Navigation – Plan du site
DOSSIER

Introduction

Romain Huret, Alexandre Rios-Bordes et Jean-Christian Vinel
p. 9-11

Texte intégral

  • 1  Émile Levasseur, L’ouvrier Américain, Paris, Larose, 1898.
  • 2  Christian Topalov, La naissance du chômeur, Paris, Albin Michel, 1994 ; Daniel T. Rodgers, Atlanti (...)
  • 3  Au cours de son voyage, Levasseur noue des liens avec des responsables politiques comme le statist (...)

1En 1893, l’Académie des sciences morales et politiques propose à Émile Levasseur, professeur au Collège de France, d’étudier les populations ouvrières des États-Unis d’Amérique. Ce fervent partisan du développement de la géographie économique connaît déjà les États-Unis pour s’y être rendu en 1876, année du centenaire de l’indépendance, et son enseignement dans l’institution de la rue des Écoles porte sur l’histoire économique d’une jeune nation en pleine mutation sociale, démographique et économique1. Émile Levasseur s’inscrit alors dans un espace de débats transatlantique sur les formes de la question sociale et les voies de sa résolution, un va-et-vient de réformateurs et d’hommes politiques dont les réunions et rencontres participent, comme l’ont montré Christian Topalov et Daniel Rodgers, de l’objectivation des faits sociaux sur lesquels seront bâties les premières politiques sociales à partir de la fin du xixe siècle2. Libéral, Levasseur voit dans l’Amérique et dans les efforts de certains de ses réformateurs progressistes un « laboratoire » où sont menées des « expériences sociales et industrielles » uniques au monde. Leur projet de réconciliation des classes retient l’attention du professeur français qui y voit la possibilité d’une résolution de la question sociale qui ne remettrait pas en cause de manière fondamentale le système capitaliste et le salariat. Une autre voie, en somme, une alternative aux « modèles » européens3.

  • 4  Voir par exemple : Philippe Roger, L’ennemi américain. Généalogie de l’antiaméricanisme français, (...)

2Émile Levasseur n’est certes pas le premier à aller chercher de l’autre côté de l’océan des idées neuves : d’autres ont avant lui, depuis la fin du xviiie siècle, tourné leurs regards vers les expériences menées par un pays qui très tôt fascine autant qu’il agace. L’histoire de ces regards transatlantiques s’inscrit dans la longue durée. Ce morceau d’« Europe hors d’Europe » est par bien des aspects trop proche pour ne pas susciter les comparaisons ; il est aussi trop loin pour être vraiment familier et ne pas provoquer les reconstructions. Non que les États-Unis aient représenté la seule source d’inspiration étrangère pour les intellectuels, les chercheurs, les travailleurs sociaux et les responsables politiques des différents pays européens – et d’ailleurs. Mais, à mesure qu’émerge la superpuissance, que son poids se fait sentir et que son influence pénètre les sociétés, la perception de l’Amérique se décline décidemment en images d’Épinal. Pays de la liberté, du machinisme, du capitalisme « sauvage », de l’entreprenariat, de la répression politique, de la modernité technique et culturelle, de l’obscurantisme religieux, de la diversité et du métissage, de la consommation de masse, de la régression intellectuelle, du racisme : voilà, à dessein jetés pêle-mêle, quelques-unes des perceptions qui parcourent le xxe siècle en autant d’alternatives aux réalités et pratiques vécues par ceux qui font montre de l’observer4. Architectures institutionnelles et fonctionnement des pouvoirs, socialisation et pratiques politiques, gestion de l’économie et du social, relations extérieures, immigration, politiques urbaines, religion, mœurs et cohabitation des identités et des cultures : il est peu de domaines qui échappent à l’inévitable jeu de miroir, peu de controverses qui ne convoquent le « cas » américain pour défendre ou discréditer une proposition.

  • 5  Eric Fassin, « Un an sans puritains », Le Monde, pages Horizons-débats, 5 juin 1997. Voir aussi, d (...)

3Les États-Unis : « modèle » et « anti-modèle » ? Ces discours tranchés, s’ils recouvrent sans nul doute des réalités, en disent autant – et peut-être plus – sur les intentions, les désirs et les angoisses de ceux qui les profèrent. Ils n’en traduisent pas moins un déficit de savoir sur la société américaine et son histoire, trop facilement réduites à ces perspectives essentialistes. Il y a plus de dix ans de cela, le sociologue Eric Fassin exhortait les publicistes et chercheurs français à faire l’économie, un an durant, du mot « puritain » pour parler des états-Unis5. Ce numéro des Cahiers d’histoire s’inscrit dans cette perspective : nous avons souhaité ouvrir quelques-uns des « dossiers » parmi ceux qui convoquent la référence américaine, en donnant la parole à des historiens américains sur la rhétorique de l’« américanisme » (Joseph A. Mac Cartin), les politiques de l’immigration (Gary Gerstle), le rôle de la gauche (Michael Kazin), la place des intellectuels (Daniel Geary) et la politique étrangère (Emily Rosenberg). Notre ambition est de faire partager une vision bien différente de l’histoire américaine, qui réinscrive ces questions dans leurs contextes et déploie la complexité des configurations politiques, sociales, institutionnelles et intellectuelles.

4Il n’existe pas plus de « modèle » américain qu’il n’existe d’« exception française ». Il existe par contre une histoire des héritages, des configurations et des trajectoires d’une nation. C’est en éclairant ce passé que l’on peut véritablement comprendre ce que l’on peut attendre d’une confrontation transatlantique avec nos propres expériences passées et présentes. S’il a contribué à éclairer ce qui est en fait un enjeu du débat politique autant que du savoir, ce dossier aura atteint son objectif.

Haut de page

Notes

1  Émile Levasseur, L’ouvrier Américain, Paris, Larose, 1898.

2  Christian Topalov, La naissance du chômeur, Paris, Albin Michel, 1994 ; Daniel T. Rodgers, Atlantic Crossings : Social Politics in a Progressive Age, Cambridge, Harvard University Press, 1998.

3  Au cours de son voyage, Levasseur noue des liens avec des responsables politiques comme le statisticien Carrol D. Wright ou des professeurs tels l’économiste Richmond Mayo Smith qui promeut au même moment les politiques d’assurance sociale mises en place en Allemagne. Sur ce dernier, voir : Alex Schäfer, American Progressivism and German Social Reform, 1875-1920, Stuttgart, Steiner, 2000.

4  Voir par exemple : Philippe Roger, L’ennemi américain. Généalogie de l’antiaméricanisme français, Paris, Seuil, 2002.

5  Eric Fassin, « Un an sans puritains », Le Monde, pages Horizons-débats, 5 juin 1997. Voir aussi, du même auteur, « « Good to Think ». The American Reference in French Discourses of Immigration and Ethnicity », Multicultural Questions, Christian Joppke et Steven Lukes dir., Oxford U.P., 1999, p. 224-241.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Romain Huret, Alexandre Rios-Bordes et Jean-Christian Vinel, « Introduction », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 108 | 2009, 9-11.

Référence électronique

Romain Huret, Alexandre Rios-Bordes et Jean-Christian Vinel, « Introduction », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 108 | 2009, mis en ligne le 01 avril 2012, consulté le 29 mars 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1793

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page