Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Cyril Gispert et Fabien Nicolas (dir.), Partis et cultures politiques en Languedoc au XXe siècle. Sociologie du phénomène partisan méridional

Nîmes, Lacour, 2008, 374 p.
Raymond Huard
Référence(s) :

Cyril Gispert et Fabien Nicolas (dir.), Partis et cultures politiques en Languedoc au XXe siècle. Sociologie du phénomène partisan méridional, Nîmes, Lacour, 2008, 374 p.

Texte intégral

1À partir de sept études substantielles rédigées par des chercheurs de la région, cet ouvrage nous introduit dans l’histoire politique du Languedoc depuis la fin du xixe. Il repose - et c’est un grand mérite - sur un recensement minutieux de tout ce qui a été écrit sur la question tant sur le plan méthodologique qu’historique, et fournira donc à tous ceux qui s’intéressent à cette période une véritable mine de renseignements bibliographiques. Il ne prétend certes pas traiter de tous les aspects de la vie politique en Languedoc-Roussillon, mais quelques thèmes importants sont étudiés, l’enracinement d’une culture politique blanche dans l’Hérault, à la fin du xixe siècle et au début du xxe siècle (Philippe Secondy) le républicanisme gardois de la fin du xixe siècle (Yolande Fourchard-Gounelle), le radicalisme héraultais sous la iiie République (Fabien Nicolas), le socialisme héraultais et son rapport à la laïcité au xxe siècle (Olivier Dedieu), le communisme et socialisme audois dans les années 1970 (Cyril Gispert), le gaullisme héraultais de 1945 à 1974 (Stéphane Marmonnier), la gestion par J. Blanc de la région avec le soutien du Front national entre 1986 et 2004 (P. Secondy). Cependant nous n’avons pas affaire avec ce volume à un simple recueil de monographies, car le projet du livre est bien dessiné : mettre en évidence l’évolution des cultures politiques, comprendre les transformations de la forme partisane au xxe siècle en les étudiant dans un espace déterminé, marqué par de fortes traditions de droite et de gauche. L’aspect sociologique est présent, mais plutôt au sens large et sans donner lieu à des études de cas locales.

2Sans reprendre chacune de ces études, qui méritent toutes une lecture attentive, retenons quelques caractéristiques qu’elles mettent en lumière. La première, c’est l’importance du phénomène confessionnel et de son antidote, l’esprit laïque, pour structurer les comportements politiques, que ce soit dans le Gard où la division entre catholiques et protestants se transpose dans les clivages politiques, dans l’Hérault catholique, vigoureusement dirigé par Mgr de Cabrières au tournant du siècle, et où les socialistes trouveront un peu plus tard dans la laïcité, plus que dans les luttes de classe, un facteur de cohésion idéologique et politique. Malgré tout, les choses évoluent au cours du temps : la bourgeoisie protestante gardoise tend à glisser vers le conservatisme tandis que le laïcisme intransigeant des socialistes héraultais doit progressivement composer d’abord avec les partenaires MRP de la Troisième force, puis avec le ralliement de chrétiens de gauche. Une seconde direction de la recherche apparaît clairement, c’est ce que Cyril Gispert appelle « l’inclusion des partis dans la chair de l’arène politique locale ». Deux exemples particulièrement frappants sont donnés avec l’étude des efforts considérables, mais peu fructueux, d’implantation du gaullisme dans l’Hérault à partir de 1947, et le succès réel, mais limité dans le temps, de l’implantation du PCF dans l’Aude dans les années 1970, grâce au soutien à la revendication régionaliste. Presque toutes ces études aident également à mieux percevoir le visage que prend la forme-parti dans la région (le PCF faisant sans doute exception). Si la nécessité d’entourer le parti de tout un appareil d’organisations sympathisantes (franc-maçonnerie, organisations de libre pensée ou laïque à gauche, associations de jeunesse etc..), de bénéficier de l’appui d’une presse locale (cet aspect est assez peu développé sauf pour l’Éclair à droite) est bien perçue, il apparaît cependant très difficile d’assurer au sein des organisations, une certaine discipline. Le notable local est à la fois pour le parti un appui indispensable grâce à sa clientèle et un danger majeur du fait de son indépendance dont il peut faire une arme de division le cas échéant. Enfin dans la durée, des évolutions sont mises en valeur. Elles sont évidemment liées aux mutations démographiques, politiques, économiques et sociales qui renforcent de façon considérable, les pôles urbains, plus modernes, de la plaine, Béziers, Sète, Montpellier et leur population de classes moyennes, diminuent la place de la viticulture et de la société rurale, accompagnent l’arrivée massive de rapatriés d’Algérie. Elles laissent subsister quelques traits majeurs, la force de la gauche, mais vulnérable quand même aux entraînements momentanés de l’opinion, la prégnance d’une droite non gaulliste qui peut à l’occasion s’allier avec l’extrême droite – comme le montre l’exemple de la gestion de la région par J. Blanc entre 1986 et 2004 –, la faiblesse des partis surtout à droite où le « parti-cartel » attrape tout, est préféré à une solide organisation, l’importance maintenue des pratiques clientélistes, une certaine audience, à gauche comme à droite, de la posture protestataire contre Paris et les dominations extérieures. Néanmoins « le national s’impose peu à peu au local » et on assiste à une certaine banalisation politique de la région (qui n’étonnera pas). Cet ensemble d’études méritait, du fait de sa qualité, une publication plus soignée et de plus grande audience que celle de l’éditeur Lacour, mais on peut espérer néanmoins que son intérêt très réel lui assure le rayonnement qu’elle mérite.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Raymond Huard, « Cyril Gispert et Fabien Nicolas (dir.), Partis et cultures politiques en Languedoc au XXe siècle. Sociologie du phénomène partisan méridional », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 108 | 2009, mis en ligne le 28 novembre 2009, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1834

Haut de page

Auteur

Raymond Huard

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page