Navigation – Plan du site
DOSSIER

La perception du pouvoir métropolitain par les Européens d’Algérie

Marc-Olivier Gavois
p. 85-101

Résumé

Une lecture rapide des événements ayant marqué la fin de la guerre d’Algérie, notamment les affrontements entre Européens et forces de l’ordre, donne l’impression d’une rupture entre cette communauté et la métropole. Or, si on pouvait évoquer, à la fin du xixe siècle, un séparatisme des Français d’Algérie, on assiste bien, au cours du xxsiècle, à un long processus d’intégration dans la nation française de ces Européens issus pour moitié d’une immigration étrangère. Pour autant la perception du pouvoir métropolitain n’a jamais été exempte de méfiance et l’évolution des relations avec les représentants de ce pouvoir à la fin de la guerre d’Algérie a achevé de constituer une mentalité que Benjamin Stora qualifie de « sudisme à la française ».

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

Algérie, France

Chronologie :

XIXe siècle, XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Le Monde du 20 juin 2000.
  • 2  Général Aussaresses, Services spéciaux en Algérie 1955-1957, Perrin, 2001.
  • 3  La Découverte, Paris, 1999.
  • 4  Ouvrage cité, page 53
  • 5  Idem, p. 65.

1Depuis un peu plus d’un an (publication du témoignage de Louisette Ighilahriz dans Le Monde 1, et plus encore depuis la publication des mémoires du général Aussaresses 2), les projecteurs des médias sont à nouveau braqués sur la guerre d’Algérie, comme un « retour du refoulé » coïncidant avec le quarantième anniversaire de la fin de cette guerre et de l’indépendance de l’Algérie. Le discours journalistique établit facilement un parallèle entre la place qu’occupent ces événements dans les mémoires et celle occupée par les années noires de Vichy. Ce parallèle a plusieurs justifications. La première, c’est que la guerre d’Algérie a eu, comme la période de l’Occupation et de la Libération, un caractère de guerre « franco-française » : outre-Méditerranée les derniers mois de l’Algérie française ont eu un véritable aspect de guerre civile avec des affrontements sanglants entre les forces de l’ordre et des citoyens français. La seconde justification du parallèle avec la période de l’Occupation c’est que des nostalgiques du régime de Vichy se sont retrouvés, en métropole, dans la mouvance Algérie française – ils n’y étaient pas seuls, mais ce n’est pas notre propos ici. Leurs motivations coïncidaient-elles avec celles des Européens d’Algérie qui sont entrés en rébellion contre les représentants du pouvoir métropolitain ? Dans son livre Le transfert d’une mémoire. De « l’Algérie française » au racisme anti-arabe 3, Benjamin Stora pose la question : ces Européens insurgés veulent-ils d’une Algérie française ou d’une Algérie pied-noir, sur le modèle sud-africain ?4. Comme son sous-titre l’indique, ce livre analyse la filiation – revendiquée – entre la mobilisation pour l’Algérie française et l’extrême droite actuelle ; le postulat de ce livre c’est l’existence d’un « sudisme » à la française, qu’il analyse comme ayant été transporté et installé en France « par une partie de cette génération de pieds-noirs pour laquelle la guerre d’Algérie n’a jamais pris fin »5. Beaucoup de Pieds-noirs se reconnaissent dans une mémoire communautaire – entretenue par certaines associations de rapatriés – dans laquelle ce qui domine c’est le sentiment d’avoir été trahi par la métropole en général, les politiques métropolitains en particulier, et plus nettement par le pouvoir gaulliste. Un certain nombre d’entre eux se sont réfugiés, après 1962, dans le vote nul ou l’abstention ; certains ont pu se retrouver dans le vote Front National, ce qui contribue à expliquer son implantation dans le Sud-Est de la France (à Marignane par exemple).

2Le terme de « sudisme » employé par Benjamin Stora exprime bien l’existence de ce sentiment d’exclusion de la communauté nationale. Les manuels scolaires de classe de terminale font remonter ce phénomène aux dernières années de la guerre d’Algérie et le mettent en relation avec l’orientation de la politique du général de Gaulle ; ainsi le manuel Hachette de 1998 écrit-il : « En janvier 1960 a lieu à Alger une « semaine des barricades » qui illustre bien le fossé apparu entre le gouvernement et les Français d’Algérie : des Pieds-noirs ayant pour slogan « Algérie française » organisent un camp retranché au centre d’Alger. » La formulation « fossé apparu » évoque l’idée d’une rupture, or cette idée ne va pas de soi, elle suppose que ces Européens d’Algérie auraient eu auparavant le sentiment d’appartenir à une communauté nationale, au même titre que n’importe quel Français de métropole et qu’ils auraient, majoritairement, adhéré aux orientations politiques des gouvernements successifs de la France, notamment en ce qui concerne l’Algérie, or à de nombreuses reprises au cours de leur histoire ils se sont opposés à ces orientations. D’autre part, postuler l’existence d’une rupture avec la métropole ne permet pas de comprendre pourquoi ces pieds-noirs ont finalement fait le choix d’un rapatriement (terme qui, lui-même, pose problème puisqu’une part importante d’entre eux n’avait aucune origine métropolitaine, et cela doit être pris en considération pour évaluer l’importance du choix du rapatriement) dans une France où ils se sont majoritairement bien intégrés. En fait le problème à se poser c’est celui de la perception du pouvoir métropolitain par ces Européens d’Algérie pratiquement depuis qu’ils existent, en particulier depuis la fin du xixsiècle, et l’évolution de cette perception.

Des « Algériens » citoyens français

  • 6  Article de Pierre Michelbach dans LHistoire, n° 173, janvier 1994.

3Le 23 janvier 1898, 62 ans presque jour pour jour avant la fusillade au cours de laquelle 14 gendarmes ont trouvé la mort, une émeute des Européens d’Algérie avait conduit à des affrontements avec les zouaves. Il s’agit d’émeutes anti-juives qui se produisent dans le contexte de l’Affaire Dreyfus, mais en Algérie la manifestation violente de cet antisémitisme est un phénomène qui existe depuis de nombreuses années et dont l’origine remonte au fait que le décret Crémieux du 24 octobre 1870 a accordé la citoyenneté française aux indigènes de confession israélite. Quelques mois après les émeutes de janvier 1898, c’est à Alger qu’Édouard Drumont était élu député, et Max Régis, directeur de l’Antijuif d’Alger, maire de la ville. L’année suivante, alors que se déroule à Paris l’affaire du Fort Chabrol, Max Régis se retranche dans une villa transformée en villa fortifiée avec vivres et munitions. En 1900, alors qu’il était appelé à comparaître devant une cour d’assises en métropole, sa liste est réélue avec une large majorité 6.

  • 7  Cité par Pierre Michelbach.

4Outre ce que cet épisode révèle sur l’implantation de l’antisémitisme en Algérie — ce qui n’est pas directement notre propos ici — il est significatif de ce qu’étaient les sentiments de ceux qui se désignaient alors eux-mêmes par le terme d’« Algériens » (terme dont l’emploi a perduré, on en retrouve encore des exemples dans la prose des membres de l’OAS). Max Régis disait « vouloir faire entendre aux colons étrangers que les fonctionnaires français pactisent avec les Juifs, et qu’il en sera ainsi tant que la métropole aura des droits ici, leur faire entrevoir la perspective d’une autonomie algérienne » 7. L’antisémitisme en Algérie était en effet porté par un mouvement autonomiste dont le nom est très significatif : le « Parti cubain », par référence aux Cubains qui cherchaient alors à créer un État indépendant de la métropole comme cela s’était fait au xixe siècle dans la plupart des colonies américaines depuis l’indépendance des États-Unis en 1783.

5La déclaration de Max Régis citant les colons étrangers nous fait entrer dans les contradictions mêmes de ces Européens d’Algérie d’où découlent les relations complexes qu’ils entretiennent avec le pouvoir métropolitain, la nation française et une certaine idée qu’ils ont de la France. Il est à noter, d’ailleurs, que Max Régis était lui-même un « néo » français d’origine italienne. Nous rappelions en introduction que le terme de « rapatriés » a quelque chose de curieux pour désigner des individus qui n’avaient aucune origine métropolitaine et dont certains n’avaient même jamais foulé le sol métropolitain avant 1962. La question est bien de savoir comment et pourquoi ils sont passés d’une identité d’« Algériens » (au sens d’Européens d’Algérie, les autres n’étant que des indigènes) à une identité de Français d’Algérie. On voit que l’idée d’une rupture n’est vraiment pas évidente. On assiste bien plutôt à la construction d’une identité française, or cette construction se fait dans un contexte colonial, elle se fait, comme toute construction identitaire, dans un rapport à l’autre et cet autre est un colonisé ; au moment de la guerre d’Algérie on sera « Français d’Algérie » alors que l’autre sera « Musulman ». Or il s’agit de « colons étrangers » et le terme de « colon » doit être repris avec précaution. Il mériterait à lui seul une interrogation sur le projet de Max Régis. Le mot colon, en Algérie, a son sens premier : il désigne les populations européennes qui s’étaient installées sur des terres qu’elles cultivaient ; mais dans leur majorité les rapatriés n’utilisent ce terme que quand ils évoquent « les gros colons », les Borgeaud et compagnie…

  • 8  Charles-Robert Ageron, Histoire de l’Algérie contemporaine, 2, 1871-1954, PUF, 1979.
  • 9  René Mayer, Algérie : mémoire déracinée, L’Harmattan, 1999.

6Dans les années qui ont suivi la conquête, on rêvait en France de constituer avec l’Algérie une véritable France d’outre-mer comme il existait un monde anglo-saxon et un monde hispanique outre-mer. On sait que la politique visant à encourager l’immigration en Algérie n’a rencontré en France qu’un succès très limité, d’où le recours à une immigration européenne (un bateau d’émigrants allemands à destination du continent américain avait même été redirigé sur l’Algérie !). Charles-Robert Ageron 8montre combien le nombre d’Alsaciens-Lorrains qui se sont installés en Algérie après 1871 et y sont restés est faible au regard de la place qu’occupe cette communauté dans l’imaginaire des pieds-noirs. Est très significatif à ce point de vue le témoignage de René Mayer 9; il appartient à une de ces familles « originaires d’Alsace » (si chères au cœur des pieds-noirs) or, en faisant des recherches généalogiques pour retrouver les traces de ses ancêtres alsaciens, il découvre que, s’ils étaient bien nés sur les bords du Rhin, c’était sur la rive droite. La fixation sur les Alsaciens-Lorrains, comme sur les déportés politiques (l’Algérie a en effet servi, comme d’autres colonies, de terre de déportation en 1848, 1851 et 1871), est très significative de ce qui constitue l’identité française de ces Européens d’Algérie : les Alsaciens-Lorrains sont des Français de souche métropolitaine, et en plus ils ont quitté leur terre natale pour continuer à être citoyens français. Symboliquement ils sont ce qu’on peut trouver de plus digne de porter le titre de Français (la même thématique joue à propos des pieds-noirs qui ont participé à la campagne d’Italie dans les forces de la France Libre). La référence aux déportés politiques entre dans plusieurs thématiques qui jouent très fortement au moment de la crise finale, les Européens d’Algérie répondent à l’accusation d’avoir soutenu des fascistes (au moment de la guerre d’Algérie) en rappelant que certains d’entre eux étaient des descendants de révolutionnaires (Pierre Lagaillarde était apparenté au député Baudin !). Cette référence aux déportés politiques entre aussi dans une problématique de victimisation par rapport au pouvoir métropolitain.

7C’est dans les trente dernières années du xixe siècle que se joue l’évolution vers ce qui est devenue la communauté française d’Algérie, composée de ceux qui sont aujourd’hui les rapatriés, c’est-à-dire une communauté qui s’est – pour une part importante – située en opposition à la politique algérienne des gouvernements de la France. Nous avons déjà rappelé le décret Crémieux d’octobre 1870 qui accorde la citoyenneté française aux Juifs d’Algérie, plus largement la fin du Second Empire marque la fin de l’administration militaire de l’Algérie et le passage à une administration civile. Dès lors, s’imposait comme politique à l’égard des populations européennes la francisation. Or cela n’allait pas de soi. Avant 1889, année de l’entrée en vigueur du code de la nationalité, c’est-à-dire à une époque où le fait de devenir français relevait d’un acte individuel volontaire, seulement 2 % des Espagnols d’Algérie avaient fait ce choix (la proportion est plus élevée pour d’autres communautés, mais les Espagnols étaient de loin les plus nombreux).

  • 10  Gérard Crespo et Jean-Jacques Jordi, Les Espagnols dans l’Algérois, Éditions de l’Atlanthrope, 199 (...)

8Le code de la nationalité de 1889 introduit la notion de droit du sol, tous les enfants naissant de parents étrangers en Algérie, donc sur le sol français, sont automatiquement français à leur majorité. Il introduit aussi le double droit du sol, c’est-à-dire que les enfants naissant en Algérie de parents étrangers eux-mêmes nés en Algérie sont français automatiquement à la naissance. La loi laissait cependant aux intéressés la possibilité de refuser cette francisation, de façon définitive, mais tout semblait être fait pour les en dissuader. Gérard Crespo et Jean-Jacques Jordi 10écrivent que les représentations consulaires espagnoles évoquent des menaces d’expulsion à l’égard des Espagnols par trop attachés à l’Espagne, mais ils disent aussi que, si peu d’Espagnols ont opposé un refus c’est que beaucoup se sentaient « euro-algériens ».

  • 11  M. Walh, L’Algérie, Alcan, 1898, cité par G. Crespo et J-J. Jordi (op. cit.).

9Or se sentir « euro-algérien », algérien selon les termes mêmes utilisés, rappelons-le, jusqu’à l’indépendance de l’Algérie, est-ce se sentir français ? L’arrivée en masse de ces nouveaux électeurs n’était pas sans susciter des craintes : « Les nouveaux électeurs, en acquérant une importance politique, continueraient à former une population à part, resteraient en relation avec leurs consuls. Leurs votes pourraient être inspirés par des sentiments contraires aux intérêts français » 11.La crainte qui est exprimée dans ce texte n’est pas, dans ses présupposés, spécifique à la situation de l’Algérie, ni à son époque. Or, précisément, dans le contexte colonial de l’Algérie, ces nouveaux Français sont devenus en quelques décennies des Français suffisamment attachés à la France pour faire le choix d’un « rapatriement » en métropole, et de préférer même cette solution à la création d’une entité européenne indépendante en Algérie. À partir des dernières années du xixe siècle les Français d’origine étrangère représentent à peu près la moitié de la population européenne, ils suscitent des craintes, nous l’avons vu, ils sont aussi l’objet d’un mépris qui est aussi un mépris social (il s’agit en majorité de catégories très populaires), on peut s’étonner – dans ces conditions – de la réussite de leur intégration. Il nous semble qu’un des facteurs décisifs pour cette intégration c’est le contexte colonial. Les représentations dans la société coloniale en Algérie reposaient sur une cascade de mépris (tout cela appellerait bien sûr une analyse fine et des nuances individuelles, locales etc.). Les indigènes étaient très largement l’objet du mépris des autres communautés, les Juifs étaient l’objet du mépris de l’ensemble des Européens, et les Espagnols (Italiens et Maltais) l’objet du mépris des Français de souche métropolitaine. Ainsi ces Européens du Sud, issus d’une migration économique avec toutes les caractéristiques de ce type d’immigration, s’ils étaient maintenus à l’écart, jouissaient-ils d’un statut qui les plaçait très au-dessus de leurs voisins musulmans. D’autant que cette intégration en droit s’est faite au moment où s’est mis en place l’enseignement primaire obligatoire qui a été un facteur de francisation et a renforcé le statut privilégié par rapport aux musulmans (seules les communes ayant une population européenne possédaient toutes une école).

10Ainsi les Français d’Algérie d’origine étrangère ont-ils de fortes raisons de se sentir une solidarité avec l’ensemble des Français d’Algérie. Cette solidarité s’exprime dans la révolte contre le gouvernement métropolitain.

11La conséquence de cette rébellion des Européens d’Algérie c’est que le gouvernement accorde une autonomie financière à l’Algérie dont le budget est voté par une assemblée élue : les Délégations financières. Tout se passe donc comme si on s’acheminait vers une évolution de la situation à l’américaine, c’est à dire la constitution d’une entité européenne de plus en plus séparée de la métropole.

Les Français d’Algérie « incompris des gouvernements métropolitains »

  • 12  G. Crespo et J-J Jordi, op. cit.

12La Première Guerre mondiale est l’occasion, pour les Français d’Algérie, et notamment pour les néo-Français, mobilisés pour défendre la mère patrie, de fouler le sol métropolitain et de montrer leur attachement à la France. Dans les années qui suivent on se sent désormais Français d’Algérie et non plus « euro-méditerranéen ». Gérard Crespo et Jean-Jacques Jordi indiquent ce qui ressort des enquêtes orales menées auprès des familles d’origine espagnole : « Beaucoup ne se rappellent pas le « passage » du père ou du grand-père de la nationalité espagnole à la nationalité française, comme si on n’en avait jamais parlé et comme si, à l’heure actuelle, en parler donnait l’impression que l’on n’est pas totalement français. » 12

13Dès lors, on peut penser que cette communauté européenne d’Algérie, pour moitié composée de Français d’origine étrangère, est pleinement intégrée à la communauté nationale, les trois départements d’Algérie sont considérés comme une partie intégrante du territoire de la République. En 1930 on célèbre avec faste le centenaire de l’Algérie française. L’époque où certains affirmaient qu’il fallait entrevoir une autonomie algérienne semble loin. Ainsi les relations conflictuelles entre un grand nombre de pieds-noirs et les représentants du pouvoir (conflits qui débouchent sur des affrontements sanglants en mars 1962) peuvent apparaître comme une rupture. Pourtant, dans ces années où l’idée d’une Algérie française a semblé le moins contesté, (il n’est pas dans notre propos ici d’étudier le développement du mouvement national algérien dans les années trente), les Européens d’Algérie se sont opposés à plusieurs occasions à la politique algérienne du gouvernement de la France.

  • 13  Charles-Robert Ageron, Histoire de l’Algérie contemporaine 1871-1954, PUF, 1979.
  • 14  Ch-R. Ageron, op. cit., p. 392.

14La première de ces occasions se situe à l’époque du Front Populaire. Charles-Robert Ageron 13écrit : « les élus français d’Algérie firent à cette occasion l’éclatante démonstration que le pouvoir réel dans l’Algérie française ne se situait pas à Paris. » Cette occasion c’était l’opposition aux projets de réforme appelés projets Blum-Viollette. Maurice Viollette avait été nommé Gouverneur général de l’Algérie à la fin des années vingt dans le contexte de la préparation des festivités du centenaire. Il était partisan d’un octroi de la citoyenneté à des musulmans (sans abandon de leur statut personnel et dans le cadre d’un collège électoral unique). « Pour ce franc-maçon idéaliste, la France devait transformer l’Algérie en répandant les lumières de l’instruction et en faisant régner l’égalité. » 14; Il avait envisagé aussi de créer un « Conseil supérieur du Gouvernement » qui aurait diminué les pouvoirs des Délégations financières (dont on se souvient que c’était le cadre d’autonomie obtenu par les Européens d’Algérie à l’issue des conflits de la fin du xixe siècle). Ses tentatives de réformes à l’époque où il était gouverneur général avaient échoué du fait de l’opposition du Sénat. Le Front Populaire lui offrit un poste de Ministre d’État, c’est à ce titre qu’il déposa le projet de loi connu sous le nom de projet Blum-Viollette qui prévoyait l’octroi de la citoyenneté française à une élite musulmane (une vingtaine de milliers d’électeurs musulmans seraient ainsi inscrits sur les listes électorales). Le fer de lance de l’opposition des Européens a été constitué par les élus municipaux, opposition orchestrée à l’aide d’une campagne de presse (le projet était aussi critiqué par des organisations musulmanes). Ce projet fut définitivement enterré en 1939 sans avoir connu le début du commencement d’une discussion au Parlement. Ce que proposait alors l’opposition c’était un double collège.

  • 15  Charles de Gaulle, Discours et messages, tome III, Plon, 1970.

15Le double collège c’est précisément ce qui a été instauré par le Statut de l’Algérie de 1947 et supprimé par le général de Gaulle en 1958. Lorsque les pieds-noirs ont applaudi le discours du 4 juin 1958, le célèbre discours commençant par « Je vous ai compris », ce qu’ils ont applaudi – sans l’avoir entendu, semble-t-il – c’est : « je déclare qu’à partir d’aujourd’hui, la France considère que, dans toute l’Algérie, il n’y a qu’une seule catégorie d’habitants : il n’y a que des Français à part entière avec les mêmes droits et les mêmes devoirs. » 15 Ainsi ils semblaient accepter ce collège unique qu’ils avaient refusé depuis plus de vingt ans. Or ce discours tient une place clef dans l’argumentaire de la « trahison du général de Gaulle ».

16Après l’expérience de la Seconde Guerre mondiale la donne avait sensiblement été modifiée pour les rapports entre l’Algérie et la métropole, les habitants de l’Algérie – colonisés comme Européens – et le pouvoir métropolitain. Alger avait été capitale de la France libre, c’est là que le GPRF avait été constitué. Nous ne nous appesantirons pas sur les relations entre les Européens et les autorités vichyssoises. Il y a beaucoup à dire, mais cet épisode étant singulièrement absent des références sur lesquelles s’appuient les représentations du pouvoir par les pieds-noirs, il nous semble impossible de l’exploiter dans un article aussi court pour comprendre ce système de représentations.

  • 16  Terme utilisé pour désigner les colonisés.

17Par contre, nous le verrons dans la période suivante, le fait que les forces de la France libre, qui ont participé à la libération de l’Europe – jouant, notamment, un rôle très important dans la libération de l’Italie –, avaient été constituées en partie de troupes levées parmi les pieds-noirs, ce fait, donc, est rappelé avec insistance par tous les adversaires de l’indépendance de l’Algérie. Il est très significatif que le chant symbolisant le plus la mouvance « Algérie française » soit les Africains, il ponctuait toutes les émissions de l’OAS, souvent suivi du Chant des Partisans ! Or, ces forces de la France libre étaient formées aussi d’Algériens musulmans 16. Encore un fait significatif : la référence à la bataille de Monte Cassino se retrouve à la fois dans la prose des nostalgiques de l’Algérie française et dans les œuvres qui évoquent les origines de la guerre d’Algérie du point de vue des Algériens.

18C’est donc dans un contexte caractérisé par le sentiment exacerbé chez les pieds-noirs de détenir une « créance patriotique » vis-à-vis de la métropole que s’inscrit la définition du statut de l’Algérie. La deuxième Assemblée constituante (1946) avait été invitée à réfléchir sur le statut de l’Algérie parce que Ferhat Abbas (UDMA) avait l’intention de déposer un projet de loi visant à créer une République algérienne, État fédéré membre de l’Union française. Dans ce contexte les électeurs d’Algérie – inquiets – désapprouvent majoritairement la Constitution de la IVe République. Le statut voté le 20 septembre 1947 créait une Assemblée algérienne constituée de 60 députés élus par le premier collège (les citoyens français à part entière) et 60 députés du deuxième collège (les Français musulmans d’Algérie) avec des pouvoirs plus étendus que les Délégations financières. Elle pouvait modifier la législation métropolitaine sous réserve d’homologation par le gouvernement. Si timide qu’il fût, ce statut – imposé par la métropole – suscita l’opposition des Français d’Algérie, ce qui se manifesta, lors des municipales d’octobre 1947, par un vote en faveur des partis qui le condamnaient (Union algérienne et RPF). On voit donc les mêmes clivages qu’en 1936 : un projet de réformes très timides élaboré sous un gouvernement de gauche est vécu comme une ingérence de la métropole avec des visées anti-françaises. Finalement, les Européens d’Algérie obtinrent le départ du gouverneur socialiste Chataigneau et son remplacement par Naegelen (lui aussi socialiste mais plus proche de leurs positions).

19C’est encore ce qui s’est passé lors de ce qu’on appelle la journées des tomates. Guy Mollet, qui vient de recevoir l’investiture comme président du Conseil après la victoire du Front Républicain aux législatives, se rend le 6 février 1956 en Algérie, où l’insurrection a débuté depuis un peu plus d’un an. Jacques Soustelle, le gouverneur nommé par le précédent gouvernement Mendès France, a épousé la cause des partisans de l’écrasement de cette insurrection. Le nouveau gouvernement a supprimé la fonction de gouverneur et créé un ministre résident – il est à noter que l’existence d’un ministre de l’Algérie était une revendication des pieds-noirs à la Libération. – Or il a nommé à ce poste le général Catroux qui est perçu à Alger comme un « bradeur d’empire ». Le 6 février le président du Conseil (qui dirige la SFIO) est la cible d’une manifestation très hostile de « petits-blancs », reçoit des projectiles qui ont été préparés par le patron du café le Forum, Jo Ortiz. Il cède : Catroux démissionne.

  • 17  Germaine Tillion, « L’Algérie en 1957 », texte publié par les Éditions de Minuit, 1957, repris dan (...)
  • 18  Alistair Horne, Histoire de la guerre d’Algérie, traduction française, Albin Michel, 1980, édition (...)

20À partir de la Première Guerre mondiale les Européens d’Algérie se perçoivent comme partie intégrante de la nation française : plus de projets de constitution d’une Algérie européenne séparée de la métropole. Pour autant, les sentiments à l’égard du pouvoir métropolitain sont marqués par la méfiance. Tout projet de réforme émanant de la métropole, si timide soit-il, ne peut être bon puisqu’il a été élaboré par des politiques qui ne connaissent pas le terrain (cette mentalité n’est pas l’apanage des sociétés coloniales) et qu’on soupçonne d’intentions mauvaises puisqu’ils appartiennent à une gauche qu’on suppose hostile à la domination coloniale. Les Européens d’Algérie sont majoritairement des salariés modestes, issus pour une grande part d’une immigration étrangère, cherchant à oublier ces origines et qui les oublient d’autant plus facilement qu’ils jouissent d’un statut leur assurant un quasi-monopole de l’emploi et de l’accès à l’instruction dans une Algérie qui, selon l’expression de Germaine Tillion 17, se clochardise. Or ce statut privilégié est intimement lié à la citoyenneté française, les antagonismes de classes cèdent le pas devant les antagonismes entre colonisateurs et colonisés, la référence à ces antagonismes de classes ne survit que comme un topos à des fins de justification a posteriori : « j’étais un prolo moi, je n’ai jamais fait suer le burnous, c’est pas comme les gros colons… ». Dès lors, ce qu’on attend d’un gouvernement c’est qu’il assure la pérennité de ce statut, d’où les crispations sur l’accès des musulmans à la citoyenneté et la dualité du collège électoral. De ce point de vue la Seconde Guerre mondiale, pourtant si présente dans les références des partisans de l’Algérie française, ne constitue pas une rupture, pas plus que le déclenchement de la guerre d’Algérie. C’est seulement à la toute fin de cette guerre qu’en apparence, l’idée d’une Algérie française séparée de la métropole semble réapparaître mais en quoi correspond-elle à un sentiment de l’opinion publique européenne ? Ainsi, encore à la fin de 1956, si on en croit Alistair Horne, les pieds-noirs voient d’un mauvais œil l’arrivée de Salan : « En décembre 1956, les pieds-noirs n’étaient certainement pas sous le charme du nouveau commandant en chef. Pour eux il était le général gauchiste qui avait vendu l’Indochine et qui venait faire la même chose en Algérie. » 18

Des Français d’Algérie aux rapatriés

  • 19  Charles de Gaulle, Discours et messages, op. cit., p. 118.
  • 20  Vitalis Cros, Le Temps de la violence, Presses de la Cité, Paris, 1971.

21On a vu que, ce que les pieds-noirs attendaient du gouvernement, c’est qu’il assure la pérennité de leur statut en Algérie ; précisément la perspective de l’indépendance est, à juste titre, perçue comme la fin de ce statut déjà écorné, nous l’avons dit, lorsque le général de Gaulle a mis fin au double collège. Le moment de la prise de conscience du principe de réalité a été le discours du 16 septembre 1959 dans lequel le général de Gaulle annonçait le recours à l’autodétermination : « Il nous faut le résoudre [le problème algérien]. Nous ne le ferons certainement pas en nous jetant les uns aux autres à la face les slogans stériles et simplistes de ceux-ci ou bien de ceux-là qu’obnubilent, en un sens opposé, leurs intérêts, leurs passions, leurs chimères. » 19Le message était clair, il s’adressait aussi bien à ceux-ci qu’à ceux-là, mais les termes choisis – leurs intérêts, leurs passions, leurs chimères – renvoient exactement à l’état d’esprit dans lequel les pieds-noirs se sont enferrés jusqu’à la signature des accords d’Évian. Vitalis Cros, préfet de police à Alger de décembre 1961 à juin 1962, écrit dans ses Mémoires 20que ce qui l’avait frappé à son arrivée à Alger c’était le fait que les pieds-noirs semblaient vivre en dehors de la réalité. Ce n’est pas un hasard si la mémoire des rapatriés fait remonter à ce discours du 16 septembre « la trahison » du général de Gaulle. On a vu qu’ils se sentaient, depuis les combats des Forces Françaises Libres, détenteurs d’une créance vis-à-vis de la métropole, ils se sentent aussi détenteurs d’une créance vis-à-vis du général de Gaulle compte tenu du contexte dans lequel il était devenu président du Conseil en 1958 ; leurs sentiments peuvent se résumer dans l’expression : « Qui t’a fait roi ? »

22Il faut commencer par rappeler, de façon brève, ce qu’est concrètement le pouvoir métropolitain pour les Français d’Algérie pendant la guerre.

23C’est d’une part un gouvernement avec ses représentants sur place, le Ministre résident à partir de Guy Mollet, puis le Délégué Général du Gouvernement sous la Ve République (le Délégué général Morin, qui a succédé au général Challe, est appelé « le Gauleiter Morin » dans la prose de l’OAS). Enfin, après la signature des accords d’Évian, le Haut Commissaire de la République. Ce pouvoir, comme tout pouvoir, s’inscrit dans l’espace : le Gouvernement Général, sur le Forum, est un lieu hautement symbolique, partant il est un lieu de rassemblement lors des émotions qui secouent de façon cyclique la capitale. C’est le « G.G. » qui a été pris d’assaut par la foule des émeutiers le 13 mai 1958, c’est du balcon du « G.G. » qu’a été prononcé le « Je vous ai compris ». À la fin de la guerre une nouvelle cité administrative ultra-moderne a été construite à l’extérieur d’Alger au Rocher-Noir, c’est là que s’installe la Délégation du Gouvernement puis l’Exécutif Provisoire après la signature des accords d’Évian. Le choix d’un lieu à l’écart de la ville et très protégé est perçu comme un signe de faiblesse de la part du pouvoir qui choisissait de se retrancher dans un « bunker » (où les familles des fonctionnaires de la D.G. étaient aussi hébergées pour des raisons évidentes de sécurité à un moment où l’OAS n’hésitait pas à assassiner tous ceux qu’elle considérait comme ennemis).

24Le pouvoir métropolitain, pour les Européens d’Algérie, c’est d’autre part les forces de l’ordre. Parmi ces forces, certaines sont, plus que d’autres, perçues comme les forces du pouvoir, parce que ce sont elles qui sont en première ligne dans les combats avec les adversaires de la politique du gouvernement, il s’agit de la gendarmerie (l’OAS parle de la « Gestapo de Debrosse », du nom du colonel qui commandait la gendarmerie à Alger), et les CRS. Dans les derniers mois de la guerre les représentants du pouvoir en Algérie sont accusés par l’OAS de pratiquer des exactions à l’égard des populations européennes et des membres de l’armée secrète, notamment de pratiquer la torture, deux lieux sont désignés comme étant des lieux où l’on torture ceux que l’OAS appelle des « patriotes » : l’École de police d’Hussein Dey (banlieue est d’Alger) et la caserne de gendarmerie des Tagarins.

25Enfin, dans le contexte de la lutte contre l’OAS le ministère de l’Intérieur envoie des fonctionnaires de police spécifiquement chargés de mener cette lutte. Dans le même temps le MPC (Mouvement Pour la Communauté, devenu Mouvement Pour la Coopération) organise en Algérie les réseaux de ceux qu’on appellera les « Barbouzes ». La présence de ces polices parallèles est largement exploitée par la propagande de l’OAS qui parle aussi des policiers chargés de mener la lutte anti-OAS. Le numéro 8 du journal clandestin Appel de la France, dans un article intitulé « De Gaulle fauteur de guerre civile : Après sa Gestapo voici ses SS », dit qu’on recruterait de futurs SS pour l’Algérie – dont le MPC serait le premier noyau – financés, équipés, soutenus, encadrés par les autorités légales. Or ce journal, Appel de la France, annonce des tirages de l’ordre de plusieurs dizaines de milliers. Il n’est pas nécessairement le reflet d’une expression des Français d’Algérie (le journaliste métropolitain Georges Ras qui venait de La Voix du Nord était pour une grande part dans sa rédaction), mais les thèmes qu’il développait sont ceux qui ont façonné l’opinion publique européenne d’Algérie. Une telle présentation donne aux pieds-noirs le sentiment qu’ils sont victimes d’un complot, le climat de terreur créé par l’OAS, en obligeant les représentants du pouvoir à être de plus en plus distants physiquement et de plus en plus protégés (ils ne circulaient plus qu’en véhicules blindés), venant conforter ce sentiment de complot.

26Ainsi, l’idée selon laquelle l’OAS est responsable du fait que les pieds-noirs ont été obligés de quitter l’Algérie me semble discutable (je suis pour ma part très sceptique quant aux possibilités d’établissement d’une société mixte faisant suite à une histoire coloniale, l’évolution récente de la situation au Zimbabwe semble donner raison à mes doutes). Par contre il est certain que le climat créé par l’OAS a joué un rôle dans la constitution du « complexe d’Antigone » des pieds-noirs par rapport à la métropole, mais nous verrons que la façon dont le gouvernement et ses représentants civils et militaires ont géré la crise de mars-avril 1962 y est aussi pour beaucoup.

27Parmi les différentes sources dont on dispose pour se faire une idée de ce que pouvait être l’opinion publique européenne à la fin de la guerre d’Algérie, les productions de l’OAS (émissions pirates, tracts…) tiennent une place importante. Il convient de faire certaines réserves quant à l’utilisation de ces sources ; l’OAS était une organisation dans laquelle se retrouvaient des Européens d’Algérie, bien sûr, mais aussi des militaires, pour l’essentiel passés à la clandestinité après l’échec du putsch de 1961, et des politiques ; le principal point commun entre ces militaires et ces politiques c’était un anticommunisme obsessionnel, la guerre d’Algérie succède à la guerre d’Indochine dans un contexte de guerre froide. Leurs analyses politiques ne sont pas une émanation spécifique de l’opinion publique européenne. Cependant, un grand nombre de pieds-noirs suivaient les consignes de l’OAS (quand il s’agissait de faire des concerts de casseroles ou de pavoiser aux trois couleurs), d’autre part la situation avait perdu tout caractère normal, notamment à la censure qui frappait les journaux de métropole comme d’Algérie s’ajoutait le fait que plusieurs journaux n’étaient plus distribués en Algérie, les Européens avaient donc deux sources principales d’information : les médias contrôlés par le gouvernement et la prose de l’OAS, il est clair que pour beaucoup d’entre eux ce que disait l’OAS c’était « le rétablissement de la vérité face à l’intoxication gouvernementale ».

28Quatre thèmes se dégagent des ces sources :

  • 21  Tract intitulé « La résistance française vaincra » à en-tête de l’organisation armée secrète zone (...)
  • 22  Émission de la radio des putschistes le 22 avril 1961, toutes les citations de ces émissions et de (...)

291. Le patriotisme des pieds-noirs et l’ingratitude de la métropole. « Le profond et traditionnel attachement des MUSULMANS et EUROPÉENS d’ALGÉRIE à l’ARMÉE FRANÇAISE ne peut être mis en doute par quiconque et la part exemplaire qu’ils ont prise en 1970-1971 [sic], 1914-1918 et 1939-1945 à la défense et à l’intégrité du TERRITOIRE MÉTROPOLITAIN atteste à l’évidence que cet attachement n’a jamais été le fruit d’un calcul intéressé [sic] mais la manifestation spontanée du PATRIOTISME le plus évident et le plus sûr. » 21Ce tract de l’OAS est daté du 24 mars 1962, soit le lendemain de la fusillade qui a opposé des éléments du 9e Zouaves à des commandos de l’OAS à Bab-el-Oued, événement ayant eu pour conséquence le bouclage du quartier qui a débouché sur la fusillade de la rue d’Isly le 26 mars. Toutes les représentations qui fonctionnaient jusqu’alors sont bousculées, les partisans de l’Algérie française s’affrontent avec des éléments de l’armée alors qu’en janvier 1960, au moment des barricades, ce n’était pas l’armée, c’était la gendarmerie. La responsabilité ne peut qu’incomber au gouvernement qui rejette les populations algériennes (ce discours parle à dessein des populations algériennes car le message c’est que c’est l’Algérie dans son ensemble qui est rejetée avec la politique d’autodétermination) : « Les populations algériennes qui avaient confirmé pleinement et définitivement leur don à la France, dans un extraordinaire élan d’affection, étaient systématiquement découragées, démoralisées, rejetées ignoblement de la République française. » 22

  • 23  Émission Cinq colonnes à la Une intitulée « Rétrospective Algérie », diffusée le 6 septembre 1963.

302. L’idée que c’est de l’opposition au gouvernement, et notamment à sa politique algérienne, que peut venir le salut de la Patrie, avec comme sous-thèmes l’idée que la politique du gouvernement fait le lit du communisme. Ce thème révèle des illusions sur l’opinion publique métropolitaine. Il est évident qu’il existait, à la fin de la guerre d’Algérie, un divorce entre l’opinion publique métropolitaine qui soutenait la politique algérienne du gouvernement, comme l’ont prouvé les résultats aux référendums du 8 janvier 1961 (sur le principe de l’autodétermination) et du 8 avril 1962 (sur la ratification des accords d’Évian), et l’opinion européenne d’Algérie. Mais l’opposition au gouvernement est présentée par l’OAS comme une œuvre de salut public, ce qui permet ainsi de s’y retrouver par rapport au sentiment que l’Algérie a vocation à sauver la métropole. Ainsi, dans l’émission pirate de l’OAS du 5 août 1961, on pouvait entendre : « Monsieur de Gaulle, vous avez assez accumulé de ruines, de deuils et de larmes, votre intermède catastrophique tire à sa fin, le jour est proche où il vous faudra rendre des comptes, et ce jour-là nous serons présents. Devant ce bilan désastreux, beaucoup de Français désespèrent, le salut de la patrie viendra de la terre algérienne, une fois de plus, comme en 1942, il s’est levé ici une armée de patriotes décidés à lutter. » Ce discours s’articule avec la mise en cause globale de la politique gaullienne accusée de faire le lit du communisme international : « Le président des USA devrait se souvenir des antécédents de De Gaulle, ainsi il n’oublierait pas que dans la valise londonienne, après la guerre tranquille passée à Carlton Garden, ledit de Gaulle ramenait les Thorez, Billoux et autres Tillon qui ont failli mener la France à l’abîme » (émission pirate du 25 janvier 1962), et le général Salan déclarait à un correspondant de la NBC : « Si on veut installer ici un gouvernement que j’appelle communiste, nous nous battrons et la suite fera que la France sera à nos côtés et qu’il est possible que nous soyons obligés de rentrer en France. » 23 On voit ici les illusions auxquelles les gens de l’OAS semblaient croire sur l’état de l’opinion en métropole, c’est encore plus net dans l’émission pirate de l’OAS du 22 septembre 1961 : « Cette résistance est celle des honnêtes gens de métropole et d’Algérie, ce sera bientôt la résistance du peuple tout entier […] quoi que vous fassiez vous n’empêcherez plus le peuple de France de renverser demain l’homme qui, pour nous tous, incarne les impostures et les malheurs. » Toutes ces affirmations sont caractéristiques d’un discours d’extrême droite, mais, entendues dans l’Algérie des derniers mois de la guerre, elles trouvent logiquement leur place dans un système de représentations pour lequel il n’y a pas opposition d’intérêts entre l’Algérie et la métropole, c’est le gouvernement qui est mauvais pour tous.

313. Le sentiment d’avoir subi une guerre menée par le gouvernement contre la population européenne. L’idée d’une guerre entre les représentants du pouvoir métropolitain et les partisans de l’Algérie française s’inscrivait dans les représentations de l’OAS qui considérait qu’à partir du moment où le gouvernement avait signé les accords d’Évian l’armée française devenait une armée d’occupation dans l’Algérie française. C’est dans cette perspective qu’a eu lieu l’accrochage à Bab-el-Oued le 23 mars. L’émission pirate de l’OAS du 26 avril 1962, à un moment où l’OAS, très ébranlée par l’échec de la tentative de mobiliser les pieds-noirs pour une insurrection, subit les coups de la répression (Salan vient d’être arrêté), évoque : « Multiplication des barrages et des arrestations arbitraires : enlèvement de femmes parce qu’on n’a pas trouvé les maris, vols commis lors des perquisitions, parfois par des soldats du contingent. » Cette « guerre » menée à l’OAS (comme jamais cela n’avait été fait avant la signature des accords d’Évian, mais cela n’est pas notre propos ici) est présentée et vécue par beaucoup d’Algérois et d’Oranais comme une guerre menée contre les Européens d’Algérie : « Une opération policière d’envergure a eu lieu hier matin à Alger entre le Parc Galland et la nouvelle basilique, la population d’Alger a fait preuve à cette occasion d’un sang-froid et d’un courage remarquables, décidée à s’opposer à la stratégie des forces de police qui cernaient les immeubles, les Algérois se sont dressés devant les barrages, offrant leurs poitrines aux fusils dont on les menaçait. »

32C’est de ces événements et du récit qui en était fait dans ces émissions pirates très écoutées (on ouvrait les fenêtres et on portait le son au maximum) qu’un certain nombre de rapatriés gardent un souvenir très entretenu par les publications de certaines associations auxquelles ils sont abonnés. On voit la distance qui peut exister entre ce souvenir et le travail historique sur l’ensemble de la guerre d’Algérie, ce qui les conforte dans l’idée qu’on ne dit pas la vérité, qu’il y a des choses cachées, sentiment qui est né, nous l’avons vu, des conditions de l’information pendant les derniers mois de la guerre. On se méfiait des journalistes de la télévision française, dans l’émission Cinq colonnes à la Une du 5 février 1960 le journaliste dit : « ils parlent beaucoup plus facilement devant les caméras britanniques que devant les caméras françaises.» La radio et la télévision françaises étaient perçues comme des instruments d’intoxication :» L’intoxication par la radio est utilisée à plein […] les mots poisons sont enfoncés à grands coups dans le psychisme des masses dont la mise en condition est la principale occupation du régime » (émission pirate du 21 mars 1962).

  • 24  SHAT 1H 4547.

33La façon dont le gouvernement a géré la crise, inévitable, consécutive à la signature des accords d’Évian n’a certainement pas aidé cette population à ne pas se sentir victime d’une volonté de l’écraser, il est clair que la lutte menée contre l’OAS avec beaucoup plus de détermination à partir de la fin mars 1962 était liée à la crainte de la très hypothétique insurrection des Européens d’Algérie. Le Bulletin mensuel des activités des forces en Algérie de mars 1962 24indique : « Selon leur tempérament les Européens ont obéi sans plus aux consignes de l’OAS, ou se sont lancés dans une action à caractère insurrectionnel. Mais le 23 mars à Bab-el-Oued et le 26, rue d’Isly, le mythe de la sympathie de l’armée pour l’organisation subversive s’est écroulé, ces événements les ont frappés de stupeur. Les succès remportés par les FO [Forces de l’Ordre] sur les activistes, s’ils ont exacerbé le désir de vengeance de certains milieux, ont commencé à semer le doute sur les chances réelles de succès de l’OAS. » A qui avait-on besoin de montrer que la sympathie de l’armée pour l’OAS était un mythe, était-ce seulement aux Européens ? En tout cas ce sont eux qui ont fait les frais de l’opération le 26 mars.

  • 25  Enquête sur l’histoire, n° 3, été 1992.

344. Le fait que, pour certains rapatriés, la guerre d’Algérie n’a pas pris fin. En 1992 une revue intitulée Enquête sur l’histoire avait sorti un numéro sur l’OAS et la guerre d’Algérie, dans lequel certains points de vue exprimés étaient très proches de ceux des sympathisants de l’Algérie française, cependant on pouvait lire aussi une interview de Constantin Melnik, responsable des affaires de renseignement au cabinet de Michel Debré de 1959 à 1962, personnage particulièrement détesté par les gens de l’OAS. Or on pouvait lire dans le courrier des lecteurs du numéro suivant 25une lettre signée D. Quidor Paris, disant : « Est-ce que je me trompe en soupçonnant que la collaboration de M. Melnik à votre revue fut obligatoire pour la laisser publier ? » Cette lettre rejoint l’antienne sur les « mensonges à propos de la guerre d’Algérie », cette mentalité n’est spécifique ni de cette communauté ni de ces événements, mais en l’occurrence elle se nourrit de représentations nées au cœur des événements eux-mêmes.

35L’abbé Scotto, curé de Bab-el-Oued pendant la guerre d’Algérie, dont l’église a été plastiquée plusieurs fois par l’OAS et qui, resté jusqu’à sa mort dans l’Algérie indépendante, y a été évêque, disait dans l’émission Cinq colonnes à la Une du 2 décembre 1960 : « leur terre […] c’est l’Algérie, ce qu’ils ont appris à considérer comme leur patrie c’est la France, ils sont morts pour elle, par rapport aux musulmans et aux métropolitains il y a écartèlement, il est normal qu’ils se posent des questions : que va-t-on devenir ? si on était capable de leur répondre clairement ils seraient capables de comprendre et de faire des renoncements. » Dans un texte adressé aux Français d’Algérie le 10 avril (au lendemain du référendum organisé en métropole sur les accords d’Évian), Christian Fouchet, Haut Commissaire de la République, dit : « La métropole a quasi unanimement manifesté son accord à la politique du Président de la République. Le non quasi unanime que les Français ont dit avant-hier au crime et à la violence n’est pas, ne saurait être un non aux Français d’Algérie […] oui à votre avenir. La main de vos frères de la métropole est tendue pour vous aider […] Je sais que vous êtes pleins de ressentiments, parce que vous croyez à tort que la métropole vous abandonne. Je sais que vous êtes pleins d’angoisse […] Il faut dominer tout cela. Bon courage. » Un tel appel émanant du représentant du gouvernement avait peu de chance d’être entendu dans le contexte, et pourtant c’est bien l’intégration qui s’est faite rapidement après le rapatriement, mais le sentiment, les ressentiments, sont demeurés chez certains.

36L’opposition au gouvernement, telle qu’elle a été formulée par l’OAS, a permis aux pieds-noirs de ne pas avoir l’impression de se situer en opposition à la métropole. Il est remarquable que, dans le même temps, l’objectif de l’OAS d’amener les Européens à faire, selon l’expression de Degueldre, d’Alger un Budapest (par référence à l’insurrection hongroise d’octobre 1956) a échoué. Ainsi, les affrontements sanglants de la fin de l’Algérie française qui ont opposé des Européens d’Algérie aux forces de l’ordre ne seraient pas le signe d’une rupture avec le sentiment d’appartenir à la communauté nationale, alors que, jamais sans doute, les aspirations des Français d’Algérie et celles des Français de métropole n’ont été aussi divergentes. Cette contradiction contribue à la formation d’une mémoire meurtrie très rétive à l’avancée de la connaissance historique et dans le même temps très ignorante de l’histoire de la période coloniale.

Haut de page

Notes

1  Le Monde du 20 juin 2000.

2  Général Aussaresses, Services spéciaux en Algérie 1955-1957, Perrin, 2001.

3  La Découverte, Paris, 1999.

4  Ouvrage cité, page 53

5  Idem, p. 65.

6  Article de Pierre Michelbach dans LHistoire, n° 173, janvier 1994.

7  Cité par Pierre Michelbach.

8  Charles-Robert Ageron, Histoire de l’Algérie contemporaine, 2, 1871-1954, PUF, 1979.

9  René Mayer, Algérie : mémoire déracinée, L’Harmattan, 1999.

10  Gérard Crespo et Jean-Jacques Jordi, Les Espagnols dans l’Algérois, Éditions de l’Atlanthrope, 1991.

11  M. Walh, L’Algérie, Alcan, 1898, cité par G. Crespo et J-J. Jordi (op. cit.).

12  G. Crespo et J-J Jordi, op. cit.

13  Charles-Robert Ageron, Histoire de l’Algérie contemporaine 1871-1954, PUF, 1979.

14  Ch-R. Ageron, op. cit., p. 392.

15  Charles de Gaulle, Discours et messages, tome III, Plon, 1970.

16  Terme utilisé pour désigner les colonisés.

17  Germaine Tillion, « L’Algérie en 1957 », texte publié par les Éditions de Minuit, 1957, repris dans L’Afrique bascule vers l’avenir, 1961.

18  Alistair Horne, Histoire de la guerre d’Algérie, traduction française, Albin Michel, 1980, édition de 1987, p. 186.

19  Charles de Gaulle, Discours et messages, op. cit., p. 118.

20  Vitalis Cros, Le Temps de la violence, Presses de la Cité, Paris, 1971.

21  Tract intitulé « La résistance française vaincra » à en-tête de l’organisation armée secrète zone d’Alger », daté : Alger, 24 mars 1962. SHAT 1H 1735 D1.

22  Émission de la radio des putschistes le 22 avril 1961, toutes les citations de ces émissions et des émissions pirates de l’OAS sont tirées d’enregistrements conservés par la Phonothèque de Radio France.

23  Émission Cinq colonnes à la Une intitulée « Rétrospective Algérie », diffusée le 6 septembre 1963.

24  SHAT 1H 4547.

25  Enquête sur l’histoire, n° 3, été 1992.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marc-Olivier Gavois, « La perception du pouvoir métropolitain par les Européens d’Algérie », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 85 | 2001, 85-101.

Référence électronique

Marc-Olivier Gavois, « La perception du pouvoir métropolitain par les Européens d’Algérie », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 85 | 2001, mis en ligne le 01 octobre 2004, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1752

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page