Navigation – Plan du site
DOSSIER

Du charivari au désordre judiciaire : l’irrémissible sexualité (Chalais, 1942-1945)

Cyril Olivier
p. 59-72

Résumé

Par son brouillage des identités de genre, la France de Vichy est un lieu pertinent de l’histoire de la sexualité. L’affaire de Chalais, par la variété des points de vue qui la composent, permet de s’interroger sur les méthodes les plus adaptées à cette histoire. Le chevauchement de chronologie d’une part, l’enchevêtrement des événements d’autre part justifie le choix de recourir ici à une rétrospection micro-analytique. D’une « banale » affaire de collaboration charnelle, telle que les tribunaux de la Libération en voient alors défiler par centaines, les « événements » de Chalais viennent se situer à la croisée du politique et du sexuel. En 1942, l’application d’une directive sanitaire concertée entre le pouvoir vichyste et les autorités allemandes est le prétexte d’un charivari dans les rues de la petite ville de Chalais : des femmes suspectées de se prostituer, risquant par-là de contaminer des soldats allemands, sont attendues par une foule nombreuse sur le lieu de leur examen médical. Après coup, les exaspérations allemandes, l’opiniâtreté de gendarmes français et la ténacité de la réglementation des sexualités et du contrôle des corps sévissent dans la France de la Révolution nationale, de l’Occupation et de la Libération.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

France

Chronologie :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

  • 2  Rapport FTP/FFI du 14e bataillon de Chalais, dossiers de comparution de Jeanne et Jeanine C. devan (...)
  • 3  Dossier de comparution de Thérèse G. devant la Cour de justice de la Charente, 8 mars 1945 (AD 16  (...)
  • 4  À Angoulême comme ailleurs en France, des tribunaux souvent aux mains de la résistance locale préc (...)
  • 5  Dossiers de comparution de Jeanne et Jeanine C. devant la Cour de justice de la Charente, 12 avril (...)

1Le 6 septembre 1944, Chalais, bourgade située dans le sud du département de la Charente, n’échappe pas à ce qui est bien souvent le lieu commun sinistre des journées de la Libération : de prétendues « collaboratrices » sont rasées sur la place publique. Combien sont-elles ? Les différents rapports de la police FFi et de la gendarmerie ne le mentionnent pas. Seules quelques informations filtrent : 4 à 5 000 personnes seraient venues « hurler leur joie et réclamer la peine de mort »2 ; cette affluence paraît démesurée. Dans la journée, celles que l’on appellera désormais les « tondues » sont emmenées dans les bureaux de l’avenue Wilson, siège de la police FFi d’Angoulême. Interrogées, elles sont inculpées d’atteinte à la sûreté extérieure de l’État et mises à la disposition d’une « justice révolutionnaire ». L’une d’entre elles, Régine G., comparaît dès le 19 septembre devant la cour martiale d’Angoulême : elle est accusée de relations intimes avec les soldats ennemis – ce qui apparaît en premier dans l’acte d’accusation – et d’avoir témoigné à charge contre des Français devant un tribunal militaire allemand, ceci ayant entraîné la condamnation de neuf Chalaisiens. Elle écope de cinq années de travaux forcés. Une autre femme de Chalais, Thérèse G. – faisant vraisemblablement partie de sa famille –, comparaît quant à elle le 4 octobre 1944 devant le tribunal militaire d’Angoulême. Femme de prisonnier, elle est accusée des mêmes faits ; la peine de mort est prononcée. Ce jugement est cassé le 19 décembre 1944 : ses aveux auraient été violemment extorqués tandis que sa comparution devant le tribunal militaire se serait déroulée en l’absence d’un greffier 3. Rejugée par la Cour de justice de la Charente, elle est condamnée à quinze ans de travaux forcés et à la dégradation nationale le 8 mars 1945. Régine G. comparaît à nouveau devant la Chambre civique de la Charente, qui ajoute à la peine prononcée par la cour martiale la dégradation nationale à vie 4. Le 12 avril 1945, deux autres femmes sont condamnées pour les mêmes faits : Jeanne C. et sa fille Jeanine sont respectivement punies de cinq et dix ans de prison ainsi que de vingt ans d’interdiction de séjour 5.

  • 6  Acte d’accusation de Jeanne et Jeanine C. devant la Cour de justice de la Charente, 12 avril 1945 (...)

2Quatre femmes sont donc condamnées pour avoir entretenu des relations intimes avec des membres de l’armée d’occupation, faits qui ne sont certes pas légalement répréhensibles, et pour avoir commis un acte délateur, en allant témoigner contre des Français devant un tribunal militaire allemand. Toutefois, dans ces quatre investigations, un indice retient l’attention : en témoignant devant cette juridiction, ces femmes se seraient vengées de l’organisation, en 1942, d’une « visite médicale imposée aux femmes de mauvaises mœurs de Chalais6 ».

3Par sa richesse documentaire – les archives conservées sur cette affaire émanent aussi bien des autorités allemandes, de l’administration du gouvernement de Vichy, que des tribunaux de la Libération – cette étude révèle un certain nombre d’écueils qui seraient inévitables pour qui se contenterait d’une simple analyse des documents produits à la Libération. Concernant les accusations portées en 1944-1945, qu’elles se soldent ou non par une comparution devant un tribunal compétent, la négligence ou la méconnaissance des archives disponibles demeure fatale. Seule une méthode qui allierait à la fois prosopographie et rétrospection, lorsque les documents conservés le permettent, consent à éclairer des situations souvent complexes. Or, dans ce contexte, l’histoire de la sexualité se révèle un formidable champ d’expérimentation. Si certains comportements « collaborateurs » décrits à la Libération sont pour le moins invérifiables antérieurement à cette rupture politique, il n’en va pas de même concernant les pratiques sexuelles : de part et d’autre, les mêmes types de conduites sont conspués alors que d’autres semblent protégés, tel l’adultère masculin.

4La sensualité féminine, dès lors qu’elle n’est pas vécue dans le cadre conjugal de la famille, est érigée en contre-modèle. En outre, contrairement à ce que l’on pourrait croire, les relations mixtes entre Françaises et Allemands ne sont pas toujours appréciées durant la période de l’Occupation. Dans les dossiers de comparution de cas d’avortement, d’adultère ou bien d’excitation à la débauche, de tels rapports sont mentionnés et ne favorisent pas l’attitude des tribunaux. Le choix de recourir à une micro-histoire prosopographique des événements de Chalais (1942), de leurs conséquences et de leurs enjeux, permet d’envisager l’ensemble des sources disponibles, de les confronter et de vérifier les possibilités d’investigation de l’intime dans une telle période.

La « manifestation anti-nationale » de Chalais : chronique d’une journée singulière

  • 7  Leur nombre varie entre 150 à 200 selon les autorités françaises (rapport de gendarmerie, 11 mars (...)
  • 8  Rapport de la gendarmerie de Barbezieux, 1er avril 1942 (AD 16 : 1W47).
  • 9  Rapport de la gendarmerie de Barbezieux, 11 mars 1942 (AD 16 : 1W47).
  • 10  Correspondance de la Feldkommandantur d’Angoulême au préfet de la Charente, 9 mars 1942 (AD 16 : 1 (...)

5Le 28 février 1942, en début d’après-midi, une partie de la population de Chalais se rend devant l’hôpital, manifestant bruyamment sa présence 7. Quel est donc le spectacle tant attendu ? Depuis quelques semaines, une rumeur se répand dans la petite ville : une vingtaine de femmes de Chalais et des alentours seraient convoquées à l’hôpital pour y subir des examens de prophylaxie anti-vénérienne. Quelques-unes seulement sont connues de tous pour avoir une conduite qualifiée de « légère », y compris avec des soldats de l’armée allemande. Les badauds seraient donc venus assister à ce que l’on appelle déjà le « conseil de révision des femmes »8. Du côté des autorités françaises, personne ne songe alors à interrompre ce qui est considéré avec dérision comme un simple « attroupement9 ». Vers 14 h, l’intervention d’un Oberlieutenant ordonne la dispersion de ce qu’il estime être une « manifestation anti-allemande »10. Rapidement, ce curieux public rentre chez lui. L’inspecteur du service départemental d’hygiène, arrivé à 15h 30 traverse une rue complètement vide : seule une femme se soumet à l’examen.

  • 11  Ibid.

6L’affaire aurait pu en rester là si les autorités allemandes ne s’étaient pas senties atteintes par cette manifestation, d’autant que les gendarmes de Chalais sont restés étrangement passifs. Dès le 9 mars 1942, la Feldkommandantur 887, basée à Angoulême, s’adresse au préfet de la Charente, le priant de diligenter « une enquête sévère et approfondie », de « sévir contre les personnes qui se sont rendues coupables de ces incidents » ; un rapport détaillé est par ailleurs attendu « dans les cinq jours »11. Les autorités allemandes sont convaincues de l’impartialité de ces convocations. Ne retenant que quatre noms dans la liste établie, ils estiment que le but unique de cette visite médicale était de « compromettre » des personnes logeant des soldats allemands « avec lesquels elles se comportent convenablement » ou « connues pour préconiser la collaboration entre la France et l’Allemagne ». La Feldkommandantur considère donc que dans cette affaire la gendarmerie et la municipalité de Chalais ont fait la « démonstration d’une disposition anti-allemande ». En représailles sont exigées les mises en congé des fonctionnaires responsables de la gendarmerie de Chalais ainsi que du maire. Par là, les Allemands imputent aux autorités civiles et militaires de Chalais l’établissement de la liste des femmes convoquées.

Des convocations entre décisions concertées et consenties

  • 12  Décret du 29 novembre 1939 relatif à la prophylaxie des maladies vénériennes, Journal Officiel de (...)
  • 13  Note du 6 mai 1941 (AD 16 : 1W47).
  • 14  Rapport du médecin-inspecteur de la Santé au préfet de la Charente, 11 mars 1942 (AD 16 : 1W47).

7D’après le médecin-inspecteur de la Santé de la préfecture de la Charente, les vingt et une femmes composant la liste « avaient été signalées comme étant de mœurs douteuses ». Cette convocation est conforme aux instructions prévues par le décret du 29 novembre 1939 et à la circulaire du 14 janvier 1941 qui instaurent un contrôle plus sévère dans un but prophylactique 12. Chacune d’entre elles a d’ailleurs reçu un courrier de la préfecture l’invitant à se présenter à une heure déterminée à l’hôpital de Chalais. Le maire avait été prié de mettre à la disposition du médecin consultant une salle chauffée. Si la préfecture de la Charente regrette les incidents du 28 février – en grande partie parce qu’ils ont heurté les autorités d’occupation – les services sanitaires déplorent tout autant l’absence de vingt des femmes convoquées ce jour-là. Insistant sur le fait que le seul but poursuivi par les autorités françaises est hygiénique, le médecin-inspecteur craint que la publicité faite autour de ce qui est maintenant « l’affaire de Chalais » ne nuise à l’activité de son service. Chargé du dépistage des maladies vénériennes, et par-là d’un contrôle accentué de la prostitution, il avoue lui-même que la méthode employée « a ses avantages et ses inconvénients » : il doit parfois examiner des femmes mariées, des mères de famille dont certaines ont une conduite irréprochable ; « il faut donc s’attendre à ce que certaines femmes soient examinées injustement ». Il justifie son action par une note émanant de la Feldkommandantur 540 de La Rochelle 13, ayant autorité sur le département de la Charente en matière sanitaire, qui astreint « toute fille ou femme employée dans un bar, café, buvette, restaurant ou établissement analogue » à subir mensuellement un examen médical visant le dépistage des maladies vénériennes, en même temps qu’il se félicite du travail accompli en collaboration avec les occupants : « si j’exerce dans le département un contrôle très sévère de la prostitution, je le fais d’accord avec M. le médecin-chef de la Feldkommandantur de La Rochelle qui m’a toujours témoigné sa confiance. Cette confiance, je crois la mériter, car à aucun moment je n’ai voulu, pas plus du reste que mes collaborateurs directs, sortir du domaine de la prophylaxie pure14 ».

  • 15  Acte d’accusation du Tribunal de la Feldkommandantur, 9 avril 1942 (AD 16 : U 6187).
  • 16  Sans assurer que ces quatorze femmes peuvent être écartées de tout soupçon, notre connaissance des (...)

8Un paradoxe retient cependant l’attention : les autorités occupantes intervenues à Chalais reprochent aux services sanitaires français d’appliquer scrupuleusement un règlement allemand. La liste, vraisemblablement transmise au médecin de la préfecture par la gendarmerie de Chalais, n’en respecte pas moins les critères définis dans la note du 6 mai 1941. Lorsque les autorités allemandes veulent démontrer la partialité de l’entreprise en attirant l’attention sur la convocation de la veuve M. âgée de soixante-douze ans 15, elles se heurtent à leur propre cadre réglementaire : cette femme tient un débit de boisson à Sainte-Marie-par-Chalais. Bien évidemment, même si ceux qui ont dressé cette liste de femmes se conforment aux règlements, la partialité de leur entreprise demeure douteuse. La dite liste comprend certes six noms de femmes bien connues des services sanitaires et des mœurs, elle en mentionne cependant quatorze autres qui n’apparaissent qu’une seule fois pour toute la période étudiée 16. Les Allemands ne s’y trompent pas : le ou les auteur(s) de cette liste de femmes a (ont) agi de manière diffamatoire.

La culpabilisation de sexualités « interdites »

  • 17  Rapport de la gendarmerie de Barbezieux, 11 mars 1942 (AD 16 : 1W47).

9La liste des vingt et une femmes est vraisemblablement dressée par le maréchal des logis-chef François S., de la gendarmerie de Chalais. C’est sur la demande des services sanitaires de la préfecture de la Charente et conformément aux instructions des autorités françaises et allemandes qu’il agit. Bien que ce gendarme dise tout ignorer de l’établissement de cette série de noms 17, la voie hiérarchique veut que dans ce type de requête, les services de la préfecture s’adressent directement à la gendarmerie du secteur visé.

10Dans la conception de la liste qu’il va transmettre à la préfecture, prenant le prétexte d’une lutte concertée des autorités allemandes et françaises contre la prostitution clandestine et la prolifération des maladies vénériennes susceptibles de contaminer des soldats allemands, le maréchal des logis-chef François S. observe un double processus : dénoncer les femmes qui ont une sexualité débridée, qu’elles soient femmes de prisonniers ou non, qu’elles entretiennent des relations intimes avec des Français ou des Allemands ; attribuer une sexualité identique aux membres féminins de familles soupçonnées par lui d’une quelconque collaboration avec les Allemands. Dans un cas comme dans l’autre, il s’agit bien d’une victimisation par le sexe et par des pratiques sexuelles supposées ; à la Libération, il sera d’ailleurs question de liste de « prostituées ». Seules six femmes semblent entrer dans la première catégorie : Denise S., Henriette H., Régine G., Thérèse G., Jeanine C. et sa mère, Jeanne. Les quatre dernières citées se retrouveront d’ailleurs devant les tribunaux de la Libération pour avoir entretenu des relations intimes avec des membres de l’armée d’occupation et pour avoir dénoncé des Français, j’y reviendrai.

  • 18  Rapport de la gendarmerie de Barbezieux, 1er avril 1942 (AD 16 : 1W47).
  • 19  Rapport de la gendarmerie de Barbezieux, 11 mars 1942 (AD 16 : 1W47).
  • 20  Rapport de la gendarmerie de Barbezieux, 1er avril 1942 (AD 16 : 1W47).
  • 21  Martine Segalen, « Les derniers charivaris ? Notions tirées de l’Atlas folklorique de la France (1 (...)
  • 22  Rapport de la gendarmerie de Barbezieux, 11 mars 1942 (AD 16 : 1W47).

11Cependant, au regard du caractère intime que revêtent ces convocations, cette inspection sanitaire aurait dû demeurer confidentielle. Pourtant, le jour de la visite, quelques centaines de Chalaisiens sont présents. Comment sont-ils au courant et dans quel but se rendent-ils aux abords de l’hôpital ? La gendarmerie de Chalais tente dans un premier temps d’expliquer la situation en affirmant que la visite médicale n’est pour rien dans cette affaire et que la plupart des personnes présentes ce jour-là étaient simplement venues « dépenser leurs tickets de fin de mois »18. Cette justification, nullement satisfaisante, irrite d’autant plus les autorités allemandes. Concrètement, la « fuite » de l’information peut émaner de deux sources différentes. Les gendarmes eux-mêmes ont pu provoquer cette indiscrétion. La population serait ainsi invitée à conspuer des femmes désignées par leur intimité suspecte. Quelques femmes ont également pu signaler leur convocation aux Chalaisiens, leur demandant par-là un soutien moral face à l’arbitraire d’une mesure administrative, un excès de zèle des gendarmes de Chalais. Cette dernière version sera celle des autorités françaises de 1942 – lorsque la préfecture tente de démontrer aux Allemands que ces incidents ne leur sont pas imputables – à 1945 lors des différentes condamnations des « tondues » de Chalais devant les tribunaux de l’Épuration. Dès le 11 mars 1942, le lieutenant P., commandant de la section de Barbezieux, tout en certifiant que les vingt et une femmes convoquées sont « toutes de moralité douteuse et susceptibles de contaminer les soldats des troupes d’occupation », affirme que ce sont les quatre femmes, plus tard condamnées à la Libération, qui sont responsables des incidents, étant donné qu’elles ont réussi à se faire dispenser de visite par l’intervention d’un Oberlieutenant 19. Ce rapport de l’officier français vise à assurer aux autorités occupantes qu’il ne s’agit pas d’une manifestation anti-allemande, comme celles-ci en ont la certitude. Un second rapport, daté du 1er avril, va encore plus loin : ce sont « les femmes elles-mêmes qui ont montré partout leurs convocations, soit à la mairie, soit à l’hôpital, soit les unes aux autres, soit aux personnes civiles (…) il est donc établi que la population de Chalais a été avertie par les femmes convoquées »20. Ce rapport se garde cependant d’imputer à ces femmes la responsabilité du rassemblement populaire : « les personnes ayant provoqué le rassemblement n’existent vraisemblablement pas (…) de nombreuses personnes présentes n’ont pu que dire qu’elles étaient venues de leur plein gré, par curiosité et pour s’amuser ». En effet qui pourrait croire qu’en 1942, une partie de la population d’un village de France occupée descende dans la rue pour soutenir des femmes soupçonnées d’avoir une sexualité débridée ? Cette « manifestation » tient davantage du charivari dans le sens où elle dénonce des actes « contrevenant aux règles et aux normes populaires, qu’il s’agisse de la morale privée ou publique »21 : « le passage de Thérèse G., devant l’hôpital vers 13 h a soulevé quelques murmures et une personne aurait agité une sonnette »22. Il est par conséquent difficile d’imputer à ces femmes l’organisation d’une manifestation destinée à les conspuer.

12Pour les autorités allemandes, il faut des coupables. S’il paraît probable que les Chalaisiens s’étaient rassemblés grâce au battage des principales intéressées, il reste que nombre de femmes se trouvent injustement notifiées sur cette liste : elles ont en commun l’appartenance à des familles qui trouvent leur compte dans la collaboration avec les Allemands. Au surplus, la non-intervention des gendarmes de Chalais le jour de la « manifestation » en fait des coupables : ils n’ont pas voulu empêcher une population de conspuer des femmes qu’ils avaient désignées, injustement ou non, par leur sexualité, comme étant germanophiles, récupérant ainsi ce « charivari de l’intime » en manifestation politique.

Des actes nuisibles à la sûreté de l’État. Répartition des responsabilités

  • 23  Correspondance de la Feldkommandantur d’Angoulême au préfet de la Charente, 9 mars 1942 (AD 16 : 1 (...)

13À la suite de cette affaire, les autorités allemandes vont tout d’abord adopter des mesures répressives concernant l’ensemble des habitants de Chalais : le couvre-feu est fixé à 20 h pendant quatre semaines, le conseil municipal et son maire sont remplacés, le maréchal des logis-chef François S. est arrêté et les israélites se trouvant dans la commune sont arrêtés et internés au camp de la route de Limoges à Poitiers. D’après les quelques Allemands présents à Chalais le 28 février 1942, « il était frappant de constater que dans cette foule excitée se trouvaient beaucoup de juifs et de juives domiciliés à Chalais qui se comportaient de façon particulièrement agressive »23 ; l’antisémitisme nazi trouve ici un prétexte facile à l’application de sa politique carcérale vis-à-vis des juifs.

  • 24  Acte d’accusation du Tribunal de la Feldkommandantur, 9 avril 1942 (AD 16 : U 6187).
  • 25  Parmi ses co-accusés, un est condamné à sept mois de prison, un à deux mois de prison, un à cinq s (...)

14Ce sont en tout onze personnes qui, le 9 avril 1942, comparaissent devant le tribunal de la Feldkommandantur, parmi celles-ci, le maire du village, Louis M. et le gendarme François S. Le reste des accusés se répartit entre gendarmes et manifestants, sans doute pris au hasard pour l’exemple plus que par animosité envers les occupants. Le principal prévenu François S. est accusé « d’avoir jusqu’au 17 janvier 1942, à Chalais, d’une façon suivie et avec préméditation, organisé des manifestations anti-allemandes ; d’avoir, le 28 février 1942, intentionnellement et avec préméditation, prêté aide et assistance à d’autres en vue de l’organisation de manifestations anti-allemandes ». Concernant le premier chef d’accusation, le tribunal allemand s’appuie sur les dépositions de Thérèse G., Régine G. et de Jeanne et Jeanine C. Celles-ci témoignent des brimades que leur ferait subir quasi quotidiennement le gendarme S. Entre autres choses, il aurait signifié à Thérèse G. : « comme vous saluez les soldats allemands et leur vendez du pain [les deux femmes G. travaillent dans une boulangerie], je ferai le nécessaire pour me venger quand ils seront partis (…) si un jour ils devront s’en aller de Chalais, je tirerai un coup de pistolet contre celui-là qui ne sera pas encore loin (…) pour toutes les femmes qui saluent les boches, je tiens quelque chose en réserve pour me venger un jour » ; et à Régine G. : « les femmes qui saluent les soldats allemands seront notées et aussitôt qu’eux seront partis, c’est moi qui serai le maître ici et j’ai quelque chose pour me venger24 » ; or il se trouve que les Allemands ont quitté leur cantonnement de Chalais au début de l’année 1942. À ces témoignages accablants attestant de son anti-germanisme, s’ajoute pour le gendarme S. la paternité supposée de la liste de femmes dressée en vue de la visite médicale de février. Il aurait aidé avec zèle l’inspecteur sanitaire S. dépêché sur place par la préfecture afin de recenser les femmes susceptibles de transmettre une maladie vénérienne. Pour ce tribunal, la culpabilité du maréchal des logis-chef François S. ne fait aucun doute ; il est condamné à deux ans et demi de prison 25.

  • 26  Acte d’accusation de Jeanne et Jeanine C. devant la Cour de justice de la Charente, 12 avril 1945 (...)
  • 27  La Charente Libre, 8 mars 1945.
  • 28  Audition de Marcel G. devant la Cour de justice de la Charente lors du procès de Thérèse G. (AD 16 (...)

15À la Libération c’est au tour des quatre femmes ayant accepté de témoigner contre le gendarme S. et d’autres Français de subir une autre forme de répression. Tout d’abord tondues sur la place de Chalais au début du mois de septembre 1944, elles ont ensuite à répondre devant les tribunaux de l’Épuration de ce qui apparaît maintenant comme une dénonciation. L’accent est à nouveau mis sur leur sexualité. Il est question des « incidents qui éclatèrent à Chalais à propos d’une visite médicale imposée aux femmes de mauvaises mœurs »26 – bien qu’il ne soit nulle part mentionné que ladite visite ait été instituée de manière concertée entre les autorités françaises et allemandes ‑, de leur présence sur une liste de « prostituées »27 – ce qu’elle est fondamentalement aux yeux de l’opinion. Elles sont accusées dans leur ensemble de relations intimes avec les Allemands, de dénonciation et de témoignage devant un tribunal militaire allemand. La presse de la Libération n’est guère clémente à leur endroit : La Charente Libre met en avant leur « collaboration horizontale », leur tonsure, et s’agissant de Thérèse G., sa qualité de femme de prisonnier. Lors de la comparution de cette dernière devant la Cour de justice de la Charente le 8 mars 1945, La Liberté en Armes signale que « l’opulente boulangère, dont la chevelure est plus fournie qu’au moment de sa dernière comparution, voit s’évanouir ses dernières chances d’échapper à un châtiment mérité ». Enfin, Sud-Ouest, le 9 mars 1945, rapporte les mots de B., commandant de la place de Chalais, qui, semble-t-il, « fit tondre l’accusée : cette dernière est bien à l’origine de toutes les dénonciations et condamnations ». À n’en pas douter, les articles virulents publiés dans la presse ne font que refléter la rugosité des débats. Dans le cas de Thérèse G., l’accusation va même jusqu’à recevoir le témoignage de Marcel G., ancien interprète auprès des Allemands de Chalais et arrêté en même temps que l’accusée. Il relate leur arrivée dans les caves de l’avenue Wilson à Angoulême, lieu de leur détention : « nous étions au moins une trentaine dans ce lieu (…) c’était un samedi soir et vers minuit et demi, la femme G. s’est placée sous une couverture avec un jeune homme et a eu avec lui des relations intimes (…) j’étais à cinquante centimètres environ d’eux (…) d’autres personnes que moi ont pu voir cela »28. La partialité de ce témoignage, émanant d’un homme qui a tout intérêt à servir le ministère public en échange d’un traitement plus clément, n’est pas mise en doute par une accusation y trouvant une preuve supplémentaire des mœurs dévoyées de Thérèse G. Le rapport de la gendarmerie de Chalais daté du 12 février 1945 n’est pas moins virulent ; il servira d’ailleurs d’acte d’accusation : « La femme Thérèse G. À scandalisé la population de Chalais pendant toute l’occupation allemande par sa conduite avec les troupes ennemies. Femme de prisonnier de guerre cette attitude révélait un caractère criminel. En février 1942, elle fut mise sur la liste des femmes se livrant à la prostitution à Chalais et devant passer une visite médicale. Le 28 février cette visite devant avoir lieu à l’hôpital de cette localité plusieurs personnes se mettaient sur le passage de ces femmes ce qui n’était pas de leur goût et notamment de celui de la femme G. qui aussitôt allait à la poste téléphoner au poste allemand situé à Saint-Parcoul (Dordogne) indiquant qu’une manifestation anti-allemande avait lieu à Chalais. Peu de temps après, un camion allemand arrivait, les soldats faisaient circuler la population et un officier perquisitionnait chez plusieurs habitants de la ville. À la suite de ces incidents, le maréchal des logis-chef S., commandant la brigade de gendarmerie, soupçonné par cette femme d’avoir donné la liste des femmes se livrant à la prostitution et plusieurs autres personnes furent arrêtées ou citées devant le tribunal militaire allemand de Chalais. La femme G. fut appelée comme témoin à charge et déposa violemment contre certains, notamment contre S., poussée sans aucun doute par le gendarme V. son amant, déjà condamné par la Cour de justice (…) La femme G. malgré les témoignages accablants de ceux qui furent ses victimes et qui l’entendirent témoigner contre eux nie les faits qui lui sont reprochés et reconnaît seulement avoir téléphoné à V. pour le mettre au courant de la manifestation de Chalais. » Ce rapport soulève un dernier détail, celui de l’intervention des troupes allemandes venues dissiper la « manifestation » du 28 février 1942.

Une affaire de femmes ?

16Dans toutes les investigations menées à la Libération pour statuer de la responsabilité de ces femmes dans les événements de Chalais, l’arrivée des Allemands peu après le début du rassemblement populaire est imputée à Thérèse G. qui aurait été vue à la Poste, passant un coup de téléphone à un interlocuteur inconnu. Une autre version avait bien été donnée par un rapport de gendarmerie de 1942, mais celle-ci ne sera jamais reprise : trois d’entre elles auraient « pris le train le 27 février 1942 à midi pour se rendre à Libourne (…) elles sont rentrées le 28 à 7 h (…) il est possible que cet incident ait entièrement été monté par elles (…) Thérèse G. notamment a des griefs contre le chef de la brigade de Chalais, qui a fait punir un gendarme français entretenant des relations intimes avec elle ». La vérité semble plutôt être en relation avec cette dernière remarque.

  • 29  Acte d’accusation de Jean V., dossier de comparution devant la Cour de justice de la Charente, 24  (...)
  • 30  Circulaire du Garde des Sceaux, ministre secrétaire d’État à la justice du 25 avril 1942 et loi du (...)
  • 31  Fondateur du Rassemblement national populaire et vainqueur de l’élection législative partielle d’a (...)

17Jean V., gendarme à Chalais en 1942, serait un des amants supposés de Thérèse G. Lorsque Marcel G., interprète auprès des Allemands, rapporte l’anecdote de la cave de l’avenue Wilson, c’est à mots couverts qu’il parle de ce gendarme arrêté à Chalais en même temps que lui. Le maréchal des logis-chef S., probablement affecté qu’un représentant français des forces de l’ordre entretienne une relation « inconvenante » avec une femme de prisonnier de son village, avait en effet pris des sanctions contre celui-ci. Lors de sa comparution devant la Cour de justice de la Charente, le 24 janvier 1945, l’accusation retient en premier lieu les relations qu’il entretenait avec cette femme de prisonnier. Il s’agit à mon sens d’un cas unique en son genre. Il est extrêmement rare de trouver un homme traité de la même façon qu’une femme, quant à sa sexualité, avec le même vocabulaire : « le gendarme V. en garnison à Chalais menait dans cette localité une vie scandaleuse pour la population, ayant des relations suivies avec la femme d’un prisonnier de guerre dont la conduite particulièrement légère était connue de la population »29. Même le texte promulgué par le gouvernement de Vichy « tendant à protéger la dignité du foyer loin duquel l’époux est retenu par suite de circonstances de guerre » qui accentuait la répression de qui « détournait » une femme de prisonnier, n’avait obtenu que de piètres résultats, les tribunaux continuant à viser principalement l’adultère féminin 30. Le gendarme V. À lui aussi témoigné à charge lors du procès de son supérieur hiérarchique. Mais son action ne s’est pas arrêtée à ce stade. Il a lui-même écrit à Marcel Déat 31 une lettre dans laquelle il se déclare entre autres adepte de la politique de collaboration en même temps qu’il accuse le maréchal des logis-chef S. d’avoir « fomenté une manifestation anti-allemande ». L’accusation tiendrait enfin son véritable coupable si elle ne s’était fourvoyée dans l’utilisation du calendrier : affirmant que la lettre envoyée à Déat est l’élément déclencheur des poursuites contre les Français qui furent condamnés par le tribunal allemand, la cour de justice, visiblement pressée d’en finir avec cette affaire, omet de vérifier la concordance des dates. Or le courrier de Jean V. à Déat est daté du 23 avril alors que le tribunal allemand rendit ses jugements le 9 avril.

  • 32  Acte d’accusation de Jean V., dossier de comparution devant la Cour de justice de la Charente, 24  (...)

18Malgré cette erreur d’interprétation, la place qu’occupe Jean V. dans « l’affaire » de Chalais n’est nullement négligeable. Lorsque Thérèse G. se rend à la cabine téléphonique de la poste en ce début d’après-midi de février 1942, c’est lui qu’elle avertit de la situation. De là à penser qu’il a prévenu les autorités occupantes de sa propre initiative, il n’y a qu’un pas que le procureur près la cour de justice n’hésite pas à franchir. Pour l’accusation, « il n’est pas douteux que les machinations ourdies par V. contre son chef (…) ont été les seules bases de l’accusation retenue contre lui qui ont entraîné sa condamnation ainsi que celle des autres Français de Chalais »32. Curieux réquisitoire qui tendrait, en même temps qu’il fait reposer la responsabilité de l’ensemble de l’affaire sur les épaules d’un seul homme, à disculper de ce chef d’accusation les quatre femmes pourtant condamnées.

  • 33  Alain Corbin, Les filles de noces, misère sexuelle et prostitution aux XIX-XXe siècles, Paris, Aub (...)
  • 34  C’est notamment le cas du commissariat de Limoges ; AD 87 : 185W3/9.

19Les « événements » de Chalais et leurs conséquences cachent donc une réalité bien plus complexe que ne le laissaient entrevoir les comparutions de ces quatre femmes devant les tribunaux de l’Épuration. Par la politisation d’un comportement intime, la Cour de justice de la Libération sanctionne leurs relations charnelles avec des soldats ennemis alors cantonnés à Chalais. Le témoignage à charge qu’elles ont pu faire devant un tribunal allemand semble alors induit par cette intimité les liant à quelques militaires. Moquées par un gendarme sans doute un peu trop bavard alors qu’elles se montrent publiquement en galante compagnie, elles n’hésitent pas à le rendre responsable d’une disposition sanitaire concertée entre les autorités françaises et allemandes. Dans le contexte de répression des comportements sexuels « débridés » induit par le gouvernement de Vichy et les exigences allemandes, accepter de se rendre à ce type de visite médicale fonde l’approbation de la condition de prostituée. Or certaines femmes, si elles échangent leurs charmes contre de l’argent ou d’autres avantages matériels, n’ont pour autant ni l’impression de se prostituer, ni l’envie d’être considérées comme telles. D’autres encore ont une vie sentimentale luxurieuse sans être vénales, trompant par exemple un mari absent, usant de moyens contraceptifs et de méthodes abortives ; « l’imminence du danger avivait le désir de jouir de l’instant »33. Or dans la France de Vichy, le discours officiel les assimile à des prostituées du simple fait qu’elles n’observent pas de comportement sexuel conjugal et conceptionnel. Il suffit pour s’en convaincre de compulser quelques rapport périodiques des services de police qui, bien souvent, rangent à la rubrique « prostitution », aux côtés des prostituées elles-mêmes, les femmes soupçonnées de pratiquer des avortements ou d’en faire usage, les infanticides, les épouses de prisonniers adultères, celles enfin qui auraient publiquement témoigné de leur « impudicité »34. Le gouvernement de Vichy ne s’en tient cependant pas à des discours certes peu nouveaux, mais dont l’expression n’a auparavant jamais fait figure de doctrine d’État. Par le déploiement d’un arsenal administratif et judiciaire inédit, un contrôle de la sexualité féminine est instauré. Le droit au divorce est ainsi sévèrement restreint, l’adultère des femmes de prisonniers durement réprimé. Le moindre écart de conduite sur la voie publique est vivement puni : visites médicales humiliantes, inscriptions sur les registres de la prostitution. L’interdiction de la contraception est renforcée, l’avortement devient un crime contre l’État puni de mort. La seule voie possible et encouragée par le gouvernement est donc celle d’une sexualité conjugale et conceptionnelle. Pour les femmes qui n’ont d’autres choix ou qui prennent la liberté de se prostituer sans se soumettre aux règlements, le gouvernement de Vichy mène, de concert et suivant les dispositions imposées par les autorités occupantes, une véritable « chasse » dont le prétexte n’est autre que la prophylaxie des maladies vénériennes. Qui plus est, toujours dans le respect des dispositions allemandes, l’État français décide de favoriser la prostitution close et donc l’enfermement de ces femmes. Il semble alors évident que dans un tel contexte, les « femmes de Chalais » soient la cible de l’État ou d’agents de ce pouvoir répressif.

  • 35  Rapport FTP/FFI du 14e bataillon de Chalais, dossiers de comparution de Jeanne et Jeanine C. devan (...)

20À la Libération, les rôles sont inversés : c’est à leur tour de se trouver dans le box des accusés. S’il n’est plus question de prophylaxie anti-vénérienne, leur sexualité est de nouveau sur la sellette, mais la politisation de celle-ci prend alors un caractère officiel. Dans le cas de Jeanne C., le rapport FFI précise qu’elle « a été putain, putain effrénée, avec uniquement des Boches »35, montrant par-là que sa sexualité reflète bien un comportement politique délibéré. Il s’agit sans doute des mêmes interprétations qui ont conduit le gendarme François S. dans l’établissement de sa liste : les femmes qui s’affichent ouvertement avec les Allemands sont des prostituées et doivent être considérées comme telles, de même que toutes celles qui acceptent de les servir.

21Ainsi leur sexualité est-elle à chaque fois instrumentalisée au service d’une cause : elle sert tout d’abord l’aversion qu’entretient le gendarme François S. pour les autorités allemandes, elle sert ensuite celles-ci dans la condamnation de ce qui est pour la Feldkommandantur une manifestation d’opposition – ils font témoigner les maîtresses d’Allemands contre ceux qui voulaient les faire enregistrer sur les registres de prostitution –, elle sert enfin les tribunaux de la Libération dans la répression de cette forme de collaboration dite « sentimentale », ces femmes ayant trahi leur pays au travers de leur corps.

Haut de page

Notes

1  Thèse en cours portant sur Les femmes de « mauvaise vie » au temps de la Révolution nationale et de la Libération (avec le soutien financier de la Région Poitou-Charentes).

2  Rapport FTP/FFI du 14e bataillon de Chalais, dossiers de comparution de Jeanne et Jeanine C. devant la Cour de justice de la Charente (AD 16 : U 6186 et 19W402).

3  Dossier de comparution de Thérèse G. devant la Cour de justice de la Charente, 8 mars 1945 (AD 16 : 19W1).

4  À Angoulême comme ailleurs en France, des tribunaux souvent aux mains de la résistance locale précèdent de leur arbitraire l’installation des tribunaux légaux de l’Épuration : la Cour de justice et la Chambre civique. Ici, la Cour martiale (11—18 septembre 1944) devance l’installation du Tribunal militaire (3 octobre-8 novembre), les juridictions officielles s’installant à partir du 23 novembre.

5  Dossiers de comparution de Jeanne et Jeanine C. devant la Cour de justice de la Charente, 12 avril 1945 (AD 16 : U 6186—6187).

6  Acte d’accusation de Jeanne et Jeanine C. devant la Cour de justice de la Charente, 12 avril 1945 (AD 16 : U 6186).

7  Leur nombre varie entre 150 à 200 selon les autorités françaises (rapport de gendarmerie, 11 mars 1942 ; AD 16 : 1W47), de 200 à 250 selon la Feldkommandantur (lettre au préfet de la Charente, 9 mars 1942 ; AD 16 : 1W47) et est fixé à 300 lors de l’audience du tribunal militaire allemand (acte d’accusation du 9 avril 1942 ; AD 16 : U6187).

8  Rapport de la gendarmerie de Barbezieux, 1er avril 1942 (AD 16 : 1W47).

9  Rapport de la gendarmerie de Barbezieux, 11 mars 1942 (AD 16 : 1W47).

10  Correspondance de la Feldkommandantur d’Angoulême au préfet de la Charente, 9 mars 1942 (AD 16 : 1W47).

11  Ibid.

12  Décret du 29 novembre 1939 relatif à la prophylaxie des maladies vénériennes, Journal Officiel de la République Française, 7 décembre 1939 ; la circulaire du 14 janvier 1941 ne fait que reprendre les dispositions du précédent décret, en les alignant toutefois sur les directives allemandes.

13  Note du 6 mai 1941 (AD 16 : 1W47).

14  Rapport du médecin-inspecteur de la Santé au préfet de la Charente, 11 mars 1942 (AD 16 : 1W47).

15  Acte d’accusation du Tribunal de la Feldkommandantur, 9 avril 1942 (AD 16 : U 6187).

16  Sans assurer que ces quatorze femmes peuvent être écartées de tout soupçon, notre connaissance des archives sanitaires de ce département nous permet sereinement de rejeter une éventuelle contamination, ou encore une attitude « légère ».

17  Rapport de la gendarmerie de Barbezieux, 11 mars 1942 (AD 16 : 1W47).

18  Rapport de la gendarmerie de Barbezieux, 1er avril 1942 (AD 16 : 1W47).

19  Rapport de la gendarmerie de Barbezieux, 11 mars 1942 (AD 16 : 1W47).

20  Rapport de la gendarmerie de Barbezieux, 1er avril 1942 (AD 16 : 1W47).

21  Martine Segalen, « Les derniers charivaris ? Notions tirées de l’Atlas folklorique de la France (1943-1950) », dans Jacques Le Goff, Jean-Claude Schmitt (dir.), Le charivari, Paris-La Haye, Mouton-EHESS, 1981, p. 66.

22  Rapport de la gendarmerie de Barbezieux, 11 mars 1942 (AD 16 : 1W47).

23  Correspondance de la Feldkommandantur d’Angoulême au préfet de la Charente, 9 mars 1942 (AD 16 : 1W47).

24  Acte d’accusation du Tribunal de la Feldkommandantur, 9 avril 1942 (AD 16 : U 6187).

25  Parmi ses co-accusés, un est condamné à sept mois de prison, un à deux mois de prison, un à cinq semaines de prison, trois à un mois de prison, et deux à trois semaines de prison. Le maire et un manifestant sont acquittés (AD 16 : 1W47).

26  Acte d’accusation de Jeanne et Jeanine C. devant la Cour de justice de la Charente, 12 avril 1945 (AD 16 : U 6186).

27  La Charente Libre, 8 mars 1945.

28  Audition de Marcel G. devant la Cour de justice de la Charente lors du procès de Thérèse G. (AD 16 : 19W1). Marcel G. est vraisemblablement l’interprète par l’intermédiaire duquel les autorités allemandes demandèrent aux gendarmes de Chalais de mettre fin à la manifestation de février 1942.

29  Acte d’accusation de Jean V., dossier de comparution devant la Cour de justice de la Charente, 24 janvier 1945 (AD 16 : 19W411).

30  Circulaire du Garde des Sceaux, ministre secrétaire d’État à la justice du 25 avril 1942 et loi du 23 décembre 1942. Voir Cyril Olivier, Le féminin entre exclusion, punition et répression. Sexualités interdites, réglementées et politisées (Charente, Vienne, Deux-Sèvres) 1940-1945, mémoire de DEA sous la direction de Frédéric Chauvaud, Université de Poitiers, 1999, p. 65—69.

31  Fondateur du Rassemblement national populaire et vainqueur de l’élection législative partielle d’avril 1939 à Angoulême pour le Rassemblement anticommuniste.

32  Acte d’accusation de Jean V., dossier de comparution devant la Cour de justice de la Charente, 24 janvier 1945 (AD 16 : 19W411).

33  Alain Corbin, Les filles de noces, misère sexuelle et prostitution aux XIX-XXe siècles, Paris, Aubier, 1978, p. 486.

34  C’est notamment le cas du commissariat de Limoges ; AD 87 : 185W3/9.

35  Rapport FTP/FFI du 14e bataillon de Chalais, dossiers de comparution de Jeanne et Jeanine C. devant la Cour de justice de la Charente (AD 16 : U 6186 et 19W402).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cyril Olivier, « Du charivari au désordre judiciaire : l’irrémissible sexualité (Chalais, 1942-1945) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 84 | 2001, 59-72.

Référence électronique

Cyril Olivier, « Du charivari au désordre judiciaire : l’irrémissible sexualité (Chalais, 1942-1945) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 84 | 2001, mis en ligne le 01 juillet 2004, consulté le 23 mars 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1874

Haut de page

Auteur

Cyril Olivier

Doctorant1, chargé de cours à l’Université de Poitiers

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page