Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Julie Bouchard, Comment le retard vient aux Français. Analyse d’un discours sur la recherche, l’innovation et la compétitivité (1940-1970)

Villeneuve-d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, 2008, 328 p.
Jérôme Lamy
Référence(s) :

Julie Bouchard, Comment le retard vient aux Français. Analyse d’un discours sur la recherche, l’innovation et la compétitivité (1940-1970), Villeneuve-d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, 2008, 328 p.

Texte intégral

1L’analyse des discours sur la science et les politiques scientifiques est particulièrement féconde pour mettre au jour les logiques globales qui visent à cadrer et/ou à faire advenir certaines pratiques dans les laboratoires, les universités ou les structures de recherche. L’ouvrage de Julie Bouchard explore la rhétorique du retard des années 1940-1970. Il suit la perspective foucaldienne d’une étude des contenus discursifs à partir des conditions de leur production, de leur circulation et de leur signification toujours historiquement et géographiquement situées. L’auteur rappelle opportunément qu’il n’est pas question pour elle d’adopter une démarche évaluative ; en historicisant les discours sur le retard et en suivant précisément leurs énonciateurs, leurs utilisateurs et leurs récepteurs, Julie Bouchard écarte le danger d’une étude tentée par la posture holiste.

2L’approche se veut interdisciplinaire en puisant au cœur des thématiques classiques des Sciences Studies, des sciences de l’information et de la communication et de l’histoire. Les sources exploitées concernent principalement le processus de planification telle qu’il se met en France après guerre.

3La première partie du livre est centrée sur l’histoire de la notion de retard. L’histoire économique l’incorpore dans un spectre interprétatif qui s’étend d’une insistance « tardophile » sur son accentuation à une présentation « tardophobe » de sa réduction. Mais ces deux pôles qui organisent la pensée économique sur le retard et le nuancier qui les sépare ne diffèrent guère dans la manière d’envisager la convergence globale des économies nationales comme un processus inéluctable. L’auteur souligne avec justesse que, dans le cadre de l’histoire économique, le retard a toujours été envisagé comme un fait positif, établi et finalement dé-historicisé. Une étude lexicographique inscrite dans la longue durée permet à Julie Bouchard de dégager quelques grandes scansions dans l’usage de la notion de retard. Cette dernière devient solidaire de la question du progrès à partir du siècle des Lumières. Les deux termes sont associés pour définir « une rhétorique de l’insuffisance et du changement ». Le retard doit dont être entendu comme un dispositif discursif préparant et appelant l’action ou la mise en œuvre de moyens pour y remédier. Le retard s’impose ensuite, tout au long du xxe siècle, dans les domaines sportif puis économique. L’auteur porte son attention sur la planification française qui fournit un territoire empirique idéal pour examiner la circulation de la rhétorique du retard. Envisagée avant le second conflit mondial mais concrètement engagée en 1947, la planification désigne un processus politico-administratif concentrant une approche prospective, l’évidence d’un développement de/par la recherche, un horizon d’attente ainsi qu’une réflexion centrée sur les organismes d’État. La question des sciences et des technologies n’est véritablement abordée qu’à partir du deuxième plan, mais les rapports de la commission chargée de la recherche ne cessent, par la suite, de faire référence à la notion de retard.

4La deuxième partie de l’ouvrage constitue une analyse approfondie du discours sur le retard dans le procès de planification d’après guerre. Julie Bouchard remarque d’abord, pour les deuxième, troisième et quatrième plans (i.e. de 1953 à 1966), que si le retard est bien abordé par la planificateur comme une rhétorique de l’insuffisance (constatée) et du changement (attendu en conséquence), il ne sature pas pour autant les documents de la commission chargée de la recherche. Il est certes présent, mais reste associé à d’autres discours. Surtout, une situation de retard est systématiquement mise en regard d’un panel d’actions à mener pour y remédier. Discours sur le retard et discours prescriptifs sont donc solidaires dans l’entreprise planificatrice française de 1953 à 1966. L’auteur note tout de même des inflexions dans le recours à la rhétorique du retard. Dans les années 1950, la notion est employée pour rappeler le manque de personnel dans la recherche scientifique et la croissance insuffisante de certaines disciplines (notamment les sciences humaines et la médecine). À partir des années 1960, l’attention portée sur les retards dans certains secteurs scientifiques s’étend notamment aux domaines de pointe. Julie Bouchard envisage quatre régimes de normativité discursive qui coexistent dans les rapports sur la planification de la recherche. Ces outils conceptuels constituent le système référentiel auquel renvoie le discours sur le retard. Le premier régime renvoie, dans une perspective positiviste assez classique, au progrès de la science pour elle-même. Le deuxième décrit des interdépendances entre disciplines et évoque le souci des planificateurs de conserver, dans les différents secteurs de la recherche, une certaine homogénéité. Le troisième régime de normativité impose un géocomparatisme le plus souvent international. Enfin, le quatrième régime, administratif ou managérial, signale une politique de la recherche scientifique fonctionnant avec des objectifs à atteindre. Si les années 1950 étaient marquées par un « imaginaire du redressement scientifique » fondé sur un déclin national, la conjuration de l’attentisme et le souci d’une modernisation du pays, les années 1960 voient le géocomparatisme s’imposer peu à peu dans le discours sur le retard des planificateurs. La perspective d’une compétition économique internationale susceptible d’affaiblir la France (notamment face aux États-Unis) sature la rhétorique du Plan.

5La troisième partie du livre de Julie Bouchard invite à une analyse approfondie des conditions d’institutionnalisation de la comparaison géographique à partir de laquelle se déploie, au sens des instances planificatrices, le discours sur le retard. L’Organisation Européenne pour la Coopération Économique (OECE), remplacée par l’Organisation de Coopération et de Développement Économique (OCDE) en 1961, joue un rôle essentiel dans la définition d’un ensemble de normes pour la comparaison entre pays. Ce détour par l’OCDE permet de saisir l’évolution du contexte international et la propagation (si ce n’est l’imposition) d’un modèle unique d’évaluation des performances scientifiques. En organisant des « missions de productivité » aux États-Unis pour les cadres, les employés et les ouvriers, l’OCDE cherche à imposer l’Amérique comme idéaltype de l’organisation de la recherche. Dans le même temps, l’OCDE produit une analyse des « disparités scientifiques et technologiques entre l’Europe et les États-Unis ». Les travaux du sociologue Joseph Ben-David viennent nourrir une ambition néolibérale pour la recherche européenne. L’objectif est d’impulser un « style entreprenarial » identique à celui de la science américaine (telle qu’elle est décrite dans les rapports de l’OCDE). L’effort des gouvernements doit dont porter sur les secteurs de pointe ; la recherche doit être organisée de manière à permettre une relation fluide entre l’État, l’université et le secteur marchand. L’OCDE défend donc une approche comparatiste qui permettrait d’imposer des critères pour l’action des gouvernements. En France, l’ouvrage apologétique de Jean-Jacques Servan-Schreiber, Le défi américain, paru en 1967, constitue un embrayeur efficace, autant qu’aveuglé, de la politique néolibérale de la recherche souhaitée par l’OCDE. Les outils forgés par l’organisation européenne signalent, pour la France, une rupture majeure en imposant la concaténation des discours sur le retard-comparaison géographique-statistique comme le modèle pour l’action politique. L’OCDE édite en 1963 le Manuel de Frascati qui reprend l’ensemble des indices susceptibles d’éclairer les pays sur leurs forces et leurs faiblesses dans le secteur scientifique. Surtout cette normalisation à marche forcée se diffuse dans les élites planificatrices françaises qui adoptent rapidement les outils de comparaison de l’OCDE.

  • 1  Isabelle Bruno, A vos marques®, prêts… cherchez ! La stratégie européenne de Lisbonne, vers un mar (...)

6L’ouvrage de Julie Bouchard met en exergue la constitution progressive d’un certain discours sur le retard et de son actualisation, à partir « d’une discipline collective récente » autour du géocomparatisme. À l’image du benchmarking, admirablement analysée par Isabelle Bruno1, cette polarisation sur les comparaisons statistiques entre pays tend à déployer le même souci néolibéral d’une compétition incessante entre les pays. Le mérite de l’ouvrage est de pointer avec précision l’articulation du discours sur le retard et la définition d’une politique de recherche organisée à partir d’une idéologie prétendant s’appuyer sur la neutralité des statistiques. La déconstruction de ce discours sur le retard montre combien, au contraire, l’emploi de certaines statistiques a servi et sert encore d’outil et de prétexte à l’extension de la logique néolibérale.

Haut de page

Notes

1  Isabelle Bruno, A vos marques®, prêts… cherchez ! La stratégie européenne de Lisbonne, vers un marché de la recherche, Bellecombe-en-Bauge, éditions du Croquant, 2008.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérôme Lamy, « Julie Bouchard, Comment le retard vient aux Français. Analyse d’un discours sur la recherche, l’innovation et la compétitivité (1940-1970) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 108 | 2009, mis en ligne le 28 novembre 2009, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1840

Haut de page

Auteur

Jérôme Lamy

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page