Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Steven M. Zdatny, L’artisanat au xxe siècle, ou la mort d’une idée, une stratégie de survie

Paris, Belin, collection Histoire et société, Temps présent, 1999, 367 p.
Jacqueline Viruega
Référence(s) :

Steven M. Zdatny, L’artisanat au xxe siècle, ou la mort d’une idée, une stratégie de survie, traduit par Claudine Marenco, préface de Michelle Perrot, Paris, Belin, collection Histoire et société, Temps présent, 1999, 367 p.

Texte intégral

1« J’ai essayé de sortir de l’ombre une composante oubliée de la société française du xxe siècle ; j’ai été frappé par la condescendance avec laquelle ils ont été traités » écrit l’auteur. Historien américain, enseignant à l’université de Virginie-Occidentale, il appartient au mouvement, initié par Robert Paxton, qui revisite l’histoire contemporaine française. C’est la double originalité de son ouvrage que de réexaminer les idées reçues à propos des artisans, tout en comblant un vide historiographique, puisqu’ils sont absents de l’histoire de France du xxe siècle, après avoir été valorisés en d’autres temps, notamment au xixe siècle.

2L’image de boutiquiers « acclamant Boulanger, dénonçant Dreyfus, chargeant la police sur le pont de la Concorde » est-elle exacte ? Y eut-il ensuite alliance avec le régime de Vichy ? Steven M. Zdatny, qui met en avant l’absence de « faits établis », faute d’une histoire sociale du fascisme français, rassemble les faits significatifs de la conduite politique des artisans entre 1900 et 1960. À ses yeux, l’industrialisation se répercuta sur les activités politiques des producteurs aux méthodes non industrielles, mais l’explication économique reste insuffisante sans la dimension idéologique.

3« À la recherche de la défense du petit homme », l’auteur reconstruit son itinéraire, forcément indissociable de l’histoire de France. L’importance de la petite entreprise découle des particularités de l’industrialisation du pays ; elle tire sa force du contrat social mis en place à la Révolution française et que renouvelle et assoit la IIIe République : une de ses clauses est la sauvegarde de la petite propriété.

4Le terme d’artisan désignait tout ouvrier disposant d’un degré de savoir faire et d’autonomie. Il change de sens avant la Première Guerre mondiale, signifiant désormais la fraction inférieure des classes moyennes. Le projet de l’artisanat qui lance le mouvement du même nom en 1919 définit l’artisan d’après le métier : il possède ses outils de production et dispose de ses produits et de ses services mais n’est pas un capitaliste ; il n’est pas un ouvrier mais doit être un travailleur qualifié. C’est le métier qui délimite les frontières de l’organisation.

5La première limite du mouvement se trouve là, dans les « contours indéterminés et mouvants » de ce groupe de plus de cent métiers, composé de petits travailleurs isolés, ou accompagnés de leur famille, de compagnons, de moyens et de gros artisans à la tête de douze salariés ou plus…

6La deuxième difficulté en découle. Le mouvement est divisé. La vitalité associative des artisans est annulée par leurs divergences de toute nature, qui rendent éphémères leurs multiples regroupements. Les intérêts communs sont flous ; la direction de la principale organisation, la CGAF (Confédération générale de l’Artisanat français, créée en 1922, 100 000 membres en 1925), ne peut imposer une discipline entre groupes locaux et professionnels et se trouve aux prises avec les tensions et les perpétuelles luttes de pouvoir entre les régions et avec le centre.

7Le troisième obstacle tient à la « naïveté idéologique ». La Charte que rédige le mouvement en 1923 présente l’artisanat comme un démenti vivant du conflit de classes et rejette à la fois la voie libérale et le marxisme. Les deux tendances principales qui se disputent le leadership du mouvement, le syndicalisme et le corporatisme, partagent le rêve de stopper la marche de l’industrialisation ; elles s’aveuglent sur le rôle économique et social que peuvent jouer les artisans et la neutralité présumée de l’État.

8Cependant, même s’il « n’y a pas de solution artisanale aux problèmes de la société industrielle », le mouvement a le soutien de législateurs et d’hommes politiques, parmi lesquels se distingue le sénateur et ministre du Commerce Etienne Clémentel. L’exemption en 1923 de la taxe sur le chiffre d’affaires pour les petits producteurs en témoigne. Mais l’influence réelle des artisans est insignifiante, ils le constatent avec l’expérience des Chambres de métiers. Créées par la loi Courtier de 1925, elles sont censées réglementer l’apprentissage et servir de lien entre l’artisanat et l’État. En butte à l’hostilité des Chambres de Commerce, elles peinent à voir le jour. Quand elles existent enfin, c’est une déception : pas de juridiction sur l’apprentissage, pas d’incidence sur la vie des artisans. De plus, se crée immédiatement une tension entre la cgaf qui veut les contrôler et l’Association des présidents des Chambres de métiers (apcmf), laquelle est elle-même en conflit avec quelques-unes des plus grosses Chambres de métiers !

9Protégés encore par le Parlement pendant la crise des années trente, les artisans parviennent à être représentés au sein du Conseil national économique sous le Front populaire. Ils y mesurent vite la marginalité de leur position, l’opposition des grands patrons à tout privilège envers les petits producteurs, la détermination des ouvriers. Les divisions s’accentuent. Pendant que la CGAF signe une convention collective avec la CGT, une partie des artisans se reconnaît dans la CPC (Confédération patronale des coiffeurs) qui s’allie à l’extrême droite.

10La Révolution nationale est considérée avec optimisme par une majorité du mouvement artisanal, en raison de sa promesse de protéger les classes moyennes. En 1940, le député Paulin, héraut de l’artisanat, vote pour Pétain et siège dans le nouveau Conseil national à côté du président de l’apcmf. Mais Vichy est une illusion perdue. Ni la Charte du travail, ni le statut de l’artisan de 1943 ne tiennent la promesse de libérer les « petits » de l’hégémonie des « gros ». Les principales organisations artisanales disparaissent, remplacées en 1947 par la Confédération nationale de l’Artisanat (CNA), organisation modérée de centre droit.

11Les bouleversements des années cinquante forment la toile de fond de la mort du mouvement artisanal. Le poujadisme en 1956 – né de la révolte contre les contrôles fiscaux –, le CID-UNATI ensuite n’en sont que des barouds d’honneur, au surplus critiqués dans le mouvement, l’APCMF voulant mettre l’artisanat en conformité avec la France nouvelle. Elle approuve donc le décret-loi de 1962.

12Ce décret fonde désormais l’artisanat sur l’entreprise et non l’individu. Ce faisant, il signe la mort du projet de l’artisanat, dont l’idée principale était l’autonomie corporative. La mesure favorise en fait le fonctionnement du libre marché et le contrôle étatique. Le titre de maître artisan n’est plus, dès lors, qu’un slogan publicitaire.

13L’auteur donne à voir la profonde diversité du milieu particulier dont il décrit l’itinéraire politique. Comme il réussit à faire partager son empathie à l’égard de ceux qu’il évoque, on regrette d’autant plus que son parti pris de « serrer » l’activité organisationnelle des artisans et leurs motivations idéologiques l’ait un peu éloigné de leur vie quotidienne. N’est-ce pas là pourtant que se nouent, dans les espoirs et les difficultés du métier, les choix qui, en dernier ressort, se donnent une expression politique ? C’est la seule frustration que laisse la lecture de ce passionnant ouvrage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacqueline Viruega, « Steven M. Zdatny, L’artisanat au xxe siècle, ou la mort d’une idée, une stratégie de survie », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 85 | 2001, mis en ligne le 22 novembre 2009, consulté le 25 avril 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1773

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page