Navigation – Plan du site
DÉBATS

Crise de la fin du Moyen Âge, féodalisme, crise de l’Histoire 1

À propos d’un livre récent
Guy Lemarchand
p. 129-136

Résumé

L’ouvrage récent de Guy Bois devrait attirer l’attention des historiens bien au-delà du cercle des médiévistes auxquels il s’adresse d’abord. C’est du point de vue de l’histoire générale que se place ici Guy Lemarchand comme d’ailleurs l’auteur y incite lui-même par les comparaisons qu’il fait entre le Moyen Âge et d’autres époques, en particulier le temps présent. Qu’est-ce qu’une crise ? Un mode de production ? Quels liens entre l’économique, le démographique et le social ? Telles sont certaines des questions posées par le livre et qu’envisage cette contribution critique.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

Europe

Chronologie :

Moyen-Âge
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Guy Bois, La grande dépression médiévale, xive et xve siècles. Le précédent d’une crise systémique(...)

1Un nouveau livre de G. Bois consacré aux xive-xve siècles devrait normalement faire souffler un vent rafraîchissant de discussions et controverses sur des questions fondamentales. Je n’en rendrai pas compte ici du point de vue du spécialiste du Moyen Âge, période pour laquelle je n’ai aucune compétence. Mais l’intérêt de l’ouvrage ne s’arrête pas à la considération des seuls xive-xve siècles, il déborde largement sur les Temps Modernes, d’autant plus que l’auteur confronte ses vues sur l’économie avec celles exposées dans le livre récent de J.Y. Grenier sur les xvie, xviie et xviiie siècles (L’économie d’Ancien Régime. Un monde de l’échange et de l’incertitude, Paris 1996) qui n’a pas eu l’écho qu’on aurait pu imaginer. En outre, il faut signaler que certaines des institutions et pratiques sociales essentielles qui apparaissent soit au xie siècle, soit davantage encore pendant le xive siècle qui vont pour la plupart se maintenir, voire se développer, aux xvie-xviie siècles jusqu’à 1789 en France ou même jusqu’au milieu du xixe siècle en Europe centrale : la seigneurie, les corporations, la monnaie métallique fondante, l’État monarchique tendant vers l’absolutisme, le trafic privé des finances publiques, l’opinion publique politique, le phénomène national. Surtout, la démarche générale même du livre devrait attirer l’attention de tous les historiens, quel que soit leur champ d’étude. En effet elle tourne le dos aux modes qui prévalent depuis 1980-90 : le primat de l’histoire culturelle et de l’histoire événementielle, le goût pour les sujets minuscules en prétendant s’appuyer sur la micro-histoire italienne. Évidemment l’ouvrage ne passionnera pas ceux qui s’enivrent dans l’histoire de l’art d’accommoder les queues de cerises, et il pourra leur apparaître comme « ringard » car il s’inscrit dans une lignée remontant à M. Bloch et aux Annales de 1929.

2G. Bois avait déjà exploré les xive-xve siècles dans sa thèse sur la Haute-Normandie (Crise du féodalisme ‑ Recherches sur l’économie rurale et la démographie du début du xive au milieu du xvie siècle en Normandie orientale, Paris 1976) et partout on a repris le chiffre effarant de dépeuplement auquel il était arrivé pour la région pendant les deux derniers siècles du Moyen Âge (une chute de plus des deux tiers entre 1314 et 1450). De plus il a publié il y a une dizaine d’années une synthèse sur l’instauration du régime féodal en Occident au xie siècle dans l’inspiration de G. Duby (La mutation de l’An Mil, Paris 1989), qui se fonde encore, en partie, sur sa connaissance de la Normandie. Aussi et très logiquement, pour expliquer la crise des xive-xve siècles, rappelle-t-il d’abord rapidement les éléments de la mise en place de la société féodale du viiie au xiie siècle : la croissance sans précédent de la population (le triplement), la vague de défrichements, la progression de l’emploi du fer, mais également, faits sur lesquels on insiste généralement moins, l’usage croissant de la monnaie fondée sur le monométallisme argent et la tendance à sa dévaluation lente, enfin le développement du crédit avec principalement la rente constituée. Sur le plan social on passe dans le même temps de l’esclavagisme à la féodalité avec l’établissement de la seigneurie banale et en ville, autre forme de travail forcé, l’apprentissage. Les bourgs qui se créent, constituent des pôles de commercialisation de la production agricole et d’expansion du salariat. La terre elle-même devient une marchandise et sa possession est un but essentiel de l’enrichissement des non-nobles.

3Le tournant de la crise se situe vers 1320-30, avant la peste noire. Mais dès 1260 des difficultés étaient apparues : arrêt des défrichements tandis que l’expansion démographique se poursuit, ce qui pulvérise l’exploitation paysanne et gonfle l’endettement, stagflation (hausse des prix et de la spéculation alors que la production n’augmente plus), multiplication des guerres et alourdissement de la dépense des États pour y faire face. Quant à la crise elle-même, c’est en premier lieu l’effondrement de la population, général en Occident, avec une surmortalité de longue durée qui ne se réduit pas aux seuls ravages de la peste. Lui sont liées, effets et causes à la fois, la contraction de l’espace cultivé, la réduction des récoltes et la chute des anciens foyers industriels. La guerre fait rage plus que jamais, pas seulement le conflit franco-anglais, mais les antagonismes dynastiques en Espagne ou la lutte des Guelfes et des Gibelins en Italie. Pour soutenir leurs armées, les États qui ont mis en place un appareil fiscal depuis la fin du xiiie siècle accroissent fortement leurs exigences quoique la matière imposable aille en diminuant, autre source de malheur pour les peuples. La peur de la mort hante individus et groupes, et le vide des terres et le manque de bras font éclater la famille et tendent les relations sociales jusqu’à la rupture dans les révoltes populaires de la seconde moitié du xive siècle. Selon Bois la crise n’est pas qu’un accident conjoncturel lié au manque de monnaie, comme le veut la thèse ancienne. Elle est un phénomène séculaire et structurel, une déflation longue où baisse des prix et baisse de la production s’entretiennent réciproquement. À sa suite arrivent la thésaurisation et la dévaluation de la monnaie manipulée par les États, l’écroulement du crédit et la fuite dans la spéculation débridée qui, à leur tour, aggravent la situation.

4Il s’agit d’une spirale qui touche tous les secteurs d’activité et la plupart des milieux sociaux. Les premières victimes sont évidemment les catégories populaires, surtout les paysans, pour lesquels la hausse du salaire réel ne compense sans doute pas la diminution de l’emploi. Précarité et migration à la recherche du travail se développent en ville tandis que les boutiquiers et les artisans se protègent par les règlements corporatifs malthusiens. La paupérisation engendre la violence et la montée de la criminalité et, en réplique, la répression par les autorités et les puissants. Mais Bois montre, et c’est un des points forts du livre, que les classes dirigeantes sont aussi atteintes : subissant la baisse de leurs revenus fonciers et seigneuriaux la noblesse s’enrôle dans les armées ou investit l’appareil d’État en développement, l’Église se divise entre factions politiques et se réfugie dans une pastorale de la mort, l’une et l’autre voient leur prestige auprès des humbles s’affaisser. L’insécurité du commerce, le danger de l’agitation populaire, les occasions d’enrichissement liées à la levée des impôts et aux prêts aux États et l’attrait des offices royaux conduisent les patriciats urbains à se rapprocher de l’aristocratie et des cours princières. De plus, économique et sociale, la crise a également un coût politique et intellectuel. Sur ce plan elle a commencé vers 1280, si ce n’est avec Philippe Auguste, et le changement en ce qui concerne le pouvoir central est affaire de dimension suivant l’auteur, en continuité plus qu’en rupture avec la monarchie féodale antérieure. En un siècle les rois ont multiplié par 3 à 5 les prélèvements fiscaux et du même coup redistribuent des sommes considérables au bénéfice surtout de la haute noblesse. L’encadrement accru de la population, l’invasion de l’étranger et la guerre développent les solidarités communautaires, en particulier le sentiment national, venu, selon Bois, davantage du fond populaire que des clercs. Mais contradictoirement la crise nourrit également le désir d’échapper au malheur du temps et l’individualisme sans règle. L’État financier excite les appétits tandis que la guerre favorise le culte du chef : c’est l’ère des factions aristocratiques et des chefs de bandes armées. Dans ce climat délétère, comme l’avait déjà vu J. Huizinga, la vie intellectuelle se sclérose : la scolastique devient un carcan formel, le nominalisme philosophique tourne à l’anti-intellectualisme et les universités s’enfoncent dans le conformisme et l’intolérance au service du statu quo politique et social.

5Ainsi, crise selon l’auteur, à juste raison lorsqu’on considère l’enchaînement des faits, ne signifie pas seulement régression, elle est aussi transformation. Clairement il réhabilite l’histoire structurelle économique, démographique et sociale et avec elle la perspective de la longue durée, tout en allant nettement plus loin que Labrousse et Braudel. La crise des xive-xve siècles ne consiste pas en une centaine d’années de dépression et désordre continus. Des rémissions et des reprises les interrompent, par exemple en France sous Charles V, ou, j’ajouterais, pour la crise du xviie siècle les années Colbert, mais ces épisodes n’ont que des résultats fragiles car les racines des maux ne sont pas attaquées et ils sont suivis de nouvelles chutes. Il s’agit donc d’une tendance de fond agissant sur le long terme de façon plus ou moins virulente selon les circonstances du moment. On pourrait en dire autant pour le xviie siècle. Un concept essentiel, bien que Bois n’insiste guère dessus, est celui de processus. À l’insu le plus souvent de la conscience des contemporains, les institutions et pratiques sociales changent lentement au fil des décennies mais avec un mouvement sans régularité, suivant les contradictions du moment, dans des directions d’évolution relativement constantes dans leur dessin, sous l’action de grands facteurs qui sont liés entre eux en concordance ou en discordance. S’il livre avant tout un schéma général pluriséculaire pour une vaste aire allant de l’Angleterre à la Suisse et de l’Allemagne à l’Espagne, Bois n’oublie pas que cet espace n’est pas homogène et il utilise largement, quoique un peu rapidement, la comparaison interrégionale pour marquer les nuances et les différences entre les pays concernés, de la Grande-Bretagne au servage étendu à l’Italie fortement urbanisée. Toutefois, et cela prêtera à discussion, à cette approche l’auteur ajoute un second type de comparaison : celle entre périodes différentes. Il compare la crise de la fin du Moyen Âge avec celle du capitalisme commencée en 1970 et ce en évitant le risque majeur en la matière : l’anachronisme. Ici l’instrument conceptuel, que l’auteur développe largement, est celui de système social ; d’autres diront mode de production, schéma global de société ou autres expressions, le vocable, à dire vrai, importe peu. On sait bien avec l’auteur que le contexte économique, social et politique du xxe siècle n’a rien de commun avec celui du xive siècle. Mais l’expérience de la crise de la fin du Moyen Âge permet de mieux comprendre celle des décennies récentes et remet en cause l’explication qui en est donnée par le courant idéologique hégémonique d’aujourd’hui, le libéralisme. Le thème qui est avancé par celui-ci est purement techniciste : c’est la mondialisation qui serait la clé de tout. À la suite de l’accélération brutale des progrès des capacités de production et des moyens de communication les diverses régions de la planète deviennent étroitement interdépendantes, grâce à l’expansion du commerce international fondé sur une monnaie stable et forte et sur la libre concurrence les plus riches entraînent les plus pauvres et les maux sociaux qui peuvent apparaître ne sont que des dysfonctionnements locaux et temporaires ou le résultat de résistances par sclérose et archaïsme. Il n’y aurait donc pas crise mais adaptation. En fait il y a bien ici escroquerie intellectuelle, comme l’écrit Bois. Le mot choquera la bienséance académique, il ne paraît pourtant pas excessif à une époque où maints discours officiels et même propos d’économistes semblent sortis des « harmonies économiques » du chantre du libre échange de la monarchie de Juillet, Frédéric Bastiat (bonjour la modernité !). Derrière l’optimisme se cachent des transformations structurelles dont je peux allonger la liste et qu’on minore ou veut ignorer : la concentration et la financiarisation de l’économie ainsi que la formation de la « bulle » spéculative, le relèvement tendanciel du taux de profit, la stagnation du pouvoir d’achat salarial, la puissance des entreprises transnationales, l’effacement des États en tant que moyens d’expression et d’action démocratiques, le chômage chronique et la précarité, le déclin des institutions collectives de services, l’approfondissement du fossé Nord-Sud, etc… et au fond se trouve la décélération de la croissance, voire la stagnation économique, dans le cadre de la poursuite de l’expansion démographique des pays sous-développés. La connaissance des xive-xve siècles peut aider à appréhender la fin du deuxième millénaire en ce sens que dans les deux cas la crise est au cœur du système social et non pas le produit d’un agent externe incontrôlable. Cependant nombre d’historiens mettent en avant les facteurs exogènes pour expliquer les mouvements de longue durée : pour la fin du Moyen Âge la peste noire ou la famine monétaire, sans parler des fluctuations climatiques, pour aujourd’hui nombre de chroniqueurs insistent sur les fameux chocs pétroliers. Sans nier ces faits, il convient de les remettre dans leur contexte et de saisir pourquoi ils n’ont pas partout les mêmes effets et pourquoi l’économie actuelle est si sensible à ces attaques et s’en défend si mal.

6On débouche par là sur une dernière dimension du livre : l’histoire totale (bien que l’auteur n’emploie pas le mot). C’est précisément la notion de système social comme totalité globalement cohérente en dépit d’éléments internes de contradiction, qui permet d’établir les liens non apparents entre les diverses instances de la société et de saisir les relations directes et indirectes entre des évolutions se déroulant sur des plans différents qui sont vécues en même temps par les contemporains sans qu’ils les comprennent clairement. Aux xive-xve siècles, n’y a-t-il pas un rapport entre la régression agricole, les hécatombes humaines qui relèvent du niveau économique et matériel, les bandes de routiers sur le plan social, les intrigues des clans aristocratiques et le carriérisme florissant et le pessimisme dans l’ordre politique et idéologique ? Au xxe siècle l’irruption de l’antirationalisme et le retour de l’individualisme théorique, la montée de la délinquance et l’impuissance de l’école coïncident avec la stagnation de vastes secteurs de production, les délocalisations et les surprofits boursiers. Dans les deux cas la déflation – rarement avouée – est là et la crise est globale, de l’économique à l’idéologique.

7À la base de l’étude de Bois est sa définition du féodalisme : société caractérisée par trois traits essentiels : le travail dépendant, qu’il soit servile ou libre juridiquement, qui a pour corollaire la rente au profit des dominants ; la petite production familiale majoritaire constitue le deuxième trait, la concentration de l’exploitation dans certaines régions comme l’Île-de-France du xvie au xviiie siècle étant un premier pas vers le capitalisme ; dernier caractère : la présence du marché qui pénètre jusque dans les campagnes, (économie monétaire de production), ce qui va partiellement contre la thèse de l’« économie paysanne » de Chayanov. Ainsi, et c’est un mérite notable du livre, l’auteur intègre au système féodal le marché qui dépasse effectivement dès le xie siècle et, a fortiori, au xvie ou au xviiie siècle, le simple commerce des produits de luxe auquel on le réduit parfois pour le Moyen Âge, si ce n’est pour les Temps Modernes. Il rend compte par là des phénomènes marchands qu’on rencontre dès le xiie siècle et qui fleurissent jusqu’au xviiie siècle (extension du crédit de consommation, avances de fonds par le négoce aux vignerons, aux cultivateurs de plantes spécialisées comme le pastel ou aux éleveurs pour la boucherie, expansion de l’industrie rurale à partir de la ville, dans le commerce de mer, collecte de fonds par la diffusion jusqu’en campagne, de billets d’armement etc.). Néanmoins l’auteur ne fait-il pas, précisément, trop de place à l’échange et à la monnaie ? Vont contre eux l’importance de la production pour l’usage et de l’auto-consommation rurale, notamment pour la foule des petits producteurs, et la faiblesse de l’appareil de crédit même encore au xviiie siècle où les sociétés bancaires demeurent rares, ne trafiquent pas en campagne, et sont peu orientées vers la production. À cela s’ajoutent les conséquences du bas niveau des forces productives et de la lenteur de leur évolution, aspect technique que néglige cette définition du féodalisme : la limitation des moyens matériels de transport, l’insuffisance de l’information économique liée à l’étendue de l’analphabétisme et de l’illettrisme, eux-mêmes en rapport avec la faiblesse du surproduit social consacré à l’enseignement à cause des prélèvements des dominants, même si certains de ceux-ci consentent des donations diverses en faveur des écoles et collèges. Comme celui de J.Y. Grenier, le schéma de Bois explique les variations longues de la conjoncture en établissant une relation entre surplus agricoles et développement industriel, ce qui est vérifié par les corrélations entre les différentes courbes de prix et de production : l’augmentation des ventes de denrées et de matières premières par les fermiers aisés permet à ceux-ci de consacrer une partie de leur pouvoir d’achat à se procurer des produits industriels, plus variés et de meilleure qualité que les fabrications domestiques. On retrouve un mécanisme du même type au début de la révolution industrielle en Angleterre au xviiie siècle. Mais pour Bois l’initiative de la conjoncture revient aux détenteurs de capitaux. N’est-ce pas minimiser à l’excès l’effet des aléas des récoltes et leur poids dans l’économie ainsi que l’importance de la limitation du réinvestissement par les ponctions féodales et étatiques ? J’ajouterai encore un autre facteur d’animation de la conjoncture et même parfois de soutien à l’expansion démographique : l’innovation technique, bien que nous soyons dans le cadre d’une évolution lente et que l’on ne passe pas encore, progrès décisif du capitalisme, à la machine-outil. On voit par exemple l’importance de la diffusion du sarrasin à partir du xve siècle ou du maïs au xviie siècle, de même l’invention de la machine à tricoter dans le Bassin de Londres au xviie siècle.

8Est-ce à dire alors que la dynamique repose soit sur les variations de la production agricole, donc au moins éventuellement sur le phénomène exogène climatique, soit sur la présence hasardeuses de cerveaux géniaux ? D’abord en ce qui concerne ce dernier point toute l’histoire des techniques montre que, en particulier dans le cadre de l’artisanat à main, les progrès résultent de tâtonnements au fil des générations plus que de découvertes soudaines et révolutionnaires. Surtout, tout cela n’intervient que dans le cadre d’une technique de basse productivité, à prépondérance agricole et toujours proche de la pénurie, sur le plan des denrées sans surplus de production interannuelle ni capacité notable de stockage. En dépit de la tendance à l’intensification des cultures et du développement d’élevages secondaires (porcs, oies, etc.), sous la pression de la démographie au long de l’époque moderne, on est frappé par l’étendue du paupérisme dans les plaines de grande culture encore à la fin du xviiie siècle sur le continent européen. Il en va de même sous Louis XIV et lors des grandes chertés de la fin du xvie siècle. Alors que dire pour la fin du xiiie siècle et pour les deux siècles suivants jusqu’à 1460 ? En outre la lutte de classe selon son intensité ne permet-elle pas de limiter les prélèvements improductifs sur la production agricole et n’agit-elle pas sur la capacité de réinvestissement ? L’une des origines de la reprise agricole de la fin du xve siècle n’est-elle pas l’allègement du régime seigneurial – pour lequel joue également le vide démographique – et l’expansion du xviiie siècle n’est-elle pas liée à la stabilisation des exigences fiscales qui avaient provoqué les grandes révoltes du xviie siècle ?

9Enfin Bois utilise malheureusement un ton péremptoire et quelquefois inutilement agressif qui risque de servir de prétexte à ceux, et dans l’école historique française ils sont nombreux, principalement de nos jours, qui refusent toute discussion théorique. Comme il cite Marx à plusieurs reprises, on l’accusera avec une apparence de vérité de chausser les bottes de Joseph Staline, alors qu’il en est fort éloigné. Il stigmatise également les modes récentes qui traversent notre discipline et souvent il vise juste. Pourtant l’histoire d’aujourd’hui est aussi complexe que le monde social qu’elle étudie. L’auteur s’en tient à l’aspect négatif – réel – de certaines tendances historiographiques sans mentionner, ne serait-ce que d’un mot, l’aspect positif : l’élargissement du champ d’investigation, la multiplication des objets d’observation au plus près de la vie humaine réelle et complète, depuis l’analyse de l’hygiène et du traitement des ordures ménagères jusqu’à celle des soubresauts et recoins de la subjectivité avec par exemple le travestissement vestimentaire ou les modèles de couples confectionnés par la publicité. Ces nouveaux chantiers de recherches ne deviennent par trop encombrants, me semble-t-il, que lorsqu’on prétend à partir de leur étude rejeter l’histoire sérielle quantitative, oublier le reste du tout social, en minorer l’importance et détacher ces faits de leurs bases matérielles et sociales. En cela il peut y avoir crise de l’histoire, surtout quand la description devient en elle-même une explication, ce qui est assez fréquent dans l’histoire de terrain. Quitte à être accusé par l’auteur d’enlisement dans l’érudition, je regrette aussi la rareté et la brièveté de ses notations bibliographiques.

10Par conséquent les prises de position de Bois sont à discuter. Il n’en demeure pas moins que parce qu’il pose avec ampleur des questions essentielles, son livre constitue un grand livre et qu’il devrait interpeller tous les historiens, médiévistes ou non. Le débat devrait s’ouvrir ; mais à cet égard on peut nourrir quelque scepticisme. Le silence (sauf l’effort fait par la Société d’histoire moderne et contemporaine) qui a accueilli récemment la publication d’ouvrages aussi importants de réflexion d’ensemble sur la discipline, tels que Sur la crise de l’histoire de G. Noiriel (1996) ou Douze leçons sur l’histoire d’A. Prost (1996), montre la frilosité persistante vis-à-vis des questions de fond de l’école historique française, entretenue par le libéralisme ambiant qui met l’accent sur l’individu et l’initiative personnelle. Cependant de plus en plus, devant les insuffisances de l’empirisme historique, un effort de théorisation apparaît nécessaire afin d’essayer de saisir le réel dans sa complexité contradictoire et dans toute son étendue. Allégué fréquemment pour justifier le rejet de toute tentative en la matière, le souvenir du dogmatisme des années Jdanov n’est-il pas devenu dix ans après l’écroulement des pays communistes un simple alibi ?

Haut de page

Notes

1  Guy Bois, La grande dépression médiévale, xive et xve siècles. Le précédent d’une crise systémique, Paris, Presses Universitaires de France, 2000, 213 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guy Lemarchand, « Crise de la fin du Moyen Âge, féodalisme, crise de l’Histoire  », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 85 | 2001, 129-136.

Référence électronique

Guy Lemarchand, « Crise de la fin du Moyen Âge, féodalisme, crise de l’Histoire  », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 85 | 2001, mis en ligne le 01 octobre 2004, consulté le 23 mai 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1767

Haut de page

Auteur

Guy Lemarchand

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page