclusions, des silences, une économie généralisée du placard et non à faire l’histoire des « autres » élidés qu’il s’agirait de récupérer. Une histoire débarrassée de tout réflexe « reconstituant » et totalisant, de toute attraction vers les pseudo-origines (la pente naturalisante et an-historique). Pour paraphraser Terry, « l’histoire effective » expose non les événements ou les acteurs négligés par l’histoire traditionnelle. Au lieu de cela, elle met à nu les procédés et les opérations qui ont rendu ces élisions possibles. Et j’ajouterais ses « censures productives » pour reprendre un outil foucaldien, ses productions de la déviance et de la marge.

  • 13  Marie-Hélène Bourcier, Queer Zones, Politiques des Identités Sexuelles, des Représentations et des (...)

37Il en découle une approche critique des sources et de l’histoire que je n’ai pas le temps de développer plus avant mais que j’évoque plus longuement dans les chapitres de Queer Zones 13 consacrés l’historiographie et à la notion de discipline. Je finirai en insistant sur ce point central : faire de l’histoire – et là encore les féministes l’ont bien rappelé – c’est créer un nouveau savoir. Alors, comment crée-t-on ce nouveau savoir ? Qui s’en charge ? Écrire l’histoire est un acte politique et les minorités sexuelles en ont une conscience aiguë. Et pour cause. Depuis quelques années, elles développent des approches et des méthodes de manière à ne pas se faire objectiver ou instrumentaliser de nouveau par les disciplines hégémoniques qui les ont oubliées ou pathologisées. Dont l’histoire. Elles ont tracé les grands traits d’une historiographie qui participerait de la « déconstruction affirmative » susceptible de s’opposer à la violence épistémique dont les « subalternes », les déviants, les minoritaires, les sans-pouvoir font l’objet au travers de cette discipline qu’est l’histoire.

Sylvie Chaperon :

38J’aimerais qu’on passe à la question des sources, troisième thème de cette soirée. Quelles sont les sources qui permettent de faire une ou des histoires de la sexualité ? Il y sans doute des sources qu’on connaît déjà mais qu’on n’a pas utilisées pour cela. Mais aussi des sources, des gisements qui attendent d’être traités…

Christelle Taraud :

  • 14  Voir notamment le journal Le Monde du vendredi 12 octobre 2001.

39Le sujet sur lequel je travaille, Prostitution et colonisation au Maghreb de 1860 à 1960, me permet, par chance, d’articuler les catégories dont nous parlons : sexualité et classe. En y ajoutant un niveau supplémentaire de lecture, le « fait colonial », qui constitue une formidable caisse de résonance. Pourtant des deux côtés de la Méditerranée, les historiographies française et maghrébine restent assez peu prolixes sur le rapport, pourtant évident, entre sexualité et colonisation. Qu’on pense à la récente polémique autours des viols commis, par les soldats français, pendant la guerre d’Algérie 14. Polémique symboliquement relancée par Mohamed Garne, un des enfants nés de ces viols. Qu’on pense encore aux bordels militaires de campagne mis en place, dès la conquête de l’Algérie, par l’armée française…

  • 15  Eugène Fromentin, Une année dans le Sahel, Paris, 1991, Flammarion (collection de poche), 246 p.
  • 16  Émile Masqueray, Souvenirs et visions d’Afrique, Paris, 1989, La boîte à documents, 308 p.

40Les sources, puisque c’est cette question qui nous occupe plus particulièrement, sont, pour traiter un sujet de ce type, d’une étonnante diversité et d’une rare abondance. Les archives administratives forment un premier groupe à l’intérieur duquel se mêlent aussi bien les débats parlementaires métropolitains, relayés via les services du Gouvernement général de l’Algérie ou des protectorats marocain et tunisien, que des archives des agents du contrôle : policiers, médecins, magistrats… chargés de veiller à la bonne marche du système réglementariste, importé en Afrique du Nord par l’administration coloniale. À cela s’ajoute la très grande veine des orientalistes, peintres, poètes, écrivains, voyageurs, qui ont tous produit une image singulière des femmes au Maghreb. Fromentin 15 et Masquerey 16 ont donné, par exemple, des descriptions extraordinaires des fameuses danseuses-prostituées Ouled-Naïls. Et puis, on trouve encore un fond iconographique énorme. L’immense veine des cartes postales Scènes et types propose une vision extrêmement « ethnicisée » des femmes « indigènes » où l’image véhiculée fait souvent écho aux dédicaces ou petits mots envoyés au dos. Une anecdote : un homme adresse une de ces cartes postales à un de ses amis restés en France, et note simplement : « Je t’envoie une de mes femmes… » La femme en question est une « Mauresque » pour le moins déshabillée, qui semble mettre en scène un « type » représentatif de femmes. Ce qui incidemment pose le problème de la propagande coloniale et de sa domination sur l’ensemble de la société.

  • 17  Germaine Aziz, Les maisons closes, Paris, 1980, Stock, 257 p.

41À l’abondance et à la diversité des archives se superpose en effet leur caractère profondément univoque. Question primordiale pour un chercheur. Ici, presque toutes les sources proviennent d’hommes « blancs » dont l’activité discursive est étouffante. Toute la difficulté est alors de repérer les traces des prostituées. Autrement que dans les regards, les discours ou les actions des colons. À ma connaissance, une seule ancienne prostituée 17 a témoigné de son calvaire dans les maisons d’abattage d’Algérie et de Tunisie. Son livre Les maisons closes, publié chez Stock dans les années 80, est d’une lecture édifiante et émouvante. Les hommes, par contre, parlent facilement. J’ai fait, comme cela, quelques entretiens d’anciens militaires, médecins et policiers.

Anne-Marie Sohn :

42Je dirais pour les archives sur la sexualité ce que nous avions dit pour les archives des femmes. On ne trouverait rien. Elles étaient muettes. On n’en parlait pas. Mais on trouve toujours ! Il y a, d’une part, surabondance des archives imprimées et des discours normatifs. Si on s’intéresse, en revanche, aux pratiques et aux identités, etc., bref à l’intime, les archives sont plus difficiles à trouver mais, en ce qui me concerne, c’est grâce aux archives que je me suis intéressée à la sexualité. Travaillant sur les femmes dans la vie privée, je commençais à dépouiller les dossiers d’avortements, infanticides, coups sur conjoint, meurtres de l’amant… Et dans les mêmes cartons, se trouvaient des dossiers de viols, d’attentats à la pudeur sur enfant… Je les ai donc dépouillés à tout hasard. Au bout d’un certain temps je me suis rendue compte que ces affaires de violence sexuelle étaient fondamentales et me donnaient à voir en particulier le regard de la société sur les enfants. J’en ai fait à la fois un usage direct et indirect. In fine, j’ai trouvé pas mal de choses dans les archives judiciaires. Pas mal mais pas énormément. Ce sont des archives où il faut gratter partout mais elles sont parfois extraordinaires. Les témoins saisissent des scènes qui ne leurs sont pas destinées. Ils regardent par le trou de la serrure ou par le trou du plancher. Ils montent sur des tas de bois pour observer ce qui se passe chez le voisin. Ils ouvrent la porte malencontreusement, etc. Ils racontent beaucoup de choses. Quand une femme se plaint des pratiques sexuelles de son mari, elle donne parfois des détails inouïs. Et inversement, quand un homme se plaint de la frigidité de sa femme, il raconte des choses aussi étonnamment précises, crues même et qui vont jusqu’au récit de son impuissance. Mais pour arriver à rassembler suffisamment de données, il faut dépouiller énormément d‘archives. J’ai dépouillé plus de six mille dossiers pour avancer quelques hypothèses. Et en particulier pour l’histoire de l’homosexualité. Lorsque j’ai écrit le livre Du premier baiser à l’alcôve, je me suis dit que je ne pouvais pas esquiver le sujet. C’est alors que je me suis rendue compte que j’aurais dû dépouiller tous les attentats à la pudeur sur les petits garçons, alors que je me suis bornée aux seuls dossiers contenus dans les cartons que je dépouillais. Or, il y a très, très peu de plaintes, guère plus d’une douzaine par an. Je n’ai pas eu le courage d’aller refaire encore des études dans quarante départements. C’est un gros, gros travail. Disons, en quelque sorte, que ce que j’ai pu apprendre là sur l’histoire de la sexualité, c’est un sous-produit de ma thèse sur les femmes dans la vie privée.

43Depuis, j’ai trouvé d’autres sources. Il se trouve que j’ai tout d’abord étudié, en parallèle en quelque sorte, avec Martine Sévegrand les lettres adressées à l’abbé Viollet. De toutes les lettres que j’ai lues – j’ai dû en lire plus de 2000 – , ce sont celles où j’ai trouvé l’audace la plus extrême, avec des termes d’une retenue extrême qui rendent les choses encore plus frappantes. Les correspondants évoquent par exemple des pratiques de travestissement amoureux que je n’avais jamais trouvées dans les archives judiciaires. J’en viens donc à un deuxième type de source qui est la source à la première personne. Je n’ai pas travaillé sur les mémoires. Je n’ai pas travaillé sur les journaux intimes. J’ai travaillé sur les lettres puisque, outre les lettres de l’abbé Viollet, j’ai entrepris un dépouillement des lettres que Ménie Grégoire avait reçues, les lettres d’antenne pour les années 1967-1969. Cela fait dix-huit cents lettres. Et il y a dans le fond « Ménie Grégoire » (je l’avais dit à toutes mes étudiantes qui commençaient à travailler sur un DEA) cent cinquante lettres d’homosexuels. Ce sont des homosexuels hommes qui peuvent également aborder la question de la bisexualité. Je ne m’en suis pas servi pour l’instant. Ces lettres m’ont, dans un sens, déçue parce qu’à la différence des dossiers judiciaires, les gestes sont absents. En revanche, on a le désir, le dégoût, le plaisir. On y trouve les lieux et les types de préliminaires, ce qui se passe dans la tête, etc. Mais on ne sait pas ce qu’ils font dans un lit alors même que les femmes peuvent écrire : « Il me traitait d’une façon bestiale », « C’était un homme ignoble. Il m’a dégoûté de l’amour par la façon dont il me faisait l’amour. » Mais quelle était sa façon de faire l’amour. Je bute sur cette lacune documentaire. Cela dit, Menie Grégoire a fait ensuite une émission sur la responsabilité sexuelle. Là, je pense que la parole est plus précise et moins voilée. Ce serait donc une source à utiliser. Mais je n’ai pas eu le temps de le faire. J’ai fait autre chose. Donc, malheureusement, dans cette littérature du « je », il y a énormément de choses mais il n’y a pas les gestes. Je sais qu’il y a un recul du tabou. Néanmoins, les gens parlent très peu de leur vie dans l’alcôve. Je ne sais pas si Christelle Taraud sait exactement quelles étaient toutes les pratiques. Oui… Cela, c’est raconté ? Alors, c’est raconté par qui ?

Christelle Taraud :

  • 18  Qui regroupait à l’époque 600 prostituées.
  • 19  J.Mathieu et P.H. Maury, La prostitution dans le quartier réservé de Casablanca, Paris, 1949, CHEA (...)

44À Casablanca, en 1949, dans le quartier réservé dit du Bousbir 18 qui s’ouvrait sur une porte monumentale gardée par un double poste militaire et policier, deux médecins J.Mathieu et P.H. Maury mènent l’enquête 19. Ils interrogent précisément les prostituées sur leur habillement, leur logement, leur régime alimentaire, leurs pratiques de beauté, leur sexualité… Dans le quartier réservé en question, on trouve des musulmanes, des juives, mais aussi des européennes. Émergent alors des distinctions intéressantes entre les différentes populations prostitutionnelles. Un exemple parmi d’autres : les musulmanes refusent de pratiquer la fellation pour des raisons liées à un tabou sociétal fort : l’ingestion de sperme. À ce propos, je pense à une autre anecdote dont le rapport est inversé. Un caïd, de passage à Paris, est invité dans une maison de tolérance. Présenté à la prostituée qui doit s’occuper de lui, il se rend avec elle dans une chambre, dont des spectateurs ahuris le voient rapidement sortir en hurlant : «Elle a voulu me manger ». Un certain nombre de travaux de ce type, relativement tardifs d’ailleurs, donnent la parole aux prostituées. Cette parole trop rare, qui émerge pourtant par intermittence, s’expose parfois crûment, mais toujours dans une grande liberté. Les femmes disent clairement ce qu’elles font et comment elles le font. Elles parlent simplement de sodomie, de frigidité, de stérilité…

Francis Ronsin :

  • 20  Francis Ronsin, « Les « prostituées » de Rambervillers », Revue d’histoire moderne et contemporain (...)
  • 21  Le Vénérien des champs et la prostitution à la campagne, par le Dr Lardier, chirurgien de l’hôpita (...)

45Je vais revenir aussi aux sources. Je terminerai sur une note optimiste. J’ai quand même démarré un peu l’histoire de la sexualité. En travaillant, par exemple, sur la pornographie qui est une source intéressante. J’ai voulu voir des photos pornographiques à la Bibliothèque nationale. Il y a longtemps de cela. Cela ne figurait pas dans les catalogues. J’ai demandé. On m’a dit qu’il y en avait. « Est-ce qu’on peut les voir ? » « Oui, mais il faut faire une demande au conservateur en chef. » Alors, j’ai fait une demande. Il y avait une question très provocatrice : pourquoi on voulait voir cela. J’ai mis : « Parce que c’est chouette. » Comme cela, j’ai été bien reçu et tout de suite. C’était bien trouvé. Sur ce, l’essentiel de leurs collections de photos pornographiques venait d’un unique collectionneur, était resté dans des cartons, et n’était pas inventorié. Ils m’ont mis en contact avec ce collectionneur. C’était un très bon contact. Mais que d’obstacles avait-il eu à surmonter pour faire accepter son don ! Aux dernières nouvelles, sa collection semble – pour une bonne part - être répartie dans les tiroirs des bureaux du personnel. C’est un réel problème quand on travaille à la Bibliothèque nationale, sur des domaines touchant la sexualité. On est les rois des « manquent en place », des « disparus ». J’ai regardé la Bibliographie de la France. Vous pouvez la regarder : il n’y a plus de livres pornographiques qui paraissent en France. Je suis allé au dépôt légal où on m’a expliqué pourquoi. Un été, il est paru un numéro de la Bibliographie de la France où il n’y avait que des ouvrages pornographiques. Il n’était paru que cela en France. La honte ! On a supprimé la rubrique ! Oui, mais…y en avait-il toujours beaucoup ? La responsable du dépôt légal m’a dit : « Non, on n’en reçoit pas beaucoup. » « Oui, mais combien ? Quelle importance par rapport à la production ? ». Elle ne le savait pas. Avec son autorisation, j’ai été faire une enquête dans les porno-shops. J’ai relevé tous les titres pour voir s’ils étaient au dépôt légal. Il y en avait peut être 20 %. Mais, cela n’inquiétait personne. Personne ne pensait à faire respecter la loi. C’est un domaine qui n’intéresse pas. C’est la même chose souvent aux archives locales. J’ai travaillé sur la prostitution à Rambervillers (Vosges) 20, il n’y avait rien. Sur la construction de la caserne de pompiers, il y avait tout ce qu’on voulait. Mais, même dans la période réglementaire, il n’y avait pas de fiches des prostituées. Rien non plus à Épinal, aux archives départementales ou à l’hôpital. Un médecin de Rambervillers disait pourtant qu’il y avait plus de prostituées que de femmes dans sa ville 21. Au commissariat de police, après beaucoup de curiosité et quelques plaisanteries, on s’est intéressé à la recherche historique : « Les fiches, on vous les montre… ». Mais c’était des fiches actuelles !

46Je crois qu’un des avantages de réunions comme celle de ce soir, serait d’entraîner une sensibilisation des archivistes. Le gros travail d’un archiviste, c’est de détruire les archives. Ce n’est pas de les conserver. Il y a un espèce de mépris. Un premier résultat serait de triompher de ce mépris et de s’apercevoir qu’il s’agit de documents sociaux d’une importance considérable alors qu’ils ont été détruits, très souvent et très massivement.

Haut de page

Notes

1  Roger-Henri Guerrand et Francis Ronsin, Le sexe apprivoisé. Jeanne Humbert et la lutte pour le contrôle des naissances, Paris, La Découverte, 1990. Réédition : Paris, Spartacus, 2001.

2  Alain Corbin, Historien du sensible, entretiens avec Gilles Heuré, Paris, La Découverte, 2000, p. 39 et sq.

3  Martine Sévegrand, Les enfants du bon Dieu. Les catholiques français et la procréation au xxe siècle, Paris, Albin Michel, 1995 ; L’amour en toute lettres ; Questions à l’abbé Viollet sur la sexualité (1924—1943), Paris, Albin Michel 1996.

4  Il faut saluer ici les travaux pionniers de Marie-Jo Bonnet : elle soutient en 1974, à Paris VII, une thèse intitulée « Recherches historiques sur les relations amoureuses entre les femmes, xvie-xxe siècles », sous ma direction ; au jury : Béatrice Didier et Alain Corbin. Cette thèse est publiée en 1981 sous le titre Un choix sans équivoque. Recherches historiques sur les relations amoureuses entre les femmes, xvie-xxe siècles, Paris, Denoël ; seconde édition, revue et augmentée, parue chez Odile Jacob en 1995 sous le titre, Les relations amoureuses entre les femmes du xvie au xxe siècles, qui vient d’être rééditée (2001).

5  Cf. JosVan Ussel, Histoire de la répression sexuelle, Paris, Robert Laffont, 1972.

6  Thomas Laqueur, La fabrique du sexe. Essai sur le corps et le genre en Occident, Paris, Gallimard, 1992 (tr. de l’américain Making Sex). L’innovation de Laqueur, c’est justement l’introduction de la dimension du genre, centrale dans son ouvrage.

7  Michelle Perrot, « Michel Foucault et l’historie des femmes », Au risque de Foucault, Centre Pompidou, 1997, repris dans Les femmes ou les silences de l’Histoire, Paris, Flammarion, 1998, p. 413—424.

8  Francis Ronsin, Le Contrat sentimental - Débats sur le mariage, l’amour, le divorce, de l’Ancien Régime à la Restauration, Aubier, Paris, 1990 ; Francis Ronsin, Les Divorciaires - Affrontements politiques et conceptions du mariage dans la France du xixe siècle, Aubier, Paris, 1992.

9  Cf. Monique Wittig, La Pensée Straight, Paris, Balland, 2001.

10  Differences, vol 3, numéro 2, été 1991, Indiana University Press.

11  Jennifer Terry, « Theorizing Deviant Historiography », in Differences, ibid, p. 56—74.

12  Terry s’inspire de l’article de Foucault intitulé « Nietzsche, la généalogie, l’histoire », paru pour la première fois en 1971 dans un recueil d’hommages à Jean Hyppolite et repris dans Dits et Écrits, Paris, Gallimard, 1994, tome 2, p. 136—156.

13  Marie-Hélène Bourcier, Queer Zones, Politiques des Identités Sexuelles, des Représentations et des Savoirs, Paris, Balland, 2001, p. 128—136 et p. 207—211.

14  Voir notamment le journal Le Monde du vendredi 12 octobre 2001.

15  Eugène Fromentin, Une année dans le Sahel, Paris, 1991, Flammarion (collection de poche), 246 p.

16  Émile Masqueray, Souvenirs et visions d’Afrique, Paris, 1989, La boîte à documents, 308 p.

17  Germaine Aziz, Les maisons closes, Paris, 1980, Stock, 257 p.

18  Qui regroupait à l’époque 600 prostituées.

19  J.Mathieu et P.H. Maury, La prostitution dans le quartier réservé de Casablanca, Paris, 1949, CHEAAM.

20  Francis Ronsin, « Les « prostituées » de Rambervillers », Revue d’histoire moderne et contemporaine, janvier—mars 1987.

21  Le Vénérien des champs et la prostitution à la campagne, par le Dr Lardier, chirurgien de l’hôpital de Rambervillers. Paris, O. Doin, 1882.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Sexualité et dominations », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 84 | 2001, 73-90.

Référence électronique

« Sexualité et dominations », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 84 | 2001, mis en ligne le 01 juillet 2004, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1878

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page