Navigation – Plan du site
DOSSIER

Les vrais chefs de l’Empire

Pierre Ramognino
p. 57-66

Résumé

Qui a dirigé l’Empire français pendant la première moitié du siècle ? Quelles étaient les influences respectives du gouvernement, du ministère des Colonies, des groupes de pression économiques, des partis politiques, de l’administration ou encore de l’armée ? Comment s’élaborait la politique coloniale de la France ? Au-delà des accidents d’une histoire singulière, l’étude de la trajectoire d’un gouverneur général, Pierre Boisson, éclaire le rôle des gouverneurs généraux dans le fonctionnement du pouvoir colonial français.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

France

Chronologie :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

1À la suite d’une brillante carrière dans l’administration coloniale, le gouverneur général Pierre Boisson, ancien combattant et mutilé de la Première Guerre mondiale, est dans les années trente l’un des grands chefs de l’Empire français. En avril 1939, il est gouverneur général de l’AEF et c’est donc à Brazzaville qu’il assiste au début de la Seconde Guerre mondiale et à l’effondrement de la France. Après avoir tenté de constituer un bloc africain pour continuer la lutte aux cotés des Anglais en juin 1940, il se rallie finalement au gouvernement de l’Armistice qui lui a offert le poste de haut-commissaire à l’Afrique française par un décret du 25 juin 1940. En septembre 1940, il s’illustre en repoussant la tentative du général de Gaulle de débarquer à Dakar. Devenu un héros du régime de Vichy, Pierre Boisson applique méthodiquement la Révolution Nationale du maréchal Pétain et gouverne l’AOF comme une principauté pendant trois ans.

  • 1  Pierre Ramognino,Pierre Boisson, Un proconsul de l’Empire français : le gouverneur général Pierre (...)

2En plus de la politique menée sous Vichy par ce gouverneur, sujet qui était au point de départ de notre recherche, l’étude de sa carrière dans les années vingt et trente nous a conduit à nous interroger sur l’origine et le fonctionnement du pouvoir colonial français et sur le rôle des gouverneurs généraux 1.

3Tout d’abord, cette période, souvent présentée du fait de l’imagerie transmise par l’Exposition coloniale de 1931 comme celle de l’apogée, est en fait celle des faux-semblants.

4Plus encore peut-être qu’en métropole, la crise dévaste économiquement et socialement les colonies. À cette conjoncture catastrophique s’ajoute un problème structurel : la France n’a, dans les années vingt et trente, ni les moyens humains – manque d’entrepreneurs, manque d’encadrement, manque de bras – ni les moyens économiques et financiers de sa domination alors qu’il faut bien continuer à administrer l’Empire. Dès lors, l’encadrement et l’exploitation des colonies ouest-africaines reposent principalement sur l’action de l’administration coloniale et notamment des gouverneurs généraux.

Gouvernement et administration coloniale

  • 2  Voir par exemple Jacques Marseille, Empire colonial et capitalisme français, histoire d’un divorce(...)

5Qui étaient donc ces hauts fonctionnaires dont le rôle et les fonctions sont méconnus et diversement évalués ? Peu étudiée en France où l’historiographie s’est davantage intéressée aux aspects économiques du colonialisme 2,le rôle de l’administration coloniale a par contre été davantage étudié par les historiens anglo-saxons, en particulier l’historien américain William B. Cohen.

  • 3  William B. Cohen, Empereurs sans sceptre. Histoire des administrateurs de la France d’outre-mer et (...)

6Dans son livre Rulers of Empire : the French colonial service in Africa traduit en français par Empereurs sans sceptre ; Histoire des administrateurs de la France d’outre-mer et de l’école coloniale publié en 1973, William B. Cohen s’était penché sur le problème de l’origine sociale, du mode de recrutement et du fonctionnement de l’administration coloniale française. Couvrant la période 1870-1914, cette recherche s’appuyait sur des dossiers administratifs et des témoignages oraux, notamment celui de Robert Delavignette, administrateur des colonies puis directeur de l’école coloniale, à qui il emprunta d’ailleurs un titre de chapitre : « Lorsqu’en 1939 Robert Delavignette publia un livre décrivant la carrière administrative coloniale, il lui donna pour titre : Les vrais chefs de l’Empire. Aucun ne pouvait mieux être choisi, car, dans tous les sens du terme, les administrateurs coloniaux furent jusqu’à la Seconde Guerre mondiale les hommes qui modelèrent cet empire. Ils en étaient, presque incontestablement, les maîtres… Le caractère décentralisé de l’administration coloniale, l’essence même de sa doctrine et les pouvoirs étendus conférés aux commandants de cercle assurèrent à ces derniers un rôle prééminent dans la formation de l’Empire, tout en diminuant l’influence de leurs supérieurs dans la hiérarchie administrative. »3

  • 4  William B. Cohen, op. cit., p. 93.
  • 5  Charles Régismanset, Questions coloniales (1912-1923), p. 232, cité par William B. Cohen, op. cit. (...)

7Pour Cohen en effet, l’apparente centralisation de la pyramide administrative – ministre des Colonies, gouverneurs généraux, gouverneurs des colonies, commandants de cercle – ne doit pas faire illusion. Les distances et les lenteurs des communications, l’inexpérience des ministres des Colonies, leur instabilité dans le poste et l’absence dans l’administration centrale de collaborateurs bien formés empêchèrent à la fois l’établissement d’une politique coloniale dans la durée et l’exercice d’une véritable autorité du pouvoir central sur le terrain : « En raison de leurs possibilités d’initiative limitées et de la forme même des structures administratives, les ministres des Colonies étaient incapables à la fois d’être eux mêmes bien informés, et de déterminer une politique intelligente… »4 A l’appui de ce dernier point, l’historien américain citait un directeur des Affaires politiques du ministère : « Il est clair que la France n’a pas de programme colonial et en persévérant dans cette attitude négative, elle est fidèle à sa tradition. Elle n’a pas de programme et n’en a jamais eu. »5

  • 6  William B. Cohen, op. cit., p. 95.
  • 7  William B. Cohen, op. cit., p. 96.
  • 8  William B. Cohen, op. cit., p. 104.

8De même, selon lui, les gouverneurs généraux n’étaient pas en mesure d’exercer un pouvoir réel : « Les gouverneurs généraux, en dépit de leurs qualités personnelles, éprouvaient des difficultés à suivre de près le travail des gouverneurs et davantage encore celui des commandants. La plupart du temps, le gouverneur général s’occupait de coordonner l’administration des colonies composant la fédération et agissait comme intermédiaire entre les gouverneurs placés sous ses ordres et le ministère des Colonies. »6 Dans chaque colonie, les gouverneurs auraient pu exercer ce pouvoir de contrôle et d’organisation mais, retenus la plupart du temps par les affaires administratives de leurs chefs-lieux, ils n’exerçaient guère leur autorité au-delà 7. Dès lors, le pouvoir central étant trop faible et trop lointain, les gouverneurs généraux et les gouverneurs des colonies étant impuissants, les commandants de cercles apparaissaient comme les vrais chefs de l’Empire, de véritables seigneurs dans leurs domaines, concentrant les pouvoirs exécutifs, législatifs et judiciaires permettant ainsi tous les abus d’un pouvoir arbitraire : « Le principal défaut du système autoritaire que les Français avaient établi était qu’il n’y avait aucun recours contre les actes arbitraires des administrateurs… »8 De fait, les abus des chefs de cercle furent nombreux, et William Cohen cite, parmi bien d’autres cas, l’exemple du commandant de cercle de Sédougou au Soudan, auteurs de sévices graves sur des villageois, d’au moins trois meurtres d’Africains et de détournements de fonds en 1916, qui bénéficia pourtant d’un acquittement et qui poursuivit une confortable carrière jusqu’à sa retraite en 1930.

  • 9  William B. Cohen, op. cit., p. 174.

9Selon William Cohen donc, les chefs de cercle étaient, dans le système français, les vrais chefs de l’Empire, y compris après 1914 : « Les commandants étaient toujours “les vrais chefs de l’Empire”. Des hommes qui servirent aux colonies entre les deux guerres, même certains de caractère autoritaire, exprimèrent plus tard la surprise qu’ils éprouvaient de s’être vu confier des pouvoirs aussi grands, et l’un d’eux cita même en l’approuvant le dicton de lord Acton sur le danger du pouvoir absolu qui corrompt absolument. »9

Valse des ministres, stabilité des gouverneurs généraux

  • 10  Comme le montrent notamment les conditions de la nomination d’Albert Sarraut à la tête du Parti co (...)

10Il faut sans doute nuancer l’instabilité et l’incompétence du pouvoir central en matière coloniale. La valse des ministères est grande : 42 ministères successifs de 1917 à 1940 et 22 titulaires différents. Mais, comme dans d’autres domaines, on peut remarquer une certaine unité dans le personnel politique en place rue Oudinot : sur les 22 ministres des colonies de 1917 à 1940, 9 sont issus du Groupe colonial à la Chambre, lui-même expression du parti et du lobby colonial à l’Assemblée 10.

11Comme tous les autres portefeuilles sous la IIIe République, celui des colonies subit l’instabilité ministérielle, mais, au temps de l’apogée de l’Empire, le ministère est dirigé, pendant au moins la moitié de la période considérée, par un membre clairement identifié du parti colonial. Maginot, par exemple, ministre de novembre 1928 à novembre 1929, tente de mettre en application le plan de mise en valeur des colonies initié par Sarraut de 1920 à 1924 avant que ce dernier ne reviennent aux affaires en 1932.

12L’instabilité ministérielle empêchait cependant une véritable continuité dans la politique coloniale et laissait la part belle à l’administration du ministère qui elle restait en place.

  • 11  Rapport du Gouverneur général de l’Afrique-Occidentale Française, Jules Brévié, au ministre des Co (...)
  • 12  Chiffres cités par Raphaël Antonetti, Discours sur la situation générale de l’AEF au conseil de go (...)

13Cette instabilité se retrouve à l’autre bout de la pyramide administrative. Gouverneurs des colonies et commandants de cercle connaissent un rythme de rotation peut-être encore plus fort que celui des ministres. Dans un rapport pour l’année 1933, Jules Brévié signale ainsi pour l’AOF ces perpétuels changements à la tête des colonies : « Les gouverneurs de toutes les colonies que j’ai traversées, à l’exception du Soudan, ont été depuis trois ou quatre ans l’objet de mutations nombreuses qui font que le temps moyen de commandement effectif de chacun n’atteint même pas une année. »11 Le Dahomey connaît six gouverneurs de 1928 à 1933 ; la Côte d’Ivoire, quatre gouverneurs de 1930 à 1933 ; le Niger quatre également de 1929 à 1933. En soixante-quinze ans, le Gabon a connu cent cinq gouverneurs titulaires ou intérimaires pour seulement trois évêques 12. Des exceptions confirment cependant la règle. Félix Eboué par exemple reste vingt et un ans dans l’Oubangui-Chari.

14Au niveau des commandants de cercle, la rotation des titulaires est parfois vertigineuse : le cercle de Tougah au Soudan voit se succéder 23 administrateurs en cinq ans.

  • 13  William B. Cohen, op. cit., p. 180.

15Le système des congés interdisait à un chef de cercle de demeurer au même endroit pendant plus de deux ans. Après un séjour de cette durée dans sa circonscription, il bénéficiait d’un congé de six mois en métropole. À son retour, son ancien poste était pourvu et il était affecté ailleurs. William B. Cohen explique ces mutations fréquentes des gouverneurs et des administrateurs par la crainte de les voir devenir trop indépendants de leurs supérieurs ou trop attachés à l’un ou l’autre des clans de leur territoire 13.

16En tout état de cause, l’instabilité du pouvoir central et les mutations fréquentes à l’échelon des gouverneurs des colonies et des administrateurs de cercle contraste avec la remarquable stabilité des gouverneurs généraux.

17De 1918 à 1940, l’AOF ne compte que cinq gouverneurs généraux – Martial Merlin, Jules Carde, Jules Brévié, Marcel de Coppet et Léon Cayla – trois d’entre eux restant en poste plus de cinq ans. L’AEF en compte six, dont l’un, Georges Renard, tué dans un accident d’avion, ne la dirige que pendant huit mois alors que Raphaël Antonetti détient le record de longévité avec dix ans passées à la tête de l’AEF de juillet 1924 à juillet 1934.

18Pierre Boisson est ainsi un cas exemplaire, à l’échelle de la IIIe République, de cet exercice du pouvoir. Avant sa nomination par le maréchal Pétain en juin 1940, qui lui vaudra de passer trois ans à la tête de l’AOF, il fut pendant plus d’un an à la direction de l’AEF, d’avril 1939 à juin 1940 et il assura trois fois l’intérim du gouvernement général de l’AOF, en 1935 et 1936 puis d’octobre 1938 à avril 1939. En plus des autres postes occupés dans la région, notamment deux ans passés au Cameroun, il resta donc près de cinq ans à la direction de l’AOF.

19Le processus de l’intérim, assuré par le secrétaire général de la fédération, est sans doute la règle administrative qui a permis la stabilité des gouverneurs généraux. Ceux-ci pouvaient prendre les congés auxquels ils pouvaient prétendre, ou partir en mission à Paris pour plaider leur cause et celle de leurs colonies. À leur retour, l’intérim prenait fin et ils retrouvaient leur poste. De plus, le poste de secrétaire général, occupé également par un gouverneur, était à la fois la préparation et l’antichambre du gouvernement général.

20En plus de cette stabilité, les pouvoirs qui leur avaient été concédés par la République apparentaient les gouverneurs généraux aux consuls et proconsuls de l’Empire romain.

21Dans chacune des deux fédérations de l’AOF et de l’AEF, ils sont en effet les seuls dépositaires des pouvoirs de la République française. Résidant à Dakar pour l’AOF et Brazzaville pour l’AEF, ils sont assistés d’un secrétaire général et d’un Conseil de gouvernement. Le secrétaire général dirige les bureaux d’administration générale et des finances et, comme on l’a déjà signalé, assure l’intérim en cas d’absence ou de mutation du gouverneur général. Par ailleurs, le gouverneur général dispose d’un cabinet, d’un bureau militaire, d’une direction des affaires politiques et administratives, d’une inspection du service de santé, d’une inspection générale des travaux publics et des mines, d’un service des affaires économiques, d’une inspection des douanes, d’une inspection des postes, télégraphes et TSF et d’une inspection des contributions directes, bref, d’un véritable gouvernement dont les membres ne sont responsables que devant lui. Il dispose même d’une représentation officielle en métropole. L’AEF est ainsi représentée officiellement à Paris par le directeur de l’Agence économique de l’Afrique équatoriale française et l’AOF par le directeur de l’Agence économique de l’Afrique occidentale française. Ces agences ont pour mission de renseigner les hommes d’affaires souhaitant investir dans les colonies, d’organiser la propagande coloniale notamment dans les expositions mais aussi de suivre les affaires concernant leurs fédérations respectives au ministère.

22Composé des représentants élus des colonies – député du Sénégal, délégués au Conseil supérieur des colonie –, de hauts fonctionnaires, de notables et des représentants de certaines chambres de commerce, le Conseil de gouvernement n’a qu’un rôle consultatif. Dans tous les domaines, le pouvoir de décision revient en fait entièrement au gouverneur général. Il fixe le mode d’assiette, la quotité et les règles de perception des taxes douanières et de tous les impôts et redevances en transmettant au ministère des Colonies les arrêtés les établissant. Si au bout de quatre mois après leur transmission, leur annulation n’a pas été prescrite, les arrêtés deviennent exécutoires. Inversement, le gouverneur général peut repousser l’application, autant qu’il le juge utile et qu’il le peut politiquement, d’une loi votée au parlement ou d’un arrêté du gouvernement.

  • 14  Ainsi, Pierre Boisson a pu contrôler l’AOF de 1940 à 1943, grâce au soutien quasi indéfectible du (...)

23Les gouverneurs généraux sont également responsables de la défense intérieure et extérieure de leurs fédérations mais ils n’exercent pas le commandement direct des troupes, ce qui est la seule limite réelle à leur pouvoir. En AOF, les forces militaires étaient placées sous les ordres d’un général de division, commandant supérieur résidant à Dakar ; en AEF, d’un commandant des troupes ou d’un commandant de la marine. L’unité de vue entre le gouverneur général et le commandant supérieur des forces armées était le complément indispensable à un véritable contrôle des fédérations, surtout en cas de guerre 14.

24L’autonomie administrative et financière reconnue aux colonies par le décret du 18 octobre 1904 conférait en principe une autonomie relative aux gouverneurs des colonies. En pratique, ceux-ci était politiquement sous les ordres des gouverneurs généraux dont dépendait, par ailleurs, l’évolution de leur carrière. Seul de tous les fonctionnaires civils et militaires à correspondre directement avec le gouverneur général, le gouverneur de chaque colonie était en fait la courroie de transmission de la politique du gouvernement général. Si le gouverneur établissait le budget de sa colonie en Conseil d’Administration, ce budget était arrêté par le gouverneur général puis approuvé par décret de celui-ci.

25Les gouverneurs généraux jouèrent donc un rôle central dans le fonctionnement du pouvoir colonial français. Un exemple, parmi d’autres, montre qu’il pouvait aussi influencer de manière décisive la politique coloniale de la France.

La crise économique et l’exemple de la loi sur les oléagineux (6 juillet 1933)

  • 15  Discours du gouverneur général Jules Brévié au Conseil de gouvernement de l’AOF décembre 1931, Ren (...)

26Depuis 1931, la crise internationale plonge les colonies africaines dans une violente récession qui affecte tous les domaines de la vie sociale. Dans un rapport adressé au ministre des Colonies, le gouverneur général Jules Brévié avait ainsi dressé un état des lieux de la situation en Afrique en décembre 1931 : « La baisse générale des prix, qui a provoqué le ralentissement des affaires en Afrique occidentale, date de la chute des cours qui s’est produite en 1929 à la bourse de New York. Le premier semestre de l’année dernière avait pourtant constitué un palier de résistance assez ferme, mais, dès le mois de juillet, la chute des cours s’accentuait et en octobre elle devenait catastrophique. Les circonstances se sont bien aggravées depuis, et dans le monde entier les événements ont dominé la volonté des hommes et débordé les fragiles barrières qu’on tentait de leur opposer. Dans nos colonies le mal se déchaînait avec une violence inouïe dès la fin de 1930. L’arachide qui dans l’ensemble de nos exportations tient la première place et qui valait en octobre 1927 2 500 francs la tonne sur les marchés européens, tombait à 1 150 en octobre 1930 et jusqu’à 875 francs à certains moments de la dernière traite qui s’est effectuée sur des cours de débâcle… Le cacao de la Côte d’Ivoire qui constitue le principal soutien du mouvement commercial de cette colonie et dont la production suivait une magnifique courbe ascendante se vendait 10 000 francs la tonne en 1927 ; en septembre dernier il ne cotait plus que 3 200 francs environ. Le café, produit en moindre quantité mais qui donne de beaux espoirs, passait de 12 000 francs en octobre 1927 à 4 000 francs en septembre 1931. Quant au coton, dont le cours en octobre 1927 était de 13 000 francs la tonne, il tombait à 8 000 francs en octobre 1930 et l’effondrement du mois d’août dernier, suscitant le désarroi dans les plantations américaines, le ramenait à 4 500 francs. »15 Cet effondrement des cours devait se traduire par une chute brutale des revenus des producteurs, évaluée sur l’ensemble de l’AOF à 570 millions de francs de 1927 à 1931, et à une baisse frappante de la circulation fiduciaire passant de 706 millions en 1928 à 670 millions en 1929, puis 583 millions en 1930, pour tomber à 389 millions en 1931.

  • 16  Discours du gouverneur général Jules Brévié au Conseil de gouvernement de l’AOF décembre 1931, Ren (...)

27Pour soutenir les prix et les revenus des producteurs, Brévié avait mis en place certaines mesures d’urgence comme la réduction des taxes sur les principaux produits. Mais c’est avec la proposition d’un marché protégé entre la métropole et l’Empire que le gouverneur général Jules Brévié engage un véritable tournant dans la politique coloniale française : « Pour le présent, j’ai demandé la protection des produits coloniaux (en particulier corps gras et banane) par l’institution sur les produits similaires de droits très légers qui prélevés à l’entrée de la métropole sur une base très large auraient l’avantage de n’avoir qu’une incidence insensible sur le prix de la vie… Quant au programme d’avenir dont je vous entretenais à l’instant, il n’est que le développement de ces idées en une œuvre constructive de longue haleine qui tendrait à incorporer complètement toute la production coloniale dans le circuit économique élargi… »16

28Ce discours marque la formulation d’un protectionnisme impérial, « un empire économique » et la définition d’une stratégie « autarcique » face à la crise par la constitution d’un marché protégé entre les Colonies, fournissant les matières premières et achetant les produits transformés de la Métropole. Si cette doctrine reprend les arguments économiques qui justifient la colonisation depuis la conquête, il faut surtout souligner qu’elle est proposée ici par un gouverneur général qui suggère donc au ministre une nouvelle orientation de la politique coloniale. Pendant les mois qui suivirent, Jules Brévié multiplia les interventions auprès du ministre des Colonies pour obtenir des mesures protégeant les productions de l’AOF.

29Le 6 juillet 1933, après deux séances de discussion et par 500 voix contre 90, la Chambre des députés adoptait ainsi un projet de loi tendant à établir des droits de douane sur les fruits et graines oléagineux, les matières grasses et leurs dérivés, les trois quarts de ces droits devant revenir aux colonies pour soutenir leur production dans ces domaines.

  • 17  Voir le compte rendu des débats à la Chambre qu’en fait Robert Delavignette dans le Bulletin du Co (...)

30Présent dans les tribunes de l’Assemblée le jour du vote, Brévié ne devait pas ménager ses efforts auprès d’Albert Sarraut pour que les décrets d’application soient promulgués et que la loi entre en effet en vigueur 17.

Impérialisme et bureaucratie

  • 18  Cette tendance culmine avec le proconsulat exercé par Pierre Boisson sur l’AOF de juin 1940 à juin (...)
  • 19  Max Weber, Économie et société, Les catégories de la sociologie, Plon, 1995 pour l’édition citée, (...)
  • 20  Le gouverneur de l’AOF Marcel de Coppet, ami d’André Gide et de Roger Martin du Gard, incarne en A (...)

31Parmi d’autres, l’exemple de cette loi sur les oléagineux montre que dans les années trente, la politique et la domination coloniale de la France furent de plus en plus exercées par l’administration coloniale, et notamment par les gouverneurs et gouverneurs généraux 18. La crise économique des années trente, en affaiblissant un secteur privé déjà faible et en renforçant l’intervention de l’État pour aboutir à une forme d’économie dirigée, fit apparaître un type de domination qui semble correspondre à ce que Max Weber appelle l’administration bureaucratico-monocratique 19. Le système politique et les règles administratives ont confié l’imperium aux chefs de la bureaucratie. Certes, les gouverneurs généraux restent sous la tutelle du ministre des Colonies et peuvent être remerciés à tout moment. Il faut pourtant des circonstances exceptionnelles pour que ce soit le cas : dans la période étudiée, seul Marcel de Coppet devait subir ce sort 20. Dans l’autre sens, et malgré l’intervention d’écrivains prestigieux comme Albert Londres ou André Gide dénonçant les pratiques meurtrières observées en AEF, notamment dans la construction du Congo-Océan, le gouverneur Raphaël Antonetti devait demeurer dix ans à son poste et connaître sept ministres des Colonies avant de bénéficier d’une retraite paisible.

32Encore mal connus, les gouverneurs et gouverneurs généraux mériteraient une analyse quantitative et qualitative plus poussée, étude qui n’a pu être qu’esquissée ici. Dans les années trente, en effet, ils sont bien les vrais chefs de l’Empire.

Haut de page

Notes

1  Pierre Ramognino,Pierre Boisson, Un proconsul de l’Empire français : le gouverneur général Pierre Boisson et le pouvoir colonial en Afrique de l’Ouest de l’Exposition de Vincennes à la fin de la Seconde Guerre mondiale, Thèse pour le doctorat d’histoire du xxe siècle, sous la direction de Monsieur Jean-Pierre Azéma, Institut d’études politiques de Paris, décembre 2001.

2  Voir par exemple Jacques Marseille, Empire colonial et capitalisme français, histoire d’un divorce, Points histoire, Albin Michel, 1984 ; Jean Bouvier, René Girault, Jacques Thobie, L’Impérialisme à la française, 1914-1960, La Découverte, Paris, 1986.

3  William B. Cohen, Empereurs sans sceptre. Histoire des administrateurs de la France d’outre-mer et de l’École coloniale, Paris, 1973, p. 88.

4  William B. Cohen, op. cit., p. 93.

5  Charles Régismanset, Questions coloniales (1912-1923), p. 232, cité par William B. Cohen, op. cit., p. 93.

6  William B. Cohen, op. cit., p. 95.

7  William B. Cohen, op. cit., p. 96.

8  William B. Cohen, op. cit., p. 104.

9  William B. Cohen, op. cit., p. 174.

10  Comme le montrent notamment les conditions de la nomination d’Albert Sarraut à la tête du Parti colonial et au poste de ministre des Colonies en 1919. Voir Pierre Ramognino, « Albert Sarraut et le Parti colonial entre les deux guerres », Cahiers d’histoire, n° 73, 4e trimestre 1998.

11  Rapport du Gouverneur général de l’Afrique-Occidentale Française, Jules Brévié, au ministre des Colonies, Dakar, le 10 février 1933, Archives départementales de l’Aude, Fond Sarraut, 12 J 253.

12  Chiffres cités par Raphaël Antonetti, Discours sur la situation générale de l’AEF au conseil de gouvernement du 31 décembre 1931, Renseignements coloniaux, supplément au Bulletin du Comité de l’Afrique Française de février 1932, p. 83.

13  William B. Cohen, op. cit., p. 180.

14  Ainsi, Pierre Boisson a pu contrôler l’AOF de 1940 à 1943, grâce au soutien quasi indéfectible du général Barrau, alors commandant supérieur des forces armées.

15  Discours du gouverneur général Jules Brévié au Conseil de gouvernement de l’AOF décembre 1931, Renseignements coloniaux, supplément au Bulletin du Comité de l’Afrique Française, n° 1, janvier 1932, p. 47-48.

16  Discours du gouverneur général Jules Brévié au Conseil de gouvernement de l’AOF décembre 1931, Renseignements coloniaux, supplément au BCAF n° 1, janvier 1932, p. 47-48, op. cit..

17  Voir le compte rendu des débats à la Chambre qu’en fait Robert Delavignette dans le Bulletin du Comité de l’Afrique Française, n° 7, juillet 1933, p. 397-402. Voir également Jacques Marseille, Les méandres d’une loi « ordinaire » : la loi sur les oléagineux du 6 août 1933, Empire colonial et capitalisme français, histoire d’un divorce, Points histoire, Albin Michel, 1984, p. 285-298. Jacques Marseille rappelle l’opposition à la loi des milieux d’affaires marseillais du savon et des industriels de la laine qui s’approvisionnaient en matières grasses sur le marché mondial à des prix inférieurs aux prix africains. Finalement la loi, proposée d’abord par Auguste Brunet, ancien gouverneur général par intérim de l’AOF, et Blaise Diagne, député du Sénégal, est présentée sous forme de projet de loi par Albert Sarraut, ministre des Colonies, et obtient une confortable majorité. Jacques Marseille précise, p. 295, que ce projet de loi « provenait du ministère des Colonies pressé par le gouverneur Jules Brévié ».

18  Cette tendance culmine avec le proconsulat exercé par Pierre Boisson sur l’AOF de juin 1940 à juin 1943 : dans les circonstances particulières de la guerre il est vrai, le gouverneur général devait diriger l’Afrique de l’Ouest comme une principauté, dans une autonomie de plus en plus grande avec le pouvoir central, voir Pierre Boisson, Un proconsul de l’Empire français, op. cit.

19  Max Weber, Économie et société, Les catégories de la sociologie, Plon, 1995 pour l’édition citée, Chapitre III, Les types de domination, 5 – l’administration bureaucratico-monocratique, p. 297.

20  Le gouverneur de l’AOF Marcel de Coppet, ami d’André Gide et de Roger Martin du Gard, incarne en Afrique les tentatives de réforme lancées par le gouvernement de Front Populaire. Après la chute du gouvernement Blum et une fusillade à Thiès au Sénégal, il est muté le 15 octobre 1938. Voir Nicole Bernard-Duquenet, Le Sénégal et le Front Populaire, L’Harmattan, Paris, 1985, p. 198-199.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Ramognino, « Les vrais chefs de l’Empire », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 85 | 2001, 57-66.

Référence électronique

Pierre Ramognino, « Les vrais chefs de l’Empire », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 85 | 2001, mis en ligne le 01 octobre 2004, consulté le 24 mai 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1743

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page