Navigation – Plan du site
DOSSIER

L’américanisme de Reagan : brève histoire des politiques du patriotisme

Joseph A. McCartin
Traduction de Gabriel Lattanzio
p. 13-40

Résumé

Spécialiste d’histoire ouvrière et politique, Joseph A. McCartin est connu pour ses travaux sur les rapports entre l’État et les ouvriers pendant la Première Guerre mondiale (Labor’s Great War, 1998). Il revient dans cet article sur l’une des questions récurrentes à propos des États-Unis au xxe siècle : y a-t-il un exceptionnalisme américain, caractérisé par un consensus politique et un fort nationalisme ? En esquissant une histoire sociale et politique de la notion « d’américanisme » et de son utilisation au cours de l’histoire, McCartin met au jour des luttes peu apparentes aux regards européens, mais pourtant essentielles à la construction et à la légitimation des politiques publiques aux États-Unis.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

États-Unis

Chronologie :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

« Le problème est qu’ils n’ont aucune idée de ce que l’américanisme est vraiment, et sont trop bornés pour chercher eux-mêmes, bombardés qu’ils sont par des mensonges de toute part. »

W. J. Cash

« L’hégémonie est un travail difficile. »

  • 1  Cité dans George Lipsitz, « The Struggle for Hegemony, Journal of American History 75 : 1 (juin 19 (...)

Stuart Hall1

1Le 1er septembre 1980, Ronald Reagan lance officiellement, et d’une manière théâtrale typique, sa campagne présidentielle face à un candidat démocrate affaibli, Jimmy Carter. Sur fond de statue de la Liberté et de gratte-ciel, Reagan s’avance à grandes enjambées sur l’estrade, sous la chaleur torride de Liberty Park, le « Parc de la Liberté », à New Jersey City. Ne portant ni veste ni cravate, sa chemise blanche ouverte jusqu’au troisième bouton, ses cheveux, habituellement si impeccables, décoiffés par le vent qui frappe les drapeaux derrière lui, Reagan n’a jamais si bien incarné le héros de cinéma qu’à cet instant. En fin dramaturge, Reagan garde le meilleur pour la fin. Au terme d’un discours empreint de symbolisme patriotique, il demande à un vieil immigré polonais de le rejoindre sur le podium. Serrant la main de Stanislas Walesa, dont le fils est alors à la tête des travailleurs polonais de Solidarnosc en lutte contre le régime communiste, Reagan invite la foule à chanter un morceau bien connu, rendu populaire par Kate Smith durant la Seconde Guerre mondiale, « God Bless America ».

  • 2  Howell Raines, « Carter and Reagan Open Fall Race with Praise for the Polish Workers, New York Tim (...)

2Quelques semaines plus tôt, les stratèges démocrates ont exprimé leur soulagement à l’annonce de la victoire de l’« extrémiste de droite » Reagan sur son opposant plus modéré et, selon eux, plus dangereux dans la course à la nomination républicaine, George H. W. Bush. Nombre de ces mêmes stratèges ne voient dans ce début théâtral de la campagne qu’une mise en scène ringarde et attendent avec impatience la campagne de l’automne pour salir la réputation de leur adversaire en le dépeignant comme un extrémiste. Aucun des conseillers de Carter ne semble réaliser qu’à cet instant précis, à Liberty Park, Ronald Reagan vient apparemment d’unir les tropes les plus profondément enracinés dans la politique américaine, les symboles les plus puissants de la culture politique américaine : le patriotisme, la liberté, la foi religieuse, la vertu masculine, la fierté ouvrière, les aspirations des immigrants et un fort anticommunisme. Les démocrates ne se sont que peu préparés à faire face à Ronald Reagan et ne peuvent anticiper la large défaite qui les attend deux mois plus tard, notamment parce qu’ils ne comprennent plus le mot utilisé par les partisans de Reagan pour décrire le meeting de Liberty Park : un « rassemblement de l’américanisme2 ».

  • 3  Martin Anderson, Revolution, San Diego, Harcourt Brace Jovanovich, 1988, p. 6.
  • 4  Bruce Schulman, The Seventies : The Great Shift in American Culture, Society, and Politics, New Yo (...)
  • 5  Ronald Reagan, « Farewell Address to the American People, le 11 janvier 1989 », Public Papers of t (...)

3Les historiens s’accordent à parler de la « révolution reaganienne », expression d’ailleurs courante dans les discours des partisans de Reagan. « Ce qui se passe aux États-Unis, soutenait Martin Anderson, l’assistant de Reagan, est une révolution sans violence, non pas une révolution menée par les armes, mais une révolution de la pensée politique, une révolution d’idées3. » Pourtant, comme l’a récemment suggéré Bruce Schulman, il serait plus juste de parler non pas d’une « révolution reaganienne », mais d’un « Moment Reagan (Reagan Culmination)4 ». Reagan, en effet, n’a pas tant révolutionné la culture politique américaine qu’il a ravivé et reformulé ses plus anciens symboles et ses plus vieilles idées. « Ils l’ont appelé la révolution reaganienne, remarque-t-il quelques années plus tard dans son discours d’adieu, et je l’accepte, mais il m’a toujours semblé plus juste de parler d’une Grande Redécouverte : une redécouverte de nos valeurs et de notre bon sens5. » Cette redécouverte fut en effet une « moment » au sens politique, tant elle a correspond au moment où, pour la première fois depuis des décennies, les démocrates et les libéraux ont cessé de se revendiquer de l’américanisme et ont abandonné aux républicains l’entière liberté de l’employer. En effet, cet exploit idéologique, comme Reagan l’a compris lui-même, prendra une place centrale dans son héritage politique.

4Dans ce qui suit, je vais examiner les processus sociaux et politiques qui se conclurent par la formulation de l’« américanisme » de Reagan, esquisser les quelques traits essentiels de cet américanisme, et suggérer pourquoi ce n’est que maintenant, deux décennies après la présidence de Reagan, que cette puissante formulation commence à se désagréger. Appréhender les contours de cette histoire est en effet crucial pour comprendre l’état présent de la politique américaine.

Le caractère protéiforme de l’américanisme

  • 6  Cité dans Hans Kohn, American Nationalism : An Interpretive Essay, New York : Macmillan, 1957, p.  (...)

5Avant de nous intéresser à l’américanisme de Reagan, il convient de s’arrêter sur la notion d’américanisme elle-même. L’américanisme se réfère d’abord aux idéaux universels inscrits dans les textes fondateurs de la nation, élaborés et sujets à dispute plus de deux siècles durant. Cependant l’américanisme ne se réfère pas seulement à l’universel, mais également à quelque chose de distinct, d’exceptionnel et de différent quant aux États-Unis et à leur culture politique. Ainsi l’éminent historien Richard Hofstadter expliquait-il, dans une remarque restée célèbre, que « notre destinée en tant que nation a été de ne pas avoir d’idéologie, mais d’en être une6 ». De ce point de vue, l’américanisme est l’idéologie qui définit la nation.

  • 7  William Leggett cité dans Russell Hanson, The Democratic Imagination in America : Conversations wi (...)
  • 8  Carl Schurz, The Speeches of Carl Schurz, Philadelphia : J.B. Lippincott & Co., 1865, p. 66

6Pourtant, au cours de l’histoire, les Américains furent rarement unanimes quant à la nature de cette idéologie et sa signification. L’on peut en fait soutenir l’idée qu’aucun concept ou idéal n’a été plus protéiforme ou discuté que la signification de l’« américanisme ». Pendant plus d’un siècle, l’américanisme a été employé de façons multiples et variées pour évoquer de nombreuses choses contradictoires. Au début du xixe siècle, les références à l’américanisme suggéraient l’idéal de la « destinée manifeste », l’idée que les Blancs d’origine européenne avaient été envoyés par Dieu pour soumettre et contrôler un continent. Dans l’ère jacksonienne, les démocrates qui attaquaient les « riches, les fiers et les privilégiés » invoquaient l’américanisme en défense de leurs projets autant que les Whigs qui promettaient, eux, un « système américain » de forte taxation, une banque nationale et la croissance économique7. Dans les années 1850, les Know-Nothings du Parti Américain employaient ce terme dans leur campagne d’intolérance, attaquant les immigrés irlandais catholiques qu’ils accusaient de souiller les institutions démocratiques. Pourtant, durant ces mêmes années, l’américanisme fut aussi utilisé dans des appels à l’unité et à l’intégration. En effet, à la veille de la guerre de Sécession, le réformateur d’origine allemande et anti-esclavagiste Carl Schurz déclarait que l’américanisme allait finalement réunifier une nation qui alors se scindait. « L’américanisme réel, la tolérance et l’égalité des droits, prédit Schurz, va absorber pacifiquement tout ce qui n’est pas compatible avec les institutions américaines8. »

  • 9  « Foreigners Its Leaders », New York Times, le 6 juillet 1894, p. 9.
  • 10  Testem Benevolentiae Nostrae http://www.ewtn.com/library/PAPALDOC/L13TESTE.HTM, consulté le 15 fév (...)

7La guerre de Sécession, que Schurz appelait la « deuxième période révolutionnaire » de la nation, n’a pas plus mis fin au débat sur la signification de l’américanisme. Le défi lancé par Schurz, consistant à trouver une définition de l’« américanisme réel », dura pendant des décennies. Au début du xxe siècle, selon un témoignage contemporain, les militants anti-catholiques et anti-immigrés de l’Association Protectrice Américaine étaient tout entiers « agités par “l’américanisme”9 ». Pourtant, l’opposition catholique à l’APA se revendiquait elle-même de l’américanisme. En effet, certains catholiques américains s’étaient si puissamment emparés de l’idéal de l’américanisme que le pape Léon XIII avait trouvé nécessaire de condamner l’américanisme comme une hérésie : dans Testem Benevolentiae (1898), le pape réprouva vigoureusement l’américanisme, dans lequel il voyait une doctrine qui risquait d’obliger l’Église à « reformuler son enseignement en accord avec l’esprit de l’époque » et à « faire des concessions aux nouvelles opinions », mettant à mal son ancienne « doctrine qui appartient à l’héritage de la foi10 ».

  • 11  Gary Gerstle, American Crucible : Race and Nation in the Twentieth Century (Princeton, NJ : Prince (...)
  • 12  Cité dans Joseph A. McCartin, « An American Feeling : Workers, Managers, and the Struggle Over Ind (...)
  • 13  Alan McPherson, « Americanism against American Empire », dans Americanism : New Perspectives on th (...)
  • 14  James G. Ryan, Earl Browder : The Failure of American Communism (Tuscaloosa : University of Alabam (...)

8Au fil du xxe siècle, la bataille pour la définition de l’américanisme continua. Ainsi à la suite de la Première Guerre mondiale, le patronat, qui mit en œuvre un « plan américain » pour revenir sur les récentes avancées du mouvement ouvrier, comme les xénophobes, qui doutaient de la loyauté des immigrés, défendaient « un américanisme à 100 %11 ». Mais les travailleurs immigrés qui essayaient d’organiser des syndicats durant cette période cherchèrent aussi à s’approprier l’américanisme. Quand on demanda à un ouvrier du Massachussetts si ses sympathies pour le syndicat l’avaient amené à faire la grève en temps de guerre, celui-ci répondit : « d’une certaine façon, je n’avais aucune [sympathie syndicale], seulement, je pourrais dire, j’avais un sentiment américain, c’est tout… je n’avais pas beaucoup pensé… à ces trucs de syndicat12 ». Alors que le Travail et le Capital se battaient pour le contrôle de l’américanisme, impérialistes et anti-impérialistes en faisaient de même et cherchaient à définir leur cause comme l’américanisme réel13. Plus tard, les communistes et les anticommunistes firent vivre cet éternel combat. Quand les communistes inaugurèrent leur Front Populaire aux États-Unis dans les années 1930, ils prirent pour slogan « le communisme est l’américanisme du vingtième siècle » et quand le Congrès créa une commission pour enquêter sur l’influence croissante du communisme, les membres du Congrès l’appelèrent la Commission des Activités Non-Américaines14.

  • 15  Cité dans Hans Kohn, American Nationalism : An Interpretive Essay (New York : Macmillan, 1957), p. (...)
  • 16  Martin Robinson Delany, The Condition, Elevation, Emigration, and Destiny of the Colored People of (...)
  • 17  Nick Salvatore, Eugene V. Debs : Citizen and Socialist (Urbana : University of Illinois Press, 198 (...)
  • 18  Gary Gerstle, Working-Class Americanism : The Politics of Labor in a Textile City, 1914-1960 (New (...)
  • 19  Robert A. Gorman, Michael Harrington : Speaking American (New York : Routledge, 1995).

9De fait si, comme l’a écrit Hofstadter, le destin des États-Unis était « de ne pas avoir des idéologies, mais d’en être une », l’américanisme américain fut toujours en débat et susceptible d’être l’enjeu de luttes15. L’américanisme n’a jamais été l’exclusive propriété des conservateurs, xénophobes, anti-syndicalistes ou expansionnistes, car il fut souvent employé par les progressistes et même par les radicaux. En effet, l’histoire de la dissidence aux États-Unis est en grande partie une histoire de la façon dont les contestataires se sont appropriés l’américanisme pour défendre leur cause. Ainsi l’américanisme fut crucial jusque dans le nationalisme noir de Martin Robinson Delany, l’abolitionniste du xixe siècle qui rappelait aux Noirs comme aux Blancs que « notre pays à tous est les États-Unis ». Delany disait à ses camarades afro-américains : « Les États-Unis sont notre pays. Nous sommes américains, détenteurs de la citoyenneté par notre naissance, nous pouvons dire de ce pays qu’il est le nôtre, de la même façon que tous nos concitoyens, un droit naturel qui peut être dénié du fait de lois injustes, mais jamais annulé16. » Au début du xxe siècle, le socialiste John Spargo contribua à associer américanisme et adoption de lois sociales. Enfin, comme l’a démontré Nick Salvatore, le socialiste Eugene V. Debs incorpora quant à lui la rhétorique et la symbolique de l’américanisme dans sa vision d’une « république prolétarienne17 ». Les militants syndicaux à l’époque de la crise des années 1930 produisirent une version de l’américanisme similaire à celle de Debs. Comme l’a expliqué Gary Gerstle, ils étaient portés par un sentiment profond : « l’américanisme ouvrier18 ». Dans l’après-guerre, les radicaux continuèrent à se revendiquer de l’américanisme, à l’instar du plus éminent socialiste de l’époque, Michael Harrington qui, selon son biographe, savait « parler américain19 ».

L’américanisme conquis par la droite et abandonné par la gauche, 1945-1950

10Si l’américanisme fut le concept le plus protéiforme de la culture politique américaine jusqu’aux années 1950, il ne le resta pas au cours des trois décennies suivantes. Au moment où Ronald Reagan tient la main du père de Lech Walesa tout en chantant « God bless America » sous les auspices de la statue de la Liberté en ce jour étouffant de 1980, l’américanisme n’est plus l’objet de luttes entre les factions politiques. En 1980, les progressistes, les libéraux et de nombreux démocrates, sans même parler des radicaux, ont cessé de se revendiquer de l’américanisme. Au même moment, les conservateurs ont mené avec succès une bataille pour être les seuls à pouvoir se revendiquer de l’américanisme. Quand Reagan s’habille de « rouge, blanc et bleu » à son « rassemblement pour l’américanisme », la position de ses adversaires politiques est si délicate qu’il ne leur semble pas important de contester à Reagan l’exclusivité de l’américanisme.

  • 20  Cité dans Rosalind Moss, « Tangled in the Stars and Stripes », document en possession de l’auteur.
  • 21  Martin Luther King, Jr., « The Casualties of the War in Viet Nam », Los Angeles, Calif., le 25 fév (...)

11Pourtant, vingt ans plus tôt, le mouvement pour les droits civiques avait écrit le plus récent chapitre de la longue histoire de l’appropriation de l’américanisme au profit d’une cause politique. Quand des étudiants noirs s’engagèrent dans les premiers sit-in en 1960 à Greensboro, en Caroline du Nord, ils firent du drapeau américain leur arme symbolique. Confrontés à des Blancs hostiles portant le drapeau des Confédérés, les étudiants noirs répondirent en se réunissant derrière le drapeau américain. Répondant aux injonctions des Blancs qui leur criaient « Pour qui vous prenez-vous ? », les Noirs s’exclamèrent « nous sommes l’armée de l’union20 ». Quant à Martin Luther King, il fit mieux que personne de l’américanisme un outil pour le mouvement des droits civiques. King répétait souvent que tout ce qu’il voulait de l’Amérique, était qu’elle soit « fidèle à ce qu’elle disait sur le papier », aux idéaux de l’américanisme. Et quand King prit position contre la guerre du Vietnam, il formula son opposition une fois encore de manière à valoriser l’américanisme : « Je suis contre la guerre au Vietnam parce que j’aime l’Amérique », disait King. Son désir le plus profond était de « voir notre pays bien-aimé être l’exemple moral du monde21 ». À la fin des années 1960, cependant, la confiance avec laquelle King et d’autres réformateurs s’étaient revendiqués de l’américanisme s’effilocha. L’assassinat de King, la réaction croissante contre le mouvement des droits civiques au moment où le mouvement commençait à aborder l’insoluble question de l’injustice économique et l’impact pernicieux de la guerre du Vietnam sur la culture politique américaine radicalisèrent un certain nombre de personnes, provoquèrent une tendance grandissante au cynisme et au désespoir, et ébranlèrent la foi de beaucoup quant au caractère progressiste de l’américanisme.

  • 22  Sally Belfrage, Un-American Activities : A Memoir of the Fifties (New York : HarperCollins Publish (...)
  • 23  http://www.historicaldocuments.com/BallotortheBulletMalcolmX.htm

12Les tumultueuses années 1960, au cours desquelles Ronald Reagan abandonna son statut d’acteur de second rang pour se lancer en politique et aspirer aux plus hautes fonctions depuis son poste de gouverneur de Californie, furent celles d’un rejet croissant de l’américanisme. Au fil de la décennie, les militants sur les campus devinrent de moins en moins susceptibles de considérer leur action comme une défense de l’américanisme. Au contraire, comme Sally Belfrage, qui choisit pour titre de ses mémoires Les activités non-américaines, ils finirent par se percevoir comme des adversaires de l’américanisme22. Les militants antiracistes également insistèrent de moins en moins souvent sur la contradiction entre l’américanisme et Jim Crow et à l’inverse virent de plus en plus un rapport entre les deux. « Je ne suis pas américain. Je suis un de ces 22 millions de Noirs qui sont victimes de l’américanisme », dit Malcolm X à un public de Cleveland (Ohio), en 1964. Il continua : « Je ne suis pas ici pour vous parler en tant qu’Américain, ou en tant que patriote, ou quelqu’un qui salue le drapeau, quelqu’un qui agite son drapeau. Je vous parle ici en tant que victime de ce système américain. Et je vois l’Amérique par le regard de la victime. Je ne vois aucun rêve américain. Je vois un cauchemar américain !23 »

  • 24  William Carlos Williams, « To Elsie » or « The pure products of America/go crazy » (1923) de Willi (...)
  • 25  Abbie Hoffman, Woodstock Nation (New York : Vintage Books, 1969), quatrième de couverture.

13À la fin des années 1960, les radicaux ne croyaient plus que l’Amérique puisse être réformée par des appels à ses idéaux les plus élevés, comme les contestataires américanistes l’avaient fait par le passé. Au contraire, ils commencèrent à associer l’américanisme en lui-même à des politiques irrémédiablement et profondément malveillantes. À l’instar du poète William Carlos Williams, ils commencèrent à « exprimer avec des cerveaux brisés la vérité sur nous-mêmes », la vérité qui établit que « les purs produits de l’Amérique deviennent fous24 ». Ainsi, Abbie Hoffman, le fondateur iconoclaste du Parti International de la Jeunesse, les « Yippies », rejetait explicitement le mythe de l’Amérique, épelant le nom de son pays avec un k à la consonance fasciste. « Nous ne devrons pas vaincre l’Amérike en organisant un parti politique, déclara Hoffman. Nous le ferons en construisant une nouvelle nation, une nation aussi robuste que la feuille de marijuana25. »

  • 26  « The Trial of Abbie Hoffman’s Shirt by the United States Government », The Realist, November 1968 (...)
  • 27  Simon Hall, Peace and Freedom : The Civil Rights and Antiwar Movement in the 1960s (Philadelphia : (...)

14Ayant conclu qu’ils devaient bâtir une nouvelle nation, nombre de radicaux se donnèrent alors pour objectif de subvertir consciemment le pouvoir des symboles traditionnels de l’américanisme sur les consciences. Hoffman lui-même fut poursuivi en 1968 pour avoir porté un tee-shirt à l’effigie du drapeau américain en violation de la loi. Hoffman espérait montrer que les manifestations contre la guerre agissaient « dans la tradition américaine » alors même que les manifestants subvertissaient un américanisme qu’il estimait en soi belliqueux26. Le drapeau lui-même fut de plus en plus utilisé pour des actes de subversion culturelle par un nombre important de radicaux et de militants de la contre-culture dans la deuxième moitié des années 1960. Ken Kesey et ses « Merry Pranksters », ses joyeux farceurs, par exemple, adoraient tourner en ridicule le symbolisme patriotique. Pendant un célèbre voyage à travers le pays dans son bus psychédélique, immortalisé par Tom Wolfe avec son roman Acid Test, Kesey apparut régulièrement comme un personnage auquel il donna « un kilt rose, comme une mini-jupe, et des chaussettes roses, et des chaussures en cuir, et des lunettes de soleil roses, un drapeau américain autour de la tête comme un gros turban et tenu en place par une flèche », et qui divertissait les passants avec sa flûte. Alors que Kesey jouait le rôle de « Capitaine Drapeau », les pacifistes distribuaient des drapeaux sur lesquels le signe du dollar remplaçait les étoiles, Jimi Hendrix réinterprétait l’hymne national à coup de riffs psychédéliques pour la génération de Woodstock, et les athlètes noir-américains, Tommie Smith et John Carlos, utilisaient les Jeux olympiques de 1968 pour exposer la répression américaine en faisant le salut du Pouvoir Noir, tête inclinée et poings gantés de noir levés vers le ciel au moment où l’on hissait les drapeaux pendant la cérémonie de remise des médailles. Pour certains, il n’y avait qu’un pas entre le rejet de l’américanisme raciste et chauvin et la participation à des manifestations contre la guerre du Vietnam sous la bannière des Viêt-Congs en chantant « Ho, Ho, Ho Chi Minh, le FLN va gagner !27 ». De toute évidence, les médias exagérèrent toujours le nombre de manifestants qui étaient allés jusqu’à prôner la défaite de l’armée américaine. Mais il ne fait aucun doute qu’à la fin des années 1960, l’américanisme n’était plus un cadre utile dans lequel inscrire une critique radicale.

  • 28  Richard Rovere, Senator Joe McCarthy (New York : Harcourt, Brace, 1959).
  • 29  Vital center : terme inventé par l’historien Arthur Schlesinger pour désigner et prôner tout à la (...)
  • 30  Harry S. Truman, « Address at the Dedication of the New Washington Headquarters of the American Le (...)

15Il serait erroné, en revanche, de conclure que la gauche radicale était la seule à prendre ses distances par rapport à l’américanisme. Les libéraux commencèrent également à affirmer leurs différences par rapport à l’américanisme à la fin des années 1960, car ils craignaient désormais que l’américanisme et le libéralisme soient devenus, en fait, incompatibles. Les libéraux avaient vu avec quelle efficacité les démagogues avaient soufflé sur les flammes de l’intolérance durant la Guerre Froide. Le « mccarthysme, disait le sénateur McCarthy à son public du Wisconsin en 1952, n’était rien d’autre qu’un “américanisme avec les manches retroussées” ». Quant à Fulton Lewis Jr., le présentateur radio des années 1950 que Richard Rovers avait surnommé le « muezzin officiel de McCarthy28 », il expliquait que « pour beaucoup d’Américains, le mccarthysme est l’américanisme ». À l’origine, les libéraux qui s’identifiaient avec ce qu’Arthur Schlesinger Jr. appelait « le Centre Vital29 » s’opposaient à cette équation, affirmant que le mccarthysme était contraire à l’américanisme. Le président Harry Truman se risqua ainsi à remettre en cause les menaces pesant sur le pays : « l’américanisme est sous les coups du communisme, à l’intérieur du pays et à l’étranger », reconnut-il dans un discours radiophonique national au plus fort des déclamations de McCarthy. Cependant, prévenait Truman, « l’américanisme est menacé d’une autre façon. Il est menacé par certaines personnes dans ce pays qui proclament bruyamment qu’ils en sont les premiers défenseurs ». Or, expliquait Truman, « l’américanisme réel implique que nous protégions la liberté de parole […] nous allons défendre le droit des personnes à dire ce qu’elles pensent, quel que soit le degré de nos désaccord avec elles30 ».Pourtant, quand Truman quitta son poste, McCarthy était bien plus populaire que lui. Les libéraux s’étaient peut-être finalement débarrassés de la menace McCarthy à la suite de la désastreuse enquête menée par le sénateur sur l’armée en 1954, mais leur foi dans le caractère libéral de l’américanisme avait été profondément ébranlée.

  • 31  Reinhold Niebuhr, « Redeemer Nation to Super-Power », New York Times, 4 décembre 1970, p. 47.

16La lecture que faisaient les libéraux de l’histoire de la Seconde Guerre mondiale et du fascisme affaiblit un peu plus leur confiance en tout ce qui était lié au nationalisme. Finalement, la débâcle que constitua la guerre du Vietnam porta un coup fatal à ce qu’il pouvait rester chez eux de foi en l’américanisme. Dans un de ses derniers écrits avant sa mort, l’éminent théologien du libéralisme Reinold Niebuhr condamnait ce qu’il appelait la vision de l’Amérique comme « nation rédemptrice » et sa propension à tendre vers une « appréciation satisfaite de ses vertus nationales ». Niebuhr pensait que cette vision avait mené le pays dans une guerre désastreuse. À travers l’histoire de la nation, expliquait-il, le « hiatus… entre nos idéaux et les ambiguïtés de l’exercice du pouvoir » s’était dessiné de plus en plus nettement, notamment « quand la jeune et petite “nation rédemptrice” devint une des deux superpuissances nucléaires ». Les dangereuses politiques auxquelles menait la promesse de rédemption étaient désormais manifestes, le gouvernement américain dépensant « des milliers de vies et des milliards de dollars dans une guerre futile en Indochine ». L’exceptionnalisme américain était alors clairement dangereux pour le monde. « Notre passé en tant que nation vertueuse est en fait parsemé de tant d’erreurs, concluait Niebuhr, que de toute évidence, nous devons cesser de remercier Dieu de ne pas être comme les autres nations31. »

  • 32  Ernest Tuveson, Redeemer Nation : The Idea of America’s Millennial Role (Chicago : University of C (...)

17Universitaires et érudits participèrent aussi à ce rejet. Plusieurs historiens, comme Ernest Turveson ou William Appleman Williams, attirèrent l’attention sur la nature agressive de la politique étrangère américaine, de la guerre mexicano-américaine à celle du Vietnam, et reliaient ces tendances à des tropes profonds du caractère politique américain. Quant aux partisans de la nouvelle histoire sociale, ils commencèrent à dénoncer le fait de concevoir les Américains comme ayant un seul et même caractère, les mêmes idéaux, ou même une histoire unique. Pour comprendre la nation, expliquaient-ils, il valait mieux s’intéresser à ses parties  à travers les expériences des immigrants, des Afro-américains, des travailleurs et des femmes  que l’analyser comme un tout. Plutôt que d’identifier et d’explorer les emplois d’idéaux nationaux communs, les historiens sociaux des années 1970 se fixèrent comme objectif de faire apparaître les histoires distinctes des groupes sociaux de leur choix, regardant l’histoire « par en bas32 ».

  • 33  John Prine, « Your Flag Decal Won’t Get You Into Heaven Anymore », Cottillion/BMI, 1971.
  • 34  Ernest Tubb, « It’s America (Love it or Leave It), dans A Good Year for the Wine (1970). De façon (...)
  • 35  http://www.cowboylyrics.com/lyrics/haggard-merle/fightin-side-of-me-496.html, consulté le 22 févri (...)
  • 36  Scott Guenter, « The Hippies and the Hardhats : The Struggle for Semiotic Control of the Flag in t (...)

18Alors que les radicaux, les libéraux et les intellectuels prenaient progressivement leurs distances avec la notion d’américanisme au début des années 1970, les conservateurs au contraire organisèrent une puissante campagne pour accaparer les symboles les plus patriotiques qui, à ce moment‑là, embarrassaient leurs adversaires. Tandis que le conflit au sujet de la guerre du Vietnam s’aggravait, les conservateurs passèrent à l’offensive. La première salve dans ce que l’on peut appeler la « guerre du drapeau » vint probablement d’un journal conservateur favorable à la guerre, le Reader’s Digest, qui inclut un drapeau à décalquer dans chaque copie de son numéro de février 1969. De façon prévisible, les militants anti-guerre accueillirent avec mépris ce qu’ils comprenaient comme une manifestation de chauvinisme. Le chanteur de folk John Prine parodia le stratagème du Reader’s Digest, en chantant « votre drapeau à décalquer ne va plus vous mener au paradis/ils ont déjà trop de personnes là-haut à cause de votre sale petite guerre33 ». Mais Prine n’eut pas le dernier mot à ce sujet. Quand l’auteur-compositeur de musique country Merle Haggard fit sortir son single « Okie from Muskogee », le 15 novembre 1969, il souhaitait, lui aussi, se moquer de ce patriotisme exacerbé. Haggard chantait : « Nous ne fumons pas de marijuana à Muskogee ; nous ne prenons pas nos trips sous LSD ; nous ne brûlons pas nos ordres d’incorporation sur Main Street, nous aimons vivre dans le juste et être libre… ; je suis fier d’être un Okie de Muskogee ; un endroit où même les ringards peuvent s’éclater ; notre vieux et glorieux drapeau flotte toujours devant notre palais de justice ». Cependant le public n’entendit pas cette ironie : ils en firent immédiatement le titre le plus vendu à travers le pays. D’autres chanteurs de musique country y reconnurent une formule gagnante. En 1970, Ernest Tubb fit sortir « It’s America (love it or leave it) », « C’est l’Amérique (tu l’aimes ou tu la quittes)34 », et Haggard à son tour répondit à Tubb avec un autre succès de son cru : « Walkin’on the Fightin’Side of Me », aux paroles sans équivoque : « J’ai lu quelque chose au sujet d’un type cinglé ; qui prétend qu’il ne croit pas qu’on ait besoin de se bagarrer ; et je me demande juste combien de temps ; nous autres on va pouvoir se dire libres. » Répondant à Tubb, il continuait : « Si tu ne l’aimes pas, quitte-le, fais en sorte que cette chanson soit un avertissement ; quand ils s’attaquent à mon pays, mec, ils me donnent envie de prendre part à la bataille35. » En mai 1970, des travailleurs du bâtiment à New York montrèrent à leur tour un penchant à la bagarre : brandissant des drapeaux et des massues, ils attaquèrent des étudiants anti-guerre dans les rues de la ville36.

  • 37  Henry Mitchell, « Ehrlichman’s View : His Adventures in the Flag Lapel Pin Years », Washington Pos (...)
  • 38  New York Times, le 11 octobre 1970, p. 1.

19Le président Richard Nixon perçut dans tout cela une belle occasion de bénéficier de l’aura du drapeau et de remettre en cause implicitement l’américanisme de ses adversaires. Nixon invita des dirigeants syndicaux de l’industrie du bâtiment à la Maison-Blanche où ils lui offrirent un casque orné du drapeau. Nixon confia ensuite au vice-président, Spiro T. Agnew, la mission d’attaquer les « libéraux radicaux » et les « baratineurs champions du scepticisme » au sein des médias et demanda à son équipe à la Maison-Blanche d’arborer des pin’s représentant le drapeau américain. Les pin’s devinrent soudainement des accessoires impératifs à la Maison-Blanche. L’assistant de Nixon, John Ehrlichman, qui n’adhéra jamais à l’idée des pin’s, fut tout d’un coup sommé de s’y soumettre. Ce dernier expliqua plus tard qu’à chaque fois qu’il oubliait de porter le pin’s, Nixon « [le] regardait fixement, là où le drapeau manquait » et « le jour suivant, un autre exemplaire du drapeau lui était livré » à son bureau37. De tels pins étaient rarement portés aux États-Unis avant 1970, mais ils devinrent bientôt omniprésents, et dès la fin de l’année, les départements de police à travers le pays commencèrent à ajouter un patch aux couleurs du drapeau aux manches des uniformes des officiers pour symboliser la loi et l’ordre. On vit même des hommes politiques comme le démocrate candidat au Sénat, Adlai E. Stevenson III de l’Illinois, prendre l’initiative de porter le drapeau sur leur veston pour éviter tout soupçon de manquement au patriotisme38.

  • 39  Bill Maxwell, « The Archie Bunker Paradigm », St. Petersburg Times, le 1er février 2004.
  • 40  Richard Cohen, « Whose Flag Is It Anyway ? » Washington Post, le 13 octobre 1988, section A p. 19.

20Contrairement à Stevenson, la plupart des libéraux ne virent dans un tel étalage de symbolisme patriotique qu’artifice et manipulation. La victoire écrasante de Nixon contre George McGovern en 1972 donna aux conservateurs toute la latitude nécessaire pour s’approprier l’américanisme et son symbolisme. Ce qu’un journaliste avait appelé « le paradigme d’Archie Bunker de l’américanisme », en référence à un programme télévisé populaire qui incarnait la réaction conservatrice, était clairement en phase ascendante39. En retour, nombre de libéraux et de progressistes étaient désenchantés à l’instar du journaliste libéral Richard Cohen : « Durant la guerre du Vietnam, le drapeau américain m’avait été confisqué, à moi et de nombreux autres. Notre drapeau est devenu la bannière de politiciens va-t-en-guerre, de rassemblements politiques qui se croient patriotes, du bête et malhonnête chauvinisme de Richard Nixon. Mon drapeau alors n’était plus un emblème de l’unification, mais un symbole de la division partisane40. »

  • 41  Robert D. McFadden, « Cheers Resound Across the Nation », New York Times, le 23 février 1980, p. 1 (...)
  • 42  Barbara Basler, « Lake Placid Goes Wild in Rejoicing », New York Times, le 25 février 1980, sectio (...)
  • 43  Dudley Clendinen, « U.S. Hockey Victory Stirs National Celebration, » New York Times, le 25 févrie (...)
  • 44  Robert D. McFadden, « Cheers Resound Across the Nation, » New York Times, le 23 février 1980, p. 1 (...)

21Pourtant il fallut attendre les années 1970 pour que le symbole du drapeau et les appels à l’américanisme commencent à transcender les frontières entre les conservateurs et les opposants à la guerre du Vietnam, devenant un support adéquat à la mobilisation de véritables majorités politiques. La crise pétrolière, la stagflation, l’invasion de l’Afghanistan par l’URSS en 1979 et la crise des otages en Iran qui commença cette même année instillèrent des sentiments d’anxiété et blessèrent l’amour-propre de beaucoup d’Américains. Ces sentiments se cristallisèrent en une massive vague de ferveur patriotique lors de la victoire de l’équipe américaine de hockey, le « miracle sur glace », contre l’URSS le 22 février 1980, aux Jeux olympiques de Lake Placid. L’équipe américaine battit une équipe russe largement favorite qui avait gagné quatre titres d’affilée et avait également battu les Américains 10 à 3 dans un match amical quelques semaines plus tôt. Dans le public ce jour-là, les drapeaux étaient brandis, et les fans chantèrent « God Bless America ». Selon le New York Times, « c’était comme si l’Amérique avait par miracle, de façon inexplicable, remporté la Guerre Froide ». On rapporte qu’un fan de hockey cria « laissez-leur l’Afghanistan, on a eu l’or !41 ». D’après un témoignage, quelques minutes après la victoire historique de l’équipe, les rues de Lake Placid grouillaient de monde et « des centaines de drapeaux américains dansaient par-dessus une mer de monde, et les Jeux olympiques ressemblaient à une parade du 4 Juillet. Les cloches sonnaient, les enfants s’enthousiasmaient, les bannières remuaient au vent, et la foule commença à chanter “nous sommes les numéro 1” » ainsi que le refrain de “God Bless America”42 ». De telles manifestations eurent lieu dans tout le pays. Lorsque la victoire de l’équipe fut annoncée durant une représentation au Radio City Music Hall de New York, « la foule se leva, applaudit à tout rompre et commença à chanter l’hymne national ».L’orchestre s’y joignit et comme le remarqua un observateur « nous avons connu deux ou trois minutes de joie absolue ».À Kansas City, le public interrompit le match de basket-ball professionnel auquel il assistait quand il apprit la nouvelle et chanta spontanément l’hymne national43. Le New York Times rapporta que « les klaxons de voiture résonnaient à plein volume, les cloches sonnaient, il y avait partout des feux d’artifice et des cris de joie s’entendaient à travers tout le pays » tandis qu’à New York « des gens qui ne se connaissaient pas s’embrassaient dans les bars et chantaient “Dieu bénisse l’Amérique”44». Le terreau était désormais fertile pour le candidat qui saurait comment faire vibrer la corde patriotique de l’américanisme, Ronald Reagan.

L’américanisme et la révolution reaganienne

  • 45  Robert William Fogel, The Fourth Great Awakening & the Future of Egalitarianism (Chicago : Univers (...)

22L’Amérique que Ronald Reagan souhaitait diriger en 1980 était toujours divisée par l’héritage des conflits raciaux des années 1960 et 1970. C’était également une nation où les tensions de classe allaient croissant. Le pays était sur le point de connaître les premières affres de la globalisation, la désindustrialisation commençait à menacer l’emploi au sein du poumon industriel du pays, et la stagflation avait plus mis à mal les conditions d’existence de la classe ouvrière qu’à n’importe quelle autre époque depuis la Grande Dépression. L’Amérique entrait aussi dans ce que Robert Fogel a appelé « le quatrième Grand Réveil », un vaste regain d’intérêt pour la religion, mené par les chrétiens évangéliques et nourri par l’insécurité économique, les bouleversements culturels associés aux années 1960, et le renouveau des anciennes impulsions religieuses américaines45. Le succès politique de Reagan dépendait de l’élargissement de la base traditionnelle du Parti républicain en visant les Blancs du Sud, les Reagan Democrats, cols-bleus, et les chrétiens politisés affectés par ces évolutions. Cependant réunir pareille coalition ne fut pas une tâche facile. Reagan devait attirer les Blancs du Sud sans recourir aux positions ouvertement racistes qui avaient empêché le gouverneur de l’Alabama George Wallace de construire une base partisane nationale dans les années 1960 et 1970. Il devait aussi séduire les démocrates d’origine ouvrière et de couleur désabusés, par des moyens qui ne devaient pas offenser leurs sympathies égalitaires ou exciter leur méfiance à l’égard des élites. Et il devait également plaire à la génération émergente de chrétiens évangéliques politisés tout en restant fidèle à sa propre approche très anti-calviniste de la religion (une orientation qu’il partageait avec la plupart de ses compatriotes). Comme le montre l’ouverture de sa campagne à Liberty Park, l’américanisme de Reagan l’aida à aborder chacun de ces problèmes.

  • 46  Paul Kengor, God and Ronald Reagan : A Spiritual Life (New York : Regan Books, 2004), p. 171.
  • 47  Kengor, God and Ronald Reagan, 174. En fait il n’y a que peu de preuves corroborant la piété du pr (...)
  • 48  Timothy Patrick Diggins, Ronald Reagan : Fate, Freedom, and the Making of History (New York : Nort (...)
  • 49  Discours prononcé à Eureka College, 1957, cité dans Kengor, God and Ronald Reagan, 97.
  • 50  Diggins, Ronald Reagan, p; 59.

23En cette journée de septembre où il chanta « God Bless America », Reagan avait invoqué l’américanisme en empruntant ouvertement au symbolisme religieux, et il fit de même au cours de ses mandats. Pour Reagan, comme le remarque Paul Kengor, « la foi spirituelle n’était pas quelque chose qu’il fallait ranger dans son placard au moment d’assumer le pouvoir46 ». Lors de petits déjeuners avec prière, lors de discours diffusés à la radio et à la télévision, dans des cérémonies publiques, Reagan faisait souvent et librement référence librement à Dieu. Il aimait particulièrement citer le sermon que prononça le Puritain John Winthrop en 1630, « un modèle de charité chrétienne », dans lequel Winthrop exhortait les Américains à fonder « une ville en haut d’une colline » parce que les « yeux de tous les peuples nous regardent ». Et il trouvait que le tableau anonyme représentant George Washington, pendant la guerre d’Indépendance, agenouillé dans la neige, priant pour que Dieu vienne en aide aux insurgés américains, figurait parmi les plus « sublimes images de l’histoire américaine », bien que la représentation fût particulièrement atypique47. Homme divorcé et remarié, produit de la culture résolument anti-puritaine d’Hollywood, Reagan diffusa néanmoins une vision de l’américanisme qui confortait les chrétiens évangélistes dans leurs valeurs. En effet, l’américanisme de Reagan se fondait sur une notion partagée avec la droite religieuse, la croyance que l’Amérique était une nation élue48. Il expliquait que les Américains avaient été choisis « par une sorte de système divin de service sélectif… pour remplir une mission de faire avancer l’humanité d’un pas de plus dans son ascension hors des marais49 ». Pourtant parce que Reagan était imprégné d’une « religion décontractée » qui « prêchait l’optimisme quant au progrès et méprisait les disputes doctrinaires », comme l’explique l’historien John Patrick Diggins, et parce que ses références religieuses était habituellement liées avec l’américanisme, il parvint à séduire parmi les non-protestants et même les non-croyants50. En effet, le lien entre l’américanisme et la religion permit à Reagan de plaire à des groupes par ailleurs divisés sur d’autres sujets.

  • 51  George B. Tindall, The Emergence of the New South, 1913-45 (Baton Rouge : Louisiana State Universi (...)
  • 52  Cité dans Joseph Crespino, In Search of Another Country : Mississippi and the Conservative Counter (...)
  • 53  Transcription du discours prononcé à la foire du comté de Neshoba en 1980, Neshoba Democrat, en li (...)

24L’américanisme de Reagan l’aida également à manœuvrer autour des problèmes politiques raciaux de la nation et l’aida à construire une puissante base électorale blanche au cœur de ce qui fut longtemps le Sud démocrate sans se risquer à une politique ouvertement raciste. Juste avant son discours à Liberty Park, Reagan décida de faire une apparition à la foire de Neshoba County dans le Mississippi, à quelques kilomètres de l’endroit où trois corps de travailleurs des droits civiques avaient été déterrés 16 ans plus tôt. Dans son discours à Neshoba, Reagan ne les mentionna jamais. Au lieu de cela, il fit vibrer la corde patriotique, faisant savoir qu’il portait le deuil d’un « pays autrefois fier, ce pays qui inspirait le monde entier et était vu comme le refuge, le garant de la sécurité et le point d’ancrage face aux vents contraires ». Ensuite, Reagan passa de son invocation de l’américanisme à la question qui avait perturbé le Sud depuis les années 1950, faisant savoir à son public majoritairement blanc qu’il partageait leur opinion. Reagan dit à la foule qu’il « croyait aux droits des états ». Ce lien implicite entre l’américanisme et la solidarité raciale blanche symbolisé par l’expression « droits des états » n’était pas difficile à faire pour Reagan en 1980, dans la mesure où ce lien avait une longue histoire. Durant la Première Guerre mondiale, comme l’a montré George B. Tindall, « l’idée d’un américanisme pur, propre au Sud, pénétré de relents de racisme anglo-saxon et d’anti-radicalisme, devint un élément établi de la foi régionale51 ». Cette foi fut largement ébranlée dans les années 1950. Quand le mouvement des droits civiques émergea, le Sud blanc défendit ses privilèges au nom de l’américanisme. Un manuel pour étudiants publié par le Conseil des Citoyens Blancs avançait l’idée qu’« aucune autre partie du pays n’est plus américaine que le Sud ». Quand les Dixiecrats convinrent en 1955 d’organiser leur mouvement massif de résistance, le sénateur James Eastland donna à leur lutte le nom de « une croisade pour restaurer l’américanisme52 ». En parlant à son public de la foire de Neshoba County, Reagan présenta sa propre croisade pour restaurer l’américanisme dans des termes qui étaient familiers à ceux qui se souvenaient d’Eastland. Pourtant, il conclut son discours non par un appel enflammé à la résistance, mais par l’évocation du sacrifice des athlètes olympiques américains qui allaient boycotter les Jeux d’été de 1980 à Moscou et dont la volonté de se sacrifier au nom de la liberté, « (lui) donne littéralement des frissons dans le dos53 ». Ainsi Reagan fit habilement la cour à la vieille base électorale d’Eastland et de George Wallace sans toutefois s’aliéner les votants de la classe moyenne blanche du Nord.

  • 54  « Excerpts From Reagan Talk To Carpenters’Union, » New York Times, le 4 septembre 1981, section A (...)

25Enfin, l’américanisme de Reagan lui permit de séduire les ouvriers blancs autrefois démocrates. En cassant la grève de 1981 menée par PATCO, le syndicat des contrôleurs aériens, Reagan, premier président à avoir un passé de syndicaliste (il était autrefois à la tête de la Screen Actor Guild), aurait pu s’aliéner les électeurs de la classe ouvrière et les syndicalistes. Mais ses appels à l’américanisme l’aidèrent à contrecarrer les critiques exprimées par les syndicats à l’égard de sa politique. En posant devant la statue de la Liberté avec le père de Lech Walesa en 1980, Reagan s’associait de fait aux travailleurs demandant une extension des libertés tant en Pologne qu’aux États-Unis. Reagan continua sur ce thème quand il s’adressa au syndicat des menuisiers à peine quelques semaines après avoir cassé la grève de PATCO et licencié plus de 9000 aiguilleurs du ciel. Loin de regretter sa gestion du conflit avec PATCO, Reagan chercha un terrain commun avec les syndicalistes, remarquant qu’ils partageaient un profond attachement aux « doctrines fondamentales de la démocratie américaine54 ». En réalité, Reagan offrit l’américanisme aux syndicalistes en lieu et place de la solidarité de classe. Les menuisiers reçurent poliment le président. À terme, de nombreux autres démocrates d’origine ouvrière firent de même.

  • 55  Francis X. Clines, « President Heaps Praise On Voters In The Northeast », New York Times, le 20 se (...)
  • 56  Springsteen déclara à USA Today : « Il y a quelque chose de très dangereux qui se passe en ce mome (...)

26Au moment où Reagan entama la campagne pour sa réélection en 1984, il avait déjà surmonté la récession économique et commencé à monter une puissante coalition politique à laquelle la notion d’américanisme servait de ciment. Le 21 mai 1984, l’équipe travaillant à la réélection de Reagan lança sa fameuse publicité télévisée, « le matin en Amérique », qui incluait des « scènes de la vie quotidienne américaine, un homme peignant en blanc une barrière, un homme hissant le drapeau américain, un couple se mariant, dans laquelle la plupart des gens sourient ». Une voix off y disait : « Le soleil se lève sur l’Amérique. Guidée par Ronald Reagan, notre pays est plus fier, plus fort, meilleur. » De fait, Reagan domina tant le discours de l’américanisme en 1984 par le biais de publicités telles que celle-ci qu’il était à même de faire dire au chanteur de rock le plus populaire du pays l’inverse de ce qu’il pensait. En 1984, Bruce Springsteen fit connaître sa propre interprétation de l’américanisme à travers l’album « Born in the USA », « Né aux États-Unis ». La vision de Springsteen mettait l’accent sur les expériences des laissés-pour-compte de l’Amérique de Reagan, ceux qui vivent « à l’ombre du pénitencier/à côté des appareils de chauffage à gaz de la raffinerie » et qui n’avaient « nulle part où s’enfuir, nulle part où aller ». Reagan ignora la critique du chanteur et fit le choix de se référer aux « messages d’espoir » exprimés par « l’enfant du New Jersey, Bruce Springsteen », faisant régulièrement référence au chanteur dans ses discours55. Springsteen s’opposa à cette transformation de sa musique en argument de campagne. Mais son opposition fut aussi futile que la tentative du démocrate Walter Mondale de battre Reagan56.

  • 57  Anthony T. Podesta cité dans Harry Stein, « Liberals : Their Own Worst Enemy », New York Times, le (...)

27Tandis que Reagan renforçait son emprise sur l’américanisme dans les années 1980, quelques libéraux entamèrent une contre-attaque. Le producteur de télévision Norman Lear fonda une organisation appelée « le Peuple pour les Valeurs Américaines » en 1980, afin de résister à l’influence croissante du révérend Jerry Falwell et de la droite religieuse. Pourtant durant la présidence de Reagan, l’organisation de Lear ne put que constater que la plupart des Américains en étaient vraisemblablement venus à la conclusion que l’américanisme était un conservatisme. L’organisation réalisa qu’employer des thèmes patriotiques dans la littérature de campagne distribuée par courrier avait tendance à se retourner contre elle. Le président du groupe expliquait en 1986 que « les gens me disent toujours qu’ils ne prennent même pas la peine d’ouvrir nos lettres parce qu’ils s’imaginent que nous sommes une organisation de droite57 ».

  • 58  Jerry Buck, « TV Talk : Norman Lear and ‘I Love Liberty’sur ABC », Associated Press, le 21 mars 19 (...)
  • 59  Harry Stein, « Liberals : Their Own Worst Enemy, » New York Times, le 9 mars 1986, Section 6, p. 3 (...)

28L’élection présidentielle de 1988 révéla à quel point la droite avait obtenu le monopole entier de l’américanisme durant les années Reagan. Quelques libéraux espéraient que la fin du mandat leur permettrait de se revendiquer à nouveau de la tradition américaine à leur façon. Afin d’y parvenir, Norman Lear produisit en 1988 une émission télévisée spéciale appelée « J’aime la liberté », que la presse décrivit comme « aussi éhontément patriotique que la Fête Nationale du 4 juillet », disant du programme qu’il « célèbre l’américanisme, la liberté, le pluralisme et la justice ». Enregistrée à la Los Angeles Sports Arena le 22 février 1988, pour le 250e anniversaire de George Washington, l’émission consistait en une représentation musicale de deux heures pleines de stars connues pour leurs idées libérales comme Burt Lancaster, Barbra Streisand, Jane Fonda et Martin Sheen. Lear invita également le sénateur conservateur libertarien Barry Goldwater. Mais quand le révérend Jerry Falwell demanda un temps d’antenne, Lear le lui refusa58. Pourtant l’effort mené par Lear pour reconquérir l’américanisme alors aux mains de Falwell et de Reagan reçut un accueil mitigé. En 1986, Harry Stein écrivait : « Ce genre de démonstration sans retenue en faveur de l’américanisme continue de mettre particulièrement mal à l’aise nombre d’entre nous, à gauche du centre. Toujours marqués par notre propre expérience du Vietnam, désabusés, par trop méfiants pour adopter des sentiments selon toute apparence si sectaires, nous avons laissé à la droite toute liberté pour anéantir la distinction entre l’amour des institutions démocratiques et le chauvinisme le plus grossier59. »

  • 60  Steven V. Roberts, « Bush Intensifies Debate on Pledge, Asking Why It So Upsets Dukakis », New Yor (...)
  • 61  Dom Bonafede and Thomas E. Cronin, « Bush---What Kind of President ? » Christian Science Monitor, (...)
  • 62  Richard Cohen, « Whose Flag Is It Anyway ? » Washington Post, le 13 octobre 1988, p. A19.

29Tandis qu’en 1988 les libéraux peinaient à trouver une façon de se revendiquer de l’américanisme sans se faire piéger par le chauvinisme, le candidat républicain George H. W. Bush n’était pas confronté à de telles difficultés. D’abord à la traîne dans les sondages d’opinion face au candidat démocrate Michael Dukakis, Bush décida sans la moindre hésitation de marquer sa campagne de l’empreinte du drapeau américain. En tant que gouverneur du Massachussetts, Dukakis avait imposé son veto à un projet de loi en 1977 qui aurait imposé aux enseignants de faire réciter quotidiennement à leurs élèves le Pledge of Allegiance, le traditionnel serment à la nation. Dukakis soutenait l’idée que le projet de loi serait entré en contradiction avec les libertés individuelles des étudiants dont la religion leur interdisait de prêter serment. « Qu’est ce qui peut bien l’embêter tant que ça dans le Pledge of Allegiance », demanda Bush, ajoutant qu’il « est très difficile pour moi d’imaginer que les Pères Fondateurs […] se seraient opposés à ce que les enseignants invitent leurs élèves à prêter serment devant le drapeau des États-Unis60 ». Jusqu’à la fin de la campagne, Bush « ne manquait pas une occasion de rappeler que son américanisme était du genre qui rendait hommage au drapeau », selon un observateur61. Pour dramatiser ce qui le différenciait de Dukakis, Bush organisa un événement spécial de sa campagne dans une usine de fabrication de drapeaux comme s’il s’agissait d’un « pèlerinage », selon un journaliste. S’amusant du spectacle, ce dernier conclut d’un ton un perfide : « Les drapeaux l’entourent sur le podium comme autant de fleurs à un enterrement de mafieux62. »

  • 63  Colman McCarthy, « For Bennett, a Failing Grade in History, » Washington Post, le 22 septembre 198 (...)
  • 64  Martin F. Nolan, « The Debates : Round One, No Home Runs, » Boston Globe, le 26 septembre 1988, p. (...)
  • 65  Richard Cohen, « Whose Flag Is It Anyway ? » Washington Post, le 13 octobre 1988, section A p. 19.

30évidemment, les libéraux crièrent au scandale. Le journaliste Colman McCarthy s’inquiéta de « la progression de l’américanisme façon nous-sommes-les-meilleurs63 ». Le Boston Globe tourna en ridicule le « baratin » de Bush sur l’américanisme64. Le journaliste Richard Cohen du Washington Post affirma que « la campagne de George Bush menace de subtiliser une fois de plus le drapeau des mains de millions d’Américains qui sont en désaccord avec lui politiquement ». D’après Cohen, la campagne de Bush disait défendre « l’américanisme véritable » mais sa prétention « suintait l’hypocrisie65 ». En dépit des objections des libéraux exprimées dans la presse, le stratagème de Bush fonctionna bien. Les Démocrates ne purent qu’être dépités de voir l’avance de 17 points de Dukakis fondre comme neige au soleil, et finalement George Bush remporter la présidence.

31On dit souvent que George H.W. Bush remporta le troisième mandat de Ronald Reagan. C’est particulièrement vrai dans le cas de l’américanisme. En 1988, George Bush montra que la formule de l’américanisme perfectionnée par son prédécesseur n’était pas uniquement liée à la personnalité de Reagan ou à ses talents uniques de communicateur. Il s’agissait d’une stratégie qui pouvait se transmettre. À la fin des années 1980, il semblait bien que le lien puissant qui avait émergé entre l’américanisme et le républicanisme conservateur allait être un des plus solides héritages de l’ère reaganienne.

Transcender l’américanisme de Reagan ?

32Pourtant il semble aujourd’hui que les conservateurs aient perdu le contrôle exclusif de l’américanisme. Un discours de campagne fait par Barack Obama dans l’Iowa le 3 janvier 2008, la nuit où il remporte le caucus de cet État et commence sa course victorieuse vers la Maison-Blanche, pourrait bien être une date significative pour les historiens à l’avenir, comme le début d’une nouvelle période de l’américanisme post-reaganien. Quand Obama vient parler à ses supporters cette nuit-là, il ne porte pas de drapeau sur le revers de sa veste, drapeau pourtant devenu obligatoire pour quiconque à des ambitions politiques à l’échelle nationale.

  • 66  « Obama Stops Wearing Flag Pin, Will Show His Patriotism with Ideas », AP Wire Service, Waterloo, (...)

33Plus tôt, le 3 octobre 2007, trois mois avant les résultats extrêmement importants de l’Iowa, Obama a déjà provoqué la controverse à ce sujet. Après les attaques terroristes du 11 septembre, Obama, comme de nombreux Américains, avait commencé à porter un pins en forme de drapeau. Mais, comme il l’explique ce soir-là, il ne souhaite plus le faire. D’après lui, le pin’s est devenu « un substitut du véritable patriotisme ». Et Obama de poursuivre : « J’ai décidé de ne pas porter ce pin’s sur le revers de ma veste. À la place, je vais essayer de dire au peuple américain ce qui, je crois, va faire de ce pays un grand pays et, je l’espère, faire la preuve de mon patriotisme. » Plus tard ce même jour, il revient sur sa déclaration devant un public, utilisant des mots rappelant l’attaque de Harry Truman contre le mccarthysme : « J’ai remarqué des gens qui portent un drapeau sur le torse et qui ne se comportent pas de façon très patriotique. Mon attitude est d’être moins sensible à ce que vous portez sur le torse qu’à ce que vous avez dans votre cœur. On ne montre son patriotisme que par la façon dont on traite ses compatriotes, particulièrement ceux qui servent le pays. On montre son patriotisme en étant fidèle à nos valeurs et nos idéaux. C’est avec cela que nous devons avancer, nos valeurs et nos idéaux66. »

  • 67  « À Fringe-Left Pin-Up », Investor’s Business Daily, le 8 octobre 2007, section A p. 18.
  • 68  « Ditching the Flag ; The Disdain of Obama, Couric », Manchester Union Leader, le 7 octobre 2007, (...)
  • 69  Michael Saul, « Won’t Stick it to Bam. Many Pols Won’t Wear Flag Pins  or Criticize Barack », New (...)
  • 70  Jeff Jacoby, « Pinning Down Patriotism », Boston Globe, le 10 octobre 2007, p. A11.
  • 71  Altin Sila, « A Pin, Patriotism and a New Style of Politics », The Student Life (Washington Univer (...)

34La position d’Obama sur le pin’s provoque des réactions immédiates qui sont autant d’échos des batailles pour l’américanisme de l’époque de Reagan. Ann Coulter, l’influente journaliste conservatrice, explique qu’elle n’est nullement surprise tant, dit-elle, « les libéraux détestent le drapeau ». Un éditorialiste du Investor’s Business Daily accuse Obama de « mépriser ceux qui portent le drapeau en les traitant d’hypocrites », et déclare que ce dernier voyait « une Amérique vaincue comme une bonne chose67 ». L’influent Manchester Union-Leader, journal le plus largement diffusé dans le New Hampshire où les primaires approchaient, lui reproche d’exprimer, « sans se décontenancer, un certain mépris pour la culture de l’Amérique moyenne68 ». Même ses amis et soutiens s’inquiètent : Obama est issu d’une génération qui « tout simplement ne reconnaît pas » que « les candidats ne se font pas élire à la Maison-Blanche en affichant leur dédain pour de dignes expressions de sentiments patriotiques » explique un journaliste sympathisant. Les adversaires d’Obama dans les élections primaires du Parti démocrate cherchent à s’engouffrer dans la brèche. Le sénateur Chuck Schumer, l’un des plus fervents supporters d’Hillary Clinton, rappelle ainsi pourquoi lui-même avait décidé de continuer à porter son pin’s en forme de drapeau : « Je ne l’enlèverai jamais, jusqu’à la fin de ma vie, afin d’honorer ceux que nous avons perdus et de ne jamais oublier ce qui est arrivé en ce jour69. » Le fait qu’Obama ne suive pas l’exemple de Schumer va-t-il déshonorer les victimes du 11 septembre ? Telle était l’opinion du Chicago Sun-Times, qui lui demande même de « porter ce fichu drapeau américain et [de] dire aux gens qu’il est aussi patriote que n’importe qui d’autre70 ». Malgré tout, Obama refuse de céder. Contrairement aux observateurs, la plupart de ses soutiens semblent comprendre sa position. L’un d’entre eux explique ainsi : « Barack Obama n’est pas contre le drapeau, il est contre le pin’s. Il est contre les politiciens passe-partout sans originalité, et c’est une bonne chose71. » Quant à savoir si un homme politique peut l’emporter dans la course à la Maison-Blanche en prenant de telles positions, nul ne pouvait le dire.

  • 72  « Transcript of Barack Obama’s Iowa Victory Speech », Newsday, le 3 janvier 2008, http://www.newsd (...)

35Du moins, nul ne pouvait le dire avant le 3 janvier, quand Obama emporte le caucus de l’Iowa, la première étape sur le chemin de l’investiture démocrate. Lorsqu’il prononce son discours de victoire ce soir-là, ses partisans sont moins intéressés par l’absence de drapeau sur sa veste que par ses paroles : « Ils disaient que ce jour ne viendrait jamais… Ils disaient que ce pays était trop divisé, trop désillusionné pour jamais se réunir derrière un but commun. Mais en cette nuit de janvier, en ce moment historique, vous avez réalisé ce que les cyniques pensaient impossible », déclare-t-il. Une vague d’émotion transporte alors l’auditoire. Obama continue : « Dans des files qui s’étendaient autour des écoles et des églises, dans des petites et des grandes villes, vous vous êtes réunis, en tant que démocrates, que républicains, qu’indépendants, pour vous lever et dire “Nous formons une nation. Nous sommes un peuple. Et le moment du changement est venu”72 ». La foule bruyante s’enthousiasme. Et alors quelque chose d’intéressant se produit : un chant se fait entendre spontanément, « USA, USA, USA ». Le slogan qui avait défini l’ère reaganienne, ce simple slogan qui résumait ce que Colman McCarthy avait autrefois appelé « l’américanisme façon “nous-sommes-les-meilleurs” » vient d’être repris par les partisans d’un candidat qui refuse d’exhiber de façon ostentatoire le drapeau, qui dénonce la politique étrangère de George W. Bush pour son arrogance, un homme qui a promis qu’il rencontrerait les ennemis de l’Amérique sans poser de conditions, un homme noir. C’est un événement remarquable. Ce n’est pourtant pas un événement isolé. Dans les deux mois qui suivent cette percée dans l’Iowa, quand la candidature d’Obama dépasse dans les sondages celle d’Hillary Clinton pourtant partie gagnante, « USA » sera scandé plusieurs fois.

  • 73  Katha Pollitt, « Put Out No Flags », The Nation, le 8 octobre 2001 [mis en ligne le 20 septembre 2 (...)
  • 74  Ross Douthat, « Kumbaya Watch : Not My Flag », National Review Online, le 24 septembre 2001, http: (...)

36Il convient ici de rappeler dans quel contexte Obama entame cette campagne pour redéfinir l’américanisme. À la suite du 11 septembre, les batailles de l’ère de la guerre du Vietnam autour du drapeau et de sa signification semblent revivre de plus belle. Les drapeaux sont exposés partout et apparaissaient sur les vestes tant de libéraux comme Barack Obama, alors encore sénateur presque inconnu de l’Illinois, que de républicains comme le président Bush et ses comparses. Il y a bien quelques voix, à gauche, pour s’y opposer, telle la journaliste Katha Pollitt, qui explique que lorsque sa fille lui a suggéré de faire flotter un drapeau depuis la fenêtre de leur appartement, elle a refusé, arguant que « le drapeau représente le chauvinisme, la vengeance et la guerre » et regroupe sous sa symbolique « les fanatismes, le sectarisme et le militarisme ». Pollitt regrette le fait que « la bannière étoilée soit aujourd’hui le seul symbole disponible » et conclut qu’il n’y a « aucune représentation symbolique pour les choses dont le monde a vraiment besoin, l’égalité, la justice, l’humanité, la solidarité et l’intelligence […] ; le globe, et non le drapeau, est le symbole dont nous avons besoin aujourd’hui73 ». De même, la romancière Barbara Kingsolver suggère l’idée que le drapeau est devenu le symbole de « l’intimidation, la censure, la violence, le fanatisme, le sexisme, l’homophobie », ainsi que d’« une remise en cause totale de la Constitution de la part de la droite ». Dans le National Review, Ross Douthat va jusqu’à définir Pollitt comme une « gauchiste guévariste de la vieille garde, nostalgique des années 6074 ».

  • 75  Barbara Kingsolver, « And Our Flag was Still There », San Francisco Chronicle, le 25 septembre 200 (...)
  • 76  Todd Gitlin, « Varieties of Patriotism », in The Fight Is For Democracy : Winning the War of Ideas (...)
  • 77  Kazin, « A Patriotic Left », op. cit.
  • 78  See e.g. the contributions to Michael Kazin and Joseph A. McCartin, eds., Americanism : New Perspe (...)
  • 79  Congressional Record vol. 149 (le 3 juin 2003), H4826-27.

37Cependant, dans les mois et les années qui suivent le 11 septembre, alors que le désenchantement né de la guerre en Irak va grandissant, l’on note une évolution notable : un nombre croissant de personnes refusent de jouer le rôle qui leur était attribué dans un débat dont les termes sont figés depuis l’époque de Reagan. Au contraire, ces personnes commencent à réécrire le scénario. À gauche, des gens de plus en plus nombreux expriment l’idée qu’il ne faut pas se faire voler le drapeau par des personnes dominées par la haine75. Des radicaux des années 1960, devenus universitaires tels que Todd Gitlin et Michael Kazin, soutiennent qu’il est temps de faire revivre l’américanisme progressiste76. Les progressistes, à l’instar de Kazin, sont de plus en plus nombreux à prendre conscience qu’il y avait un « défaut particulièrement important » dans la pensée de la gauche américaine post-1960 : « Ayant abandonné le patriotisme, la gauche a perdu la possibilité de formuler des alternatives convaincantes pour la nation dans son ensemble », explique-t-il77. De nombreux historiens commencent à concentrer leurs efforts pour retrouver dans un passé oublié ce qu’il y avait de meilleur dans l’idéal trop souvent dévoyé de l’américanisme78. Pendant ce temps, à droite, le mouvement libertarien, resurgit, personnifié par le membre du Congrès Ron Paul du Texas. Paul rompt avec ses alliés républicains quand ces derniers proposent d’amender la Constitution pour rendre illégal l’acte de brûler le drapeau, les critiquant quand ceux-ci avancent que quiconque qui « ne soutient pas cet amendement… faillit à son devoir de loyauté envers l’armée ». Paul répondit que « le drapeau appartient à tout le monde, même à ceux qui souhaitent le brûler79 ».

  • 80  Morley Winograd and Michael D. Hais, Millennial Makeover : MySpace, YouTube, and the Future of Ame (...)
  • 81  En juillet, beliefnet. com mit en ligne un sondage qui révéla que les évangélistes étaient plus in (...)
  • 82  Michael Hill, « Religious America Is Changing Faith ; Protestants Losing Their Majority Grip As Ot (...)

38De vieilles lignes de fracture semblent bouger. Il y a plusieurs raisons à cela, au-delà de la désillusion croissante provoquée par la guerre en Irak, guerre qui avait rencontré l’opposition aussi bien de Ron Paul que de Barack Obama. Il faut souligner que la démographie du pays est en pleine évolution : comme le soulignent Morley Winograd et Michael D. Hais, une nouvelle génération, plus vaste même que le baby boom, arrive à maturité et approximativement 40 pour cent de celle-ci se compose de Latinos, d’Afro-américains, d’Asiatiques ou de personnes aux origines mixtes. Cette génération a non seulement accès aux images que Reagan avait si habilement employées, mais aussi à des formes interactives de communication, autant de véhicules d’idées qui invitent les Américains et les autres à redéfinir l’américanisme de nouvelles façons80. Le changement est tout aussi perceptible au sein même de la communauté religieuse que Ronald Reagan avait associée à sa vision de l’américanisme. Un nombre croissant de chrétiens évangélistes ne croient plus que les républicains vont mettre fin à la pratique de l’avortement ou réinstaurer la prière à l’école publique ; le mouvement évangélique est lui aussi de plus en plus divers. À la place de Jerry Falwell, de nouvelles personnalités font leur apparition comme le révérend Rick Warren, homme difficile à placer sur l’échiquier politique actuel, car ce conservateur est aussi le champion de la cause des pauvres et des malades du SIDA81. Enfin, un sondage de 2008 réalisé par le Pew Forum on Religion in American Life apprenait que seulement 51 % des Américains se disaient protestants, et que de moins en moins d’évangélistes se disaient républicains82.

  • 83  Richard Cohen, « Pins and Panders ; Obama Wears His Independence on His Lapel », Washington Post, (...)
  • 84  Joan Vennochi, « A Delicate Line for Michelle Obama », Boston Globe, le 2 mars 2008, section D p.  (...)
  • 85  « Preacher with a Penchant for Controversy », Washington Post, le 15 mars 2008, p. A6.

39Obama donne l’impression de répondre à ces changements sociaux et commence à transcender l’emprise vieille de deux décennies de l’américanisme de Ronald Reagan sur la vie politique américaine. De nombreux libéraux s’en réjouissent et Richard Cohen ne sera pas le seul à conclure que « le meilleur chez Barack Obama, c’est ce petit espace vide sur sa veste83 ». Cependant les révolutions n’évitent que rarement la réaction « thermidorienne », et l’effort d’Obama pour transcender le patriotisme reaganien n’échappe pas à la règle. Deux développements ultérieurs forceront Obama à réviser son point de vue sur le patriotisme ostentatoire avant la fin de sa campagne. Le premier événement a lieu à un meeting dans le Wisconsin le 18 février, quand Michelle Obama explique abruptement à son public à quel point elle est enthousiasmée par la campagne de son mari : « Pour la première fois dans ma vie adulte, je suis vraiment fière de mon pays » déclare-t-elle84. Sa déclaration fait les choux gras de l’adversaire républicain, et de nombreux opposants prétendent que Michelle Obama n’avait jusque-là jamais été fière de son pays. À peine trois semaines plus tard, un problème encore plus sérieux se pose quand des enregistrements de sermons donnés par le pasteur d’Obama, le révérend Jeremiah A. Wright Jr, commencent à circuler. Dans ces sermons, Wright laisse entendre que l’arrogance américaine est responsable des attaques du 11 septembre, et dans un passage controversé, n’hésite à demander à ce que « Dieu maudisse l’Amérique85 ». En l’espace de quelques jours, Obama se voit forcé de dénoncer ces sermons et de désavouer Wright. Il le fera effectivement dans un discours solennel au National Constitution Center de Philadelphie le 18 mars 2008.

  • 86  Thomas Fitzgerald, « Obama Had the Tougher Night, » Philadelphia Inquirer, le 17 avril 2008, p. 1

40Le discours d’Obama à Philadelphie est très bien accueilli, mais il ne met pas fin aux soupçons portés sur son patriotisme, soupçons très prégnants dans la classe ouvrière blanche, les Reagan democrats, un groupe dont il espère remporter les suffrages dans des primaires cruciales en Pennsylvanie, dans l’Indiana et en Virginie-Occidentale. Dans un débat télévisé du 16 avril avant la primaire en Pennsylvanie, Obama est assailli de questions tant sur son refus de porter le drapeau sur son veston que sur ses liens avec William Ayers, un éducateur à Chicago connu pour son passé radical dans les années 1960. À cette occasion, Obama fait remarquer qu’il lui arrive de porter un pin’s et déclare que ce problème est « fabriqué de toutes pièces » par les médias86. Cette mise au point ne l’aide guère : il perd largement en Pennsylvanie et de peu dans l’Indiana, derrière Hillary Clinton, plus appréciée par les votants blancs d’origine ouvrière.

  • 87  Leonard Doyle, « Obama Returns to the Flag after Republicans Attack his Patriotism », The Independ (...)
  • 88  Alec MacGillis, « Obama Faces Test in Asserting His Own Brand of Patriotism », Washington Post, se (...)
  • 89  Jim Rutenberg and Jeff Zeleny, « The Politics of the Lapel, When It Comes to Obama, » New York Tim (...)
  • 90  Diane Roberts, « Those America-Hating Democrats », St. Petersburg Times, le 27 mai 2008, section A (...)

41En mai, peu d’analystes politiques expérimentés pensent qu’Hillary Clinton pourra renverser l’avance d’Obama et remporter la nomination démocrate. Mais plusieurs s’inquiètent du fait qu’Obama ait pu porter des coups fatals aux chances démocrates en s’aliénant le vote des ouvriers blancs, et en laissant la voie libre à une victoire des républicains à l’automne. Obama court « le danger d’être perçu par des millions de votants issus de la classe ouvrière comme un intello élitiste en décalage avec les valeurs fondamentales de millions d’Américains », explique un observateur87. Obama doit désormais prouver qu’il ne critique pas le citoyen moyen qui portait le drapeau sur son torse88. Dès lors, avec la primaire de la Virginie-Occidentale en ligne de mire, Obama décide de modifier son approche. Le 12 mai, il porte un pin’s en forme de drapeau. Il subit une lourde défaite dans la primaire de la Virginie-Occidentale le jour suivant, mais continue à porter le drapeau. Quand des journalistes lui posent la question, Obama fait mine de ne pas y accorder d’importance : « Parfois je le porte, parfois non » explique-t-il, en dépit du fait qu’il ne l’avait porté jusque-là qu’une seule fois les mois précédents (quand un vétéran lui en offrit un en Pennsylvanie)89. La presse commença à « surveiller l’épinglette de Barack Obama comme s’il s’agissait de la frontière nord-coréenne », commenta avec humour un journaliste. À chaque fois qu’il porte le pin’s, les critiques l’accusent de vouloir flatter bassement l’électorat ; quand il ne le porte pas, ils y voient une preuve de son absence de patriotisme90. De fait, il faudra attendre qu’Obama s’assure un nombre suffisant de délégués pour obtenir la nomination, le 4 juin, pour que la presse perde enfin son intérêt pour le pin’s.

  • 91  Susan Page, « Most Say Flag Pins, Protests Both Patriotic ; Love of Country Takes Many Forms, Poll (...)
  • 92  Dana Milbank, « Rage in the Town of Bethlehem », Washington Post, le 9 octobre 2008, section A p.  (...)

42Comment faut-il interpréter cette controverse ? Obama a-t-il essayé de dépasser les déclarations nationalistes à la Reagan avant d’être contraint à un compromis : rendre hommage au drapeau ? Cet épisode a-t-il révélé que ses engagements de principe pouvaient rapidement être subvertis par son pragmatisme ? Même aujourd’hui, il est difficile d’apporter une réponse définitive à ces questions. Néanmoins, l’on décèle au fil de l’historique campagne présidentielle de 2008 plusieurs signes indiquant que cette controverse autour du drapeau illustre autant un changement qu’une continuité dans la relation de la nation à l’américanisme de l’ère de Reagan. D’une part, un sondage initié par le journal USA Today montre qu’un grand nombre d’Américains pensent que protester contre un mauvais gouvernement est un acte plus patriotique que porter un drapeau sur son cœur91. Et l’automne venu, les républicains parlent bien peu du problème du port du pin’s en forme de drapeau et lorsqu’ils se risquent à aborder la question, la critique produit l’effet inverse de celui escompté. Le 8 octobre, le républicain Bill Platt prépare le public avant une apparition des candidats républicains John McCain et Sarah Palin à Bethlehem, en Pennsylvanie, en rappelant à la salle que « Barack Hussein Obama » a « enlevé le drapeau américain de sa poitrine parce qu’il s’agit d’un symbole de patriotisme92 ». Cette tentative évidente de remettre en cause le patriotisme d’Obama en faisant référence à l’origine musulmane de son père sera franchement et largement condamnée. Par la suite, la campagne républicaine ignora en général le problème du pin’s. La vieille formule ne semble plus fonctionner. Cependant, de son côté, Obama porte le drapeau régulièrement durant sa campagne, montrant ainsi qu’il reconnaît la puissance du symbole, particulièrement pour la classe ouvrière blanche dont il souhaite remporter les suffrages. Quand ces électeurs se déplacent aux bureaux de vote le 4 novembre, Obama remporte la Pennsylvanie, l’Indiana et la présidence du pays.

43Lors de la nuit électorale, Barack Obama s’adresse à la foule de Grant Park à Chicago, où des drapeaux avaient été brûlés durant des manifestations contre la guerre lors de la convention démocrate quarante ans plus tôt. Le discours d’Obama en cette nuit dégagée de novembre rappelle la victoire historique dans l’Iowa qui l’avait propulsé vers la victoire finale. Pourtant cette fois, Obama porte un drapeau sur sa veste. Ce que deviendra la présidence d’Obama dans les mois à venir, personne ne peut encore le savoir. Qu’elle mettra fin à l’ère reaganienne semblait clair, et ce d’autant qu’une crise économique de plus en plus grave révèle au grand jour les failles du modèle de gouvernement anti-régulationniste de Reagan. Pourtant, comme le montre ce symbole bien présent sur sa poitrine, cette transition, comme la plupart des tournants importants dans l’histoire américaine, n’est pas une complète rupture avec le passé. Alors même qu’il s’efforce de faire avancer le pays dans une direction différente, Barack Obama doit encore tenir compte du pouvoir de séduction de l’américanisme de Ronald Reagan.

Haut de page

Notes

1  Cité dans George Lipsitz, « The Struggle for Hegemony, Journal of American History 75 : 1 (juin 1988), p. 146.

2  Howell Raines, « Carter and Reagan Open Fall Race with Praise for the Polish Workers, New York Times, le 2 septembre 1980, section A, p. 1.

3  Martin Anderson, Revolution, San Diego, Harcourt Brace Jovanovich, 1988, p. 6.

4  Bruce Schulman, The Seventies : The Great Shift in American Culture, Society, and Politics, New York, Free Press, 2001, Chapitre 9, « The Reagan Culmination ».

5  Ronald Reagan, « Farewell Address to the American People, le 11 janvier 1989 », Public Papers of the Presidents : Reagan 1988-89, Vol. 2, Washington, DC : GPO, 1989, p. 1718.

6  Cité dans Hans Kohn, American Nationalism : An Interpretive Essay, New York : Macmillan, 1957, p. 13.

7  William Leggett cité dans Russell Hanson, The Democratic Imagination in America : Conversations with Our Past, Princeton : Princeton, N.J., 1985.

8  Carl Schurz, The Speeches of Carl Schurz, Philadelphia : J.B. Lippincott & Co., 1865, p. 66

9  « Foreigners Its Leaders », New York Times, le 6 juillet 1894, p. 9.

10  Testem Benevolentiae Nostrae http://www.ewtn.com/library/PAPALDOC/L13TESTE.HTM, consulté le 15 février 2008.

11  Gary Gerstle, American Crucible : Race and Nation in the Twentieth Century (Princeton, NJ : Princeton University Press, 2001), p. 14-94 ; Stephen Vaughan, Holding Fast the Inner Lines : Democracy, Nationalism, and the Committee on Public Information (Chapel Hill : University of North Carolina Press, 1980), p. 63.

12  Cité dans Joseph A. McCartin, « An American Feeling : Workers, Managers, and the Struggle Over Industrial Democracy during the World War I Era » dans Industrial Democracy in America : The Ambiguous Promise, Éd. Nelson Lichtenstein et Howell John Harris (New York : Cambridge University Press, 1993), p. 67.

13  Alan McPherson, « Americanism against American Empire », dans Americanism : New Perspectives on the History of an Ideal ed. Michael Kazin et Joseph A. McCartin (Chapel Hill : The University of North Carolina Press, 2006), p. 169-192.

14  James G. Ryan, Earl Browder : The Failure of American Communism (Tuscaloosa : University of Alabama Press, 1997), p. 104.

Note du traducteur : la création du House Committee on Un-American Activities (HUAC) marqua la première étape de la chasse maccarthyste.

15  Cité dans Hans Kohn, American Nationalism : An Interpretive Essay (New York : Macmillan, 1957), p. 13.

16  Martin Robinson Delany, The Condition, Elevation, Emigration, and Destiny of the Colored People of the United States (1852 ; repr. Salem, NH : Ayer, 1988), p. 48-49, comme cité dans Mia Bay, « See Your Declaration Americans !!! Abolitionism, Americanism, and the Revolutionary Tradition in Free Black Politics, » dans Kazin et McCartin, ed., Americanism, p. 44.

17  Nick Salvatore, Eugene V. Debs : Citizen and Socialist (Urbana : University of Illinois Press, 1982), Chap. 9. Pour plus de références à l’américanisme par un autre socialiste, voir John Spargo, Americanism and Social Democracy, (New York : Harper & Brothers 1918).

18  Gary Gerstle, Working-Class Americanism : The Politics of Labor in a Textile City, 1914-1960 (New York : Cambridge University Press, 1989).

19  Robert A. Gorman, Michael Harrington : Speaking American (New York : Routledge, 1995).

20  Cité dans Rosalind Moss, « Tangled in the Stars and Stripes », document en possession de l’auteur.

21  Martin Luther King, Jr., « The Casualties of the War in Viet Nam », Los Angeles, Calif., le 25 février 1967, http://www.standord.edu/group/King/publications/speeches/unpub/670225-002_The_Casualties_of_the_War_in_Vietnam. htm

22  Sally Belfrage, Un-American Activities : A Memoir of the Fifties (New York : HarperCollins Publishers, 1994).

23  http://www.historicaldocuments.com/BallotortheBulletMalcolmX.htm

24  William Carlos Williams, « To Elsie » or « The pure products of America/go crazy » (1923) de Williams, Spring and All (Paris, Contact Publishing Co., 1923).

25  Abbie Hoffman, Woodstock Nation (New York : Vintage Books, 1969), quatrième de couverture.

26  « The Trial of Abbie Hoffman’s Shirt by the United States Government », The Realist, November 1968, p. 10. Cité dans Moss, p. 41.

27  Simon Hall, Peace and Freedom : The Civil Rights and Antiwar Movement in the 1960s (Philadelphia : University of Pennsylvania Press, 2006), p. 159.

28  Richard Rovere, Senator Joe McCarthy (New York : Harcourt, Brace, 1959).

29  Vital center : terme inventé par l’historien Arthur Schlesinger pour désigner et prôner tout à la fois un positionnement nouveau sur l’échiquier politique à la fin des années 1940 : la défense des acquis du New Deal conjuguée à la rupture avec la gauche radicale, notamment communiste, qui avait participé aux mouvements sociaux des années 1930.

30  Harry S. Truman, « Address at the Dedication of the New Washington Headquarters of the American Legion », August 14th, 1951, http://www.presidency.ucsb.edu/ws/index.php?pid=13878, consulté le 15 février 2008.

31  Reinhold Niebuhr, « Redeemer Nation to Super-Power », New York Times, 4 décembre 1970, p. 47.

32  Ernest Tuveson, Redeemer Nation : The Idea of America’s Millennial Role (Chicago : University of Chicago Press, 1968) ; William Appleman Williams, The Tragedy of American Diplomacy (New York : Dell, 1962). Voir aussi Sacvan Bercovitch, The American Jeremiad (Madison : University of Wisconsin Press, 1978).

33  John Prine, « Your Flag Decal Won’t Get You Into Heaven Anymore », Cottillion/BMI, 1971.

34  Ernest Tubb, « It’s America (Love it or Leave It), dans A Good Year for the Wine (1970). De façon intéressante, le ministre de l’Intérieur Nicolas Sarkozy sembla reprendre à son compte les dialogues du classique de Tubb quand il remarqua que si les immigrés résidant dans la banlieue de Paris étaient mécontents d’être en France, ils pourraient penser à quitter le pays : « si ça gêne des gens d’habiter en France, ils peuvent peut-être penser à s’en aller »,cité dans James Graff, « Love It or Leave It : Xenophobia Goes Mainstream, » Time (le 1er mai 2006).

35  http://www.cowboylyrics.com/lyrics/haggard-merle/fightin-side-of-me-496.html, consulté le 22 février 2008.

36  Scott Guenter, « The Hippies and the Hardhats : The Struggle for Semiotic Control of the Flag in the United States in the 1960s », The Flag Bulletin III : 130 (1989), p. 131-141.

37  Henry Mitchell, « Ehrlichman’s View : His Adventures in the Flag Lapel Pin Years », Washington Post, le 1er février 1982, section B p. 1.

38  New York Times, le 11 octobre 1970, p. 1.

39  Bill Maxwell, « The Archie Bunker Paradigm », St. Petersburg Times, le 1er février 2004.

40  Richard Cohen, « Whose Flag Is It Anyway ? » Washington Post, le 13 octobre 1988, section A p. 19.

41  Robert D. McFadden, « Cheers Resound Across the Nation », New York Times, le 23 février 1980, p. 16.

42  Barbara Basler, « Lake Placid Goes Wild in Rejoicing », New York Times, le 25 février 1980, section C p. 5.

43  Dudley Clendinen, « U.S. Hockey Victory Stirs National Celebration, » New York Times, le 25 février 1980, section C p. 1.

44  Robert D. McFadden, « Cheers Resound Across the Nation, » New York Times, le 23 février 1980, p. 16.

45  Robert William Fogel, The Fourth Great Awakening & the Future of Egalitarianism (Chicago : University of Chicago Press, 2000).

46  Paul Kengor, God and Ronald Reagan : A Spiritual Life (New York : Regan Books, 2004), p. 171.

47  Kengor, God and Ronald Reagan, 174. En fait il n’y a que peu de preuves corroborant la piété du premier président. Bien qu’il ait été membre de l’église anglicane en Virginie, il ne participa que rarement aux services religieux avant de devenir président. Alf J. Mapp Jr., The Faith of Our Fathers (Landham, MD : Rowman & Littlefield Publishers, 2003), 70 ; Kenneth Millen-Penn, « So Help Me God : American President’s, Christianity, and the American Nation », Fairmont State Occasional Papers, 16 (2006), p. 12.

48  Timothy Patrick Diggins, Ronald Reagan : Fate, Freedom, and the Making of History (New York : Norton, 2007), p. 22.

49  Discours prononcé à Eureka College, 1957, cité dans Kengor, God and Ronald Reagan, 97.

50  Diggins, Ronald Reagan, p; 59.

51  George B. Tindall, The Emergence of the New South, 1913-45 (Baton Rouge : Louisiana State University Press, 1967), p. 63-64.

52  Cité dans Joseph Crespino, In Search of Another Country : Mississippi and the Conservative Counterrevolution (Princeton : Princeton University Press, 2007), p. 50.

53  Transcription du discours prononcé à la foire du comté de Neshoba en 1980, Neshoba Democrat, en ligne, le 15 novembre 2007, http://neshobademocrat.com/main.asp?SectionID=2 & SubSectionID = 297 & ArticleID = 15600 & TM = 60417.67 consulté le 28 février 2008.

54  « Excerpts From Reagan Talk To Carpenters’Union, » New York Times, le 4 septembre 1981, section A p. 10.

55  Francis X. Clines, « President Heaps Praise On Voters In The Northeast », New York Times, le 20 septembre 1984, section B p. 20.

56  Springsteen déclara à USA Today : « Il y a quelque chose de très dangereux qui se passe en ce moment. On se sépare doucement en deux Amériques différentes… Je ne pense pas que le rêve américain consistait en ce que tout un chacun réussisse à gagner un milliard de dollars. Mais c’était le rêve que tout le monde aurait la chance de vivre sa vie de façon décente et digne ». Christopher Connell, Associated Press, 1er octobre 1984.

57  Anthony T. Podesta cité dans Harry Stein, « Liberals : Their Own Worst Enemy », New York Times, le 9 mars 1986, Section 6 p. 36.

58  Jerry Buck, « TV Talk : Norman Lear and ‘I Love Liberty’sur ABC », Associated Press, le 21 mars 1982.

59  Harry Stein, « Liberals : Their Own Worst Enemy, » New York Times, le 9 mars 1986, Section 6, p. 36.

60  Steven V. Roberts, « Bush Intensifies Debate on Pledge, Asking Why It So Upsets Dukakis », New York Times, le 25 août 1988, p. 1.

61  Dom Bonafede and Thomas E. Cronin, « Bush---What Kind of President ? » Christian Science Monitor, le 8 septembre 1988, p. 11.

62  Richard Cohen, « Whose Flag Is It Anyway ? » Washington Post, le 13 octobre 1988, p. A19.

63  Colman McCarthy, « For Bennett, a Failing Grade in History, » Washington Post, le 22 septembre 1985, section G p. 8.

64  Martin F. Nolan, « The Debates : Round One, No Home Runs, » Boston Globe, le 26 septembre 1988, p. 14.

65  Richard Cohen, « Whose Flag Is It Anyway ? » Washington Post, le 13 octobre 1988, section A p. 19.

66  « Obama Stops Wearing Flag Pin, Will Show His Patriotism with Ideas », AP Wire Service, Waterloo, Iowa, le 4 octobre 2007.

67  « À Fringe-Left Pin-Up », Investor’s Business Daily, le 8 octobre 2007, section A p. 18.

68  « Ditching the Flag ; The Disdain of Obama, Couric », Manchester Union Leader, le 7 octobre 2007, section B p. 2.

69  Michael Saul, « Won’t Stick it to Bam. Many Pols Won’t Wear Flag Pins  or Criticize Barack », New York Daily News, le 6 octobre 2007, p. 10.

70  Jeff Jacoby, « Pinning Down Patriotism », Boston Globe, le 10 octobre 2007, p. A11.

71  Altin Sila, « A Pin, Patriotism and a New Style of Politics », The Student Life (Washington University), le vendredi 12 octobre 2007.

72  « Transcript of Barack Obama’s Iowa Victory Speech », Newsday, le 3 janvier 2008, http://www.newsday.com/news/local/politics/ny-usobam0105-transcript, 0,7073760.story consulté le 28 février 2008.

73  Katha Pollitt, « Put Out No Flags », The Nation, le 8 octobre 2001 [mis en ligne le 20 septembre 2001].

74  Ross Douthat, « Kumbaya Watch : Not My Flag », National Review Online, le 24 septembre 2001, http://article.nationalreview.com/?q=YmM1MmUwNDIxMGVkMGE5M2M2YTYyNmM0YjM1OGY5ZWE =

75  Barbara Kingsolver, « And Our Flag was Still There », San Francisco Chronicle, le 25 septembre 2001.

76  Todd Gitlin, « Varieties of Patriotism », in The Fight Is For Democracy : Winning the War of Ideas in America and the World, edited by George Packer (New York : Perennial, 2003) ; Todd Gitlin, The Intellectuals and the Flag (New York : Columbia University Press, 2006). Michael Kazin, « A Patriotic Left », Dissent (Fall 2002) ; Kazin, « Patriotism and Protest : The Peace Movement Needs a Moral Vision Grounded in American Ideals », Boulder Daily Camera, le 16 février 2003.

77  Kazin, « A Patriotic Left », op. cit.

78  See e.g. the contributions to Michael Kazin and Joseph A. McCartin, eds., Americanism : New Perspectives on the History of an Ideal (Chapel Hill : The University of North Carolina Press, 2006).

79  Congressional Record vol. 149 (le 3 juin 2003), H4826-27.

80  Morley Winograd and Michael D. Hais, Millennial Makeover : MySpace, YouTube, and the Future of American Politics (New Brunswick : Rutgers University Press, 2008). Pour avoir une idée de la façon dont internet transforma la signification de l’américanisme, visiter http://www.pinkyshow.org/americanism/.On y trouve une vidéo qui invite les internautes à partager leur définition de l’américanisme et à demander l’avis des passants dans la rue. Des centaines de réponses ont été envoyées, représentant une grande variété d’opinions, mêlant aussi bien des réactions d’Américains que de non-Américains.See http://www.pinkyshow.org/americanism/consulté le 29 février 2008.

81  En juillet, beliefnet. com mit en ligne un sondage qui révéla que les évangélistes étaient plus intéressés par la protection de l’environnement, la lutte contre le SIDA et la pauvreté qu’ils ne l’étaient par le combat contre l’avortement et l’homosexualité. John Kuo, « It’s Not Your Father’s Religious Right », Washington Post, le 24 février 2008, section B p. 1.

82  Michael Hill, « Religious America Is Changing Faith ; Protestants Losing Their Majority Grip As Other Affiliations Gain In United States », Baltimore Sun, le 26 février 2008, section A p. 1.

83  Richard Cohen, « Pins and Panders ; Obama Wears His Independence on His Lapel », Washington Post, le 6 mai 2009, section A p. 19.

84  Joan Vennochi, « A Delicate Line for Michelle Obama », Boston Globe, le 2 mars 2008, section D p. 9.

85  « Preacher with a Penchant for Controversy », Washington Post, le 15 mars 2008, p. A6.

86  Thomas Fitzgerald, « Obama Had the Tougher Night, » Philadelphia Inquirer, le 17 avril 2008, p. 1

87  Leonard Doyle, « Obama Returns to the Flag after Republicans Attack his Patriotism », The Independent, London, le 15 mai 2009, p. 26.

88  Alec MacGillis, « Obama Faces Test in Asserting His Own Brand of Patriotism », Washington Post, section A p. 1.

89  Jim Rutenberg and Jeff Zeleny, « The Politics of the Lapel, When It Comes to Obama, » New York Times, le 15 mai 2008, p. 27.

90  Diane Roberts, « Those America-Hating Democrats », St. Petersburg Times, le 27 mai 2008, section A p. 9.

91  Susan Page, « Most Say Flag Pins, Protests Both Patriotic ; Love of Country Takes Many Forms, Poll Finds », USA Today, le 3 juillet 2008, section A p. 5.

92  Dana Milbank, « Rage in the Town of Bethlehem », Washington Post, le 9 octobre 2008, section A p. 3.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Joseph A. McCartin, « L’américanisme de Reagan : brève histoire des politiques du patriotisme », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 108 | 2009, 13-40.

Référence électronique

Joseph A. McCartin, « L’américanisme de Reagan : brève histoire des politiques du patriotisme », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 108 | 2009, mis en ligne le 01 avril 2012, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1795

Haut de page

Auteur

Joseph A. McCartin

Georgetown University

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page