Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Pierre Chaunu, Michèle Escamilla, Charles Quint

Paris, Fayard, 2000, 854 p.
Amar Khodjérane
Référence(s) :

Pierre Chaunu, Michèle Escamilla, Charles Quint, Paris, Fayard, 2000, 854 p.

Texte intégral

1On célèbre cette année le cinq centième anniversaire de la naissance de Charles Quint. Existe-t-il une fascination ou une admiration pour cet « homme Univers » qui fut le dernier empereur chrétien à disposer d’une puissance comparable à celle de Charlemagne et le premier grand prince territorial des temps modernes ? Considère-t-on l’extraordinaire destin de Charles Quint, dont, étrangement, l’échec à réaliser le rêve d’une chrétienté universelle a contribué à forger l’identité de l’Europe dans sa diversité culturelle ? Sommes-nous en présence d’un règne singulier qui s’identifie à l’histoire de l’Europe ? C’est sans doute pour toutes ces raisons que paraissent de nombreux ouvrages consacrés à Charles Quint, dont celui de Pierre Chaunu et Michèle Escamilla dans la prolixe collection des biographies Fayard.

2D’emblée, Pierre Chaunu propose une chronologie serrée en huit pages qui lui permet de se dispenser de toute approche classique ou romanesque. Puis fidèle à la démarche de F. Braudel, il reconstruit « l’espace temps » dans lequel évolue l’empereur. Il tente de cerner la figure du souverain à travers « la collecte délicate des héritages » (p.106), et d’abord la Bourgogne – « Le duché de Bourgogne, notre Patrie ». Cette réflexion traduit le lien affectif et surtout culturel qu’entretient ce prince flamand avec le duché, le terre de ses pères, annexée depuis 1477 par la France. Ainsi, l’auteur explique « par la mémoire d’un passé porteur d’une identité forte la méfiance entre la branche des Valois de France et celle des Valois de Bourgogne. À Charles Quint de venger la mémoire de ses ancêtres, d’effacer l’humiliation de 1477, d’effacer les séquelles des haines ancestrales ».

3Puis l’auteur se livre à une description des contours géopolitiques de l’Europe dans la première moitié du xvie siècle car, par les hasards dynastiques et successoraux, Charles Quint collectionne un nombre impressionnant de couronnes (17 au total). Jamais un souverain ne disposa d’une telle puissance territoriale. Cependant cet empire où « le soleil ne se couche jamais » est une « collection de possessions disparates » bénéficiant d’une large autonomie. Le conglomérat d’États dispersé sur un territoire immense, écartelé entre trois espaces principaux : Espagne-Italie-Pays-Pas-Allemagne, conduit Pierre Chaunu à « l’interminable conflit » entre François Ier et Charles Quint dont le point réel d’affrontement était le Milanais, « artère jugulaire de l’Empire, maillon central du système des Alliances » qui établit entre les Pays-Bas et l’Espagne une route qui permet de contourner le royaume de France. L’auteur montre comment, malgré l’antagonisme entre François Ier et Charles Quint, il réussit à maintenir l’héritage de ses pères, « à ne pas abandonner la moindre pièce » (p. 195). Car, ainsi il respecta « les structures existantes, les identités, les droits, lois et coutumes » (p. 735).

4La diversité des couronnes, mais aussi sa sensibilité religieuse (proche du modèle érasmien, érasme dont Charles Quint fut proche) expliquent en partie l’importance que revêt à ses yeux l’unité religieuse du monde chrétien. L’idéal de paix entre les chrétiens et la sauvegarde de la tradition de l’Église (malgré le sac de Rome en mai 1527), P. Chaunu s’attache à décrire comment l’empereur chercha à réconcilier sur les terres les catholiques et les partisans de Luther ; mais il ne put pour autant empêcher la consolidation du luthéranisme (se traduisant par exemple par la convocation d’un comité universel) comme force religieuse et politique et dut signer le 25 septembre 1555 la paix d’Augsbourg, « la pire des souffrances » pour le souverain. Cette paix consacre la division religieuse en Allemagne en laissant libres les princes d’imposer leur religion à leurs sujets, selon le principe cujus regio, cujus religio. Après cet échec, Charles Quint aspire « au parfait désengagement » comme P. Chaunu qui laisse le soin à Michèle Escamilla de continuer l’ouvrage.

5Michèle Escamilla cherche pendant 300 pages à « entrevoir l’homme dans sa vérité au moment qui est, à travers l’épreuve de la vieillesse et de la mort, pour tout homme et de tout temps un moment de vérité » (p. 399) : elle peut le faire en se servant de « l’observation privilégiée » de Yaste, monastère en Estrémadure où le vieux monarque s’installa après avoir renoncé au monde (p. 401).

6Dans son discours d’Adieu aux Pays-Bas en 1556, Charles Quint explique la raison qui le pousse à quitter le pouvoir : l’usure du pouvoir l’a prématurément vieilli, de même la difficulté à assumer un tel pouvoir qui l’a contraint à sillonner l’empire jusqu’à l’épuisement, le condamner à « passer sa vie par monts et par vaux » (p. 362). Cet homme comme l’écrit F. Braudel, fatigué et perclus de douleur a « été une sorte de bagnard de la puissance ». Il renonça tour à tour aux Pays-Bas (octobre 1555) et à l’Espagne au profit de Philippe, et à l’Empire au profit de Ferdinand élus empereurs le 12 mars 1558.

7L’auteur s’attache, enfin, à suivre minutieusement la conscience religieuse de ce prince chrétien du xvie siècle, obsédé par l’angoisse du jugement, donc du Salut de son âme. Elle montre que cet empereur, à la croisée de plusieurs sensibilités religieuses, formé spirituellement dans le sens de l’humanisme chrétien d’Erasme, marque par son attitude répressive à l’égard des protestants en Espagne à la fin de sa vie, la fin d’une époque et de conciliation. Il annonce donc la suivante « dans le sens d’une intransigeance accrue et d’une intolérance vis-à-vis de la pensée, et de la foi » (p. 612). On appréciera cette partie de Michèle Escamilla où la finesse du jugement a toujours un arrière-plan documentaire de qualité.

8Le lecteur trouvera donc un réel intérêt à la lecture de cet ouvrage, qui par les pistes explorées, ses conclusions, forme un biographie originale, contribuant à révéler la réelle singularité du règne de Charles Quint.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Amar Khodjérane, « Pierre Chaunu, Michèle Escamilla, Charles Quint », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 85 | 2001, mis en ligne le 22 novembre 2009, consulté le 26 juin 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1776

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page