Navigation – Plan du site
MÉTIERS
Aux sources de l'Histoire

Kurt Stern, Tagebuch (9 mai-29 juillet 1940)

Guylain Chevrier
p. 115-136

Entrées d’index

Géographie :

France

Chronologie :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

1Nous devons la publication et la transcription de ce témoignage intéressant et vivant à Gilbert Badia, professeur émérite à l’Université Paris VIII, à qui la fille de Kurt Stern, Nadine Steinitz, l’avait confié. Nous la remercions de nous avoir permis de le porter à la connaissance de nos lecteurs.

09-10.05.1940

2Dans la nuit, la première alerte depuis longtemps à Paris.

10.05.1940

  • 1  Lucienne Oberländer, sœur cadette de Jeanne Stern.

3L’alerte de cette nuit s’explique dans la matinée : la Hollande et la Belgique sont envahies par les troupes allemandes. La guerre commence. Lulu 1 nous réveille à midi avec cette nouvelle. Les journaux sont épuisés. La T.S.F. donne des informations toutes les heures. Les parachutistes « à l’honneur ». Deux alertes pendant la nuit. On entend de loin l’explosion de bombes.

11.05.1940

4Le soir avec Jeanne et Lulu au cinéma : « La fin du jour » (avec Michel Simon).

13.05.1940

  • 2  Diminutif de Marie-Louise, femme de Gustav Regler (écrivain communiste dont plusieurs ouvrages ont (...)
  • 3  André Simone (alias Otto Katz) qui sera exécuté en Tchécoslovaquie lors du procès Slansky) se trou (...)
  • 4  Emmusch (Emma) sœur de Kurt Stern, émigrée aux États-Unis. Dès ce moment Stern songe à émigrer out (...)

5Vers midi, Mieke 2 vient les larmes aux yeux pour nous annoncer que tous les Allemands, hommes et femmes, seront internés. On appelle ça : « réagir contre la cinquième colonne ». Finies, les vacances en liberté. Jeanne est aux larmes. Par un sursaut de fureur, elle écrit à Simon 3 pour lui demander s’il peut nous faire venir là-bas. J’écris de même à Emmusch4, sans me faire les moindres illusions sur les chances de succès.

6Les mêmes préparatifs, les mêmes achats qu’en septembre dernier commencent. Jeanne est désespérée ; elle se rend libre pour la soirée parce que demain je dois partir au Stade Buffalo. (Les femmes doivent se présenter au Vel d’Hiv.)

7Comme en septembre dernier, je regarde toutes les choses comme on les regarde avant une longue séparation : tout cela, je ne le verrai pas pendant longtemps, car cette fois-ci ce sera un internement plus durable, moins « rigolo » que la première fois. Nous aussi, nous sommes en quelque sorte les victimes des parachutistes nazis.

8Jeanne, dans la matinée, dit : « Ce soir, nous ferons ce que tu voudras, mais nous ferons comme si c’est un soir quelconque, sans penser à ton départ jusqu’à demain après-midi. » Et ses larmes éclatent. Elle voulait nous consoler avec le délai qui nous reste, et elle arrive au résultat inverse. Les délais sont ce qu’il y a de pire : on veut encore en profiter, mais on ne peut pas ne pas penser à l’événement imminent. Quelle chance que nous ne connaissions pas le jour de notre mort.

9Le soir, nous dînons ensemble Square de Denfert, nous allons au cinéma pour mieux oublier, nous rentrons à pied.

14.05.1940

  • 5  Terme allemand : quart d'heure de grâce avant d'être pendu.
  • 6  Jeanne Stern collabore toujours au journal L’Ordre.

10Toute la matinée et le début de l’après-midi à la maison avec Jeanne. Pendant le délai (Galgenfrist) 5, on ne sait plus très bien quoi se dire. De temps en temps, un essai timide et vain de se consoler, de s’égayer mutuellement. Enfin, à 16 heures, c’est la séparation : Jeanne part pour la rédaction 6. C’est un départ presque brusque qui se termine par un sanglot que j’entends dans l’escalier. De la fenêtre, je la vois quitter le square ; un dernier signe des mains.

  • 7  Expression devenue courante depuis la guerre d’Espagne. Désigne des espions au service de l’ennemi (...)

11À 18 heures, j’arrive au stade Buffalo. Pas mal de curieux sont stationnés devant le stade pour nous voir arriver : c’est qu’on ne voit pas toujours des hommes de la « cinquième colonne » 7. Je suis étonné combien les soldats et les officiers nous traitent poliment : je m’étais attendu à un tout autre accueil après les événements et la façon d’écrire des journaux.

  • 8  C'est-à-dire membres du parti communiste.

12Je rencontre tous les libérés de Villerbon et, ce qui me fait plus de plaisir, quelques membres de ma famille 8 ; je me joins à ces derniers, et nous occupons une loge dans la courbe du stade. Le drôle de Stern, myope, un peu fou, qui explique tous les malentendus possibles avant de dire ce qu’il veut dire, et non pas après. Il se colle à moi et me prend pour son confident, rôle dont je me débarrasse bien vite. Les deux grands blessés d’Espagne qui racontent de là-bas. C’est toujours de cela qu’ils vivent.

15-18.05.1940

13Le 15, le contrôle commence. On distingue cinq catégories : 1° les Sarrois, 2° les non-prestataires et inaptes, 3° les légionnaires, 4° les prestataires, 5° ceux avec des attaches françaises.

14À dix heures, Jeanne va venir. On me permet de parler avec elle dans l’entrée pendant cinq minutes ; elle est bien abattue et pleure.

  • 9  W. M. pourrait désigner Willi Münzenberg qui avait rompu avec le parti communiste en 1938. Otto St (...)

15Le 16, le bruit court avec insistance que les troupes françaises auraient envahi la Suisse : ce n’est que le bobard du jour. Je passe par le contrôle : je suis classé dans le groupe 5 (attaches françaises). W.M. arrive. Otto Strasser, Schwarzschild 9, tous sont là : cette fois-ci, il semble ne pas y avoir d’exceptions. Première lettre de Jeanne et à Jeanne.

  • 10  Personne non identifiée.

16Le 17, Moering 10arrive et apporte le bobard que les Allemands auraient pris Châlons-sur-Marne. Il est très pessimiste, croit la situation désespérée et s’est attaché une corde avant de venir au stade. Les nouvelles sont en effet bien mauvaises : les Allemands sont à Bruxelles et élargissent la poche de Sedan. Beaucoup de gens commencent à avoir peur : une « cinquième colonne » d’une espèce rare.

17Je suis beaucoup seul ; je commence la lecture de Stendhal et d’une biographie de Clemenceau. Un tiers de la population européenne vit dans les camps de concentration, le deuxième tiers se bat sur les champs de bataille, le tiers restant compose la population civile bombardée.

19.05.1940

  • 11  Fille de Kurt et Jeanne Stern.

18C’est dimanche. Aujourd’hui, Nadine 11 a cinq ans. Je m’installe dans une petite loge à côté des tribunes : j’y reste une bonne partie de la journée sans parler à personne. J’y lis mes bouquins et j’y fête tout seul avec le café et le petit gâteau que Jeanne m’a apportés pour l’anniversaire de Nadine. Les nouvelles sont toujours mauvaises.

19Otto Strasser est libéré ; comme dissident nazi, il est apparemment moins dangereux que nous autres, antihitlériens.

20Vers le soir arrivent les internationaux qui avaient travaillé dans le nord de la France. Devant la ruée hitlérienne, on les a fait partir et marcher jour et nuit pendant quatre jours. Ils arrivent sans rien, avec des haillons sur le corps. Après un an à Gurs, ils ont travaillé aux fortifications. Ils racontent la soudaineté et la violence de l’avance hitlérienne qui, disent-ils, ne trouve guère de résistance. Ils se montrent affolés comme des soldats en débandade qui s’exagèrent généralement les mesures de la défaite. Je ne peux leur parler que pendant quelques minutes, car un ordre subit vient de nous appeler tous : c’est le départ de Paris. Je quitte ces hommes bronzés, durcis, dont chacun a une odyssée derrière lui, et probablement aussi devant lui.

21À 7 heures 1/2 environ 1 200 hommes se sont rangés avec leurs bagages sur la pelouse, en formation de sections. Le soleil couchant jette ses derniers rayons sur l’enceinte, au milieu de laquelle les soldats et officiers français se montrent affairés à classer en je ne sais quelles catégories cette masse d’hommes. Pendant les deux heures que dure ce travail de classement, on apporte et s’arrache quelques numéros de « Paris-Soir ». Le titre principal dit tout : « Combats acharnés des troupes françaises pour ralentir l’avance allemande. »

22Après les deux heures sur la pelouse, le groupe avec lequel je pars doit encore attendre pendant une heure devant l’entrée du stade. Une dernière carte à Jeanne pour la prévenir de notre départ. Puis les camions arrivent. On nous y fait monter en vitesse, ce sont des camions fermés, si bien fermés qu’on ne voit rien du dehors, ni rien au dedans ; il fait noir, et on sent que ça roule et que le moteur travaille. À 11 heures du soir, nous descendons : c’est la gare d’Austerlitz (gare de marchandises) où un train de voyageurs est prêt à nous recevoir. Direction sud-ouest, c’est tout ce que nous savons sur la destination, lorsque le train part, à 11 heures 15.

23Je ne connais personne dans mon compartiment. Ils ont tous des « attaches françaises » et tous sont prestataires. Nous n’avons reçu aucune ration de route. Est-ce un indice sur la distance à parcourir ?

24Je dors peu et mal, mais je dors…

20.05.1940

25… Lorsque je me réveille il fait jour. Aux dires des autres, nous avons dépassé Orléans, mais personne ne sait de combien. Bientôt, nous savons où nous sommes : c’est une station de la banlieue de Tours. Nous resterons quelques heures à cette station, sans pouvoir descendre du train, ne serait-ce que pour prendre de l’eau. Mais cette longue attente ne se passera pas sans des scènes moins pittoresques que tristes.

26D’abord, ce sont les transports de troupes et de matériel de guerre qui défilent sans cesse devant nos yeux. Ensuite, un des aspects les plus désolants de la guerre : les réfugiés belges et français (du Nord) dans un long train de marchandises. Des vieilles femmes, les cheveux blancs défaits, se lèvent de la paille. Des petits enfants qui ne comprennent pas encore et qui regardent pleins de curiosité ce drôle de monde des adultes. C’est l’extrême pauvreté, des créatures en détresse. Sur les wagons est écrit à la craie : « Vive la Belgique ! A mort Hitler ! » et d’autres inscriptions de ce genre. Le train de réfugiés est sur la voie à côté de nous. Quelques femmes qui ont appris qui nous sommes (on ne leur a probablement dit que : « des boches »…) font des gestes hostiles vers nous.

27... À l’intérieur de mon compartiment, derrière les fenêtres fermées (par ordre d’un adjudant), nous restons impassibles devant ces scènes. Il faut être parti sans aucune illusion, et en s’attendant au pire, pour ne pas se sentir humilié, pour ne pas être déprimé par tout ce à quoi on nous expose. Beaucoup, hélas, ne sont pas partis si bien armés. Toutes les discussions tournent autour des attaches françaises, de ce qu’« on ne peut pas faire » avec nous ; chacun, dans le compartiment à côté, de prouver aux autres qu’il est un cas particulier, qu’il est de « pure souche française » (tout en parlant un français lamentable) etc. etc. Puis, ce sont les devinettes ininterrompues : où nous irons, ce qu’on fera de nous, si nous serons prestataires, si l’on nous donnera les droits des soldats français, ainsi de suite. D’autres réflexions qui reviennent souvent : « nous serons toujours des « boches » pour les Français, n’importe si nous nous battons pour la France ; même si nous étions naturalisés, nous resterions toujours des « boches ».

28Après plus de trois heures d’arrêt, nous partons de Tours ; nous passons par Poitiers, nous arrivons à Angoulême. Nouvel arrêt de plus d’une heure ; puis, c’est le départ dans une nouvelle direction, sur une voie secondaire. Nous allons vers le nord-est. Vers 6 heures du soir, nous arrivons à une petite station, perdue dans un paysage désert. On nous fait descendre du train. Des soldats réservistes, baïonnette au canon, nous reçoivent. Les ordres sont donnés sur un ton sec. Les valises chargées sur un camion, nous sommes formés en ordre de marche. Un lieutenant nous adresse la parole et dit, en résumé : « Pour qu’il n’y ait pas de malentendu, je vous avertis dès le début que vous êtes considérés comme prisonniers civils. Chaque tentative de quitter le camp sera punie d’un coup de fusil. La France a dû prendre des précautions que certains pays faibles n’ont pas su prendre. Nous sommes des Français, et nous traitons humainement tout le monde ; mais mieux vaut prévenir que punir. » Sur presque tous les visages se lisent un ébahissement, une amertume sans pareil. Toutes les illusions s’écroulent. Ils ne comprennent pas. Et les « prestations » ? Et les « attaches françaises » ? Et le « droit d’asile » ? Quelle chance que moi, je me suis attendu à tout, même à cet accueil hospitalier. Un très gros bonhomme qui, à Buffalo, avait prêché la destruction et le démembrement de l’Allemagne essaie timidement d’interpeller le lieutenant qui refuse de l’écouter. La conception de l’Allemagne unique, l’éternel agresseur, conduit fatalement au terme de « boche », et de là au camp d’internement pour tout ce qui est allemand, même ceux qui traitent les Allemands de « boches ».

29Un homme en civil, les cheveux grisonnants, la bouche serrée, aux traits raides, va « traduire » les paroles du lieutenant ; voilà la traduction complète : « Nous allons maintenant nous mettre en marche. Il faut maintenir rigoureusement la discipline de marche. Celui qui sortira à droite ou à gauche des rangs sera fusillé. » Tout cela sur le ton d’un officier prussien. C’est le chef de camp. Encadrée par des soldats, baïonnette au canon, la colonne se met en marche. Sur une route qui mène à travers une forêt d’arbres à feuilles, les 300 hommes fatigués, sales, assoiffés, marchent silencieusement sous un soleil couchant dont les derniers rayons rendent l’atmosphère limpide et rougeâtre.

30Nous approchons du camp, rattaché à une base militaire apparemment assez importante. Les soldats affluent pour nous voir arriver. On ne peut guère lire dans leurs visages qu’une curiosité sans appréciation.

21.05.1940

  • 12  Personnes de nationalité allemande.

31Division en sections (je suis avec Michel 12 dans la section 20).

32Défense d’écrire toute cette semaine ; à partir de lundi, 27 : une carte par semaine et deux lettres par mois.

33Sans informations. Contact avec les soldats interdit. Pas de journaux. Libre cours aux fausses nouvelles : on prend et reprend Arras, Amiens, Boulogne etc… à tour de rôle, et toutes les heures. Un jour, on répand la nouvelle que Paris est menacé et évacué. Le chef de camp, « pour rassurer les internés dont beaucoup ont leur famille à Paris », s’instruit auprès du lieutenant qui dément (comme la 5e colonne a peur de la prise de Paris).

25.05.1940

34Nouvelle division :

351° Ceux qui veulent s’engager dans la Légion

362° Prestataires aptes

373° Prestataires inaptes

384° « Reichsdeutsche » auxquels leur conscience ne leur permet pas de servir à la France

26.05.1940

39Le gros bobard du jour : ultimatum des Allemands avec l’alternative : ou bien la paix immédiate ou destruction totale de la France et de l’Angleterre ; démission du cabinet Reynaud, etc. Beaucoup croient que c’est la fin. Moi, je n’y crois pas.

40Déménagement : nous sommes groupés selon les quatre catégories ; le 4e groupe («Reichsdeutsche ») contient 12 hommes sur 800. (légionnaires : 50 ou 60).

41Dimanche on annonce que la défense d’écrire continue. Grand mécontentement. On nous entoure soigneusement de fils de fer barbelés.

28.05.1940

42Weygand remplace Gamelin. Pétain vice-président du Conseil. Reynaud ministre de la guerre. Daladier ministre des Affaires étrangères.

  • 13  Bouffer et soiffer, mais pas travailler... Fermer sa gueule.

43La façon de parler du chef de camp : « Fressen und Saufen, aber nichet arbeiten… Schnauze halten. » 13

  • 14  Rolph ou Rudolph Leder, connu après la guerre sous le nom de Stephan Hermlin, un des écrivains, po (...)

44Mes discussions, sur le même sujet avec Rolph 14, Pierre et Michel 10. De trois bouches, les mêmes mots, les mêmes formules, les mêmes citations. Ils savent par cœur leur leçon.

29.05.1940

45La douche obligatoire : deux minutes chaude, une minute froide.

30.05.1940

46150 hommes reçoivent leur convocation comme prestataires pour Albi, 161e Rég. d’Inf.

47Bobards répandus par plaisanterie : Ultimatum de la Chine à l’Égypte.

48La vitesse de circulation d’un bobard : 3 minutes contre la montre, d’un bout à l’autre du camp.

49Les vieux (jusqu’à 65 ans) arrivent. On installe dans notre baraque une 2e classe.

01.06.1940

50150 hommes quittent le camp (125 pour Albi, 25 pour Nîmes.

51Un temps splendide. Une promenade magnifique à travers le bois de chênes. Quelle différence avec notre arrivée ! Cette promenade à travers un paysage calme et boisé fait naître une immense nostalgie de paix, de liberté et de ces voyages à deux (et non pas à 150), dont j’en ai connu de si merveilleux avec Jeanne. Moering m’explique les noms des arbres, la distinction des chants d’oiseaux. C’est la guerre ?

52Le premier arrêt après Montgoumard (la gare d’où nous partons) est La Rochefoucauld dont nous voyons de loin le grand château.A côté de notre compartiment, la clique Dohren, Wollenberg 10, etc (et un prêtre). Dohren, grand, gros, avec lunettes, très content de soi-même, se dit « une des 50 personnes les mieux informées du monde ». Catholique, monarchiste, ami de Strasser.

53Pour la première fois depuis des jours, nous lisons des journaux. La terrible défaite de l’armée du Nord.

54À Limoges, 3 heures d’arrêt. Tabac ! Première carte à Jeanne depuis quinze jours.

55À 18 heures 30, départ de Limoges vers Brive-la-Gaillarde, par Uzerche. Très beau paysage, gâché par le bavardage des voyageurs. Ni la laideur de l’animal le plus laid, ni la répugnance du plus répugnant ne peuvent autant gêner l’effet des beautés de la nature que l’homme ; car aucun ne possède le don de la parole dont trop d’hommes savent abuser.

56Après la carte, une lettre à Jeanne.

57À 21 heures arrivée à Brive. La conduite pénible des Salzmann, Laserstein et Cie. Dans la cantine du soldat : infirmières dévouées de la Croix-Rouge et abus des « richards » qui se font servir pour « leur » argent.

02.06.1940

5822 heures 30, départ de Brive pour Toulouse où nous arrivons vers 6 heures du matin. Je me réveille et trouve notre train sur une voie entourée de trains de marchandises.

59Les soldats belges sur le quai, fatigués, couchés au sol. Nous leur donnons du pain.

60De Toulouse à Albi où nous arrivons vers 14 heures.

61À la caserne. Les soldats français nous entourent. Situation délicate : « D’où êtes-vous ? » Lefèbvre 10, qui ne sait que le français répond : « nous venons de Paris ». «Ah, tous Parisiens ? » Ils nous croient Français et personne, au début, ne les détrompe. « De quel arrondissement ? » (...)

62Visite médicale, puis, parcours en autocar à travers la petite ville vers le camp qui est à 3 km. de là. La vue des baraques et des fils de fer barbelés fait frémir les cœurs faibles, mais ceux qui sont là depuis une demi-heure nous reçoivent à la descente des autocars : « Rassurez-vous, nous sommes prestataires, nous pouvons écrire tant que nous voulons, etc. »

63C’est un grand terrain où une vingtaine de baraques sont en construction, dont six terminées. On voit la tour de la cathédrale qui « se promène », c’est-à-dire qu’elle semble plus proche ou plus éloignée selon la lumière et l’atmosphère. Au loin et de tous les côtés, des montagnes, ou plutôt des coteaux bordent la plaine.

64Première préoccupation : un mot à Jeanne.

65Les chefs de groupe aspirants grouillent en grand nombre et font de la propagande pour eux-mêmes. C’est comme une lutte électorale où chaque candidat cherche à séduire les masses des électeurs. (...)

03-09.06.1940

  • 15  Pète-sec.

66J’appartiens à la 1re section de la 318e compagnie ; c’est le groupe Scholle 10. La clique Scholle : richards, juifs prussiens pour qui l’argent est tout Le ton « schneidig » 15 de Scholle (ancien lieutenant). Toutes les deux minutes, avec accentuation du « h » : Meine Herren ! Ils jouent toute la journée au bridge. Neuberger 10, naturellement, appartient aux joueurs distingués. Hier, lors d’une discussion sur la nomination des chefs de groupe, il me disait : « La première condition pour un chef de groupe, il doit avoir de l’argent pour pouvoir payer et donner des pourboires. » Scholle, avec son monocle bleu, les cheveux avec une raie, collés à la prussienne.

6704.06 : Première lettre de Jeanne. Le 3, Paris bombardé. Place Jean-Jaurès à Montrouge.

68Le 5, offensive allemande déclenchée.

69La correspondance excessive des internés : quarante cartes par jour pour toute la clientèle. Abus, également, des télégrammes. Scholle : « Les télégrammes, c’est autre chose, car on les paye avec son propre argent ; mais pour les lettres, c’est abuser de la gratuité. »

7009.06. : Petit incident entre Scholle et moi au sujet des cartes postales : « commandes privées » et « commandes collectives ». Le lendemain, avant d’aller en ville pour les commandes collectives, le monsieur arrive avec ses commandes privées : beurre et fraises qu’on ne pouvait pas commander collectivement.

10.06.1940

  • 16  Peut-être Rolph, voire note 14.

71Dans la soirée, nous apprenons l’entrée en guerre des Italiens. Quelle ignoble lâcheté ! Grande émotion et dépression. La gravité et la peur sur les visages. Les optimistes à tout prix ont vite trouvé une consolation : c’est probablement la France qui a déclaré la guerre ; cela ne change rien ; les Français obtiendront leurs premiers succès, etc. R. 16 envisage froidement des pourparlers de paix pour un de ces jours. Quelle folie ! On verrait vite, en ce cas, ce que valait la politique « géniale » du Kremlin. Que fera l’URSS ? Que fera la Turquie ? Et les États-Unis ?

72Toutes ces discussions, prophéties, interprétations, explosions de désespoir ou d’espérances se passent dans une soirée particulièrement belle et douce. Au loin, les montagnes sont plongées dans le rouge du soleil disparu. Plus tard, dans la nuit, c’est l’orage foudroyant et une averse à torrents. Il est minuit : entrée en guerre de l’Italie.

11.06.1940

73Les journaux ne sont plus admis officiellement. Il en arrive un exemplaire inofficiel : Mussolini a déclaré la guerre aux Alliés, tout en assurant de son amitié la Suisse, l’Égypte, la Turquie et la Yougoslavie. L’avance allemande continue. Rien de Jeanne, ni hier, ni aujourd’hui. Coupé du monde, sans nouvelles, je suis incapable de faire quoi que ce soit. Je me sauve dans le jeu d’échecs. (...)

  • 17  Gustav Regler (cf. note 2).

74Le soir : deux bouteilles de vin avec Moering et Reichel 10 pour bien terminer une mauvaise journée. Ces deux, pleins de pessimisme, ne croient plus qu’ils verront encore la liberté. Un peu âgés déjà, ils fléchissent tous les deux sous l’impression du moment. Reichel connaît Gustave 17.

75Après une fin plutôt gaie de la journée, la pluie frappe de nouveau sur les tuiles de notre baraque.

12.06.1940

76Encore une journée sans nouvelles de Jeanne. Les journaux restent interdits, et ce n’est qu’inofficiellement qu’un exemplaire nous en parvient. Les hostilités avec l’Italie ont commencé. Malte est bombardée.

77Service religieux juif dans la baraque vide : sur une table un drap rouge à rayons noirs. Aux extrémités de la table deux boîtes de masque à gaz dont chaque porte un petit cierge. Au milieu des fleurs des champs. Belles mélodies qui semblent souvent parfaitement modernes. Sermon du rabbin Munk sur le devoir de la « nation choisie », la « nation des prophètes » dont la cause est celle des Alliés : la cause des Alliés est celle du judaïsme. (C’est la thèse des nazis.).

78Lettre à Jeanne avec quelques reproches à cause de son silence. Je regrette d’avoir écrit cette lettre ; demain, je veux lui en écrire une autre. Avec tout ce qui se passe actuellement et ce qu’elle a sur le dos, toute seule : c’était injuste de moi.

79Discussion avec Moering sur Kant, Hegel, Schopenhauer, Marx. Oui, pendant que l’avenir se décide ; cela semble absurde et très « allemand » ; mais, est-ce notre faute nous sommes ici, condamnés à l’inactivité, et même sans informations ? J’ai l’impression que Jeanne quitte aujourd’hui Paris. Le courrier n’arrive plus qu’au compte-gouttes ; c’est du moins ainsi qu’il est distribué.

13.06.1940

  • 18  Village de Saône-et-Loire, entre Chagny et Autun où se sont retirés les parents de Jeanne Stern à (...)

80Lettre de Jeanne qui est à Sampigny 18 depuis le 10. Je suis soulagé.

14.06.1940

81Lorsque le matin du 14 je me lève et sors de la baraque, le ciel est si triste que je me dis : ils sont à Paris. Inquiétude de ceux qui ont leur femme à Paris et attendent de leurs nouvelles. Rolph qui croit qu’on a laissé partir sa femme et son gosse est fâché avec la France. (...)

17.06.1940

82Les nouvelles sont de plus en plus graves. Paris est débordé largement et les Allemands prennent au revers la ligne Maginot. L’atmosphère au camp : les pessimistes dominent le terrain ; explosions parce que les optimistes ne veulent pas entendre raison ou parce que les pessimistes détruisent les dernières illusions des optimistes. Les « stratèges » sont devenus foule et prouvent par A plus B pourquoi tout est perdu, ou pourquoi rien n’est perdu. Les soucis pour les familles persistent. Mais, ce qui prend de plus en plus d’ampleur, c’est la peur.

15.06.1940

83Deuxième lettre de Jeanne. Je luis écris de prendre contact avec ses parents des Pyrénées. Les nazis (Alsaciens) de la première baraque qui, le soir du dimanche (16) chantent à cœur-joie comme s’ils voulaient fêter la victoire allemande. Situation délicate.

17.06.1940

84Hugo, l’Alsacien de la première baraque, un type brave et sympathique aux yeux marron magnifiques, me raconte pourquoi ceux d’à côté se foutent de tout : depuis octobre jusqu’en mai, ils ont travaillé dans des mines sans rien toucher et traités pire que des esclaves.

85La conception de Dohrn : le gouvernement Reynaud continuera la guerre après l’évacuation de la France ; idée audacieuse et grandiose, mais folle et irréalisable.

86Le soir, toutes les conceptions audacieuses, tous les espoirs désespérés s’évanouissent : le cabinet Reynaud a démissionné ; Pétain avec Weygand, Flandin, Laval, Bonnet et Paul Faure forment le gouvernement. C’est la fin. Dohrn, à bout de nerfs et fâché s’écrie : « Maintenant, ne me parlez plus de capitalisme, de libéralisme, de marxisme ; tout cela est de la bêtise et n’existe pas..» ?

87Une heure avant cette nouvelle, nous avons reçu nos uniformes de prestataires ; une heure après, on apprend que Pétain a demandé un armistice. Les Allemands sont à Dijon et on ne sait déjà plus où.

18.06.1940

88C’est, jusqu’ici, la pire journée. La pluie tombe sans cesse, du matin au soir. Une sorte de panique s’est emparée du camp. La question de la journée : Que nous arrivera-t-il à nous ? C’est la peur nue et directe pour sa peau qui se répand. Délégués ou non, nombreux sont ceux qui s’adressent au lieutenant ou au commandant pour leur demander si et comment ils entendent empêcher que nous ne tombions aux mains des nazis. Promesses vagues en guise de réponse. Réflexions sur la fuite individuelle. Les ombres noires des capuchons se promènent sous la pluie. On ne peut se sauver nulle part sans entendre discuter vainement sur la catastrophe générale, sur notre sort, sur l’armistice, sur les conditions d’Hitler, sur les chances de l’Angleterre pour continuer la guerre.

89À ma tristesse s’ajoute l’inquiétude pour Jeanne et Nadine. Où sont-elles ? pas de nouvelles depuis le 15. Ont-elles quitté Sampigny ? Saurai-je avant de partir d’ici –si jamais je pars- où elles se trouvent ?

90Si l’on se sauve ou si nous sommes relâchés, où aller ? Pyrénées ? Bedous ? Bordeaux ? Comme la journée est longue sous cette pluie qui nous empêche de quitter la baraque. Vers le soir, ma tête est vide : je connais des heures d’une presque apathie.

91Puis, c’est la détente : on blague sur les choses les plus sérieuses. Le coup final de la journée : à 8 heures du soir, on annonce l’arrivée, pour ce soir même, de 40 prisonniers de guerre ! Seront-ils nos gardiens, après le départ des troupes françaises ?

92Je me couche en meilleur état. À partir de demain, je veux essayer d’aborder toutes les situations comme observateur qui s’en tirera après tout. Ce qui reste comme tache noire dans mes pensées plus rassurées, c’est le souci pour Jeanne.

19.06.1940

93Il fait meilleur temps, aujourd’hui. Le genre de panique collective d’hier a cédé la place à une certaine détente dans les esprits. Je me sens tout à fait remonté et fort. Les nouvelles dans les journaux rassurent les trembleurs, parce que l’avance allemande, tout en continuant, ne se dirigeait pas, hier, dans notre direction.

94Churchill déclare que l’Angleterre continuera la guerre jusqu’à la destruction de l’hitlérisme. J’assiste à la première conversation de ceux qui sont le plus menacés (les réfugiés politiques). Les démarches entreprises dont le résultat me paraît du moins problématique.

95Le cas classique du « bobardisme » : le soir, dans l’intervalle de 20 minutes, deux « bruits » courent de bouche en bouche :

961° 120 divisions russes ont envahi la Prusse-Orientale

972° Hitler, Staline et Mussolini sont tombés d’accord pour poser à la France les conditions suivantes : occupation des côtes, l’industrie de guerre française travaillera pour Hitler, toutes les réparations seront payées par les Anglais après leur défaite. Hélas, la deuxième version me paraît plus proche de la vérité. Il se trouve pourtant des hommes qui expliquent d’une façon concluante pourquoi le premier bobard est « tout à fait possible ».

98En m’endormant, j’entends encore les juifs prussiens, échangeant leurs souvenirs d’hôtels élégants (comme jadis à Villerbon) : « Ah, moi je préfère le Carlton ».

20.06.1940

99Journée d’attente sans décisions. L’après-midi, première distribution de tabac. Un moment de grave cafard : la distribution du courrier. Sans espoir, j’accours chaque fois pour écouter les noms des destinataires heureux. Triste et la tête pleine de mauvaises idées, je me sauve après l’appel du dernier nom.

100Moering me pose la question si le communisme veut détruire la famille.

21.06.1940

101Autre journée d’attente. Le matin beau temps, l’après-midi pluvieux. Rien de plus démoralisant que cette pluie quotidienne qui nous astreint à rester dans la baraque, bourrée d’hommes criant, chantant, discutant, disputant. Depuis hier, j’ai repris mes deux heures de lecture matinale dans une « chambre séparée » d’une baraque vide. Ce sont les plus beaux moments de ces jours. Rien encore sur les négociations d’armistice, et les Allemands avancent au cœur du pays. Les trois possibilités pour nous : démobilisation par les Français, « démobilisation » par les Allemands, « démobilisation » par soi-même. Je réfléchis sur les détails de cette dernière solution. Quand ? Comment ? Où ? Dans quelle direction ? (...)

22.06.1940

102La nuit, il a plu sans cesse; et lorsque nous nous réveillons, l’eau tombe toujours, et le ciel est d’un gris désespérant; ce sera donc une journée difficile qui fait présager des nouvelles peu gaies. C’est samedi aujourd’hui, et à côté de mon « cabinet de travail », les juifs font leur service religieux du sabbat. J’entends leurs prières pour le bonheur et la grandeur de la France, et pour qu’elle garde son rang parmi les nations. Que demanderont en ce jour les juifs en Allemagne à leur Dieu? Le rabbin, à côté, prêche l’optimisme, ce qu’on appelait autrefois « la confiance en Dieu », car, dit-il, « si nous ne voyons plus notre bonheur, nos enfants le verront ». Consolation qui, à travers les siècles et dans tous les mouvements religieux ou politiques, servait à consoler les battus. (...)

103Le beau-frère de Singer 10, soldat français, vient et raconte que les Allemands étaient, il y a trois jours, à Clermont-Ferrand, ce qui dépasse considérablement les communiqués des derniers jours. Le commandant raconte à Kamnitzer 10 que les autorités militaires comptent avec l’arrivée des Allemands pour mercredi au plus tard. Moering est rudement abattu par cette nouvelle. Il faudrait donc partir d’ici lundi soir au plus tard. Nous examinons les détails de ce départ.

104Arrivée de deux aviateurs allemands, prisonniers tombés du ciel; grande émotion dans le camp. Jamais on ne nous a traités avec les mêmes soins qu’on dépense pour eux. Création d’une « zone neutre » entre eux et nous. Les Alsaciens sont figés derrière les fils de fer barbelés et les regardent comme des animaux rares. Les deux aviateurs nous regardent sans bien savoir qui nous sommes ; très raisonnablement, ils doivent penser que nous sommes des prisonniers civils et ils saluent à l’hitlérienne vers nous, sans qu’on leur réponde ; comment pourraient-ils croire que nous sommes des volontaires qui veulent servir la France ?

105Toute cette scène : arrivée des deux hommes, commentaires, rassemblement des spectateurs alsaciens, etc., se passe pendant un coucher de soleil particulièrement beau : le disque rouge du soleil est entrecoupé par des nuages gris et entouré d’un ciel rougeâtre. Sur une carte postale, ce serait du « kitsch ».

106Vers 9 heures arrivent les dernières nouvelles : arrêt de l’avance allemande ; Hitler a fait des déclarations pleines d’admiration pour l’armée française ; il ne veut pas abuser de la triste situation dans laquelle se trouve la nation française. Quoi qu’il en soit, il est habile.

107Avant de me coucher, discussion avec les catholiques qui essayent de me provoquer et de me faire sortir de ma réserve.

108Qu’y a-t-il de « non-maintenable » dans la théorie marxiste ?

23.06.1940

109Il fait un temps splendide. L’armistice serait signé à 6 heures, ce matin ?

110Grand déménagement qui est si bien organisé qu’il dure jusqu’à l’après-midi. Nous irons dans la baraque où, jusqu’hier, se trouvait mon « cabinet de travail » et la « salle des pas perdus » de Moering et moi.

  • 19  Il s'agit sans doute du camp de Meslay-du-Maine (Mayenne) où des Parisiens avaient été internés.
  • 20  Oberländer, mari de Lucienne (note 1), scénariste, avait du être interné au camp de Meslay-du-Main (...)

111Dans l’après-midi arrivent 1 000 Allemands et Autrichiens, prestataires « futurs »Û et non-prestataires. Ils viennent de Melay19 dans une fuite précipitée et mouvementée. Ils en ont vu d’autres que nous ! Parmi eux Haas, Todmann, Juliusburger, mais pas Ober 20, que je cherche en vain.

112L’armistice franco-allemand signé. Il n’entrera en vigueur que six heures après l’armistice italo-français. À midi, la pluie a recommencé. Les Alsaciens commencent un rapprochement avec les deux aviateurs prisonniers. J’entends, aux chiottes, le premier échange de « Heil Hitler ».

24.06.1940

113Journée abominable : le camp dans la boue : on est réduit à rester dans les baraques bourrées de monde, sans aucune autre possibilité de s’asseoir que sur son « lit ».

114Les nouveaux venus racontent leurs aventures, tristes et terribles. La nervosité dans le camp monte rapidement, et atteint son comble dans l’après-midi, après l’arrivée de deux « nouvelles » : les négociations italo-françaises auraient échoué, et les Allemands seraient à 100 km d’ici ; Carmaux, petite ville à 15 km d’ici, aurait déjà hissé le drapeau blanc pour se déclarer ville ouverte. Une sorte de panique se répand dans le camp. Les délégations vont et viennent qui traitent avec le lieutenant, le commandant, etc. Des préparations de départ se font un peu partout : chacun range ses affaires. On propose de se rassembler à la sortie du camp pour dire : « Nous partons, tirez sur nous ». Les officiers essayent de rassurer les « négociateurs ». On fait des listes de ceux qui se déclarent réfugiés politiques ; presque tous les hommes de nos cinq anciens groupes s’y inscrivent. Les non-prestataires doivent déclarer s’ils veulent se mettre sous protection allemande. Les différentes expressions de la peur. Dans la soirée, le bruit court que l’armistice italo-français est conclu. Le soulagement des cœurs s’exprime par une gaieté plutôt nerveuse.

25.06.1940

115La nouvelle de l’armistice italo-français se confirme. L’accalmie des esprits. Les plus grands trembleurs d’hier ont le sourire et se moquent de ceux qui ne croient pas encore le danger disparu.

116On commence à discuter sur les termes de l’armistice que personne ne connaît encore.

117Je reste couché toute la matinée, parce que la pluie continue à submerger la boue. Je lis et m’occupe peu des bavardages supra-malins.

26.06.1940

118Les clauses générales de l’armistice sont publiées. La ligne de démarcation entre le territoire occupé et le territoire non-occupé va de Genève, par Beaune, Moulins, Bourges, Tours et tout le long de l’Océan. Impossible de savoir si Sampigny tombe dans la zone occupée ou non. Tout le monde se croit sauvé. Comme toujours, la foule tombe d’un extrême optimisme dans l’extrême pessimisme et vice versa. Tout est toujours plus grave ou moins grave qu’on ne le pense.

119Berlowitz 10 m’apprend que les prestations sont obligatoires, même en temps de paix ; la perspective de faire des travaux forcés pendant deux ans me déprime profondément. Mes pensées vont souvent vers Jeanne, et je me demande si j’ai le droit de lui rendre l’existence difficile en restant avec elle ; car les perspectives ne me montrent guère comment je peux lui faciliter la vie, sauf en cas d’émigration qui, en elle-même, serait une chose dure pour elle.

120Dans l’après-midi, mouvement des non-prestataires et des Alsaciens qui réclament résolument leur libération immédiate. Beaucoup parmi eux ont de quoi se plaindre ; d’autres découvrent un peu trop à propos leur cœur allemand. La situation semble, en certains moments, bien menaçante.

121Herzfeld 10, le protestant avec un œil de verre, qui a des visions et m’arrête en pleine promenade, me regardant de son oeil fidèle pour me dire : « Stern, je peux vous dire : Hitler perdra cette guerre...– Pourquoi ? – Je le sais, croyez-moi ! – D’où le savez-vous ? – je le sais, c’est certain, vous le verrez bientôt ! » tout cela le plus gravement et sérieusement du monde, sans que son œil d’illuminé cesse un seul instant de me fixer.

27.06.1940

122La grande nouvelle du matin : le texte intégral de l’armistice. Au milieu de l’intérêt et des discussions, l’article concernant l’extradition des prisonniers et de ceux que l’Allemagne exigera nominativement. Les interprètes juridiques se mettent à l’œuvre. « La France s’oblige » et « la France est obligée ». Ceux qui ont toujours peur cherchent leur crime envers le IIIème Reich ; l’un qui n’a pas payé ses impôts, l’autre qui a fait du trafic de devises, encore un autre qui, une fois, a fait paraître une petite annonce dans un journal d’émigrés. La liste nominative sera-t-elle petite, sera-t-elle longue ? Nul ne sait, tous supposent.

123Je ne sais toujours pas si Sampigny se trouve dans la zone occupée ou dans la zone libre.

124Après le déjeuner, l’ordre arrive subitement : groupe Scholle, et 10 hommes du groupe Moering partent immédiatement pour une ferme toute proche. Départ avec bagages. Pour la première fois hors des fils de fer barbelés ; pour combien de temps ?

125La marche vers la ferme sous un temps merveilleux. Nous arrivons dans un paradis, tout près d’Albi. Une vieille ferme, solide comme une forteresse, située dans un coin ravissant. Entouré de champs de blé, de prés fertiles, de coteaux peu élevés avec une richesse de floraison méridionale. Pas de fils de fer, libres de tous les côtés, nous pouvons nous promener où nous voulons. Nous sommes 60 qui arrivent et trouvons 60 autres qui sont là depuis hier. Les conditions de logement, dans une écurie, sont moins agréables ; mais qu’importe. Tant qu’on ne dort pas, on est en pleine nature avec la vue sur la ville et la cathédrale toutes proches.

126Le soir, nous retournons à 15, avec 3 soldats, au camp pour chercher la soupe. L’arrêt au bistrot, le premier apéritif (jour sans alcool) ; le « toast » ridicule et prussien de Scholle : « Alors, Messieurs (vers les trois soldats) à vous, à la France. » Comme le camp est triste, comparé à notre ferme !

127Après le dîner, Seckel, Reichel 10 et moi, nous allons dans un bistrot dans le faubourg d’Albi. C’est une promenade extraordinairement belle à travers champs ; à notre droite, la cathédrale, comme la tour d’un château fort, s’élève compacte et noire devant le ciel en feu du soleil couchant. C’est la liberté, la paix, la nature, gâchées seulement par le bavardage ininterrompu de Seckel ; nous écoutons un rossignol tout près de nous, et Seckel interrompt le silence : « Hein, ce vin à 75 centimes le verre, et quel verre ! » Et il continue à parler de l’argent qui lui manque, de sa femme, du camping, de Dieu sait quoi encore.(Les gens qui parlent bien sont rares, ceux qui se taisent bien sont encore plus rares.)

128On oublie presque la grande catastrophe qui s’est passée. Tous les soucis et tous les événements de ces jours ont relégué au deuxième plan de la conscience ce fait énorme : la grande, puissante et fière France est battue et conquise !

28.06.1940

129Un temps splendide. Le ciel est pur, sans aucun nuage. Le matin, à 7 heures, la sirène d’une fabrique nous rappelle la réalité : cela ne peut plus être une alerte comme nous l’avions pu penser les jours précédents.

130J’espère que nous passerons encore souvent une heure pour nous taire ensemble (Reichel).

29.06.1940

131C’est une journée de vacances en pleine liberté.

132Deux promenades à Albi. La cathédrale : iglesia militar. Les ponts du Tarn. Avec Reichel et Moering au café. Le jardin de l’Archevêché, un des plus beaux sites : d’un côté le Tarn avec l’autre rive, les vieilles maisons superposées, de l’autre côté le colosse de la cathédrale et la tour de l’Évêché.

133On parle beaucoup de démobilisation. Pour nous ? Je ne sais toujours pas si Sampigny est libre ou occupé. Le 30, une lettre de Jeanne.

01.07.1940

134Les vacances à la ferme Laparnouse prennent fin. Retour au camp. L’immense différence ! Ici, il n’y a pas d’ombre ni de beauté.

135Vendu les deux volumes du Clemenceau (de George Suarez).

02.07.1940

  • 21  Voir note 14.

136Premier « quartier libre » de 5 à 9 heures pour tous. Dans le Jardin de l’Évêché, seul. Après, rendez-vous avec Reichel, Leder 21 et sa femme au bistrot près du camp.

03.07.1940

137Dans la matinée en permission à Albi. Dans le café « Pontié ».

138Lettre à Jeanne.

  • 22  Combattant de la guerre d’Espagne, à laquelle Kurt Stern a pris part.

139Le soir, cinq Espagnols sont logés dans notre baraque. Je suis vite bon ami avec eux. Quelle espèce magnifique, ces Espagnols ! Ceux, surtout, de la guerre 22.

04.07.1940

140Le temps a brusquement changé pendant la nuit. Il pleut lorsque nous nous réveillons, ce qui, cette fois encore, est un mauvais présage pour la journée. Dans le journal, je trouve que Sampigny fait partie de la zone occupée. C’est le cafard des grands jours.

141Lettre à Jeanne.

142Les projets de nouvelle Constitution promettent un joli petit fascisme en France. Déjà on se sert de notions made in Germany, telles que “ploutocratie”, etc.

143Ordre du jour qui supprime pour nous toutes les permissions et le quartier libre. De nouveau, nous sommes internés pour de bon.

144Avant le coucher du soleil (le temps s’est amélioré au cours de la journée), je passe une heure avec mes Espagnols qui ont changé de baraque. Quel désir magnifique de s’instruire ils ont gardé ! Avant l’appel du soir, nous apprenons le coup de théâtre : les Anglais ont attaqué la flotte française. Rupture des relations diplomatiques avec l’Angleterre. La France de plus en plus du côté d’Hitler. Que fera l’URSS ? Je reprends un espoir, sans bien y croire.

05.07.1940

145Journée creuse. Les Anglais auraient capturé les 3/4 de la flotte française.

06.07.1940

146Je commence à m’impatienter parce qu’il n’y a toujours rien de Jeanne.

147L’offensive allemande contre l’Angleterre a commencé.

07.07.1940

148Toujours rien.

149Après une interruption de cinq jours, quartier libre pour tous les prestataires. En ville, seul. Je rencontre les Espagnols qui montrent peu d’enthousiasme à voir la cathédrale. J’en suis déçu.

150Après, dans un petit débit où j’écoute discuter les soldats ; l’impression est pénible : ils détestent les Anglais plus que les Allemands ; ils croient en les hommes au pouvoir ; ils sont d’accord qu’il y a eu trahison. Ils sont désorientés et ont le moral de soldats battus.

08.07.1940

151Rien encore.

152Lettre à Jeanne.

08-13.07.1940

153Journées creuses, remplies de cafard, d’inquiétude et toujours sans nouvelles de Jeanne.

11.07.1940

154Lettre à Jeanne.

155À part les soucis pour Jeanne, deux questions me dominent pendant ces journées : le développement politique en France (nouvelle Constitution, Assemblée nationale, changement de régime, mise au pas, etc.) et le sort qui nous attend. Compagnies de travail , transfert aux colonies (Afrique du Nord ou Madagascar) ?

14.07.1940

156Lettre à Jeanne, expédiée le 15.

15.07.1940

157Carte de Jeanne du 26.6.

18.07.1940

158Lettre à Jeanne.

159Le soir, première lettre de Jeanne.

19.07.1940

  • 23  Oncle de Jeanne Stern qui enverra à Kurt un certificat attestant qu'il a besoin de lui pour les tr (...)

160Lettres à Jeanne et à l’oncle 23.

21.07.1940

  • 24  Voir note 4.

161Lettre à Emma 24.

15.07.1940

162Nous quittons le camp pour rejoindre la ferme. Pagaye du déménagement sous la pluie. Le hangar sans porte où je couche avec Moering. Les soirées au clair de lune.

163Dans un bistrot à St. Juéry avec Moering où un ouvrier nous paye le vin. Les listes pour la démobilisation commencent.

20.07.1940

164On cherche pendant 4 heures 24 hommes pour partir à Castres. Tout le monde fout le camp ou se cache pour ne pas partir.

21.07.1940

165Toute la compagnie se rend en ordre de marche au camp pour l’appel au drapeau : arrivés au camp (où l’on ne sait rien), nous attendons une petite heure avant de... repartir pour notre ferme. L’appel au drapeau n’a pas eu lieu parce que le clairon est malade. Conversation entre le lieutenant du camp et notre lieutenant au sujet du salut au drapeau : « Alors, ce sera gai ». “Mais le clairon est malade.” » « Ça aura toujours été une belle promenade. »

23.07.1940

166Lettre à Jeanne (poste restante)

25.07.1940

167Lettre de Jeanne.

26.07.1940

168Lettre avec certificat de Siarrouy. Seconde fois à Albi. Rue des Pavillons. Libération. Le soir avec les Français. Je suis grisé de cette journée.

27.07.1940

169Avec Moering (qui est libéré) à Albi. Musée Toulouse-Lautrec. Sur la route de la cathédrale (67 marches).

28.07.1940

170Départ d’Albi avec Moering. Toulouse. Tarbes.

29.07.1940

171À 4 heures du matin départ d’Albi par le train dans lequel j’ai passé la nuit.

  • 25  Village des Hautes-Pyrénées non loin de Tarbes où l’oncle Jean-François exploite une ferme. Kurt S (...)

172Arrivée à Siarrouy 25.

Haut de page

Annexe

Nous publions ici un second extrait du journal de Kurt Stern, antifasciste allemand, juif et communiste, réfugié en France et interné dans le contexte de la mobilisation française puis de la défaite. Il faut rappeler que ce journal a été écrit par l’auteur en français, ce qui permet d'accéder d’autant mieux à l’authenticité de ses intentions. Une présentation détaillée de l’auteur et du contexte a été faite lors du précédent numéro des “Cahiers d’Histoire” avec la publication de la période du 1er septembre au 19 décembre 1939, relative à l’engagement de la France dans la guerre. Ce second extrait rend compte de la période du 9 mai au 29 juillet 1940, qui précède et suit immédiatement l’armistice de la France proposé par Pétain à l’Allemagne dès le 17 juin, et signé à Rethondes le 22 juin 1940. Un témoignage toujours aussi sensible, qui restitue l’atmosphère de cette période et les réactions de la population aux événements, aux vraies et aux fausses nouvelles. Un témoignage d’un moment éminent dans l’histoire de la Seconde Guerre mondiale, qui a le relief particulier que lui procurent les convictions engagées de l’auteur, ainsi que les préoccupations, interrogations humaines essentielles qui s’expriment à travers un vécu et des sentiments spécifiques.

Haut de page

Notes

1  Lucienne Oberländer, sœur cadette de Jeanne Stern.

2  Diminutif de Marie-Louise, femme de Gustav Regler (écrivain communiste dont plusieurs ouvrages ont été traduits en français, notamment Le Glaive et le Fourreau). Il rompra avec le parti communiste après la guerre d'Espagne à laquelle il prit part.

3  André Simone (alias Otto Katz) qui sera exécuté en Tchécoslovaquie lors du procès Slansky) se trouvait alors aux États-Unis.

4  Emmusch (Emma) sœur de Kurt Stern, émigrée aux États-Unis. Dès ce moment Stern songe à émigrer outre-mer.

5  Terme allemand : quart d'heure de grâce avant d'être pendu.

6  Jeanne Stern collabore toujours au journal L’Ordre.

7  Expression devenue courante depuis la guerre d’Espagne. Désigne des espions au service de l’ennemi (déjà employée la veille par Kurt Stern).

8  C'est-à-dire membres du parti communiste.

9  W. M. pourrait désigner Willi Münzenberg qui avait rompu avec le parti communiste en 1938. Otto Strasser, ce militant national-socialiste (frère cadet de Gregor assassiné par les nazis lors de la Nuit des longs couteaux, fin juin 1934) avait rompu avec Nebler, émigré en 1933 et fonde le Schwarze Front. Après un long séjour au Canada, rentre en Allemagne occidentale en 1955. Leopold Schwaschild, émigré en France, et fonde en 1933 un hebdomadaire Das Neue Tage-Bud qui paraîtra jusqu'en 1940. Participe à la création d'un Front populaire allemand en France en 1936, puis rompt avec les communistes l'année suivante.

10  Personne non identifiée.

11  Fille de Kurt et Jeanne Stern.

12  Personnes de nationalité allemande.

13  Bouffer et soiffer, mais pas travailler... Fermer sa gueule.

14  Rolph ou Rudolph Leder, connu après la guerre sous le nom de Stephan Hermlin, un des écrivains, poètes et traducteurs de RDA les plus connus. Nombreuses traductions en français. Décédé.

15  Pète-sec.

16  Peut-être Rolph, voire note 14.

17  Gustav Regler (cf. note 2).

18  Village de Saône-et-Loire, entre Chagny et Autun où se sont retirés les parents de Jeanne Stern à la retraite.

19  Il s'agit sans doute du camp de Meslay-du-Maine (Mayenne) où des Parisiens avaient été internés.

20  Oberländer, mari de Lucienne (note 1), scénariste, avait du être interné au camp de Meslay-du-Maine.

21  Voir note 14.

22  Combattant de la guerre d’Espagne, à laquelle Kurt Stern a pris part.

23  Oncle de Jeanne Stern qui enverra à Kurt un certificat attestant qu'il a besoin de lui pour les travaux de la ferme, ce qui facilitera sa libération.

24  Voir note 4.

25  Village des Hautes-Pyrénées non loin de Tarbes où l’oncle Jean-François exploite une ferme. Kurt Stern y a travaillé jusqu'en novembre 1940.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guylain Chevrier, « Kurt Stern, Tagebuch (9 mai-29 juillet 1940) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 84 | 2001, 115-136.

Référence électronique

Guylain Chevrier, « Kurt Stern, Tagebuch (9 mai-29 juillet 1940) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 84 | 2001, mis en ligne le 01 juillet 2004, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1853

Haut de page

Auteur

Guylain Chevrier

Responsable de la rubrique « Métiers » des Cahiers d’Histoire

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page