Navigation – Plan du site
DÉBATS

Regard sur l’historiographie marxiste italienne : étude de l’ouvrage de Paolo Favilli sur marxisme et histoire

Marco Di Maggio
Traduction de Élise Mellot
p. 173-182

Résumé

L’auteur développe ici une analyse du livre récent de l’historien italien Paolo Favilli. Ce livre revient, de façon originale dans le panorama intellectuel actuel, sur les rapports entre histoire et marxisme depuis les lendemains de la Seconde Guerre mondiale. Il veut revenir sur la situation qu’il qualifie d’hégémonique de l’analyse marxiste dans ces décennies et en même temps permettre de comprendre comment cette hégémonie s’est défaite, du fait de quelles évolutions sociales. Le livre, dense, cherche à développer une interprétation globale de ces évolutions historiographiques, en retrouvant « la sinuosité » d’une évolution d’un « Âge d’or » à la « crise de la raison » de la philosophie des Lumières.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

Italie

Chronologie :

XIXe siècle, XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

1L’essai de Paolo Favilli, Marxismo e Storia. Saggio sull’innovazione storiografica in Italia, sorti en Italie aux éditions F. Angeli en 2006, s’inscrit à contre-courant des publications qui ont décrété la mort du marxisme ces dernières années. Cet ouvrage s’insère dans un courant qui tente de reconstruire l’histoire du marxisme italien et enquête sur les caractéristiques de ce qui a constitué son « hégémonie ». Ce courant d’étude porte également sur les causes qui ont entraîné la crise du marxisme en Italie.

2Favilli s’intéresse à l’ascension et à la crise de la culture historique marxiste en Italie à partir de l’étude de l’historiographie marxiste italienne du deuxième après-guerre, c’est-à-dire à la période allant jusqu’aux années 1960. Il parle « depuis le présent », puisqu’il traite de la disparition progressive des références au marxisme aussi bien dans le paysage historiographique italien que dans les représentations de l’opinion publique et du sens commun.

3Le premier élément important de son analyse est que la référence au marxisme, hégémonique dans la culture historique italienne jusqu’à la fin des années soixante-dix, était plus un outil méthodologique qu’une approche idéologique. C’est après avoir construit une « carte conceptuelle » que Favilli avance cette théorie. Pour élaborer ce schéma, il a procédé à un travail de repérage, d’analyse et de valorisation des parcours individuels qui composent le paysage historiographique du marxisme italien. Cette analyse prend en compte aussi bien les innovations méthodologiques que les conclusions des travaux des chercheurs. Cette recherche a amené Favilli à se pencher sur une grande partie des problèmes thématiques et théoriques qui ont agité l’après-guerre et il accorde une attention particulière aux questions relatives à l’histoire structurelle.

4L’introduction de l’ouvrage sert de cadre général et de point de départ aux recherches de Favilli. Comme nous l’avons déjà dit, la recherche de Favilli trouve ses racines dans le présent. Il s’agit de penser la crise du marxisme en adoptant une « méthodologie objectivante » dans le contexte historique actuel et d’analyser les grandes idées qui soutiennent le discours historiographique. Celui-ci a en effet traversé une période de « recherche et d’interrogations sur la recherche », puis s’est plutôt distingué par « une histoire à caractère politique sur fond de jugement rétrospectif » (p. 9). Dans ce cadre, les historiens – surtout les contemporanéistes – et l’histoire se trouvent impliqués dans une relation à la société où, « pour fuir l’autoréférence à l’histoire professionnelle, on court le risque d’accepter l’autoréférencialité des médias qui, depuis un moment déjà, ont renoncé à la médiation entre culture intellectuelle et opinion publique » (p. 13).

5C’est à partir de ces considérations que Favilli soulève la question de « l’usage public de l’histoire ». Il insère alors à son analyse la question de la distinction et celle de la séparation entre d’une part recherche et d’autre part écriture journalistique et télévisuelle.

6Favilli cherche à tracer les contours de l’historiographie actuelle, absorbée par la question de « l’impossibilité à donner une explication scientifique du réel », et invite à réfléchir sur l’« hégémonie » de l’historiographie marxiste en Italie à partir du deuxième après-guerre. Pour Favilli, « le problème de l’« hégémonie » historiographique doit être décliné sur plusieurs plans et reste une question ouverte. » Comment se manifeste-t-elle ? Pendant plus de vingt ans, lors du second après-guerre, « les “marxistes” n’avaient pas de chaires ou de revues comparables à celles de l’establishment académique […] et pourtant ils étaient fondamentalement « hégémoniques » car ils étaient les acteurs d’un processus ample et profond d’innovation au sein de la discipline. […] Aujourd’hui les marxistes, ou plutôt leurs héritiers, […] sont très influents dans le domaine de l’historiographie professionnelle. Cependant, le sens commun de l’histoire ne semble pas en avoir été particulièrement affecté. » (p. 15) L’auteur souligne cet aspect de l’évolution de l’influence marxiste et le pose en tant que problème historique. Il décide cependant de ne pas s’y atteler, puisque, pour répondre à ce problème, il faudrait se poser « des questions dont les réponses nécessiteraient l’écriture d’un autre livre, différent ».

7Ce faisant, il refuse d’enquêter sur le lien qui unit la culture historique et le marxisme en Italie et sur leur jonction dans le développement du mouvement ouvrier italien et de ses organisations. C’est en construisant et en renforçant ce lien que l’historiographie marxiste a conquis son « hégémonie ». D’ailleurs Favilli n’entend pas non plus approfondir la relation, sociale avant d’être idéologique et culturelle, qui a provoqué la crise de cette hégémonie et dont les prémisses se font sentir au début des années soixante. Son objectif est en effet de reconstruire les « parcours plutôt sinueux » d’une « innovation de la culture historique sans précédent ».

8Pour autant, la question de l’« hégémonie » du marxisme au sein de la culture historique italienne et celle du lien qu’il entretient avec le sens commun restent présentes en arrière-plan. En effet, l’auteur a avant tout cherché à trouver et à reconstruire les parcours empruntés par le processus d’innovation, mais il a également interrogé le contexte dans lequel ce processus s’est mis en place et donc le lien qui existe entre la production scientifique, le rôle des intellectuels et le contexte sociopolitique et culturel italien de l’époque. On assiste en effet dans ce contexte à une effervescence intellectuelle particulière, au sein du Parti Communiste, mais également dans son aire d’influence. Par le biais de contributions théoriques et de recherches sur le terrain, le PCI construit son hégémonie culturelle non seulement au sein du champ académique, mais aussi dans une grande partie de la société italienne. Le Parti communiste fait alors de la production intellectuelle, qu’elle soit individuelle ou collective, une des dimensions essentielles de son action sociale et politique.

9Dans l’introduction de l’ouvrage, Favilli sort du discours purement historiographique et apporte des éléments utiles à la reconstruction et à l’analyse du « cadre conceptuel », c’est-à-dire à l’analyse de la scène où se déroule la crise de la culture historique, de la seconde moitié des années soixante à nos jours. L’auteur analyse la crise de cet univers conceptuel, méthodologique et épistémologique. Cette analyse repose sur le présupposé qu’il est possible d’expliquer et de comprendre des processus historiques comme des phénomènes sociaux.

10Il distingue le « relativisme féroce » de celui de la « crise de la raison » de la philosophie des Lumières. En effet, dans cette crise, la raison est appelée à « se critiquer elle-même » et à « connaître ses limites ». Au contraire, le relativisme postmoderne nie « la possibilité de donner un sens au déroulement de processus complexes de réalité. N’importe quelle recherche de sens est déclassée au niveau de “grande narration ”. La possibilité que de macro processus historiques […] aient en leur sein un quelconque système de relations […] et surtout qu’un tel système puisse avoir une capacité explicative du processus lui-même sont des possibilités totalement niées » (p. 22-23).

11Partant de ce constat, Favilli emprunte au sociologue Zygmunt Bauman le concept de « modernité liquide », entendue comme « dimension à caractère transitoire des institutions sociales, de leur historicité intrinsèque » (p. 25). Historicité et caractère transitoire sont opposés aux concepts qui voient en la postmodernité la « fin de l’histoire », conçue comme irréductible à une compréhension et à une explication historique du passé et du présent.

12Comme Bauman, Eric Hobsbawm et Alberto Burgio, Favilli défend la thèse selon laquelle « notre regard épistémologique doit se poser sur un horizon absolument différent de celui où les “méthodologies objectivantes” conservent intactes leurs capacités explicatives » (p. 26).

13En effet, les mécanismes inhérents à ce que Bauman appelle la « seconde rupture » étaient déjà présents lors de la « première rupture », c’est-à-dire lors du processus d’affirmation du capitalisme. Lors de cette seconde rupture – celle du postmodernisme et de la « fin de l’histoire » – ces mécanismes se sont déployés et amplifiés de façon exponentielle. En conséquence, pour Favilli, les « termes du rapport tradition-innovation des instruments analytiques ne peuvent pas s’épuiser uniquement au moment de la négation. »

14Face à l’irréversibilité des mécanismes qui s’affirment lors de la « seconde rupture » de l’histoire du capitalisme, Favilli défend la nécessité et la possibilité d’une explication rationnelle et d’une compréhension des processus historiques et sociaux, mais également des macrostructures. D’où la nécessité de récupérer l’héritage culturel et scientifique de l’historiographie marxiste italienne. Ce travail de récupération doit avoir comme point de départ la reconstruction du parcours historique dans sa complexité, à l’endroit où même « le marxisme devait devenir « historiquement déterminé ». « L’objet “marxisme” devait être construit selon un patient et méticuleux itinéraire capable de mettre en lumière la complexité sémantique qui se cache derrière l’usage du mot dans le temps. » (p. 29)

15C’est en exposant ce raisonnement que Favilli dresse son programme de recherche : il entend tout d’abord s’intéresser à ce qui est probablement l’élément le plus original et le plus digne d’intérêt du marxisme italien, présent tout au long de son histoire et ce dès Labriola : le fait qu’en Italie l’on soit parvenu à formuler « en termes problématiques la possibilité d’une traduction directe de la “théorie” en “politique” et qu’ait été refusée la réduction de la doctrine en idéologie, et ce dans un contexte politico-culturel qui favorisait pourtant tout particulièrement ce genre d’opérations » (p. 31).

16Après avoir étudié le marxisme au xixe siècle, Favilli entend donc reconstituer le développement des différents itinéraires qu’il a empruntés. Conscient de la diversité et de la structure particulièrement complexe du marxisme au xixe siècle, il affirme vouloir procéder par études monographiques thématiques dont l’ouvrage dont nous parlons ici constituerait le premier volume.

17L’importance d’un tel projet semble évidente ; celui-ci serait une contribution essentielle en vue d’une réappropriation critique d’un patrimoine théorique et culturel écarté lors des vingt dernières années de la « crise du marxisme ». Comme on l’a vu, l’auteur distingue la crise et ses caractéristiques de la régression : si l’analyse de la crise devrait permettre une réflexion sur le marxisme lui-même et sur ses limites, la régression – qui se développe surtout lors de la dernière décennie – est définie comme étant « thermidorienne », « tout [y] est permis, en particulier vis-à-vis des traditions culturelles vaincues » (p. 39).

18La clef de voûte du projet de Favilli est donc la reconstruction des parcours empruntés par l’historiographie marxiste en se concentrant sur l’histoire économique et culturelle, laissant de côté les histoires du mouvement ouvrier et du socialisme, même si ces dernières ont compté parmi les domaines de prédilection des historiens marxistes italiens (p. 47). La question du rôle central joué par l’économie, comme l’auteur l’affirme dans le paragraphe introductif du premier chapitre de l’ouvrage, occupe une place très importante au sein du projet de reconstruction de Favilli. L’histoire économique n’est pas considérée par l’auteur comme uniquement quantitative, mais elle est au contraire conçue comme une approche qui prend en considération toutes les variables.

19Les exigences scientifiques et méthodologiques nécessaires à une explication scientifique du phénomène historique s’insèrent dans un climat, celui de l’après-guerre, où, avec la crise des théories marginalistes et l’affirmation définitive du keynésianisme d’un côté et du marxisme de l’autre, s’affirme l’idée selon laquelle « la pensée économique ne pouvait pas être conçue comme la formulation de « vérités en soi », mais comme la théorisation et la clarification de catégories historiquement opérantes. » (p. 63)

20L’historiographie marxiste en Italie s’affirme lors de « l’Âge d’or » du deuxième après-guerre. Le marxisme italien dans ses différentes expressions devient de plus en plus une partie intégrante de la culture de l’époque et se définit plutôt en termes historiques qu’au travers de définitions doctrinaires. Le contexte culturel italien du début de l’« Âge d’or » se caractérise par la contradiction entre rupture et continuité avec le passé fasciste et préfasciste. Les jeunes intellectuels qui s’approchent du marxisme durant le second après-guerre repèrent uniquement dans le préfascisme les éléments qui ont perduré dans le fascisme. Favilli soutient qu’aujourd’hui, alors que nous disposons de nombreuses études sur le fascisme et que nous considérons ces événements sur le plan de l’analyse historique, nous sommes capables de déterminer et d’évaluer les éléments de continuité qui constituent une des spécificités de l’identité italienne.

21Pour analyser le marxisme de l’après-guerre et les liens de celui-ci avec la période préfasciste, Favilli s’appuie sur l’héritage laissé par Antonio Labriola, c’est-à-dire sur une réflexion épistémologique portant sur l’histoire et sur l’innovation qui s’est développée au sein du champ académique italien entre le xixe et le xxe siècle. Pour l’auteur, l’héritage le plus important laissé par Labriola n’est pas à chercher dans la construction de la notion de philosophie de la praxis. Favilli cherche en effet à comprendre cette notion en partant de la méthodologie employée dans la recherche historique. Il s’appuie en particulier sur l’héritage de Labriola et sur la tradition italienne de travail de terrain utilisés pour analyser le rapport entre histoire et économie.

22Pour Favilli, l’élément central de l’innovation épistémologique introduite par Labriola trouve ses racines dans le refus d’une science de « purs concepts ». Labriola fonde son marxisme sur une conception qui voit en la critique de l’économie politique une science qui construit ses objets à partir d’une réflexion sur l’expérience commune, une réflexion ayant pour objet les besoins humains et donc la dimension économique.

23Favilli revient sur le lien entre politique et engagement militant des intellectuels, une des caractéristiques majeures du marxisme italien. Il souligne comment, au sein de l’historiographie marxiste italienne des xixe et xxe siècles, le rapport au militantisme politique se définit surtout en termes d’élargissement de l’horizon thématique. Ce rapport au militantisme apporte également une réflexion nouvelle sur le lien unissant les catégories d’analyse à employer pour l’étude du passé aussi bien que pour celle du présent, plus qu’elle n’introduit une subordination d’un secteur à un autre. (p. 90-91)

24Antonio Labriola nous livre une philosophie de l’histoire qui, à son tour, inspire une histoire sociale où se met en place « l’inversion de la politique dans la société ». En d’autres termes, il s’agit de la rencontre entre la culture italienne immergée dans le positivisme et le matérialisme historique.

25Ce matérialisme historique est d’origine engelsienne et la question de la dépendance entre infrastructure et superstructure s’y pose « en dernière instance », au-delà de toute interprétation déterministe, et avec l’affirmation de l’autonomie relative de superstructures idéologiques. (p. 93).

26Favilli reconstruit les parcours qu’ont empruntés, entre la fin du xixe et le début du xxe siècle, des historiens comme Gino Luzzato ou encore les spécialistes de l’Antiquité Ravioli et Ciccotti – à sa mort ce dernier était sénateur fasciste et n’avait pas pour autant renié sa contribution marxiste dans le domaine historiographique. Les parcours de ces historiens ont permis d’instaurer un lien entre histoire économique et histoire sociale. D’après l’auteur, ces chercheurs ont moins contribué à créer un pont entre deux époques, celle de l’histoire économique empreinte de positivisme et celle sous influence marxiste de l’après-guerre, qu’à donner vie à un « tissu » où, malgré les éléments de discontinuité caractéristiques du fascisme, persistent des fils que l’on retrouve dans les choix scientifiques et méthodologiques opérés par les jeunes historiens de l’après-guerre.

27C’est en effet lors du second après-guerre que Dal Pane, Delio Cantimori et Emilio Sereni récupèrent l’héritage innovant légué par l’historiographie économique et sociale des premières années du siècle. Grâce à l’affirmation de la possibilité de « penser théoriquement l’histoire », cette récupération est devenue possible. Il s’agit en effet de penser l’histoire à travers le prisme d’un « matérialisme historique qui fait de l’histoire économique la pierre de voûte de l’histoire sociale ». La principale référence de Favilli est Dal Pane. Ses réflexions sur l’histoire ne partent pas, comme chez la génération de di Luzzato, des catégories de l’économie politique, mais s’appuient plutôt sur le « matérialisme historique » dans sa lecture labriolienne. Pour Dal Pane en effet l’histoire procède selon un principe d’action par nécessité, entendue non pas comme un historicisme déterministe, mais plutôt comme une action visant à la satisfaction des besoins.

28En analysant l’œuvre de Dal Pane, Cantimori et Sereni, et en apportant de nombreux éléments sur leurs parcours scientifiques et intellectuels, Favilli met en évidence le fil conducteur caractéristique de l’émergence d’une historiographie des structures. Celle-ci doit permettre de « déterminer une série de rapports interdépendants dynamiques, ordonnés avec précaution selon « une hiérarchie des forces matérielles et spirituelles ». Suivant une telle hiérarchie, l’attention devait alors se concentrer « principalement sur la production de biens matériels de subsistance » (p. 114).

29C’est à partir de ces considérations que Favilli reconstruit les liens théoriques et méthodologiques, y compris dans le choix des thématiques, qui unissent l’historiographie marxiste italienne, les Annales et les historiens français comme Ernest Labrousse et Pierre Vilar. Pour l’auteur, les liens unissant ces courants résident dans la démarche et dans l’attention portée à l’élément structurel. Dans l’une des nombreuses parenthèses ouvertes par Favilli dans cet ouvrage, celui-ci soulève la question de la crise contemporaine et diffuse de cette histoire structurelle. Favilli s’interroge sur les éléments de fond de cette crise mais, une fois encore, il laisse de côté la question portant sur les spécificités de la mutation de la période historique qui commence dans les années soixante-dix.

30Poursuivant son analyse de l’après-guerre, Favilli affirme que la culture historique italienne fait référence au marxisme selon deux modalités particulières : dans certains cas, et surtout chez Emilio Sereni, la réflexion théorique ne s’enracine pas dans le milieu universitaire, mais dans des exigences liées au militantisme politique – Sereni était membre de la direction du PCI – et dans la compréhension du fascisme comme phénomène de masse producteur de consensus parmi les classes subalternes. La seconde modalité, d’ailleurs étroitement liée à la première, réside dans le besoin de compréhension de la réalité italienne, et donc dans la compréhension de l’histoire du sud du pays et du développement capitaliste en Italie. Ces exigences permettent le développement d’une histoire des modèles et des formes de transition sur laquelle se penche l’auteur dans les derniers chapitres de l’ouvrage.

31Pour Sereni, mais également pour Cantimori et Dal Pane, et donc pour toute la génération de chercheurs de l’après-guerre, le marxisme se définit comme un problème méthodologique dans un contexte culturel et politique défini. Favilli souligne la réticence éprouvée par Cantimori à se définir lui-même comme marxiste et met en évidence le concept développé par l’historien, pour qui l’objet marxiste n’est définissable que dans une dimension historique. L’histoire de Cantimori est une histoire en construction, que l’on retrouve également dans l’œuvre de Pierre Vilar.

32Avec cette approche, Cantimori devient le maître à penser et la source d’inspiration d’une nouvelle génération d’historiens qui a dans un premier temps été influencé par la philosophie idéaliste de Benedetto Croce, avant de se diriger dans un deuxième temps vers un marxisme qui commence à s’affirmer à partir des années cinquante au sein de l’université.

33En analysant les tendances caractéristiques des travaux de la jeune génération d’historiens marxistes d’après-guerre, Favilli doit se confronter à la question de l’influence de l’œuvre d’Antonio Gramsci et il fait alors de brèves références au rôle joué par le Parti Communiste et par Togliatti. La culture marxiste des historiens italiens des années cinquante est en effet nettement influencée par les thèses de Gramsci. Cette influence se traduit dans leurs recherches par l’intérêt porté à la dimension culturelle de l’histoire du mouvement ouvrier et par l’étude des rapports de production.

34En s’appuyant sur l’œuvre de Gramsci, Favilli montre quelles sont les racines historiques de l’historiographie marxiste italienne. Dans ce cas précis, il souligne que le terme d’historicisme est souvent employé par les historiens dans un sens moins fort que celui qu’il revêt dans le débat philosophique et épistémologique. La notion d’historicisme comme l’entend Favilli va au-delà de celle employée par la philosophie de l’histoire ; il se réfère en effet au concept d’historicité, c’est-à-dire à la conscience du rôle joué par l’histoire dans l’analyse du réel.

35Pour Favilli, le premier effet qu’a eu la diffusion des écrits de Gramsci réside dans l’anti-dogmatisme et donc dans l’importance du rôle joué par le penseur sarde dans l’affirmation d’une conception qui reconnaît l’autonomie de toutes les « composantes superstructurelles de l’analyse de la société, de la politique et de la culture. » (p. 190)

36C’est à partir de la rencontre entre histoire économique du début du siècle et héritage gramscien d’autonomie des superstructures qu’Emilio Sereni se prête à une redéfinition continuelle de la catégorie de « formation économico-sociale ». Favilli prouve que cette redéfinition n’est ni déterministe ni idéologique. C’est grâce à elle que Sereni entend affiner et perfectionner les instruments de la recherche historique. Les concepts marxistes n’y seraient pas employés de façon définitive et figée, pouvant alors devenir doctrine, mais seraient utilisés dans le but de procéder à un « affinement » des techniques et des modèles culturels nouveaux et souvent insolites au sein de la culture historique italienne d’alors.

37Par ce biais, la culture historique marxiste italienne a réussi à échapper à l’usage militant du texte de Marx qui, dans les années cinquante, servait plus à donner des définitions qu’à apporter des instruments analytiques.

38Partant de la lecture de l’œuvre de Gramsci et de l’attention accordée aux questions touchant à l’histoire structurelle, l’auteur met en évidence un problème fondamental et récurrent dans une grande partie de l’historiographie marxiste du xxe siècle : la question de la transition. Cette question gagne en importance à partir des années quarante avec le débat portant sur la question des « modèles » et des « lois » du passage du féodalisme au capitalisme. Ce débat se transforme et entraîne le développement d’une série d’études touchant au problème historique de l’industrialisation italienne.

39Favilli cherche alors à comprendre comment, au moment où se développe ce champ de recherches portant sur l’industrialisation italienne, le modèle gramscien est remis en question et comment à partir de ce questionnement émerge une distinction entre modèle gramscien et modèle marxiste.

40Nous avons exposé ici, de façon synthétique, quelques-uns des aspects abordés par Paolo Favilli. L’auteur restitue attentivement la « sinuosité » des parcours ; il fait de nombreux renvois et interrompt son raisonnement pour ouvrir des parenthèses qui rendent la lecture de l’ouvrage parfois difficile.

41En adoptant la position que l’auteur expose dans la première partie de l’ouvrage, et en cherchant dans la suite de l’étude les réponses aux questions formulées directement ou indirectement dès l’introduction, on ne trouve pas de réponses capables d’expliquer quelles sont les raisons profondes qui ont provoqué la crise du marxisme dans l’historiographie comme dans le sens commun de l’Italie des années soixante-dix.

42Le problème que Favilli ne cherche pas à résoudre est la question de la dimension socioculturelle de la crise du marxisme. Ce travail constitue néanmoins une contribution importante. Il permet la redécouverte du patrimoine conceptuel et méthodologique laissé par l’historiographie marxiste italienne, bien qu’il ne réponde pas à la question des causes de sa crise, survenue à la fin de l’« Âge d’or ». Ce phénomène caractéristique de la fin de l’après-guerre revient constamment dans les travaux de Favilli et semble indiquer la direction à suivre si l’on veut comprendre les dynamiques propres à la crise de la culture marxiste en Italie.

43Les raisons de la crise seraient alors à chercher parmi les nombreuses directions théoriques et méthodologiques empruntées par la culture historique marxiste, mais également en procédant à une analyse historique multidimensionnelle des dynamiques culturelles qui se produisirent lors du passage vers la phase que l’auteur appelle « modernité liquide ».

44La richesse de la reconstruction de Favilli et l’ensemble des questions qu’il soulève, semblent indiquer qu’il reste encore du chemin à parcourir, non seulement avant d’aboutir à une analyse et à un bilan critique de ce qu’à été le marxisme du xxe siècle, mais également pour mettre en œuvre un projet de récupération et de reconstruction qui en reçoive l’héritage et qui puisse permettre de « penser théoriquement » l’histoire, mais aussi d’expliquer et de comprendre le présent.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marco Di Maggio, « Regard sur l’historiographie marxiste italienne : étude de l’ouvrage de Paolo Favilli sur marxisme et histoire », Cahiers d'histoire. Revue d'histoire critique, 108 | 2009, 173-182.

Référence électronique

Marco Di Maggio, « Regard sur l’historiographie marxiste italienne : étude de l’ouvrage de Paolo Favilli sur marxisme et histoire », Cahiers d'histoire. Revue d'histoire critique [En ligne], 108 | 2009, mis en ligne le 24 novembre 2009, consulté le 23 juillet 2014. URL : http://chrhc.revues.org/1825

Haut de page

Auteur

Marco Di Maggio

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page