Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

François Dosse, L’Histoire

Armand Colin, coll. Cursus, Paris 2000, 208 p.
Guy Lemarchand
Référence(s) :

François Dosse, L’Histoire, Armand Colin, coll. Cursus, Paris 2000, 208 p.

Texte intégral

1C’est un pari difficile qu’a tenté F. Dosse avec ce livre : confronter les positions des historiens et celles des philosophes, de l’Antiquité à nos jours, sur la question de l’histoire, le tout dans le cadre d’une collection d’initiation, c’est-à-dire en moins de 200 pages de développement et en couvrant le plus grand nombre possible d’auteurs. Par conséquent, l’ouvrage n’est pas un exposé systématique d’historiographie en tant qu’histoire de l’histoire, ni non plus un manuel de philosophie, il se veut une réflexion épistémologique sur le métier d’historien et un exposé des vues des philosophes sur le contenu de l’histoire de l’humanité, cela à partir du constat irréfutable posé en introduction : l’absence en France de dialogue entre les spécialistes des deux disciplines et les bouleversements que connaît la recherche historique depuis une vingtaine d’années, qui mettent au premier rang l’acteur, la courte durée et la mémoire.

2L’auteur examine d’abord la volonté de vérité qui anime les historiens et qui, à partir d’Hérodote et plus nettement de Thucydide, les a amenés à rompre avec la littérature et le légendaire surnaturel et à mettre au point, particulièrement avec L. Valla, les Bénédictins de Saint-Maur et l’école méthodique, une méthode spécifique de travail. Assez vite, particulièrement avec Polybe, est apparue la recherche des causes, mais F.D. renvoie à un autre chapitre l’étude de la cause principale avancée par l’Antiquité païenne et par le Moyen Âge chrétien pour arriver tout de suite à Jean Bodin et sa proposition laïcisante de privilégier comme explication de l’histoire l’instinct de survie et le désir de richesse. Avec La Popelinière et les Lumières jusqu’à Hegel et Marx, l’histoire, au-delà de la diversité et de la confusion des faits, vise à saisir la totalité de l’aventure humaine et à dégager des lois d’évolution à partir de l’idée que le réel ne peut être que rationnel. On aboutit à la fin du xixe siècle à une sorte de physique sociale rétrospective fondée sur le sociologisme de Durkheim et de Simiand, auquel l’école des Annales au xxe siècle apporte des nuances, plus importantes que ne le suggère l’auteur. Sous l’influence du structuralisme des anthropologues, le discours historique tend dans les années 1970 à mettre en avant la longue durée et l’équilibre pluriséculaire des systèmes sociaux. Cependant vers 1975-80 l’horizon se complique : sous les coups de la critique du philosophe P. Ricoeur et des historiens qui s’en inspirent, le déterminisme économique et social est mis en cause, des champs d’étude nouveaux qui s’insèrent mal dans les structurations en classes sociales sont ouverts avec, entre autres, A. Corbin. On se penche à nouveau sur les enseignements de R. Aron et de M. Weber, lequel met l’accent sur la notion de sens visé par les acteurs et rejette l’idée de loi.

3Sur le plan de la forme de l’exposé historique, le récit a dominé pendant longtemps, marqué par la rhétorique à Rome et l’épopée guerrière chez les chroniqueurs du Moyen Âge. La recherche de l’effet chez le lecteur et le souci de moralisation conduisent alors souvent à prendre quelque liberté vis-à-vis de la quête de la vérité ou à mettre des œillères à l’observation de l’historien, quoique certains comme Commynes s’ouvrent à un réalisme plus moderne. Après une éclipse au xviiie siècle, le récit est encore à la mode chez les romantiques, de plus en plus fondé sur le dépouillement des archives et le désir de restituer la vie réelle, matérielle et dramatique, le « peuple » chez Michelet. A la fin du xxe siècle, avec l’interrogation critique sur l’opération d’écriture du travail d’histoire développée par P. Veyne et M. de Certeau qui insistent sur l’incertitude, l’indétermination et la part de subjectivité de l’historien entrant dans les constructions explicatives des tenants des Annales, le récit est à nouveau privilégié comme moyen de comprendre l’autre, de saisir la pensée des rédacteurs des documents d’époque qui vivaient dans un univers mental différent de celui de l’historien professionnel d’aujourd’hui.

4L’histoire comme discipline intellectuelle se donne pour but de saisir l’écoulement du temps, ses variations et ses ruptures, les moments où il semble s’accélérer. Curieusement F.D. ne dit rien du temps cyclique de Platon et met en valeur l’immobilité d’Aristote. Avec Saint-Augustin se distinguent le temps cosmologique et le temps vécu. Husserl et Heiddeger analysent le flux de conscience dans lequel se trouve la perception du temps. Du même coup, la subjectivité est essentielle et la narration apparaît bien comme l’instrument privilégié de l’histoire, ce qui peut aller jusqu’à considérer avec les philosophes et linguistes du « linguistic turn », que le récit est lui-même explication et que l’histoire comme discours scientifique est, malgré ses prétentions, proche de la fiction. Se refusant à verser dans le scepticisme intégral, Ricoeur et Koselleck mettent en avant la « mise en intrigue » qu’est l’énoncé de l’événement, laquelle ne se fait pas au hasard, mais s’appuie sur des concepts eux-mêmes fondés sur l’expérience. Ainsi l’« histoire du temps présent » est-elle possible parce que, en dépit du manque de recul, elle envisage les multiples possibles et elle remet l’événement dans une trame, elle a ses règles sans pour autant reposer sur des chaînes de causes imparables et fatales. L’événement lui-même est relativisé : son effet réel dépend moins des changements matériels qu’il apporte que de la manière dont il est perçu. Mais alors que deviennent les structures ? G. Mead et K. Popper ont essayé de dépasser le clivage structure-événement, le second particulièrement par l’analyse des « situations » où se trouvent les acteurs. Mais on arrive à un point où la relation de causes à effets n’a plus de sens pour l’histoire. Et Nietzsche, quoique du xixe siècle, avec sa critique des espoirs des Lumières dans la raison, constitue un modèle pour les tenants d’une tendance au nihilisme du xxe siècle. Dans les années 1960, critiquant fortement le continuisme temporel et l’absolutisation des valeurs, insistant sur les pratiques discursives, M. Foucault a repris l’héritage de Nietzsche et abouti à un relativisme évident, même si Braudel et Mandrou ont cru un moment qu’il adhérait à leur démarche historique.

5Quels sont les moteurs de l’histoire ? Ici on revient à l’analyse commencée précédemment de la causalité, ce qui ne clarifie pas l’exposé. L’Antiquité grecque et romaine invoque la fortune dirigée par les dieux, mais elle laisse aussi une petite place à l’initiative humaine. Le christianisme médiéval met au premier plan la divine Providence et, avec Grégoire de Tours ou Glaber, périodise l’histoire selon les schémas de la Bible. Bossuet et Vico reprennent la même vision. Avec les Lumières, il y a laïcisation de l’explication et la notion de progrès devient primordiale. Kant envisage l’histoire selon le principe d’engendrement mécanique tiré des sciences de la nature, tout en cherchant à préserver la liberté humaine ; Hegel met au premier plan dans la marche de l’histoire la contradiction et dissout l’individuel dans l’esprit des peuples et celui-ci dans un esprit unique qui chemine dans l’évolution, ce qui aboutit à l’idée de fin de l’histoire, reprise en 1992 par F. Fukuyama au profit du règne merveilleux du libéralisme sur la planète. Marx se situe dans la lignée de ces synthétiseurs des xviiie-xixe siècles, mais en renversant le schéma explicatif : ce sont le travail et les rapports sociaux qui deviennent le moteur essentiel. Et marxisme n’est pas réductionnisme économiste, ce qu’ont précisé les analyses de L. Althusser.

6Mais la discipline historique au xxe siècle ne se distingue pas seulement de ces visions philosophiques, elle est également différente de la mémoire sur laquelle pourtant elle s’appuie. Dès le Moyen Âge cependant, avec le début de la construction des États-nations, le pouvoir politique naissant a tendu à la confisquer et la confondre avec la mémoire. Ainsi est construite avec Suger et les Grandes chroniques de France une histoire des rois et des Francs soucieuse de légitimer les souverains par l’accréditation du mythe des origines troyennes de Clovis et de ses guerriers. Au xvie siècle l’État développe son emprise sur la production historique, laquelle prend comme objet la description de la montée de l’identité nationale et la puissance de l’État. Etienne Pasquier, en s’appuyant sur l’érudition, exalte la continuité de l’évolution depuis les Gaulois et l’originalité des institutions françaises. Au xviie siècle cette instrumentalisation de la discipline est à son maximum. L’histoire de France depuis Faramond jusqu’à maintenant par Mézeray (1643-51) dépeint le renforcement et l’utilité du pouvoir du roi apportant avec ses magistrats l’ordre et la connaissance dans le pays. De ce point de vue le xviiie siècle est occupé par la querelle des origines ethniques de la nation : essentiellement franques comme le veut Boulainvilliers ou essentiellement gauloises selon l’abbé Dubos. La querelle cache en fait un enjeu social : il s’agit de justifier ou de refuser la domination de la noblesse. Par conséquent, il n’est pas étonnant qu’elle rebondisse sous la Restauration. Mais elle est alors dépassée par les travaux des maîtres qui veulent mettre en valeur la construction d’un État de plus en plus juste, soutenue par la bourgeoisie, avec Guizot et E. Lavisse. En même temps la collecte des archives devient systématique et soigneusement organisée.

7Avec la multiplication des documents mis en œuvre est posée la question de la mémoire, en particulier collective. Dans les dernières années du xixe siècle, Bergson esquisse l’étude de la mémoire individuelle, montrant que le souvenir est une opération active. Le sociologue Halbwachs en 1925, puis des historiens comme P. Nora (1984), distinguent et opposent mémoire qui est vie et déformation, et histoire qui est construction intellectuelle aussi rigoureuse que possible. A partir des années 1975, la mémoire, avec Ph. Joutard sur les Camisards (1977), prend place parmi les chantiers d’étude des historiens et ceux-ci tirent parti des enseignements de la psychanalyse. Du même coup l’oubli lui-même est pris en considération comme significatif, la discontinuité l’emporte sur la continuité, l’événement prend une importance nouvelle et le contenu même de la discipline historique en est changé : il se rapproche de la mémoire sans se confondre avec elle. L’objet historique est moins le fait que le retentissement du fait après qu’il ait eu lieu ; il y a un recyclage incessant du passé comme le montre H. Rousso à propos de Vichy (1990) et aux déterminismes anciens se substituent le recensement des conduites possibles en face du fait lui-même et le choix par les acteurs d’un de ces possibles.

8Évidemment un tel ouvrage suppose des raccourcis acrobatiques dans l’exposé et une sélection parmi les auteurs cités, donc des éliminations sous peine de confusion. Aussi on ne chicanera pas F. D. d’avoir « omis » Suétone ou même Taine. Cela laisse de la place pour certains comptes rendus heureux et nuancés, en dépit de leur brièveté, de la pensée d’historiens et philosophes aussi divers que Tite-Live, Marx, M. Foucault ou N. Elias. Par contre, la manière particulièrement lapidaire dont sont traités des auteurs qui marquent pourtant des jalons essentiels dans l’élaboration de la conception de l’histoire comme Saint-Augustin ou Montesquieu, choque quelque peu. Il en va de même du silence fait sur Guizot (qui n’est mentionné qu’à titre d’organisateur du service des archives), aussi bien que sur E. Labrousse et P. Bourdieu, d’autant plus que F. D. a convoqué Cicéron, Dilthey et W. Benjamin dont on peut se demander s’ils sont tellement importants. Plus surprenante encore est l’absence des « philosophes de l’histoire » du xxe siècle : Spengler, Toynbee, R. Grousset.

9Sur le fond, tout le livre est en réalité tendu vers la fin du xxe siècle et la valorisation des courants épistémologiques et narrativistes avec de nombreuses citations, entre autres et à diverses reprises, de Ricoeur. A cet égard la description de l’œuvre de P. Veyne et de M. de Certeau demeure un peu obscure et laisse une impression embarrassée. Au risque d’être accusé de platitude et de fermeture bornée, à la lire, on hésite pour savoir s’il s’agit d’un énoncé compliqué de constats assez banals et justifiés, avec une mise en garde adressée à l’historien contre le jeu de sa propre subjectivité et l’insistance sur la difficulté d’appréhender la parole de l’acteur, ou bien s’il n’y a pas derrière ces considérations une fuite vers l’indétermination et le vertige du renoncement qui a, en tous cas, pour résultat de minorer fortement le rôle des structures de la société dans laquelle vivent ces mêmes acteurs, et dont ils reçoivent des influences en même temps qu’ils exercent une action sur elle. Et la fin de l’ouvrage – sans que cela soit dit explicitement – paraît suggérer que l’histoire de terrain quantitative et issue du courant des Annales, ou bien n’existe plus guère ou bien est totalement obsolète et répétitive. A cet égard des expressions comme celles qu’emploie F. D. dans sa conclusion (« paradigmes holistes » : les Annales, Labrousse, le sociologisme ?) et l’accent mis sur « la signification du vécu » sont assez significatives. Acteur, intrigue, mémoire, ces termes suggèrent effectivement des pistes de recherche qui sont relativement nouvelles, mais elles le sont davantage par l’insistance avec laquelle elles sont mises en avant que par leur contenu qui n’avait pas été ignoré dans les années 1960 autant qu’il est dit depuis une dizaine d’années ; cependant il est vrai qu’elles n’étaient pas alors à l’ordre du jour des préoccupations historiennes. L’exclusivisme vis-à-vis des autres chantiers, en particulier l’économique et le social, qui marque souvent leur énoncé aujourd’hui, conduit à penser qu’il y a derrière ces concepts un enjeu d’actualité et l’écho des débats de la cité. En effet, question que F. D. ne pose pas, leur vogue – mais pas leur valeur opératoire qui n’en est pas amoindrie pour autant et est en fait indépendante des modes – n’est-elle pas parallèle à ce qui se passe sur le plan de l’évolution de l’idéologie générale dans les années 1990 ? C’est-à-dire d’une part l’existence d’un courant de pensée libertaire né en mai 1968 qui a été récupéré partiellement par l’individualisme libéral, devenu d’autre part presque hégémonique grâce, entre autres facteurs, à cette parure plus séduisante que le seul calcul économique. C’est un peu, en quelque sorte, le supplément d’âme qui voile le nouveau réductionnisme économiste et la suprématie de la rentabilité financière. Même les historiens ne vivent pas en dehors de leur temps, ce qui n’est pas choquant et peut même être fécond, à condition de le savoir, afin de comprendre les variations de leur réflexion et d’en saisir les raisons et les limites. L’historicisation de l’histoire ne saurait s’arrêter aux années 1970-80.

10Néanmoins l’un des mérites de l’ouvrage est de montrer les obstacles au dialogue entre philosophes et historiens. D’abord, le plus souvent, ils ne travaillent pas sur le même registre : les philosophes s’intéressent particulièrement aux questions de temporalité et de césure entre passé, présent et futur, ils cherchent à problématiser le fonctionnement de la mémoire ; pour les historiens, le temps est inclus dans leur visée, mais il reste lié au social et ses caractères circonstanciels, sa théorisation leur apparaît sans grande utilité. En second lieu les uns et les autres n’utilisent pas le même langage, et derrière cette différence de forme se dissimule une différence d’objectif. Les philosophes tentent de construire une vision des processus à l’échelle de l’humanité entière, passée et présente, et leur démarche va d’abstraction en abstraction et ambitionne de saisir une cohérence subtile, si ce n’est une explication, qui tourne parfois à l’ivresse des mots et à laquelle d’ailleurs F. D. recourt dans quelques-uns de ses développements, particulièrement lorsqu’il décrit la démarche de certains philosophes ; les historiens ont avant tout le souci du concret, qu’il soit individuel ou collectif et ils ne recourent à l’abstraction – malheureusement ils ne s’y essaient pas assez – qu’en dernière analyse. L’histoire s’est autonomisée par rapport à la littérature, puis par rapport à la philosophie, comme le montre F.D. Ne doit-elle pas maintenant se rapprocher de cette dernière, sans s’y perdre pour autant, en ce sens qu’il apparaît de plus en plus nécessaire pour les historiens de mieux connaître la philosophie comme moyen d’ouverture de voies nouvelles et source d’approfondissement des interprétations ?

11Au total donc un livre qui n’emporte pas toujours la conviction (le pouvait-il étant donné son sujet ?), mais bien informé et qui excite la discussion, par conséquent utile.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guy Lemarchand, « François Dosse, L’Histoire », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 84 | 2001, mis en ligne le 28 novembre 2009, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1846

Haut de page

Auteur

Guy Lemarchand

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page