Navigation – Plan du site
DOSSIER
Lectures complémentaires

Raphaëlle Branche, La torture et l’armée pendant la guerre d’Algérie (1954-1962)

Paris, Gallimard, 2001, 474 p.
Sharon Elbaz
Référence(s) :

Raphaëlle Branche, La torture et l’armée pendant la guerre d’Algérie (1954-1962), Paris, Gallimard, 2001, 474 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage de Raphaëlle Branche, comme celui de Sylvie Thénault, est issu d’une thèse de doctorat d’histoire soutenue en décembre 2000, au moment précis où une polémique fait rage sur la pratique de la torture pendant la Guerre d’Algérie. Un débat relancé par l’appel des douze, d’intellectuels demandant à l’État, dans L’Humanité (31 octobre 2000), la reconnaissance et la condamnation de la torture durant cette période, appel à son tour relayé par les révélations du Général Aussaresses, personnage-clé de la « Bataille d’Alger », dans son livre Services Spéciaux, Algérie 1955-1957 (mai 2001). Pur hasard de calendrier qui témoigne néanmoins des relations complexes que la recherche historique entretient avec la « demande sociale » articulée autour du devoir de mémoire. Un travail que l’accès aux archives publiques notamment celles de l’Armée de Terre (directives, rapports, journaux de marche) distingue de travaux plus militants, contemporains ou postérieurs à la guerre d’Algérie, à la documentation naturellement plus fragmentaire, tels que les travaux de Pierre Vidal-Naquet.

2Pour parer à toute critique Raphaëlle Branche prend soin dès l’introduction de circonscrire l’objet de sa recherche : « on ne traitera pas ici de l’internationalisation du conflit, des violences des nationalistes algériens, notamment en métropole, ni de l’OAS », mais de « l’utilisation de la torture par l’armée française dans la répression du nationalisme algérien entre novembre 1954 et mars 1962 » (p. 14).

3Si la pratique de la torture durant cette période est présentée comme « arme de guerre, une violence employée à dessein, pour gagner », elle est inséparable de la logique de domination à l’œuvre dans le rapport colonial. Pourtant l’historienne réintroduit la chronologie dans cette longue durée coloniale en démontrant comment à partir de 1957 et de la « Bataille d’Alger » la torture devient « l’arme reine du conflit ». La période gaullienne ne s’inscrit pas immédiatement en rupture avec un processus qui place la torture au cœur du système répressif. Il faut attendre le printemps 1960 et le « rappel à l’ordre de l’armée d’Algérie par le pouvoir politique » pour qu’une « amélioration lente et très imparfaite » intervienne. Mais jusqu’à la fin de la guerre tant que les illégalités servent la raison d’État, et restent commises dans l’ombre, elles demeurent « autorisées au plus haut niveau ».

4Au-delà d’une périodisation qui rejoint celle de Sylvie Thénault, Raphaëlle Branche substitue une approche de la torture comme « système », produit de la « guerre contre-révolutionnaire » chère au général Salan, à une approche de la torture comme « dérapage » inhérent à ce type de conflit, aux vertus absolutoires. En effet l’auteur s’attache à démontrer le processus qui conduit à une institutionnalisation de la torture allant de pair avec la priorité accordée au Renseignement : l’officier de Renseignement (OR) constitue ainsi avec l’officier d’action psychologique l’un des piliers de la « guerre contre-révolutionnaire » puis en 1957 un Centre de Coordination interarmées (CCI) est mis sur pied en Algérie, qui coordonnera l’action des Détachements Opérationnels de Protection (DOP), véritables « instruments sur mesure de la guerre contre-révolutionnaire » qui évolueront jusqu’à la fin de la guerre dans la semi-clandestinité.

5Dans une optique pluridisciplinaire, Raphaëlle Branche enrichit la méthode historique d’une approche anthropologique dans la lignée des historiens de la Grande Guerre en s’attachant à restituer les « microhistoires de la douleur ». Pour ce faire, elle explore minutieusement aussi bien les lieux que les différentes méthodes de tortures dans toute leur âpreté. Aux termes de cette analyse, il est clair que « la torture visait bien autre chose que des renseignements, plus que faire parler, elle voulait faire entendre », perdant par là même sa justification externe, l’obtention du renseignement, pour recouvrer son vrai visage, celui d’un instrument politique au service d’un discours de domination : « Jusque dans le corps des prisonniers, l’électricité peut être considérée comme une marque de civilisation française… ».

6Toutefois, décontextualisée, la pratique de la torture pendant la Guerre d’Algérie perd quelque peu de sa spécificité. Consubstantielle au rapport colonial, elle n’est pas l’apanage de la Guerre d’Algérie, ni de l’Algérie elle-même comme l’attestent les multiples exemples de répression en Indochine ou à Madagascar. À la différence certaine que le drame algérien introduit des « tortionnaires ordinaires », des appelés confrontés directement ou indirectement à une réalité à laquelle ils n’étaient pas accoutumés. L’ouvrage, s’il rend compte avec précision de la constitution d’un groupe de professionnels militaires prenant la relève de policiers dans la pratique de la question, ne permet pas de déterminer avec certitude le degré d’implication du contingent soumis au volontariat pour le service de renseignement ou les « corvées de bois ».

7En conclusion, Raphaëlle Branche envisage l’épineuse question des responsabilités en soulignant la difficulté de saisir des responsabilités collectives alors que le droit ne reconnaît que des responsabilités individuelles. Au delà c’est bien la question de la responsabilité de l’État qui est posée, un débat aux réminiscences très contemporaines.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sharon Elbaz, « Raphaëlle Branche, La torture et l’armée pendant la guerre d’Algérie (1954-1962) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 85 | 2001, mis en ligne le 22 novembre 2009, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1759

Haut de page

Auteur

Sharon Elbaz

Doctorant Paris X, prépare une thèse sur « Les avocats de la décolonisation de 1945 à 1962 »

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page