Navigation – Plan du site

Le mot de la rédaction

Anne Jollet
p. 3-6

Texte intégral

1L’histoire des États-Unis a-t-elle quelque chose à nous dire ? On pourrait parfois en douter tant cette histoire tient une place modeste dans la production historique en France, une place de toute évidence sans commune mesure avec l’omniprésence des références médiatiques à la grande puissance, aussi bien sur le plan politique que culturel. Curieuse absence que celle d’une nation qui avait réussi à capter, il y a peu encore, le nom d’ « Amérique » pour elle toute seule. Absence, discrétion qui est pour partie propre à la place des États-Unis dans le monde d’aujourd’hui. Cette puissance dominatrice du xxe siècle, n’est-ce pas encore une façon de se soumettre à sa tutelle, de contribuer à son rayonnement, à son omniprésence que de l’étudier ? Évoquer son histoire, n’est-ce pas une façon de parler aussi de la défaite des contestations du capitalisme, n’est-ce pas se condamner à décrire le succès populaire d’une consommation de masse rendue possible par les victoires de l’impérialisme, les matières premières à bas prix, l’endettement appuyé sur la domination internationale et distillant l’oubli des inégalités et des violences intérieures à cette société ? Il n’est pas douteux que le fort antiaméricanisme de larges parts de l’opinion en France, antiaméricanisme qui n’est pas que de gauche, mais est particulièrement construit historiquement, philosophiquement à gauche, conduit les jeunes chercheurs à préférer s’intéresser à d’autres processus historiques que celui de la croissance de ces anciennes colonies anglaises, passées en deux siècles, du rôle de marge du monde européen à celui de première puissance mondiale.

  • 1  Parmi les multiples expressions de ce courant, pensons, par exemple, au rôle d’amplificateur d’un (...)

2La situation n’est cependant pas tout à fait propre aux États-Unis d’Amérique. Elle est liée aussi, nous le savons bien, à l’histoire de notre histoire de France, associée radicalement dans son élaboration scolaire et universitaire à la construction du « roman national ». Et il suffit de penser à l’usage proliférant de l’expression de « roman national », à l’usage explicitement politique de l’histoire nationale ces dernières années pour comprendre que cette fonction de l’histoire n’appartient pas seulement au passé et continue à peser, avec une efficacité renouvelée, aujourd’hui1.

3L’histoire en France est restée, reste très « franco-centrée ». Dans une telle perspective, la place faite à l’apport possible d’autres histoires nationales reste marginale. Pourtant, les interpellations du monde d’aujourd’hui qui nous font, que nous le voulions ou non, citoyens du monde, ont provoqué un renouveau des approches comparatistes et, encore plus, des études des transferts, des objets, de la production intellectuelle, des pratiques culturelles, notamment du fait des déplacements incessants, plus ou moins libres ou tout à fait forcés, des hommes à la surface du globe dans un passé qui contribue encore pour beaucoup à la forme du monde d’aujourd’hui. Déplacements des hommes à travers cette expansion européenne qui a conduit des Européens et les puissances européennes à prendre pied sur de nouvelles terres à partir du XVe siècle, notamment dans ce vaste espace qu’ils ont nommé « Amérique » en hommage à l’un des leurs. Déplacements à la recherche de minerais précieux, de nouvelles voies commerciales qui ont conduit à une installation définitive d’Européens sur ces terres aux dépens des peuples autochtones et à la mise en esclavage de millions d’Africains transplantés là. Cette histoire, qui est aussi celle des nations européennes, du choc entre les puissances européennes sur les mers et outre-atlantique, d’un spectaculaire processus de colonisation, a été l’un des moteurs du renouvellement historiographique des dernières décennies. Il n’est donc peut-être pas très étonnant que notre curiosité historienne soit maintenant attisée pour l’histoire propre de ce continent, Amérique du Nord comme Amérique du Sud. L’acuité de la crise dans cet espace, ses conséquences sociales spectaculaires y ont suscité des renouvellements politiques qui réveillent l’intérêt pour son histoire. Ce qui se passe dans le continent nord-américain, et singulièrement aux États-Unis, ne relève peut-être pas seulement d’une complicité généralisée avec les actes de domination d’une super-puissance, d’un échec global de toute alternative au capitalisme, d’un socialisme qui « s’était échoué sur les récifs du rosbif et de la tarte aux pommes » pour reprendre les termes de Werner Sombart, cité par l’un des auteurs du dossier. D’où le renouveau d’intérêt auquel nous espérons contribuer pour une histoire qui n’est pas que désespérante.

  • 2  « L’histoire de France. Regards d’historiens américains », coordonné par David Shafer, Cahiers d’h (...)

4Les Cahiers poursuivent ainsi leur démarche de recherche de décentrement, souhaitant à travers l’approche d’espaces différents montrer comment les espaces nationaux, notamment, interagissent les uns par rapport aux autres, plus ou moins intensément selon les temps et selon les champs du social. Cette démarche nous a conduit, il y a quelques années, à un dossier coordonné par un historien états-unien, David Shafer, sur l’histoire de France vue par des historiens des États-Unis, puis à un dossier impulsé par notre collègue politiste, Mathias Delori, sur la réconciliation franco-allemande. Nous venons de produire, grâce à la coordination de Didier Monciaud, un important dossier sur les gauches en Égypte qui réunit des analyses de spécialistes souvent peu accessibles en français 2.

  • 3  Parmi les productions récentes des auteurs, voir notamment, Romain Huret, De l’Amérique ordinaire (...)

5Le présent dossier est coordonné par des spécialistes français de l’histoire des États-Unis, Romain Huret, Alexandre Rios-Bordes, Jean-Christian Vinel, qui ont fait le choix, ici, de donner la parole à des historiens des États-Unis3. Il s’agit donc là aussi de faire connaître les productions d’auteurs peu traduits en français et de rendre accessibles des analyses qui contribuent à façonner – souhaitons-le pour les historiens - le sens de leur propre histoire pour les citoyens des États-Unis. Les thématiques choisies l’ont été afin de permettre de comprendre sur quelles bases a fonctionné au cours du 20e siècle la référence au fameux « modèle américain ». Les articles abordent quelques-uns des axes qui font l’armature de ce modèle. À partir de son usage politique par Donald Reagan, Joseph McCartin propose une analyse très pénétrante de l’histoire de l’ « américanisme », notion clé qui permet de signifier l’appartenance à la nation et de légitimer l’exclusion de ceux qui sont désignés comme n’en partageant pas les valeurs. Les propos de Mickael Kazin mettent en évidence bien des convergences entre les difficultés de la gauche aux États-Unis et ce fonctionnement de l’américanisme : la gauche pâtit en effet de son incapacité à développer une critique globale en prise avec l’ensemble de la société américaine, notamment avec les ouvriers blancs, devenus souvent culturellement conservateurs. Daniel Geary aborde la question du point de vue de la place des intellectuels dans la nation et de leur difficulté à y jouer un rôle de porte-voix légitimes de l’opinion. Gary Gerstle traite de la façon dont les politiques migratoires disent depuis le XIXe siècle un état de la société américaine quant à ce fameux « américanisme », cette construction d’une identité collective qui définit le soi et l’autre. Emily Rosenberg développe ici une dimension importante de son travail sur le fonctionnement de la société de consommation comme outil de paix sociale, mais aussi arme internationale dans la lutte contre l’URSS et le communisme. L’auteur montre comment la production de masse a pu constituer un modèle positif, approprié internationalement grâce à la prise en compte, par les entreprises multinationales, des spécificités culturelles et sociales des différentes nations.

6Ce dossier nous parle donc, à propos de la situation des États-Unis, de la grande tension de toutes les sociétés contemporaines entre construction des sentiments d’appartenance nationaux et réalité des incessantes migrations qui recomposent les sociétés et les formes d’appartenance.

7Chantiers décline cette même question à partir du point de vue des instances internationales mises en place aux lendemains de la Seconde guerre et censées permettre de dépasser les intérêts nationaux au profit des coopérations internationales. Chloé Maurel développe les enjeux du travail accompli par l’UNESCO, à la fois ambitieux et, in fine, décevant tant cette coopération internationale reproduit les différences de puissance entre les États.

8La rubrique Débats conduit, elle, vers les débats historiographiques italiens. Marco di Maggio y présente sa lecture du livre récent de Paolo Favelli, Marxismo et storia, dans lequel l’historien italien revient sur les modalités de l’hégémonie, puis de l’effondrement de la référence marxiste dans la production historique italienne et sur le retour contemporain de l’intérêt pour le marxisme dans l’analyse sociale dont ce livre est l’une des manifestations.

9Pour finir, nous avons le plaisir de rappeler que la rédaction des Cahiers a décidé d’élargir sa démarche de diffusion d’une histoire critique, d’une histoire consciente des enjeux vifs que constituent les lectures du passé, par un rassemblement des acteurs, chercheurs, lecteurs, éditeurs, diffuseurs de cette histoire critique, dans le cadre de Rencontres d’histoire critique.

  • 4  Le programme des Rencontres est disponible sur le site des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire cr (...)

10Grâce au partenariat avec l’Université populaire des Hauts-de-Seine, les premières Rencontres d’histoire critique se dérouleront les vendredi 27 et samedi 28 novembre prochain à Gennevilliers4. Nous espérons que nous serons nombreux, auteurs, lecteurs et amis des Cahiers à nous y retrouver. Cela sera pour nous une occasion précieuse de mieux penser l’histoire que nous écrivons avec ceux pour qui nous l’écrivons.

11Nous vous disons donc à très bientôt pour la suite de ces élaborations communes que nous pensons, plus que jamais, nécessaires.

Haut de page

Notes

1  Parmi les multiples expressions de ce courant, pensons, par exemple, au rôle d’amplificateur d’un Max Gallo qui, outre sa production personnelle, multiplie les interventions dans les débats publics, appelle à « Ressaisir l’esprit du roman national » (le Figaro, 25 septembre 2008) et salue aujourd’hui en historien le débat lancé par le ministre de l’Immigration sur « l’identité nationale ». Une belle analyse de cet usage politique contemporain de l’histoire a été produite par le Comité de Vigilance face aux Usages publics de l’Histoire (CVUH), Laurence de Cock, Fanny Madeline, Nicolas Offenstadt, Sophie Wahnich (dir.), Comment Sarkozy écrit l’histoire de France, Éditions Agone, 2008.

2  « L’histoire de France. Regards d’historiens américains », coordonné par David Shafer, Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 96-97, 2005, « La réconciliation franco-allemande. Les oublis de la mémoire », coordonné par Mathias Delori, n° 100, 2007, « Les gauches en Égypte xi-xxe siècle », coordonné par Didier Monciaud, n° 105-106, 2009.

3  Parmi les productions récentes des auteurs, voir notamment, Romain Huret, De l’Amérique ordinaire à l’État secret. Le cas Nixon, Paris, Presses de Sciences Po, 2009.

4  Le programme des Rencontres est disponible sur le site des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique http//chrhc.revues.org.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Jollet, « Le mot de la rédaction », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 108 | 2009, 3-6.

Référence électronique

Anne Jollet, « Le mot de la rédaction », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 108 | 2009, mis en ligne le 01 avril 2009, consulté le 25 avril 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1792

Haut de page

Auteur

Anne Jollet

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page