Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Dominique Borne, Benoît Falaize (dir.), Religions et colonisation. Afrique-Asie-Océanie-Amériques (XVIe-XXe siècles)

Paris, éditions de l’Atelier, 2009, 336 p.
Vincent Chambarlhac
Référence(s) :

Dominique Borne, Benoît Falaize (dir.), Religions et colonisation. Afrique-Asie-Océanie-Amériques (XVIe-XXe siècles, Paris, éditions de l’Atelier, 2009, 336 p.

Texte intégral

1Il existe deux manières de lire les contributions rassemblées ici. La première voit dans leur richesse autant de monographies précieuses. Un massif de travaux affleure, révélant l’ouverture des études sur la colonisation au culturel, au genre. Les colonial studies franchissent aisément la frontière francophone. L’intitulé des quatre parties structurant l’ouvrage arpente ces domaines de recherche : colonisation, religions et esclavages se connectent aux premiers empires coloniaux. La République se questionne ensuite, et l’on voit que le sabre et le goupillon s’entremêlent outre-mer dans une complexité peu soupçonnée : les missionnaires, les pères blancs peuvent ainsi apparaître décolonisateurs bien avant que l’idée même n’affleure dans le champ politique républicain. À chacun ensuite de situer le républicain, le hussard noir, dans la dimension civilisatrice de la France. Demeure évidente à la lecture des contributions de la seconde partie une gradation des religions dans le regard du colonisateur. L’islam apparaît le point le plus bas de la hiérarchie, cette place fournissant un pont commode pour l’institution scolaire de la Belle époque, tressant le sens commun d’une homologie croisade/colonisation (Benoît Falaize). Reste également, et c’est là le sel de l’intervention de Rebecca Rogers (Genre, mission et colonisation), que l’entrée par le genre montre qu’hommes blancs et femmes blanches partagent le même impérialisme culturel : ici, les logiques de domination se superposent. Plus composite, la troisième partie signale les singularités géographiques et de ce fait se prête peu au résumé. En soi, et s’il fallait dépayser une problématique trop marquée par la controverse de 2005, l’article de Yann Essertel sur les liens du colonialisme au protestantisme et au catholicisme en contexte maori vaut lecture et relecture. Indiquons, en guise de mise en bouche, la conclusion : « la guerre (des maoris en 1845) a accru le « mana » de la mission catholique provoquant l’amertume des protestants. Ils sont les perdants de ces événements car trop liés au gouvernement colonial (p. 222) ». Dans le cadre colonial, la concurrence religieuse joue des contextes politiques. La dernière partie questionne la décolonisation au titre du religieux. L’on mesure alors à lire Gilbert Meynier (L’Algérie, la Nation et l’islam : le FLN, 1954-1962) le poids des problématiques religieuses dans un surgissement révolutionnaire que la lecture occidentale s’avère alors incapable de circonscrire dans sa réalité. La conclusion scientifique de Daniel Rivet offre la possibilité d’une typologie des questionnements et des cas évoqués. Elle souligne surtout la vitalité et les avancées d’un champ de recherche que les polémiques nées de l’article 4 de la loi du 23 février 2005 avaient à tort identifiées comme en friche, car tabou.

2À ce point intervient la deuxième lecture possible de l’ouvrage. Coordonné par Dominique Borne et Benoît Falaize, il apparaît comme une réponse de l’institution scolaire à la polémique de 2005. La problématique unit deux questions controversées pour l’enseignement, le fait religieux, le fait colonial. Chaque partie s’achève sur un éclairage des aspects pédagogiques du propos. Une autre lecture se profile donc. Elle indique systématiquement l’ancrage de ces questions dans les problématiques d’enseignement, acquiesçant ainsi sur son versant pédagogique à la conclusion de Daniel Rivet : colonisation et fait religieux ont maintenant leur place dans les programmes d’enseignement. Benoît Falaize et Françoise Lantheaume se chargent également, tour à tour, d’interpeller l’institution scolaire sur ces questions. On retiendra surtout la conclusion pédagogique générale qui montre que le triptyque « Commercer, civiliser, christianiser » des manuels de troisième mérite largement d’être nuancé. En creux, et c’est tout le sel de l’ouvrage, l’on mesure comment les polémiques naissent parfois d’une méconnaissance profonde des avancées historiographiques assortie du rassurant sens commun des manuels à vocation mercantile. Lire et relire ces contributions questionne finalement un ensemble défait, sinon mythique : la circulation des savoirs des cieux universitaires aux sols didacticiens. C’est cette mécanique qui semble de plus en plus mise à mal, si tant est qu’un jour elle fut effective. On ne peut qu’être gré aux éditions de l’Atelier d’y apporter un correctif ; d’autres questions controversées (le communisme, la violence de guerre notamment) mériteraient un traitement identique. À l’INRP, l’IESR de s’y confronter à nouveau : les polémiques actuelles et récurrentes sur les usages de l’histoire trouveraient ici une première réponse.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Chambarlhac, « Dominique Borne, Benoît Falaize (dir.), Religions et colonisation. Afrique-Asie-Océanie-Amériques (XVIe-XXe siècles) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 108 | 2009, mis en ligne le 28 novembre 2009, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1837

Haut de page

Auteur

Vincent Chambarlhac

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page