Navigation – Plan du site
DOSSIER

Une chefferie précoloniale au Niger face aux représentants coloniaux, naissance et essor d’une dynastie

Jean-Paul Rothiot
p. 67-83

Résumé

À travers le parcours d’Aouta, zélé collaborateur en apparence des Français qui s’installent au Niger et ambitieux auteur d’un projet de conquête politique et territorial à son propre profit, se dessine une histoire complexe des relations entre populations colonisées et pouvoir européen en Afrique à la fin du xixe et au xxe siècle. Faisant accroire aux envoyés de la France qu’ils représentent le pouvoir traditionnel sur lequel la puissance coloniale doit s’appuyer pour imposer sa domination, Aouta et ses successeurs accaparent en réalité une chefferie qu’ils transforment profondément. Montrant non seulement une autonomie face au pouvoir colonial mais aussi une capacité à exploiter la situation créée par celui-ci, la dynastie fondée par Aouta s’installe durablement au Niger et survit aux évolutions politiques, indépendance puis processus de démocratisation.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

France, Niger

Chronologie :

XIXe siècle, XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Jacques Lombard, Autorités traditionnelles et pouvoirs européens en Afrique noire, Cahier de la FN (...)
  • 2  Jean Paul Rothiot, L’ascension d’un chef africain au début de la colonisation, Aouta le Conquérant (...)
  • 3  Voir sur cet aspect : Kimba Idrissa (dir), Le Niger : État et Démocratie, L’Harmattan, Paris, 2001 (...)

1Longtemps le débat historiographique sur la chefferie et le pouvoir colonial a tourné autour des notions de gouvernement direct (dans les colonies françaises) et d’indirect rule (dans les colonies anglaises)1. L’attitude des populations et des chefs africains a été présentée sous le double aspect, de louange des résistants à l’oppression coloniale ou de réprobation à l’égard des collaborateur. Cependant l’étude de la naissance de la domination coloniale dans la région de Dosso au sud-ouest du Niger m’a amené à formuler d’autres hypothèses et à montrer que la chefferie indigène pouvait être autre chose que résistante ou collaboratrice, s’adapter aux contraintes coloniales et se transformer 2. Cet aspect est d’autant plus important que la chefferie dite traditionnelle joua à la fin de la période coloniale et joue encore un rôle majeur dans la vie politique nigérienne 3, et que sa place est un enjeu majeur des processus de démocratisation en cours au Niger, comme dans le reste de l’Afrique.

2La région de Dosso se trouve au sud-ouest du Niger, entre le fleuve Niger et le Nigéria, elle a une superficie de 20 000 km2 et compte en 1932 environ 100 000 habitants. C’est une des régions les plus arrosées de la colonie, son climat est sahélien avec une tendance soudanienne plus humide.

Collaboration et conquête cachée ?

Aouta le collaborateur

  • 4  Les documents coloniaux et un certain nombre d’historiens utilisent les termes de Dyermas, Djermas (...)

3Lorsqu’une petite colonne française (40 tirailleurs) arrive en novembre 1898 à Dosso pour prendre possession du pays, son commandant, le lieutenant Laussu, croit avoir été appelé par le chef de la région, le zarmakoy (chef des zarmas 4). Or celui-ci, Attikou, nie le fait et refuse de servir les Français. C’est alors qu’Aouta, fils d’un ancien zarmakoy, se met à leur service, fournit de la nourriture, des chevaux et rallie à la cause des colonisateurs certains lignages de Dosso. Puis il recrute des cavaliers pour servir de guides et participer à la levée des impôts.

4Dans tous les villages entourant Dosso, il conseille la soumission à l’autorité coloniale naissante et la résignation devant la puissance des armes modernes. Aouta apparaît donc comme un collaborateur modèle. Il va plus loin encore en dénonçant les villages rebelles et en poussant à la répression : en décembre 1898, il conduit les troupes coloniales contre un village touareg situé à 60 km de Dosso ; en mars 1899, il mène le nouveau commandant français et ses troupes à l’attaque de deux villages non loin du fleuve Niger ; en août 1899, il accompagne le capitaine Angéli, nouveau commandant, contre le village goubé de Sargadje qui, face à l’arrivée coloniale, résiste, attaque les troupes françaises et leurs supplétifs zarmas, et les met en déroute, avant de s’incliner en novembre 1900 devant des forces très importantes. Il réprime aussi d’autres petites révoltes dans le Dallol mawri, à Lido en 1900, à Yeldou en 1901. Enfin en 1905, une nouvelle révolte éclate au sud dans la région de Kobkitanda, suivie d’une nouvelle répression.

  • 5  Archives départementales de Dosso (ADD), Notice annuelle, 1906.

5Toutes ces révoltes sont des actes de résistance à la conquête coloniale et Aouta se révèle bien un collaborateur zélé, dévoué et efficace des Français, comme l’indiquent les rapports coloniaux : « Cet excellent chef nous a constamment donné les marques d’une fidélité à toute épreuve, tant son influence et sa réputation sont considérables, et il suffit de le guider pour que sa conduite marche de pair avec le progrès de notre administration. »5

Aouta le Conquérant

6Mais les informations orales recueillies dans les villages, recoupées avec les sources écrites, m’ont amené à une autre interprétation : Aouta aurait cherché à créer un territoire cohérent, une province, un empire, dont il serait devenu le maître, en formant autour de Dosso un canton qui semble homogène du point de vue ethnique, puis en conquérant des territoires qui n’ont jamais dépendu de Dosso.

  • 6  Lors de l’arrivée de Français, Attikou est le zarmakoy, Aouta ne le sera qu’après la mort d’Attiko (...)

7Il place d’abord sous l’autorité du zarmakoy 6 le « Dosso labu », le territoire de Dosso, qui consistait en la juxtaposition de villages unis les uns aux autres par des liens familiaux. Les villages fondés par l’un ou l’autre des lignages de Dosso, dépendaient de ce lignage et non du zarmakoy : Aouta gomme cette situation et demande aux chefs de village d’affirmer leur dépendance vis-à-vis de celui-ci. Il a compris le principe, français, d’espace administratif cohérent, limité par des frontières, et il veut faire croire aux conquérants qu’un tel espace existe autour de Dosso. Au concept ancien d’organisation territoriale, le « labu », il substitue un concept nouveau à la française, le canton zarma, qui deviendra bientôt un canton colonial. Mais d’autres villages, situés au milieu des autres, fondés par des Zarmas ne venant pas de Dosso, comme à Tessa, ou appartenant à d’autres ethnies réfugiées dans la région pendant les guerres du xixe siècle, songhay, soudie, goube, mawri zarmaphones…, empêchent la création d’un espace territorial cohérent. Aouta réussit à convaincre les chefs de ces villages de déclarer leur dépendance vis-à-vis du zarmakoy de Dosso, les menaçant souvent de représailles, provoquant parfois des répressions. Ainsi, le zarmakoy de Tessa, égal de celui de Dosso, refusant en 1900 de se soumettre, est sommé par le commandant français de Dosso de ravitailler le poste ; il obéit finalement, et devant s’expliquer sur ses réticences, affirme accepter la domination française mais refuser celle d’Aouta. Le commandant accepte, mais quelques années plus tard, le territoire de Tessa est intégré dans le canton de Dosso et ne devient pas un canton autonome.

8Ensuite, Aouta tente d’annexer des territoires situés à la périphérie du Dosso labu. Pour ce faire, pour mieux faire réprimer les résistances et placer ces territoires sous son autorité, il provoque les révoltes de Sandire, Sargadje, Lido, Yeldou et Kobkitanda. Face aux colonisateurs, il justifie ses prétentions par l’Histoire, racontant que ces territoires étaient « vassaux » de Dosso. Les monographies des commandants de Dosso reproduisent ces « traditions ».

  • 7  Archives nationales du Niger, 15-1-2, Monographie du cercle Djerma, 1910, cité par Jean-Paul Rothi (...)
  • 8  Chaque canton doit être ethniquement homogène, la même politique en Guinée a été décrite par Jean (...)

9Le découpage colonial intervient en janvier 1901 avec la création des cercles du Troisième territoire militaire, dont le cercle du Djerma, et en octobre 1901, au « palabre de Kiota », Aouta obtient un très vaste commandement correspondant aux conquêtes qu’il a réalisées avec l’appui des armes françaises et à l’insu des commandants français qui se sont succédé à Dosso. Mais l’expansion d’Aouta provoque de telles résistances que les autorités coloniales s’en rendent finalement compte et un rapport tardif note qu’Aouta « qui fut un de nos premiers et de nos plus fidèles partisans, fut pourtant le responsable de toutes nos difficultés en pays Mawri et Dendi, il est certain que les chefs se révoltèrent pour défendre leurs intérêts ou leur liberté, que d’autres menaçaient» 7. Aussi les cantons créés entre 1903 et 1908, sur le principe des « races » 8, tiennent-ils compte de ces résistances et mettent hors du commandement d’Aouta les régions les plus hostiles (Kiota, Loga, Kobkitanda et tout le pays mawri).

  • 9  ANN, 5-1, capitaine Mahaut, Monographie du secteur de Dosso, 1912.

10L’intérêt du colonisateur d’avoir des territoires commandés par des chefs indigènes reconnus et acceptés par les populations a prévalu finalement sur les ambitions et l’expansionnisme d’Aouta. Mais en 1926, son neveu et successeur Seydou, en s’appuyant sur les informations que les « traditionnistes » ont fournies aux administrateurs coloniaux dans le cadre de leurs enquêtes 9, obtient le commandement indirect sur ces régions, en temps que « chef de province » et il est considéré comme l’un des plus puissants « princes » du Niger à l’égal des sultans de Zinder ou d’Agadez.

De la chefferie traditionnelle à la chefferie coloniale

  • 10  ANN, 5-1, capitaine Milot, Monographie, février 1909 ; capitaine Mahaut, Monographie du secteur de (...)

11D’après les informations orales concordantes recueillies à Dosso et dans les villages proches, Aouta n’était pas un chef traditionnel lorsque les Français arrivent mais un vagabond, un aventurier, un fils puîné de Kossom, un ancien zarmakoy, n’ayant pratiquement aucune chance d’accéder à la chefferie. Mais cette information est contredite par les monographies établies par les administrateurs coloniaux10, qui reprenaient les traditions orales de la cour. Elles décrivent une chefferie mythique qui ne se serait pas transformée sous l’impact de la colonisation, ce qui justifie la dénomination de « chef traditionnel ». Or les enquêtes orales, recoupées à de nombreuses reprises, et l’analyse attentive des archives coloniales amènent à des conclusions opposées, tant sur les modalités de désignation des chefs, sur l’organisation de leur pouvoir, leurs sources de revenus, que sur leurs pouvoirs judiciaires. Les différences entre chefferies pré-coloniales et coloniales sont considérables.

La transmission du pouvoir

12À Dosso, la chefferie précoloniale organisait une rotation du pouvoir entre les descendants des fondateurs du village, Boukar et Bouyaki, répartis en quatre lignages, Sirimbey (dont fait partie Aouta), Oudounkoukou, Kwarategui et Mangye kwara (dont fait partie Attikou). Au décès du zarmakoy, les lignages se réunissaient et choisissaient le lignage qui désignerait en son sein le futur zarmakoy. Celui-ci pouvait demeurer en dehors de Dosso, tout en appartenant à un lignage de Dosso. Ainsi, Gounabi demeurant à Kayan avait été zarmakoy en 1830, Bakar de Tidirka lui avait succédé sous la domination peule de 1831 à 1856, Abdou de Mokko avait régné après 1865. Tous les trois appartenaient au lignage Mangye kwara. La procédure de désignation était relativement démocratique, les chefs de famille du lignage se réunissaient et, après un palabre, choisissaient le plus apte à résoudre les problèmes du moment.

13À l’arrivée des Français, le vieil Attikou règne depuis 1897 et Aouta ne réclame pas la chefferie, il dit seulement au vieux chef de « rester tranquille » et il affirme qu’il s’occupera de tout avec les Blancs. Mais à la mort d’Attikou, le 1er janvier 1902, Aouta est désigné par les autorités coloniales, les autres lignages protestent mollement et Aouta est investi, selon les traditions par le sandi, le chef de la terre, qui le ceint d’un turban de cinq brasses en disant « tu es zarmakoy ».

14Le changement décisif est opéré, c’est l’autorité coloniale qui choisit le zarmakoy, quelles que soient les traditions antérieures. À la mort d’Aouta en 1913, son frère aîné Moussa lui succède, malgré la réunion des autres lignages et la désignation, selon la coutume, d’un autre zarmakoy. À la mort de Moussa en 1924, son fils Seydou lui succède, puis en 1938, Moumouni, fils d’Aouta, en 1953, Hamani fils de Seydou puis Abdou, autre fils d’Aouta jusque 1998, enfin Issoufou fils de Seydou, ancien haut fonctionnaire des Nations unies. La chefferie cesse de tourner entre les lignages, elle est accaparée par une partie du lignage Sirimbey, les descendants d’Aouta et de Moussa. La fin de la période coloniale ne change rien et l’on ne revient pas aux traditions précoloniales, car bien d’autres éléments constitutifs de la chefferie ont changé.

La cour : anciens et nouveaux dignitaires

15Le chef précolonial n’avait pas un pouvoir absolu et ne pouvait se permettre de commettre des exactions car sa descendance le paierait en étant exclue du pouvoir. Il était entouré d’une cour et d’un conseil (fada à Dosso), dont il devait prendre et suivre l’avis. Le conseil était composé du sandi, chef de la terre et conciliateur, du yerima, le successeur désigné, du marafa, sorte de suppléant du zarmakoy, des chefs de guerre appelés wonkoy, mayaki et zaroumei (Moussa frère d’Aouta était zaroumei avant l’arrivée des Français) et d’autres dignitaires chargés d’organiser la vie de la cour (maifada) ou la journée du zarmakoy (waziri), de gérer les finances (azia), d’organiser le travail des captifs (galadima). Toutes ces fonctions étaient réparties entre les différents lignages de Dosso et ces dignitaires (sauf le sandi) pouvaient accéder à la chefferie.

16Avec l’arrivée des Français, la cour perd toute raison d’être, le zarmakoy n’a plus besoin de ses conseils et doit l’obéissance au commandant français. Les autres lignages sont écartés tout en conservant les titres de wonkoy et mayaki, désormais dépourvus de sens et de revenus. Par contre, Aouta fait naître pour le lignage sirimbey des fonctions importantes : le mizindadi devient le responsable des finances du zarmakoy et le marafa, le bras droit, « premier ministre » du zarmakoy. Deux neveux d’Aouta, Seydou et Maïkidi, occupent successivement les fonctions de marafa, qui apparaissent comme « traditionnelles » aux yeux des commandants de Dosso, mais qui sont des créations nouvelles ne donnant plus accès aux revenus anciens.

La guerre et les captifs

17La guerre et la capture d’ennemis étaient la principale source de revenus des dignitaires et guerriers de Dosso. Après la bataille, les hommes ou les femmes capturés étaient répartis entre les guerriers et les chefs qui obtenaient le cinquième des prises. Les captifs (banya) étaient utilisés ensuite comme main-d'œuvre dans les champ (débroussaillage, semailles et sarclage) ou dans les cases (pilage du mil). Certains captifs spécialisés constituaient des castes (tisserands, potiers et surtout forgerons au grand prestige) et le produit de leur travail appartenait à leur maître. Les banya pouvaient être vendus par un guerrier en difficulté financière au chef ou rachetés par des parents. Au début de la présence française, un captif valait le prix d’un bœuf ou d’un cheval, ou 200 F. Les captifs constituaient la base principale de la richesse des grands chefs guerriers de la région.

18Or un des buts humanitaires de la conquête coloniale était la suppression de l’esclavage, mais les conquérants ne voulaient pas déstabiliser la chefferie traditionnelle qui collaborait et provoquer une « révolution », la politique menée fut donc d’interdire d’abord la capture d’hommes pendant les guerres, puis la traite, et enfin progressivement de libérer les captifs. Dans la région de Dosso, cette orientation générale n’empêcha pas Aouta, qui ne possédait aucun banya en 1898, de faire de nombreux captifs pendant les opérations de répression qu’il mena avec l’aide des troupes coloniales, de 1899 (Loga) à 1905 (Kopkitanda) ; une partie des captifs fut bientôt vendue sur les marchés du pays haoussa (Nigeria anglais), les autres rejoignirent la maison (windi) du chef, devenant des « serviteurs ». Dans la région, aucune libération massive n’eut lieu, sauf à Tessa dont le chef s’était opposé à Aouta, mais les libérations progressives aboutirent à la fin de l’esclavage et ruinèrent les chefs de guerre qui vivaient de ces captifs. Or ces chefs appartenaient aux lignages rivaux de celui d’Aouta, la fin de ces pratiques et les tolérances dont bénéficia Aouta le servirent finalement.

Les redevances traditionnelles et coloniales

  • 11  Informations orales recueillies à Mokko, Moussadey, Bamey et Sokorbe. Voir ma thèse p. 488 et 489.

19En plus des revenus des guerres, trois redevances, fortement inspirées de l’islam, étaient payées par les paysans au zarmakoy : labu albarka, suta et oussiri. Le labu albarka consistait en une partie proportionnelle de la récolte (un dixième), mais il n’avait pas de caractère d’obligation et une sécheresse ou une attaque de sauterelles dispensaient du paiement. La suta était la confiscation d’animaux égarés par le zarmakoy. L’oussiri, le dixième de l’héritage, était payé au zarmakoy. À ces redevances s’ajoutaient le bogu, invitation à venir travailler une journée dans les champs du chef, le plus souvent à l’occasion des sarclages, acte volontaire s’accompagnant de réjouissances, de distribution de kola, de mil et de viande 11. Ces revenus sont assez minimes face à ceux de la guerre.

20Ces revenus sont remis en cause ou transformés par la domination coloniale. Suta et oussiri sont supprimés, le labu albarka devient « la dîme du chef » payable dès les récoltes et levée par les cavaliers du chef quelle que soit la récolte et quel que soit le chef précolonial, les villages qui ne dépendaient pas de Dosso mais qui se trouvent désormais dans le canton doivent la « dîme » au zarmakoy. En 1957 cette dîme se monte à 4 800 000 F, sur 6 820 000 F, revenu total du zarmakoy. Le bogu devient obligatoire, c’est un travail forcé au service du chef, sur les « fermes de collaboration », de nouveaux champs créés par l’administration coloniale pour les chefs, par défrichement de terres inoccupées, et destinés à des expérimentations de matériel moderne et de semences sélectionnées. Ainsi l’essentiel des revenus des chefs provenait directement du travail des paysans.

21À ces revenus dits traditionnels s’ajoutent les revenus coloniaux. La « solde d’agent politique » est versée dès 1899 à Aouta, 30 F par mois, puis à partir de 1903, c’est la solde de chef de canton, qui s’élève, pour Aouta, à 2 500 F en 1912. En 1944, la solde du zarmakoy est de 48 000 F, égale à celle du sultan d’Agadez, un peu inférieure à celle du sultan de Zinder (52 000 F). En 1957, le zarmakoy touche 1 200 000 F. Il bénéficie aussi, comme les chefs de village et de canton, de remises d’impôt, proportionnelles aux impôts payés et à la célérité de la levée (en 1957, le zarmakoy touche à ce titre 676 000 F).

  • 12  Parti progressiste nigérien, section du Rassemblement démocratique africain, parti anticolonial de (...)

22Cependant les chefs, et Aouta en particulier, se plaignent de n’avoir aucune richesse, car ils doivent nourrir leurs cavaliers, les membres de leur famille et les nombreux serviteurs, les administrateurs et visiteurs de passage, les nécessiteux. En 1946, les campagnes menées par le PPN-RDA 12aboutiront à la suppression du travail forcé et des bogu et elles vaudront au PPN une grande popularité parmi les paysans pour avoir dénoncé dans la dîme du chef et les bogu, non des revenus coutumiers mais des redevances coloniales.

Les pouvoirs et revenus judiciaires

23Enfin, les zarmakoy avaient avant la conquête coloniale un certain nombre de pouvoirs judiciaires. Ils jugeaient en appel des jugements de chefs de village et traitaient les affaires les plus graves et les conflits inter villageois, en présence de la cour et après avoir pris son avis. Les jugements étaient rendus en fonction des coutumes et du Coran, un marabout assistant souvent le chef dans sa fonction judiciaire. Le zarmakoy encaissait toutes les amendes prononcées à l’encontre des condamnés pour refus d’obéissance, manque de respect envers le chef, vol, rixe suivie de blessures, meurtre ou adultère. L’amende pouvait aller jusqu’à la confiscation des biens. Le zarmakoy recevait aussi des cadeaux de la part des villageois avant qu’ils n’aient affaire à la justice.

24Le pouvoir colonial veut évidemment s’emparer de ces pouvoirs régaliens mais envisage dans un premier temps de laisser aux chefs de village et à Aouta le soin de juger en première instance, alors que dans les cantons voisins, le cadi est chargé de rendre la justice. Le décret du 10 novembre 1903 réorganise la justice en créant trois niveaux de tribunaux, celui de village traitera des affaires de simple police, celui de province, composé du chef de province ou de canton assisté de deux notables, rend la justice sous le contrôle à posteriori du commandant de cercle, enfin le tribunal de cercle juge en appel et traite des crimes. Grâce à ce système, Aouta, qui préside le tribunal de province, renforce son pouvoir.

25Mais c’est laisser trop de pouvoirs aux indigènes et la réforme de 1906 place à la tête du tribunal de province le commandant de secteur ou de cercle qui est chargé de juger toutes les infractions au code de l’indigénat. Le zarmakoy Aouta est alors exclu du pouvoir judiciaire, alors que ses pairs, les sultans et chefs de canton de Zinder, Tahoua, Tessaoua… restent membres des tribunaux. Les affaires traitées par les tribunaux de province changent, il ne s’agit plus de réguler le fonctionnement ordinaire d’une société, mais d’imposer la domination coloniale. Les refus de travailler pour le colonisateur, de payer l’impôt, les insultes et menaces envers l’autorité, l’incitation à l’indiscipline, la rébellion à main armée sont traités en première instance par le tribunal de province. Celui-ci intervient aussi en appel pour casser des jugements rendus dans les villages en vertu des coutumes, la législation française s’impose peu à peu. La justice coloniale sert aussi à soumettre les chefs, qui peuvent être condamnés pour escroquerie (s’ils ont perçu des droits coutumiers), pour coups et blessures (pour avoir condamné à une peine de bastonnade), pour entrave à la liberté (s’ils ont conservé des captifs). Ces condamnations ne sont décidées que si l’autorité coloniale veut sanctionner un chef insuffisamment docile.

26Ainsi, contrairement aux autres pouvoirs et revenus, le domaine judiciaire échappe de bonne heure à Aouta et aux chefs dits traditionnels. Est-ce un signe majeur que le pouvoir ne leur appartient plus mais réside dans la main des colonisateurs ?

Quelle place pour les chefs indigènes ?

Pouvoir indigène ou pouvoir colonial ?

27Pourtant la réponse à la question – qui détient finalement le pouvoir ? – n’est pas si évidente. Les commandants qui défilent à Dosso restent peu de temps et sont de moins en moins gradés, ils doivent faire face au zarmakoy Aouta, loué par les autorités coloniales, décoré de l’Étoile Noire du Bénin en 1909 et de la Légion d’honneur en 1911. D’autant que les autorités s’interrogent sur ce que doit être la politique coloniale : une administration directe du territoire en se passant des chefs traditionnels ou le renforcement du pouvoir de chefs indigènes « bien dressés ».

  • 13  AN 200 Mi 1647, Rapport politique du commandant du Territoire militaire du Niger au 2e trimestre 1 (...)

28Le débat se développe entre 1908 et 1912 et le commandant du Territoire militaire du Niger affirme en 1908 : « Partout où les chefs de province n’ont pas facilité par leur influence notre prise de possession du pays, il ne paraît pas nécessaire de soutenir leur autorité lorsque les populations elles-mêmes ne leur sont pas franchement attachées. Les exemples des abus de pouvoirs auxquels ils se livrent sont trop nombreux pour ne point éveiller notre méfiance et nous prédisposent à les priver d’une autorité qui s’exerce trop souvent au détriment de ceux qu’elle devrait protéger »13.

  • 14  ANN 15-5, Rapport politique du cercle de Niamey, 4e trimestre 1912. Cité par Jean-Paul Rothiot, op (...)

29Au contraire, le commandant de cercle de Niamey écrit en 1912 : « Je suis d’avis qu’il y a lieu de maintenir les chefs de canton, de fortifier leur autorité, de nous occuper de leur dressage et de les utiliser dans la mesure de leurs moyens et de leur fidélité. Vouloir obtenir que le commandant de circonscription européen agisse directement sur les chefs de village, sauf pour la perception de l’impôt, me paraît une erreur administrative et une impossibilité matérielle. Nous avons tout intérêt à maintenir entre les chefs européens et les chefs de villages l’organe du chef de canton » 14.

30Le débat du commandement direct ou indirect est bien posé dans ces textes, mais on est loin des idées d’Aouta qui estime être un chef disposant de pouvoirs et d’autonomie, alors que l’administration coloniale ne souhaite qu’un exécutant « bien dressé ». Cette ambiguïté, ou plutôt cette contradiction, aboutit à des conflits entre Aouta et les commandants de Dosso, notamment le lieutenant Mahaut. Le conflit commence à propos du contrôle des salines que le commandant retire à Aouta ; il continue le 14 juillet 1912par une manifestation de désapprobation d’Aouta, puis par des plaintes auprès du commandant du Territoire militaire du Niger qui tente d’apaiser le conflit. En fait, Aouta refuse de voir la réalité, sa subordination à l’autorité coloniale, et la note du commandant du cercle de Niamey à la fin de 1912 recommande « une surveillance un peu plus exacte, un contrôle discret plus efficace, il est indispensable, dans notre intérêt politique, qu’Aouta s’habitue à ces méthodes, installées peut-être trop tardivement, mais dont la nécessité s’impose ». Le temps du conquérant qui trompait les colonisateurs s’achève, sa mort prématurée, en mars 1913, clôt dans la région de Dosso la période où les Français ont dû composer avec de puissants chefs qui avaient accepté la domination coloniale, tout en gardant, ou en construisant, comme Aouta, un pouvoir nouveau.

La puissance des successeurs coloniaux d’Aouta

  • 15  Information orale de Zaroumei Adamou Moussa, 3 et 17 juillet 1979.

31Les successeurs d’Aouta, tout en étant dans la dépendance complète du pouvoir colonial, constituent une véritable dynastie qui accapare la chefferie de Dosso, laquelle joue un rôle majeur dans l’histoire de la colonie du Niger puis dans la République. Zaroumei Adamou Moussa, fils de Moussa et un de nos informateurs, qualifie ainsi les zarmakoy : Aouta, le conquérant, Moussa, le juste, Seydou, le lieutenant, Moumouni, le pieux, Hamani, le prodigue, et Abdou, le riche 15.

  • 16  ADD, note annuelle établie en 1917 par le commandant de subdivision de Dosso.
  • 17  ADD, note annuelle établie en 1922 par Prud’homme, administrateur de la subdivision de Dosso.

32Moussa, frère aîné d’Aouta, a été son auxiliaire pendant son règne, il est qualifié dans les rapports annuels des commandants, de « chef dévoué, au loyalisme éprouvé, un bon auxiliaire de notre politique dans la région »16. Ces remarques marquent nettement la place du chef : il est subordonné aux colonisateurs et doit mettre en application leur politique, notamment pour le recrutement militaire. Ce n’est plus un « conquérant » comme Aouta, mais un « juste » et le dernier rapport le concernant rappelle que l’ère des conquêtes est finie : « Moussa semble ne plus chercher à absorber dans son commandement les petits cantons commandés par ses anciens vassaux », écrit le commandant de cercle 17. Ce « très bon chef de canton, qui a une très grande maturité », meurt le 11 juin 1924.

  • 18  ADD, rapport du commandant du cercle de Dosso, 16 juin 1924.
  • 19  ADD, note annuelle établie en 1925 par le commandant du cercle de Dosso.
  • 20  ANN, II 20, Rapport politique du cercle de Dosso, 1928.
  • 21  ANN, 5-1-8, Robin, Monographie du cercle de Dosso, 1941.

33Seydou, fils de Moussa, fut dès 1900 le collaborateur d’Aouta et les colonisateurs envisagèrent de le désigner comme son successeur mais il était trop jeune et sa nomination aurait été trop en décalage avec les traditions. Il s’engage en novembre 1915 et fait la guerre, notamment sur la Somme et à Verdun, où il est grièvement blessé. Il revient avec le grade de sous-lieutenant, puis devient lieutenant en 1926. D’abord adjoint de Moussa, il est nommé zarmakoy, par le commandant de cercle, à la mort de son père, « il reçoit la récompense de son dévouement aux Français »18. Les autorités coloniales le louent comme un « chef indigène d’une intelligence, d’une moralité et d’une culture qui en font un sujet d’élite au jugement sûr »19et elles le présentent comme le chef idéal, « le trait d’union indispensable pour assurer la réalisation de nos méthodes au plus grand profit de la région qu’il dirige » 20. La confiance accordée à Seydou ne signifie pas que les colonisateurs soient tentés par une administration indirecte, ils ne donnent pas au chef plus de pouvoirs mais l’utilisent pour leur politique, Seydou est « un des artisans les plus actifs de la cause française »21, mais il continue aussi et achève en douceur l’œuvre d’Aouta.

  • 22  ANN, 5-2-10, lettre du commandant de cercle de Dosso, 22 mars 1924.

34Dès mars 1924, le commandant du nouveau cercle de Dosso propose au gouverneur du Niger de « réparer une erreur » historique, c’est-à-dire le rattachement au canton de Dosso des cantons de Sokorbe, Loga et Mayaki Kwara, avec les arguments suivants : « Les chefs de ces trois petits pays, imposés parfois par le Djermakoy, recevaient l’investiture de ce dernier et lui payaient le tribut ; ils étaient donc ses vassaux. Nous avons commis l’erreur de couper le lien qui les rattachait au suzerain, nous en avons fait des chefs de cantons indépendants» 22. Cette réécriture de l’Histoire montre comment l’administration coloniale est influencée par les traditionnistes de la cour du zarmakoy et ne connaît rien des tentatives de conquêtes d’Aouta au début du siècle. Mais le gouverneur juge plus prudent de ne pas donner suite à ce projet. Pourtant en 1926, Seydou obtient que les cantons de Sokorbe, Loga et Mayaki Kwara soient placés sous son autorité dans une « province de Dosso », puis les cantons de Kiota et de Sambera sont rattachés à la « province » en 1927 et 1933. Ainsi en dix ans, Seydou a réussi, avec l’appui des autorités coloniales, là où Aouta avait échoué par la force.

  • 23  ADD, dossier signalétique établi par le commandant de cercle en décembre 1938.
  • 24  ADD, note annuelle du 14 octobre 1942.
  • 25  ANN, Dossier Dosso, IV, rapport trimestriel du commandant de cercle de Dosso, 20 janvier 1943.

35À la mort de Seydou en 1938, son cousin Moumouni, fils d’Aouta, lui succède, nommé par l’administration coloniale. Formé dans les écoles coloniales, il est fonctionnaire depuis 1908 et commis expéditionnaire depuis 1928 23. Les notes annuelles des commandants ne sont pas très élogieuses, elles signalent que c’est « un brave homme, loyal, mais manquant d’autorité »24, « les chefs ne commandent pas, ils sont tout juste les agents de transmission des ordres du commandant »25.Les rapports signalent enfin que les relations se détériorent avec les chefs de canton du Nord. Mais les relations entre le zarmakoy et l’administration changent avec la mise en place de nouvelles structures politiques et la naissance d’un parti revendiquant autonomie puis indépendance.

Le zarmakoy Moumouni et Issoufou Seydou face au RDA 1946-1953

  • 26  Kimba Idrissa, « La dynamique de la gouvernance : administration, politique et ethnicité au Niger  (...)
  • 27  Finn Flugestad, « UNIS and BNA, the role of “traditionalist” parties in Niger, 1948-1960 », Journa (...)

36Cette place des chefs dans la vie politique a été évoquée récemment 26après plusieurs études précises 27, et l’attitude de la famille des zarmakoy de Dosso est caractérisée par une aptitude à s’adapter aux évolutions.

  • 28  Claude Fluchard, op. cit., p. 34 à 38.

37Un rôle majeur est joué par Issoufou, fils du zarmakoy Seydou et à ce titre présenté comme le représentant de la chefferie traditionnelle. Né en 1920, scolarisé et brillant élève, titulaire de la première partie du bac, il s’engage volontairement à Alger et combat pendant la Seconde Guerre mondiale. Il rencontre, en 1946, Senghor qui le convainc de s’engager dans la vie politique et de créer un parti au Niger. De retour au pays, il obtient l’appui de son oncle, le zarmakoy Moumouni, qui entraîne une partie de la chefferie, alors que l’administration coloniale laisse faire. Sa rencontre avec le groupe de jeunes fonctionnaires (Courmo Barcougné, D. Hamani, Kaziendé, D. Bakari…) qui réfléchissent sur la même question aboutit, le 12 mai 1946, à la création du Parti Progressiste Nigérien (PPN). Issoufou en devient le premier président, son programme modéré rejette la « fausse assimilation » et prône l’union de tous les Africains 28. Mais l’affiliation au RDA et l’influence du PC, provoquent les réticences puis l’hostilité d’Issoufou. Faute d’avoir été choisi comme celui du PPN, il est candidat indépendant aux élections législatives de novembre 1946, mais il est largement battu par Diori Hamani. Il quitte alors le PPN et adhère à la SFIO.

  • 29  Témoignage oral de Zada Niandou, mai 1979.
  • 30  Claude Fluchard, op. cit., p. 73 et 75.

38Lors des élections au Conseil général de décembre 1946 et janvier 1947, le gouverneur Toby engage la lutte contre le PPN, mobilise le zarmakoy Moumouni qui quitte le parti, convoque les membres de sa famille et ses gens pour leur demander de quitter le PPN, il fait pression par ses gardes et les autorités coutumières 29. Une majorité traditionaliste est élue au Conseil général et porte à la présidence Moumouni, l’élit au Grand Conseil de l’AOF et élit à l’Assemblée de l’Union française Issoufou Seydou 30.

  • 31  ADD, note annuelle de Moumouni, 21 novembre 1951.
  • 32  Finn Flugestad, op. cit., p. 129.
  • 33  L’opposition ancienne des lignages de Dosso au lignage Sirimbey peut se traduire par l’adhésion et (...)
  • 34  Témoignage oral de Zada Niandou, mai 1979.
  • 35  Claude Fluchard, op. cit., p. 128.

39Rebuté par les positions hostiles à la chefferie du PPN et encouragé par le pouvoir colonial, Issoufou Seydou, avec le docteur Borey et Condat, fonde en juin 1948 l’UNIS. Le zarmakoy Moumouni, participe à sa création, en est le président d’honneur à Dosso 31, il met tout son poids et ses moyens administratifs pour faire voter en faveur de Georges Condat, candidat de l’UNIS lors de l’élection législative partielle de juin 1948. Condat bat Djibo Bakary, candidat du PPN, en obtenant dans le cercle de Dosso 96 % des voix 32. Cette attitude se poursuit lors des élections législatives de 1951 et lors du renouvellement du Conseil général en 1952, la chefferie de Dosso, appuyée par l’administration coloniale fait voter pour les candidats de l’UNIS, et le candidat du PPN, Zada Niandou, fonctionnaire et descendant d’un zarmakoy d’un autre lignage 33, a beaucoup de difficultés pour faire campagne et se faire représenter dans les bureaux de vote 34. Le zarmakoy Moumouni, et Issoufou Seydou qui menait la liste, sont élus au Conseil général. Moumouni devient vice-président du Conseil général et Issoufou membre du Grand Conseil de l’AOF 35.

  • 36  ADD, rapport annuel d’ensemble du commandant de cercle de Dosso, 1952 et 1953.
  • 37  ADD, rapport annuel d’ensemble du commandant de cercle de Dosso, 1952.

40Les deux partis, qui existent dans le cercle de Dosso, s’opposent par leur dynamisme et sur les questions des rapports entre chefferie et pouvoir colonial, comme l’indique le commandant du cercle de Dosso en 1952 : « l’UNIS, ne fait de la politique que lorsque le besoin s’en fait sentir, parti manquant de dynamisme, se réveillant seulement au cours des périodes électorales, parti calme, jouissant d’une considération certaine, a toujours tenté d’ajuster sa ligne de conduite aux intérêts supérieurs de l’Administration et de l’Union française, vit par principe en harmonie avec l’Administration locale »36, « Le RDA : plus dynamique et opiniâtre que l’UNIS ; les éléments convaincus, bien qu’ayant mis leur prosélytisme en veilleuse, n’en restent pas moins aussi revendicatifs que mal informés, et secrètement hostiles à l’Administration française »37.

41Ainsi, la chefferie de Dosso, en devenant un élément majeur du parti soutenu par l’administration coloniale a renforcé son pouvoir dans sa région et a étendu son influence à l’ensemble de la colonie. Cependant Moumouni meurt en décembre 1953, la question de la désignation de son successeur se pose ainsi que son attitude politique

Le zarmakoy Hamani, Issoufou Seydou et l’indépendance

  • 38  ADD, procès verbal n° 25 du commandant de cercle Romieux du 10 décembre 1953, 9 h 30.
  • 39  ADD, procès verbal n° 26 du commandant de cercle Romieux du 10 décembre 1953, 16 heures.

42À la mort de Moumouni, l’administration coloniale ne peut plus nommer purement et simplement le nouveau zarmakoy, elle organise donc la consultation d’une « assemblée coutumière », composée du sandi, du marafa, des chefs de lignages de Kwarategui, Fada et Mangie kwara. Cette assemblée n’est en rien « coutumière », elle n’a jamais existé sous cette forme, le sandi n’a jamais participé au choix du zarmakoy, la représentation des lignages est imparfaite (Oudounkoukou et Sirimbey en sont exclus et Fada est une des branches de Mangye kwara) mais c’est la reconnaissance du droit des autres lignages à la chefferie. À cette assemblée, trois candidats sont présentés : Maïkidi, le marafa fils de Moussa, Abdou fils d’Aouta et Hamani fils de Seydou. « Interrogés successivement, tous se sont déclarés en faveur de Hamani Seydou, à l’exception du marafa Maïkidi qui s’est abstenu. Nous avons alors informé ces notables que nous communiquons immédiatement au chef du territoire le résultat de cette consultation et que nous allions lui proposer la nomination de Hamani Seydou comme Djermakoye » 38. Dans l’après-midi, le commandant de cercle convoque les chefs de cantons du Nord et leur communique le résultat de l’assemblée coutumière, « les trois chefs approuvent à l’unanimité le choix» 39.

  • 40  ADD, rapport annuel d’ensemble du commandant de cercle de Dosso, 1956.
  • 41  Idem.

43L’UNIS, parti administratif, est miné par des rivalités internes et personnelles, il connaît des scissions successives : d’abord l’UPN de Georges Condat est créé en 1952, puis le Bloc National d’Action (BNA), dirigé par Issoufou Seydou avec Abdou Aouta, fils du zarmakoy et futur zarmakoy de Dosso, est créé en 1955 en fusionnant avec l’UPN, en vue des élections de 1956, pour s’opposer au PPN RDA. Aux législatives de janvier 1956, l’administration coloniale intervient peu, et les deux sièges sont partagés entre le BNA qui l’emporte et le PPN. Condat est élu mais pas Issoufou, 2e de la liste. Dans la subdivision de Dosso, le résultat de la liste du BNA (13 355 voix sur 16 800 suffrages exprimés, 80 %), est expliqué par « l’influence certaine du chef coutumier : plus que pour un parti ou un programme, l’Africain vote pour une personnalité, le Djerma a voté Djermakoye, donc Issoufou Seydou »40alors que la victoire du RDA dans la subdivision de Gaya (5 203 voix sur 7 734 suffrages exprimés, 67 %) est expliquée parce qu’il existe « des chefs sans prestige, face aux slogans bien faits pour allécher des esprits frustes, obsédés par le matériel : greniers de réserves, suppression de l’impôt pour les femmes »41.

  • 42  Finn Flugestad, « Djibo Bakary, the french and the Referendum of 1958 in Niger », TheJournal of Af (...)
  • 43  Première circulaire du MSA, signée de Djibo Bakary et Issoufou Seydou, du 9 décembre 1956, cité pa (...)

44Pour les élections municipales et territoriales, la recherche d’alliances entre les partis et les tentatives successives de regroupement, ont été étudiées par Flugestad 42et Furchard. Issoufou, membre de la SFIO et dirigeant du BNA, joue un rôle majeur en tentant une alliance avec le PPN puis en s’alliant finalement à Djibo Bakary dans un Mouvement Socialiste Africain cette alliance paradoxale entre un parti qui a toujours soutenu l’administration coloniale et le parti le plus anticolonial est due aux pressions de la SFIO alors au pouvoir en France. Issoufou est le président de ce MSA qui « rejette la pure propagande et les revendications constantes… [au profit] de l’action efficace »43.

  • 44  Finn Flugestad, « Djibo Bakary, the french… », op. cit., p. 318.
  • 45  Claude Fluchard, op. cit., p. 204, 205.
  • 46  Claude Fluchard, op. cit., p. 238.
  • 47  Témoignage oral de Zaroumei Adamou Moussa, 29 décembre 1982.

45Les élections pour l’Assemblée territoriale sont un succès pour le MSA qui remporte la majorité, mais Issoufou Seydou est battu à Dosso, où le PPN obtient 64 % des suffrages 44, et quelques mois plus tard il est écarté de la direction du MSA, son poste de président étant supprimé 45. En compensation, il est élu sénateur le 8 juin 1958 46, mais les attaques de Djibo Bakary contre la chefferie et surtout sa décision d’appeler à l’indépendance immédiate et à voter « non » au référendum sur la Communauté franco-africaine provoquent la rupture définitive entre les deux hommes. Le zarmakoy Hamani Seydou, frère d’Issoufou, appelle à voter « oui » et provoque le ralliement au « oui » de l’Association des chefs traditionnels. Le 21 septembre, Issoufou crée un « comité d’Entente franco-nigérienne » qui appelle à voter « oui » et dénonce la politique et les méthodes du Sawaba, mais certains membres de son entourage (Zaroumei Adamou, Abdou Aouta) restent fidèles aux idéaux du Sawaba, et continuent la campagne pour le « non »47. Hamani Seydou fait une campagne active et le « oui » l’emporte avec 78 % des suffrages exprimés.

  • 48  Claude Fluchard, op. cit., p. 257, 260, 271.
  • 49  Interview de Diori Hamani le 15 mai 1959 à Fraternité africaine, citée par Claude Fluchard, op. ci (...)

46Après ces résultats, Issoufou crée un nouveau parti, l’Union Franco-Nigérienne, dont il est le président et qui passe alliance avec le PPN-RDA après la démission de Djibo Bakary et la dissolution de l’Assemblée territoriale. La coalition pour la Communauté Franco-Africaine l’emporte et dans le gouvernement formé par Diori Hamani, Issoufou devient vice-président et ministre de la Justice 48. Il accepte l’année suivante (8 mars 1959) de fondre son parti dans le PPN-RDA qui reconnaît la place de la chefferie dans le pays : « Si, pendant longtemps, sur le plan du RDA, nous avons eu à combattre cette chefferie traditionnelle, nous ne l’avons pas combattue en tant qu’institution, mais en tant qu’instrument à ce moment-là de l’administration, qui se servait des chefs pour freiner l’évolution de la population. À partir du moment où cette administration n’existe plus… nous ne la combattons pas »49. Cette situation ne change plus ensuite jusqu’à l’indépendance qui intervient le 30 août 1960.

47Ainsi tout au long de la période coloniale, la chefferie de Dosso a été un relais fidèle et constant de l’administration française, aussi bien avant 1945 qu’après. Au cours de la deuxième période, elle a activement participé à la nouvelle vie politique, animant le parti administratif et passant des alliances contradictoires en apparence, mais allant toujours dans le sens du pouvoir en place. Cependant, cette implication dans la vie politique moderne a plusieurs conséquences, d’une part le zarmakoy, qui occupait une place de premier plan jusque Moumouni, s’efface devant d’autres membres de sa proche famille, d’autre part le recours au mode électif l’oblige à créer un parti et à rechercher, par la voie des scrutins, une nouvelle légitimité. Certes, les succès obtenus l’ont d’abord été par la voie des pressions administratives, mais les résultats de 1956 montrent une implantation populaire certaine.

  • 50  Jean-Claude Maignan, La difficile démocratisation du Niger, Centre des hautes études sur l’Afrique (...)

48Les zarmakoy de Dosso soutiennent ensuite constamment le régime de Diori Hamani jusqu’au coup d’état de 1974 et, sous le régime militaire, le colonel Adamou Moumouni Djermakoy, fils du zarmakoy Moumouni, fait partie du Conseil militaire suprême et exerce des fonctions ministérielles. Enfin au cours du processus de démocratisation, Adamou Moumouni quitte le MNSD, le parti unique créé par les militaires, fonde l’Alliance Nigérienne pour la Démocratie et le Progrès (ANDP), et il est candidat aux deux élections présidentielles (15,6 % des voix en 1993 et 4,8 % en 1996)50. En position d’arbitre, il devient président de l’Assemblée nationale en 1993, mais son parti qui a surtout une influence régionale – les suffrages provenant essentiellement du département de Dosso – s’affaiblit.

49Toute cette évolution montre que le pouvoir construit par Aouta dans les premières années de la présence coloniale, et appelé par la suite « pouvoir de la chefferie traditionnelle », a travaillé en étroite relation avec tous les pouvoirs qui se sont succédé au Niger, colonial, républicain, militaire, démocratique, sachant s’adapter et passer des compromis pour garder son influence sur les populations zarmas.

Haut de page

Notes

1  Jacques Lombard, Autorités traditionnelles et pouvoirs européens en Afrique noire, Cahier de la FNSP, Armand Colin, 1967 ; François Zuccarelli, « De la chefferie traditionnelle au canton : évolution du canton colonial au Sénégal », Cahier d’histoire africaine, 1973, p. 212-238.

2  Jean Paul Rothiot, L’ascension d’un chef africain au début de la colonisation, Aouta le Conquérant (Niger), L’Harmattan, Paris, 1988, 310 p. Publication de la thèse soutenue en juin 1984 sous la direction de Catherine Coquery-Vidrovitch, à l’université de Paris VII.

3  Voir sur cet aspect : Kimba Idrissa (dir), Le Niger : État et Démocratie, L’Harmattan, Paris, 2001, 392 p.

4  Les documents coloniaux et un certain nombre d’historiens utilisent les termes de Dyermas, Djermas, Djermakoye, j’ai utilisé dans ma thèse et dans cet article la transcription officielle mise en place par les services d’alphabétisation et utilisée par les centres de recherches nigériens. Les Zarmas Songhai font partie du groupe des Soudanais nègres bantoïdes. Ils sont installés le long du fleuve Niger de Tombouctou à Gaya.

5  Archives départementales de Dosso (ADD), Notice annuelle, 1906.

6  Lors de l’arrivée de Français, Attikou est le zarmakoy, Aouta ne le sera qu’après la mort d’Attikou.

7  Archives nationales du Niger, 15-1-2, Monographie du cercle Djerma, 1910, cité par Jean-Paul Rothiot op. cit.

8  Chaque canton doit être ethniquement homogène, la même politique en Guinée a été décrite par Jean Suret Canale, « La fin de la chefferie en Guinée », Journal of African History, VII 3, 1966, p. 459-493.

9  ANN, 5-1, capitaine Mahaut, Monographie du secteur de Dosso, 1912.

10  ANN, 5-1, capitaine Milot, Monographie, février 1909 ; capitaine Mahaut, Monographie du secteur de Dosso, 1912 ; Robin, Monographie du cercle de Dosso, 1941.

11  Informations orales recueillies à Mokko, Moussadey, Bamey et Sokorbe. Voir ma thèse p. 488 et 489.

12  Parti progressiste nigérien, section du Rassemblement démocratique africain, parti anticolonial depuis sa création en 1946.

13  AN 200 Mi 1647, Rapport politique du commandant du Territoire militaire du Niger au 2e trimestre 1908. Cité par Jean-Paul Rothiot, op. cit., p. 268.

14  ANN 15-5, Rapport politique du cercle de Niamey, 4e trimestre 1912. Cité par Jean-Paul Rothiot, op. cit., p. 269.

15  Information orale de Zaroumei Adamou Moussa, 3 et 17 juillet 1979.

16  ADD, note annuelle établie en 1917 par le commandant de subdivision de Dosso.

17  ADD, note annuelle établie en 1922 par Prud’homme, administrateur de la subdivision de Dosso.

18  ADD, rapport du commandant du cercle de Dosso, 16 juin 1924.

19  ADD, note annuelle établie en 1925 par le commandant du cercle de Dosso.

20  ANN, II 20, Rapport politique du cercle de Dosso, 1928.

21  ANN, 5-1-8, Robin, Monographie du cercle de Dosso, 1941.

22  ANN, 5-2-10, lettre du commandant de cercle de Dosso, 22 mars 1924.

23  ADD, dossier signalétique établi par le commandant de cercle en décembre 1938.

24  ADD, note annuelle du 14 octobre 1942.

25  ANN, Dossier Dosso, IV, rapport trimestriel du commandant de cercle de Dosso, 20 janvier 1943.

26  Kimba Idrissa, « La dynamique de la gouvernance : administration, politique et ethnicité au Niger », Kimba Idrissa (dir), op. cit., p. 36 à 41.

27  Finn Flugestad, « UNIS and BNA, the role of “traditionalist” parties in Niger, 1948-1960 », Journal of African History, 1975. Claude Fluchard, Le PPN/RDA et la décolonisation du Niger 1946-1960, Paris, l’Harmattan, 1995, 448 p.

28  Claude Fluchard, op. cit., p. 34 à 38.

29  Témoignage oral de Zada Niandou, mai 1979.

30  Claude Fluchard, op. cit., p. 73 et 75.

31  ADD, note annuelle de Moumouni, 21 novembre 1951.

32  Finn Flugestad, op. cit., p. 129.

33  L’opposition ancienne des lignages de Dosso au lignage Sirimbey peut se traduire par l’adhésion et le militantisme au sein du PPN RDA, mais ce n’est pas systématique.

34  Témoignage oral de Zada Niandou, mai 1979.

35  Claude Fluchard, op. cit., p. 128.

36  ADD, rapport annuel d’ensemble du commandant de cercle de Dosso, 1952 et 1953.

37  ADD, rapport annuel d’ensemble du commandant de cercle de Dosso, 1952.

38  ADD, procès verbal n° 25 du commandant de cercle Romieux du 10 décembre 1953, 9 h 30.

39  ADD, procès verbal n° 26 du commandant de cercle Romieux du 10 décembre 1953, 16 heures.

40  ADD, rapport annuel d’ensemble du commandant de cercle de Dosso, 1956.

41  Idem.

42  Finn Flugestad, « Djibo Bakary, the french and the Referendum of 1958 in Niger », TheJournal of African History, vol. XIV, 1973, Cambridge University Press,

43  Première circulaire du MSA, signée de Djibo Bakary et Issoufou Seydou, du 9 décembre 1956, cité par Claude Fluchard, op. cit., p. 192.

44  Finn Flugestad, « Djibo Bakary, the french… », op. cit., p. 318.

45  Claude Fluchard, op. cit., p. 204, 205.

46  Claude Fluchard, op. cit., p. 238.

47  Témoignage oral de Zaroumei Adamou Moussa, 29 décembre 1982.

48  Claude Fluchard, op. cit., p. 257, 260, 271.

49  Interview de Diori Hamani le 15 mai 1959 à Fraternité africaine, citée par Claude Fluchard, op. cit., p. 282.

50  Jean-Claude Maignan, La difficile démocratisation du Niger, Centre des hautes études sur l’Afrique et l’Asie modernes, Paris, 2000, p. 90 et 145 ; articles du Monde, 2 mars 1993, 11 juillet 1996.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Paul Rothiot, « Une chefferie précoloniale au Niger face aux représentants coloniaux, naissance et essor d’une dynastie », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 85 | 2001, 67-83.

Référence électronique

Jean-Paul Rothiot, « Une chefferie précoloniale au Niger face aux représentants coloniaux, naissance et essor d’une dynastie », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 85 | 2001, mis en ligne le 01 janvier 2004, consulté le 27 juin 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1747

Haut de page

Auteur

Jean-Paul Rothiot

Université de Nancy 2

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page