Navigation – Plan du site
FILMS

La Chambre des officiers

de François Dupeyron (2001)
Claire Fredj

Texte intégral

1En août 1914 sur la Meuse, le jeune lieutenant du génie, Adrien Fournier, effectue une reconnaissance avec sa brigade. Une explosion. Adrien reprend conscience dans une église transformée en infirmerie. Ses jambes fonctionnent, ses bras aussi ; il voit, il entend. Mais il n’a plus de dents, ne peut plus parler car du menton au nez, son visage est détruit. Évacué au Val de Grâce, il en sort cinq ans plus tard.

2La chambre des officiers, adaptation du roman éponyme de Marc Dugain, raconte l’histoire d’Adrien, une des « gueules cassées » de la première guerre mondiale. Ne comprenant d’abord la répulsion qu’il provoque que par le regard des autres dans une chambre où les miroirs ont été retirés, les souffrances physiques d’Adrien dues aux blessures se doublent de la détresse morale d’être désormais – pour lui, pour les autres – un monstre. Entouré d’autres officiers, il organise sa vie, entre les opérations nombreuses qui tentent de lui redonner un visage et une voix et l’amitié qu’il tisse avec un aristocrate breton, un aviateur juif et une infirmière, défigurée lors d’une opération sur le front. La guerre s’impose à lui par fragments : un ami d’enfance tué, la chambre des officiers qui se remplit, comme les chambres des étages inférieurs, bondées de simples soldats devenus même à ses yeux qui se font à l’horreur, des créatures de cauchemar.

3On se souvient parmi les plus récents films sur la guerre de La vie et rien d’autre où Philippe Noiret cherchait à mettre un nom sur des dizaines de milliers de disparus dans des paysages encore marqués par la violence du conflit deux ans après l’arrêt des combats. C’est également à l’identification d’un homme que procède François Dupeyron à travers le parcours psychologique du lieutenant Fournier qui doit s’habituer à la nouvelle identité que la guerre lui a donnée mais aussi accepter le regard des autres sur la destruction de ce qui contribue le plus à l’identité d’un être humain : le visage. Il faut alors affronter la peur, l’horreur, le dégoût dans les yeux des anonymes mais d’abord et surtout des proches qui scrutent dans les chairs tuméfiées l’image de l’homme jeune parti quelques mois plus tôt.

4L’histoire des gueules cassées, c’est l’histoire du blessé, l’acceptation lente de son aspect, les sociabilités créées à l’hôpital autour de la défiguration et qui se perpétuent à l’extérieur. C’est aussi celle des structures médicales dont dépend le blessé tout au long de son calvaire, de l’évacuation à l’arrière à la table d’opération où les médecins testent tout ce qui est possible pour reconstruire un visage alors que la chirurgie réparatrice de la face en est à ses balbutiements : greffes de plusieurs types, moulages, prothèses que la chirurgie emploie pour redonner forme aux blessés sont évoquées en toile de fond de la Chambre des officiers.

  • 1  Tous ces aspects sont détaillés dans les travaux de l’historienne Sophie Delaporte (Les Gueules ca (...)

5Le film de François Dupeyron se place au confluent de certaines des problématiques récentes qui font évoluer l’histoire depuis une quinzaine d’années. L’étude du corps et de sa souffrance répond aux interrogations nouvelles sur la condition de soldat, ici dans la perspective plus générale d’une 1re guerre mondiale dont le déroulement et les conséquences sont marqués – pour reprendre le terme créé par George L. Mosse – par une « brutalisation » générale 1.

6Rares pour l’instant sont les témoignages sur l’expérience de la guerre au cinéma, qu’il s’agisse de la tranchée ou de celle, différemment individuelle de la mutilation. En 1971, Dalton Trumbo avait montré dans Johnny got his gun l’anéantissement du corps où malheureusement la conscience subsistait. Peu d’images donnent à voir des gueules cassées : des photos, des moulages, quelques dessins, d’Otto Dix par exemple, et encore moins de films, à part le J’accuse d’Abel Gance auquel ont participé des blessés de la face. François Dupeyron est donc le premier à tenter de montrer sous forme de fiction le destin de ces hommes dont l’aspect témoigne de la violence du traumatisme et de la nouvelle brutalité de la guerre.

7Était-il possible de retranscrire cette expérience où tout tourne autour du regard et de l’aspect physique au cinéma, moyen par excellence de montrer ? L’image permet-elle de faire comprendre au spectateur le traumatisme de la destruction identitaire et de la reconstruction physique et mentale qu’il demande ? Le film de François Dupeyron, d’une sobriété de bon aloi et servi par de très bons acteurs, se heurte paradoxalement à l’image. Les photos des gueules cassées que l’on peut voir sont traumatisantes parce qu’elles créent un malaise physique à celui qui les regarde alors que les défigurations montrées dans le film sont certes pénibles mais soutenables, ce qui nuit parfois à la cohérence du propos sur le regard extérieur. Mais montrer des images aussi dures que les photos d’archives apporte-t-il vraiment quelque chose ? Comment montrer une cassure et en même temps sa cicatrice, le traumatisme sans voyeurisme, la possibilité d’identification sans édulcoration ?

  • 2  Kôbô Abé, La face d’un autre, Stock, 1987.

8Quand bien même l’insoutenable eût-il été montré, l’image de l’horreur aurait-elle pu faire comprendre toutes les ambiguïtés liées au rapport entre le visage et la personnalité, à l’instar de celles qui torturent le chimiste au visage brûlé dans le roman de Kôbô Abé au titre significatif : La face d’un autre 2.

9La difficulté de montrer des problèmes si intimes, liés au psychologique plus qu’au physique explique à quel point l’image, mais aussi le mot, ne peuvent finalement raconter l’indicible. Peut-être les visages brisés tels que François Dupeyron les a montrés auraient pu l’être autrement. Ne pas montrer mais alors comment confronter le spectateur à l’horreur ? Montrer plus, mais pour faire comprendre, suffit-il de mettre le spectateur face à sa propre vulnérabilité ? Par les questions qu’elle pose, par le traitement qui en est fait, La chambre des officiers constitue ainsi une approche sensible, parfois poignante, d’une réalité longtemps occultée et contribue à la construction d’une mémoire qui donne une place à la souffrance, à l’horreur, mais aussi à l’espoir.

Haut de page

Notes

1  Tous ces aspects sont détaillés dans les travaux de l’historienne Sophie Delaporte (Les Gueules cassées. Les blessés de la face de la Grande Guerre, Noêsis, 1996, préface de Stéphane Audoin-Rouzeau), qui s’est aussi occupée en septembre 2001 d’une exposition virtuelle de la Bibliothèque interuniversitaire de médecine de Paris (www.bium.univ-paris5.fr).

2  Kôbô Abé, La face d’un autre, Stock, 1987.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claire Fredj, « La Chambre des officiers », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 84 | 2001, mis en ligne le 28 novembre 2009, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1847

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page