Navigation – Plan du site

Le mot de la rédaction

Anne Jollet
p. 3-6

Texte intégral

1Où est le pouvoir ? Pas seulement dans les mains de ceux qui l’exhibent bien sûr. Comment fonctionnent les effets de domination, disons-nous plutôt pour mieux exprimer l’extrême diversité des expressions du pouvoir dans la complexité de la trame sociale ? Questions plus que jamais obsédantes au moment où le pouvoir politique organise à marche forcée de nouveaux partages des pouvoirs sociaux. Les derniers numéros des Cahiers ont cherché à répondre à ces questions à travers la façon dont s’imposent, ou tentent de s’imposer, à l’ensemble des acteurs sociaux des représentations, des mémoires collectives, expressions idéologiques de ces effets de domination. Ce fut le cas à travers l’étude des lectures contemporaines de la colonisation, de la construction de la mémoire officielle franco-allemande dans les lendemains de la Seconde Guerre mondiale ou encore à travers ces regards des puissants, plus ou moins compatissants, posés sur les pauvres et les définissant.

2Le présent dossier retrouve le tournant du xixe siècle et le xxe siècle pour y étudier la façon dont le développement des sciences s’y inscrit radicalement dans les évolutions des formes politiques et dans les attentes des pouvoirs politiques. Bien sûr, parce que les « savants », devenus les « scientifiques » du xxe siècle, sont des citoyens dont l’engagement politique peut appuyer du prestige de leur savoir les pouvoirs ou les résistances aux pouvoirs. Bien sûr, parce que ces acteurs, auréolés d’un prestige propre, collectivement ou individuellement, tels Arago ou, un siècle plus tard, Joliot, figures tutélaires évoquées dans le présent dossier, peuvent porter publiquement un engagement politique dans lequel ils lient conception de la science et conception de la société. Cette figure du savant citoyen, pensant l’activité et la production scientifiques comme des forces vives du développement social et contribuant à lui donner forme, est présentée notamment dans l’écrit que nous livre Isabelle Gouarné, évoquant le philosoviétisme dans la psychologie française de l’entre-deux-guerres. Reprenant des propos de Paul Langevin lors du procès des députés communistes de 1939, l’auteure rappelle que le rapport à l’URSS, à son type de visée sociale signifie aussi explicitement pour nombre de savants de l’époque une conception de la science. Ainsi Langevin dit-il, dans sa déposition, « Vers la justice par la science me paraît être la formule résumant le mieux leur doctrine » et de rajouter que le communisme a été pour lui un outil de compréhension du développement de sa propre science. Mais les articles réunis ici disent aussi combien les liens des sciences et de la politique sont peut-être surtout le fait de l’intervention constante et polymorphe de la puissance publique. Le lien est consubstantiel à la science, mais la tutelle se radicalise en même temps que les enjeux économiques et sociaux du développement scientifique apparaissent plus déterminants pour l’ensemble du développement social. Dans le moment historique abordé ici, moment du renforcement des capacités d’intervention sociale de l’Etat, celui-ci, en même temps qu’il cautionne l’idée d’une sphère spécifique de la raison scientifique, influe de multiples façons, notamment par la répartition des moyens financiers, sur les formes, les contenus des recherches.

3Arnaud Saint-Martin met bien à jour ces jeux d’intérêts réciproques et d’interactions à travers l’étude du développement de l’astronomie française au début du xxe siècle. L’exhibition des outils de l’astronome dans le cadre de l’Exposition universelle sert à la fois à renforcer la position scientifique des astronomes en même temps qu’à légitimer l’investissement public dans la science astronomique et à témoigner de l’efficacité d’un régime républicain capable de placer la France au premier rang des nations dans la course au développement scientifique. Dans un contexte où la revendication des citoyens à intervenir dans les choix collectifs s’amplifie, Sezin Topçu souligne combien la valorisation des recherches autour de l’atome, le recrutement de nombreux chercheurs et les moyens financiers mis à leur disposition dans le contexte du choix du « tout nucléaire » des gouvernements français des années 1970, pèsent sur l’engagement des chercheurs vis-à-vis de ces programmes nucléaires. Les interventions des pouvoirs publics contribuent bien aussi à légitimer certains groupes savants aux dépens  d’autres, à hiérarchiser les chercheurs en hiérarchisant les domaines de recherche et leur nécessité sociale, à redéfinir selon ses propres priorités le champ scientifique.

4Au moment où les points de vue d’experts, constitués comme tels pour les besoins de ceux qui les nomment, servent souvent au nom de la science à couper court aux débats publics, où le pouvoir politique vient de rappeler sa volonté d’être le principe de la légitimité scientifique à travers ses discours disqualifiants sur les sciences sociales et la production des savoirs littéraires, les articles réunis ici par Jérôme Lamy rencontrent une urgence sociale : interroger les rapports des sciences au politique comme l’un des grands enjeux démocratiques de notre temps, contribuer à avancer dans la réflexion sur les rapports de force qui s’exercent au sein de ce champ en perpétuelle redéfinition et déconstruire son autonomie en explicitant les enjeux évidemment politiques qui le structurent. De l’influence explicite de la pensée autoritaire triomphante du Second Empire sur le cahier des charges de l’Observatoire de Paris, sur la transformation des méthodes de travail en son sein, abordée ici par Fabien Locher, aux hésitations des chercheurs des années 1970 face aux conséquences sociales du recours à l’énergie nucléaire décrite par Sezin Topçu, le dossier exprime l’intensité, fondatrice du développement scientifique, des liens entre sciences et politique. Mais les auteurs nous disent aussi combien les scientifiques peinent à objectiver ces liens, à en rendre compte et à tenter de les maîtriser, convaincus encore pour beaucoup de suivre les cheminements de pratiques propres qui confèrent à leurs résultats un statut de vérité absolue. « Lutter contre l’obscurantisme des milieux scientifiques », « Réveiller tous ceux qui font de la science comme les vaches font du lait », disaient avec le ton irrévérencieux des lendemains de 68 les scientifiques contestataires des années soixante-dix. Ces propos ne sont pas sans écho dans les analyses de Dominique Pestre qui énonce ici une série de « propositions » visant à répondre à l’urgence politique et scientifique d’élaborer les moyens d’articuler dans les sociétés contemporaines développement des sciences et développement démocratique. Comment faire sortir les sciences d’un espace défini par sa clôture en même temps que par son ambition totalisante ? Comment faire accepter que la science est « partielle et partiale », qu’elle n’est pas la seule source de savoir sur le monde, qu’elle aussi exprime un point de vue, des découpages spécifiques qui l’inscrivent dans les représentations globales de son temps ? Mais il ne s’agit pas d’en rester au constat d’une production scientifique toujours elle aussi contextualisée et, pour reprendre les mots de l’auteur, à l’idée que « sciences et politique sont toujours-déjà emmêlées » ; il s’agit bien de proposer des pistes dans lesquelles la tension inévitable entre la « logique » de savoir et la « logique » du débat démocratique puisse être pensée comme vecteur d’un débat permanent qui ne se résout que par des arbitrages liés aux rapports de force sociaux. C’est à cette lecture des fonctions de ce qu’il nomme les « techno-sciences » dans les systèmes de domination des sociétés modernes que Dominique Pestre appelle les sciences sociales contemporaines. En partie, espérons-nous jouer notre rôle d’historiens contemporains en nous situant par ce dossier des Cahiers dans la perspective de cet appel.

5A côté de son important dossier, ce numéro 102 répond aussi à la diversité des approches de la matière historique à travers les rubriques Chantiers et Débats. Chantiers nous conduit avec l’article de l’historien du cinéma, Antoine Coppola, vers la question des pouvoirs des images, mais aussi de la façon dont un pouvoir politique, y compris des plus autoritaires comme celui de la Corée du Nord, a pu contraindre les images à exprimer une conception politique du social, mais doit le faire à travers des codes partagés d’expression qui s’enracinent dans la longue durée d’une culture propre. Ainsi le politique peut-il bien se saisir du cinéma comme d’une arme de propagande, celui-ci n’en exprime pas moins aussi autre chose, qui excède le message politique comme, dans ce cinéma nord-coréen, si abondant et si mal connu, un recours à l’extraordinaire, à la force extraordinaire de héros, peu affectés par les contraintes de l’espace, comme ressort de l’action dramatique que l’on retrouve dans les cinémas sud-coréen et chinois. Débats ramène à la culture européenne, autour de la place de la pensée de Marx dans cette culture, notamment de la façon dont celle-ci fonctionne comme référence dans les études autour de la Révolution française. L’article de Julien Louvrier ouvre beaucoup de pistes sur les effets d’aller et retour entre les lectures de Marx lui-même et leurs reprises, partielles, amplifiées, détournées par les historiens du xxe siècle. Ces pistes seront reprises dans l’un de nos prochains numéros qui fera la part belle à la réflexion de l’un de ces historiens marxistes de la Révolution française, Claude Mazauric.

6En cette année 2008 qui commence, on sait déjà cependant que la réflexion collective des historiens sera plus dynamisée par la volonté de comprendre les ressorts sociaux des événements de « Mai », leur impact sur les évolutions sociales en même temps que les impensés persistants de leurs conséquences politiques, que les rebonds de la Révolution française. Certainement, les spécialistes n’oublieront pas le déploiement des républiques sœurs et les linéaments d’un projet d’Europe des républiques ; d’autres repréciseront les enjeux et les conséquences de l’expédition d’Égypte, bel exemple d’articulation de sciences, impérialisme et politique ; d’autres se souviendront du 250e anniversaire de la naissance de Robespierre et auront à cœur de redécouvrir la richesse d’une pensée en acte sous le flot des portraits du monstre héroïque que l’actualité biographique donne à voir. De même, on passera peut-être un peu vite sur les lendemains de 1936, sur les renoncements de 1938 et la difficile pérennisation de l’unité politique et des acquis sociaux. Les Cahiers tenteront cependant de tenir un peu tous ces fils à la fois en proposant dès le prochain numéro de « Nouvelles lectures du Front populaire », puis une somme de Claude Mazauric sur la Révolution française, puis un retour sur la postérité de « Mai », sans oublier une ouverture sur la politique en Méditerranée, avec « Les gauches en Égypte ». Il nous reste à espérer que vous cheminerez avec nous, curieux de cette diversité des temps historiques et de leur intrication dans notre présent.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Jollet, « Le mot de la rédaction », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 102 | 2007, 3-6.

Référence électronique

Anne Jollet, « Le mot de la rédaction », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 102 | 2007, mis en ligne le , consulté le 29 juin 2017. URL : http://chrhc.revues.org/184

Haut de page

Auteur

Anne Jollet

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page