Navigation – Plan du site
DOSSIER

Repenser la gauche américaine

Michael Kazin
Traduction de Jean-Christian Vinel
p. 41-59

Résumé

Des Wobblies au Black Power, l’histoire du radicalisme politique aux États-Unis est probablement l’une des parties de l’histoire américaine les mieux connues en France. Mais comment insérer ces contestations à la trame de l’histoire américaine ? Dans cet article, l’historien Michael Kazin, (The Populist Persuasion, 1995, A Godly Hero : the Life of William Jennings Bryan, 2006), co-rédacteur en chef du magazine Dissent, propose dans une perspective gramscienne de distinguer deux gauches au xxe siècle : la gauche « politique » dont les succès dans les urnes et dans la rue furent assez rares, et une gauche « culturelle » dont l’influence sur les mentalités aux États-Unis ne doit pas être mésestimée.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

États-Unis

Chronologie :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Le SDS, fondé en 1962, appartient à la nébuleuse de la Nouvelle Gauche, mouvement estudiantin qui (...)
  • 2  Aux États-Unis, depuis le New Deal, le terme liberal fait référence à l’idéologie réformatrice prô (...)

1Quand la gauche a-t-elle marqué l’histoire américaine de son empreinte ? Comment a-t-elle influencé la société américaine ? Je cherche à donner une réponse plausible à ces questions depuis les années 1960. Je militais alors au sein de la section de Harvard des Students For Democratic Society (SDS), une organisation étudiante qui critiquait le réformisme modéré du Parti démocrate et qui fut l’un des catalyseurs du mouvement d’opposition à la guerre au Vietnam1. Aujourd’hui mes horizons politiques sont plus limités, ne dépassant guère l’espoir de voir Barack Obama et le Congrès démocrate renouer avec la tradition réformatrice héritée du libéralisme rooseveltien. Mais les questions posées en exergue, me semble-t-il, demeurent2.

  • 3  Noam Chomsky (1928-), professeur de linguistique au MIT, célèbre pour sa critique de l’impérialism (...)

2Au cours des trois dernières décennies du xxe siècle, on a donné au terme « gauche » une définition de plus en plus modérée. Dans les débats actuels, il dénote en général un positionnement jadis résumé par le terme liberal et, désormais, les médias placent à « gauche » l’ensemble des élus du Parti démocrate ainsi que la grande majorité des universitaires. Cette nouvelle acception n’est pourtant pas sans poser de problèmes, car elle laisse dans l’ombre d’importantes différences, des legs de l’histoire sans lesquels il est difficile de donner un sens à la vie politique américaine contemporaine. De fait, si Barack Obama et Noam Chomsky sont tous deux à « gauche », il devient impossible de rendre raison de leurs positions opposées sur la politique étrangère américaine, ou sur bien d’autres sujets encore3.

  • 4  Antonio Gramsci, Carnets de prison, Paris, Gallimard, 1978.

3Pour comprendre la gauche américaine, il importe donc de faire litière de nos repères politiques contemporains et de revenir à une définition plus classique de la gauche : un mouvement social, ou un faisceau de mouvements sociaux, œuvrant de manière conjointe à la promotion de l’égalité sociale. Il existe bien sûr différents moyens de prôner cette transformation, avec des degrés divers d’implication : distribuer des prospectus anticapitalistes au coin de la rue n’est pas la même chose que tenter de renverser l’État avec une armée révolutionnaire. Mais il importe également de bien voir que dans chaque pays la gauche conjugue contestation politique et sociale d’une part et contestation culturelle de l’autre. Cette dernière ne s’exprime pas dans la rue ou dans les débats politiques, mais dans l’ensemble des médias qui sous-tendent les échanges culturels. Dans les démocraties, la vie politique est une affaire juridique et institutionnelle, où les sessions parlementaires sont ponctuées par des manifestations et parfois des éruptions de violence. Mais le changement culturel, l’évolution des mœurs et des mentalités, sont moins prévisibles. Or, comme le rappelait Antonio Gramsci, la gauche doit influencer le « sens commun » qui sous-tend l’hégémonie de la classe dominante, c’est-à-dire le prisme au travers duquel les hommes et les femmes se font une idée des changements qu’ils peuvent accomplir au cours de leur vie4.

  • 5  J.F.C. Harrison, Quest for the New Moral World : Robert Owen and the Owenites in Britain and Ameri (...)

4Selon la thèse défendue ici, aux États-Unis, la gauche n’est que rarement parvenue à remettre en cause l’ordre établi, tant dans le domaine politique qu’économique. En revanche, elle a souvent contribué à transformer le « sens commun » de la société, ce qui n’est pas un mince succès. Comme le rappelait J.F.C. Harrison dans son opus sur les Owenites : « les éléments les plus durables d’un mouvement ne sont pas toujours ses institutions, mais les mentalités dont il s’inspire et celles qu’il engendre5 ». Dans les pages qui suivent, je voudrais suggérer des pistes de réflexion permettant de repenser la gauche américaine.

Les apories de l’historiographie

  • 6  Werner Sombart, Why is there no Socialism in the United States ? À ce sujet, voir le colloque orga (...)

5Nombreux sont les historiens à tenter de comprendre, à la suite de l’ouvrage publié par Werner Sombart en 1907, « pourquoi il n’y a pas de socialisme aux États-Unis6 ». Pour Sombart l’échec de l’idée socialiste aux États-Unis s’expliquait par le niveau de vie élevé des ouvriers. Au vrai, si la misère qui régnait alors dans les villes minières de la Virginie-Occidentale ou dans l’atmosphère étouffantes des sweatshops de New York suffisait à réfuter l’idée selon laquelle le socialisme, « s’était échoué sur les récifs du Roast-Beef et de la tarte aux pommes », la question posée par Sombart n’en domina pas moins l’historiographie sur la gauche américaine tout au long du xxe siècle, et ce sans que les similitudes entre les politiques menées par les gouvernements sociaux-démocrates en Europe et les libéraux américains ne viennent la remettre en cause.

  • 7  Christopher Lasch, The Agony of the American Left, New York, Vintage, 1969, p. viii-ix.

6Depuis le début du xxe siècle, en effet, intellectuels et universitaires ont proposé deux interprétations de l’histoire de la gauche aux États-Unis. La première, et la plus couramment acceptée, voit dans la gauche américaine un échec historique, comme l’expliquait l’historien Christopher Lasch : « l’histoire des mouvements de gauche est à bien des égards celle d’un échec ; les militants qui cherchent dans ce passé des héros et des figures tutélaires n’y trouveront rien de réconfortant, car les mouvements de gauche n’ont aucune grande victoire à leur actif ». Et Lasch de continuer : « plus vite nous serons capables d’expliquer cet échec, plus vite nous pourrons envisager de le dépasser7 ». En effet, lorsqu’on la compare aux gauches européennes, asiatiques ou latino-américaines, elle apparaît d’abord comme une force politique très marginale. Ses principaux acquis sont d’avoir poussé les deux principaux partis à faire certaines réformes modérées dont l’objectif était d’étouffer les possibilités de véritable changement social : la promotion de la sécurité des ouvriers sur le lieu de travail à partir de la fin du xixe siècle, la protection de la liberté syndicale pendant le New Deal, ou encore, plus généralement, la réglementation des activités et pratiques des grandes entreprises. Certes, les historiens reconnaissent que certains leaders de gauche ont apporté une contribution importante aux mouvements sociaux qui ont transformé l’Amérique, mais ils insistent sur le fait que ces leaders n’ont pas cherché à en tirer bénéfice, car ils craignaient que défendre leurs idées et objectifs politiques ultimes les exposerait à une répression politique.

  • 8  Lawrence Goodwyn, Democratic Promise : The Populist Moment in America, New York, Oxford University (...)

7En revanche, la deuxième interprétation historique de la gauche est marquée par une certaine empathie, un bel optimisme et une forme de romantisme, comme le montrent les travaux plus récents de Lawrence Goodwyn sur le mouvement populiste, ceux Robin Kelley sur les Noirs-américains et le communisme dans les années 1930, ceux Marie Jo Buhle sur le rôle des femmes dans le mouvement « nationaliste » de la fin du xixe, et ceux de Michael Denning sur les arts visuels de la Grande Crise. Pour ces historiens, on ne peut simplement pas constater que la gauche américaine a échoué dans sa promotion du socialisme et même dans ses efforts pour instaurer une forme de capitalisme véritablement démocratique, car le même constat s’applique en fait aux gauches européennes qui sont restées fidèles aux valeurs de la démocratie parlementaire, n’étant pas parvenues au pouvoir avec l’aide de l’Armée rouge8.

  • 9  Le terme mouvement populiste fait référence aux mouvements de protestation qui se développent dans (...)

8Ces auteurs expliquent qu’il faut au contraire s’intéresser à ce que la gauche américaine – de fait une succession de mouvements sociaux allant de l’abolitionnisme du xixe siècle au multiculturalisme actuel – a accompli. Certes, la gauche n’a jamais été en position de prendre le pouvoir ou même de le partager, mais elle a tout de même donné à de nombreux militants les moyens d’améliorer leur vie et d’imaginer une société à la fois différente et meilleure. Le travail de Lawrence Goodwyn sur le populisme en est un bon exemple : l’historien y montre comment, au Texas, dans les années 1870, des associations de fermiers donnèrent naissance à des coopératives, lieux de sociabilité qui permirent au mouvement populiste de recruter de nouveaux membres et de donner au militantisme rural un prolongement politique concret, le parti du Peuple, à partir de 18929. Dans le travail de Goodwyn, comme dans les autres ouvrages cités plus haut, la gauche devient ainsi une force avant-gardiste héroïque, à qui le futur n’a pas permis de tenir ses promesses.

9Ces deux points de vue suffisent-ils à dire ce que l’histoire de gauche américaine a de particulier ? Je ne le crois pas. Si la gauche n’a jamais été qu’une force politique marginale, un échec historique, alors comment expliquer que les conservateurs américains et nombre de liberals se soient si souvent mobilisés pour combattre son influence sur les affaires politiques de la nation et sur les mentalités ? De même, si l’on accepte l’idée que la gauche américaine a vraiment marqué l’histoire de l’empreinte d’une avant-garde politique, ils semble dès lors difficile d’expliquer pourquoi ses actions n’ont jamais donné naissance à des organisations ou des institutions capables de survivre à la génération de militants qui les avaient créées. De fait, confiner la gauche américaine aux marges de l’histoire ou célébrer son avant-gardisme ne suffit pas : il faut développer un nouveau cadre analytique, qui nous permette de réinsérer la gauche dans la trame de l’histoire des États-Unis.

Gauche politique et culturelle

  • 10  En 1932, année ou Roosevelt est élu à la Maison-Blanche, le Socialist Party of America comptait 17 (...)

10Partons d’un constat simple : en dépit d’efforts répétés depuis la fin du xxe siècle, les défenseurs de l’idée socialiste n’ont réussi ni à placer le contrôle des structures socio-économiques du pays aux mains de la classe ouvrière, ni même à promouvoir la redistribution des richesses. Plus encore, ils ne sont jamais parvenus à engendrer un mouvement social et un parti politique d’envergure dévoués à ces objectifs. Avec 6 % des voix recueillies en 1912, la candidature d’Eugene Debs représente le point culminant de l’influence socialiste dans le débat politique10. Cependant les militants de la gauche américaine ont dans le même temps réussi à investir le terrain de la culture de masse (religieuse ou non). Telle n’était pas leur motivation principale, mais en prônant d’ambitieuses idées réformatrices, les leaders de gauche ont semé les ferments de nouvelles sensibilités : au travers d’articles, de romans et de films, ils ont régulièrement opposé les intérêts du « peuple » et des élites économiques, dénoncé les inégalités sociales, critiqué les discriminations subies par les femmes, les Noirs et les homosexuels, et promu une forme de tolérance qui, appliquée à l’éducation, loue la multiplicité des identités ethniques.

11En d’autres termes, les militants de gauche, en dépit de leurs infortunes politiques, ont régulièrement provoqué des ruptures dans les mentalités et insufflé des manières de voir que les Américains tiennent aujourd’hui pour acquises. Cependant ils n’ont pas provoqué ces ruptures en attaquant la culture de masse et en cherchant une alternative, comme le firent les sociaux-démocrates allemands ou les communistes italiens en leurs temps. Au contraire, les militants de la gauche américaine ont cherché à diffuser leurs idées au travers des médias que les Américains « consommaient » déjà : la presse quotidienne, les radios, les magazines et les films, dont ils sont parvenus à transformer les contenus. Paradoxalement, c’est bien l’incapacité de la gauche à créer des mouvements de masse et des partis représentant ses idées qui a contraint certains de ses militants à trouver d’autres moyens de s’adresser aux masses.

12Prenons l’exemple de John Reed, célèbre militant communiste et fondateur d’un parti dont l’existence fut très courte, le Communist Labor Party. L’auteur de Les Dix jours qui ébranlèrent le monde, premier récit de la révolution bolchevique en langue anglaise, avait compris tout le parti qu’il pouvait tirer des nouveaux modes de consommation culturelle : il écrivait des chroniques sur les grèves et les hommes politiques dans deux magazines parmi les plus diffusés aux USA, Collier’s et The Cosmopolitan. En 1913, il organisa un spectacle au Madison Square Garden à New York, où les ouvriers qui avaient pris part à la célèbre grève de Paterson chantèrent des chansons qu’ils avaient écrites et participèrent à un spectacle retraçant les péripéties de leur conflit avec le patronat de l’industrie de la soie.

13La trajectoire de Betty Friedan, célèbre militante pour les droits de femmes, illustre également l’importance de la culture de masse dans la pratique contestataire. Dans les années 1940, Friedan fut d’abord une jeune militante syndicaliste dont les articles sur les problèmes rencontrés par les femmes au travail étaient publiés dans le journal du syndicat des travailleurs de l’électricité (UE) et dans un réseau de quotidiens de gauche, la Federated Press. Dans les années 1960, la fondatrice de l’organisation féministe National Organization for Women (NOW) critiquait toujours l’idéologie de la domesticité. Cependant, pour dénoncer les entreprises qui entretenaient cette idéologie, elle choisissait désormais les pages de magazines féminins à gros tirages tels que McCall et Ladies Home Journal, et publia un livre célèbre, The Feminine Mystique, chez un éditeur new-yorkais s’adressant au grand public.

  • 11  À ce sujet, voir l’ouvrage de Richard Flacks, Making History : The American Left and the American (...)

14C’est parce que dans ces articles, ces livres et ces films, ils sont parvenus à développer un esprit de révolte, à remettre en question les structures autoritaires de la société et à redéfinir les limites de la démocratie que ces deux figures du radicalisme américain ont entraîné dans leur sillage nombre de leurs concitoyens qui n’avaient jamais vraiment envisagé de voter pour un candidat ou devenir membre d’un parti de gauche. Contrainte par les structures traditionnelles du débat, la gauche politique n’a jamais exercé une influence aussi grande que la gauche culturelle. Certes, il faut reconnaître que par la contestation culturelle, la gauche américaine a initié bien plus de changements et de progrès dans le domaine des droits de l’individu que dans l’organisation des structures politiques et économiques du pays11. Il reste cependant que lorsque des conservateurs tels que le député Newt Gingrich ou l’intellectuel Daniel Horowitz déplorent que « la gauche contrôle la culture », ils ne font qu’exprimer sur un ton polémique ce qui est en fait une réalité historique encore méconnue.

15Une précaution s’impose à ce stade : il n’y a bien sûr pas de séparation hermétique entre les sphères politique et culturelle. Un changement culturel peut avoir d’importantes conséquences politiques, comme l’atteste le mouvement féministe des années 1960-1970 : ce mouvement ouvrit l’accès à l’avortement grâce à l’intervention conjuguée du législateur et du juge, conduisit à la construction de crèches, et plus généralement il eut pour résultat une participation croissante des femmes à la vie politique. De même, une évolution politique peut aussi bien avoir des conséquences sur la vie privée des citoyens. Ainsi la guerre de Sécession, en éliminant l’esclavage, a-t-elle modifié les perceptions communes de la race et permis, non sans difficultés, l’émergence d’une obligation morale de traiter les individus de manière égale quelle que soit leur couleur de peau. Mais il reste que, très souvent, les militants de gauche candidats à des mandatures et les militants désireux de modifier les mentalités n’étaient pas les mêmes. Nombre de dirigeants de la gauche américaine considéraient les questions culturelles et sociétales comme secondaires et concentraient leur attention sur des questions de dogme et de stratégie électorale. À leurs yeux, la contestation devait d’abord se faire dans la rue et à travers les partis. C’est donc aux artistes et intellectuels que fut dévolue cette tâche, qu’ils menèrent à bien principalement parce que leur savoir-faire ne concernait pas l’organisation des ouvriers, mais l’expression des idées pour le plus grand nombre.

  • 12  Irwin Silber, Press Box Red : The Story of Lester Rodney, the Communist Who Helped Break the Color (...)

16Pour comprendre pourquoi ce que l’on peut appeler la contestation culturelle formulée par les intellectuels, les artistes et les romanciers a bénéficié d’une forme de légitimité dont les programmes et revendications des partis socialistes, partis communistes et des mouvements ouvriers ont toujours été dépourvus, il convient tout d’abord de se pencher sur ses principaux ressorts : cette critique se nourrit principalement d’une forte opposition à toute forme de domination, qu’elle soit politique, économique ou religieuse, et revendique avant tout une extension des droits de l’individu. En cela, la critique culturelle s’inscrit parfaitement dans des modes de pensée traditionnels aux États-Unis : l’antiétatisme d’une part (libertarianism) et l’antinomianisme de l’autre. Si cette critique a été plus influente que la critique politique, c’est en fait parce qu’elle a mis en avant des revendications et des projets de réforme qui étaient solubles dans la culture politique américaine. Ainsi, les communistes ont joué un rôle important et méconnu dans l’intégration raciale du championnat américain de base-ball dans les années 1940. Le base-ball était alors le sport américain le plus populaire, et les communistes sont parvenus à convaincre les propriétaires des équipes qu’en acceptant la fin de la ségrégation ils seraient en mesure de proposer un produit supérieur au consommateur12.

  • 13  Dans Uncle Tom’s Cabin, l’ouvrage le plus vendu aux USA au xixe, Harriet Beecher Stowe fit voler e (...)
  • 14  Doug McAdam, Political Process and the Development of Black Insurgency, 1930-1970, Chicago, The Un (...)

17Il y a bien sûr des éléments importants de l’histoire de la gauche qui ne rentrent pas dans ce cadre. C’est le cas du mouvement de l’évangile social, notamment dans sa forme la plus radicale, dont La case de l’oncle Tom de Harriet B. Stowe, et Le futur antérieur de l’utopiste Edward Bellamy sont les exemples les plus frappants : ces deux ouvrages figurent parmi les plus gros succès éditoriaux du xixe siècle13. Stowe et Bellamy appelaient leurs lecteurs à participer à un grand mouvement de révolte morale contre des maux nationaux : l’esclavage et le capitalisme débridé. Il est plus facile pour la plupart des Américains de voir, lire, entendre ou chanter un message radical que de s’y associer en rejoignant un parti ou un mouvement social. La « consommation » d’ouvrages et articles est moins risquée et prend moins de temps que la contestation sociale et politique, mais avec le temps elle exerce une influence sur les sensibilités, et ces nouvelles sensibilités conduisent parfois à de nouvelles réalités politiques. Cependant la victoire sur le long terme de l’égalitarisme racial défendu par Harriet Beecher Stowe et de l’égalitarisme social défendu par Edward Bellamy n’aurait pas été possible si ces thèses n’avaient reçu le soutien des élites politiques. Le soutien apporté par Abraham Lincoln à l’abolitionnisme et l’appui de Roosevelt au syndicalisme industriel dans les années 1930 furent en tous points décisifs. Comme l’explique la sociologie des mouvements sociaux, faute de soutien politique, les mouvements ne peuvent déboucher sur des résultats législatifs probants14.

18Or, l’histoire américaine montre que les militants de gauche ne sont que très rarement parvenus à obtenir l’attention et le soutien des élites politiques, l’État libéral ayant été bien plus enclin à réprimer les critiques venues de la gauche qu’à les coopter. En revanche, la gauche culturelle n’a jamais dû faire face à cette contrainte : pour diffuser ses thèses sur la justice sociale, la sexualité, l’égalité raciale et la place des femmes dans la société, il lui fallait avant tout un marché, et les militants qui furent capables de formuler leurs idées autrement que par les discours politiques et les manifestations ont souvent réussi à en trouver un.

Le modernisme, rupture dans l’histoire de la gauche américaine

19La différence entre les échecs politiques et les succès culturels s’explique par une perspective diachronique, car au cours de son histoire la gauche américaine a subi une profonde mutation sociologique. Des années 1870 à la Première Guerre mondiale, la gauche a pu compter dans ses rangs une partie importante d’Américains appartenant à ce que l’on peut appeler une « majorité blanche chrétienne d’ouvriers et d’artisans », des Américains qui, en dépit de leurs origines sociales diverses, partageaient une grande méfiance à l’égard des grandes entreprises et des conglomérats industriels, auxquels ils reprochaient de chercher à construire des monopoles, de corrompre les hommes politiques et plus généralement de menacer l’esprit civique.

  • 15  Avocat de formation et orateur exceptionnel, William Jennings Bryan, député du Nebraska, électrise (...)
  • 16  Créée en 1886, l’American Federation of Labor (AFL) regroupe un grand nombre de syndicats d’ouvrie (...)

20Au cours de ces années, plusieurs mouvements politiques firent leur apparition : la croisade populiste, dont William Jennings Bryan devint la figure emblématique lors de l’élection de 1896 avec une campagne survoltée en faveur de l’argent, le socialisme américain, qui connut son apogée lors de l’élection de 1912 et les Industrial Workers of the World (IWW), organisation anarcho-syndicaliste dont le slogan « One Big Union », résumait bien l’opposition au syndicalisme de métier qui la caractérisait15. Plus d’un tiers des membres de l’American Federation of Labor (AFL), la principale confédération syndicale du pays, déclaraient alors être socialistes16. Enfin, cette période vit l’essor de l’évangélisme social, impulsion réformatrice qui se diffusa parmi un grand nombre de prêtres catholiques et de pasteurs protestants qui soutenaient le radicalisme ouvrier, condamnaient l’égoïsme des hommes d’affaires, et prônaient l’opposition à la guerre. L’influence de la foi chrétienne dont ce mouvement était porteur fut notable sur l’ensemble de la gauche américaine, dont les militants, s’ils ne citaient pas la Bible, préférèrent souvent mettre en avant les idéaux de coopération et d’égalitarisme que combattre les défenseurs du capitalisme les armes à la main et provoquer une nouvelle guerre civile. Certains partisans de l’évangélisme social se disaient socialistes, mais en général ils ne tenaient aucune classe sociale en particulier pour responsable des maux dont l’Amérique souffrait, et leur mouvement était ouvert à tous. En théorie au moins, la gauche pouvait attirer tous les Américains, et leur être bénéfique.

  • 17  Par modernité culturelle, nous entendons une rupture avec les cadres moraux, rupture contemporaine (...)

21Cependant, la fin de la Première Guerre mondiale marqua la fin de cette période de l’histoire de la gauche américaine, à cause de la scission qui survint au sein du mouvement socialiste d’une part, et d’autre part parce que désormais les tenants d’une forme de modernité culturelle née de l’urbanisation de l’Amérique prirent les rênes de la gauche américaine17. À ce moment-là, la gauche perdit un grand nombre des sympathisants qu’elle avait comptés au sein de l’Amérique blanche chrétienne, et n’est jamais parvenue à les reconquérir.

  • 18  Autre figure de la gauche américaine, Louise Bryant (1885-1936) épouse John Reed avant de partir a (...)
  • 19  L’article s’intitulait « Bryan on Tour », et fut publié le 20 mai 1916. Voir Michael Kazin, A Gold (...)

22Revenons un instant au militant communiste John Reed. En 1916 celui-ci se rendit en Floride pour réaliser un entretien avec William Jennings Bryan, qui avait pris du recul avec la vie politique. Dans l’article auquel l’entretien donna lieu, Reed se moquait de Bryan, tournant en ridicule à la fois ses vêtements, sa propension à citer la Bible et les chrétiens dévots qui le soutenaient. Fraîchement diplômé de Harvard, Reed était déjà célèbre dans le monde de la gauche américaine, et partageait pourtant les orientations politiques de Bryan, dont il avait déjà salué les efforts pour « démocratiser la société américaine ». Comme lui, il était fermement opposé à la participation américaine à la Grande Guerre. Mais la proximité idéologique entre Bryan et Reed était moins importante que le gouffre culturel qui les séparait : « Il ne comprend pas notre point de vue », se plaignait Mary Bryan. On imagine ce que William Jennings Bryan et son épouse auraient pensé de la célèbre photo de Louise Bryant, l’épouse de Reed, allongée nue sur une plage de Cape Cod18. De fait, les époux Bryan, issus du Midwest, étaient socialement conservateurs et rejetaient la modernité et la remise en cause du dogme religieux que Reed incarnait. En cela, l’article publié dans Collier’s marqua bien une rupture dans l’histoire de la gauche américaine19.

  • 20  Voir Rosenstone, Romantic Revolutionary, p. 107.

23Loin du Midwest, Reed et ses camarades animaient de leur radicalisme politique les salons de Manhattan et publiaient des articles dans The Masses, un journal ouvrier dont la ligne éditoriale dessinait une perspective politique ne laissant aucune place à des hommes qui, à l’instar de Bryan, appartenaient à la « gauche chrétienne », avant que cette expression ne devienne un oxymore20. Pour nombre d’Américains cependant c’étaient bien John Reed et Louise Bryant qui, désormais, incarnaient la gauche : des partisans d’un radicalisme politique conjugué à un radicalisme culturel, pour qui l’un n’allait pas sans l’autre. Reed devint le leader du communisme américain, mourut à Moscou, mais la gauche américaine ne parvint jamais à attirer les ouvriers, artisans, fermiers et petits commerçants qui avaient apporté leur soutien à Bryan et permis l’essor du mouvement populiste et socialiste à la fin du xixe siècle.

24Aussi importe-t-il de bien voir qu’à la suite de cette rupture, en l’absence de la grande majorité des ouvriers américains qui avaient apporté leur soutien au mouvement populiste et au Parti socialiste, la voix et l’image des organisations de la gauche radicale furent construites sur une alliance fragile entre des hommes et des femmes issus des classes supérieures et des ouvriers juifs ou des militants noirs que nombre d’Américains considéraient comme des étrangers à la nation. Cette alliance était déjà visible dans le mouvement abolitionniste, qui réunissait des bramines de la Nouvelle-Angleterre comme Wendell Philips et Maria C. Chapman et des affranchis comme Frederick Douglass et Sojourner Truth. De même, dans les années 1960, les étudiants inscrits dans les universités d’élite du Nord-Est firent cause commune avec Fannie Lou Hamer et Huey Newton, dont le parcours illustrait le problème des travailleurs pauvres. Or, ces mouvements sociaux n’ont jamais construit d’alternative crédible aux programmes des deux grands partis politiques et n’ont jamais rassemblé plus qu’une minorité d’Américains dans leur quête de changement. Sans doute les activistes radicaux ont-ils permis à des mouvements de masse de voir le jour, mais les conflits internes, les affrontements idéologiques ainsi qu’une hostilité manifeste à l’égard du nationalisme et de la religion – deux éléments clés de la culture politique américaine – ont contribué à confiner les leaders de gauche aux marges du débat politique.

25Néanmoins, ces voix iconoclastes ont diffusé dans la société les schèmes d’un esprit de révolte contre l’autorité en mettant en avant des idées et des modes de vie qui ne laissaient pas certains Américains, notamment les jeunes, insensibles. Rejetant le primat des valeurs conservatrices et la hiérarchie sociale qui les sous-tendait, ces derniers ont souvent repris à leur compte les mots, les idées et les pratiques qui animaient les mouvements de gauche, tels le Black Power, le féminisme radical et le mouvement homosexuel. On peut en fait affirmer que plusieurs des avancées réalisées au cours du xxe siècle dans les domaines des droits de l’individu et de la libéralisation des mœurs – en gros la « modernité culturelle » – trouvent leur source au tournant du xxe siècle dans les discours et les pratiques de la gauche radicale : une littérature rejetant les dogmes conservateurs, promouvant la liberté sexuelle, suscitant un intérêt grandissant pour le sort des minorités ethniques et raciales et une fascination pour la culture ouvrière et la pauvreté urbaine.

26À cet égard, la devise mise en exergue du magazine The Masses, célèbre publication ouvrière, en 1912, est édifiante :

  • 21  « A magazine with a sense of humor and no respect for the respectable : Frank, arrogant, impertine (...)

27« Magazine humoristique sans respect aucun pour ce qui est respectable : franchise, arrogance, impertinence, et recherche de la vérité : Sus aux dogmes quels qu’ils soient ! Des articles où la vérité est trop crue pour la presse commerciale. Une ligne éditoriale : ne publier que ce qui nous plaît et ne faire de concessions avec personne, pas même nos lecteurs21. »

28En effet, les grandes figures de la révolte culturelle qui débuta avant la Première Guerre mondiale contribuèrent à l’évolution des mentalités : Emma Goldman, la célèbre anarchiste, parcourait le pays d’un bout à l’autre pour faire des discours dans lesquels elle apportait son soutien aux combats ouvriers, critiquait les lois contre l’obscénité et prônait la liberté sexuelle. Quant à Margaret Sanger, fondatrice de la Ligue pour le contrôle des naissances (American Birth Control League), elle s’attirait les foudres des conservateurs puritains en distribuant des prospectus féministes aux ouvrières.

  • 22  Langston Hughes (1902-1967), éditorialiste, poète et dramaturge. Richard Wright (1908-1960), journ (...)

29Plus tard dans le siècle, des années 1920 aux années 1940, les voix radicales de la Renaissance de Harlem et du New Negro, notamment Langston Hughes, Richard Wright, et Jacob Lawrence, militèrent avec talent pour l’égalité raciale en représentant au moyen de leur art l’ensemble de la communauté noire, son histoire douloureuse, sa situation difficile et ses espoirs de libération22. Grâce à eux, de nombreux Américains prirent conscience de l’existence de la condition noire. Les voix d’activistes comme Emma Goldman et Langston Hughes furent ainsi les fers de lance de la lutte contre les valeurs victoriennes aux États-Unis, et leur contestation culturelle incarnait à merveille le premier couplet de l’Internationale en anglais américain : « A New World is in birth, no more tradition’s chains shall bind us. »

Les sources communautaires de la gauche américaine

  • 23  Né en 1860 en Lituanie, Abraham Cahan émigre en 1882 aux États-Unis, où il diffuse l’idée socialis (...)
  • 24  Journal publié sous l’égide de Ralph Ingersoll de 1940 à 1948, PM était diffusé à 165 000 exemplai (...)

30La forte représentation des juifs et des Noirs-américains dans les mouvements radicaux aux États-Unis a de quoi surprendre. D’Abraham Cahan, le créateur du Daily Jewish Forward, à l’historien Howard Zinn et au dramaturge Tony Kushner, l’auteur de Angels in America, nombre de juifs ont investi le débat politique d’un regard sur le monde que l’on peut résumer par l’expression « modernisme altruiste » : ils ont ainsi défendu la liberté sexuelle, la mobilité de classe et la tolérance à l’égard des immigrés, trois éléments essentiels de rupture avec le conservatisme23. Mais ils ont complété ce combat pour une société moderne par un altruisme prononcé : nombre de juifs pensent qu’il est de leur devoir d’aider les opprimés, de promouvoir l’égalité sociale et d’améliorer le monde. Ainsi PM, le quotidien new-yorkais radical publié dans les années 1940, dont le comité de rédaction était principalement composé de juifs, avait-il pour devise : « Nous sommes contre ceux qui traitent les autres durement24. »

  • 25  James T. Benson, Harry S. Truman and the Founding of Israel, p. 93.

31À bien des égards, les États-Unis ont constitué un terreau fertile pour l’éclosion de cette pensée altruiste. Certes, la culture populaire américaine n’a jamais été exempte d’antisémitisme. Ainsi, en 1946, à la suite d’une réunion avec des délégués de la communauté juive, le président Harry Truman avait marqué d’une remarque célèbre ses distances avec les électeurs juifs, pourtant un électorat clé du Parti démocrate : « Comment pourrais-je réussir à les satisfaire quand Jésus lui-même a échoué ? » s’était exclamé Truman25. Cela étant, Truman apporta son soutien à la création d’Israël, et il faut bien reconnaître que l’antisémitisme a toujours été un phénomène politique marginal. Aux États-Unis, les persécutions subies par les juifs n’ont jamais été admises par l’État, ni même soutenues par un parti politique ou un mouvement social. Le lynchage de Leo Frank en 1915 est frappant, non seulement par son caractère unique, mais aussi par les réprobations qu’il suscita de l’ensemble du monde politique et religieux. […]

32 Certes, nombre de juifs se sont longtemps considérés comme des étrangers à la nation. La mémoire collective de cette communauté a largement contribué à cela, tout comme le messianisme civilisationnel prôné au début du siècle par les chrétiens américains, notamment les protestants. Cela étant, dans cet environnement plus tolérant à leur égard que ne l’était le continent européen, les juifs sont parvenus à rallier à leur cause d’autres étrangers à la nation, et à associer leur judaïté à d’autres identités – ouvrière, socialiste, radicale  sans pour autant craindre qu’une campagne antisémite ne vienne les accuser d’être des traîtres. Au cours du xxe siècle, ils purent ainsi formuler une critique politique et la transmettre à leurs enfants, ce que peu de communautés ethniques furent capables de faire. Cependant, à cause de la cohésion de leur communauté, de son caractère distinctif, de sa petite taille et de sa concentration dans quelques villes des États-Unis, il leur fut impossible de soutenir un mouvement de gauche de taille nationale.

33Quant aux Noirs-américains, leur forte représentation dans les mouvements de gauche semble aller de soi : d’abord esclaves et ensuite citoyens après la guerre de Sécession et l’adoption des 13e, 14e et 15e amendements à la Constitution, les Noirs-américains étaient des ouvriers ou des employés salariés dont le travail n’était que rarement valorisé, ce qui explique qu’ils concentraient les espoirs des socialistes dans tous les pays, car ils étaient ceux qui avaient le moins à perdre et le plus à gagner d’une révolution prolétarienne. Cela étant, la plupart des Américains de race blanche voyaient les Noirs-américains comme une race et non comme une partie intégrante de la classe ouvrière, ce qui explique que ces derniers aient placé les revendications raciales au cœur des mouvements sociaux auxquels ils participèrent. De manière significative, la majorité des activistes noirs œuvraient pour le changement au sein d’organisations distinctes des organisations ouvrières, bien que celles-ci, telles la Colored Farmers Alliance, l’African Black Brotherhood et le Black Panther Party, eurent une durée de vie plus courte encore que les organisations de gauche animées par les Blancs.

34Toutefois les militants de race noire ont apporté une contribution décisive à l’avancée de la gauche culturelle, dont il furent les voix les plus éloquentes. Rappelons par exemple le rôle important joué au xixe siècle par l’abolitionniste David Walker, dont le manifeste contre l’esclavage eut un écho retentissant lors de sa publication en 1829, et par Sojourner Truth, qui conjugua le combat contre l’esclavage et la promotion des droits des femmes. Au xxe siècle, le sociologue Wels Du Bois, rédacteur en chef de la revue The Crisis, Martin Luther King et le révérend Jesse Jackson, fondateur de la rainbow coalition en 1984, ont à leur tour souligné toute la distance qui sépare le rêve américain de la réalité, et encouragé ainsi de nombreux activistes à faire de même. Dans un pays dont les dirigeants n’hésitent pas à parler d’« exceptionnalisme américain », parvenir ainsi à dénoncer le mythe national et son caractère racialisé fut une tâche essentielle, qui conduisit, dans les années 1960 et 1970, à un multiculturalisme dont on trouve aujourd’hui les traces dans les écoles, les médias et les débats politiques.

Héritages : d’une contestation à l’autre

35Depuis l’émergence, au début du xxe siècle, du modernisme radical dont John Reed fut l’incarnation, la gauche américaine a connu deux âges d’or : les années 1930 et les années 1960. À chaque fois, elle contribua à changer la société américaine, mais elle ne le fit pas au nom de ses principes et objectifs ultimes. Dans les années 1930, le Parti communiste apporta un soutien décisif à l’émergence du syndicalisme industriel incarné par la confédération syndicale CIO, et participa au rejet du fascisme. Au cours des années 1960, le SDS, le SNCC et les Black Panthers mirent un terme à la ségrégation, participèrent au mouvement pacifiste et ouvrirent la voie à la deuxième vague du féminisme américain. Cependant, l’influence exercée par ces organisations ne dura jamais plus d’une décennie.

36Or, l’égalitarisme radical qui anima les années 1930 et 1960 laissa à chaque fois un héritage culturel qui dépassa de loin ses acquis politiques. Il y a cependant une différence importante entre l’héritage des années 1930 et celui des années 1960. Le premier fut un égalitarisme vigoureux qui permit l’émergence du radicalisme des années 1960 : la gauche de ces années-là, en d’autres termes, fut le produit de la gauche des années 1930. Il n’est pas certain, en revanche, que la gauche des années 1960 ait semé les ferments d’un nouveau mouvement. Le travail de deux figures de la gauche, Theodore Geisel et Howard Zinn, illustre bien cette différence.

  • 26  Theodore Geisel, 1904-1991, polémique ainsi contre les fascistes, mais aussi contre les défenseurs (...)

37Theodore Geisel, plus connu sous le nom de plume de Docteur Seuss, commença sa carrière comme dessinateur pour une entreprise d’insecticides. À partir de la Seconde Guerre mondiale, il mit ses talents au service de ses convictions politiques, celles de l’esprit de « Front Populaire » qui avait animé la gauche américaine dans les années 1930, et publia des caricatures politiques dans le journal PM, où il ridiculisait des personnages favorables au fascisme et à la ségrégation raciale.26 Au lendemain de la guerre, Geisel commença à écrire des livres pour enfants où il utilisait des rimes pleines d’esprit et des dessins surprenants pour mettre en avant les idées et les espoirs de la gauche, livres qui se vendirent à des millions d’exemplaires. Ainsi, il défendit l’égalité raciale dans The Sneetches, la démocratie industrielle dans Yertle the Turtle, critiqua les dangers du capitalisme pour l’environnement dans The Lorax, prôna le désarmement nucléaire dans The Battle Book. Bien qu’il fût moins ouvertement politique, son ouvrage le plus célèbre, The Cat in the Hat, mit en scène un félin divinement destructeur qui fut l’une des sources d’inspiration de la contre-culture des années 1960. À bien y regarder, ce félin n’aurait pas détonné dans les pages de The Masses plus tôt dans le siècle.

  • 27  Pour comprendre cette position, il convient de garder à l’esprit que le mouvement étudiant de la N (...)

38Theodore Geisel parvint ainsi à écrire des livres pour enfants à partir des idéaux de la gauche américaine. Comme l’expliquait l’écrivain E.J. Kahn, « dans ces livres, la raison du plus fort ne l’emporte jamais ; les humbles héritent de la terre, et l’orgueil précède souvent la chute, en général une chute comique ». Or, c’est bien cet esprit que l’on retrouve dans la gestation de la Nouvelle Gauche au début des années 1960. Dans la déclaration de Port Huron en 1962, le mouvement Students for Democratic Society (SDS) expliquait que le but de l’activisme politique était de « rendre les valeurs de la gauche explicites » : « Nous pensons que la valeur des hommes est sans limite : leur capacité à la raison, leur goût de la liberté et de l’amour restent à exploiter pleinement27 ». Empreinte d’un certain idéalisme, cette affirmation n’en décrivait pas moins précisément l’ambition d’une génération de militants, et sous l’impact de leurs luttes, une nouvelle définition de la liberté prit corps aux États-Unis. Homosexuels, handicapés, membres d’une minorité, nombreux furent les militants au cours de ces années à revendiquer le droit au respect. Sans doute le philosophe Richard Rorty avait-il raison lorsqu’il déclarait que la Nouvelle Gauche avait contribué à combattre le sadisme dont la société américaine était porteuse.

39Trop rares cependant furent les militants de la Nouvelle Gauche (qui vivaient et travaillaient pour la plupart sur des campus ou dans des quartiers hippies) à réfléchir à la construction d’une coalition électorale suffisamment large pour véritablement peser sur le débat politique. Ces militants ne cherchèrent pas non plus à rallier à leur mouvement ces Américains qui n’étaient pas satisfaits de leurs conditions de travail et étaient opposés à la guerre au Vietnam, mais ne souhaitaient pour autant pas rompre avec le nationalisme et les valeurs religieuses qui étaient les leurs. On peut dire qu’en cela les illusions dont se berçaient les militants de la Nouvelle Gauche furent plus grandes encore que celles qui avaient animé les militants communistes dans les années 1930 et 1940. Ces derniers voyaient un modèle en Joseph Staline, tout en comprenant aussi la nécessité de s’associer à des organisations non marxistes. Pour la Nouvelle Gauche, en revanche, critiquer l’autorité était plus important que construire un nouveau programme politique. Bien qu’il ait eu d’importantes conséquences sur les mœurs sexuelles, les droits des femmes, les relations raciales, et la vie universitaire, on peine à trouver dans le radicalisme de la Nouvelle Gauche, à l’instar du radicalisme des années 1930, les ferments d’une future contestation.

  • 28  Howard Zinn, A People’s History of the United States, New York, 2003, p. 632.

40Des critiques de la société américaine nées de la perspective de la Nouvelle Gauche, l’ouvrage de Howard Zinn, A People’s History of the United States, est certainement le plus connu. Publié en 1980, maintes fois réédité, le livre de Howard Zinn est un classique dont nombre de professeurs de lycée et d’université recommandent la lecture. Malheureusement, A People’s History of the United States est un livre décevant et cynique, fondé sur la rhétorique du complot. Selon Zinn, 99 % des Américains partagent un « socle commun » de valeurs incompatibles avec les intérêts de leurs dirigeants, mais depuis la fondation de la république américaine les élites politique et économique se sont employées à dissimuler cette réalité, et sont parvenues à entraver chaque tentative de construire une société plus démocratique et tolérante aux USA28.

41Montrer les faiblesses de la thèse développée par Zinn n’est guère difficile, mais il est plus intéressant de chercher à comprendre pourquoi ce livre a connu un tel succès, et ce que cette popularité implique pour l’avenir de la gauche américaine. Ce livre comble en fait un vide, car depuis les années 1970, la gauche américaine a vécu des temps difficiles. Après Nixon, Reagan et Bush, trois présidents républicains conservateurs, la Maison-Blanche a été occupée par un démocrate centriste qui a cédé sa place à un autre républicain conservateur. Dans le même temps, le socialisme a soudainement disparu de la scène internationale, et la gauche, tout comme les libéraux, lutte depuis lors pour préserver les acquis des luttes précédentes au lieu d’imaginer et de combattre pour de nouvelles idées. Dans un tel contexte, A People’s History apparaît comme une forme de consolation intellectuelle : « Le modèle américain est le système le plus ingénieux de contrôle des esprits jamais créé », assure Zinn. Ainsi le « peuple » ne peut sortir victorieux de son combat contre les élites, sauf s’il conduit une révolution. En revanche, les Américains ont les moyens de comprendre ce que cet ordre politique vieux de quatre cents ans a de diabolique, et c’est cette compréhension qui, in fine, permettra leur victoire. Certes, A People’s History n’est jamais qu’un ouvrage, et les historiens savent que l’on ne peut fonder une conclusion sur une seule source, mais la signification de l’influence de Howard Zinn dépasse son ouvrage : elle suggère en effet que l’on est peut-être entré dans un nouvel âge de la gauche américaine. Pour la première fois, la gauche se perçoit et se définit uniquement comme un projet culturel et non un projet politique passant par la construction d’organisations et la mobilisation de militants afin de peser sur les débats législatifs, et enfin de prendre le pouvoir politique.

42En effet, on note aujourd’hui que la contestation culturelle se porte bien. À l’instar de Zinn, d’autres voix dénoncent vigoureusement les structures autoritaires de la société et tentent de leur ôter leur légitimité : Matt Groening dans Les Simpsons, Tony Kushner dans Angels in America, Michael Moore dans ses documentaires et Noam Chomsky dans ses ouvrages. De manière significative, tous ces auteurs firent leur éducation politique au sein de la Nouvelle Gauche. En revanche, le radicalisme politique a pratiquement disparu et, si les difficultés croissantes des républicains dans les années 2004-2008 ont permis aux partisans du libéralisme de revenir aux affaires, la gauche, elle, reste invisible.

43Sans doute le style acerbe de ces critiques est-il à la fois un symptôme et un élément essentiel du problème auquel la gauche américaine doit faire face. La culture politique du Front Populaire était fondée sur les valeurs de la démocratie sociale et du modernisme. Ses défenseurs ont permis la diffusion de ces valeurs à travers la société américaine et le monde occidental. Mais les hérauts actuels de la gauche culturelle américaine, Moore, Zinn et Chomsky par exemple, diffusent une critique sociale empreinte d’une forte amertume qui pourrait facilement mener au cynisme et au renoncement à participer à la vie de la cité. S’ils expliquent fort bien les raisons pour lesquelles il faut rejeter la société américaine contemporaine et son organisation politique, ils ne disent en rien comment l’on pourrait en construire une meilleure. La gauche américaine pourrait ainsi disparaître faute d’être capable de dessiner les contours d’un futur meilleur.

  • 29  C’est à Saul Alinski que l’on doit l’expression community organizer. Voir Michael C. Behrent, « Sa (...)

44Cependant nous ne sommes pas à la fin de l’Histoire. L’on peut aujourd’hui entrevoir dans le mouvement contre le réchauffement climatique ou la division mondiale du travail les prémices d’une nouvelle vague de contestation. Plus encore, un impressionnant mouvement social a permis, à l’automne 2008, l’élection de Barack Obama. L’espace d’une campagne, un grand nombre de radicaux ont laissé leur scepticisme de côté pour participer à une entreprise politique dont les chances de succès étaient réelles. À bien des égards, Obama était le candidat idéal pour séduire une gauche condamnée aux marges du débat politique depuis les années 1970. Issu d’un milieu multi-racial, Obama avait organisé des manifestations anti-apartheid lorsqu’il était étudiant, puis avait travaillé comme community organizer, à Chicago, un travail de militantisme local qui s’inscrit dans une tradition remontant à Saul Alinski, sociologue qui organisait les habitants des quartiers pauvres de Chicago dans les années 194029. Par ailleurs Obama a souvent exprimé son respect à l’égard des mouvements sociaux américains, de l’abolitionnisme au mouvement syndical et au féminisme. Cependant, comme l’on pouvait s’y attendre, la politique menée depuis son arrivée à la Maison-Blanche a perdu ces accents radicaux, et reflète plutôt les intérêts de centristes de la plupart des électeurs et des élus du Parti démocrate. La gauche américaine a achevé de couper les liens qui l’unissaient au marxisme et aux politiques identitaires, les sources idéologiques des mouvements sociaux des années 1930 et 1960. Ses militants essaient désormais à leur tour de penser un autre monde et cherchent les moyens de le réaliser. Un monde meilleur n’est peut-être pas encore à venir, mais il existe au moins une nouvelle culture contestataire capable d’en imaginer un.

Haut de page

Notes

1  Le SDS, fondé en 1962, appartient à la nébuleuse de la Nouvelle Gauche, mouvement estudiantin qui prend son envol avec le free speech movement à Berkeley en 1964. Le programme politique de se mouvement comporte quatre éléments essentiels : la défense de la paix dans le monde, la lutte pour les droits civiques, une évolution du système économique pour arriver à redistribution des richesses, et l’élargissement du domaine d’intervention de l’État dans la société. Le refus de s’organiser en parti politique et les dissensions internes ne permirent pas au mouvement de s’imposer durablement. Voir W.J. Rorabaugh, « Contestation de l’autorité, aspiration communautaire et lutte politique dans les années 1960 : l’exemple de la Nouvelle Gauche, du Black Power et du Féminisme » (trad.. R. Huret) in Jean Heffer, Pap N’diaye et François Weil, (dir.), La démocratie américaine, Paris Belin, 2000, p. 235-263.

2  Aux États-Unis, depuis le New Deal, le terme liberal fait référence à l’idéologie réformatrice prônée par le parti Démocrate. Au cours du xxe siècle les libéraux américains ont construit deux édifices législatifs importants : le New Deal dans les années 1930, et la Grande Société du président Johnson dans les années 1960.

3  Noam Chomsky (1928-), professeur de linguistique au MIT, célèbre pour sa critique de l’impérialisme américain en général et son analyse des attentats du 11 septembre. Voir Noam Chomsky, 9/11, New York, Open Media, 2001.

4  Antonio Gramsci, Carnets de prison, Paris, Gallimard, 1978.

5  J.F.C. Harrison, Quest for the New Moral World : Robert Owen and the Owenites in Britain and America, New York, Charles Scribner’s Sons 1969, p. 249.

6  Werner Sombart, Why is there no Socialism in the United States ? À ce sujet, voir le colloque organisé à l’EHESS en 1984 et les publications qui en ont suivi, Jean Heffer, dir., Pourquoi n’y a-t-il pas de socialisme aux États-Unis, Paris, 1984.

7  Christopher Lasch, The Agony of the American Left, New York, Vintage, 1969, p. viii-ix.

8  Lawrence Goodwyn, Democratic Promise : The Populist Moment in America, New York, Oxford University Press, 1978. Mari Jo Buhle, Women and American Socialism 1870-1920, Urbana, The University of Illinois Press, 1983 ; Robin Kelley, Hammer and Hoe, Chapel Hill, The University of North Carolina Press, 1990 et Race Rebels, New York, The Free Press, 1994. Michael Denning, The Cultural Front, New York, Verso, 1998.

9  Le terme mouvement populiste fait référence aux mouvements de protestation qui se développent dans l’Amérique rurale de 1870 jusqu’à la fin du siècle. Réunis sous la bannière du parti du Peuple à partir de 1892, ces mouvements se caractérisent par la promotion de la monnaie argent, une défense de l’ouvrier et fermier libre et indépendant, et une forte opposition au capitalisme sauvage et aux grandes firmes qui le dominent.

10  En 1932, année ou Roosevelt est élu à la Maison-Blanche, le Socialist Party of America comptait 17 000 membres, et son candidat, Norman Thomas, reçut 2,2 % des suffrages. Quant au parti communiste, on estime que dans les années 1930 il ne dépassait pas 80 000 adhérents. Voir Ellen Shrecker, Many Are the Crimes, Princeton, Princeton University Press, 1998.

11  À ce sujet, voir l’ouvrage de Richard Flacks, Making History : The American Left and the American Mind, New York, 1988.

12  Irwin Silber, Press Box Red : The Story of Lester Rodney, the Communist Who Helped Break the Color Line in American Sports, Philadelphie, Temple University Press, 2003.

13  Dans Uncle Tom’s Cabin, l’ouvrage le plus vendu aux USA au xixe, Harriet Beecher Stowe fit voler en éclats le mythe du maître d’esclaves bienveillant, et galvanisa ainsi la cause abolitionniste, à tel point que certains contemporains virent dans son ouvrage les origines de la guerre de Sécession (Harriet Beecher Stowe, Uncle Tom’s Cabin, Boston, John p. Jewett, 1852). En 1888, l’utopiste Edward Bellamy décrivait quant à lui la société américaine de l’an 2000, où un Américain issu de l’Amérique de 1887 découvrait les bienfaits du socialisme. L’ouvrage eut un impact retentissant, et de nombreux groupes de lecture, les « Bellamy clubs », furent créés pour discuter de l’ouvrage. Voir Alex McDonald, dir, Looking Backward, 2000-1887, New York, Broadview Press, 2003.

14  Doug McAdam, Political Process and the Development of Black Insurgency, 1930-1970, Chicago, The University of Chicago Press, 1970.

15  Avocat de formation et orateur exceptionnel, William Jennings Bryan, député du Nebraska, électrise l’assemblée de la convention du Parti démocrate de 1896 avec un discours où il tance ses adversaires et les somme de « ne pas crucifier l’humanité sur une croix d’or ». Farouchement opposé au capitalisme débridé qui caractérise l’Amérique de fin de siècle, William Jennings Bryan n’en était pas moins un fervent chrétien, ce qui explique qu’il fut l’avocat de l’État du Tennessee dans le fameux « procès du singe » en 1925. Un professeur de biologie, John Scopes, fut alors condamné pour avoir violé une loi du Tennessee interdisant l’enseignement de la théorie de l’évolution. À ce sujet, voir Michael Kazin, A Godly Hero : The Life of William Jennings Bryan, New York, Knopf, 2006. On notera que Eugene Debs était le candidat du Socialist Party of America, crée en 1901 par une faction dissidente du Socialist Labor Party, alors dominé par Daniel De Leon, qui participa à la création des IWW. Sur les IWW, voir Mevyn Dubofsky, We Shall Be All (édition abrégée par Joseph A. McCartin), Urbana, University of Illinois Press, 2000.

16  Créée en 1886, l’American Federation of Labor (AFL) regroupe un grand nombre de syndicats d’ouvriers qualifiés. Elle se caractérise notamment par son opposition à l’immigration. Sur ce sujet voir Catherine Collomp, Entre classe et nation, Paris, Belin, 1998.

17  Par modernité culturelle, nous entendons une rupture avec les cadres moraux, rupture contemporaine de la rupture opérée dans l’expression artistique.

18  Autre figure de la gauche américaine, Louise Bryant (1885-1936) épouse John Reed avant de partir avec lui participer à la révolution bolchevique. Elle mourut à Sèvres en 1936.

19  L’article s’intitulait « Bryan on Tour », et fut publié le 20 mai 1916. Voir Michael Kazin, A Goldly Hero, p. 243-245.

20  Voir Rosenstone, Romantic Revolutionary, p. 107.

21  « A magazine with a sense of humor and no respect for the respectable : Frank, arrogant, impertinent, searching for the true causes : A magazine directed against rigidity and dogma wherever it is found : a magazine whose final policy is to do as it pleases and conciliate nobody, not even its readers. ». Mensuel publié de 1911 à 1917, The Masses proposait à la fois des chroniques des conflits ouvriers les plus importants de l’époque, mais aussi de la poésie, et des nouvelles. Parmi les auteurs, on trouve Richard B. Davies, qui introduisit l’art moderne aux États-Unis avec l’organisation de l’Armory Show en 1911. The Masses dut cesser sa publication en 1917 à cause de son opposition à la conscription. Il fut suivi par deux publications importantes dans l’histoire du socialisme américain : The Liberator et The New Masses.

22  Langston Hughes (1902-1967), éditorialiste, poète et dramaturge. Richard Wright (1908-1960), journaliste et écrivain noir américain, membre du Parti communiste, participa au vaste programme culturel lancé par le New Deal, le Federal Writers Project.

23  Né en 1860 en Lituanie, Abraham Cahan émigre en 1882 aux États-Unis, où il diffuse l’idée socialiste au sein de la communauté juive à travers le Jewish Daily Forward (aujourd’hui Forward), qui compte plus d’un quart de million de lecteurs dans les années 1930. Le dramaturge Tony Kushner est célèbre pour sa pièce Angels in America, plaidoyer en faveur des droits des homosexuels.

24  Journal publié sous l’égide de Ralph Ingersoll de 1940 à 1948, PM était diffusé à 165 000 exemplaires.

25  James T. Benson, Harry S. Truman and the Founding of Israel, p. 93.

26  Theodore Geisel, 1904-1991, polémique ainsi contre les fascistes, mais aussi contre les défenseurs de l’isolationnisme comme l’aviateur Charles Lindbergh.

27  Pour comprendre cette position, il convient de garder à l’esprit que le mouvement étudiant de la Nouvelle Gauche émergea en même temps que le mouvement pour les droits civiques, et qu’il était marqué d’un fort anti-institutionnalisme : il s’oppose notamment au Parti démocrate et aux syndicats de l’AFL-CIO, auxquels il reproche leur réformisme modéré et leur éloignement des individus qui nourrissent les mouvements sociaux.

28  Howard Zinn, A People’s History of the United States, New York, 2003, p. 632.

29  C’est à Saul Alinski que l’on doit l’expression community organizer. Voir Michael C. Behrent, « Saul Alinksy, la campagne présidentielle, et l’histoire de la gauche américaine », La vie des idées, 10/06/2008.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michael Kazin, « Repenser la gauche américaine », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 108 | 2009, 41-59.

Référence électronique

Michael Kazin, « Repenser la gauche américaine », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 108 | 2009, mis en ligne le 01 avril 2012, consulté le 29 mai 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1801

Haut de page

Auteur

Michael Kazin

Georgetown University

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page