Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

1848-1998 : 150 ans de luttes pour l’État social… et demain ?

Les cahiers de l’Université ouvrière de Genève, 2000, 76 p.
Maurice Genty
Référence(s) :

1848-1998 : 150 ans de luttes pour l’État social… et demain ?, Les cahiers de l’Université ouvrière de Genève, 2000, 76 p.

Texte intégral

1Cette plaquette dresse le bilan d’une journée d’étude organisée en novembre 1998 par l’Union syndicale suisse et l’Université ouvrière de Genève dans le cadre du 150e anniversaire de l’État fédéral suisse, sur le thème de « La démocratie sociale : une vision prospective à réaliser ». Sans doute cette journée concernait-elle la Suisse et s’agissait-il, « à la lumière des choix et des valeurs qui influencèrent la création de l’État fédéral » suisse, d’« explorer l’évolution de la politique sociale de la Suisse et les conséquences de ces choix face aux réalités actuelles » (p. 5), mais les thèmes soulevés dépassent largement le cas particulier de la Suisse pour poser des prothèmes d’ordre général.

2En ce qui concerne la Suisse, à partir de la constatation que l’État social y apparaît sous-développé, menacé en outre de régression aujourd’hui, comme dans toute l’Europe, la question est posée de savoir si son développement a rencontré un frein, voire un obstacle dans le fédéralisme, d’une part – les structures fédérales se heurtant aux prérogatives cantonales –, dans la démocratie directe d’autre part : si l’initiative peut constituer un facteur d’impulsion, le référendum peut en revanche jouer un rôle de frein. Une place importante est consacrée à la politique humanitaire, l’une des caractéristiques de la Suisse depuis la création de la Croix-Rouge : il est permis de se demander si cette politique n’a pas été utilisée, à l’intérieur, comme un moyen d’atténuer les tensions sociales, comme elle l’a été en politique extérieure : ne constitue-t-elle pas, « en étroits liens avec la politique de neutralité, un instrument de politique étrangère, en particulier un instrument de politique économique extérieure », permettant à la fois de construire des réseaux internationaux susceptibles de suppléer aux rapports diplomatiques traditionnels et/ou de renforcer l’efficacité de ces derniers », et de donner, de la Suisse, une excellente image, qui lui confère « un fort capital symbolique » pouvant être converti en capital politique et/ou économique » (p. 36-37).

  • 1  Contribution de C. Magnin, « Esquisse d’une histoire du changement radical des relations entre l’i (...)

3Plus largement, contributions et débats ont soulevé des problèmes généraux au sujet de la démocratie, essentiellement d’ailleurs de la démocratie directe, et de la citoyenneté 1. Il s’agit notamment des liens entre l’instruction publique et la démocratie, liens qui ont évolué avec le temps ; d’abord exigence politique, nécessaire à la fois à l’égalité politique et à la formation des citoyens et, par suite, au bon fonctionnement de la démocratie, elle est devenue une exigence d’égalité socio-économique en même temps qu’une nécessité économique à la fin du xixe siècle comme lors des Trente Glorieuses de l’après Seconde Guerre mondiale, de sorte que l’on peut se demander si la crise sociale présente n’entraînera pas une régression sur ce point. Ainsi la gratuité de l’enseignement universitaire, instaurée en 1966 à Genève, a-t-elle été abandonnée, par le peuple lui-même d’ailleurs, en 1995 ? Le démantèlement des prestations sociales ne risque-t-il pas de son côté d’avoir des effets sur la citoyenneté ? Sans doute, « l’analyse du fonctionnement de la démocratie » – en général et pas seulement directe – amène-t-elle « au constat de l’existence de certains problèmes ou effets pervers », constat qui « peut être instrumentalisé à des fin politiques », mais « il ne s’agit pas d’opposer analyse et politique. Il s’agit plutôt d’utiliser leurs forces respectives dans un projet de critique sociale et de réalisation toujours meilleure des idéaux démocratiques » (p. 64).

Haut de page

Notes

1  Contribution de C. Magnin, « Esquisse d’une histoire du changement radical des relations entre l’instruction publique et la démocratie, de 1848 à aujourd’hui : le cas de Genève », et rapport de synthèse de l’atelier B : « Les limites de la démocratie », par M. Gianni.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maurice Genty, « 1848-1998 : 150 ans de luttes pour l’État social… et demain ? », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 85 | 2001, mis en ligne le 22 novembre 2009, consulté le 23 mai 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1780

Haut de page

Auteur

Maurice Genty

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page