Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Samuel Guicheteau, La révolution des ouvriers nantais. Mutation économique, identité sociale et dynamique révolutionnaire (1740-1815)

Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2008, 376 p.
Maurice Genty
Référence(s) :

Samuel Guicheteau, La révolution des ouvriers nantais. Mutation économique, identité sociale et dynamique révolutionnaire (1740-1815), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2008, 376 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage représente une étude qui nous permet, suivant la formule d’Alain Croix dans sa préface, d’enrichir « notre connaissance de la Révolution française vécue et comprise au niveau de ses acteurs les plus modestes » (p. I-12), le monde ouvrier, dans le cadre d’une grande cité industrielle dont la place dans l’historiographie s’est longtemps limitée à l’épisode de la Terreur, incarnée dans le personnage de Carrier et sa « légende noire ». Cette étude, particulièrement riche et foisonnante, repose sur une vaste documentation, largement renouvelée, objet de surcroît d’une critique scrupuleuse, permettant de multiplier les nuances et d’éviter les interprétations hâtives.

2Afin de cerner le monde ouvrier tel qu’il se présente lorsque survient la Révolution, l’auteur précise d’abord le cadre industriel dans lequel il s’est constitué. À la fin du xviiie siècle, Nantes apparaît riche « d’une industrie puissante, diversifiée et dynamique » (p. 27), « engagée dans une profonde modernisation » (p. 93), dominée par l’industrie textile, notamment l’industrie cotonnière ; industrie récente, celle-ci s’est développée en liaison avec le trafic portuaire – dans lequel la traite négrière n’est pas exclusive – et a pris son essor en dehors du cadre corporatif, s’ouvrant à la concentration et à la mécanisation ; si une première grande manufacture, ouverte en I722, entre en déclin vers I750, le relais est pris par la fabrication des toiles imprimées, l’indiennage, autorisé en I759 ; pour répondre à ses exigences, la filature se transforme à son tour, tandis que des manufactures apparaissent bientôt dans d’autres secteurs, parfois à partir d’ateliers traditionnels, ainsi dans le cuir et la chapellerie, mais aussi comme créations nouvelles, dans l’industrie sucrière ou la faïencerie. En même temps se manifestent les premiers efforts de rationalisation. Sans doute cette modernisation reste-t-elle incomplète, les structures dispersées dominant largement, mais c’est « l’Ancien Régime industriel » qui se trouve remis en cause, avec l’ébranlement des monopoles et des règlements corporatifs. Elle devait sans doute être profondément affectée par les aléas de la conjoncture sous la Révolution puis sous l’Empire, mais, si les concentrations déclinent, les grandes entreprises ne disparaissent pas toutes, le mouvement engagé ne s’arrête pas et l’industrie cotonnière poursuit son effort de mécanisation.

3Le monde ouvrier, à l’image de l’industrie, présente une grande diversité, par suite à la fois de la multiplicité des activités, des niveaux de qualification et de la variété des cadres de travail, par suite aussi de la diversité des origines géographiques de ses éléments – en 1803, près de la moitié sont nés à l’extérieur du département. Il est cependant possible de dégager d’importants traits communs, faits de l’attachement à la qualification, à quelque niveau qu’elle se manifeste – ainsi chez les portefaix du port – ainsi qu’à l’autonomie dans le travail, dans le temps et dans l’espace de celui-ci, attachement qui se renforce dans la résistance même opposée au durcissement de la police du travail – l’instauration du livret ouvrier date de 1781 – provoqué par les exigences nouvelles portées par le développement économique. Il en résulte le façonnement d’une identité commune, bien que celle-ci reste essentiellement professionnelle et n’aille pas jusqu’à une prise de conscience collective ; elle s’accompagne au contraire de tensions multiples, entre métiers et compagnonnages rivaux, allant jusqu’à entraîner des rixes entre eux, et, plus largement, d’hostilité à l’égard des forains et des femmes. Par ailleurs, le monde ouvrier reste profondément inséré dans l’ensemble de la population, dont il partage nombre de traits, notamment la pauvreté et la précarité, les solidarités de quartier et de voisinage s’ajoutant à la solidarité professionnelle.

4Dans une seconde partie, l’auteur cherche à dégager quelle fut la participation des ouvriers nantais à la Révolution et à déterminer dans quelle mesure elle s’est accompagnée d’une politisation progressive. Il la retrace avec le maximum de précision possible dans toute sa complexité et ses contradictions tout au long de la décennie 1789-1799, en la prenant dès l’émeute frumentaire de janvier I789. Elle se développe ensuite au rythme de la dynamique révolutionnaire, dominée par les motifs sociaux, largement partagés avec l’ensemble des milieux populaires – la question des subsistances en premier lieu – tout en conservant un aspect autonome et original, en raison de revendications spécifiques, non moins récurrentes, problèmes de l’emploi et des salaires, ainsi que de la place des organisations ouvrières.

5La participation ouvrière s’accompagne d’une réelle politisation, même si elle n’entraîne pas l’ensemble du monde ouvrier et reste incomplète, traversée de multiples contradictions, d’autant plus que d’autres facteurs interfèrent avec les problèmes sociaux, offrant aux ouvriers le choix, plus ou moins conscient, de réactions et de comportements divergents. C’est ainsi que les difficultés économiques elles-mêmes, « l’obsession frumentaire » (p. 208), peuvent amener certains d’entre eux à se tourner contre les autorités révolutionnaires. Surtout le « conflit religieux […] peut susciter un sentiment anti-révolutionnaire », sans aller nécessairement jusqu’à « une politisation contre-révolutionnaire » (p. 274), dans une population profondément imprégnée de religion et attachée au culte traditionnel, ne serait-ce que dans le cadre des confréries ; c’est la force des habitudes anciennes plus qu’une volonté d’opposition délibérée qui devait expliquer le refus de se soumettre au calendrier républicain.

6Il n’en reste pas moins que la Révolution a effectivement trouvé une large adhésion de la part du monde ouvrier, adhésion qui s’exprime non seulement dans des mobilisations collectives à des moments cruciaux, mais aussi à l’échelle individuelle par l’intégration dans la vie quotidienne de principes et de valeurs révolutionnaires ou la familiarisation avec le contexte politique. De cet engagement actif témoigne l’entrée d’ouvriers dans la garde nationale – d’abord considérée comme organe de l’ordre social- avec la montée des tensions en 1791, lors de la crise de Varennes, à la faveur d’ailleurs d’un abaissement par la municipalité de « l’estimation de la journée de travail, donc du niveau du cens » (p. 285) ; plus remarquable encore le recrutement des volontaires de I792, composés aux deux tiers de travailleurs de l’industrie, puis, quoique à un degré moindre, le recrutement en mars 1793 de bataillons « départementaires » destinés à combattre l’insurrection vendéenne. Significatif également, à un autre niveau, le choix de prénoms liés à l’expérience révolutionnaire, dont le nombre explose en l’an II.

7Même en l’an II, cette adhésion n’est ni unanime ni inconditionnelle et ne va pas sans réserve. Sans doute la municipalité, régénérée à l’automne de 1793, dans la recherche d’un compromis social au nom de l’unité et de la défense révolutionnaires, répond-elle à l’égalitarisme naissant en imposant par exemple une qualité de pain unique, et manifeste-t-elle une certaine tolérance dans l’application du maximum des salaires, mais elle reste dominée, ainsi que les autres autorités révolutionnaires, par les maîtres artisans, aux côtés d’éléments bourgeois, et la question sociale conserve toute son importance ; non seulement les tensions habituelles demeurent, mais de nouvelles apparaissent avec le recours aux réquisitions

8Après l’an II, l’action ouvrière devait se poursuivre avec la réapparition des « cabales » traditionnelles dans le cadre des compagnonnages reconstitués, si du moins ils avaient disparu, et si la solidarité à certains égards se renforce avec « l’institutionnalisation du secours mutuel » (p. 261), elle ne dépasse toujours pas l’esprit de corps, et les rixes entre métiers comme entre obédiences rivales restent fréquentes. Ce n’est que vers le milieu du xixe siècle que devait s’éveiller une conscience de classe collective.

9Si certains points peuvent prêter à discussion, en particulier l’interprétation à donner au contenu de la sans-culotterie et ses rapports avec le jacobinisme, cette étude n’en représente pas moins une importante contribution à l’histoire du mouvement ouvrier.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maurice Genty, « Samuel Guicheteau, La révolution des ouvriers nantais. Mutation économique, identité sociale et dynamique révolutionnaire (1740-1815) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 108 | 2009, mis en ligne le 28 novembre 2009, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1832

Haut de page

Auteur

Maurice Genty

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page