Navigation – Plan du site
MÉTIERS
Transmettre l'Histoire

Rencontre sur « L’enseignement de l’histoire sociale » organisée par l’Institut d’Histoire Sociale‑CGT le 28 mars 2001

Sandrine Saule
p. 137-141

Entrées d’index

Géographie :

France

Chronologie :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

1Où en est la recherche en histoire sociale ? Dans quelle mesure et de quelle manière l’histoire sociale est-elle abordée dans l’enseignement secondaire ? Ces questions ont fait l’objet d’une rencontre organisée par l’Institut d’Histoire sociale de la CGT le 28 mars 2001. Nous ne reprendrons dans ces pages que la première partie de la journée, qui s’articule autour de deux thèmes :

2– Histoire sociale, définition et enjeux

3– Les lieux de transmission et courants de pensée

4Le premier thème est d’abord développé par Stéphane Paquelin, enseignant dans le Secondaire, qui rappelle les différences entre l’histoire du fait social, celle du mouvement social et celle du mouvement ouvrier. Il examine ensuite les données historiographiques : le social en histoire, longtemps relégué voire oublié, apparaît sur le devant de la scène avec la naissance de l’école des Annales en 1929 qui rompt avec l’école méthodique alors dominante. Pourtant, l’histoire ouvrière reste rare. Les choses changent après la Seconde Guerre mondiale : l’intervenant insiste sur le rôle essentiel d’Ernest Labrousse pour toute une génération d’historiens (Vilar, Lebrun, Le Roy-Ladurie…) dont la méthode est érigée en modèle ; il évoque également les auteurs à la marge du monde universitaire, comme Jean Maîtron. Dans les années 1970, les critiques sur la réification des classes et des groupes sociaux se développent, en lien avec la remise en cause du paradigme marxiste. La « nouvelle histoire » investit de nouveaux champs de recherche, annexe d’autres sciences sociales (en particulier l’ethnologie) : les mentalités deviennent un objet de recherche privilégié. L’héritage labroussien est réinvesti sur le plan des méthodes avec le succès de l’histoire sérielle, notamment dans l’étude de la famille. Stéphane Paquelin évoque ensuite les critiques que suscitent ces approches dans les années 1980 : François Dosse publie en 1987 L’histoire en miettes où il s’inquiète de l’éclatement de la discipline et Marcel Gauchet publie à la même époque un article mettant en cause le structuralisme qui déresponsabilise l’acteur, devenu simple effet des structures. La critique porte également sur le caractère trop descriptif des problèmes matériels que propose l’histoire sérielle. Plus rapidement, l’intervenant note le « tournant critique » et la renaissance des Annales à la fin des années 1980, le renouveau de l’histoire politique (qui n’est pas un simple retour à l’histoire méthodique puisqu’on envisage une histoire sociale du politique, cf. Noiriel) et l’irruption de l’histoire du temps présent.

5La dernière partie de l’intervention porte sur la place du mouvement ouvrier dans l’histoire sociale : elle prend son essor dans les années 1950 et de nombreux travaux sont publiés dans les années 1960-70 qui donnent une nouvelle visibilité à cette histoire ouvrière, qui est d’abord le fait de militants. Stéphane Paquelin rappelle quelques travaux essentiels, notamment ceux de Jacques Julliard, Michelle Perrot et Jean-Louis Robert. Mais il constate que le syndicalisme suscite peu de recherches et l’explique par le caractère récent du mouvement syndical et, se référant aux travaux de Christophe Charle, au fait que par ses origines la communauté universitaire n’a pas spontanément le réflexe de s’intéresser à un monde qui n’est pas le sien. Sur le même thème, Antoine Prost, universitaire professeur d’histoire contemporaine, auteur d’une synthèse récente sur ces questions historiographiques (Douze leçons sur l’histoire, Seuil, 1998), exprime d’abord son désaccord avec le jugement du premier intervenant sur la faiblesse académique de l’histoire ouvrière ; il cite alors une série de travaux qui s’inscrivent dans cette perspective. En revanche, il considère que la conquête de la légitimité du champ ouvrier dans l’histoire date de l’après-guerre. Dans un exposé très vivant, Antoine Prost rappelle quelques idées « de base » sur l’histoire :

6– Il n’y a d’histoire que collective, les actes des hommes comme individus n’intéressent pas l’historien ; le fait divers n’intéresse ce dernier que s’il est révélateur de quelque chose sur la société dans laquelle il s’inscrit.

7– L’historien doit structurer son ensemble « hommes vivant en société », et donc faire des groupes que l’on appelle des classes. Antoine Prost souligne que le terme de « classe » pas plus que la lutte des classes ne sont des inventions de Marx, que Barnave et Guizot les utilisent déjà. La nouveauté marxiste est le rattachement de l’existence des classes à des modes de production et la dictature du prolétariat.

8L’intervenant se demande ensuite ce qui est périmé dans l’histoire ouvrière. Tout d’abord, c’est une certaine naturalisation des classes : or il n’y a pas de classe ouvrière de toute éternité, avec un périmètre stable, elle est historiquement construite, tout comme le mécontentement ouvrier. De plus, il y a ici une affaire de mode : l’histoire labroussienne quantitative et sérielle rebute les étudiants, qui n’aiment pas les chiffres. Enfin, l’histoire sociale labroussienne a été caricaturée par une histoire déterministe primaire (la fameuse « maison à trois étages » : économie, société, politique). Dans la construction des groupes sociaux, intervient autre chose que des intérêts matériels, comme le montrent les travaux de Jean-Louis Robert sur la construction de la parole ouvrière dans les réunions pendant la Grande Guerre et le rôle de l’éthique, de la dignité ouvrière.

9Malgré ces réserves, Antoine Prost affirme qu’il faut accepter que l’histoire est un récit avec des acteurs collectifs.

10Répondant aux remarques de deux enseignants, l’un sur le rôle essentiel de l’histoire militante, et ce malgré quelques dérives (notamment la tendance à l’instrumentalisation du passé), l’autre sur les liens entre déclin de l’histoire sociale à l’école et chute de la mobilisation sociale manifestée notamment par la disparition de toute visée émancipatrice, Antoine Prost répond qu’il défend l’histoire militante car il n’aime pas « l’histoire-tourisme », celle qui dépayse, mais constate qu’aujourd’hui on ne peut plus écrire l’histoire en fonction d’un dénouement vers lequel elle tendrait. Un autre enseignant évoque les glissements sémantiques qui amène, par exemple, l’entreprise Renault à recruter non plus des « ouvriers » mais des « opérateurs », signe selon l’intervenant d’une idéologie qui vise à couper le monde du travail de tout un passé de luttes. Antoine Prost revient alors sur la différence entre les termes de « travailleur » et « d’ouvrier », ce dernier évoquant toujours l’individu concret alors que le premier a une portée plus générale, articulée sur une valeur, le travail, considérée comme seule créatrice de richesses sociales. Derrière le déclin du mot « travailleur », nettement perceptible lorsqu’on étudie les motions de congrès de la CGT et de la CFDT entre 1968 et 1990 comme l’a fait le laboratoire de lexicologie de l’ENS Saint-Cloud, il s’agit de la remise en cause du travail comme valeur et du travailleur comme fondement de la société.

11Le thème 2 est introduit par Michel Dreyfus, universitaire et spécialiste de l’histoire du syndicalisme. L’histoire sociale apparaît, dans les lieux universitaires dans les années 1960, marquée par le militantisme, et s’organise autour de moments-clés : la Commune, la Grande Guerre, le Front populaire et la Résistance. L’histoire du réformisme n’est pas faite, et l’histoire des militants de gauche passés à droite est stigmatisée : ces sujets ne « méritent » pas qu’on s’y penche. Depuis les années 1980, on enregistre de nombreux changements :

12– L’histoire ouvrière s’élargit à l’histoire du travail, qui s’intéresse également aux usines, aux corps de métiers, au patronat, aux politiques patronales.

13– L’histoire du réformisme se développe, ainsi que la connaissance des « moments douloureux » du syndicalisme. L’intervenant évoque l’attitude du syndicalisme pendant la Seconde Guerre mondiale, qui ne coïncide pas exactement avec le syndicalisme de résistance ; il faut également prendre en compte le syndicalisme légal et le syndicalisme de collaboration, donc remettre en cause la « légende dorée ». Michel Dreyfus dit que l’on sait encore peu de chose sur le mouvement mutualiste en France, alors que de 1914 à nos jours, on compte dix fois plus de mutualistes que de syndicalistes. À ce sujet, l’intervenant revient sur l’exception française d’une culture de la contestation et d’un dédain à l’égard du syndicalisme de services, attitudes qui s’articulent sur une forte séparation entre les besoins sociaux assurés par les mutuelles et les revendications qui sont l’affaire des syndicats.

14– L’histoire des politiques sociales, c’est-à-dire de l’ensemble des institutions que l’État a mises en place dans ce domaine, reste encore largement un chantier en friches. Si l’histoire de la Sécurité sociale est assez bien connue, on sait peu de chose sur l’investissement du mouvement syndical au sein de cette institution.

15– L’histoire très récente se développe.

16– On s’intéresse aujourd’hui beaucoup plus à l’histoire des représentations.

17– De nouvelles archives sont accessibles : syndicats, partis politiques, mais aussi archives de Moscou.

18Michel Dreyfus termine son intervention sur trois remarques :

19– Il ne croit pas en la fin de l’histoire !

20– Il ne faut pas trop faire de distinction entre l’histoire « militante » et l’histoire « scientifique », comme le montre la polémique récente sur le communisme.

21– L’histoire est toujours liée aux questions du présent.

22Françoise Bosman, directrice des archives du Val-de-Marne, brosse à grands traits l’histoire des archives en France. Nées pendant la Révolution française (lois de 1794 et 1796 pour les archives départementales), les archives sont dès l’origine considérées comme apportant la charge de la preuve (le procès Papon et l’utilisation de documents originaux de la Préfecture de la Gironde illustrent la pérennité de ce principe). La création des archives découle de plusieurs postulats :

23– Il y a une nation française.

24– Cette nation a une mémoire.

25– La mémoire est redevable à tous les citoyens. À ce propos, Françoise Bosman rappelle qu’il est toujours stipulé que les archives sont accessibles à tous, et non à un public réservé de spécialistes.

26Le réseau des archives de France se forme au cours du xixe siècle. Mais les archivistes, « pris dans la masse », ont essentiellement collecté les archives des corps constitués, travaillant ainsi dans le sens des idées dominantes. L’intervenante note que les archivistes travaillent toujours avec un décalage d’une trentaine d’années et beaucoup n’ont d’ailleurs pas envie de se presser pour recueillir des fonds d’histoire contemporaine. Ce manque d’empressement entraîne la perte irrémédiable d’archives : l’auteur évoque les archives à tout jamais perdues de la Ligue de l’Enseignement. Seules les archives des départements de Seine-Saint-Denis et du Val-de-Marne affichent clairement leurs sources d’histoire sociale. Les archives du Val-de-Marne collectent des archives du monde du travail, en faisant appel aux entreprises, au mouvement syndical, aux architectes… Pour développer cela, le travail en partenariat est nécessaire car le seul réseau d’archivistes ne saurait suffire. Les archives du Val-de-Marne travaillent en partenariat avec l’IHS, la PAGEP et le Maîtron. Michèle Brosman montre également l’élargissement du champ archivistique, avec les fonds sonores, les fichiers électroniques, les sources cinématographiques. Elle annonce la parution d’une Histoire de la Seconde Guerre mondiale dans le sud-est parisien en partenariat avec l’université de Bourgogne, sous la direction de Serge Wolikow.

27Un ouvrier de la SEITA évoque la bataille perdue dans le Lot-et-Garonne sur le maintien sur place des archives de l’entreprise. Françoise Brosman rappelle alors que les archives appartiennent aux patrons. Ceux-ci ne veulent pas toujours lâcher leur fonds et créent quelquefois un service d’archives en interne (comme Saint-Gobain) mais il s’avère souvent coûteux. Selon un décret de 1994, les syndics qui gèrent les entreprises en faillite récupèrent les archives et doivent contacter les Archives départementales. Mais bien souvent, ils ne le font pas, et les archives finissent dans une poubelle qu’un commando d’archivistes ne peut pas toujours sauver.

28Au final, nous voici rassurés : l’histoire sociale n’est pas morte, terrassée par une histoire politique triomphante. Le clivage d’ailleurs perd de sa pertinence au regard du renouvellement des problématiques, du défrichage de nouveaux champs qui lient les différentes facettes de l’activité des hommes. Cependant, comme l’a montré la deuxième partie de la rencontre consacrée à l’enseignement de l’histoire sociale, ces transformations restent peu perceptibles dans les programmes du secondaire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sandrine Saule, « Rencontre sur « L’enseignement de l’histoire sociale » organisée par l’Institut d’Histoire Sociale‑CGT le 28 mars 2001 », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 84 | 2001, 137-141.

Référence électronique

Sandrine Saule, « Rencontre sur « L’enseignement de l’histoire sociale » organisée par l’Institut d’Histoire Sociale‑CGT le 28 mars 2001 », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 84 | 2001, mis en ligne le 01 juillet 2004, consulté le 23 mars 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1850

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page