Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Philippe Artières, Michelle Zancarini-Fournel (dir.), 1968, une histoire collective (1962-1981)

Paris, La Découverte, 2008, 848 p.
Thierry Hohl
Référence(s) :

Philippe Artières, Michelle Zancarini-Fournel (dir.), 1968, une histoire collective (1962-1981), Paris, La Découverte, 2008, 848 p.

Texte intégral

1Monumental, ce livre participe de l’événement que fut la commémoration du quarantième anniversaire de Mai 68, animée d’une volonté marquée d’historicisation de ces journées, de ces semaines, de ces années 1968.

2Trois grandes parties chronologiques rythment l’ensemble – 1962-1968 : le champ des possibles, Mai-juin 1968 : l’épicentre, 1968-1974 : changer le monde et changer sa vie –, structurées autour de trois récits dans lesquels Michelle Zancarini-Fournel développe une lecture de chacune des périodes. L’analyse d’un film proposé par Antoine de Baecque ouvre chacun des chapitres, l’ensemble se poursuit par l’exploration des objets, des ailleurs, des lieux et des acteurs des années 1968. Des traverses closent ce cheminement à travers l’événement. L’ensemble forme une somme impressionnante de connaissances, d’approches sur des thèmes aussi divers que le Lsd, les hippies et la Californie (Laurent Chollet), les villes nouvelles des Trente Glorieuses (Jean-louis Violeau), De Gaulle et l’effacement de la question coloniale (Frank Renken), l’insurrection féministe (Florence Rochefort) ou l’excellent épingle à nourrice ou le punk, enfant schizophrénique de Mai 68 (Dominique Kalifa). Ce foisonnement d’objets, ce décentrage permanent de l’enquête historique procurent nombre d’étonnements au lecteur profane de la période, amènent à revisiter les poncifs habituels sur Mai 68, incitent à pousser l’exploration de certains sujets tels que l’insurrection ouvrière (Xavier Vigna). La poursuite systématique de l’exploration des mois de mai « ailleurs » renouvelle notre approche trop souvent franco-centrée. Aux attendus mouvement estudiantin à Mexico (Annick Lempérière), Brigades rouges italiennes (Pierre Girard) font écho la révolution iranienne (Azadeh Kian-Thiébaut) des années 1970 et un portrait de l’inconnue révolutionnaire de la révolution des œillets (Philippe Artières).

3En tant que telle, cette histoire collective vaut le détour et constitue un de ces livres retrouvés avec plaisir, feuilletés, posés puis redécouverts au gré de nouvelles curiosités, interrogations.

4Pour autant, ce monument pose quelques questions. La première naît dès les premières pages de l’ouverture de Philippe Artières qui pose les jalons de l’entreprise. Sa justification de l’élargissement de l’objet mai 68 aux confins des années 60 et 70 convainc, son rapport à l’événement surprend quelque peu. L’enjeu est d’historiciser mai 68 en dehors de ce qui en fit un « événement de papier », en dehors des interprétations immédiates, des représentations. Cette volonté de s’abstraire d’un « certain folklore dans lequel on a très vite enfermé l’événement » pose le problème de son statut et de sa construction historique. Ce souci de construction de l’événement hors de son contexte discursif, de représentation, est rattaché à la nécessité de créer une histoire sociopolitique, « une histoire de la manière dont les différentes composantes sociales interagissent pour produire du politique ». Comment ne pas être surpris par cette volonté de créer un surplomb à toute force alors qu’un événement ne se comprend que dans le flot des paroles, des interprétations, des contradictions qui le porte dès son avènement, qu’un événement n’existe que dans le récit qui sans cesse le porte. Sans doute est-ce à cause de cette méfiance ouverte envers la parole, les écrits de 68, nés de 68, qu’une très large place est faite aux sources policières dans les récits de Michelle Zancarini-Fournel sans que se fasse entendre la parole des acteurs, des groupes, alors qu’elle est très présente dans les autres articles de l’ouvrage.

5La seconde question se retrouve à l’intérieur de l’exposition des années 68. Le premier récit est centré sur les possibles ouverts entre 1962 et 1968, le second sur l’épicentre, le troisième sur la volonté de changer le monde et sa vie, le quatrième sur le début de la fin. En somme, nous avons un récit linéaire de la période quand le premier texte suggérait une autre approche, très stimulante, par l’ouverture des champs des possibles. Le choix d’élargir la séquence chronologique aux années 1960 et 1970 a eu comme effet bénéfique de desceller l’événement Mai 68 de son déroulé chronologique.

6Il a comme conséquence plus discutable de fermer la tentative des possibles dans un avant et un après ; de fait, malgré son titre, la dernière partie (Le début de la fin) ouvre les nouveaux possibles à l’œuvre dans la société française, autour de l’écologie, de « la construction d’un problème national : l’immigration ». Le regret demeure de ne pas voir cette méthode illustrée brillamment dans la première partie, reprise en fin de partie, oubliée en chemin.

7La troisième interrogation porte sur l’histoire politique sollicitée par les coordinateurs de l’ouvrage. Le « gauchisme » est abordé à plusieurs reprises, problématisé avec Philippe Artières dans les « cent visages du gauchisme », disséqué sous l’angle des cultures politiques (Bernard Brillant), leurs interventions sociales et politiques abordés dans nombre de communication (par exemple, dans Nicolas Hatzfeld sur les établis maoïstes). Si l’épisode 1968 fut l’âge des « gauchismes », pour autant l’élargissement de l’enquête aux années 1970 aurait mérité d’approfondir la manière dont les organisations politiques traditionnelles s’approprient mai 68, le travaillent pour finalement construire la possibilité d’une alternance aux couleurs de l’alternative en mai 1981. Le Parti socialiste est particulièrement maltraité dans cette logique de construction d’une histoire socio-politique. Si le PSU a droit à une contribution (Vincent Duclert), le PS a droit à quelques lignes dans le récit de Michelle Zancharini-Fournel ouvrant la dernière période, quelques notations dans l’article d’Hélène Hatzfeld sur l’Union de la gauche. D’une certaine manière, le PCF est négligé, ramené à ses réactions face à 1968 ; son emprise sur nombre d’intellectuels, sa capacité à encore capter la classe ouvrière sont sans doute par trop négligées. D’une certaine manière, la victoire de François Mitterrand en 1981 est relativement incompréhensible à la lecture du livre.

8Ces interrogations sont aisées, un tel monument suppose des choix, des partis pris. Au final, l’ouvrage demeurera comme une des productions les plus originales et les plus importantes sur Mai 68.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thierry Hohl, « Philippe Artières, Michelle Zancarini-Fournel (dir.), 1968, une histoire collective (1962-1981) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 108 | 2009, mis en ligne le 28 novembre 2009, consulté le 29 mars 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1842

Haut de page

Auteur

Thierry Hohl

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page